Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Vandières ou Louvigny, il faut choisir

Vandières ou Louvigny, il faut choisir

Alors que les divergences politiciennes lorraines n’en finissent plus de freiner les projets d’intérêt généraux, comme celui de la seconde phase du TGV Est Européen, à l’instar de tant d’autres, il est urgent pour l’avenir de la Lorraine de trancher définitivement la question des gares de Vandières et de Louvigny.

En effet, s’il apparaît certes nécessaire de poser des conditions afin que le TGV Est profite réellement à toute notre belle province, il convient au contraire d’en finir une fois pour toutes avec tous ces atermoiements politiciens et ces querelles autodestructrices. Car, en attendant la fin des stupidités de nos (ir)responsables, la SNCF a dernièrement rappelé que la liaison gare Lorraine TGV-Francfort ne sera pas maintenue et qu’elle n’était guère emballée par un arrêt à Louvigny du TGV de Zurich, préférant ainsi passer par l’axe Rhin-Rhône. Voilà donc où tout cela nous conduit. Quelle bêtise ! Car même dans la perspective d’une ligne TGV complète jusqu’à Strasbourg, les Lorrains se contenteraient de regarder passer les trains devant leurs yeux comme des vaches. Or, il apparaît évident que de tels arrêts internationaux sont vitaux pour notre belle province. Dans le cas contraire, l’intérêt de la deuxième phase serait proche du néant.
 
Pour revenir à cette querelle de clochers vieille comme le monde, Jean-Pierre Masseret a récemment exigé comme condition incontournable à la signature du protocole d’accord financier sur le second tronçon de la ligne à grande vitesse une reconnaissance de la part de l’Etat français de la nécessité de construire la gare d’interconnexion de Vandières. Celle-ci serait ainsi raccordée au réseau TER, notamment sur la ligne Metz-Nancy, et remplacerait la gare intérimaire de Louvigny, accessible uniquement par la route. Une précédente étude avait permis de démontrer la faisabilité technique et le bien fondé d’une telle structure pour l’aménagent du territoire, dans l’optique d’assurer dans de bonnes conditions une correspondance TGV-TER. S’il apparait à nos yeux que la gare de Vandières doit se faire, nous n’arrivons toujours pas à comprendre pourquoi elle n’a pas été faite tout-de-suite. Cela aurait ainsi permis aux Lorrains d’économiser les 27 millions d’euros nécessaires à la construction de la gare de Louvigny. Quelle gestion désastreuse et scandaleuse de l’argent public ! Un cas unique. Franchement chapeau. De même, ce qui nous paraît étrange dans cette bien triste histoire politicienne, ce sont les 100 millions d’euros nécessaires pour bâtir la gare de Vandières, soit plus de trois fois le montant de celle de Louvigny, autant que pour celui de la mise à 2X3 voies de l’A 31 et plus encore que pour celui du Centre-Pompidou Metz ! Elle sera taillée dans le marbre ou quoi cette gare ? C’est tout bonnement incroyable !

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • alex67500 4 août 2009 12:10

    Enfin ! En tant qu’Alsacien, je ne peux qu’applaudir un Lorrain qui voit les choses en face : les chamailleries de bac-a-sable entre Mosellans et Meurthe-et-Mosellans vont finir par mettre en peril un grand projet europeen, et l’image meme des Lorrains en prendra un bon coup au passage.

    Pour une fois, vous auriez pu avoir un gare intelligente, a mi-chemin entre vous (au contraire de l’A4 qui passe a Metz ou de l’ancienne ligne SNCF qui passe a Nancy), et qui plus est proche du TER. Vous choisissez cependant de la placer en rase-campagne, sans aucun acces. Et vous vous battez 5 ans plus tard pour la deplacer, a coup de 100 millions d’Euros (pour rappel : votre contribution pour la deuxieme phase serait d’environ 130 millions...). Et maintenant que la ligne a grande vitesse pourrait enfin prendre une envergure europeenne, et vous retardez les travaux parce que vous n’etes toujours pas d’accord.

    M’est avis que vous ne voulez pas du TGV, et qu’il serait donc logique qu’on arrete tous les investissements ferroviaires dans votre region. Les fonds economises couviriraient probablement ce que vous ne mettrez pas dans la LGV. Et les trains arriveraient plus vite dans les destinations qui veulent vraiment du TGV, vu que les trains ne s’arreteraient pas en Lorraine.

    Alex

    (PS : au fait, l’academie de Lorraine, c’est celle de Nancy ou de Metz ? smiley


    • millesime 4 août 2009 14:23

      La bataille politique au sujet du tronçon TGV est resurgit....(les régionales entrent en gare)
      La deuxième phase du TGV Est et la gare de Vandières ont glissé ostensiblement dans le débat politique sur fond d’échauffement pour les régionales.. !
      L’Europe et la Lorraine se souviennent encore du nombre d’années qu’il a fallu attendre pour le raccordement du réseau autoroutier français à celui d’Outre-Rhin.
      Selon Roger Cayzelles (président du Conseil économique et social de Lorraine CES)
      « il ne serait pas opportun qu’il en soit de même avec le réseau ferré, car il y a urgence ».. !

      en effet en cette période de crise, l’intérêt général prévaut sur les élucubrations politiques et cet intérêt général est de poursuivre sans altermoiements la réalisation du TGV Est.


      • janequin 4 août 2009 20:21

        Il est vrai que le coût programmé de la gare de Vandières semble prohibitif, et ce malgré le fait que les culées des ponts sur la ligne Metz-Nancy et sur la Moselle ont été calculées pour recevoir 4 voies.

        Egoïstement, habitant Rémilly, je suis bien aise de ces arrêts à louvigny, mais il est clair que la gare Lorraine actuelle ne répond pas aux espérances que d’aucuns avaient fondées.

        Le trafic stagne, et les messins et nancéens choisissent encore par les gares parisiennes pour leur voyages vers l’ouest et le nord.

        Il est donc clair que Vandières convient mieux au développement harmonieux de la Lorraine.

        Cela dit, une autre solution, certes bien onéreuse, utilisant par exemple les fonds prévus pour la fameuse autoroute A 32, aurait consisté à créer une relation nouvelle et rapide entre Metz et Nancy, passant par Louvigny, traversant par exemple le Grand Couronné en tunnel pour se raccorder à Pompey à la ligne existante. Cela pourrait mettre les deux villes à 20 minutes au lieu de 40, et permettrait de justifier là encore (de la même manière que Vandières) les arrêts des trains internationaux.

        En ce qui concerne l’arrêt d’un TGV Paris Francfort à Louvigny, il faut dire que la Région Lorraine n’en a pas fait le publicité, en particulier dans les fascicules donnant les correspondances routières existant à Louvigny. Il est dommage de voir par exemple la relation la plus tardive de l’Allemagne vers la Lorraine disparaître (départ de Francfort vers 19h00, arrivée Metz ou Nancy vers 22h30).

        Je me demande également s’il ne s’agit pas d’un échange avec un arrêt en milieu de journée à Forbach !


        • alex67500 6 août 2009 10:45

          Pour revenir sur la question de la desserte et du nombre d’arrets : une fois la deuxieme phase terminee, une grande partie des trains a destination de Francfort passeront par la gare de Strasbourg. Ca va encore reduire le nombre de trains via Lorraine-TGV, et la Moselle.


        • janequin 9 août 2009 09:14

          Erreur, Alex, puisqu’aucun TGV Francfort-Paris - en dehors de celui dont l’arrêt va être supprimé - ne s’arrête à Lorraine TGV.

          Par ailleurs, je ne suis pas sûr du tout que les allemands, qui tiennent à une bonne desserte de Kaiserslautern et de Sarrebruck, acceptent ce détour via Strasbourg, qui n’apportera pas de diminution drastique du temps de parcours.

          3h50 actuellement entre Paris et Francfort en train direct
          4h15 actuellement avec passage par Karlsruhe.
          Si o retire les 25 min de gain escomptés avec la ligne nouvelle Baudrecourt-Vendenheim, on arrive à 3h50 également.

          Il vaut mieux que Strasbourg compte, pour ses relations avec Francfort, voire Berlin, sur le TGV Rhin-Rhône.


        • alex67500 12 août 2009 17:40

          Il y en a qui feraient bien de se lire avant d’ecrire...

          Pour revenir sur les trains pour Francfort qui passerait par Strasbourg, c’est un article du journal l’Alsace qui en parlait. En relisant la phrase, c’est vrai que la phrase est equivoque, et que ca parle peut-etre des trains de la LGV Rhin-Rhone.

          L’article :
          http://www.lalsace.fr/fr/region/alsace/article/1676473,208/La-convention-de-financement-de-la-seconde-phase-signee-le-25-juin.html


        • janequin 29 septembre 2009 13:44

          ça provient du journal L’Alsace... !


        • Groupe BLE Lorraine BLE 30 mars 2011 13:48

          Historique. En accordant un avis favorable à un dossier vieux de plus de 11 ans, le Conseil d’État a donné son feu vert au plus important dossier d’équipement ferroviaire de Lorraine. Un préalable indispensable à la déclaration d’utilité publique en vue de la création de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières.

          En attendant les premiers coups de pioche, qui feront suite aux traditionnels délais pour la maîtrise d’ouvrage et les marchés publics, l’horizon de cette gare devrait se concrétiser à l’horizon 2015. La gare de Vandières aura la particularité technique d’être installée sur un viaduc, avec des voies se trouvant à 13 mètres de hauteur.

          L’investissement devrait se répartir entre l’État français pour environ 50 millions d’euros, le Conseil Général des Vosges à hauteur de 3 millions d’euros et le Conseil Régional de Lorraine, qui a débloqué une autorisation de crédit pour près de 70 millions d’euros.


        • janequin 9 août 2009 15:03

          T’as un problème, Briel ?


          • Groupe BLE Lorraine BLE 6 mars 2011 00:56

            Selon le secrétaire d’Etat chargé des Transports, le Conseil d’Etat aurait dernièrement rendu un avis favorable à la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières. Cette dernière pourrait donc voir le jour dans quelques années.


            • Groupe BLE Lorraine BLE 25 mars 2011 11:22

              Quelques semaines seulement après le feu vert du Conseil d’Etat, le ministre français des transports et son secrétaire d’état ont signé mercredi 23 mars 2011 le décret qui autorise le lancement des travaux de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières. La structure pourrait donc finalement voir le jour d’ici quelques années.


              • Groupe BLE Lorraine BLE 30 mars 2011 13:49

                Quelques semaines seulement après le feu vert du Conseil d’Etat, la ministre française des transports et son secrétaire d’état ont signé le décret, paru mardi 29 mars 2011, portant sur la création de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières.


                • Groupe BLE Lorraine BLE 11 avril 2011 11:36

                  Vandières enfin !

                  Il sera possible, fin 2016, pour le voyageur de rejoindre la gare d’interconnexion de Vandières à partir de n’importe quelle gare de Lorraine, afin de prendre les TGV en provenance ou en direction des grandes villes françaises desservies à l’exception de Paris. Cette dernière est en effet directement reliée aux gares des grandes villes lorraines que sont Metz, Nancy, Thionville et Epinal.

                  L’idée est de se rendre à Vandières par le train et le moins possible par la route. Celle-ci devra néanmoins être refaite, retraitée et pourrait constituer la contribution du conseil général de la Meurthe-et-Moselle.

                  La Moselle, quant à elle, assure qu’elle n’y mettra pas un centime. En 2000 pourtant, Philippe Leroy avait signé un accord de principe, afin de débloquer une situation qui s’enlisait. L’accord prenait acte de la construction de Louvigny et posait les fondations de Vandières, plus dans l’esprit du développement durable. Louvigny assurerait l’ouverture de la ligne et s’effacerait ensuite. Mais personne n’a pensé, par négligence ou par duplicité, à faire voter le texte par les assemblées respectives. Les écrits n’ont donc aucune valeur. Philippe Leroy les renie d’ailleurs, expliquant que sa signature était stratégique.

                  La future gare de Vandières devrait ressembler à celle qui fonctionne actuellement à Valence et qui assure le lien entre le réseau des trains express régionaux et le TGV Rhônes-Alpes-Méditerranée.

                  Le décret ministériel autorisant la construction de cette gare tant controversée est censé mettre un terme à un long débat qui a opposé les pro-Vandières aux pro-Louvigny (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/vandieres-louvigny/). Le coût était le principal argument des opposants à la nouvelle infrastructure. La Moselle, tenante de la ligne dure anti-Vandières ne semble cependant pas vouloir désarmer.

                  ALORS MAINTENANT STOP AUX CONNERIES ET AUX ATERNOIEMENTS SANS FIN. QUE LE CG 57 SE LA FERME CAR LA DECISION EST ACTEE, ALORS ON LA RESPECTE !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès