Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Un immeuble de 15 étages en paille et en bois en projet à Saint-Dié-des-Vosges

Un immeuble de 15 étages en paille et en bois en projet à Saint-Dié-des-Vosges

Après la construction d’une première résidence en bois de trois étages et l’inauguration en janvier dernier du plus haut immeuble en bois et en paille de France, le Toit Vosgien entend désormais élever un bâtiment de 15 étages selon le même procédé.

La résidence Jules Ferry, à Saint-Dié-des-Vosges, avait déjà marqué les esprits au début de l’année. Le bâtiment de couleur brique, blanc et gris métallisé, est en effet, avec ses huit étages, l’immeuble en paille et en bois le plus haut jamais construit en France. Si cette performance architecturale et énergétique est remarquable à plus d’un titre, le Toit Vosgien prévoit de faire encore mieux à l’horizon 2016, toujours à Saint-Dié-des-Vosges.

L’organisme HLM (Habitation à Loyer Modéré), qui gère déjà près de 2 300 logements dans les Vosges, entend à présent bâtir une tour de 15 étages comprenant une cinquantaine d’appartements à l’entrée de la cité déodatienne. La construction passive, qui représente un investissement de 10 millions d’euros, fait partie des 20 projets phares sélectionnés par le Comité stratégique de la filière bois. Le prix d’un appartement devrait osciller autour de 200 000 euros. Mais pour un logement de trois pièces, les charges de chauffage ne devraient pas excéder 11 euros par mois.

Le Toit Vosgien s’était distingué pour la première fois par l’utilisation du bois dans la construction d’un lotissement de maisons passives. Avec la résidence Jules Ferry de Saint-Dié-des-Vosges, il a eu recours à des caissons en bois hermétiquement fermés et remplis chacun de cinq bottes de paille agricole. L’ensemble des matériaux utilisés pour fabriquer les 700 caissons nécessaires au montage de l’immeuble provenait de Lorraine. Pour son nouveau projet encore plus audacieux, l’organisme devrait également doter les appartements de douches plutôt que de baigneurs, ainsi que d’ascenseurs qui se régénèrent et alimentent automatiquement l’éclairage des parties communes en récupérant l’énergie libérée pour le freinage.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 17 avril 2014 10:54

    RIDICULE ! ! ! !
    et le risque d’incendie ?
    faudra t’il imprégner l’immeuble de produits chimiques anti-combustion ?
    vive la pollution !
    un immeuble en bois de 3 étages serait suffisant et tout aussi écologique !
    mais 15 étages ? l’immeuble le plus haut de Saint-Dié ! !
    de l’image sinon rien ?


    • bibou1324 bibou1324 17 avril 2014 14:04

      La paille, comme le bois, ne brûlent qu’en présence d’un comburant, comme par exemple l’air. La paille compressée, utilisée dans la construction, ne brûle pas. Pas besoin de la traiter. Même au bout d’une heure et demi de lance flamme contre un mur en paille, ça ne brûle toujours pas.


      L’avantage, c’est qu’une maison en paille coûte dans les 20 000 ou 30 000€ (et je n’ai pas oublié de zéro). Contre 130 000 pour une maison traditionnelle de même superficie.

      Aucun risque d’incendie, un prix 6 fois moins cher, que pouvez vous reprocher à la paille ?

    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 avril 2014 17:00

      Super projet ...
      Oui ,c’est économique ,surtout en autoconstruction (manchots s’abstenir smiley ).
      Ici des détails :
      http://www.ideesmaison.com/Maison-ecolo/Materiaux-et-equipements/Techniques-de-constructions-ecolos/Mise-en-oeuvre.html.


    • titi 17 avril 2014 23:23

      « paille compressée, utilisée dans la construction, ne brûle pas »

      Moi je vis à la cambrousse.

      Et la paille je sais qui aime ca : les rongeurs.
      Pour avoir vu où pouvait se faufiler des petites souris grises, j’ai un gros doute, sur le fait de pouvoir tenir la paille hors d’atteinte de leurs appétits.


    • anomail 17 avril 2014 11:11

      Arthur : Ah ouais... (regarde autour de lui) Vous avez pensé à la pierre ? (parle de la taverne) Nan parce que c’est joli le bois m’enfin ça... brûle.

      Kaamelott, Un roi à la taverne II
      http://www.kaamelott.info/livre-2/70-un-roi-a-la-taverne-ii.html


      • cilce92 17 avril 2014 15:55

        Une initiative formidable et un exemple à suivre pour d’autres municipalités, j’ose l’espérer !

        Merci pour votre article, même si quelques grincheux, qui n’y connaissent visiblement rien, viennent polluer par leurs commentaires .... Un jour peut-être auront-ils l’occasion de visiter un tel site, et peut-être seront-ils convaincus du bien-fondé ce type de construction ??? Sait-on jamais !


        • nofutur 17 avril 2014 17:37

          Finalement c’est pas mal. Vu le prix si pour rembourser l’emprunt on ne peut plus acheter à manger, on pourra toujours manger les murs et même peut être les fumer !
          Question stupide : outre la complexité du montage, quelle épaisseur de murs pour atteindre d’abord le label BBC et ensuite la RT 2020 ?


          • christian pène 17 avril 2014 17:40

            « la paille et la poutre » comme dirait Mitterrand...


            • joletaxi 17 avril 2014 20:58

              curieux ?

              paraît que éteindre un feu de paille dans une grange est très difficile ?
              pourtant, il s’agit d’un empilement de ballots compressés, un peu comme votre immeuble.
              Généralement, les pompiers sortent tous les ballots pour les éteindre individuellement, impossible d’en arriver à bout en tas ?

              Par contre , pour les maisons en bois, ça brûle extrêmement bien, aux USA, généralement, il ne reste que la cheminée.
              Mais si vous êtes surs....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès