Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Un mouvement de grève paralyse les pharmacies des Dom

Un mouvement de grève paralyse les pharmacies des Dom

Si vous donnez à votre pharmacien la prescription envisagée par Nicolas Sarkozy afin d’augmenter le pouvoir d’achat des habitants des Dom, il est fort probable qu’il vous délivre une médication dont le principal effet secondaire est qu’il n’y a plus beaucoup de pharmacies ouvertes ces jours-ci outremer. Alors, erreur de diagnostic, mauvais remède, homéopathie ?

L’idée du président est la suivante : afin d’augmenter le pouvoir d’achat des Martiniquais, nous allons faire baisser le prix des médicaments. A ces fins, il propose aux pharmaciens de baisser leur marge sur les médicaments. Selon ceux-ci, cela reviendrait à mettre la clé sous la porte pour beaucoup d’officines martiniquaises et à mettre en danger environ 700 emplois, pour la Réunion les syndicats de pharmaciens parlent de la fermeture de la moitié des officines de l’île. D’autre part, les pharmaciens arguent que la baisse des prix des médicaments profitera plus aux mutuelles qu’aux individus.

 

Les pharmaciens ont donc entamé une grève illimitée. Les médicaments urgents peuvent malgré tout être délivrés dans les pharmacies de garde.

 

Les médicaments dans les Dom sont plus chers qu’en métropole. Un coefficient de 30 % est appliqué sur le prix de la vignette afin de tenir compte des coûts induits par le transport et les taxes supplémentaires (dont l’octroi de mer) par rapport à la métropole.

 

La grève avait été suspendue lundi 17 décembre car les représentants des syndicats de pharmaciens domiens étaient reçus au ministère de la Santé ce mardi 18 décembre. Las, la grève a repris dès mercredi. A la Réunion, par exemple, seules quatre pharmacies de garde sont ouvertes pour une population de 750 000 habitants.

 

L’intersyndicale se dit « très déçue » par la rencontre de ce mardi. Il en est ressorti que le gouvernement avait bien la ferme volonté de baisser le coût des médicaments de 3 à 5 % « d’ici à la fin de l’année ». Il apparaît que certaines pharmacies, particulièrement en Guadeloupe, n’auraient qu’une marge de 5 % et ne pourraient survivre à cette baisse.

 

Du côté du gouvernement, aucune information ne fuse, ni sur les chiffres exacts de cette baisse, ni sur une date précise et encore moins sur l’impact de cette mesure sur le pouvoir d’achat.

 

Quant à la population, elle ne soutient que faiblement le mouvement. Les pharmaciens sont en effet souvent vus comme des nantis margeant goulûment. Force est de constater que ceux-ci ne communiquent pas sur le montant de leur marge, ceci alimentant, à tort ou à raison, cette vision. La situation est bien différente d’une officine à l’autre. Comment comprendre en effet qu’un crème pour érythème fessier du nourrisson soit vendu 2,50 € dans une officine martiniquaise et 7,50 € dans l’officine voisine ? Même si sur les médicaments non remboursés le pharmacien est libre de fixer ses prix, il semble que certains soient plus raisonnables que d’autres. Une information détaillée et chiffrée de la part des pharmaciens et du gouvernement pourrait clarifier la situation.

 

Dans l’attente des prochaines assemblées générales décidant de l’opportunité de poursuivre le mouvement, les malades des Dom devront s’armer de patience pour la délivrance de leurs médicaments.

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès