Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > 11-Septembre : Il faut écouter April Gallop

11-Septembre : Il faut écouter April Gallop

April Gallop travaillait pour le Département de la Défense américain. Le 11-Septembre, elle et son bébé ont survécu de justesse à l’attaque contre le Pentagone. Bien qu’elle se soit trouvée au cœur de la zone d’impact, April Gallop n’a jamais constaté ni débris d’avion, ni siège, ni bagage, ni aucune trace des dizaines de milliers de litres de kérosène que contenait le Boeing 757 de la version officielle supposé s’être écrasé à quelques mètres de son bureau. Le témoignage très détaillé d’April Gallop est fondamental dans le sens où il corrobore, en fait, les principales observations que tout citoyen est en mesure de faire par lui-même lorsqu’il s’affranchit du récit livré par le gouvernement américain, la théorie de la conspiration islamiste que les médias ont choisi de relayer en masse.

Refusant l’argent qui lui était proposé en échange de son silence, April Gallop a choisi de se battre et a intenté en 2008 un procès contre Dick Cheney, Donald Rumsfeld et le général Richard Myers pour ne pas avoir fait évacuer le Pentagone alors qu’ils savaient que c’était une cible potentielle. Ainsi, elle a entamé un long parcours dans les méandres de la justice américaine, dénonçant courageusement et sans ambages de nombreuses anomalies concernant ces attaques, dont la destruction des ressources financières et comptables du Pentagone. Cependant, ce difficile parcours judiciaire se finira en 2011 dans une impasse, pour elle comme pour la démocratie américaine, étant donné qu’un des juges qui rendra le verdict contestant la validité de la démarche opposant April Gallop aux membres de l’exécutif américain sera tout simplement un certain John M. Walker, proche cousin du Président américain en exercice le 11-Septembre, George W. Bush : W pour Walker.

 
 
April Gallop et son fils Elisha en 2011 :
Elisha était âgé de deux mois et demi le 11 septembre 2001
(photo : Bonnie Jo Mount/Washington Post)
 
 
 
La Parenthèse Enchantée (9/11) :
Il faut écouter April Gallop
 
Chaque semaine cet été, jusqu’au mardi 11 septembre 2012, ReOpen911 publie un extrait du livre de Lalo Vespera, La parenthèse enchantée (à paraitre en septembre 2012).
 
Article précédent : Révélations sur le lieu du crime

 

« Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. » 
Etienne de La Boétie
Discours de la servitude volontaire [1]

 

 

Un témoignage au cœur du Pentagone

April Gallop a été à la fois victime et témoin de l’attaque du Pentagone le 11 septembre 2001. Professionnelle de l'Armée américaine en service depuis six ans, elle avait intégré le Département de la Défense en 2000 comme spécialiste des informations sensibles, et possédait une habilitation "Top Secret". Lors de l'explosion, elle se trouvait dans son bureau situé au rez-de-chaussée de l'anneau extérieur du bâtiment, à une douzaine de mètres de l'impact du supposé vol 77. L'explosion a fait s'écrouler autour d'elle murs et plafonds. La jeune femme évanouie a ensuite repris connaissance, le corps enseveli sous les débris. Elle est parvenue à se dégager et à sortir du bâtiment avec son bébé de deux mois et demi qu'elle a sauvé in extremis [2].

April Gallop déclare n'avoir observé, à aucun moment, de débris d'avion ni dans les décombres du Pentagone ni à l'extérieur sur la pelouse où elle a dû patienter dans l'attente de son évacuation. Elle soulève également de nombreuses questions essentielles, en particulier concernant l'absence totale d'alerte, d'alarme et de riposte ce jour-là au sein d'un bâtiment suréquipé dans les domaines de la surveillance et de la sécurité, et constituant le centre névralgique de la première puissance militaire mondiale. Enfin, de son point de vue, l’ensemble des faits observables sur la zone d’impact démontre que les attentats ont été avant tout réalisés à partir d'explosifs placés dans une zone stratégique du Pentagone [3].

Ce témoignage d'April Gallop est tout aussi saisissant que précieux, comme il est possible d'en juger par la conférence qu'elle a délivrée durant les rencontres "Freedom and Justice" qui se sont déroulées en 2007 en Californie, réunissant des personnalités, des témoins et des experts scientifiques à propos du 11-Septembre [4]. Cette femme raconte avec un langage clair et direct ce qu’elle a vécu le matin des attentats qui ont infligé à son enfant et à elle-même des blessures aux séquelles irréversibles. April Gallop fait partie des 106 victimes blessées, rescapées du Pentagone, recensées officiellement, mais elle est l'une des rares - peut-être la seule parmi les rescapées du Pentagone - qui se soit finalement mise dans la position de s'exprimer ouvertement et librement sur les événements de 2001, simplement parce qu'elle a choisi de refuser la prise en charge financière des soins médicaux que les autorités américaines acceptaient de lui accorder pour son fils et pour elle-même sous la seule condition d'un silence définitif de sa part sur les circonstances de l'attentat [5].

 

 
 
Le témoignage d’April Gallop, le 10 mars 2007 
 

 

Par ailleurs, pourquoi portons-nous davantage crédit aux propos d'April Gallop qui conteste la version officielle concernant l'attaque du Pentagone, plutôt qu'à d'autres déclarations - comme, par exemple, celle de Mike Walter - qui la soutiennent ? A la fois parce que le récit de la jeune femme est d'une grande cohérence et qu'il n'évolue pas au gré du temps et des convenances, mais aussi parce que rien dans son témoignage n'entre en contradiction avec ce que nous, citoyens, sommes en mesure de percevoir objectivement de la situation dans laquelle elle était impliquée : Gallop affirme qu'elle n'a pas vu d'avion et nous sommes portés à la croire du fait que les autorités s'opposent à produire publiquement les preuves matérielles fondamentales en mesure de valider la théorie officielle qui implique le crash d'un avion de ligne sur le Pentagone, les bandes vidéos des nombreuses caméras de surveillance du bâtiment ou tout simplement les débris résiduels - identifiés par leurs numéros de série - du Boeing 757 du vol 77. Enfin, il est manifeste qu'April Gallop n'a rien à gagner à s'opposer à la version officielle. Bien au contraire, le fait d'être restée centrée sur sa propre perception de l'événement et de ne pas aligner son récit sur celui de la théorie officielle ne lui a attiré que des problèmes depuis ce drame qui a fait basculer son existence [6].

 
 
 
April Gallop lors d'une audience de la
Commission d'enquête sur le 11-Septembre
 
 

Tout comme les Jersey Girls, April Gallop fait partie des victimes et familles de victimes qui ont très tôt exigé que soit ouverte une enquête publique, de ceux et celles qui se sont battus pour la création d’une commission, attendant 441 jours avant que cela ne se réalise, qui ont assisté à de nombreuses audiences et qui, au bout du compte, se sont sentis terriblement trahis lorsqu’est paru, en 2004, le Rapport final de la commission d’enquête [7].

 

 

« Quelqu’un aurait parlé… »

Parmi les résistances qui retiennent certains citoyens de se libérer du carcan de la version officielle sur le 11-Septembre - quelles que soient les aberrations qu’elle contient et qui sont démontrées par le travail d’associations citoyennes comme ReOpen911 - on retrouve régulièrement un raisonnement formulé par des assertions telles que : « De toute façon, ça ne peut pas être une opération montée ou assistée de l'intérieur, sinon ça se saurait forcément… quelqu'un aurait parlé ! »

 
Norman Mineta, Anthony Shaffer, Sibel Edmonds, Susan Lindauer, Karen Kwiatkowski et Barry Jennings
 

April Gallop a parlé. Tout comme Norman Mineta, le secrétaire au Transports qui a indiqué devant la Commission d’enquête les agissements compromettants de Dick Cheney le 11-Septembre, mais dont les propos n'ont finalement pas été retenus, tout comme le colonel Anthony Shaffer qui était à la tête d’une équipe du Renseignement militaire et qui a révélé en détail le projet "Able Danger" et la surveillance de longue date du terroriste présumé Mohammed Atta, ou comme Sibel Edmonds employée par le FBI, ou Susan Lindauer qui travaillait pour la CIA, ou le lieutenant-colonel Karen Kwiatkowski, officier aux Affaires politiques et militaires au Pentagone ou encore Barry Jennings, employé de la ville de New York qui se trouvait dans la tour 7 du World Trade Center. Toutes ces personnes et bien d’autres encore ont été impliquées dans les événements du 11-Septembre et elles ont choisi de parler, le plus souvent au détriment de leur bien-être personnel et de leur situation sociale et financière, subissant généralement de fortes pressions et des représailles de toutes sortes pour avoir pris le parti d’alerter les citoyens des États-Unis des dérives qu’ils constataient au sein des services pour lesquels ils travaillaient, après avoir - pour la plupart - prêté serment de servir, entre autres, les intérêts de la nation et du peuple américains… [8]

 
 
 

Concernant le 11-Septembre, l'attentat sur le Pentagone s’est trouvé enfermé dans la même parenthèse enchantéeque tous les autres événements survenus ce jour-là, à une petite ou à une grande échelle : quelles que soient les anomalies observées, les responsables en charge du Département de la Défense ont agi pour le mieux selon la version officielle, à commencer par le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, dont les réactions furent pourtant extrêmement inappropriées en cet instant crucial de l’Histoire des États-Unis [9].

April Gallop, pour sa part, ne s’est pas laissée envouter par la parenthèse enchantée, loin de là. En 2008, elle a choisi de poursuivre en justice plusieurs hauts responsables de l'administration américaine, dont Dick Cheney et Donald Rumsfeld. Nous examinerons plusieurs points essentiels de l'exposé des faits, présenté à l'occasion du procès. Un procès, dont le dénouement survenu en 2011, est étrangement révélateur d'un système par lequel, aux États-Unis, un clan au sommet du pouvoir peut éventuellement organiser les conditions de sa totale impunité.

 
 
  
 
 
 
 
Le témoignage d'April Gallop
Transcription de ses propos recueillis le 10 mars 2007 
 

Je vais vous livrer, en qualité de témoin, quelques détails de mon expérience [de la journée du 11-Septembre]. Alors me voilà, jeune maman, avec mon bébé de deux mois et demi. J'étais une jeune maman heureuse, et j’avais, à cette époque, différents projets que je souhaitais réaliser. Mon objectif du moment était : retrouver la ligne ! Etre parée pour faire l'école des officiers ! C'était mon but et, comme délai, je m'étais fixée décembre 2001. Alors, je n'avais pas beaucoup de temps pour me débarrasser de cet excès de… vous savez mesdames… vous savez ce dont je parle ! Je n'avais pas beaucoup de temps, mais j'allais le faire, j'étais motivée. Je savais que c’était le bon moyen pour améliorer ma situation et j’allais y parvenir de cette façon.

 
J’ai repris le travail
le 11 septembre 2001…
Quelle façon de dire 
« Contents de vous revoir ! »
 

J'étais heureuse, mais encore tiraillée car, en tant que jeune maman, vous savez comment c'est… vous venez d'avoir votre enfant, vous voulez être attentive aux personnes qui l'entourent, ce genre de choses… Je voulais donc m'assurer que la garderie du Pentagone ferait bien ce qu'elle s'était engagée à faire afin que mon bébé soit pris en charge correctement, avant que je ne commence.

 
 
Le Pentagone, côté entrée
 

Ainsi donc, je reprenais le travail… le 11 septembre 2001 ! Quelle façon de dire « Contents de vous revoir ! » J’ai attaqué la matinée en prenant un thé glacé. C'est mon truc, j'adore le thé glacé, c'est délicieux, surtout avec du lait… Mais j'étais toujours tiraillée, en pensant : « Oh mon Dieu… c'est le premier jour… » Et ma seule préoccupation, c'était : me remettre au travail ! Donc, j'arrivais au Pentagone et là, j'ai reçu un appel sur mon portable : « April, on a besoin que vous veniez tout de suite au bureau, et vous pourrez vous rendre à la garderie plus tard. »

Moi, je me suis dit : « Mais comment voulez-vous que j'obtienne l'autorisation d'entrer avec mon fils pour faire ce que vous me demandez de faire ? » Mais bien entendu, disciplinée, j'ai répondu : « Puis-je faire une suggestion… Je propose de passer d'abord à la garderie et ensuite, je reviens pour faire ce que vous me demandez. » J'étais vraiment disciplinée et j’avais l’habitude d’obéir aux ordres. Et j'ai reçu comme réponse : « Non, venez plutôt faire ce qu'on vous demande, et ensuite, vous l'emmènerez à la garderie. » Là j'ai dit : « Ok ! » Mais au fond de moi, je pensais : « Jamais je n'obtiendrai l'autorisation d'entrer avec mon fils, alors je reviendrai pour l'emmener à la garderie, quoi qu'il arrive ! Je vais donc faire comme si j'étais d'accord avec ce qui m’est demandé. »

 
On est passé plus rapidement 
que jamais auparavant…
Automatiquement, ça a été
pour moi un signal d'alerte
 

Je me suis donc rendu au poste de sécurité et j'ai déclaré : « Ils m'ont demandé de faire entrer mon fils à l'intérieur. Je sais bien que ce n'est pas autorisé, Mais je veux d'abord voir ça avec vous, comme ça vous pouvez les appeler et le leur dire. » Et j'étais persuadée que [le gardien] allait répondre : « Oui vous avez raison, on ne peut pas le laisser entrer. » Mais pas en ce jour bien particulier, non : « Allez-y, entrez ! » On est passés plus rapidement que jamais auparavant pour pénétrer à l’intérieur du Pentagone. Et ça… automatiquement, ça a été un signal d'alerte pour moi, parce que j'ai pensé : « Mais pourquoi diable… et comment… ? » Je me posais pas mal questions… Cependant, j’ai pensé : « Ok, il faut y aller… » J'ai donc continué, je suis arrivée au bureau. Mon superviseur m'a dit : « Je vais à une réunion et quand je reviens, il faut qu’on parle tous les deux. » Et j'ai pensé : « D'accord… vous me demandez de venir ici immédiatement et vous partez à une réunion… OK ! Tout va bien… Pas de problème ! »

 
Elisha Gallop, bébé
 

Ainsi, je prends la poussette de mon fils, je l’installe à côté du bureau. Je vais pour appuyer sur le bouton de l'ordinateur pour l'allumer : BOUM ! C'est exactement comme ça que ça s'est passé. Il n'y a rien eu d'autre, rien de plus, c'était juste comme ça : J'ai pris mon fils, j'ai installé sa poussette à côté de mon bureau. J'allais appuyer pour allumer l'ordinateur, boum ! Et à cet instant, notre vie a complètement basculé, en ce jour bien particulier.

 
Ma première pensée a été :
« Oh mon Dieu, je reviens au travail
juste pour perdre mon enfant »
 

Bien, maintenant, voici quelques détails que vous devez savoir. Quand j'ai repris connaissance, évidemment, j'étais désorientée : « Qu'est-il arrivé ? Que se passe-t-il ? » J'étais ensevelie sous les débris de la nuque jusqu'aux pieds. Et les seules parties de mon corps qui dépassaient étaient mes bras et ma tête. J'ai secoué la tête comme pour me dire : « Qu'est-ce qui se passe ? Qu'est-ce qui arrive ? » Et tout ce que je peux dire, c'est que j'entendais mon fils pleurer. Il pleurait de plus en plus fort et de plus en plus fort. Et je suis sûr que les mamans qui sont ici en savent quelque chose, quand notre enfant est en détresse, on se retrouve soudain avec des super pouvoirs pour lui venir en aide, et on se dit « On va résoudre ça tout de suite, n’est-ce pas ? » Mais à cet instant, il s'est arrêté de pleurer. Et en fait, c'est ça qui m'a motivé pour m'en sortir, pour parvenir à m'extraire de tous ces débris, à chercher sous tous ces gravats, parce qu'il s'était arrêté de pleurer. Et ma première pensée a été : « Oh mon Dieu, je reviens au travail… juste pour perdre mon enfant. » J'avais plein de choses qui me passaient par la tête, il y avait de la peur, il y avait tant d'émotions au même instant… Quand je reviens en arrière et que j'y repense, je ne peux pas dire que je me sois sentie courageuse sur le moment. J'aimerais pouvoir le dire, parce que peut-être certains d'entre vous pourraient éventuellement me trouver héroïque, mais je ne peux vraiment pas dire ça. J'ai véritablement ressenti la peur, j'étais vraiment très effrayée et je craignais d'avoir perdu mon enfant le premier jour de mon retour au bureau.

Indépendamment du fait que j'étais parvenue à me dégager, beaucoup de choses se passaient simultanément. Il y avait des personnes qui étaient ensevelies sous les débris, piégées entre deux étages et qui criaient : « Aidez-moi ! Sauvez-moi ! ». Il y avait tant de choses qui se passaient en même temps, et j'étais déchirée. J'avais un devoir et une obligation imposée par mon engagement militaire, le devoir et l'obligation de sauver ces personnes. Et là, il y avait mon enfant qui venait de s'arrêter de pleurer. J'étais déchirée : mon enfant ou les personnes ? Mon enfant ? Les personnes ? C'était très dur. J'ai déblayé des décombres pour voir si je pouvais atteindre mon enfant, pour voir s'il ne se trouvait pas trop loin de moi. Je n'arrivais pas à le discerner. Alors j'ai pensé : « Ok, je vais aider à sauver certaines de ces personnes, et comme ça ils pourront m'aider à trouver mon fils. » Je ne pouvais… je ne pouvais pas l’atteindre, j'ai essayé, il était enseveli sous les décombres, je ne pouvais pas.

 
Je me disais :
« Je n'ai pas retrouvé mon fils ! »
A ce stade, je pensais juste
repartir avec son corps
 

Donc, j'ai pu aider quelques personnes en leur disant : « Aidez-moi à trouver mon fils ! Aidez-moi à trouver mon fils ! » Et bien entendu, il régnait une immense panique, donc je n'ai aucun reproche à faire aux personnes qui ne sont pas intervenues. Elles voulaient sortir de là, et je ne leur en veux vraiment pas. Des débris continuaient à tomber et on ne comprenait rien de ce qui se passait autour de nous, alors je ne condamne personne.

On en est arrivé au point où ça continuait à s'effondrer et mon autre collègue, avec qui je suis toujours en contact aujourd'hui, m'a dit : « On doit s'en aller ! On doit partir maintenant ! » Et moi je me disais : « Je n'ai pas retrouvé mon fils ! » A ce stade, je pensais juste repartir avec son corps. On s'est hissé sur un gros tas de débris, et j'avais une jambe sur ce tas de débris, et deux autres personnes me tenaient le bras, ils me tiraient le bras en disant : « Viens ! On y va ! » Et j’ai répondu : « Je dois encore essayer ! Encore une dernière fois ! » J'ai plongé la main au hasard, sans réfléchir, sans aucun calcul, j'ai juste plongé la main, j'ai attrapé la grenouillère de mon fils. J'ai tiré sa grenouillère et j'ai remonté mon fils jusque par-dessus mon épaule. Les personnes m'ont extirpé par le bras, et à peine j’étais dégagée, d'autres décombres se sont encore effondrés dans cette zone. Donc, tout ça s'est passé juste à temps pour qu'on puisse s'en sortir et j'en éprouve beaucoup de gratitude, vous savez… mais ce n'était pas une question de stratégie ou de calcul, il n'y a eu aucune réflexion, aucun plan, ça s'est simplement passé comme ça.

 
Je n'ai vu aucun débris d'avion,
je n'ai vu aucun siège d'avion,
je n'ai pas vu de métal,
je n'ai pas vu de bagages
 

Et voici quelques éléments-clés : pendant qu'on s'en allait pour sortir, je pouvais encore apercevoir des piliers qui supportaient toujours cette zone, mais pas énormément, certains étaient détruits et il y avait encore des câbles. Cependant, je n'ai vu aucun débris d'avion, je n'ai vu aucun siège d'avion, je n'ai pas vu de métal, je n'ai pas vu de bagages, je n'avais pas de kérosène sur moi. Quant aux personnes qu'on a aidées à s’extirper des différents étages… je n'ai jamais vu de kérosène sur elles. C'est juste que je n'ai rien vu de tout ça.

Alors, sur le moment, après les faits… c'est tout ce que je pensais : « voilà ce que je n'ai pas vu… mais je sais ce que j'ai vu ». Et la plupart des décombres qui nous ont ensevelis et à travers lesquels nous sommes passés correspondaient à des équipements de bureau : du béton, des livres, des ordinateurs, des tables, des choses de ce type.

Ainsi, on est sortis sur la pelouse par le fameux trou dont ils prétendent que c'est l'endroit par lequel l'avion est entré. Et au moment de sortir, j'ai soudain eu l'impression que quelqu'un avait attrapé un marteau et m'avait littéralement frappée de la tête aux pieds, et là je me suis écroulé. Il y avait cet homme qui aidait les personnes à sortir, il a attrapé mon fils, au moment où je tombais par terre. Il a trouvé un monsieur pour porter Elisha [le fils d'April Gallop], pendant qu'il m'emmenait à un autre endroit sur la pelouse. Maintenant, je ne sais vraiment pas comment ils identifiaient les différents grades, étant donné que j'avais mes habits civils sur moi, mais la plupart des hauts gradés victimes de blessures avaient déjà été transportés pour être pris en charge, et on a été laissés là sur le sol. Donc les personnes qui nous entouraient essayaient juste d'arrêter les voitures pour qu'on soit emmenés à l'hôpital.

 
 
April Gallop et son bébé attendant la prise en charge 
des secours sur la pelouse du Pentagone
 

Mais pendant que j’étais sur la pelouse, je ne peux pas dire que j'ai vu une quelconque pièce argentée faisant partie d'un avion. Je n'ai rien vu de tel. Et c'est la seule chose que j'ai vraiment le sentiment de pouvoir vous affirmer, parce que ce sont des choses que je n'ai pas vues. Alors, ayant ça en tête, jamais je n'aurais cru que ça pouvait être un avion, simplement parce que je n'ai rien vu de particulier.

 
Je ne sais pas ce qui a été le plus horrible : 
le fait de vivre cette expérience 
ou bien la vie après le 11-Septembre
 

A partir du plan réalisé par l'équipe de rénovation du Pentagone, ils ont indiqué où chacun se trouvait, ce qui déterminait à quelle distance on se situait par rapport à l'impact, et d’après ce que l’on m’a dit, je me trouvais à environ 10 à 13 mètres du lieu d'impact, avec une approximation de 1 ou 2 mètres. Alors j'ai l'impression, vous savez, que si c'était le cas, il y aurait assurément dû y avoir quelque chose pour corroborer certaines données. Mais une fois encore, je reste centré sur ma version et sur ce que j'ai vu.

En fait, je ne sais pas ce qui a été le plus horrible : le fait de vivre cette expérience, ou bien la vie après le 11-Septembre. Bien entendu, ils ont voulu nous inciter ou – au moins – nous communiquer comment ils souhaitaient que nous racontions cette histoire, ce qui s’était passé. Et je ne pouvais pas faire ça, à cause des choses que je savais ne pas avoir vues, je ne pouvais pas corroborer la version officielle parce qu'elle contenait des éléments que je n'avais pas observés. Et je ne peux pas dire qu'ils aient demandé précisément que je ne dise pas ceci ou cela, mais je peux dire qu'ils voulaient s'assurer que les choses soient communiquées selon leur version officielle… Je suis certaine que beaucoup d'entre vous sont conscients de ce qu'est la version officielle… Et je ne pouvais pas faire ça à partir de ce que j'avais vu à l'intérieur.

 
Ils ne voulaient pas que 
je communique sur le fait 
que mon enfant avait été blessé
 

Par ailleurs, l'autre élément dérangeant était le fait que mon enfant de deux mois et demi avait été autorisé à rentrer là [à l’intérieur du Pentagone]. Ça constituait le deuxième problème. Ils ne voulaient pas que je communique sur le fait que mon enfant avait été blessé dans à cet endroit précis. Ils prétendaient que c'était très inconvenant de ma part de partager cela avec le public. Et là encore, je ne pouvais pas faire ça, car sinon comment mon enfant aurait-il pu recevoir les soins de longue durée ? Comment aurait-il obtenu son traitement ? Comment allais-je expliquer ça aux médecins ? Qu'est ce que j'allais dire ? Comment allais-je expliquer de quelle façon il avait été blessé ? Il avait un creux… Vous savez, quand ils sont nouveaux nés, les bébés ont la tête encore malléable, et une large partie de son crâne avait été enfoncé. De plus, il saignait du nez… Enfin, il avait des problèmes.

Ce n'est pas tant que, par rapport à certaines questions, il m'ait été indiqué des réponses spécifiques, c'est le fait qu'ils ne donnaient pas d'instructions précises. Qu'est-ce que j'étais supposé dire ? Qu'est-ce que j'étais supposée raconter aux docteurs ? Et si vous ne voulez pas répondre, alors… De nouveau, ça a été un signal d'alerte. […]

 
Je pensais travailler dans un 
des bâtiments les plus sûrs des USA, 
mais ce jour-là, il n'y a eu ni alarme, 
ni alerte, ni avertissement
 

Autre chose que je sais et qui vous intéresse probablement : dans le programme d'accueil et d'intégration du Pentagone, il nous est dit que c'est un des bâtiments les plus sûrs de tous les États-Unis d'Amérique. Ca fait partie du programme d'accueil et d'intégration, on vous fait faire le tour du Pentagone, on vous dit certaines choses sur le Pentagone [dans une interview accordée au George Washington’s Blog et publiée le 13 juillet 2006, April Gallop précise qu’il s’agissait même d’une expression typique de la présentation du Pentagone [10] : « Vous êtes actuellement dans un des édifices les plus sécurisés de tous les États-Unis »]. De ce fait, je pensais travailler dans un des bâtiments les plus sûrs de tous les USA, mais en ce jour bien précis… il n'y a pas eu d'alarme… il n'y a pas eu d'alerte… et il n'y a pas eu d'avertissement. Maintenant, si on revient en arrière, quand je travaillais au Pentagone, ils faisaient des exercices si souvent que ça en devenait très exaspérant. Vous savez, c'est comme un labyrinthe là-dedans. Quand vous deviez livrer un document en partant d'une extrémité du bâtiment pour vous rendre à l'autre avec très peu de temps pour le faire, s’il y avait quelque chose comme une formation ou une alerte ou un quelconque exercice pratique, vous deviez vous arrêter pour participer à cet exercice, oui… ça devenait très agaçant.

Et là, nous avons cette journée particulière où il n'y a eu ni alarme ni avertissement. Alors, je me suis demandée : « Quelle est la probabilité qu'en ce jour bien précis, il n'y ait ni alarme, ni alerte… absolument rien... en ce jour particulier ? » Maintenant, ce qui a bien marché, ce sont les portes à l'intérieur du bâtiment, qui ont piégé les autres personnes qui n'ont jamais pu sortir. Ces portes-là ont fonctionné et c'est pour cela que certaines personnes ont été plus ou moins brûlées vives.

 
Comment se fait-il que 
ce jour-là, précisément,
absolument rien ne fonctionnait ?
 

Alors, il nous faut prêter attention à ces éléments et les remettre en question, non par manque de patriotisme, mais parce qu'ils sont suffisamment préoccupants pour qu'on agisse ainsi. Et quand vous regardez ce bâtiment, il y certaines choses qui n'étaient pas même supposées pénétrer dans un périmètre donné autour du Pentagone, sans qu'il y ait une forme ou une autre d'alerte ou d'avertissement. Mais cette chose qu'ils prétendent être un avion, a réussi non seulement à pénétrer dans ce périmètre, mais elle a pu toucher la pelouse et même frapper le bâtiment… C'est réellement stupéfiant, compte tenu de tout l'argent qui est investi dans la surveillance et dans les mesures de sécurité ! Comment se fait-il que ce jour-là précisément, absolument rien n’ait fonctionné ? Parce que, croyez-moi, si j'avais été alertée, je me serais précipitée hors du bâtiment, quitte à sauter par une fenêtre pour sauver mon enfant. Toutes ces choses me préoccupent énormément et m’ont fait me poser beaucoup de questions. Ça m'a poussée à faire ce cheminement pour parvenir à la vérité, mais pas seulement pour ça, c’était aussi pour aller devant une cour de justice. Et je pense que c'est formidable ce que beaucoup de gens font pour nous aider à parvenir à ce but, parce que c'est vraiment nécessaire. […]

 
Elisha, le fils d'April Gallop, est évacué vers les urgences,
après l'attaque du 11-Septembre
 

Je comprends que c'est un problème de taille qu'il n'y ait eu aucune d'alarme ni aucune alerte ce matin-là… et il n'y en a jamais eu une seule… d'aucune sorte. Et c'est particulièrement difficile à croire si on considère que le World Trade Center avait déjà été attaqué. Ils avaient un espace où tout ce qui se passait partout à travers le monde était observé, à travers différents fuseaux horaires et dans différents pays. Ils savaient donc que le World Trade Center avait été attaqué et ils n'ont même pas dit : « On a besoin que tout le monde se mobilise pour répondre à cette attaque ! » ou autre chose… quelque chose… « Faites quelque chose ! » La probabilité qu'ils ne fassent pas ça, compte tenu du niveau de sécurité qu'ils ont mis en place, des capacités qu'ils ont… Quelle est la probabilité ? Et j'ai proposé cet exercice, J'ai dit : « Si quelqu'un peut me dire quelle est la probabilité que rien ne fonctionne un jour donné, je ferais ce qu’ils exigent de moi (tant que ce n’est pas illégal ou rebutant et que c'est quelque chose de raisonnable sur quoi on se mettrait d’accord). » Et à ce jour, personne n'a été capable de me dire quelle est la probabilité que rien n'ait effectivement fonctionné ce jour-là.

 
J'avais une perception 
tellement différente avant,
jusqu'à ce jour particulier
 

Le Pentagone sélectionne les gens selon leur parcours de vie. J'ai été sélectionné sur les effectifs de l'Armée. J'étais à Heidelberg en Allemagne et j'ai été sélectionnée à partir de l'hôpital [où April Gallop était affectée - NDLR], et j'avais une perception très différente de l'Armée, de notre pays, de tout. J'avais une perception tellement différente avant, et jusqu'à ce jour particulier. Et je ne voulais vraiment pas remettre en cause certaines choses jusqu'à ce jour bien précis. Je viens d'une famille de militaires. Notre famille et notre génération au sein de ma famille a servi notre pays. Nous croyons dans le fait de servir Dieu, la patrie et les hommes. Et je crois toujours en cela, mais je ne crois plus dans certaines choses visant à usurper les forces armées, ou entretenir des mensonges pour, encore une fois, abuser de l’Armée. Mais je crois toujours que nous avons un devoir pour accomplir certaines choses. Donc c’était vraiment désolant de vivre cette expérience, puis d’affronter la vie après le 11-Septembre. J'espère que mon témoignage personnel et ma propre expérience aideront à apporter des réponses à beaucoup de questions que certains d'entre vous peuvent se poser au sujet du Pentagone. 

 
 
 
 

Le langage de la justice

En décembre 2008, April Gallop intente un procès à Dick Cheney, Donald Rumsfeld et Richard Myers, respectivement Vice-président des États-Unis, secrétaire à la Défense et chef d’état-major interarmées au moment des attentats, le 11 septembre 2001, pour ne pas avoir donné l’ordre d’évacuer le Pentagone alors qu’ils savaient que c’était une cible potentielle et plus largement pour leur part de responsabilité directe dans les actes criminels commis ce jour-là [11].

Il est intéressant d’examiner dans un premier temps l’exposé des faits présenté par l’avocat d’April Gallop, William Veale, également fondateur de l’organisation Center for 9/11 Justice, qui propose sur son site l’accès au texte original de cette plainte. Nous noterons que cet exposé s’appuie avant tout sur des faits observables qui sont présentés et analysés. Mais dans le cadre du procès intenté contre Cheney, Rumsfeld et Myers, l’exposé est bien entendu accusateur et adopte un point de vue logiquement engagé qui indique sans ambigüité un objectif attribué aux accusés dont il dénonce les agissements [12].

 
William Veale, avocat d'April Gallop et fondateur de Center for 9/11 Justice 
 
 

• Exposé des faits : déclaration préliminaire

« Plainte pour violation des droits civils, conspiration et autres torts. »

 

« Le but des accusés en aidant et en favorisant cette attaque, et l'objectif d'ensemble de la (ou des) conspiration(s) était deprovoquer une catastrophe terroriste sans précédent, horrible et effrayante à l'intérieur même des États-Unis, qui donnerait naissance à une puissante réaction de peur et de colère au sein de la population, ainsi qu'à Washington. Cela pour engendrer un climat de consentement dans lequel la nouvelle administration pourrait promulguer et appliquer des changements radicaux dans la politique et les pratiques du pouvoir constitutionnel dans notre pays. La plupart de leurs intentions ont été énoncées avant même leur entrée en fonction, dans la publication du bien nommé Projet pour le Nouveau Siècle Américain, dont les accusés Cheney et Rumsfeld ont été les principaux commanditaires. Ainsi avaient-ils décrit des objectifs spécifiques concernant le développement de la puissance militaire américaine à l'étranger, en particulier en Irak, dans le golfe Persique, et dans d'autres régions pétrolifères. Cependant, les commanditaires avaient perçu que le peuple américain ne soutiendrait vraisemblablement pas leurs actions jugées nécessaires, sans le choc catalyseur d'un événement catastrophique : ‘un nouveau Pearl Harbor’. En permettant la réussite des attentats, les accusés et leurs alliés ont créé un support pour s'approprier une puissance extraordinaire, et un prétexte pour lancer la prétendue guerre globale contre le terrorisme, sous couvert de laquelle ils étaient libres de poursuivre les plans de conquête militaire, de ‘domination intégrale’ et de ‘primauté américaine’ à travers le monde, tels qu'en fait ils les ont réalisés. » [13]

 

• Modus operandi

« Dans le cas de l'attaque sur le Pentagone en particulier, la plaignante affirme que le récit officiel selon lequel un avion détourné s'est écrasé sur le Pentagone et a explosé (provoquant les blessures de la plaignante) est faux. En fait, l'attentat a été réalisé d'une autre manière, de façon à limiter les dégâts, à protéger les accusés, et à faire croire qu'un avion uniquement s'était écrasé sur le bâtiment. Cette affirmation est étayée par des données extraites de la supposée 'boîte noire' de l'avion, publiées par le National Transportation Safety Board (NTSB), qui indiquent que l'avion est passé au-dessus du bâtiment à très basse altitude, alors qu'une explosion et une boule de feu ont été déclenchées par d'autres moyens : une ou plusieurs bombes préinstallées et/ou un missile. Cela est confirmé par l'absence de toute preuve photographique de l'épave d'un avion de ligne sur le site du Pentagone, à laquelle s'ajoute la notice communiquée par le Ministère américain de la Justice, refusant de publier quelque 85 bandes vidéo enregistrées par les caméras de surveillance disposées au Pentagone ou à proximité du bâtiment, qui sont déclarées exemptées de la Loi pour la Liberté de Divulgation de L'information [FOIA pour Freedom of Information Act]. » [14]

Schéma en coupe de la structure d'un Boeing 757

 

• L’absence d’épave sur la zone impactée

April Gallop avait perdu une chaussure lorsqu’elle est parvenue à s’extraire des débris. Elle avait donc un pied nu au moment où elle est sortie du Pentagone par la principale ouverture sur la façade de l’édifice provoquée par les dégâts de l’attaque. Rappelons que, selon la version officielle, le Boeing 757 du vol 77 contenait des dizaines de milliers de litres de kérosène au moment de son impact sur le bâtiment, et il faut savoir qu’un avion de ligne de cette envergure comprend environ un million de pièces assemblées. Le précédent article de cette série présente la démonstration de George Nelson, colonel à la retraite de l’U.S. Air Force qui dit en partie : « Chaque avion civil ou militaire transportant des passagers a de nombreuses pièces qui sont identifiées pour la sécurité du vol. Si l’une de ces pièces venait à défaillir pendant le vol, la défaillance provoquerait la perte de l’avion et de ses passagers. En conséquence, ces pièces sont contrôlées individuellement grâce à un numéro de série distinctif et suivies dans un document de ‘consignation des opérations de maintenance’ […] Le Vol 77 d’American Airlines a été rapporté comme étant celui d’un Boeing 757, avec le numéro d’enregistrement N644AA, transportant 64 personnes, dont l’équipage de vol et 5 pirates de l’air. Il a été rapporté que cet avion, avec son envergure de 38m, a percuté le Pentagone, laissant un trou d’entrée pas plus large que 5m. Suite à l’extinction de l’incendie qui en a résulté, il aurait été très facile de ramasser en un quart d’heure suffisamment de pièces sur le site pour identifier formellement le numéro d’enregistrement de l’avion. Des pièces aérospatiales semblent avoir été retrouvées sur le site, mais aucune tentative n’a été faite pour relever des numéros de série ou pour identifier des pièces spécifiques. Certains éléments retirés du bâtiment ont en réalité été cachés au public. » [15]

 
 
La pelouse devant le Pentagone après l'impact supposé d'un
Boeing 757 qui comprend environ un million de pièces assemblées
 

L’exposé des faits revient sur les observations détaillées de la jeune femme et met en lumière les aberrations des versions contradictoires et changeantes de Donald Rumsfeld et du récit officiel : «  Que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur de la façade du bâtiment que l'avion a soi-disant frappé, il n'y avait aucune épave, aucun fragment d'avion, pas de moteurs, pas de sièges, aucun bagage, pas de sections de fuselage avec des rangées de hublots, et surtout, aucune présence de kérosène enflammé. A l'intérieur, les murs, les plafonds et les équipements dans cette zone étaient détruits, mais il n'y avait aucune trace d'un avion écrasé. Un certain nombre de personnes présentes à l'intérieur comme à l'extérieur du bâtiment ont attesté de ce fait dans les rapports publiés. […] Il n'y a aucune photo d'une épave d'avion de ligne à l'endroit où le bâtiment a été frappé et incendié, ou d'une épave d'avion au niveau du trou dans l'anneau intérieur, que le nez de l'avion aurait traversé pour s'y échouer comme l'avait initialement déclaré Donald Rumsfeld, ou nulle part ailleurs dans le bâtiment. En outre, le nez d'un tel avion contient son équipement radar, et la coque extérieure est conçue avec un matériau poreux, un élément composite qui permet au radar de fonctionner. Par conséquent, le nez n'était pas capable de résister à un impact sur la façade extérieure sans être totalement écrasé, et encore moins pénétrer à l'intérieur jusqu'à la paroi de l'anneau C, 100 mètres plus loin. Bien que cette version ait été abandonnée par la suite, le défendeur Rumsfeld n'a jamais été publiquement interrogé sur sa déclaration indiquant que ça s'était passé ainsi. » [16]

 

• L’absence d’alerte, d’alarme et de riposte au Pentagone.

Etant donné que la version officielle du 11-Septembre soutient la thèse d’une attaque initiée de l’étranger ayant permis à des ennemis connus des États-Unis de frapper avec une facilité déconcertante le centre névralgique de la première puissance militaire mondiale, comment se fait-il que Donald Rumsfeld, alors aux commandes du Pentagone, n’ait jamais eu à rendre compte de sa responsabilité au regard d’un tel échec ? [9]

April Gallop a confirmé le fait que le Pentagone possédait des capacités éminentes de communication et que l'édifice intégrait un centre de surveillance où étaient observés 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, entre autres, les médias du monde entier. Selon le rapport officiel, le Pentagone a été impacté à 9h 37, or CNN avait commencé à retransmettre l’image du World Trade Center en feu à 8h 49, trois minutes seulement après le premier impact sur la tour nord. [17]

 
Pourquoi n'y a-t-il eu ni alarme, ni alerte, ni avertissement au 
Pentagone alors que CNN diffusait ses premières images seulement 
3 minutes après le premier impact sur le World Trade Center ?
 

L’exposé des faits indique avec une approche logique, découlant des informations fondamentales de la journée du 11-Septembre, les anomalies accablantes qui impliquent la direction du Pentagone : « Il est clair que le haut commandement incriminé aurait dû avoir et a eu, au grand minimum, assez de connaissance préalable ce jour-là, ainsi que par avance avec les informations du renseignement, pour alerter à temps la plaignante et d'autres afin d'évacuer l'édifice, et éviter ainsi une grande part sinon l’ensemble des morts et blessés survenus. En fin de compte, plus d'une demi-heure s’est écoulée après la première alerte des contrôleurs aériens concernant le vol 77, alors que toutes les parties concernées étaient pleinement conscientes des attentats suicides à New York, c'était un délai largement suffisant pour que le Pentagone soit évacué à temps. Les chasseurs intercepteurs "Top Gun" sous les ordres même des accusés, disponibles et prêts à décoller, n'ont pas été engagés, et les personnes à l'intérieur du bâtiment, y compris la plaignante et son enfant, n'ont pas été averties. » [18]

L’exposé des faits attaque également les responsables en place le 11-Septembre par rapport à leur réaction particulièrement inappropriée au regard des circonstances : « Ayant aménagé au préalable une défaillance coordonnée de la défense du Pentagone et de son système d'alerte, les accusés se sont dérobés, ont dispersé leur attention et ont par ailleurs manqué d'agir précisément au moment où ils étaient indispensables pour assurer la défense de l'édifice, et ils ont omis depuis lors, dans le cadre de la conspiration, de détailler où ils étaient et ce qu'ils faisaient pendant ce temps. Comme pour les avions qui ont frappé les tours à New York, l'Armée et la Commission d'enquête sur le 11-Septembre, tout en oubliant de pointer l’identité des responsables, ont justifié l'échec du lancement des chasseurs intercepteurs au Pentagone comme la conséquence d'un échec des contrôleurs aériens - ce que les membres de la FAA contestent - à prévenir à temps l'Air Force de la situation d'urgence aérienne. Cela constituait une opération de dissimulation dans le cadre de la conspiration. » [19]

De même, au sujet de l’absence de réponse militaire appropriée : « Aucun système de défense au Pentagone n’est entré en mode riposte, aucun missile, aucune batterie antiaérienne n’ont été engagés que ce soit au sol sur le pourtour du bâtiment ou sur le toit, aucun tireur équipé de lanceur de missiles portatif n’a été déployé à proximité, rien. Et de façon stupéfiante, alors que les tours de New York avait déjà été frappées et que le Vol 77 (ou un substitut […]) n’était plus en contact radio et se dirigeait vers la capitale, et même lorsque l'avion approchait puis a fait une boucle pour opérer une longue plongée vers le bâtiment, aucune alarme n’a été déclenchée. » [20]

Et l'auteur de l’exposé des faits d’envisager qu’en l’absence de conspiration, un pareil échec aurait nécessairement provoqué une recherche de responsabilités suivie de sanctions : « Sur la base de quelque deux cents ans d'histoire militaire américaine, la défaillance aurait entraîné une commission d'enquête ou une investigation publique officielle, afin de déterminer comment et pourquoi le dispositif de défense avait échoué. Des individus auraient été appelés à rendre compte afin d’aboutir à la découverte des responsabilités qui auraient été suivies de procédures disciplinaires et de rétrogradations, ou d’accusations formelles à l'encontre de ceux qui avaient manqué à leur devoir à l’égard du pays. » [21]

 
Donald Rumsfeld
 

Enfin, l’exposé revient sur la destruction des ressources financières et de l’équipe comptable situées dans cette zone : « En outre, il convient de noter que le 10 Septembre 2001, la veille de l'attaque, l'accusé Rumsfeld a tenu une conférence de presse au Pentagone dans laquelle il a annoncé publiquement qu’un audit financier déterminait que le Département de la Défense ne pouvait rendre compte de quelque 2300 milliards de dollars de montants financiers. Selon la connaissance et les certitudes de la plaignante, une partie de la zone du rez-de-chaussée du Pentagone détruit dans l’explosion est un endroit où les documents utiles pour tracer les fonds étaient conservés, et où travaillaient les personnes qui en avaient connaissance. Selon les informations connues, il n’y a eu à ce jour aucun rapport public concernant le sort de ces documents et de ces montants financiers. » [22]

 

 
 
L’entente entre les puissants 
 

Comme nous l’avons rappelé dans l'article au sujet du scandale Enron, le terme "conspiration" est devenu depuis le 11-Septembre un outil de la rhétorique de disqualification propre aux défenseurs de la version officielle du gouvernement américain. Ceux-ci usent et abusent de concepts qu’ils ont en bonne partie créés eux-mêmes tels que "conspirationnisme" ou "théorie du complot" laissant supposer que la vigilance citoyenne, lorsqu’elle touche à certains sujets, peut être considérée comme une forme de pathologie. Cette connotation péjorative a pour objectif de nuire à la crédibilité de tout citoyen qui entreprend de dénoncer des ententes, quelles qu’elles soient, au sein d’une élite politique ou économique qui peut tendre à accaparer pouvoirs, richesses et privilèges au sein de nos sociétés occidentales. Il devient alors plus ou moins suspect de douter un instant de l’infaillibilité démocratique des représentants que nous avons élus [23].

Or, l’entente entre les puissants est une pratique qui existe fort logiquement depuis les premières organisations humaines et qui s’est développée au cours de l’Histoire dans toute forme de civilisations, les régimes démocratiques ne faisant pas, hélas, exception à la règle. Le discours de la servitude volontaire, texte écrit en 1549 par Etienne de La Boétie, alors âgé de 18 ans, est sur ce sujet d'une incroyable modernité et il offre un éclairage salutaire pour les citoyens du 21e siècle, comme le rappelle Olivier Gaiffe : « À 18 ans, Étienne de La Boétie fut le premier à s’étonner de la structure pyramidale du pouvoir, et à analyser les principes de la domination des peuples par un seul, ou par une poignée d’hommes. S’il est vrai que la tyrannie est ce dans quoi la démocratie menace le plus de verser, ce bref essai écrit en 1549 peut être regardé par les peuples de nos démocraties modernes comme une invitation perpétuelle à la vigilance à l’égard du pouvoir ; et ses problèmes et ses concepts, comme des outils indispensables pour une démocratie sans cesse à régénérer.  » [1]

Il est d’ailleurs ironique de constater que le terme "conspiration" n’est en aucun cas une grossièreté et encore moins une expression taboue dans le langage juridique occidental et plus particulièrement américain. Bien au contraire, il est couramment utilisé pour caractériser tout un registre de crimes commis en particulier dans le domaine commercial où les ententes illicites, entre autres sur des pratiques abusives de prix, sont fréquemment l’objet de condamnations.

Cependant, pour prouver qu’il y a eu conspiration, c’est-à-dire une entente secrète entre différentes personnes pour leur propre profit au détriment d’autrui et contre les principes de la loi, le droit américain exige qu’il soit démontré que s’est effectivement produite une « rencontre des esprits » entre les différents acteurs de cette conspiration. Or dans le domaine politique, et compte tenu de l’ampleur des moyens technologiques et des outils de communication secrète qui sont à la disposition des représentants du pouvoir aux États-Unis, une conspiration éventuelle de ces derniers devient relativement impossible à démontrer, à juger et à condamner. L’usage de cette définition juridique de la conspiration fait donc apparaître dans ce domaine une faille qui profite davantage aux représentants du pouvoir qu’aux citoyens comme April Gallop.

 
 
 
 
 

La jonction effarante de deux pouvoirs : l’exécutif et le judiciaire

Suite à l’action en justice entreprise par April Gallop, les avocats de Dick Cheney, Donald Rumsfeld et Richard Myers présentent, en mars 2009, une requête en irrecevabilité au tribunal du district fédéral de Manhattan qui a compétence sur tous les cas liés au 11-Septembre. Et après avoir attendu un an, le juge Denny Chin entérine cette requête, en mars 2010, précisant quel'affaire présentée par April Gallop est "illusoire et fantaisiste" [24].

Cette dernière fait appel de cette décision, et le 5 avril 2011, la cour de New Haven, dans le Connecticut, examine l'appel. Or, il s'avère qu'un des trois juges en charge de se prononcer sur cet appel concernant l'affaire opposant une citoyenne américaine à trois hauts responsables de l’administration Bush n'est autre que le cousin de George W. Bush lui-même, le juge John M. Walker Jr[25]

 
Le juge John M. Walker, cousin de George W. Bush
 

William Veale, l'avocat qui défend April Gallop, dépose aussitôt une motion afin de disqualifier Walker, mais la Cour la rejette. Il demande alors un report d'audience afin d'examiner ce refus, mais là encore, la cour le refuse. Malgré la violation flagrante de l’éthique propre aux principes de la justice que représente en l’occurrence la proche parenté du Président des États-Unis en cause dans cette affaire avec le juge Walker, ce dernier ne se récuse pas [26].

William Veale livre sa plaidoirie, mais bien entendu, l’appel est rejeté.

Les termes employés dans la rédaction du verdict tendent à circonscrire les intentions d’April Gallop entre folie douce et malveillance tout en considérant les arguments avancés par son avocat avec une forme de condescendance qui s’attache à leur attribuer un caractère insignifiant :

« Après un nouvel examen, nous n'avons aucune hésitation à conclure que le Tribunal de district a correctement déterminé queles quelques faits éventuellement ‘bien plaidés’ contenus dans la plainte de Gallop sont frivoles. Bien que d'une manière générale, Gallop, ou tout autre demandeur peut certainement prétendre que les responsables les plus éminents du gouvernement des États-Unis ont conspiré pour commettre des actes de terrorisme contre les États-Unis, les tribunaux ne sont pas tenus d’entendre ce qui est pure spéculation et conjectures. En effet, en tentant de rassembler une série d'allégations non fondées et incohérentes pour expliquer pourquoi le vol American Airlines 77 ne s'est pas écrasé sur le Pentagone, la plainte échoue totalement à énoncer une approche cohérente, présentant une théorie beaucoup moins plausible de ce qui s'est passé en réalité ce matin-là à Arlington, en Virginie.

En outre et en dépit des hypothèses non étayées concernant le sort du vol American Airlines 77, la plainte omet également d’alléguer de façon plausible l'existence d'une conspiration entre les défendeurs et ne propose pas un seul fait pour corroborer son allégation d'une ‘rencontre des esprits’ parmi les conspirateurs. Il est bien établi que les allégations de conspiration ‘ne contenant que des affirmations péremptoires, vagues ou générales de conspiration en vue de priver une personne des droits constitutionnels ne peuvent pas résister à une requête en irrecevabilité.’ Nous convenons donc avec le Tribunal de district que les allégations de conspiration avancées par Gallop sont sans fondement et entièrement tissées de ‘délire et de fantaisie cynique’. Le Tribunal de district n'a pas commis d'erreur en rejetant la plainte pour préjudice. »

Ainsi, au regard des faits qui peuvent être observés par le citoyen à partir de documents administratifs et qui démontrent des anomalies majeures dans le cadre des événements du 11-Septembre - anomalies qui méritent, au minimum, d’être examinées - les termes employés pour la rédaction de ce verdict sont pour le moins choquants et trahissent un manque de neutralité flagrant de la cour dont l’un des juges est également partie.

Et s’il est difficile de nier le conflit d’intérêts que représente le fait que le juge Walker en mesure de mettre en échec la procédure entamée par April Gallop contre des responsables de l’exécutif américain soit aussi un membre de la famille du Président Bush, il est aussi difficile d’envisager qu’il puisse s’agir d’une coïncidence. Encore une, parmi les centaines de coïncidences propres aux événements qui se rapportent au 11-Septembre.

Cette situation démontre en tout cas que la séparation fondamentale du pouvoir exécutif et du pouvoir judiciaire, au sein des institutions américaines, n’est pas respectée, en tout cas elle ne l’est plus lorsqu’une citoyenne déterminée remet en cause les fondamentaux de la version officielle sur le 11-Septembre. Et si la présence de John Walker dans la trame de ce procès n’est pas le fruit d’une coïncidence, cela signifie qu’il s’agit d’une manœuvre qui, ironiquement, devient révélatrice : l’intervention d’une personnalité si proche du Président George W. Bush, appartenant au clan restreint de la famille Bush-Walker, pour empêcher que soient ainsi mis en cause d’anciens membres de l’exécutif, tend à valider - en creux - la pertinence des faits qui sont avancés dans la plainte d’April Gallop, et à démontrer que sa démarche, si elle aboutissait, pourrait représenter une réelle menace pour les responsables au pouvoir en 2001 : l’illusion des vertus qui leur sont attribuées par la magie de laparenthèse enchantée du 11-Septembre pourrait éventuellement se dissiper aux yeux de l’opinion publique pour laisser place à une réalité plus crue et, pour eux, bien moins avantageuse.

 
 

En 2011, pour le dixième anniversaire des attentats, le Washington Post a publié une série de portraits présentant neufs personnes touchées de façons diverses par les événements du 11-Septembre. Le dernier portrait publié le 10 septembre était celui d’April Gallop [6]. Et on ne peut que saluer la relative finesse du long article qui lui a été consacré en comparaison du traitement que les médias traditionnels réservent d'ordinaire à toute personnalité qui ne cautionne pas la version officielle sur le 11-Septembre, aux États-Unis tout comme en France où le tabou sur cette question confine à l'absurde.

Dans ce portrait, le journaliste Steve Hendrix n'esquive pas la position contestataire que revendique April Gallop. Il laisse apparaitre les questions qui la hante encore et toujours, ainsi que les épreuves qu'elle-même et son fils ont endurées durant les dix années qui ont suivi le 11-Septembre : la marginalisation sociale, la survie financière, l'enfer des tracasseries administratives et le labyrinthe interminable des actions en justice. Mais ce portrait montre aussi que la jeune femme est habitée maintenant par un certain recul, une hauteur d'esprit par rapport aux événements passés et une indéniable intelligence du coeur qui marque le combat qu'elle n'a jamais abandonné.

April Gallop garde espoir de voir sa cause reconnue en faisant appel devant la Cours suprême des États-Unis. Et quoi qu'il arrive, elle reste - encore et toujours - centrée sur sa propre perception de l’expérience qu’elle à vécue dix ans plus tôt lorsqu’elle est sortie des décombres du Pentagone avec son bébé sur l’épaule, en passant par ce fameux trou qui perçait la façade du Pentagone. Comme elle en fait la remarque au journaliste du Washington Post : « Je ne fais que poser des questions. Quand tu es pieds nus et que jamais tu ne marches sur un seul débris d'avion… »

 

À suivre : Lucky Guys

 

Lalo Vespera
La parenthèse enchantée
Parution du livre en septembre 2012
Newsletter Insolente

 


En lien avec cet article

Autres articles extraits de La parenthèse enchantée :

 
1 - Un certain 10 septembre 2001

2 - Le trésor enseveli du Pentagone
3 - False Flag Civilization
4 - Collusion au sommet du pouvoir
5 - Les bénéfices de la dissimulation
6 - Mai 2001, l’État bascule dans l’ombre
7 - Les reflets du modèle Enron
8 - Révélations sur le lieu du crime

 

Organigramme

Cliquer sur l’image ci-dessous pour accéder à l’organigramme en haute résolution

 

 

 
Sources et références
 
Un témoignage au cœur du Pentagone
 
[1] Etienne de La Boétie (1530 - 1563)
"Discours de la servitude volontaire" : ouvrage rédigé en 1549 par Etienne de La Boétie à l'âge de 18 ans. Sa première publication date de 1574, après la mort de l’auteur.
http://fr.wikisource.org/wiki/Discours_de_la_servitude_volontaire
http://audiolivres.wordpress.com/2009/03/21/la-boetie-discours-de-la-servitude-volontaire/ (Texte en version audio)
 
[2] Center for 9/11 Justice - Complaint for Violation of Civil Rights, Conspiracy, and Other Wrongs (15 décembre 2008)
http://www.911justice.org/complaint.htm
Plainte déposée par April Gallop - Paragraphe 6
 
David Ray GRIFFIN "Un autre regard sur le 11-Septembre. 10 ans après. Le nouveau Pearl Harbor 2" Editions Demi Lune (ouvrage publié aux États-Unis en 2008 et en France en 2011).
 
[3] Center for 9/11 Justice - Complaint
Paragraphes 3, 40-f et 43
 
Physics 911 - The Pentagon Attack Papers par Barbara Honegger (mis à jour en janvier 2011)
http://physics911.net/pdf/honegger.pdf
 
[4] ReOpen911 / Dailymotion 11-Septembre : Il faut écouter April Gallop - Conférence "Freedom & Justice" (10 mars 2007)
http://www.dailymotion.com/video/k7JJv7puW1x2Ba3iFo5
La version intégrale de la conférence d'April Gallop est disponible en version non sous-titrée :
http://www.youtube.com/watch?v=5U5hOyZlrcY
 
9/11 Ripple Effect / You Tube - Courte interview d'April Gallop
http://www.youtube.com/watch?v=88JQL4esHFg
 
[5] U.S. Navy "Pentagon 9/11" (2007)
http://www.history.navy.mil/library/online/pentagon_9-11.htm
Nombre des personnes blessées : page 24
 
The Alex Jones Channel / You Tube - Interview d'April Gallop (18 septembre 2008)
Partie 1/4 : http://www.youtube.com/watch?v=7EcpiPL6kw4
Partie 2/4 : http://www.youtube.com/watch?v=MZO9k3Y4H-s
Partie 3/4 : http://www.youtube.com/watch?v=LjOnIdB0mVo
Partie 4/4 : http://www.youtube.com/watch?v=TDQzO4QNpek
 
[6] The Washington Post "After 9/11, woman who was at Pentagon remains skeptical" par Steve Hendrix (10 septembre 2011)
http://www.washingtonpost.com/national/after-911-woman-who-was-at-pentagon-remains
skeptical/2011/08/10/gIQAUtQDGK_story.html
Article sur 5 pages
 
[7] CNN.com Transcript CNN Live Event/Spécial "9/11 : A Nation Changed" (11 septembre 2004)
http://transcripts.cnn.com/TRANSCRIPTS/0409/11/se.02.html
 
The 9/11 Commission Report – Final Report of the National Commission on Terrorist Attacks upon the United States (2004)
http://www.9-11commission.gov/report/911Report.pdf
Rapport final de la Commission d’enquête Kean-Hamilton-Zelikow sur les attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis.
 
The Alex Jones Channel / You Tube - Interview d'April Gallop (18 septembre 2008)
Partie 3/4 : http://www.youtube.com/watch?v=LjOnIdB0mVo
"On pensait que la Commission allait faire autre chose que ce qu'elle a fait et ça a été une grosse déception."
 
[8] ReOpen911 / Global Research "Guide à la découverte des lanceurs d’alertes du 11-Septembre" par James Corbett (5 mars 2010)
www.reopen911.info/News/2011/09/20/guide-a-la-decouverte-des-lanceurs-dalertes-du-11-septembre/
 
[9] ReOpen911 Les dossiers du 11 Septembre : "Que faisait Rumsfeld le 11 Septembre ?" par Matthew Everett
http://www.reopen911.info/uploads/document/fichier/que-faisait-rumsfeld-le-11-septembre.pdf
 
[10] George Washington’s Blog "Interview with April Gallop" (13 juillet 2006)
http://georgewashington.blogspot.com/2006/07/interview-with-april-gallop.html
 
 
Le langage de la justice
 
[11] Center for 9/11 Justice - Complaint for Violation of Civil Rights, Conspiracy, and Other Wrongs (15 décembre 2008)
http://www.911justice.org/complaint.htm
Plainte déposée par April Gallop
 
[12] Center for 9/11 Justice 
http://www.911justice.org
Le Centre pour la justice sur le 11-Septembre, organisation dont le fondateur est l’avocat qui défend April Gallop, William Veale.
 
You Tube - William Veale "Center for 9/11 Justice sues Donald Rumsfeld, Dick Cheney and General Richard Myers"
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=lLvzvUpik50
 
[13] Center for 9/11 Justice - Complaint
Paragraphe 2
 
[14] Center for 9/11 Justice - Complaint
Paragraphe 4
 
[15] The 9/11 Commission Report – Final Report of the National Commission on Terrorist Attacks upon the United States (2004)
 
ReOpen911 "11 Septembre : l’attaque du Pentagone remise en question par des pilotes"
http://www.reopen911.info/News/2008/09/22/11-septembre-l’attaque-du-pentagone-remise-en-question-par-des-pilotes/
Le site propose la traduction de l’essai du colonel à la retraite George Nelson, texte à l’origine de la coordination du collectif "Pilots for 911 Truth" en 2006.
 
[16] Center for 9/11 Justice - Complaint
Paragraphes 33 et 40-a
 
[17] CNN News / You Tube - Les 5 premières minutes de diffusion en direct du World Trade Center, à partir de 8h 49 (11 septembre 2001)
http://www.youtube.com/watch?v=vfYQAPhjwzA
 
[18] Center for 9/11 Justice - Complaint
Paragraphe 5
 
[19] Center for 9/11 Justice - Complaint
Paragraphe 25
 
[20] Center for 9/11 Justice - Complaint
Paragraphe 26
 
[21] Center for 9/11 Justice - Complaint
Paragraphe 30
 
[22] Center for 9/11 Justice - Complaint
Paragraphe 42
 
[23] L’idiot du Village "Le dogme de l’infaillibilité démocratique" par Guillaume de Rouville (6 août 2012)
http://lidiotduvillage.org/2012/08/06/le-dogme-de-linfaillibilite-democratique/
 
 
La jonction effarante de deux pouvoirs : l’exécutif et le judiciaire
 
[24] ReOpen911 "L’employée du Pentagone April Gallop déboutée par la justice dans sa plainte contre l’Administration américaine" (11 avril 2010)
http://www.reopen911.info/News/2010/04/11/lemployee-du-pentagone-april-gallop-deboutee-par-la-justice-dans-sa-plainte-contre-ladministration-americaine/
Traduction en français du document du document original accessible à cette adresse :
http://11-septembre.com/docs/GallopJudgment.pdf

 

Mary W. Maxwell "Thou shalt not kill Troy Davis - Conspiracy and the Power of Law" (2012)

http://www.prosecutionfortreason.com/files/TD031RRM.pdf

[25] Scribd.com Bush/Walker/Pierce/Robinson Family Tree
http://www.scribd.com/doc/60047897/Bush-Walker-Pierce-Robinson-Family-Tree

[26] No Lies Radio – The Kevin Barrett Show "April Gallop’s attorney William Veale immediately after court appearance" (5 avril 2011)
http://noliesradio.org/archives/32320

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (101 votes)




Réagissez à l'article

79 réactions à cet article    


  • robin 30 août 2012 09:35
    11-Septembre : Il faut écouter April Gallop

    Mode PRO-VO ON :

    April Galop ? Bof encore une conspirationiste alimentée au lait de l’extrémisme antisémite, circulez y’a rien à voir....

    MODE PRO VO OFF :

    ET voilà, emballé, c’est pesé.....lol !

    • David 30 août 2012 14:42

      C’est marrant juste de se poser des questions et hop on est antisémite. Sinon à l’heure où on peut descendre un avion a plus de 250km avec un missile et que l’on a faire au bâtiment le plus sécurisé, un gros avion fait un raz motte sans turbulence au sol pour faire un trou sans les ailes par un arabe qui s’est entrainé sur flight simulator. C’est bizarre j’ai un doute donc je suis complotiste et antisémite.

      Je suppose que lorque Aristote pensait que la terre est ronde il était complotiste et antisémite.

      Par contre c’est vrai lorsque j’entends le procès de Rachel Corrie je suis anti sioniste mais libre aux autres de dire que je suis antisémite.


    • files_walker 30 août 2012 10:23

      @Alyt



      Première photo avant effondrement du pan de mur, fenêtre encore en place...

    • Morpheus Morpheus 30 août 2012 16:20

      Pas « envolées », mais « vaporisées » : selon la VO, les pièces (métalliques) de l’avion se seraient transformées en vapeur (ce que signifie « vapirosées »).

      Pour vaporiser du métal, il faut une température de ... 500.000 ° C !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      TGCM !

      (Ta Gueule, C’est Magique)


    • volpa volpa 30 août 2012 10:09

      Un trou et pas d’ailes.


      • Faedriva 30 août 2012 18:08

        Evidemment, selon la théorie officielle, les ailes ce sont repliées comme celle d’un F111 Raven ou d’un F14 Tomcat et les réacteurs (les deux parties les plus durs d’un avion et les plus lourdes indépendamment du reste) sont passés par le petit trou de 5 mètres. Un défi à la logique mais, ils ne sont plus à ça près les officiels.


      • Gollum Gollum 30 août 2012 10:18

        En tous les cas la quasi démonstration est faite que l’invention de la démocratie au XVIIIème siècle, donc le pouvoir soi-disant rendu au peuple, a abouti en fait a donner le pouvoir à quelques uns, soigneusement cachés dans l’ombre.. Bref la démocratie a été une gigantesque arnaque au service de la caste ploutocratique...


        De fait il serait peut-être bon de revoir avec des yeux neufs la notion de démocratie et aussi celle de royauté qui l’a précédé, notamment la Royauté française du Moyen-Âge avant que celle-ci ne devienne absolue par la faute de Philippe le Bel..

        • zarathoustra 30 août 2012 10:30

          Pourquoi la racine du mot démocratie est-elle grecque si elle a été inventée au XVIIIème siècle ?


        • Gollum Gollum 30 août 2012 13:26

          Ben oui, mais pas étonnant de la part d’un peuple qui a inventé le matérialisme moderne...


          Sinon vous pinaillez un peu car je me plaçais dans un cadre temporel relativement étroit (nos 2000 ans de chrétienté) mais je reconnais que j’aurai du écrire « apparition » à la place d’« invention »..

          Sinon pour préciser ma pensée, pour un disciple de Guénon, la démocratie qui est le pouvoir donné au plus grand nombre est à la fois une illusion et l’illustration de la montée du matérialisme et du quantitatif... Donc sa réapparition au XVIIIème siècle en même temps que la montée en flèche de la philosophie matérialiste des Lumières est l’illustration de cette montée progressive de l’entropie propre au Kali Yuga. 

          Et l’aboutissement ultime est bien évidemment cette prise de pouvoir occulte par une oligarchie financière qui va nous amener à un chaos sans précédent après avoir perverti les âmes de nombre d’entre nous... mais après les Ténèbres, place à la Lumière. smiley

        • Morpheus Morpheus 30 août 2012 16:30

          Gollum, si l’on fait ce que vous suggérez, on trouve qu’en réalité, il y a 200 ans, à l’époque des révolution américaine et française (on pourrait ajouter anglaise), on n’a PAS changé l’ancien régime monarchique en démocratie, mais en gouvernement prétendument représentatif, ce qui est très, très différent de la démocratie.

          On découvrirait, sans doute avec un brin de nausée et d’incrédulité, que les si nobles « pères fondateurs » de nos régimes SAVAIENT ce qu’est une démocratie (ils étaient hellénistes et connaissaient les modalités de la démocratie athénienne), mais N’EN VOULAIENT PAS ! On découvrirait qu’en lisant ces pères fondateurs, on apprend qu’ils voulaient un GOUVERNEMENT (prétendument) REPRÉSENTATIF, et que c’est ce qu’ils ont mis en place. On découvrirait que le mot et le concept de démocratie nous a été volé, à nous, le peuple, de telle sorte que nous soyons rendu impuissant à nommer la solution à notre impuissance politique avérée. Puisque cette solution, précisément, est la démocratie. Mais comment formuler que la démocratie est la solution à des milliards de gens persuadés que la démocratie c’est le gouvernement (prétendument) représentatif, et que > démocratie = élection < (ce qui est un oxymore). On découvrirait, sans doute un brin horrifié, que < élection = oligarchie >.

          Mais ceux qui découvriraient cela, et chercheraient à faire part de leur découverte à tous les autres, comment croyez-vous qu’ils seraient accueillis ?

          ...


        • zarathoustra 30 août 2012 10:26

          Que se passerait-il si une enquête indépendante était ouverte et qu’elle établissait la responsabilité directe et claire de Chesnay. Il serait condamné pour haute trahison et après ? La paix universelle s’abattrait sur le monde, la misère disparaîtrait et tous les peuples du monde se donneraient la main ? 




          • files_walker 30 août 2012 10:52

            @zarathoustra


            Sans doute pas, mais cela vaut le coup d’essayer.

            Après cela ils auraient tout de même plus de mal à nous fourguer leur guerre de psychopathe.

          • files_walker 30 août 2012 10:55

            @zarathoustra


            Pas question de baisser les bras face à ces raclures.

          • zarathoustra 30 août 2012 11:00

            Merci pour votre réponse. Je n’avais pas vu cet aspect d’une bataille qui s’inscrit dans une lutte plus globale et n’est pas une fin en soi.



          • bluerider bluerider 30 août 2012 16:19

            je suis de votre avis zarathoustra,il ne se passerait que peu de choses.

            Pourtant, il y a beaucoup à gagner pour l’humanité à mettre à jour les vrais faits de cette journée particulière :
            > le droit international en sortirait nourri d’une jurisprudence nouvelle qui s’attaque aux opérations sous fausse bannière y compris dans un pays quine reconnait pas le TPI.
            > la justice internationale montrerait aux éventuels autres états qui ont des idées fourbes,que rien n’est plus possible au XXIème suiècle decet aordre (même si c’est un voeux pieu,ça fait réflechir quand même )
            > les populations occidentales seraient enfin soumises à la mise de conscience et exigeraient davantage de leurs élus en matière de contrôle de l’executif et de ses liens avec l’appareil militaro-financier et les cies pétrolières.
            > les médias seraient mis le nez dans leur marigot de mensonges et leur complicité d’assassinat de masse ce jour là. peut-être que dans les rédactions,plus de journalistes recommenceraient à avoir un peu de respect pour les citoyens qui veulent autre chose que des chiens écrasés dans leurs canards, et pour LEUR PROPRE TRAVAIL qu’il salisssent à longueur d’articles bâclés ou « modérés » ou carrément « autocensurés » mais le plus souvent non pas pour le bien commun mais juste pour leur feuille de paie.
            > les UNIVERSITAIRES auraient enfin une feuille de route un peu plus réaliste pour travailler.Car 99% de leurs productions intellectuelles tournent en rond pour échapper à toute censure ou pour être sûrs qu’ils décrocheront leur siège à feuille de paie correcte.... d’ailleurs,si l’Université produisait du sens exploitable par la collectivité, ou capable de faire franchir des niveaux de conscience sociale, ça se saurait !
            > enfin, la vérité sur le 11/9 mettrait en évidence la forme contemporaine du nazisme « soft » et « consensuel » ( !!! quelle horreur ces mots accolés ! ) qui a envahi le monde depuis els années 70, c’est le néo-conservatisme,qui a réussi à faire pmasser l’ultra-libéralisme comme la solution évidente au développement de la race humaine, sous domination yankee et militaro-industriello-petroleo-financière...et qui tue des millions de gens au Moyen Orient depuis 11 ans dans la plus totale impunité idéologique (la gauche est mouillée grave)
            > c’est déjà pas mal, non ?


          • Morpheus Morpheus 30 août 2012 16:34

            zarathoustra, la vérité est amère, mais ses fruits sont doux.

            Rien que pour cela, traduire et condamner les infamies de ces criminels vaut la peine.


          • bernard bernard 30 août 2012 10:45


            Ce n’était pas on boeing 757...
            C’était un mirage !
            Sont c... ces ricains !


            • files_walker 30 août 2012 11:57

              Que disent les témoins de l’avion du pentagone ?

              Qu’ils ont bien vu un avion en approche, mais la trajectoire résultant de tous les témoignages montre qu’elle ne pouvait être celle de la VO.
              L’avion est passé à l’aplomb du bâtiment et quelques chose à sauté.

              Conclusion personelle : cet avion était là pour qu’on s’en souvienne.


              • lavabo 30 août 2012 12:25

                et une nouvelle tartine soucoupiste, une !!!!!!!!

                tout ca pour dire qu’elle n’a rien vu......

                • joletaxi 30 août 2012 12:39

                  vous avez lu ??

                  car question tartine, c’est au moins un pain de campagne de 15 kgs.

                  c’est ça qui est ch... avec ces articles interminables de reopen, cela pourrait se résumer en 3 lignes, et il en fait un bottin.

                  enfin, il y a des amateurs, des fidèles,c’est sans doute à leur usage ?


                • Gasty Gasty 30 août 2012 12:40

                  Qu’elle n’a rien vu de la version officielle.

                  Lavabo, les versions officielles à ingérer doit probablement vous faire aussi aimer les plats préparés ? C’est l’heure d’ouvrir votre boite.

                  Bonne App !..


                • bobbygre bobbygre 30 août 2012 12:44

                  Lisez donc son témoignage et vous verrez qu’elle en dit bien davantage.

                  Merci Reopen de tenir la flamme allumée. La vérité finira par éclater (en France plus tard qu’ailleurs) en tout cas, la bataille est loin d’être perdue. Année aprés année, les témoignages se multiplient, l’information se diffuse et les masques tombent.

                  J’ai beaucoup aimé votre passage sur « ils ont parlé ! ». Ca m’a rappelé la conclusion du dossier S&V sur le sujet qui, en gros, était : « de toute façon, si la conspiration était vraie, ça se serait su » ce qui, pour un dossier censé être scientifique, m’a semblé être tout à fait révélateur (de leur incertitude scientifique).

                  Et effectivement ça se sait ! Ca se sait sur Internet, à la télé, au cinéma, dans les discussions des gens etc... et ça se sait grace notamment aux nombreux témoignages des gens qui ont parlé !

                  Merci pour votre travail salutaire !

                   


                • lavabo 30 août 2012 12:52

                  Jo, je n’ai lu que les passages en gras, c’est suffisant....


                • tf1Goupie 30 août 2012 14:33

                  La verité finira pas éclater .... Ommmmmmmmmm !

                  Répétez en choeur les mantras mes frères


                • bobbygre bobbygre 30 août 2012 15:34

                  Non, c’est un fait. C’est tout.

                  Lorsque l’on voit les progrés qui ont été faits depuis 2001, on ne peut que l’esperer vivement. De nombreux témoins ont parlés, dont de nombreux membres des services incriminés, on a des élements scientifiques solides (notamment la thermite ou l’étude poussée des 500 ingénieurs et architectes sur la chute du WTC7), on a les suites du 11 Septembre qui semblent clairement démontrer à qui veut bien voir que Al Qaida n’a jamais été l’objectif mais bien plus les petro dollars (et le maintien de l’hégémonie), on a eu un film visionné dans le monde entier et récompensé etc...

                  Et aujourd’hui, si tu en doutes (car je te vois prendre ça systématiquement à la rigolade alors qu’honnetement, je ne trouve pas toute cette histoire trés hilarante), tu peux observer sur les télés américaines, comment on parlait des conspirationnistes juste aprés les attentats et comment on parle maintenant. Ca prouve sans l’ombre d’un doute que la version officielle a considérablement perdu en crédibilité.

                  J’en profite pour rappeler la célèbre citation de Shcopenhauer que tes moqueries incessantes (tu sais faire autre chose ?) illustrent à merveille :

                  « Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence. »

                  En France, on est en toujours au premier stade (cf tes messages), mais de toute évidence, les US ont franchi le second.

                   


                • robin 30 août 2012 16:30

                  Tiens un nouveau lobotomisé des neurones,

                  Bien choisi son pseudo le zig on va vite tirer la chasse.....lol !


                • lavabo 30 août 2012 14:49

                  Kekidicuila ?

                  J’ai des inclinations ? veuillez preciser vos sources please ?

                • Morpheus Morpheus 30 août 2012 16:38

                  Attention, entre la source et le lavabo, il y a 60 contrôles de qualités de l’eau !


                • emphyrio 30 août 2012 14:13

                  C’est dense et cela pourrait constituer un élément de poids dans un rapport d’enquête sur l’attaque du Pentagone, si on l’autorisait un jour. A retenir : l’absence de kérosène est manifeste à travers le témoignage d’April Gallop ainsi que sur l’unique vidéo disponible de l’explosion.

                  Dans les pays arabes circule une plaisanterie pleine de sens. On définit trois types de mensonges : « les petits mensonges, les grands mensonges et au-delà le 11 septembre. »
                  Personnellement je crois que depuis cette date les USA ont instauré la dictature du mensonge.


                  • moorea34 30 août 2012 15:04

                    Comme ça a été dit fort justement par les juges, la pauvre fille a pris un sacré coup de bambou sur la cafetière....

                    http://www.ratical.org/ratville/CAH/F77penta04.html
                    http://911research.wtc7.net/talks/noplane/fires.html

                    Quelle tristesse  smiley

                    Need more ?


                  • joletaxi 30 août 2012 16:08

                    c’est pas chic ce que vous faites là

                    on était bien, on devisait des tenants et aboutissants du grand complot,déjà ,se pointait l’avion holographique, et vous venez gâcher la fête.

                    Je finirai par croire que vous êtes un agent à la solde de l’empire


                  • bluerider bluerider 30 août 2012 16:12

                    tiens... M.Quirant de retour,épisode 2654.

                    J’étais un peu comme vous avec April, dubitatif. J’ai tout revu. et je sais lire aussi. et je sais que je suis un citoyen comme elle, et comme elle j’aurais réagi. Pas comme « eux ». Sa constance de militante et citoyenne est admirable, et la constance de son témoignage aussi. Il ne varie pas.

                    Trouvez-nous les numéros de série, au lieu de gémir sur une victime. (technique de désinformation n°X bis : prendre les victimes en otages avec des questions qui leur sont étrangères... au nom des victimes, cessez de openser de travers... eh bien non. justement, non.)

                    et puis pouvez-vous s’il vous plait dans « votre petite maison languedocienne », expliciter la question des 2000 / 3000 voitures et camions grillés sur le dessus, aux intérieurs brûlés, aux moteurs parfois fondus.... j’ai toujours pas eu de réponse depuis 2 ou 3 ans... et je suis un élephant pour ces trucs.


                  • robin 30 août 2012 16:29

                    Par moorea34 (xxx.xxx.xxx.159) 30 août 15:04

                    Comme ça a été dit fort justement par les juges, la pauvre fille a pris un sacré coup de bambou sur la cafetière....
                     ---------------------------------
                    venant de vous...un avis d’expert .....lol ! 

                    Mais c’est bien connu tout ceux qui vous contredisent ne peuvent être que fous.....facile !
                     


                  • bobbygre bobbygre 30 août 2012 16:45

                    Oui, l’accusation de folie... Trés utilisée par les soviétiques en leur temps...


                  • bobbygre bobbygre 30 août 2012 17:04

                    Faut dire que c’est pratique, la folie. Pas besoin de procés et de jugements, un rapport d’un médecin et hop, c’est la taule... Comme c’est arrivé récemment à un ancien GI qui avait posté sur Facebook des appels à l’arrestation de Chesney and Co (il a été interné de force sans jugements avant d’être finalement libéré par un juge alerté par le scandale et la mobilisation, ouf, l’esprit de liberté n’est pas encore complétement mort).


                  • emphyrio 30 août 2012 18:32

                    J’aime bien le passage où elle refuse de suivre les recommandations de sa hiérarchie sur ce qui devait être raconté à la presse.


                  • MKT 30 août 2012 19:04

                    A moorea.

                    J’ai suivi un des liens.

                    Je n’avais jamais vu ces photos.

                    Très impressionnant.

                    J’ai eu personnellement l’occasion de manipuler des morceaux d’ailes d’un Boeing 747 cargo qui avait été mis à disposition d’artistes en tant que matière première pour des éventuelles œuvres d’art. C’est incroyablement léger et fragile, l’intérieur est fait de fines feuilles d’aluminium. Il ne me paraît pas inconcevable que en percutant une façade de bâtiment en béton, ces mêmes ailes se soient désintégrées.

                    Bon après, chacun est libre de croire autre chose...


                  • emphyrio 30 août 2012 19:26

                    Cette photo est la première prise par Riskus, env. 1 minute après l’explosion. Les fumées d’hydrocarbure devraient être intenses mais ce n’est pas le cas. Un commentaire Moorea ?


                  • amipb amipb 30 août 2012 22:15

                    La différence, MKT, c’est que sur cet avion les ailes étaient équipées de moteurs et remplies de tonnes de kérosène.

                    Et tout cela rend l’ensemble bien moins « léger » à manipuler.


                  • Lucadeparis Lucadeparis 8 septembre 2012 09:44

                    Dans le second lien donné par Jérôme Quirant (moorea34), les personnes ne témoignent que de la présence d’une odeur de carburant d’aéronef, ce qui n’est nullement contradictoire avec l’hypothèse d’un missile de croisière. Ainsi on y lit :
                    "Will Jarvis : ... knows what aviation fuel smells like. That smell was his only clue that a plane had crashed into the Pentagon.« ( »Will Jarvis : ... sait ce sent le carburant d’aviation. Cette odeur était l’unique indice qu’un avion se soit écrasé dans le Pentagone.").

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès