Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Info locale > Vosges : Fantastic’arts ou la révolution des jonquilles

Vosges : Fantastic’arts ou la révolution des jonquilles

D’un point de vue cinématographique, depuis son transfert d’Avoriaz à Gérardmer, l’écran fantastique s’est considérablement noirci. Reflet d’une triste époque ou non, le gore croque à pleines dents une programmation où la violence le dispute à l’horreur. L’addiction du jeune public est à ce prix.

D’un point de vue touristique, l’arrivée des premières stars constitue un véritable rituel qui conduit année après année les fans à faire l’assaut du Grand Hôtel. Pour le maire de la cité, la séance d’autographes donne généralement le départ de l’édition. Le festival représente en effet, avec le lac et les sports d’hiver, l’une des marques de Gérardmer. Les touristes séjournant ici ont souvent connu la Perles des Vosges durant leur jeunesse grâce aux nombreuses colonies de vacances qui y étaient implantées. C’est moins vrai aujourd’hui. C’est pourquoi la ville doit sans cesse renouveler ses moyens pour séduire les jeunes.

D’un point de vue événementiel, pour qu’un festival vive, il doit être reconnu. Seule la crédibilité de son palmarès peut lui offrir cette pérennité, d’où la nécessité de composer des jurys avec des gens de métier. Cette volonté d’excellence et de qualité s’est par exemple matérialisée avec des films comme Scream, Saw ou Rec qui ont tous été primés.

D’un point de vue économique et politique, le maire de Gérardmer célèbre cette année le festival « comme la 18ème victoire remportée sur l’adversité », puisque chaque saison constitue un défi financier à relever. Mais la défection de plusieurs sponsors, depuis 2008, a fait douter les organisateurs de ce rendez-vous au parfum si particulier. Ce qui rend l’événement d’autant plus poignant. Car si le budget de 800 000 euros est stable, il n’en reste pas moins à l’étiage depuis plusieurs années. Le président de l’association Fantastic’arts avoue qu’il est désormais impossible de descendre sous ce seuil. Malheureusement, pour d’obscurs conflits d’intérêts et de sombres calculs politiciens, les organisateurs se sont résignés à faire une croix sur le soutien du département des Vosges. Selon le maire de Gérardmer, « on est les moutons noirs de Poncelet ». Alors que l’aide du conseil général aux communes n’a représenté en 2010 pour les Géromois que 0,66 euros par habitant, la moyenne départementale s’établissait à 80 euros. Rappelons pourtant que le festival rapporte à la ville de la notoriété, donc au département et donc à la Lorraine. Ne pas aider financièrement le festival revient à scier comme un bûcheron la branche sur laquelle on est assis. C’est également faire injure à la promotion, ainsi qu’au développement touristique et économique de tout un territoire.

Après des décennies sous le règne de Mister Poncelet, le bilan vosgien est triste, sombre et implacable : tous les indicateurs socio-économiques, ou presque, sont au rouge : déficit démocratique, essoufflement démographique, pertes et destructions industrielles… Comment voulez-vous qu’un papy de 83 ans soit encore dans le coup ? Le potentiel vosgien est pourtant énorme, rien que pour l’essor des acticités touristiques, qui sont non délocalisables, avec le thermalisme et les sports de montagnes. Autant de secteurs sous-développés dans le département. L’avenir des Vosges appartient aux Vosgiens. Il est grand temps qu’ils ouvrent enfin les yeux. Le règne de Poncelet n’a que trop durer. La révolution des jonquilles doit commencer.

_ _ _

Palmarès du Festival International du Film Fantastique - Gérardmer 2011 :

Grand Prix, avec le soutien de la Région Lorraine : Bedevilled réalisé par Jang Cheolsoo.
Prix du Jury : Ne nous jugez pas, réalisé par Jorge Michel Grau, à égalité avec The Loved Ones, réalisé par Sean Byrne.
Prix de la Critique : J'ai rencontré le Diable, réalisé par Kim Jee-Woon.
Prix du Jury Jeunes de la Région Lorraine : J'ai rencontré le Diable, réalisé par Kim Jee-Woon.
Prix du Public L'Est Républicain / Vosges Matin : J'ai rencontré le Diable, réalisé par Kim Jee-Woon.
Prix du Jury Syfy : The Loved Ones, réalisé par Sean Byrne.
Grand Prix du Court Métrage : Le Miroir, réalisé par Sébastien Rossignol.
Prix du Meilleur Inédit Vidéo : Triangle, réalisé par Christopher Smith.

 Ne nous jugez pas, réalisé par Jorge Michel Grau (Prix du Jury) :

 

J'ai rencontré le diable, réalisé par Kim Jee-Woon (Prix de la Critique, Prix du Jury Jeunes de la Région Lorraine, Prix du Public L'Est Républicain / Vosges Matin) :

 

The Loved Ones, réalisé par Sean Byrne (Prix du Jury) :


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 31 janvier 2011 11:08

    Ah, la vieille tradition de la fête des jonquilles à Géradmer !
    On y venait de très loin, en famille
    Il y a encore de beaux restes
    Le règne de Poncelet, dans sa bonne ville de Remiremont, où il commença sa carrière, fut au début prometteur, avant qu’il ne devienne un éléphant local incontournable et ne s’enracine au Sénat

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès