Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > 11-Septembre : Révélations sur le lieu du crime

11-Septembre : Révélations sur le lieu du crime

Si, le 11 septembre 2001, seul le Pentagone avait été touché par une attaque détruisant l'équipe comptable et les données financières du Département de la Défense, cette unique catastrophe aurait été perçue comme un fait historique retentissant au coeur du système politique des États-Unis. Eventuellement, au lieu d'une vaste guerre internationale contre le terrorisme, une enquête criminelle appropriée aurait-elle permis de déterminer les circonstances exactes du drame. Eventuellement, les médias se seraient-ils interrogés sur l’enjeu que représentaient les détournements de fonds massifs mis en lumière par cette même équipe anéantie. Eventuellement, l'exécutif américain aurait-il été contraint de justifier son choix de mettre, en mai 2001, ce service trop vertueux sous l’autorité administrative de Thomas White qui se révélera être un escroc majeur du scandale Enron. Eventuellement, William Cohen et Donald Rumsfeld auraient-ils été mis en demeure d'expliquer ce qu'il était advenu des 3400 milliards de dollars disparus dans les méandres comptables du pentagone durant les deux années fiscales précédant cette catastrophe... Eventuellement… Mais, dans le grand chaos spectaculaire du 11-Septembre, ce massacre est tout simplement passé inaperçu et il est encore à ce jour inconnu du grand public.

Après avoir exposé les circonstances qui entourent cet épisode spécifique au cours des sept articles précédents, extraits du livre La parenthèse enchantée, nous présentons maintenant, pour la première fois depuis les bouleversements de 2001 et en exclusivité pour ReOpen911, la somme des informations rassemblées, exposées, analysées et étayées, contenues dans les documents officiels de l’administration américaine, qui permettent de prendre la mesure de cette anomalie exceptionnelle, que la Commission d’enquête sur le 11-Septembre n’aborde nulle part dans les 585 pages de son Rapport final.

 
Le panache de fumée qui se dégage du Pentagone, le 11 septembre 2001, 
vu depuis le cimetière d’Arlington, quelques minutes après l'attentat.
 

 

La Parenthèse Enchantée (8/11) :
Révélations sur le lieu du crime
 
Chaque semaine cet été, jusqu’au mardi 11 septembre 2012, ReOpen911 publie un extrait du livre de Lalo Vespera, La parenthèse enchantée (à paraitre en septembre 2012).
 
Article précédent : Les reflets du modèle Enron

 

« Celui qui dit un mensonge ne prévoit point le travail qu'il entreprend ;
car il faudra qu'il en invente mille autres pour soutenir le premier. »
Alexander Pope [1]

 

Nous observons donc deux événements parmi les plus déterminants de l'Histoire contemporaine américaine :

• D'une part, ce gouffre soudain, abyssal, inédit, avéré et pourtant inexpliqué à ce jour, de 3400 milliards de dollars dans la comptabilité des dépenses militaires au cours des années fiscales 1999 et 2000.

• D'autre part, les attentats du 11 septembre 2001.

Ces deux événements sont considérés par l'Histoire officielle des États-Unis comme parfaitement distincts, n'ayant absolument aucun lien d'intérêt ou de causalité quelconque. A en croire le récit des autorités américaines, le premier relève d'une problématique administrative interne de logistique financière inextricable. Et le second est constitué d'une série de quatre attentats terroristes surprises, opérée pour des motifs idéologiques par un groupe étranger et autonome de 19 fondamentalistes islamistes. Aucun lien de sens. Aucune connexion rationnelle qu'il soit logique d'établir entre ces deux événements à partir des postulats fournis par le récit gouvernemental.


 
 
Après le 11-Septembre, comment le contribuable américain pourra-t-il
encore retrouver les 3400 milliards de dollars égarés au cœur du Pentagone ?
 

 

La théorie officielle des coïncidences

Pourtant, n'en déplaise aux intendants de la vérité officielle qui s’emploient davantage à entretenir un asile dogmatique plutôt que d'observer et d'analyser les faits, ces deux événements fondamentaux s'entrecroisent et se rejoignent de façon spectaculaire sur tout un champ d'intérêts, formant ce qu'il est coutumier d'appeler des "coïncidences" : qu’il s’agisse du discours du secrétaire à la Défense la veille du 11-Septembre ou des conflits d’intérêts propres à Rumsfeld, qu’il s’agisse des ambitions affichées par le PNAC [2] ou des bénéfices faramineux de Carlyle et Halliburton en lien étroit avec l’administration Bush, ou encore de l’incroyable fortune qui marque les parcours de personnages comme William Cohen, Dov Zakheim, Paul Bremer - que nous aborderons dans un prochain article - ou Thomas White, escroc notoire de l’affaire Enron devenu opportunément en mai 2001 secrétaire de l’Armée et responsable administratif de la zone précise du Pentagone qui sera frappée par les attentats, quatre mois plus tard… Dans toutes ces conjonctures, les coïncidences sont multiples et étourdissantes.

En réalité, nous nommons généralement "coïncidence" la simultanéité fortuite de plusieurs événements, en l’occurrence différents faits qui sont supposés n’avoir pas de rapport entre eux, et qui nous apparaissent soudainement connectés par la seule magie du hasard, comme le fait de penser incidemment à quelqu’un et de le rencontrer quelques minutes plus tard au coin d’une rue : pas de lien logique, mais une conjonction due au hasard qui aboutit à un événement imprévu, provoquant la surprise et retenant l’attention.

De même, dans la combinaison du récit officiel sur le 11-Septembre, les faits relatés sont supposés ne contenir AUCUN lien logique, aucune relation de cause à effet, car le postulat de ce récit implique que tout sépare l’administration, alors au pouvoir aux États-Unis, du groupe autonome des 19 terroristes islamistes dirigés par Ben Laden et attaquant par surprise. Or, aussi absurde soit le dogme politique et médiatique auquel le citoyen est tenu de croire, si ce dernier se plie à cette théorie de la conspiration islamiste à laquelle est vissé le Rapport de la commission, alors les attentats de 2001 impliquent une constellation de plusieurs dizaines de coïncidences majeures et de plusieurs centaines de coïncidences secondaires [3].

En revanche, si ce même citoyen entreprend d’adopter un point de vue d’observateur autre que celui que lui impose la version du gouvernement américain, les coïncidences peuvent éventuellement se révéler n’être qu’apparentes et se dissoudre aussitôt pour laisser place dans son esprit à des liens parfaitement logiques. Car la personne se trouve alors en mesure d’envisager une possible cohérence dans le rapport caractérisant l’ensemble des faits observés. Ainsi, si l’observateur perçoit des éléments démontrant une implication de membres influents au sein du pouvoir américain dans la préparation et l’exécution des attentats, les coïncidences qui enluminent les croisades de Donald Rumsfeld et Dick Cheney, du PNAC, de Carlyle et Halliburton, ou de Thomas White, apparaissent alors comme un ensemble de faits beaucoup plus prosaïques et fallacieux, et l’enchainement d’épisodes jusqu’alors étrange et hasardeux devient compréhensible et rationnel.

Cette bascule intellectuelle présente de grands avantages en termes de compréhension de certaines situations géopolitiques en apparence aberrantes et qui s’avèrent beaucoup plus lisibles par la grâce d’un changement de perspective. Mais cette bascule est aussi appropriée et pertinente pour analyser des points très précis du 11-Septembre tel que, par exemple, la localisation des dommages constatés au Pentagone.

 
 
La partie colorée en rouge représente la zone où se situaient en 2001 les
bureaux de l’équipe comptableau premier niveau, c'est-à dire le rez-de-chaussée,
du Pentagone. Vu du ciel, il s'agit d'une surface dérisoire au regard de cet immense
bâtiment administratif. Pourtant, c'est exactement à cet endroit que le Boeing de
la version officielle s'est encastré le 11-Septembre détruisant les données financières
du Département de la Défense et tuant les 46 comptables et analystes budgétaires 
qui avaient révélé des dépenses non étayées dans la comptabilité du Pentagone,
pour un montant total de 3400 milliards de dollars.
 

 

L’intérêt du citoyen

Dans son livre Omissions et manipulations de la Commission d’enquête, David Ray Griffin s’interroge sur la trajectoire incongrue et le lieu d’impact final du Boeing qui, selon le récit officiel, a frappé le Pentagone :«  Le fait même qu’on ait touché l’aile ouest constitue [une] énigme. Un pilote terroriste aurait sans aucun doute essayé de causer le plus de dégâts possible. Et pourtant, l’aile ouest était en travaux pour rénovation. […] Il est évident que des terroristes d’al-Qaïda suffisamment brillants pour concocter et réussir une frappe sur le Pentagone auraient su que l’aile ouest constituait le plus mauvais objectif et non le meilleur. La Commission Kean-Zelikow ne fait preuve d’absolument aucune curiosité quant à cette aberration. » [4]

Le récit du gouvernement américain affirme en effet que l'attentat contre Pentagone résulte d’une attaque terroriste utilisant un avion de ligne piraté pour en faire une bombe volante. Or, selon la logique implicite de cette version, étant difficile d'envisager que les terroristes en question aient choisi, comme l'indique judicieusement Griffin, « le plus mauvais objectif et non le meilleur » lorsqu'ils visaient le Pentagone, il en résulte implicitement que le lieu d'impact sur le bâtiment serait la conséquence d'une frappe plus ou moins hasardeuse… Ce postulat, aussi aberrant soit-il, présente cependant un avantage important pour les tenants du récit officiel : en effet, il n’y aurait pas lieu ni pour les enquêteurs, ni pour les citoyens, de se poser de question pertinente concernant la zone d’impact de l'attentat puisque celle-ci aurait été déterminée aveuglément. Or, nous observons que les activités exercées dans la zone du Pentagone ravagée par les attaques sont des activités critiques et que cette question de la zone d'impact est donc fondamentale. Cependant, le Rapport de la commission sur le 11-Septembre ne l'aborde jamais. 

Il s’agit là d’un problème crucial concernant le travail de la Commission et qui est symptomatique de la pauvreté du Rapport qu’elle a produit. L’enquête, telle qu’elle est exposée et argumentée, évite soigneusement de s’appuyer sur les faits, de les explorer et de les analyser d’un point de vue neutre et objectif, et partant de cette méthode, pourtant élémentaire, d’établir des conclusions. A l’inverse, le Rapport est orienté de façon à délivrer pour l’essentiel des arguments qui justifient la version gouvernementale communiquée dès le jour des attentats [5] avec un postulat qui était donc verrouillé en amont de l’enquête, éliminant nombre de questions embarrassantes, et cependant incontournables pour une compréhension honnête des faits et de ce qu’ils impliquent.

 

 
 
L’invitation faite au lecteur
 

Comme pour l’ensemble des informations mises en lumière dans le livre La parenthèse enchantéeet dans les articles qui en sont extraits, le lecteur est invité à explorer par lui-même les documents officiels qui sont systématiquement mis à sa disposition, et tout particulièrement le contenu de la version originale du Rapport de la commission d’enquête sur le 11-Septembre,disponible en ligne – en anglais – et téléchargeable (une version partielle du Rapport en françaisest également accessible en ligne). En attendant de "dévorer" l’intégralité du Rapport officiel, le lecteur pourra, dans un premier temps, entreprendre une recherche très simple à l’aide de mots-clés tels que : "accounting" (comptabilité), "accountant" (comptable), "budget analyst" (analyste budgétaire) ou encore "RSW" pour "Resource Services Washington", le principal service de comptabilité du Pentagone qui a perdu 34 de ses employés dans les attentats…

Il s’agit là d’un moyen, parmi d’autres, permettant de vérifier l’absence d’information sur ce fait crucial au cœur des attentats de 2001. Le Rapport n’indique à aucun endroit ni la nature des activités exercées dans la section précise où le Pentagone a été frappé en 2001, ni la profession des 125 victimes qui y travaillaient. Plus grave encore, l’anéantissement de l’équipe comptable du Département de la Défense et la destruction de ses données financières étaient des faits connus de la Commission qui a donc délibérément choisi d’omettre de communiquer ces informations déterminantes dans son Rapport final, rapport pourtant présenté par ses auteurs et par les autorités américaines comme le compte-rendu exhaustif d’une enquête objective, définitive et irrécusable sur la tragédie du 11-Septembre [6].

 
 
 

Si, comme nous allons le voir, une quantité déterminante de faits indique une destruction intentionnelle de la zone où se trouvaient les données financières critiques du Pentagone ainsi que l’équipe chargée de l’audit sur ces données, et si la Commission d’enquête a omis de prendre en compte ces faits qui pouvaient invalider la version gouvernementale sur le 11-Septembre, alors il est dans l’intérêt du citoyen de résister à la tentation du suicide intellectuel qui consisterait à abandonner tout esprit critique face au dogme des discours imposés par les élites politique, économique ou médiatique. Et à ce titre, il est légitime pour chacun d’entre nous de s’interroger, entre autres, sur la réalisation de l’acte criminel qui a permis d’aboutir à ce résultat.

 
Il est impossible de prouver une vérité mensongère
Lire en fin d'article la formidable démonstration de George Nelson,
colonel à la retraite de l’US Air Force.
 

Par ailleurs, comme le colonel à la retraite de l’US Air Force, George Nelson [26], en fait la démonstration, les autorités en charge de l’enquête sur l’attentat du Pentagone ont refusé, sans motif plausible, de montrer aux citoyens américains les preuves les plus rudimentaires permettant de valider leurs allégations selon lesquelles un avion de ligne détourné par des terroristes s’était écrasé sur le bâtiment du Département de la Défense. Et les incohérences concernant cette hypothèse sont si abondantes [4] que celle-ci ne peut en aucun cas être considérée comme un postulat d’analyse satisfaisant et encore moins comme l’unique option à étudier.

Il est donc essentiel, pour une approche pertinente des événements du 11-Septembre, de dissocier avant toute analyse, les faits observables sur le site du Pentagone de ce postulat selon lequel un avion s'est écrasé sur le bâtiment, postulat qui n’appartient en premier lieu qu’à la théorie de la conspiration des 19 pirates islamistes. Or, cette théorie se base sur un scénario qui a été instantanément délivré par le pouvoir exécutif de l’époque. Et dans un précédent article, nous avons détaillé comment ce pouvoir a, dans d’autres circonstances, usé sans états d’âme de mensonges effarants afin que l’opinion publique valide son action ou dans le but de servir des intérêts privés.

Nous allons constater que les informations recueillies à ce sujet dans plusieurs documents de l’administration américaine et certains éléments de preuve incontournables représentent un enjeu décisif pour l'interprétation qui devrait être faite de cette attaque contre le Département américain de la Défense.

 
Deux documents officiels mentionnant la perte des données
comptables du Pentagone durant les attaques du 11-Septembre :
Financial Management [7] et Arlington County [8]
 

 

Zone d’impact : les données comptables détruites

Nous l’avons vu précédemment, les états financiers du Pentagone pour les années 1999 et 2000 présentaient respectivement 2300 et 1100 milliards de dollars d’écritures comptables sans traçabilité. Mais pour l’année 2001, la situation est encore plus originale : il n’existe à ce jour aucune évaluation des écritures comptables pour cette période, car les données permettant de réaliser les états financiers ont tout simplement été détruites dans l’attentat du 11-Septembre. Voilà ce que nous apprend le document officiel du Pentagone intitulé Financial management / Ending balance adjustments to General ledger data for the Army general fund (Gestion financière / Finalisation des ajustements de solde pour le Grand livre comptable du Fonds général des Armées) daté du 27 mars 2002 (“Appendice A : Processus d’audit”, page 11) : « Nous n'avons pas effectué un examen détaillé des ajustements pour les données de l’exercice 2001, car l'armée n'a pas publié d’états financiers pour l’année fiscale 2001 en raison de la perte des ressources subie durant les attentats terroristes du 11-Septembre. » [7]

Par ailleurs, une observation attentive du Compte-rendu officiel des opérations du Comté d’Arlingtonfaisant état de la réponse des secours après les attentats nous confirme cet état de fait, page A-68 : « La zone d'impact comprenait le centre d’opérations de la Marine et le complexe de bureaux de la Garde nationale et de l'Armée de réserve. C’était aussi la fin de l’année fiscale et d’importantes informations budgétaires se trouvaient dans la zone sinistrée. » [8]

Ces éléments de preuve d’une importance capitale, extraits de deux documents officiels, indiquent sans aucune ambiguïté que les données comptables de l’année fiscale 2001 ont été détruites dans la zone d’impact des attentats du 11-Septembre, dans une proportion telle que les états financiers de l’exercice 2001 n'ont pu (et ne pourront jamais) être réalisés. Sachant que le montant total des transactions non étayées au Pentagone durant les deux années précédentes s'élevait en tout à 3400 milliards de dollars, cette destruction n’est en rien anodine. Mais la Commission d’enquête n’a jamais mentionné dans son Rapport, ni même évoqué à un stade quelconque de son enquête, ce fait incontournable.

 
Pentagone. Premier Niveau. Zone officielle de l’impact de l’attentat [9]
(présentée ici à partir du postulat officiel du crash aérien, la flèche
représentant la trajectoire supposée de l'avion à l'intérieur du bâtiment)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La zone précise du Pentagone dans laquelle se situait la majorité
des comptables et analystes budgétaires tués le 11-Septembre
 [10]
 

Pour le procès de Zacarias Moussaoui en 2006, l’accusation a produit un document interactif présentant la scène de crime, à savoir un plan des trois premiers niveaux du Pentagone limité à la zone officielle d’impact des attentats et indiquant (de façon incomplète) l’emplacement des corps ou des parties de corps tels qu’ils ont été relevés officiellement par les autorités. En cliquant sur les différents numéros, il est possible de faire apparaître l’identité partielle de la victime (les numéros bleus pour les passagers du vol présumé AA77 et les numéros rouges pour les employés du Pentagone). Des pièces à charge du procès sont en ligne sur un site internet officiel de la justice américaine et du tribunal de Virginie [10].

 
 
 
 

Le meurtre des comptables du Pentagone

Le 10 octobre 2001, le Washington Post [11] publie un article au sujet d’un service du Pentagone, appeléResource Services Washington (RSW) qui a perdu 34 employés dans l'attaque du 11-Septembre, soit plus de personnel que n’importe quel autre bureau du Département. Le quotidien précise : « Il s'agit d'un taux de pertes rarement observé par des forces de combat américaines, semblables à ce que quelques compagnies ont subi durant la première vague du débarquement à Omaha Beach au cours du D-Day. Ceux qui sont morts dans le bureau de Jaworski [le directeur du RSW] n'étaient pas des guerriers. Il s'agissait des analystes budgétaires et des comptables - civils pour la plupart - qui s'étaient occupés de la clôture de l'année fiscale. » Mais cette information spécifique, pourtant saisissante, ne sera pas développée plus avant par le Washington Post (dont les standards d’investigation ont apparemment été révisés depuis la belle époque du Watergate). Cette information ne sera reprise par pratiquement aucun autre titre de presse aux États-Unis et ailleurs, et n'aura donc au final qu’un traitement très anecdotique dans les médias [12].

 
Le document de la Navy sur l’attentat au Pentagone,
publié en 2007 [9]
 

Dans aucune page ni aucune note de son Rapport paru en 2004, la Commission d’enquête ne jugera utile de mentionner ces « détails », ni même d’y faire allusion. Et il faudra attendre six ans pour que l’information publiée dans le Washington Post soit confirmée officiellement dans une étude du Département de la Navy sur les attentats du 11-Septembre intitulée Pentagon 9/11. Paru en 2007, ce rapport indique en page 28 : « le Bureau de l'armée U.S. Resource Services Washington (RSW), qui fait partie du Bureau de l'Adjoint administratif au secrétaire de l'Armée, employant 65 à 70 personnes, gérait les ressources financières et humaines pour le personnel du quartier général. […] La Division Programme et Budget du RSW, particulièrement touchée, a perdu 25 de ses 28 membres. […] Sur 12 des membres présents dans la division Comptabilité de gestion, seuls 3 ont survécu. Pour ces trois-là, la boule de feu et l'effondrement partiel d'un mur a failli causer leur perte, et aucun ne s'en est tiré sans blessure. Tout compte fait, 34 des 40 membres des divisions Programme et budget, et Comptabilité de gestion, présents ce matin-là sont décédés. » Robert Jaworski, directeur depuis douze ans du RSW, qui se trouvait dans une autre section du Pentagone, atteste de ces faits. Le document confirme aussi, page 34, le sort de « Sept victimes [du secteur] 1C535, membres du bureau Programme et Budget de la DIA, qui ont probablement été tuées sur le coup. » [9]

• Le Resource Services Washington est le bureau précisément chargé de la gestion des ressources pour le Quartier Général du Département des Armées (HQDA) [13] et de la budgétisation ainsi que la comptabilité du Pentagone. Le RSW (aussi abrégé HDQA-RM) est effectivement l'un des deux principaux services du Pentagone dévasté le 11-Septembre, comme en témoigne encore aujourd’hui l’hommage surla page d’accueil du site officiel [14].

 
 
Hommage aux victimes du 11-Septembre
sur la page d’accueil du site officiel du RSW [14]
 

Le RSW est subordonné au Bureau de l’Adjoint administratif du secrétaire de l’Armée, l’OAA, lui-même placé sous l’autorité directe du secrétaire de l’Armée, à savoir Thomas White dont nous avons vu le parcours accablant au sein d’Enron. Pour quelle raison White débarque-t-il le 31 mai 2001 au Pentagone, à un poste pourtant déjà pourvu trois mois auparavant et juste avant que le navire Enron ne sombre, emportant avec lui, dans les filets de la justice, la partie des dirigeants restés encore à son bord ? Du fait de ce calendrier opportun, Thomas White, dont l’implication dans les fraudes massive d’Enron est démontrée, entre autres, par les documents qui ont été produits devant la Commission sénatoriale du 18 juillet 2002, échappera à la justice, par la grâce de l’immunité que lui a procurée son poste au Pentagone… [15]

• Le Pentagon Memorial : La liste officielle des 125 victimes employées au Pentagone est largement publiée dans les médias ou sur des sites qui rendent hommage aux morts du 11-Septembre, mais la profession des victimes n’est pas indiquée sur la liste elle-même, dans sa version officielle. Nous avons donc examiné en détail les biographies des victimes, consultables sur le site internet du Pentagon Memorial parrainé par le Département de la Défense [16]. Le mémorial permet d’obtenir de façon parcellaire les renseignements nécessaires concernant l’activité professionnelle de la plupart des employés du Département de la Défense et démontre, là encore, qu’au moins 46 comptables, analystes budgétaires ou personnels du RSW ou de la DIA ont bien été tués le 11-Septembre, soit plus d’un tiers des victimes dénombrées sur les effectifs du Pentagone.

• The American Society of Military Comptrollers (ASMC), le syndicat des professions de contrôle financier et de comptabilité militaire, déplore la perte finale de quinze de ses membres [17]. Un bulletinavait été publié en 2001 [18] : « A la suite de l'attaque du 11-Septembre sur le Pentagone, quatorze membres [la 15e victime est décédée plus tard] de notre section ASMC ont été tués et quatre autres blessés. Ces personnes étaient dans leur service du Pentagone soutenant les opérations de gestion financière des contrôleurs de l'Armée et de la DIA. »

• La biographie de Robert Russel présentée sur le Pentagon Memorial relate un fait particulièrement dérangeant. Après 23 ans de carrière militaire, Robert Russel est entré au gouvernement fédéral pour y travailler en tant que civil. Le 11-Septembre, il encadrait les analystes budgétaires du RSW. La biographie du mémorial ajoute : « Le week-end avant sa mort, Russel avait convié toute son équipe chez lui pour déguster des crabes. Ils fêtaient la finalisation de la clôture du budget de l’année fiscale. Tragiquement, toutes les personnes qui assistaient à cette fête furent impliquées dans l’explosion du Pentagone, et ont maintenant disparu. » [19]

 
Un extrait de la biographie de Robert Russel sur le Pentagon Memorial [19]
 
Si une bombe seule avait explosé au sein du Pentagone, éliminant
l’équipe des comptables qui fêtait la clôture de l’année fiscale deux jours 
plus tôt chez Robert Russel, les questions auraient été nombreuses…
 

• La DIA, l’Agence de Renseignement de la Défense (Defense Intelligence Agency) compte sept employés décédés sur les quinze présents le 11-Septembre dans les locaux. Ces victimes très qualifiées dans les domaines de l’analyse financière (cf. la liste ci-dessous) appartenaient directement au bureau de Dov Zakheim, le grand argentier du Pentagone dont le parcours formidablement équivoque est détaillé dans le livre La parenthèse enchantée. Il s’avère que le matin des attentats, Zakheim était en Allemagne pour superviser la logistique financière du redéploiement des troupes américaines basées en Europe de l’Ouest, afin de faire basculer les forces militaires des États-Unis vers les régions du Moyen-Orient, lesquelles se trouveront au cœur des préoccupations de l’après 11-Septembre. Zakheim, comme d’autres responsables haut placés de l’administration américaine, a fait preuve d’un remarquable talent pour anticiper les événements qui allaient résulter d’un acte terroriste que l’appareil d’État américain n’a pourtant pas su empêcher, officiellement, du fait qu’il s’agissait d’une attaque-surprise… [20,27]

 

 
 
Qui sont les 46 comptables et analystes budgétaires
tués dans l’attentat du Pentagone ? 
 

Le recoupement des données disponibles de source officielle, et complétées par les informations de l’ASMC et du Washington Post, nous ont permis d’établir une liste très fiable de 46 victimes – parmi les 125 morts dénombrés au sein des employés du Pentagone – travaillant étroitement sur le contrôle de comptabilité ou l’analyse financière des dépenses du Pentagone.

• Dans la liste suivante des victimes du Pentagone, les citations entre points de suspension sont extraites des biographies disponibles sur le Pentagon Memorial, site internet officiel réalisé sous l’égide du Département de la Défense [16].

• Le site OAA 911 Memorial élaboré par le Bureau de l’Adjoint administratif au secrétaire de l’Armée dont dépend directement le RSW (Resource Services Washington) qui compte 34 victimes, fournit des informations sur ce service qui venait précisément de clôturer l’année fiscale pour l’ensemble des finances du Pentagone [21].

• Les quinze membres de l’American Society of Military Comptrollers, le syndicat des professions de contrôle financier et de comptabilité militaire, sont signalés avec l’acronyme ASMC [17].

• Le site du Washington Post apporte quelques précisions utiles pour compléter ces données [22].

• Les sept employés de la DIA travaillaient directement pour le sous-secrétaire à la Défense en charge du contrôle et de la direction des finances du Pentagone, Dov Zakheim [20].

• Le soir du 11-Septembre, à 23h30, la chaine américaine Live 9 présente un reportage sur les familles des personnes portées disparues et diffuse une interview du frère de Sharon Carver, employée du RSW. Il est à la recherche d'informations au sujet de sa soeur dont il n'a pas de nouvelles. Dans la conclusion de son sujet, la journaliste précise que Sharon Carver est comptable. Ce reportage isolé montre que l'information sur la nature de l'activité des équipes touchées au sein du Pentagone était en partie connue des médias, mais ces derniers n'ont pas choisi de développer par la suite leurs investigations sur cette base.

• Enfin, nous aborderons le cas exceptionnel de Bryan Jack, une personnalité hors-norme au sein de l’équipe des analystes budgétaires du Pentagone, mort dans l’attentat, mais, coïncidence absolue, Bryan Jack n’était pas à son bureau le 11-Septembre, il se trouvait dans l’avion détourné, le vol 77, officiellement écrasé à l’endroit exact où il travaillait.

Nous avons conservé la langue anglaise pour restituer très précisément les intitulés professionnels spécifiques tels qu’ils sont indiqués pour chaque employé. Les professions qui reviennent le plus souvent sont analyste budgétaire (budget analyst), comptable (accountant) et agent – ou spécialiste – de gestion (management officer).

 
 
 
 

 
 
 
Le cas extraordinaire de Bryan Jack 
 

La quarante sixième victime de cette longue liste s'appelle Bryan Jack. Il avait 48 ans quand il a disparu le 11-Septembre. Bryan Jack était économiste et travaillait depuis 23 ans au Pentagone. Carla Tighe, elle aussi économiste et qui fut sa collègue au Département de la Défense, le décrit comme un brillant mathématicien, chef de la programmation et spécialiste de l'économie fiscale au sein du Bureau du secrétaire à la Défense après avoir été durant des années expert en analyse budgétaire.

Bryan Jack travaillait à l'endroit exact où a eu lieu l'attaque sur le Pentagone et cet attentat lui a été fatal. Pourtant, il n'était pas dans l'enceinte du Pentagone ce matin-là. Selon la version officielle, Bryan Jack se trouvait à l'intérieur du Boeing, parmi les passagers du Vol 77 qui est supposé s'être écrasé précisément sur le lieu de travail de l'économiste, percutant de plein fouet le bureau des analystes budgétaires du Département de la Défense...

Parmi les centaines de coïncidences qui jalonnent cette journée du 11-Septembre, telle qu'elle nous est racontée par le récit gouvernemental américain, celle-ci est particulièrement remarquable... 

Le groupe Enron, dont nous avons étudié dans le précédent article le modèle de corruption et de fraude qui caractérisait cette entreprise, employait elle aussi des mathématiciens au profil semblable à celui de Bryan Jack : génies de l'analyse financière autant que de la programmation informatique. De tels experts sont particulièrement utiles pour élaborer des programmes de calculs complexes adaptés aux besoins des marchés financiers ou pour permettre la réalisation de transactions de toutes sortes...

Dov Zakheim qui est au moment des attentats le contrôleur du budget au Pentagone, c'est-à-dire le grand argentier de cette administration, a déjà été, de 1985 à 1987, sous-secrétaire adjoint à la Défense pour la planification des ressources au Département de la Défense, jouant un rôle actif dans l'acquisition des systèmes informatiques du ministère, la planification stratégique, la programmation et les processus budgétaires. Sûrement, à cette époque, croisait-il déjà Bryan Jack dans les couloirs du Pentagone étant donné que ce dernier travaillait là depuis 1978.

Dov Zakheim a publié en 2011 un livre autobiographique retraçant son parcours sous l’administration Bush-Cheney. Bien entendu, il consacre un chapitre au 11-Septembre, mais le lecteur ne trouvera dans cet ouvrage qu’une seule et unique phrase concernant le sort terrible de l’équipe qui, pourtant, travaillaient sous la direction de cet homme : « Beaucoup de nos collègues avaient péri dans l’attaque, y compris un membre de mon équipe qui venait d’épouser sa compagne de longue date. » Dans les circonstances qui nous intéressent, cette remarque parait particulièrement anodine. En réalité, tout laisse à penser qu'elle adresse un étrange "clin d’œil" à une victime bien particulière du 11-Septembre : Bryan Jack qui venait précisément d'épouser en juin 2001 sa compagne, l'artiste Barbara Ratchko, également ancien officier militaire [27].

 
 
 
 
 
Un crime de masse,
mais pas d’enquête criminelle publique
 

Nous avons soulevé la question plus tôt : l’anéantissement d’une si vaste partie des équipes et des données comptables du Pentagone peut-il raisonnablement être considéré comme un simple fait anodin, un dommage collatéral du 11-Septembre qui ne mérite en soit que peu d’attention ?Comment ne pas être surpris que la Commission d’enquête et la presse s’en soient si tôt désintéressées ? Parions que si une telle destruction avait eu lieu hors du contexte des attentats, elle aurait constitué à elle seule un événement majeur dans l’Histoire des États-Unis et soulevé des montagnes d’interrogations auxquelles le gouvernement en place aurait bien été contraint de donner quelques réponses.

Il apparait en fait qu'aucune enquête criminelle appropriée n'a jamais été menée pour déterminer les causes exactes de la mort des 46 comptables et analystes budgétaires tués dans l’enceinte du Pentagone le 11-Septembre, ni pour identifier par des méthodes policières éprouvées le ou les coupables de cet acte qu’il est pourtant logique de considérer comme un meurtre. La Commission sur les attentats se réfère, à plusieurs reprises, au fil de son rapport, à une enquête non publique réalisée par le FBI et connue sous l’acronyme PENTTBOM (Pentagon/Twin Towers Bombing Investigation), mais cette enquête dont nous ne savons pratiquement rien à ce jour, est supposée rester classée secrète pour des décennies... En fait, cette étape d’investigation policière publique – élémentaire – a été simplement supprimée de l’enchainement des événements du 11-Septembre et ne sera donc jamais menée comme il convient pour élucider les circonstances précises de la mort des 2973 victimes directes du 11-Septembre [23].

 
George W. Bush, le 11-Septembre, à 20h30 (heure de New York) : 
« Nous ne ferons aucune distinction entre les terroristes
qui ont commis ces actes et ceux qui les hébergent […]
et nous ferons front ensemble pour gagner la guerre contre le terrorisme. » [24]
 

En attribuant aux attentats la dimension d’un acte de guerre, dès le soir du 11-Septembre, l’administration Bush s’est immédiatement affranchie de cette procédure pourtant essentielle au bon fonctionnement et à la transparence des institutions démocratiques du pays. Et en pilotant lui même la Commission d’enquête politique et partisane qui ne débutera que 441 jours après ce vaste crime, l’exécutif américain évitera que soient posées à son encontre les questions dérangeantes, grâce à l’implication de Philip Zelikow, proche collaborateur de la secrétaire d’État Condoleezza Rice et qui avait fait partie du gouvernement de transition de Bush en janvier 2001 [25]. Enfin, en désignant très tôt un coupable, Oussama Ben Laden, et en menaçant ouvertement quiconque ne partagerait pas ce point de vue, l’équipe au pouvoir finira d’imposer aux citoyens américains les conditions empêchant le sain exercice de l’esprit critique et la manifestation de questions fondamentales en mesure de garantir au peuple américain un contrôle minimum du bon usage de l’appareil d’État par le pouvoir en place.

Cependant, il va s'avérer que des personnes blessées dans les attentats ainsi que des familles de victimes décédées le 11-Septembre, des militaires (impliqués ou non dans les événements), des membres des agences de renseignement, des pilotes, des scientifiques, des ingénieurs, des architectes, rejoints par des centaines de milliers de citoyens américains, et maintenant des millions de citoyens, dans le monde entier, refuseront de se plier au dogme de la version officielle du gouvernement des États-Unis. Ainsi naitra le Mouvement international pour la vérité sur le 11-Septembre grâce auquel certaines voix remarquables pourront être entendues, telle que celle d'April Gallop, rescapée de l'attaque sur le Pentagone. Nous écouterons, dans le prochain article, son témoignage aussi lumineux que formidablement édifiant.

 

 
April & Elisha Gallop

 

À suivre : Il faut écouter April Gallop

 

Lalo Vespera
La parenthèse enchantée
Parution du livre en septembre 2012
Newsletter Insolente

 


En lien avec cet article

Autres articles extraits de La parenthèse enchantée :

 
1 - Un certain 10 septembre 2001

2 - Le trésor enseveli du Pentagone
3 - False Flag Civilization
4 - Collusion au sommet du pouvoir
5 - Les bénéfices de la dissimulation
6 - Mai 2001, l’État bascule dans l’ombre
7 - Les reflets du modèle Enron

 

Sites Internet de l’administration américaine
 
Defense Technical Information Center
Centre d’Information Technique de la Défense
http://www.dtic.mil/
 
• Rapport de gestion financière du 27 mars 2002 mentionnant la perte des données comptables du Pentagone durant les attaques du 11-Septembre.
 
 
 
Naval History Heritage Command
Héritage Historique du Commandement Naval
(Département de la Marine)
http://www.history.navy.mil/
 
• Pentagon 9/11 : document officiel de la Navy sur l’attentat, délivrant des informations clés sur les victimes des services de comptabilité et de contrôle budgétaire.
 
 
Arlington Virginia
Site du Comté d’Arlington dans l’Etat de Virginie
http://www.arlingtonva.us/
 
• Rapport de compte rendu des équipes de secours du Comté d’Arlington, indiquant que d’importantes informations budgétaires se trouvaient dans la zone sinistrée du Pentagone.
 
 
U.S. District Court
Eastern District of Virginia
Tribunal du district Est de Virginie, Etats-Unis
http://www.vaed.uscourts.gov/
 
• Pièces présentées par l’accusation et la défense dans le cadre du procès de Zacarias Moussaoui.
 
 
National 9/11 Pentagon Memorial
Mémorial National du Pentagone dédié au 11-Septembre
http://pentagonmemorial.org/
 
• Les biographies des victimes du Pentagone sont consultables sur ce site internet officiel, en particuliers les 46 personnes travaillant pour les services de comptabilité et de contrôle budgétaires, tuées le 11-Septembre.
 
 
Defense Intelligence Agency (DIA)
Agence du Renseignement de la Défense
http://www.dia.mil/
 
• Le site présente un mémorial de l’Agence de Renseignement interne au Département de la Défense, et qui a perdu sept employés le 11-Septembre, tous chargés du contrôle des finances du Pentagone.
 
 
OAA – Office of the Administrative Assistant to the Secretary of the Army
Bureau de l’adjoint administratif du Secrétaire d’Etat de l’Armée
http://www.oaa.army.mil/
 
• Le site présente son mémorial en ligne dédié aux 40 victimes appartenant à l’OAA, dont dépendent les 34 employés du RSW, le service comptable du Pentagone.
 
 
 
 
Documents officiels ou administratifs
 
The 9/11 Commission Report
http://www.9-11commission.gov/report/911Report.pdf
 
Publication : 22 juillet 2004
Organisme : National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States
 
Rapport final de la Commission d’enquête présidentielle sur les attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis. Seule la version en langue anglaise est en ligne sur Internet, à la disposition du public.
 
 
 
Pentagone 9/11
http://www.history.navy.mil/library/online/pentagon_9-11.htm
 
Publication : 2007
Organisme : U.S. Navy
 
Paru seulement en 2007, ce document officiel de la Navy sur l’attentat au Pentagone confirme (pages 28 et 34), la disparition de 34 employés du programme budgétaire et de la gestion comptable et de 7 membres de la DIA (spécialistes du contrôle des budgets).
 
 
 
Financial management
http://www.dtic.mil/cgi-bin/ADA400559
 
Publication : 27 mars 2002
Organisme : Defense Technical Information Center
 
Ce rapport indique clairement en page 11, la destruction de données comptables et financières décisives : « l'armée n'a pas publié d’états financiers pour l’année fiscale 2001 en raison de la perte des ressources subie durant les attentats terroristes du 11-Septembre. »
 
 
Arlington County After-Action Report
http://www.arlingtonva.us/departments/.../after_report.pdf
 
Publication : 2002
Organisme : Arlington Virginia
 
Le rapport des secours indique, en page A-68, que « d’importantes informations budgétaires se trouvaient dans la zone sinistrée. » Ces indications capitales n’ont tout simplement jamais été relayées, ni par le gouvernement des Etats-Unis, ni par les médias grand public.
 
 

Annexe


 
Il est impossible de prouver une vérité mensongère
Par George Nelson, colonel à la retraite de l’US Air Force
 

Le principe de précaution se fonde sur l’impossibilité de prouver qu’une affirmation fausse est vraie. Ne pas réussir à prouver qu’une proposition est vraie ne la rend pas forcément fausse mais la prudence est alors de mise, particulièrement dans le cas d’un évènement qui change la face du monde comme l’attaque terroriste présumée du 11 septembre 2001.

Après [dix] longues années, notre gouvernement n’a fourni au public aucune preuve physique corroborant son affirmation selon laquelle les attentats étaient l’œuvre de terroristes musulmans, ou même confirmant que l’identité des avions qui ont frappé leurs cibles le 11 Septembre étaient les mêmes que ceux spécifiés dans le Rapport de la commission du 11/9. Comme expliqué ci-dessous, ce serait un jeu d’enfant d’identifier chacun des quatre avions, et tant qu’il n’y a aucune preuve matérielle de leur identité, aucune conclusion ne peut être tirée pour soutenir la véracité du récit officiel. […]

En plus de ma participation directe en tant qu’enquêteur sur des accidents d’avion, j’ai examiné une multitude de rapports d’enquête sur des accidents d’avions et délivré des conclusions minutieuses et détaillées […] Chaque avion civil ou militaire transportant des passagers a de nombreuses pièces qui sont identifiées pour la sécurité du vol. Si l’une de ces pièces venait à défaillir pendant le vol, la défaillance provoquerait la perte de l’avion et de ses passagers. En conséquence, ces pièces sont contrôlées individuellement grâce à un numéro de série distinctif et tracées dans un document de "consignation des opérations de maintenance" […]

Le Vol 77 d’American Airlines a été rapporté comme étant celui d’un Boeing 757, avec le numéro d’enregistrement N644AA, transportant 64 personnes, dont l’équipage de vol et 5 pirates de l’air. Il a été rapporté que cet avion, avec son envergure de 38m, a percuté le Pentagone, laissant un trou d’entrée pas plus large que 5m. Suite à l’extinction de l’incendie qui en a résulté, il aurait été très facile de ramasser en un quart d’heure suffisamment de pièces sur le site pour identifier formellement le numéro d’enregistrement de l’avion. Des pièces aérospatiales semblent avoir été retrouvées sur le site mais aucune tentative n’a été faite pour relever des numéros de série ou pour identifier des pièces spécifiques. Certains éléments retirés du bâtiment ont en réalité été cachés au public.

Le gouvernement affirme que quatre gros avions de ligne se sont écrasés le matin du 11 Septembre, provoquant la mort de plus de 3000 êtres humains, et pourtant aucune preuve matérielle n’a été produite pour tenter d’identifier formellement un seul des quatre avions. Au contraire, il semble seulement que toutes les preuves potentielles ont délibérément été cachées au public. Les preuves matérielles auraient dû inclure des centaines de ces pièces d’avions cruciales régulièrement remplacées, ainsi que les vidéos de sécurité qui ont été confisquées par le FBI après chacun des tragiques épisodes.

Avec toutes les preuves facilement disponibles sur le site du crash du Pentagone, n’importe quel enquêteur rationnel et objectif ne pourrait que conclure qu’aucun Boeing 757 n’a percuté le Pentagone, contrairement à ce qu’on affirme. […]

C’est le problème central avec le récit du gouvernement sur le 11/9. Aussi douloureux et déchirant que puissent être la perte de vies innocentes et les graves problèmes de santé de milliers d’autres, on ne peut ignorer la probabilité troublante et cauchemardesque que tant d’Américains aient été victimes de la conspiration la plus ignoble de l’histoire de notre pays.

NOTES : Le grand public n’a vu aucune des preuves physiques qui auraient dû être collectées sur chacun des quatre sites de crash (une procédure de routine dans le cadre des enquêtes obligatoires ouvertes pour chaque accident d’avion important.) […] La responsabilité de l’enquête et des rapports avait été assignée au FBI, mais celui-ci a refusé de divulguer une seule de ses enquêtes obligatoires. La réponse du FBI à la demande de copies de leurs rapports dans le cadre de la Loi de Liberté de l’Information (Freedom of Information Act) a été un simple refus. L’agence a déclaré que leurs rapports d’enquête "étaient dans un fichier" mais que le FBI était exempté d’une publication sous le coup de la FIA "pour ne pas heurter la sensibilité des familles de victimes des crashs" [26].

 
 
 

 

Organigramme

Cliquer sur l’image ci-dessous pour accéder à l’organigramme en haute résolution

 

 

 

Sources et références
 
[1] Alexander Pope, poète et philosophe anglais (1688 - 1744)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexander_Pope
 
 
La théorie officielle des coïncidences
 
[2] ReOpen911 - PNAC "Reconstruire les défenses de l'Amérique".
http://www.reopen911.info/11-septembre/reconstruire-les-defenses-de-lamerique-traduit-par-reopen911/
 
[3] ReOpen911 "11-Septembre : Mère de toutes les coïncidences, père de tous les hasards" par Kikujitoh (20 mai 2011)
http://www.reopen911.info/2111.html
 
 
L’intérêt du citoyen
 
[4] David Ray GRIFFIN "Omissions et manipulations de la Commission d’enquête" Editions Demi Lune (ouvrage publié aux États-Unis en 2005 et en France en 2006).
http://www.editionsdemilune.com/omissions-et-manipulations-de-la-commission-denquete-p-5.html
 
L'avion de ligne présumé du vol American Airlines 77 approche Washington en provenance du nord-ouest, survolant la Maison Blanche avant de s'abattre sur le Pentagone. Mais au lieu d'attaquer l'immense bâtiment d'une manière directe, le Boeing exécute une improbable spirale descendante, perdant sept mille pieds avant de se stabiliser à hauteur des cimes d’arbres pour une approche finale au raz du sol. C’est ainsi qu’il frappe horizontalement la façade ouest du Pentagone, selon l'interprétation des données officielles de la boite noire que les autorités affirment avoir retrouvée dans les décombres. Des données dont il a été démontré récemment qu’elles sont clairement incompatibles avec les capacités du Boeing 757 du vol 77 :
http://www.reopen911.info/News/2011/03/08/la-preuve-irrefutable-que-les-donnees-de-vol-censees-etre-celles-du-vol-aa77-qui-a-percute-le-pentagone-ne-proviennent-pas-dun-boeing-767/
 
Les photos prises juste après le présumé crash montrent la façade du Pentagone qui ne présente qu’un orifice de quatre mètres par cinq (avant qu’elle ne s’écroule une demi heure plus tard), une pelouse intacte et des débris d’avions très légers alors que le Boeing 757 fait plus de 60 tonnes. Où ont disparu les moteurs, le vaste fuselage, les sièges et les bagages ? Par ailleurs, les autorités refusent de dévoiler les images filmées par les nombreuses caméras de surveillance qui environnent le Pentagone au moment du crash. Seules quelques images, dont la lisibilité est particulièrement équivoque, ont été montrées au public.
 
ReOpen911 - 911blogger "Kevin Ryan : A-t-on besoin d’une nouvelle théorie du complot sur le 11-Septembre ?" par Kevin Ryan (13 juin 2012)
http://www.reopen911.info/News/2012/06/13/kevin-ryan-a-t-on-besoin-dune-nouvelle-theorie-du-complot-sur-le-11-septembre/
 
[5] Wikifilms "Mise en perspective de l'intervention de Paul Bremer sur NBC4" par Lalo Vespera (2 janvier 2011)
http://www.wikifilms.net/WikiFilms/WikiFilms_Info_Bremer.html
Invité de NBC, le 11 septembre 2001 à 12h46, Paul Bremer dévoile tout le scénario qui se révélera être la voie tracée de l’administration Bush durant deux mandats : « "Ben Laden - Pirates de l'air kamikazes - Organisation terroriste sophistiquée - Défaillance des agences de renseignements - Prendre des mesures pour réformer le système - Terrorisme impliquant la responsabilité de pays et non de groupe (Irak et Iran cités) - Guerre contre le terrorisme - Terrorisme d'un côté, American way of life de l'autre - Et les Américains doivent continuer leur business !"
C’est stupéfiant : absolument rien de ce que mentionne Paul Bremer ne sera démenti dans le discours officiel, durant les dix années qui suivront. Tout est déjà là, et le tout en 6 minutes chrono ! (Et dire que personne ne pouvait prévoir une telle attaque surprise...) »
 
[6] The 9/11 Commission Report - Final Report of the National Commission on Terrorist Attacks upon the United States (2004)
http://www.9-11commission.gov/report/911Report.pdf
Rapport final de la Commission d’enquête Kean-Hamilton-Zelikow sur les attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis.
Il existe aussi une version partielle en français :
http://books.google.fr/books?id=xG2bvlzUXikC&lpg
 
 
Zone d’impact : les données comptables détruites
 
[7] Defense Technical Information Center (DTIC) "Financial management / Ending balance adjustments to General ledger data for the Army general fund" (27 mars 2002)
http://www.dtic.mil/cgi-bin/GetTRDoc?Location=U2&doc=GetTRDoc.pdf&AD=ADA400559
Le rapport "Gestion financière / Finalisation des ajustements de solde pour le Grand livre comptable du Fonds général des Armées" ("Appendice A : Processus d’audit", page 11) mentionne la perte des données comptables du Pentagone durant les attaques du 11-Septembre.
 
[8] Arlington Virginia "Arlington County After-Action Report on the Response to the September 11 Terrorist Attack on the Pentagon"
http://www.arlingtonva.us/departments/Fire/Documents/after_report.pdf
page A-68 : 
« d’importantes informations budgétaires se trouvaient dans la zone sinistrée. »
 
[9] U.S. Navy "Pentagon 9/11" (2007)
http://www.history.navy.mil/library/online/pentagon_9-11.htm
Ce document officiel de la Navy sur l’attentat au Pentagone fournit des informations sur les victimes des services de comptabilité et de contrôle budgétaire, pages 28 et 34
 
[10] Procès de Zacarias Moussaoui (février 2006)
http://www.vaed.uscourts.gov/notablecases/moussaoui/exhibits/prosecution.html
Pièces présentées par l’accusation (P200318)
http://www.vaed.uscourts.gov/notablecases/moussaoui/exhibits/prosecution/P200318.html
Présentation sommaire des dégâts du Pentagone et de l'emplacement des corps trouvés à l'intérieur (Présentation Flash)  :
http://reopen911.info/flash/Pentagonscene.html
Illustration simple, en bonne définition :
http://en.wikipedia.org/wiki/File:FirstFloor_Pentagon_Bodies.png
 
 
Le meurtre des comptables du Pentagone
 
[11] The Washington Post "Tear-Stained Spreadsheets ; Army Office That Lost Half Its Staff Reconstructs a Year's Work" par Steve Vogel (10 octobre 2001)
http://www.highbeam.com/doc/1P2-484321.html
 
[12] Pittsburgh Post Gazette "Army history unit piecing together accounts of Pentagon attack" par Milan Simonich (16 décembre 2001)
http://www.post-gazette.com/headlines/20011216pentagonp4.asp
 
Live 9 "9/11 Pentagon Accountant Missing" (11 septembre 2001, 23h30)
http://www.youtube.com/watch?v=tsWKZv1iLuE
Reportage et interview du frère de Sharon Carver, le soir du 11-Septembre
 
[13] OAA – Office of the Administrative Assistant to the Secretary of the Army
http://www.oaa.army.mil/aboutoaa.aspx
Présentation du Quartier Général du Département des Armées dont fait partie le RSW :
Rubrique HQDA "Commander"
 
[14] HQDA – Resource Services Washington (RSW)
http://www.hqda.army.mil/rsw/homepage.htm
Page d’accueil du RSW avec l’hommage rendu aux victimes du 11-Septembre au sein de ce service de comptabilité du Pentagone
 
[15] ReOpen911"La Parenthèse Enchantée (7/11) : Les reflets du modèle Enron" par Lalo Vespera (15 août 2012)
http://www.reopen911.info/News/2012/08/15/la-parenthese-enchantee-711-les-reflets-du-modele-enron/
 
[16] The National 9/11 Pentagone Memorial – Biographie des victimes
http://pentagonmemorial.org/explore/biographies
Biographies des victimes du Pentagone, consultables sur ce site internet officiel soutenu par le Département de la Défense
 
[17] ASMC – List of Missing / Injured
http://www.Washington-ASMC.org/list_of_missing__injured.htm
Site officiel de l'ASMC, syndicat des professions de contrôle financier et de comptabilité militaire, présentant la liste des 15 membres décédés dans l’attentat du Pentagone
 
[18] ASMC – News Letter (octobre 2001)
www.washington-asmc.org/Newsletters/newsltroct01.doc
 
[19] Pentagone Memorial – Biographie de Robert Russel
http://pentagonmemorial.org/explore/biographies/sgm-robert-e-russell-usa-retired
 
[20] DIA – Defense Intelligence Agency Patriot’s Memorial
http://www.dia.mil/history/memorial/
Présentation du Mémorial de l’Agence de Renseignement de la Défense qui a perdu sept employés le 11-Septembre, tous chargés du contrôle budgétaire.
 
DIA – Document de présentation du Mémorial du DIA
http://www.dia.mil/history/memorial/patriots_memorial.pdf
 
The Washington Post "Survivors Healed, but Not Whole" par Steve Vogel (11 mars 2002)
http://www.washingtonpost.com/ac2/wp-dyn?pagename=article&contentId=A5516-2002Mar10
 
[21] OAA – 911 Memorial
http://oaa911memorial.army.mil/
Mémorial en ligne dédié aux 40 victimes appartenant à l’OAA, le Bureau de l’Adjoint Administratif au Secrétaire de l’Armée, dont dépendent les 34 employés du RSW.
 
OAA – Resilience & Service – 10th Anniversary of the Events of September 11, 2001 – Honoring OAA Employees
http://oaa911memorial.army.mil/pdf/oaa911program.pdf
Document publié par l’OAA pour le 10e anniversaire des événements du 11-Septembre, présentant aussi les 40 employés décédé ce jour-là.
 
Wikipédia - Office of the Administrative Assistant to the Secretary of the Army
http://en.wikipedia.org/wiki/Office_of_the_Administrative_Assistant_to_the_Secretary_of_the_Army
 
[22] The Washington Post – Sacred Ground - Pentagon Victims
http://projects.washingtonpost.com/911victims/
Mémorial en ligne pour les victimes du Pentagone
 
 
Un crime de masse mais pas d’enquête criminelle publique
 
[23] historycommons.org - PENTTBOM
http://www.historycommons.org/entity.jsp?entity=penttbom
 
The 9/11 Commission Report - Final Report of the National Commission on Terrorist Attacks upon the United States (2004)
http://www.9-11commission.gov/report/911Report.pdf
Rapport final de la Commission d’enquête Kean-Hamilton-Zelikow sur les attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis.
 
[24] CNN – Discours de George W. Bush depuis la Maison Blanche le soir du 11-Septembre (11 septembre 2001 à 20h30 E.T.)
http://www.youtube.com/watch?v=YMiqEUBux3o
 
[25] ReOpen911 - L'enquête sur les attentats du 11 Septembre : une enquête non grata
 
[26] ReOpen911 "11 Septembre : l’attaque du Pentagone remise en question par des pilotes"
Le site propose la traduction de l’essai du colonel à la retraite George Nelson, texte à l’origine de la coordination du collectif "Pilots for 911 Truth" en 2006.
 
[27] USA Today "Pentagon economist may have lived if at his office" par Haya El Nasser (17 septembre 2001)
http://www.usatoday.com/news/nation/2001/09/17/jack.htm
 
Defense Business Board - Meet the Senior Fellows - The Honorable Dov S. Zakheim
http://dbb.defense.gov/senior_fellows/dov_zakheim.shtml
 
Dov S.Zakheim "A Vulcan's Tale", Brookings Institution Press (2011)

 



Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (109 votes)




Réagissez à l'article

94 réactions à cet article    


  • Beyondizdesun Beyondizdesun 23 août 2012 10:06

    Le jour ou les gens ouvriront les yeux et comprendrons que la version officielle des attentats du 11 septembre n’est qu’une vaste fumisterie, alors ils verront le monde d’un autre oeil et decouvriront une Amérique capable de tuer ses propres compatriotes pour mener a bien leurs son projet diabolique. J’espère juste que je serais encore vivant pour en temoigner.
    .
    Bravo a l’équipe de ReOpen911 qui se bat pour la mémoire des innocents qui ont été exécutés ce jours là et aux victimes Afghanes qui sont mortes sous les bombes de l’empire pour rien.


    • SamAgora95 SamAgora95 23 août 2012 10:32

      Dire que ce que nous savons, Obama, Hillary Clinton, Sarkozy, Hollande et bien d’autres le savent aussi.


      Nous sommes véritablement dans un monde de fous !


      • Martha 23 août 2012 11:10

         Ils savent effectivement très bien et tout autant que nous savons tous. Internet a complètement bouleversé l’information, ce système de communication génial a complètement débordé celui, truquée, des médias traditionnels. Des sites comme Voltairenet et reopen911 attachés à dire la vérité et rien que cela, ont changé notre regard sur l’actualité et rendu ridicules tous les autres médias, dans leur grande majorité inféodés au « système ».
         Les personnages que vous citez (la liste n’est qu’ébauchée...) jouent une farce sur la scène des marionnettes du Guignole. Ils deviennent transparents.
         Combien de temps cela pourra-t-il encore durer ?


      • frugeky 23 août 2012 16:46

        Nous savons tous ?

        J’ai été très surpris de constater que nombre de personnes de mon entourage, qui ont pourtant accès à internet, ne savaient pas que le wtc7 était tombé...et restent persuadé que les « conspirationistes » nient qu’il s’est passé quelque chose ce 11 septembre.

      • Martha 23 août 2012 19:06

         Il est vrai que ce sujet est évité avec soin par nos médias. Leur unanimité est étonnante : comment se fait-il que « le canard », l’Humanité ou même Médiapart contournent soigneusement ce sujet ? Ont-ils peur de retirer la cale qui maintient l’édifice pourri ?
         Il suffirait qu’ils s’y mettent pour que tout change. Et bien non, ils préfèrent laisser pourrir. Les morts du moyen Orient, sans compter ceux à venir, cela n’a pas l’air de trop les déranger.
         les preuves sont là, qu’est-ce qu’ils attendent pour se manifester. leur responsabilité est grande : ne rien dire est coupable.


      • frugeky 23 août 2012 20:24

        Il n’y a qu’à voir comment ont été traités (Bigard, kassovitz, Cotillard) ceux qui s’y sont risqués pour que les éventuels autres ne sortent pas du rang. Roland Dumas qui s’était prononcé sur le sujet a depuis complètement disparu.

        Quant à la presse, les mots me manquent pour pouvoir dire tout le mépris qu’elle m’inspire de l’Huma des communistes qui défend le nucléaire au nom des emplois au Canard enchaîné qui sort ses infos en fonction de qui les paie...

      • Buzz l'éclair Buzz l’éclair 23 août 2012 21:18

        @ Martha

        Mediapart fait bien plus que de laisser pourrir, ils mettent la main à la pâte :

        http://www.reopen911.info/11-septembre/mediapart-dans-l-impasse-du-11-septembre/


      • lebreton 23 août 2012 21:52

        OH non pas un monde fou ,c’est la guerre ! sans armes , le reste l’orient ou l’extreme orient c’est quoi aussi le guerre avec des armes mais de destruction massives ont tue des gens avec des armes dites légères ,mais on tue des femmes des hommes des enfants pour du fric ou des idées a deux balle nourrie par la religion ,les croisades ,mais des enculés comme dassault se gavent et les autres !!!!!!!!!!!!!on ne fait rien ,mais que pouvons nous faire ci se n’est que le dire et le repeter afin que tous les hommes prennent conscience que la haine de l’autre n’apporte que misere et désespoirs 


      • Martha 24 août 2012 11:02

        @ B.
        Ce texte est bien indigeste. Il faut être déterminé par l’indignation pour le lire de bout en bout : On noie le poisson une fois de plus. Et cela fait plus de dix ans que cela dure.
         Le doute était partagé. Confus mais logique dès le départ : pourquoi les « Islamistes » auraient-ils fait un coup pareil ? seraient-ils devenus fous tout d’un coup ? Les preuves du mensonge d’Etat données par T.Meyssan puis reprises et rassemblées méthodiquement par reopen911 démontrent que la VO est fausse d’un bout à l’autre * .
         Pas besoin d’un long discours : Médiapart sait très bien la vérité et pourquoi reste-t-il tant sur la réserve ? Quel intérêt y a-t-il à laisser pourrir cette situation qui ne peut qu’empirer ? On a déjà assez vu où cela nous a amené. Ne pas casser le « système » ? Si cela avait été fait tout de suite on n’en serait pas là où on en est maintenant !
         Il y a quand même un mystère : pendant plus de dix ans on tourne autour du pot et on laisse ce faussaire de Quiran avoir le dernier mot et pas un un journaliste digne de ce nom dans nos médias pour dire : Les « complôtistes » ce sont justement ceux qui défendent la VO.
         C’est le principal reproche que je ferais à reopen911 : Vues les preuves rassemblées, pourquoi n’a-t-il pas une mise en demeure plus ferme à la presse Française pour obtenir une réponse publique à ces questionnements. Il doit bien y avoir un moyen de le faire.
         Pour le moment, cela reste gentillet, comme une curiosité intellectuelle. Il s’agit d’un crime énorme prélude à bien d’autres, du règne du mensonge, de la fin de la démocratie et du noyautage organisé du pouvoir : du très lourd tout çà.


      • files_walker 26 août 2012 17:55

        @Frugeky


        Lorsque j’entends cette opinion ça m’énerve.

        Un jour on posait une question à François-Xavier Demaison parce que celui-ci avant de changer de métier travaillait dans une des tours. Il avait dit qu’il ne comprenait pas qu’on puisse nier cet évènement et avait réaffirmer que lui avait bien vu les tours tomber ce dont on ne doute pas.

        Merci les médias de reporter fidèlement ce que disent ceux qui n’avalent pas la VO.

      • Ronny Ronny 23 août 2012 11:44

        Ajoutez à cela l’effondrement non expliqué du Building 7 où se trouvait entre autres la SEC, security and exchange commission. La SEC, c’est comme l’autorité des marchés financiers en France, en plus performant... car elle a une vocation de réglementation et de contrôle.

        La SEC disposait sur ce site (le building 7) d’énormes archives d’affaires financières tels que les dossiers concernant les fraudes d’Enron et de WorldCom. Pour plus d’infos, voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Enron

        Etonnant, non (comme dirait le regretté Desproges !)


        • Martha 23 août 2012 11:50

           Les bonnes nouvelles venue de Syrie, - ce pays est parvenu à résister à la subversion organisée par les puissances de l’argent - Vont peut-être faire que cette année le 11ème « anniversaire » du « 911 » sera, enfin, le bon et permettra de voir l’émergence, reconnue par tous, de la vérité.
           Le camp « occidental » est dispersé et se trouve face à ses contradictions : « Humanitaire », guignolesque, laissez-moi rire, après l’Afghanistan, l’Iraq, la Côte d’Ivoire, la Lybie et maintenant la tentative avorté contre la Syrie. « Démocratique », tout aussi drôle : Barheim, Arabie Saoudite, Quatar, Côte d’Ivoire... la liste est longue, il faut rajouter les pays déjà cités passés au rouleau compresseur (les morts, c’est sans doute comme les mouches, on ne les compte pas). Le prix Nobel de la paix, ehl ha rhy et les autres, ne voient-ils à quel point ils sont devenus transparents ?
           Reste deux options. Soit leur dernière carte : la fuite en avant et la guerre totale, mais qui les suivra ? Malgré leur fric ( fait surtout avec la planche à billet, le pillage des ressources + les détournements sans limites depuis le « 911 »...), Ils savent qu’on sait. Soit reconnaître la vérité, enfin et tout revoir.
           Ce 11 septembre 2012 sera-t-il la pichenette qui mettra le colosse en poussière ? Il est devenu si creux qu’il ne tient plus.


          • caramico 23 août 2012 11:50

            J’ai une vision encore plus pessimiste de cette sombre affaire.


            Je suis persuadé qu’une bonne partie de ceux qui doutent de la version officielle sont prêts a accepter comme un « moindre mal » le sacrifice qui a eu lieu pour la continuation de l’hégémonie américaine sur le monde.

            • joelim joelim 23 août 2012 13:16

              Tu veux dire une bonne partie de ceux qui disent ne pas douter...


              Il y aurait un travail à faire sur ceux qui sont « accrochés » à la VO par peur, que dis-je, ils sont terrifiés que cela ait pu se passer autrement, et il serait utile de leur montrer que cela n’est pas dramatique, au contraire, de regarder les choses sainement, objectivement.

            • le poulpe entartré 23 août 2012 13:42

              Une bonne partie, probablement pas ; un certain nombre ç’est certain.
              Si les états unis s’effondrent ; on s’effondre pensent ils sans doute alors autant que ça reste debout. Le raisonnement se tient sauf que la société américaine collapse déjà mais hors du champ des cameras et micros.

              Savent ils que la récession a jeté et continue d’ailleurs, des centaines de milliers d’américain à la rue ? Pas seulement des noirs, des portoricains, des hispaniques mais également des gens faisant partie de la classe moyenne et même supérieure ?

              un lien : http://www.oprah.com/oprahshow/Lisa-Ling-Goes-Inside-a-Tent-City

              En région parisienne, cela commence également à plus petite échelle.La vague de la paupérisation généralisée arrive en Europe par la Grèce, l’ Espagne, le Portugal, l’ Italie.

              Le leardership d’ obama et de son administration est perdu depuis bien longtemps. Ils ne savent plus comment tenir, contenir les gens. Aussi, préparent ils les futurs camps d’internement pour les citoyens américains qui ne fileraient pas droit. Charmant n’est ce pas ?

              Attention de ne pas se moquer d’eux, le même mécanisme est en marche en Europe. Le bien brave Michel Rocard ayant déclaré que seul un gouvernement militaire autoritaire devrait être institué en Grèce, pour contenir les citoyens, les mettre au pas et obtenir le remboursement d’une dette dont ils ne sont pas responsables. il est pas mignon le socialiste en fin de vie ?


            • Feste Feste 23 août 2012 18:16

              Je pense aussi que la peur d’etre venu jouer les choupettes donneuses de leçons sur Agoravox ou hardware et ailleurs est un bon moyen de ne pas oser se dédire et de continuer à dire ne voir que 100 % de normal et pro-VO dans cette journée du 11/9.

              Ou alors il leur faut changer de pseudo et d’adresse et de jouer les ralliés de la 25° heure, ce que feront la plupart de ceux qui ne sont pas juste payés ou récompensés pour désinformer


            • le crocodile 23 août 2012 11:52

              Ce qui est formidable , c´est que la plupart des gens CROIENT TOUJOURS dur comme fer à la version officielle , ce qui prouve bien que le lavage de cerveau fonctionne vraiment à merveille et avec quelle facilité le pouvoir manipule les gens à l´aide des merdias de toutes sortes . Comme je l´ai entendu un grand nombre de fois : « si ce n´était pas vrai , on ne le lirait pas dans les journaux ...... » Ce qui veut bien TOUT dire !!
              Nous pouvons revenir encore et encore aux paroles du docteur Goebbels , ministre de la propagande d´ Adolf et qui en connaissait vraiment un rayon en matière de mensonge et de manipulation des foules :

              « Répétez un mensonge dix fois , il restera un mensonge . Répétez le mëme mensonge dix mille fois et ils est devenu une VÉRITÉ »


              • joelim joelim 23 août 2012 13:27

                Oui, mais c’est une vérité aux pieds d’argile, un château de sable qui nécessite une humidification constante pour ne pas s’effondrer. Quelle immense présomption ont-ils eu de pouvoir berner le monde sur quelque chose d’aussi gros, d’aussi mal fagoté ? 


                Ils apprennent terrifiés que la communication massive et la subversion sur fonds illimités n’ont des résultats parfaits qu’à court terme. A moyen terme ça s’effrite, tenant tant bien que mal.

                Et à long terme cela s’effondre, car les gens sont plus intelligents qu’ils le pensent... Péché d’orgueil ne fait pas bon ménage avec le crime.

              • frugeky 23 août 2012 16:50

                « On ne saurait surestimer l’imbécillité générale. »


                • lavabo 23 août 2012 13:07

                  Encore une belle tartine !!!!!! amis soucoupistes, bien le bonjour !!!


                  • cevennevive cevennevive 23 août 2012 15:23

                    C’est curieux tout de même : il me vient une envie subite de faire pipi dans le lavabo...


                  • flesh flesh 23 août 2012 21:04

                    C’est clair que celui-là a l’air particulièrement handicapé


                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 23 août 2012 13:13

                    ( Oui je sais, encore moi, donc oui, je suis toujours ce criminel en puissance, prêt à égorger se propres enfants pour couvrir Bush et sa clique, bla bla bla... Mais bon admettez le. Sans moi, vous vous ennuyez...)

                    " Le fait même qu’on ait touché l’aile ouest constitue [une] énigme. Un pilote terroriste aurait sans aucun doute essayé de causer le plus de dégâts possible. Et pourtant, l’aile ouest était en travaux pour rénovation.« 

                    Ah, ce bon vieux site, réopen, et ses données jamais à jour, usant toujours des mêmes arguments éculés... Il commençait à me manquer...

                    Bon, les filles, je veux pas dire, mais le monde entier sait depuis lulure que les travaux de cette aile ouest étaient finis au moment du drame. Pour tout dire, ils constituaient en un renforcement de la structure afin d’éviter les effets de souffle de camions piégés, puisque c’était la grande mode de l’époque. Bon, contre un boeing, c’est comme user d’une feuille de papier pour se protéger d’une balle, c’est vrai.

                     »les autorités en charge de l’enquête sur l’attentat du Pentagone ont refusé, sans motif plausible, de montrer aux citoyens américains les preuves les plus rudimentaires permettant de valider leurs allégations selon lesquelles un avion de ligne détourné par des terroristes s’était écrasé sur le bâtiment du Département de la Défense.« 

                    Si on excepte les images de débris de l’appareil et les photos des cadavres facilement accessible sur le net...

                    Au fait, connaissez-vous UNE affaire dans laquelle la justice américaine diffuse au grand public les éléments de preuves d’une enquête en cours et pas encore jugée ? En dehors de ce qui a fuité dans les médias, bien entendu.

                    Je vais vous répondre : aucune. Aucune loi, aucune cour ne permet cela ! Est-ce donc si étrange de ne pas avoir ces éléments en mains ?

                     »Il est donc essentiel, pour une approche pertinente des événements du 11-Septembre, de dissocier avant toute analyse, les faits observables sur le site du Pentagone de ce postulat selon lequel un avion s’est écrasé sur le bâtiment, postulat qui n’appartient en premier lieu qu’à la théorie de la conspiration des 19 pirates islamistes. Or, cette théorie se base sur un scénario qui a été instantanément délivré par le pouvoir exécutif de l’époque.« 

                    Instantanément ? Le second crash sur le WTC a été diffusé en direct. les images du premier, tournées par deux français qui faisaient un reportage sur les pompiers de New York, ont suivi peu après. Si aucune équipe de journaliste n’était présent au Pentagone, il y a une centaine de témoins DIRECTS qui attestent du crash d’ un avion dnas le bâtiment ! Avion dont on a les restes, ainsi que les restes des hommes et des femmes qui étaient censés s’y trouver selon les registres de American Airlines.

                    Les listes des autres vols ont permis de recouper les éléments de l’enquête dans les heures qui ont suivis, ce qui a permis de reconstituer le drame.

                     » Mais cette information spécifique, pourtant saisissante, ne sera pas développée plus avant par le Washington Post (dont les standards d’investigation ont apparemment été révisés depuis la belle époque du Watergate).« 

                    Ou est l’extraordinaire ? Les employés membres d’un même service sont en général regroupés dans un même open space, ou une série de bureaux contigus afin de limiter la perte de temps lors de déplacements d’un bureau à un autre.

                    Et quand un truc s’ y écrase, bah ça tue tout le monde ou presque.

                     »Il apparait en fait qu’aucune enquête criminelle appropriée n’a jamais été menée pour déterminer les causes exactes de la mort des 46 comptables et analystes budgétaires tués dans l’enceinte du Pentagone le 11-Septembre, ni pour identifier par des méthodes policières éprouvées le ou les coupables de cet acte qu’il est pourtant logique de considérer comme un meurtre.« 

                    Les causes exactes ? Réopen fait dans l’humour... Un Boeing n’est pas une cause exacte ?

                     »Parions que si une telle destruction avait eu lieu hors du contexte des attentats, elle aurait constitué à elle seule un événement majeur dans l’Histoire des États-Unis et soulevé des montagnes d’interrogations auxquelles le gouvernement en place aurait bien été contraint de donner quelques réponses.« 

                    C’ est l’évidence même. Et la base de la théorie » on va tuer 3400 personnes pour cacher la mort de 34 autres afin que nul ne sache qu’on est trop cons pour retrouver un portefeuille « .

                    Ce serait séduisant si

                    - une conférence de presse n’avait pas été effectuée la veille afin de mettre en lumière ce souci comptable
                    - il n’ y avait pas eu le moindre survivant

                    Parce que, les gars, quand on veut cacher un truc pareil, on ne l’annonce pas à la face du monde la veille, et surtout, on ne laisse personne derrière qui pourrait témoigner de ce qu’il a vu.

                    Je vous le dit, une bonne broyeuse à documents et deux litres de café sont bien plus efficaces qu’un boeing. Et bien plus discrets et moins couteux.

                    Déjà qu’on a perdu pas mal d’argent avec cette histoire...

                     »Cependant, il va s’avérer que des personnes blessées dans les attentats ainsi que des familles de victimes décédées le 11-Septembre, des militaires (impliqués ou non dans les événements), des membres des agences de renseignement, des pilotes, des scientifiques, des ingénieurs, des architectes, rejoints par des centaines de milliers de citoyens américains, et maintenant des millions de citoyens, dans le monde entier, refuseront de se plier au dogme de la version officielle du gouvernement des États-Unis.« 

                    Ils refusent aussi de donner le moindre élément matériel permettant d’étayer leurs thèses. C’est pas facile dès lors de les prendre au sérieux. Surtout quand des pilotes affirment sans rire qu’un avion de ligne est incapable de tourner autour d’un aéroport avant de s’y poser. Ou s’ y écraser.

                     »Ainsi naitra le Mouvement international pour la vérité sur le 11-Septembre grâce auquel certaines voix remarquables pourront être entendues, telle que celle d’April Gallop, rescapée de l’attaque sur le Pentagone. Nous écouterons, dans le prochain article, son témoignage aussi lumineux que formidablement édifiant."

                    Trop impatient, j’ai été jeter un oeil sur le sité Réopen à ce sujet.

                    Je vous préviens, j’attends ce chapitre avec impatience...


                    • Pyrathome Pyrathome 23 août 2012 13:39

                      Ami bouffons de cirque, Bonjour !
                      smileysmiley smiley smiley..


                    • Sat is Fay 23 août 2012 14:23

                      Toujours aussi sopo l’ nounours ! t’as pas l’impression d’ saouler l’audience avec tes borborygmes cyniques et confus sans la moindre consistance ? c’est tellement vide c’que tu dis qu’il n’y a même pas matière à répondre !
                      Nicolas et Primprenelle en redemande...


                    • bipdan 23 août 2012 15:04

                      Lis mon commentaire et ce que j’ai pu entendre avant tout le monde par les réseaux radio amateurs. La ou c’est fun c’est que je lis après coup ton commentaires, et que j’y apprend a l’instant que des travaux avait été effectué pour contrer un attentat par camion piégé.
                      Troublant, troublant.

                      Et et sinon, concernant la publication des preuves, si si, je t’assure meme quand l’enquete est en cours, il est quasi certain que la moindre découverte de morceau d’épave fait les choux gras de la presse, meme en cours d’enquete. Les exemples ne manquent pas, meme si tu sembles affirmer le contraire. La méthode coué en somme.

                      Pour ma part je n’ai pas d’avis, je suis par contre loin d’etre sénile a mon age, et encore moi il y a 11 ans, et je sais ce que j’ai entendu et lu dans les premieres minutes a partir du 1er crash, et non a partir de sa 1ere diffusion a la TV. Ces minutes me semblent cruciales.

                      Par ailleurs, mes sources d’infos (les radio amateurs) n’ayant a priori aucun parti pris peuvent difficilement ,ne pas être considérée comme mensongère, ou alors il faut admettre qu’il y a bien eu manipulation ce qui n’arrange en rien la thèse officiel.

                      Je le répète donc, aucun parti pris, mais certains d’avoir été témoins d’un information pour le moins changeante, et ce d’une manière assez louche.


                    • joelim joelim 23 août 2012 21:35

                      Parce que, les gars, quand on veut cacher un truc pareil, on ne l’annonce pas à la face du monde la veille, et surtout, on ne laisse personne derrière qui pourrait témoigner de ce qu’il a vu.


                      De quoi les comptables survivants (qui étaient-ils d’ailleurs ?) pourraient-ils témoigner ? Ce n’est pas un argument quand on y réfléchit. Les bécanes étaient détruites, qu’auraient-ils pu faire ? A eux aussi on a expliqué la VO (étrangement vite mise en place d’ailleurs...).

                      Quant à l’annonce de Rumsfeld, on peut supposer que s’il ne l’avait pas faite il aurait fait l’objet d’un sérieux soupçon de la part de ses collègues qui avaient appris comme lui l’immensité du « trou » que les comptables avaient trouvé. 

                      En effet il n’était certainement pas seul à savoir (les analyses comptables ne sont pas envoyées à une seule personne !). D’où la nécessité de son annonce. De toute manière ça se serait su alors... Ce n’est certainement pas la moitié d’un imbécile, ce Rumsfeld.

                    • joelim joelim 23 août 2012 21:50

                      Je vous le dit, une bonne broyeuse à documents et deux litres de café sont bien plus efficaces qu’un boeing. Et bien plus discrets et moins couteux.


                      Les données étaient sans doute informatisées (entre autres). Pirater l’installation eut été aléatoire, risque de laisser des trace ou de provoquer des soupçons ou même des preuves de fraude que verraient les comptables. Seule autre solution : le feu. Beaucoup de feu...

                      Au WTC7 je pense que les données sensibles étaient surtout papier, mais en un si grand nombre que la broyeuse n’était pas une solution réaliste. En plus il y a le problème que la disparition des documents aurait très probablement été détectée (les bordereaux c’est numéroté). 

                      Ce ne sont que des hypothèses mais elles s’emboîtent sans difficulté. J’espèrerais en avoir de différentes...

                    • robin 23 août 2012 22:08

                      Dis moi le nounours fabricant en fausses photos du pentagone, dans quelle enquête criminelle as-tu vu que l’une des parties prenantes éventuelles fasse disparaitre toutes traces exploitable dans une enquête criminelle, ce qu’a fait l’administration américaine aussi bien au pentagone que dans les 2 tours puisque l’acier des tours a été dégagée très vite (trop ?) vite après l’attentat avant la moindre enquête ?


                    • robin 23 août 2012 22:10

                      On connait ton credo par coeur le nounours escroc, tout n’est que coincidences dans cette affaire même si elles sont des centaines et toutes plus abbracadabrantes les unes que les autres.


                    • Mmarvinbear Mmarvinbear 24 août 2012 10:41

                      "Toujours aussi sopo l’ nounours ! t’as pas l’impression d’ saouler l’audience avec tes borborygmes cyniques et confus sans la moindre consistance ? c’est tellement vide c’que tu dis qu’il n’y a même pas matière à répondre !
                      Nicolas et Primprenelle en redemande..."

                      Des critiques toujours aussi constructives chez Réopen...


                    • Buzz l'éclair Buzz l’éclair 23 août 2012 13:16

                      Si ça n’a pas le poids d’une preuve, c’est en revanche une piste à prendre en considération. Est-il possible que tout le monde se soit fait enfumer ? Je ne sais pas. Mais est-ce plus invraissemblable que les « coincidences » présentées tout au long de cette série ? Mmmmh...


                      • tf1Goupie 23 août 2012 13:32

                        Bravo à ceux qui ont lu jusqu’au bout un article aussi chiant ... ou peut-être doit-on s’inquiéter pour leur santé mentale.


                        • Pyrathome Pyrathome 23 août 2012 13:41

                          La vérité pour toi, c’est chiant....je compatis à ton chagrin....
                          Prends ta pilule rouge, tu verras, au début ça fait mal mais après c’est tellement bon.....


                        • tf1Goupie 23 août 2012 13:50

                          La vérité nécessite un minimum d’intelligence Pyraschtroumpf, vous me réciterez trois « j’ai tout compris » ; premier chapitre de votre bréviaire du complotiste.


                        • Pyrathome Pyrathome 24 août 2012 00:04

                          La vérité nécessite un minimum d’intelligence...

                          Je comprends que pour toi c’est foutu....... smiley


                        • Oduesp Oduesp 23 août 2012 14:03

                          Grosse tartine inutile, Mmarvin, tu n’y fais part que de ton ressenti. Il n’y a rien à analyser dans tout ce que tu avances... à part ce bon mensonge :

                          « Si on excepte les images de débris de l’appareil et les photos des cadavres facilement accessible sur le net... »

                          Il n’existe aucune photo de cadavres prouvant qu’un avion s’est écrasé sur le Pentagone. Les quelques photos exhibées nous montrent des victimes mutilées portant, soit des salopettes oranges (probablement des ouvriers qui finalisaient le chantier du Pentagone), soit des chemises standards... mais aucune ne sont en relation avec des pièces d’avions (sièges ou autres).

                          Aucun siège d’avion n’est d’ailleurs visible sur les photos des débris, avec victimes ou autres. Ces victimes se retrouvant en outre couchées parmi du matériel de bureau, je ne vois pas ce qui te permets d’affirmer qu’elles sont venues en avion.

                          D’ailleurs tu retardes. Depuis Brisart, qui s’est ridiculisé avec sa fausse photo du copilote, plus aucun provo n’affirme ça, trouve autre chose..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès