Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > 10 milliards d’Euros d’aide annuelle de la France aux pays (...)

10 milliards d’Euros d’aide annuelle de la France aux pays pauvres, alors que la France est pauvre

Charité bien ordonnée…

« L’Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique et l’amélioration des conditions de vie dans les pays concernés. »[1]

 

« Avec près de 10 milliards d’euros par an (9,348 Millions d’euros en 2011), la France est le quatrième contributeur mondial d’Aide publique au développement (APD). Elle est le deuxième contributeur en pourcentage du Revenu national brut (RNB), avec 0,46%. »

Et pourtant, « selon l'Insee, la France compte environ 8,6 millions de pauvres, soit environ 14 % de la population et 20 % des enfants.

Durant la période 2000-2009, le taux de pauvreté de l'ensemble des ménages a enregistré une légère hausse : + 0,3 %, tendance qui se poursuit par la suite, passant de 7 382 000 pauvres en 2004 à 8 173 000 en 20094, et à 8 600 000 en 2010.

En 2008, 25 % des salariés gagnent moins de 750 euros par mois, et en 2010 il y a 3 291 000 enfants pauvres en France. [1] »

Et pourtant la France alloue 9,348 Milliards d’euros pour financer d’autres pays. L’Afrique est le premier bénéficiaire de l’Aide Publique au développement française (55%), et en particulier l’Afrique subsaharienne (41%). 

Et pourtant l’Afrique subsaharienne ne se développe pas malgré cette aide au développement en milliards d’euros ! Mais où vont ces milliards ?

 

Si l’on en croit la diplomatie française, à travers sa coopération internationale, chargée de cette aide, la France va continuer « une politique de développement ambitieuse, avec des objectifs redéfinis. Trois priorités guideront son action :

-  le développement économique des pays qui en ont besoin, avec en contrepartie le respect des exigences démocratiques, le renforcement de l’État de droit et la promotion des droits des femmes ;

- en deuxième lieu, la sécurité, car il ne peut y avoir de sécurité dans la durée sans développement, ni de développement sans sécurité ;

- enfin, la préservation de la planète, notamment du climat. »[1]

Au vu de ces priorités et depuis le temps que la France s’y consacre à travers l’Aide Publique au Développement on comprend l’ampleur de la déception.

Relativement à la première priorité de l’aide : Si la conditionnalité qui l’accompagne devait être vraiment appliquée, à savoir « le respect des exigences démocratiques, le renforcement de l’État de droit et la promotion des droits des femmes », jamais cette aide n’aurait été octroyée ! Cette aide finance des pays avec des gouvernants putschistes et qui piétinent les droits de l’homme si ce ne sont des narcotrafiquants.

Quant au « développement économique » que cette APD est supposée appuyer, c’est un vœu pieux. Les pays africains « bénéficiant » de cette aide végètent encore dans le sous-développement économique et sont écrasés par des régimes où la corruption et les détournements des biens publics sont un sport gouvernemental. Qu’elle soit sous forme d’appui directe ou indirecte aux institutions publiques, l’aide est, elle-même, détournée. Les responsables nationaux des projets de développement financés par cette aide, sont nommés pour puiser dans les moyens financiers et matériels pour leur propre compte. Les détournements de fonds publics sont entrés dans les mœurs publiques. Les responsables politiques et administratifs sont d’ailleurs « appréciés » à la fortune qu’ils ont détournée et grâce à cette fortune, ils obtiennent les postes d’influence, achètent les électeurs, manipulent les élections et ont les « moyens politiques » de leur élection et cela grâce à l’aide au développement détournée et aux financements complaisants d’institutions internationales supposées aider au rétablissement des « grands équilibres économiques ».

L’on pourrait considérer qu’en ce domaine, l’aide publique au développement est, elle-même, un blocage du développement car elle aboutit à l’effet contraire aux attentes. Elle pénalise le « respect des exigences démocratiques et le renforcement de l’État de droit » et continue à appui l’asservissement des peuples.

D’ailleurs, c’est souvent avec cette aide que les gouvernants maintiennent leurs peuples « en laisse ». Avec cette aide, ils « alimentent », les besoins élémentaires de leurs peuples et les neutralisent. Sans cette aide, ils auraient des comptes à rendre sur la gestion des ressources nationales qu’ils dilapident et ne servent pas le peuple. Car ce dernier crierait très vite famine et virerait ses gouvernants corrompus.

Quant à la seconde priorité de l’Aide au développement telle que prônée par la Diplomatie française, à savoir « la sécurité » (« car il ne peut y avoir de sécurité dans la durée sans développement, ni de développement sans sécurité »), il n’est nul besoin de démontrer son inefficacité eu égard à ce qui se passe justement dans les pays sahéliens pour lesquels cette aide est fournie depuis de dizaine d’années.

Insécurité, terrorisme, criminalité, drogue, otages…. La zone n’a jamais était aussi dangereuse. Il se pourrait qu’une importante même partie de cette Aide au développement soit allée, indirectement, « aider » le développement du la criminalité organisée car ceux qui justement en haut-lieu en bénéficient ne sont souvent pas recommandables.

Enfin quant à la troisième priorité de l’aide française au développement, notamment « la préservation de la planète », il n’est nul besoin de voir que le désert avance dans la plupart des pays sahéliens, que « les ceinture vertes » érigées autour des villes à coups de millions d’euros sont devenues des dunes, que les populations rurales entières se sont ruées vers les villes (l’aide a pénalisé leur production agricole et l’a même remplacée), que les villes de ces pays, y compris les capitales sont des bidonvilles laissées à leur compte et que l’exploitation irraisonnée des ressources naturelles empoisonne les pays et leur environnement

Alors où va cette aide ?

Si l’on examine la structure de l’aide publique française au développement en 2011, elle se présente de la façon suivante :

Composition Aide Bilatérale nette :

- 37% au financement des projets

- 16% pour l’assistance technique

- 15% pour les allégements de dettes

- 7% en Aide budgétaire

- 25% autres

Répartition sectorielle de l’APD Bilatérale :

- 16% : Education

- 2% santé

- 16% : développement durable

- 5% : Agriculture

- 12% : Soutien à la croissance

- 49% : autres secteurs

Il suffit de considérer ces pourcentages pour comprendre l’inefficacité de l’APD française. Pour cela prenons un exemple celui d’un des pays qui lui en bénéficie : la Mauritanie.

Régime sous la dictature, 46% de sa population vit en dessous du seuil de pauvreté, 26 % de déshérités sans logement, 90% sans prévoyance ni sécurité sociale, 75% de la jeunesse au chômage. 85 % de femmes sans emploi, 78 % de familles vivant de l’informel, 75 % vivant de l’aide alimentaire internationale , 90% des richesses entre les mains de 5 % de la population, 60% d’analphabètes , 78 pour mille de mortalité infantile, 0,6 d’indice de développement humain, administration à 99 % corrompue, politiques à 100% aigris, intellectuels à 90% suivistes, fonctionnaires à 100% endettés, gouvernement de laudateurs, commerçants banquiers-véreux, sénateurs-commerçants, députés sans assemblée, hôpitaux mouroir, pharmacies-boutiques, économie surendettée, régions déshéritées, police corrompue, armée confisquée, élèves entassés, enseignants déconsidérés et misérables, familles en déliquescence, enfants dans la rue, mendiants dans les avenues, imams pro-putschistes, justice asservie, , société en otage, président stupéfiant, dignité bafouée, peuple piétiné, désert qui avance, quartiers nauséabonds, bidonvilles à ciel ouvert, drogue à fleur de rue, médias achetés, cigarettes pain quotidien, consciences achetées, pétrole liquidé, contrats falsifiés, terroristes déguisés, marchés publics privés, trésor public pillé…parlement illégal, élections bafouées.

3,5 millions d’habitants de pauvres en Mauritanie dans un pays sous-développé et pourtant l'APD française lance des cocoricos !

Mais il faut dire que, curieusement, la Mauritanie, avec ses 3,5 millions de pauvres est moins à plaindre car il reçoit une APD de la France qui compte, elle-même, un peu moins de 9 millions de pauvres !

Curieux n’est-ce pas ? 10 milliards d’Euros annuellement de l’aide publique française aux pays sous-développées alors que la France jette ses ouvriers à la rue en fermant des complexes industriels entiers, qu’elle souffre de déficits faramineux dans ses systèmes sociaux alors qu’avec ses 10 milliards d’euros elle pourrait résoudre ses difficultés notamment sociales (chômage notamment).

Il est vrai comme, cela fut dit, que le coq est le seul animal qui chante avec les pattes dans la boue. Charité bien ordonnée doit commencer par soi-même.

Ceci dit, l’auteur de cet article n’ignore pas que l’APD n’a pas seulement pour but « d’aider » les pays pauvres mais qu’elle réalise la stratégie politico-économique de la France et son « rayonnement » économique, industriel et culturel à l’échelle internationale en tant que puissance.

 Mais que vaut une Aide Publique au développement si elle vaccine un enfant contre la poliomyélite et lui donne une chance de survivre mais qui meure dans des guérillas avec des armes fournies par la France ou ses alliés occidentaux à travers ses alliances stratégiques ?

Mais que vaut une aide publique au développement, s’il y a aide et pas de développement et si la pauvreté s’accroit en France et dans les pays qu’elle aide ?

Que vaut l’aide au développement si par retour d’investissement ce sont les sociétés occidentales qui bénéficient des contrats d’achat de biens et de services qui sont lancées dans le cadre des « projets de développement » lancés au titre de l’aide publique de développement ?

Que vaut l’aide publique au développement si elle bénéficie à des régimes corrompus de pays africains qui la détournent directement ou indirectement en toute impunité. Sachant bien que le donateur n’ignore pas la chose.

Que vaut une aide publique au développement supposée renforcement le rayonnement de la France à l’étranger alors que des français et autres sans papiers démunis dorment sous les ponts ?

La sagesse, (pas celle du politique, qui en France n’en n’a plus, pris dans ses ambitions électoralistes) impose de réinvestir au moins une partie de l’aide publique au développement en France pour aider ceux que l’on licencie à tour de bras et dont on ferme les lieux de travail (usine et entreprises de secteurs divers).

Je sais que certains économistes pointilleux, s’attacheront à trouver dans ces propos une rationalité non cartésienne et clameraient que l’injection des moyens financiers de l’aide au développement dans l’économie française serait une source d’aggravation de l’inflation, soit de l’augmentation généralisée de prix et par conséquent un déséquilibre d’agrégats macro-économiques. Ils préféreront dire oui au FMI et niet aux

D’autre penseront que mon raisonnement de ressortissant du tiers-monde est sadomasochistes et que c’est se couper l’herbe sous les pieds de pays qui ont besoin de l’aide.

Certes, les pays en développement ont besoin de l’aide publique au développement mais celles qui continue à renforcer la misère et à conforter les despotes. Certes, le vaccin d’un enfant, espoir de demain est un don inestimable mais faudrait-il qu’il puisse survivre au despotisme et aux conflits que déclenchent des régimes que cette aide soutient et qui l’envoient mourir pour de mauvaises causes.

Dans la question de l’aide publique eu développement au-delà des grandes théories économique et des « joutes » intello-intellectuels, du rayonnement des nations et de leurs intérêts inavoués, il n’y a qu’une seule chose qui compte c’est la souffrance des peuples. Que l’on souffre dans les Zones urbaines sensibles en France (où le chômage et son dérivé, le banditisme, tuent) ou que l’on souffre dans les rues de Goma (où la misère et son dérivé, la guérilla, tuent), la souffrance humaine est identique. 

Alors avec ses 10 milliards d’euros annuels, l’aide publique au développement française est, à l’international, un coup d’épée dans l’eau, tout au moins pour ceux auxquels elle est destinée. Son redéploiement est une urgence non pas dans son niveau mais dans ses modalités d’octroi pour qu’elle n’aille pas conforter des régimes despotiques et des pays mal gouvernés au nom du « rayonnement » de la France.

Dans le cas contraire, qu’elle revienne aux pauvres de France. N’est-il, pas plus sage d’employer un chômeur chez soi que de faire vivre un despote chez les autres. Il en va de la survie des uns et des autres.

 

Pr ELY Mustapha



 


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 11 juin 2013 14:18

    ça laisse songeur .................


    • Mr Dupont 12 juin 2013 06:51

      Mr l’auteur

      Oui la France est pauvre qui oblige Marie- Arlette Carlotti ,ministre de l’exclusion en campagne électorale ,ancienne porte-parole de Mr Guérini , à faire dans la grivelerie et ensuite exercer des pression sur le restaurateur pour avoir osé réclamé son du

      http://www.lepoint.fr/societe/marseille-marie-arlette-carlotti-part-sans-payer-l-addition-11-06-2013-1679820_23.php

      Aider la France de cette manière pour qu’elle puisse continuer à être généreuse dans le monde , c’est vous dire la bonté de ceux qui nous gouvernent

       


    • non667 11 juin 2013 14:24

      il y a plus de 30 ans le président léopol sengor avait dit :
      l’aide humanitaire consiste a prendre l’argent des pauvres des pays riches pour le donner au riches des pays pauvres !
      il n’a pas précisé que 50% revenaient aux dirigeants des pays donateurs (plaquettes de diamants  ! )


      • demosoluce 11 juin 2013 18:17

        C’est exactement cela non667,

        le système est extraordinaire d’ingéniosité, il faut bien le reconnaître :

        cet argent est de l’imposition, c’est donc la classe moyenne qui la finance et surtout pas les riches qui peuvent placer leur argent pour être non imposables. Une petite partie est détournée mais ne nous leurrons pas, ce n’est pas la majorité. Suffisamment pour que les merdias continuent leurs argumentations fatalistes : « comment voulez vous que ça marche si il y a autant de corruption. Ces pauvres africains s’enterrent eux-mêmes en n’exigeant pas la démocratie malgré nos aides et notre charité. » Et cela facilite aussi la mise à l’écart de dirigeants qui ne donneraient plus entière satisfaction : c’est plus simple d’évincer un dictateur.

        La grande majorité de l’aide sert à acheter des biens des grandes sociétés des pays donateurs. Mais cela ne veut pas dire que ces biens sont produits dans le pays donateur, non, non. C’est juste pour les actionnaires et permettre aux hauts cadres dirigeants de se payer un salaire que vous n’imaginerez jamais obtenir même dans un rêve sous exta, quand l’actionnaire principal est l’Etat.

        C’est bien pensé, rien à dire


      • macha macha 11 juin 2013 15:38

        Cela me laisse sans voix...


        • Robert GIL ROBERT GIL 11 juin 2013 15:48

          l’aide aux payq pauvres n’est jamais gratuite, ensuite nos entreprises ont de juteux marchés et les politiques des retrocommisssions ! Encore une foi l’argent public ne sert que des interets privés...on appel cela la libre entreprise !


          • foufouille foufouille 11 juin 2013 16:28

            c’est crassus qui doit etre content


            • stepht 11 juin 2013 16:42

              Non monsieur, ces 10 microscopiques milliards n’appauvrissent pas la France. Bien au contraire. Bien sûr, l’amitié ne s’achète pas. Mais si la France veut une posture internationale, elle doit l’assumer. Et je trouve un certain nombre d’avantages à ce qu’elle ne le fasse pas de façon exclusivement militaire ! On s’enrichit à échanger, à se rapprocher des autres. Pas seulement à l’échelle de l’individu...
              Ce qui appauvrit la France et toute l’Europe libérale, ce n’est donc pas cette misérable dizaine de milliards d’euros, mais les centaines de milliards confisqués par les banques sous forme d’intérêts ; ce sont les milliers de milliards d’euros injectés dans ces même entités assoiffées de liquidités, alors même qu’il a été établi que leurs activités sont intolérables : voir le scandale du LIBOR, et autres activités criminelles, en quasi impunité...


              • bnosec bnosec 12 juin 2013 12:45

                 smiley
                10 microscopiques milliards ???


              • stepht 12 juin 2013 19:12

                Oui bnosec. dix est microscopique par rapport à mille. Que ce soient des milliards, des centimes, des lingots de platine ou des grains de blé.


              • Cocasse Cocasse 11 juin 2013 17:07

                Note qui si on pouvait récupérer les 80 milliards gaspillées dans le coût de l’immigration, je serais partant pour qu’on file 20 milliards au lieu de 10 à ces pays.


                • Cocasse Cocasse 11 juin 2013 17:10

                  Je dis ça pour la forme, mais votre article est très intéressant. Merci !


                • Bulgroz 11 juin 2013 17:47

                  Une vision de la seule aide Française n’est pas correcte.

                  Vous dites : »Répartition sectorielle de l’APD Bilatérale :16% : Education, 2% : santé, 16% : développement durable, 5% : Agriculture, 12% : Soutien à la croissance, 49% : autres secteurs

                  Il suffit de considérer ces pourcentages pour comprendre l’inefficacité de l’APD française. »

                  En quoi la lecture de ces pourcentages permet de comprendre cette inefficacité qui pour moi ne saute pas aux yeux ? Merci de le préciser.

                  Mais, il n’ y a pas que l’aide de la France (11,5 Milliards USD) dans le monde, il y a aussi l’aide des institutions européennes (11,8) et celle des autres pays européens (6,7) soit 30 Milliards USD. Il ne faut donc regarder la seule aide Française.

                  L’aide Publique au développement mondial c’est à peu prés 140 milliards USD par an dont 400 Millions pour la seule Mauritanie que vous citez.

                  Et la répartition de cette aide totale pour la Mauritanie montre que 83% est consacrée à l’apurement de sa dette extérieure. C’est donc sans doute pour cela que vous ne voyez pas à quoi cet argent est destiné. Le 2e poste par importance (2.58%) concerne « Government & Civil Society-general »

                  Concernant l’aide Française, il me revient que la France a financé pour 15 Millions d’euros la préparation des dernières élections présidentielles en établissant un système informatisé d’état civil infalsifiable en arabe et en français avec cartes d’identité.

                  Il est effectivement triste de voir que la Mauritanie a besoin au 21e siècle d’aide pour avoir un état civil digne de ce nom.


                  • wawa wawa 11 juin 2013 17:51

                    Je ne sais pas si les 10 Geuro sont exact, mais çà fait grosso-modo 150 e/ francais

                    (j’ai pris cette habitude de tout ramener par habitant, car des millard, c’est difficile à conceptualiser)


                    • Richard Schneider Richard Schneider 11 juin 2013 19:07

                      Article qui fait réfléchir ...

                      Ne plus rien donner aux pays « pauvres » (pauvreté surtout pour la grande majorité de la population) ne réglerait probablement pas le pb. Mais donner dans le vide pour ces mêmes populations ne fait pas avancer le schmilblik.
                      Alors que faire ? Ne pourrait-on essayer de concilier la nécessaire présence française - car elle serait inéluctablement remplacée par d’autres puissances - et la non moins nécessaire obligation de faire que cet argent aille dans le sens du développement de ces pays ?
                      Je ne suis pas spécialiste de cette question. En tout cas, cet article est très utile ; on y apprend des choses très intéressantes.

                      • Pr ELY Mustapha Pr ELY Mustapha 11 juin 2013 22:16

                        @wawa

                        Vous écrivez « je ne sais pas si les 10 Geuro sont exact ».

                        Voyez ici : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/enjeux-internationaux/aide-au-developpement-et/dispositifs-et-enjeux-de-l-aide-au/l-aide-publique-au-developpement/

                        @Bulgroz

                        Vous écrivez « En quoi la lecture de ces pourcentages permet de comprendre cette inefficacité qui pour moi ne saute pas aux yeux ? Merci de le préciser. ».

                        Tenez..

                        Sachant que le détournement se fait souvent au niveau du budget de l’Etat bénéficiant de l’aide et puisque la structure de l’APD montre que 15% vont à allègement de dettes (une dette issue de prêts de financements détournés) et 7% en Aide budgétaire, on comprend déjà l’ampleur des dégâts.

                        Sachant aussi que 37% de l’APD vont au financement des « projets » et que les détournements des biens publics (meubles et immeubles) les plus dénoncés dans nos pays se font au niveau des projets (les dirigeants nomment leurs « protégés » à la tête des projets pour les détourner- les cas sont notoires et impunis en Mauritanie par exemple)

                        L’on peut considérer, eu égard à l’ampleur des détournements de biens publics constatés, que déjà presque 60% de l’APD sont directement ou indirectement notoirement détournés.

                         

                        @stepht

                        Vous écrivez : « Non monsieur, ces 10 microscopiques milliards n’appauvrissent pas la France. Bien au contraire. Bien sûr, l’amitié ne s’achète pas »

                        Cher(e) ami(e), entre Etats comme on dit, il n’y a pas d’amitié mais des intérêts. Quant « aux 10 microscopiques milliards (qui) n’appauvrissent pas la France », c’est au SDF transi sous le Pont Charles De gaulle que vous devriez faire la remarque.

                         

                        Cordialement


                        • alinea Alinea 11 juin 2013 23:14

                          Il faut quand même garder des bonnes relations avec les potentats locaux pour qu’on puisse continuer à piller leur sous-sol, sans précaution écolo va sans dire ! La richesse des occidentaux ne repose que sur le pillage de l’Afrique, cela mérite bien quelques bakchichs, non ?


                          • bnosec bnosec 12 juin 2013 12:47

                            « La richesse des occidentaux ne repose que sur le pillage de l’Afrique »

                            C’est vrai, on leur doit tout aux africains...

                            Vous êtes affligeant.


                          • Lecrabe 12 juin 2013 12:43

                            Si votre article démontre aisément le détournement chronique, systématique et généralisé de l’APD, je ne peux que m’inscrire en faux sur votre titre erroné : non la France n’est pas pauvre, loin s’en faut.

                            Aussi je ne peux vous rejoindre sur cette idée fallacieuse que votre article sous-tend :
                            il y a des pauvres en France, donc la France est pauvre, donc elle ne peut pas se permettre d’aider plus pauvre qu’elle.

                            La France est riche, et pas qu’un peu.
                            Ce qui ne l’empêche nullement, bien au contraire, d’organiser la pauvreté et la paupérisation de son peuple, ni de se servir d’une partie de cette richesse pour servir des intérêts bien opaques sous couvert d’« aide » internationale.

                            La France est dirigée par les gros capitaux et ceux ci n’ont pas pour but d’aider qui que ce soit mais de se nourrir et de croitre pour eux même. Il est donc logique qu’aucune aide venant de ceux là ne soit destinée à conforter autre chose que leurs propres intérêts, en France ou ailleurs.

                            Une suppression de l’APD n’aurait aucun impact positif sur le niveau de vie des Français. Il y aurait juste une réorganisation du système pour continuer de corrompre et piller l’Afrique par d’autres moyens.
                            Et ce serait malheureusement jeter le bébé avec l’eau du bain : les pays riches (comme la France) ont le devoir d’aider TOUS leurs citoyens ET les pays pauvres, c’est à nous de construire une France qui se donne les moyens de ses ambitions morales de justice sociale en reprenant le pouvoir à ceux qui n’en ont cure.


                            • soi même 12 juin 2013 14:25

                              Il serait temps, de mettre aux pain sec et à l’eau tous nos grands élues de la République !
                              Peut être, à près ce régime amaigrissement de leurs parachutes dorés, ils leurs viendraient à l’évidence qu’il y a des solutions viables.
                              Par contre penser que l’on doit rien à certains pays, c’est faire fit de notre dette que l’on à vis à vis de certains pays qui dans notre passé nous avons pas répugner à l’exploité jusqu’à leurs substances moelle. La contribution à des pays tiers n’est que justice, et il y a pas de raison de l’arrêter, par contre il est vrai que nous devons tous être mobile pour trouver une solution crédible pour nous sortir de l’impasse quitte à bousculer ces notables élues et de rappeler à leurs véritable devoir l’État.


                              • smilodon smilodon 12 août 2013 22:23

                                 La France est un « pays riche », peuplé de milliers de SDF, de millions de « sous-smicards », de millions de « juste smicards », bref, comme les USA, la France, le PAYS« est RICHE .......La Chine aussi est »riche« ....La Russie pareil !... Plein, tout plein de pays sont riches !.... Sans avoir jamais réussi, ni les uns ni les autres à rendre toute leur population, sinon riche, du moins pas »indigente«  !.... Mais la France ne dérogeant pas à une règle commune, si le jardin du voisin est mieux éclairé, on y voit bien plus de défaut que dans le sien propre, totalement dans le »noir«  !... Raison pour laquelle, on pleurera plus facilement pour les petits haïtiens ou bengladais qu’on verra aux »infos« , que pour la famille miséreuse qui vit dans une vieille baraque non chauffée, à deux pas de notre immeuble 3 étoiles !.... Que les mômes portent les cheveux lisses et clairs, ou sombres et frisés !.... C’est pareil !.... Alors quand on voit tous les sous que nos gouvernants trouvent pour les »autres« de part le monde, on se demande bien pourquoi il ne trouvent pas 100 euros pour donner à manger à cette famille, qui crève sous nos fenêtres !... Mais çà !.... C’est le grand mystère de nos »politiques«  !.... Pourquoi dépenser plus pour les autres que pour nous-mêmes !...... Vaste question !!..... La »COM« , c’est ça ma réponse !... C’est de la COM !..... C’est pas un gouvernement qu’on doit élire tous les 5 ans !... C’est juste une équipe de »publiciste«  !...... Rien de plus !... Et c’est pas notre »bonheur« qu’il veulent !... Juste nous vendre des télés !... Et repasser dans 5 ans, pour nous en vendre encore plus !...... Sans vouloir faire de »raccourci« , honnêtement, y’a quoi de commun entre un »Charles de Gaulle« (et de GAULE), et un  »François Hollande«  ???!!!...... Sinon 50 ans de PUB ???!!.. La »star-ac« du monde politique !..... C’est ça, le »président« actuel !..... Rien d’autre !... La FRANCE, si chère au »grand CHARLES« , c’est 30 secondes de pub aux infos, chaque jour !.... Si »De Gaulle« aura été comparé au chêne, devinez à quoi ce pitre me fait penser ??!!.... Bravo, c’est exactement ça !...Un gland, une truffe et un goret !...Avec tout l’apanage qui sied à ces végétaux et animaux !... Sans vouloir vexer les gorets, qui eux sont intelligents !... Quant aux glands ou aux truffes, n’ayant jamais évalué leur »Q.I", qu’ils me pardonnent par avance de la comparaison !....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès