Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > 25 vérités sur l’affaire Evo Morales/Edward Snowden

25 vérités sur l’affaire Evo Morales/Edward Snowden

Le cas Edward Snowden a été à l’origine d’un grave incident diplomatique entre la Bolivie et plusieurs pays européens. Suite à l’injonction de Washington, la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal ont interdit à l’avion présidentiel d’Evo Morales de survoler leur territoire.

1. Après un voyage officiel en Russie pour assister à un sommet des pays producteurs de gaz, le Président Evo Morales a pris son avion pour rentrer en Bolivie.

2. Les Etats-Unis, pensant qu’Edward Snowden ex-agent de la CIA et de la NSA – auteur des révélations sur les opérations d’espionnage de son pays – se trouvait à bord de l’avion présidentiel, ont ordonné à quatre pays européens, la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal, d’interdire le survol de leur espace aérien à Evo Morales.

3. Paris a immédiatement suivi la directive en provenance de Washington et a annulé l’autorisation de survol de son territoire accordée à la Bolivie le 27 juin 2013, alors que l’avion présidentiel se trouvait à quelques kilomètres à peine des frontières françaises.

4. Paris a ainsi mis en danger la vie du Président bolivien, lequel a dû atterrir en urgence en Autriche, faute de carburant.

5. Depuis 1945, aucune nation au monde n’a empêché un avion présidentiel de survoler son territoire.

6. Paris, en plus de déclencher une crise d’une extrême gravité, a violé le droit international et l’immunité diplomatique absolue dont jouit tout chef d’Etat.

7. Le gouvernement socialiste de François Hollande a gravement porté atteinte au prestige de la nation. La France apparaît aux yeux du monde comme un pays servile et docile qui n’hésite pas un seul instant à obéir aux ordres de Washington, contre ses propres intérêts.

8. En prenant une telle décision, Hollande a discrédité la voix de la France sur la scène internationale.

9. Paris devient également la risée du monde entier. Les révélations faites par Edward Snowden ont permis de découvrir que les Etats-Unis espionnaient plusieurs pays de l’Union européenne dont la France. Suite à ces révélations, François Hollande avait publiquement et fermement demandé à Washington de cesser ces actes hostiles. Néanmoins, en coulisses, l’Elysée a fidèlement suivi les ordres de la Maison-Blanche.

10. Après avoir découvert qu’il s’agissait d’une fausse information et que Snowden ne se trouvait pas dans l’avion, Paris a décidé d’annuler l’interdiction.

11. L’Italie, l’Espagne et le Portugal ont également suivi les ordres de Washington et ont interdit à Evo Morales le survol de leur territoire, avant de revenir sur leur décision après avoir découvert que l’information était erronée et de permettre au président bolivien de poursuivre sa route.

12. Avant cela, l’Espagne a même exigé de fouiller l’avion présidentiel en violation de toutes les normes juridiques internationales. « Il s’agit d’un chantage et nous n’allons pas le permettre pour une question de dignité », a répliqué la présidence bolivienne. « Je ne suis pas un criminel », a déclaré Evo Morales.

13. La Bolivie a dénoncé une atteinte à sa souveraineté et à l’immunité de son président. « Il s’agit d’une instruction du gouvernement des Etats-Unis », selon La Paz.

14. L’Amérique latine a unanimement condamné l’attitude de la France, de l’Espagne, de l’Italie et du Portugal.

15. L’Union des nations sud-américaines (UNASUR) a convoqué en urgence une réunion extraordinaire suite à ce scandale international et a exprimé son « indignation » par la voix de son secrétaire général Ali Rodríguez.

16. Le Venezuela et l’Equateur ont condamné « l’offense » et « l’attentat » contre le Président Evo Morales.

17. Nicolas Maduro du Vénézuela a condamné « une agression grossière, brutale, impropre et non civilisée ».

18. Le Président équatorien Rafael Correa a exprimé son indignation : « Notre Amérique ne peut pas tolérer un tel abus ! ».

19. Le Nicaragua a dénoncé une « action criminelle et barbare ».

20. La Havane a fustigé « un acte inadmissible, infondé et arbitraire que offense toute l’Amérique latine et la Caraïbe ».

21. La Présidente argentine Cristina Fernández a fait part de sa consternation : « Ils sont devenus fous. Un chef d’Etat et son avion disposent d’une immunité totale. Une telle impunité est inacceptable ».

22. Par la voix de son secrétaire général José Miguel Inzulza, l’Organisation des Etats américains (OEA) a condamné la décision des pays européens : « Aucune circonstance ne peut justifier de telles actions au détriment du président bolivien. Les pays impliqués doivent expliquer pourquoi ils ont pris cette décision, car elle a mis en danger la vie du président d’un pays membre de l’OEA ».

23. L’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) a dénoncé « une discrimination flagrante et une menace contre l’immunité diplomatique d’un chef d’Etat ».

24. Au lieu d’accorder l’asile politique à la personne qui lui a permis de découvrir qu’elle était victime d’espionnage hostile, l’Europe, en particulier la France, n’hésite pas à créer une grave crise diplomatique dans le but de livrer Edward Snowden aux Etats-Unis.

25. Cette affaire illustre que l’Union européenne est, certes, une puissance économique, mais un nain politique et diplomatique incapable d’adopter une posture indépendante vis-à-vis des Etats-Unis.

Salim Lamrani

Opera Mundi


Moyenne des avis sur cet article :  4.92/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • 1jour 2 août 2013 10:45

    Bon résumé de l’affaire Salim. Du gendre idéal à Moi Président, ne regardez pas leur image, n’écoutez pas ce qu’ils disent, regardez simplement ce qu’ils FONT ! smiley


    • volpa volpa 2 août 2013 11:51

      Pauvre France.

      Où est passé De Gaulle. ?

      Chirac et De Villepin ne l’auraient pas fait.


      • jpeg06 2 août 2013 12:43

        nos hommes politiques qui disent penser a nous avant de glisser leur buletin dans l’urne font ensuite ce que les US et la finance leur dis
        ce sont des traitres passible de la peine capitale


        • Wladimir Wladimir 2 août 2013 13:08

          Imaginons que Snowden ait été dans l’avion de Moralès. Une fois celui-ci obligé de se poser dans un de nos pays « démocratiques », aurait-on agi comme les états voyous en violant l’immunité diplomatique (perquisition en force de l’avion) ou en prenant en otage un chef d’état (lui refuser le carburant, c’était le retenir contre son gré)

          Je crains que la réponse soit oui. Cela montre à quel point, nos dirigeants ne dirigent rien du tout, ils sont les loufiats de Wall Street, du Pentagone, du Bilderberg et des 3 à la fois.


          • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 2 août 2013 13:30

            4. Paris a ainsi mis en danger la vie du Président bolivien, lequel a dû atterrir en urgence en Autriche, faute de carburant.

            Oh là ! Il lui restait du carburant à bord ! Je crois qu’il devait refueler au Portugal.

            Le pilote s’est posé à Vienne, sans donner de raison à l’interruption de son plan de vol (« we need to land »), parce que l’espace aérien était fermé devant lui. Il n’avait d’autre choix, sinon de faire demi-tour.

            De toutes façons, s’il avait lancé un mayday pour short fuel, personne ne pouvait s’opposer à l’atterrissage, ou que ce soit, même en France.


            • Philv 2 août 2013 20:57

              Lorsqu’un président se rends dans un pays, il y a une équipe qui s’y rends avant pour organiser la sécurité.

              Dans le cas du président américain ce sont des dizaines (voir centaines) de personnes avec moyen de communications, vehicules blindés etc.
              Faire attérir un président alors que rien n’est prévu est donc effectivement faire courir un risque à celui-ci. Heureusement risque assez faible car vu que personne ne pouvait le prévoir, les chances d’attentat son minime. 
              Mais imaginez le même scénario avec un président Américain a bord... 
              Sanctions économiques, axe du mal, frappe préventives à la clé smiley

            • Papat 2 août 2013 13:52

              y a quand meme 7% de trolls


              • luciole luciole 2 août 2013 15:22

                Hollande n’est-il pas membre de la French american foundation ?

                Tout cela est hélas bien logique 

                • loxias loxias 2 août 2013 22:43

                  Bonjour à tous les Agoravoxiens


                  Oui, certainement, cela a été une erreur de la part du gouvernement français ... en fait tout cela se rattache aux lanceurs d’alertes (essayons de ne plus les appeler des « taupes » ...) : Bradley Manning, dont le procès se déroule actuellement, Snowden qui vient de recevoir l’asile politique en Russie, et Assange, accusé de viol pour le faire taire ... comprenez-vous bien la situation, chers amis libertaires ? Si vous êtes témoins d’un crime de guerre, d’un acte allant à l’encontre de la morale, et si vous en témoignez, vous serez jugé, et irez en prison ... où est la Démocratie dans tout cela ? Afin de rassembler les forces vives de la nation française qui pensent encore qu’un changement est possible, j’ai crée un groupe pour soutenir, urgence oblige, Bradley Manning, dont le seul tort est d’avoir dénoncé les crimes de guerre, les exactions et les tortures commises par le gouvernement et les militaires américains, en Irak, à Guantanamo et dans le monde entier. Il est en prison depuis 3 ans pour ces faits, et j’ai vraiment l’impression que les médias de notre pays ignorent le sort qui lui ait réservé. Pensez-y, si un jour vous êtes témoins d’une action amorale commise par l’état français, d’une exaction, d’un crime de guerre, pourriez-vous continuer à vivre normalement sans témoigner ? Si votre réponse est négative, je vous en prie, payez une visite à la page Facebook que j’ai ouverte afin de passer le mot : le peuple réuni est plus fort que le terrorisme d’état. Il en va de la liberté d’opinion et de la presse, à travers le monde. 


                  Merci de votre attention,

                  Maxime G. 

                  • HELIOS HELIOS 3 août 2013 00:05

                    Bonsoir maxime.

                    Je suis desolé, mais je n’ai pas de compte Facebook et je n’en aurais pas.

                    De nombreuses personnes comme moi, refusent de se soumettre a ce que certains appellent « reseaux sociaux » et utilisent les multiples moyens de communications qui existent sans passer par ces pieges.

                    En demandant, sans autre alternative, d’utiliser cet outil americain, vous vous privez et vous privez une grande partie de ceux qui resistent , de l’information que vous souhaitez diffuser.

                    D’une certaine maniere vous jouez le jeu de ceux que vous denoncez. Pourquoi croyez vous que l’acces est limité a ceux qui ont ouvert un compte, et non pas en acces libre, ne serait-ce qu’en simple consultation ?

                    bien à vous....


                  • Bernie Bernie 3 août 2013 00:34

                    Bonsoir,

                    et j’ai vraiment l’impression que les médias de notre pays ignorent le sort qui lui ait réservé.

                    Détrompez vous, ils le savent parfaitement, et c’est bien pour ça qu’ils regardent ailleurs. Des couards et des lâches, c’est tout, on se rends complice en feignant de n’avoir rien vu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès