Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Sur-rémunération : toute la Réunion est concernée

Sur-rémunération : toute la Réunion est concernée

Les actuels remous autour des régimes spéciaux de retraite amènent certains politiques à s’interroger sur la question de la sur-rémunération des fonctionnaires à la Réunion et dans les Territoires d’outre-mer en général. Interrogations fondées ou simple hypocrisie ?

La question de la sur-rémunération à la Réunion a toujours été inévitable et bien qu’étant un thème sensible, cette spécificité réunionnaise aurait dû faire l’objet de réforme depuis une bonne dizaine d’année.

La sur-rémunération qui est un coefficient multiplicateur du salaire de base des fonctionnaires est fixée à 40 % en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane et atteint 53 %, chez nous, à la Réunion. Ce coefficient est servi sans limitation de durée et s’applique également aux agents titulaires des fonctions publiques locales.

Depuis 1950, les agents de la fonction publique bénéficient de cette majoration salariale.

Si aujourd’hui ce privilège est clairement remis en cause par une partie de la population réunionnaise ; on peut se demander si, nous, Réunionnais avons un intérêt à ce qu’une partie de la population active locale perde une partie de son pouvoir d’achat ?

Les analyses nous montrent que la sur-rémunération joue un effet distordant sur la formation des prix et sur le système de production locale.

En simplifiant, nous pourrions dire que c’est le salaire qui va conditionner les prix des marchandises, et donc que la sur-rémunération entretient la politique des prix chers, et dans un deuxième temps la sur-rémunération crée l’engouement des jeunes demandeurs d’emploi, et pas seulement, pour la fonction publique au détriment du secteur privé (presque 90 % des jeunes étudiants réunionnais voudraient être fonctionnaires).

Pour autant, faut-il supprimer la sur-rémunération et avec elle tous les bénéfices qu’en tire la société et l’économie réunionnaise ?

La sur-rémunération des fonctionnaires de la Réunion a trois effets principaux ; et non les moindres puisqu’en fait ce sont tous les fonctionnaires et non-fonctionnaires qui profitent de la sur-rémunération directement ou indirectement.

Le premier effet est un effet de revenu global : il soutient la demande et l’emploi.

Le second effet est un effet de distorsion : la sur-rémunération augmente le niveau des prix locaux et favorise ainsi les secteurs de consommation non-exposés à la concurrence, et les importations, au détriment de l’investissement et des exportations.

Le troisième effet est un effet de distribution - la sur-rémunération bénéficie directement aux ménages dont le revenu de base est le plus élevé (ménages expatriés et qualifiés locaux).

La sur-rémunération se retrouve à tous les niveaux de l’économie de la Réunion, et notamment dans la grande distribution, milieu qui se fonde sur la sur-rémunération des fonctionnaires afin de fixer certains prix.

Ainsi certains entrepreneurs de la grande distribution laissaient entendre que si la sur-rémunération des salaires des fonctionnaires venait à être « revue » ou « supprimée », de nombreuses grandes surfaces seraient amenées à fermer leurs portes et avec elles de nombreuses personnes mises au chômage.

L’exemple de la grande distribution n’est qu’un exemple, mais beaucoup de pans de l’économie réunionnaise s’appuient sur la sur-rémunération afin de vivre.

Aujourd’hui la question n’est pas à se demander si les fonctionnaires sont dans le collimateur, mais surtout savoir comment redistribuer cette manne à l’ensemble de l’économie réunionnaise et non plus à une minorité de la population active ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • at974 at974 2 janvier 2008 15:49

    Aujourd’hui la question n’est pas à se demander si les fonctionnaires sont dans le collimateur, mais surtout savoir comment redistribuer cette manne à l’ensemble de l’économie réunionnaise et non plus à une minorité de la population active ? Avec des prix de 40 à 50% supérieurs à la Métropole et pour une population de 750 000 personnes, de combien faudrait-il soupoudrée la population et pour quelles bénéfices. D’autre part, la Réunion est aussi une Zone de défiscalisation qui crée des milliers d’emploi dans le batiment. Faut-il aussi pour ne pas discriminer arrêter ces aides certes indirectes, mais encore plus onéreuses pour le budget de l’Etat ?


    • arnes (---.---.87.72) 2 janvier 2008 19:12

      « Aujourd’hui la question n’est pas à se demander si les fonctionnaires sont dans le collimateur, mais surtout savoir comment redistribuer cette manne à l’ensemble de l’économie réunionnaise et non plus à une minorité de la population active ? »

      Cette « manne » fait partie des 7 milliards que coute en net l’outre mer au budget français.Le problème n’est pas de la repartir, mais de la supprimer. Ces ex colonies sont maintenues par les gouvernements successifs dans un assistanat pervers. Au debut, cette suremuneration était instituée pour attirer des metropolitains rebutes par le voyage en bateau et le manque d’équipements , ensuite elle a ete etendue au fonctionnaires locaux et maintenant, avec le RMI, l’incitation a creer des emplois dans le prive est de plus en plus faible.

      Il serait donc nécessaire a l’état français de se désengager progressivement, comme en polynesie ou en Nouvelle Caledonie pour que les autorités locales se prennent en main et qu’a l’instar de leurs voisines : Maurice ou les Seychelles elles acquirent une réelle autonomie.


      • at974 at974 3 janvier 2008 14:41

        Que pensez vous de la CORSE, de la LOZERE, ... ,


      • Fabrice PAYET 3 janvier 2008 14:59

        Effectivement il faut avouer que toute La France est concernée et pour cause les DOM et TOM constituent des foyers d’investissements pour les métropolitains qui viennent investir dans les régions françaises ultramarines et qui ensuite rapatrient les capitaux en France.

        Par ailleurs cessons avec le terme « ex colonies » et parlons d’un mot de notre temps, de notre droit à savoir Départements ou Territoires ou Collectivités d’outre mer. Si aujourd’hui « nous sommes dans un assistanat pervers » c’est parceque dés la colonisation et aprés la départementalisation toutes les conditions ont été réunies afin d’établir cet assistanat. Par ailleurs La Réunion est l’un des départements français où ils se créent le plus d’emplois chaque année Enfin les histoires de peuplements des régions françaises ultramarines sont différentes......Chercher à couler ces régions dans un même moule juridique et/ou géographie révèlent non seulement un certain mépris mais aussi méconnaissance des Outre-Mers.


      • arnes (---.---.87.72) 6 janvier 2008 12:42

        « Chercher à couler ces régions dans un même moule juridique et/ou géographie révèlent non seulement un certain mépris mais aussi méconnaissance des Outre-Mers »

        C’est justement le problème actuel : considerer ces territoires comme départements ou régions françaises faisant partie de l’Europe est une hérésie et perpétue cet assistanat pervers générateur d’explosions sociales à venir. Les développements actuels vers plus d’autonomie et de responsabilités locales entrepris en polynesie ou en Nouvelle Caledonie sont specifiques à chaque communaute, et c’est dans cette voie qu’il faudrait batir l’autonomie de la Reunion vers plus de cooperation avec Maurice, Mada ou les seychelles. (ex : Pourquoi importer à grand frais des yaourts de France alors que le président malgache pourrait en fournir localement ?)


      • Yohan Yohan 2 janvier 2008 20:33

        Si ce n’était que cela. Il y a aussi la sur-retraite pour les fonctionnaires qui « déclarent » vivre plus de six mois sur douze dans les TOM (notamment en nouvelle calédonie,>...) et qui peuvent du coup quasiment doubler leur retraite, alors que certains, ont le sait ne font qu’y investir, y passent des vacances pendant les mois froids et y font des allers et retours fréquents pour ne pas perdre cette manne providentielle. Une arnaque favorisée par l’Etat providentiel pour maintenir à flot ses territoires et y stimuler une présence de type coloniale


        • Marc P 2 janvier 2008 23:25

          Voilà un article plein de valeur ajoutée !

          Merci Patrice !

          Marc P

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès