Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Vandières-Louvigny ou l’histoire sans fin

Vandières-Louvigny ou l’histoire sans fin

Le débat au sujet de la gare TGV Lorraine entre les partisans de Vandières et ceux de Louvigny n’est toujours pas tranché, alimentant et suscitant de profondes divisions dans notre province. La question, si on la réduit à l’essentiel, paraît toute simple : faut-il construire une gare d’interconnexion TGV-TER ou se contenter d’un gare à l’architecture minimaliste, uniquement accessible par la route, mais dont le fonctionnement se passe relativement bien jusqu’à aujourd’hui ? Faisons donc le point sur les forces et les faiblesses de chacune des deux solutions.

Commençons par résumer grosso modo la situation. La gare TGV de Louvigny fonctionne, alors que celle de Vandières en est encore au stade de projet afin de remplacer la première, dont on ne sait d’ailleurs pas très bien ce qu’elle pourrait devenir. Mais la polémique continue. L’enquête publique sur ce sujet délicat vient tout juste d’être bouclée.

La gare de Louvigny, construite directement sur la ligne à grande vitesse, a coûté 30 millions d’euros. Le montant comprend le système d’évitement ferroviaire techniquement obligatoire pour 10 millions d’euros. Elle propose, entre autres destinations, 9 allers-retours quotidiens pour Strasbourg avec un temps de trajet d’1h10, 3 pour Lille (2h05) avec arrêt à Roissy Charles De Gaulle, 2 pour Nantes (3h55), 1 pour Rennes (4h05) et 3 pour Bordeaux (5h10) en passant par Tours et Poitiers. A noter que Louvigny se situe à 25 km de Metz, 58 km de Thionville, 38 km de Nancy, 96 km de Sarreguemines et 112 km d’Epinal. Elle a l’énorme avantage, par rapport à Vandières, d’exister et de fonctionner de manière satisfaisante. Elle est de plus facilement accessible en voiture depuis l’A 31. Construite au milieu des champs, elle dispose d’une capacité de stationnement illimitée. Elle pourrait enfin constituer une station idéale pour une nouvelle ligne ferroviaire d’une quarantaine de kilomètres entre Metz et Nancy. Ce projet, bien que cohérent, est énormément coûteux, à raison de 15 millions d’euros le kilomètre, soit un montant total d’au moins 600 millions d’euros. Il permettrait en effet d’obtenir l’intersection fer-fer sur le site de la gare TGV actuelle. Le nouveau barreau ferroviaire en question passerait en surplomb de la gare de Louvigny. Mais en raison de son coût exorbitant, un tel projet n’a que peu de chance de voir le jour, d’autant plus que la liaison ne serait pas opérationnelle avant 2025. La solution Vandière reviendrait quant à elle à 90, voire 100 millions d’euros, pour une mise en service à l’horizon 2015. Pour revenir à la gare de Louvigny, son principal défaut réside dans le fait qu’elle est uniquement accessible par la route, ce qui ne va pas dans les sens des préconisations environnementales actuelles qui penchent en faveur du rail. Mais bon, on ne va pas faire Vandières seulement pour cette raison, d’autant plus que cet argument ne tient pas absolument pas la route justement, compte tenu de l’évolution technologique et automobile avec le prochain avènement des voitures électriques non polluantes. Une autre faiblesse de cette gare tient de l’image désertique qu’elle offre aux voyageurs non Lorrains. De plus, Louvigny rendrait caduques et complètement inutiles les 23 millions d’euros déjà investis à Vandières, en prévision de la construction d’une nouvelle gare, avec l’élargissement du viaduc du canal de la Moselle pour supporter les voies à quai TGV. D’un autre côté, la réalisation de Vandières remettrait en cause les 30 millions d’euros consentis pour faire Louvigny. Enfin, l’architecture minimaliste de Louvigny l’a rend très peu attractive.

Examinons à présent le projet de nouvelle gare à Vandières. La réaliser reviendrait à faire le pari d’une gare TGV métropolitaine qui la mettrait en réseau avec les quatre grandes gares du Sillon Lorrain. Elle permettrait ainsi une bien meilleure fréquentation, afin d’atteindre la barre fatidique et symbolique des 500 000 voyageurs par an, voire même du million avant 2010, alors que Louvigny en affiche 400 000 à ce jour. Vandières est située à 35 km de Metz, 38 km de Nancy, 63 km de Thionville, 108 km de Sarreguemines et 111 km d’Epinal. Le principal avantage de Vandières est que la gare serait construite à l’intersection de la ligne à grande vitesse et du réseau TER, permettant ainsi une liaison rail-rail au cœur du Sillon Lorrain. Elle en renforcerait donc l’effet métropolitain. Le problème est qu’elle se situerait dans un site enclavé, dans lequel la circulation et le stationnement deviendraient rapidement problématiques. Elle nécessite en outre des investissements importants, estimés à 90 millions d’euros, auxquels s’ajouteront encore le montant des travaux routiers à réaliser pour la rendre accessible. Enfin, la gare de Vandières rendrait tout simplement caduque celle de Louvigny qui constitue un équipement fonctionnel, dont la reconversion dans le fret reste encore assez aléatoire et hypothétique.

En conclusion et en l’état actuel des choses, les BLE se prononcent donc pour la réalisation de la gare d’interconnexion de Vandières, mais seulement à la condition que l’avenir de Louvigny soit clairement et définitivement assuré dans le fret.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Antoine 2 novembre 2009 16:04

    Cela illustre bien que la desserte des agglomérations est préférable à un tracé « au moins cher ».

    Le TGV aurait dû passer par Nancy - c’est d’ailleurs sur le chemin - mais un intellectuel de la SNCF a suggéré qu’au milieu de Nancy et Metz, cela desservirait les deux villes. On voit bien que la traffic n’est pas au rendez vous. Tous les bricolages sont maintenant possible, le gachit est la.


    • Lapa Lapa 2 novembre 2009 16:51

      ils sont surtout considéré que le TGV c’était pour aller de Paris à Strasbourg le plus vite possible et ne voyait pas d’intérêt à s’arrêter à des métropoles en phase de récession constante et peu attirantes pour perdre du temps.
      Ils ont bidouillé une gare Champagne, une gare Lorraine, ce qui montre bien le peu de considération pour ces deux régions des décideurs. (en gros : ce sont des bouseux, tout le monde s’en fout).


    • french_car 2 novembre 2009 17:29

      La gare de Louigny ne sert à rien ! La proximité de l’aeroport n’est d’aucune utilité.
      Elle présente l’unique avantage de desservir les villages alentour. Pas esoin de se rendre en ville pour aller chercher la famille qui arrive de Paris !
      Lapa ne méprisez ni Metz ni Nancy ce sont deux villes actives et dynamiques.
      Il est évident que Nancy et Metz doivent être desservies et elles le sont.
      Pourquoi une nième gare ? Pour qui ? Pour croiser le Metrolor ? Mais si l’on vient de Thionville on va prendre le TGV à Metz . Et si l’on vient de Pont à Mousson on a le choix entre Nancy et Metz .


      • denis54450 24 mars 2011 21:58

        Alors pourquoi garder une gare qui ne sert à rien, illustrant la bêtise des politiques. Croiser le TGV et le RER est une bonne chose. Comment faire à présent quand on vient de Nantes, Bordeaux, Lille ou Rennes pour aller à Nancy ou 0 metz ? On change de gare à Paris ? Demain on changera de quai à Vandières. C’est simple.


      • Groupe BLE Lorraine BLE 6 mars 2011 00:55

        Selon le secrétaire d’Etat chargé des Transports, le Conseil d’Etat aurait dernièrement rendu un avis favorable à la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières. Cette dernière pourrait donc voir le jour dans quelques années.


        • Groupe BLE Lorraine BLE 25 mars 2011 11:23

          Quelques semaines seulement après le feu vert du Conseil d’Etat, le ministre français des transports et son secrétaire d’état ont signé mercredi 23 mars 2011 le décret qui autorise le lancement des travaux de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières. La structure pourrait donc finalement voir le jour d’ici quelques années.


          • Groupe BLE Lorraine BLE 30 mars 2011 13:44

            Historique. En accordant un avis favorable à un dossier vieux de plus de 11 ans, le Conseil d’État a donné son feu vert au plus important dossier d’équipement ferroviaire de Lorraine. Un préalable indispensable à la déclaration d’utilité publique en vue de la création de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières.

            En attendant les premiers coups de pioche, qui feront suite aux traditionnels délais pour la maîtrise d’ouvrage et les marchés publics, l’horizon de cette gare devrait se concrétiser à l’horizon 2015. La gare de Vandières aura la particularité technique d’être installée sur un viaduc, avec des voies se trouvant à 13 mètres de hauteur.

            L’investissement devrait se répartir entre l’État français pour environ 50 millions d’euros, le Conseil Général des Vosges à hauteur de 3 millions d’euros et le Conseil Régional de Lorraine, qui a débloqué une autorisation de crédit pour près de 70 millions d’euros.


            • Groupe BLE Lorraine BLE 30 mars 2011 13:46

              Quelques semaines seulement après le feu vert du Conseil d’Etat, la ministre française des transports et son secrétaire d’état ont signé le décret, paru mardi 29 mars 2011, portant sur la création de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières.


              • Groupe BLE Lorraine BLE 11 avril 2011 11:35

                Vandières enfin !

                Il sera possible, fin 2016, pour le voyageur de rejoindre la gare d’interconnexion de Vandières à partir de n’importe quelle gare de Lorraine, afin de prendre les TGV en provenance ou en direction des grandes villes françaises desservies à l’exception de Paris. Cette dernière est en effet directement reliée aux gares des grandes villes lorraines que sont Metz, Nancy, Thionville et Epinal.

                L’idée est de se rendre à Vandières par le train et le moins possible par la route. Celle-ci devra néanmoins être refaite, retraitée et pourrait constituer la contribution du conseil général de la Meurthe-et-Moselle.

                La Moselle, quant à elle, assure qu’elle n’y mettra pas un centime. En 2000 pourtant, Philippe Leroy avait signé un accord de principe, afin de débloquer une situation qui s’enlisait. L’accord prenait acte de la construction de Louvigny et posait les fondations de Vandières, plus dans l’esprit du développement durable. Louvigny assurerait l’ouverture de la ligne et s’effacerait ensuite. Mais personne n’a pensé, par négligence ou par duplicité, à faire voter le texte par les assemblées respectives. Les écrits n’ont donc aucune valeur. Philippe Leroy les renie d’ailleurs, expliquant que sa signature était stratégique.

                La future gare de Vandières devrait ressembler à celle qui fonctionne actuellement à Valence et qui assure le lien entre le réseau des trains express régionaux et le TGV Rhônes-Alpes-Méditerranée.

                Le décret ministériel autorisant la construction de cette gare tant controversée est censé mettre un terme à un long débat qui a opposé les pro-Vandières aux pro-Louvigny (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/vandieres-louvigny/). Le coût était le principal argument des opposants à la nouvelle infrastructure. La Moselle, tenante de la ligne dure anti-Vandières ne semble cependant pas vouloir désarmer.

                ALORS MAINTENANT STOP AUX CONNERIES ET AUX ATERNOIEMENTS SANS FIN. QUE LE CG 57 SE LA FERME CAR LA DECISION EST ACTEE, ALORS ON LA RESPECTE !!!


                • Groupe BLE Lorraine BLE 3 juin 2011 00:04

                  La gare existante de Louvigny arbore aujourd’hui une fréquentation 580 000 visiteurs par an, contre 1,5 million et 1,6 million à Nancy et à Metz. Elle semble donc avoir trouvé sa place et son public auprès des Lorrains.


                  • Groupe BLE Lorraine BLE 26 décembre 2011 18:15

                    Plus de navette à Louvigny !

                    La Région Lorraine a dernièrement décidé de ne plus financer les navettes qui desservent la gare TGV de Louvigny, uniquement accessible par la route, à partir des gares de Metz et de Nancy. La collectivité laisse donc à la SNCF le soin de prendre en charge ce service qui coûte 800 000 euros par an.

                    Le véritable argument de cette décision pour le moins surprenante qui ne va pas améliorer l’image de la Lorraine auprès de ses habitants et des touristes est que certains partenaires ne respecteraient pas leur engagement, à commencer par le Conseil Général de la Moselle.


                    • Groupe BLE Lorraine BLE 26 décembre 2011 18:15

                      Ce dernier prévoit du coup de mettre à l’étude un financement départemental du réseau, afin de transformer l’actuelle gare « Lorraine TGV » en gare « Moselle TGV ». La connerie n’a donc pas de limite (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/04/11/vandieres-enfin/).

                      Rappelons que les navettes transporte chaque mois 3 800 voyageurs, dont certains vers la plateforme logistique de La Poste.


                      • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 20 mai 2012 14:25

                        Le principe de navette routière reliant la gare de Metz à la gare TGV Lorraine, à Louvigny, doit être pérennisé. Une délégation de service public permettra à un opérateur privé d’assurer ce service à partir du 1er janvier 2013 et au moins jusqu’au 31 août 2019. L’exploitant commercial qui sera retenu bénéficiera des recettes perçues auprès des usagers, ainsi que d’une compensation financière versée par le Conseil Général de la Moselle, dont le montant annuel serait de l’ordre de 200 000 euros. Il devra garantir le respect des tarifs de 4,50 euros pour un trajet simple et de 8 euros pour un aller-retour fixés par le CG 57. La SNCF pourra par ailleurs intégrer au billet de train le ticket de la navette, assurant ainsi sa commercialisation.


                        • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 18 mars 2015 20:26

                          Abandon de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières

                          Quelques semaines après les résultats de la consultation publique du 1er février 2015, à laquelle seulement 9,8 % des Lorrains avaient participé, Jean-Pierre Masseret a dernièrement enterré à des fins électoralistes le projet de gare TGV d’interconnexion de Vandières. Bien qu’indispensable et financée par la taxe déjà effective sur les produits pétroliers, cette dernière n’a donc pas survécu à la bêtise du Président du Conseil Régional de Lorraine et aux 4,8 % non représentatif du corps électoral qui a répondu « non » à une consultation non prescriptive quand 91,2 % de ce même corps ne s’est pas déplacé pour voter. Pathétique. Jean-Pierre Masseret nous montre une nouvelle fois tout le courage politique qui l’anime et son grand sens des responsabilités.

                          Vandières, SkylanderA 32Canal Saône-Moselle, etc. : aucun des grands dossiers lorrains n’aboutit. Embourbée par des élus incapables et par un peuple timoré, paysan, inculte et sans ambition, la Lorraine n’est pas prête de s’en sortir.


                          • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 18 mars 2015 20:27

                            Vandières : un panneau pour rappeler les promesses non tenues


                            A Gandrange, Nicolas Sarkozy a eu sa plaque pour rappeler ses promesses non tenuesA Hayange, François Hollande a également eu la sienne. A Vandières, c’est le Conseil Régional de Lorraine, et plus particulièrement son Président, Jean-Pierre Masseret, qui est désormais points du doigt par un panneau de bois de près de trois mètres de haut réalisé par une habitante de Bayonville-sur-Mad. L’objet dénonce les 23 millions d’euros qui ont été engloutis pour rien en vue de préparer le terrain destiné à accueillir la future gare d’interconnexion TGV-TER, avant que le projet ne soit finalement lâchement abandonné par Jean-Pierre Masseret suite aux résultats de la consultation du 1er février 2015. Selon le maire de Vandières, les socialistes, emmenés par le Président du Conseil Régional de Lorraine, portent l’échec retentissant de ce dossier. Le pouvoir de décision leur appartenait en effet.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès