Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > 3.000.000.000 € contre 79.000.000 de Turcs dans l’UE : rançon (...)

3.000.000.000 € contre 79.000.000 de Turcs dans l’UE : rançon du désastre ou prix du chantage migratoire ?

La Turquie "s'engage" à contenir le flot de réfugiés vers l'Europe, non pas en échange, mais en exigeant des contreparties politiques et financières inacceptables dont la plus importante est la relance des négociations sur son adhésion prochaine à l'Union européenne.

JPEG

 

1- En langage diplomatique, on lira ceci :

Le président de la Commission européenne, M. Donald Tusk, a décidé de convoquer une réunion des chefs d'État ou de gouvernement de l'UE avec la Turquie. Cette réunion marquera une étape importante dans le renforcement des relations entre l'UE et la Turquie et contribuera à la gestion de la crise migratoire.

La décision de tenir une réunion entre les 28 dirigeants de l'UE et la Turquie fait suite à une série de pourparlers à haut niveau entre la Commission européenne et la Turquie ainsi qu'à plusieurs rencontres bilatérales entre le président Tusk et le président Erdoğan ainsi que le premier ministre M.Davutoğlu. 

Lors de leurs réunions tenues aux mois d'octobre et de novembre 2015, les dirigeants de l'UE ont discuté de l'importance que revêt le renforcement de la coopération avec la Turquie en ce qui concerne la crise migratoire : 

Dans les conclusions de sa réunion d'octobre 2015, le Conseil européen a ainsi accueilli avec satisfaction le plan d'action commun avec la Turquie. L'UE et ses États membres ont annoncé qu'il se tenaient prêts à renforcer la coopération avec la Turquie et à accroître de manière substantielle leur soutien politique et financier. Etiez-vous au courant de cette activité diplomatique ? Peut-être pas.

 

2- En langage courant, on prendra connaissance de cela :

Ce dimanche 29 novembre 2015 est un jour de défaite qui marque la capitulation des Européens qui, pris à leur propre piège – celui du signal criminel donné par l'Allemagne à une invasion démographique de l'Europe – ont accepté, non pas de venir en aide, mais bien de payer volontairement un tribut de 3 milliards d'euros non remboursable en échange duquel la Turquie "s'efforcera" de freiner l'arrivée des réfugiés en Grèce.

Ce n'est pas tant l'Allemagne d'Angela Merkel que l'Europe tout entière qui est ainsi venue jeter le drapeau européen, mais aussi les drapeaux des autres nations européennes, aux pieds du dirigeant turc M. Recep Tayyip Erdogan.

On comprend donc la joie non dissimulée du premier ministre Ahmet Davutoğlu déclarant sans être contredit à son arrivée à Bruxelles ; « C'est un jour historique pour notre processus d'accession (à l'UE). Nous allons forger la destinée du continent  ! » Mais comment donc ! La puissance ottomane est de retour en Europe, avec des dirigeants européens félons qui l'accueillent à bras ouverts.

Parfaitement en phase avec cette capitulation, la chancelière allemande augmente la pression sur ses partenaires européens en manifestant la volonté de l'Allemagne de « remplacer l'immigration illégale par une immigration légale » en provenance directe de Turquie et à destination de l'UE. Avec une presse allemande qui pointe de 300.000 à 500.000 de ces « réinstallations » organisées, à se partager en Europe dans les années à venir , au-delà des 160.000 acceptées en septembre 2015 en plus des 760.000 personnes arrivées depuis le début de l'année 2015, parmi lesquelles figurent 240 000 syriens, on comprend qu'aucun des autres dirigeants allemands et européens, mis devant le fait accompli, ne soutienne franchement ce projet démentiel.

L'Europe est en train de s'enliser.

L'application du « plan d'action » mis en place avec la Turquie dépend maintenant du dirigeant turc, M.Recep Tayyip Erdogan. Mais qui peut sérieusement croire - à part des dirigeants européens aux abois ou victimes de leur aveuglement -, que celui-ci, après avoir obtenu ce que l'UE lui a honteusement apporté, tiendra ses engagements de neutraliser les passeurs qui prospèrent sur la côte turque comme de « fixer » tout ou partie des 2 millions de Syriens déjà réfugiés en Turquie en leur accordant permis de travail et scolarisation de leurs enfants ?

Face à une Europe en position de faiblesse, déstabilisée par un exode des réfugiés qu'elle a volontairement provoqué, préoccupée par l'avenir de l'espace Schengen et pour finir inquiète d'infiltrations terroristes, la Turquie a eu beau jeu de s'ouvrir un boulevard en obtenant les deux concessions majeures que voici :

- La promesse, valable dès octobre 2016, d'une exemption de visa UE pour les 79 millions de turcs, avec comme « condition » - et l'on est prié de ne pas broncher - , l'engagement préalable d'Ankara de réadmettre systématiquement les clandestins qui continueraient de passer. Avec la Suède dont la police vient d'annoncer qu'elle avait perdu la trace de 14.000 migrants qui devaient quitter le pays faute d'avoir reçu l'autorisation d'y résider, on laisse ici au lecteur le soin de conclure que ce qui n'est pas qualifié de « clandestin » sera opportunément réputé « réfugié », manière de dire que les écluses sont ouvertes ou que les vagues du tsunami migratoire ont encore un vaste territoire à envahir. http://www.breitbart.com/london/2015/11/28/swedish-police-14000-migrants-due-deportation-vanished/

- L'ouverture de nouveaux « chapitres » dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE, les Vingt-Huit s'engageant à en ouvrir un dès décembre 2015, mais pas la demi-douzaine escomptée. Là encore le lecteur pensera qu'il peut respirer puisque tout est sous contrôle. Se souvient-on toutefois que le chapitre qui va être discuté n'est autre que ce Chapitre 17 de l'Acquis communautaire relatif aux « politiques économiques et monétaires », précisément celui qui avait été opportunément bloqué par la France en 2007 par M. N. Sarkozy (rendons à César etc.) car dans le cas contraire c'eût été directement introduire la Turquie au cœur des mécanismes financiers de l'UE et de l'Euro en rendant son adhésion irrémédiable ? Là encore le lecteur appréciera l'étendue de la forfaiture commise dimanche 29 novembre 2015.

Dans un accès de bonté humanitaire ou de stupidité profonde, Mme Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l'UE, a cru utile de préciser pour sa part que ce qu'elle qualifie d'aide non remboursable de 3 milliards d'euros, à titre initial, représente « de l'argent destiné aux réfugiés et non pas à la Turquie, (car), comme au Liban ou en Jordanie, il faut soutenir ceux qui aident les réfugiés. » Comprenne qui pourra.

Qui peut sérieusement croire, sauf des naïfs comme Mme Mogherini, que M. Erdogan va laisser l'UE distribuer directement ses généreuses enveloppes aux personnes déplacées sur son territoire ?

Au point où nous en sommes, pourquoi l'UE n'offrirait-elle pas directement à la Turquie un lot de camions citernes rutilants pour remplacer la flotte de transport d'hydrocarbures vendus par l'Etat islamique et que les vilains russes ont détruite, nuisant aux intérêts économiques et financiers du clan Erdogan ?

Qui peut encore croire, sauf des traîtres tels que M.M. Tusk, Dijsselbloem, Juncker, Merkel, qu'il suffira de payer pour retrouver le contrôle des frontières externes de l'UE ? "Nous ne pouvons pas maintenir sur la durée notre Etat social, si l'afflux de réfugiés se poursuit ainsi. Si l'Union européenne ne protège pas mieux ses frontières extérieures, alors un petit groupe de pays le feront", affirme le président de l'Eurogroupe, M. Dijsselbloem, dans une interview au quotidien économique allemand Handelsblatt. http://www.lequotidien.lu/international/eurogroupe-le-spectre-dun-mini-schengen/.

Grâce soit rendue à ces courageux pays qui ont amplement raison d'agir de la sorte pour défendre leurs intérêts et ceux d'une vraie Europe, comme nous devrions aussi le faire.

Comprend-on que les dirigeants européens sont prêts à tout, et principalement à vendre l'âme et la sécurité de l'Europe, pour réaliser leur dessein d'intégration mortifère en abattant le dernier obstacle qui leur résiste : l'intégrité, l'identité et la souveraineté des nations européennes ?

Et en France, qu'en est-il ?Ces choses-là sont de peu d'intérêt. L'opération d'enfumage continue ; la COP 21 succède aux attentats, les élections régionales se prépaent, le désastre économique suit son cours. http://www.zerohedge.com/news/2015-11-29/paris-prologue

Les citoyens européens, en revanhe, ceux auxquels personne ne demande plus leur avis se voient ainsi engagés à leur insu sur le montant de l'assistance financière promise et consentie à Ankara.

Mais le partage de la facture reste à faire.

Il faut donc sérieusement espérer que personne ne voudra effectivement contribuer à ce suicide en direct. Pour le moment, seules la Pologne, la République tchèque et la Hongrie ont compris ce qu'il se passait. Populistes ! Dira-t-on. Non, simplement réalistes.

La situation est très simple à comprendre :

79.000.000 de Turcs musulmans en Europe, avec un pays dirigé par un dictateur qui joue sur deux tableaux - membre de l'OTAN et pro-Daesh -, une Turquie en proie à une guerre civile et à une répression impitoyable contre les Kurdes, en proie à des difficultés économiques sérieuses qui vont être aggravées par les représailles économiques exercées par la Russie (tourisme, énergie), un pays occupant illégalement une partie d'un membre de l'UE avec l'annexion chypriote, une puissance ouvertement islamique qui a balayé tous les acquis du kémalisme : et on laisserait le loup d'Anatolie entrer dans la bergerie européenne ?

Rien n'est encore joué, alors réagissez ! Réagissez tant qu'il en est encore temps à une forfaiture, une traîtrise majeures qui signent une capitulation de l'Europe destructrice de tout ce que nous sommes encore.

Réagissez en me soutenant dans un combat que non seulement nous pouvons mais encore que nous devons gagner.

Réagissez en parlant, expliquant, diffusant dans votre entourage, amis, relations, collègues, famille, cette information capitale.

Réagissez en interrogeant votre Député, votre Sénateur.

 

Références :

A lire.

1- Réunion des chefs d'État ou de gouvernement de l'UE avec la Turquie, 29/11/2015 - Déclaration UE-Turquie

http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2015/11/29-eu-turkey-meeting-statement/

2- En seule langue anglaise, le EU-Turkey joint action plan du 15 octobre 2015 (MEMO/15/5860 )

http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-15-5860_en.htm

3- Réactions européennes :

Eastern European leaders defy EU effort to set refugee quotas

http://www.ibtimes.com/eu-refugee-crisis-quota-plan-rejected-hungary-cze...

Poland : No Invaders, No EU Flag

http://newobserveronline.com/poland-no-invaders-no-eu-flag/

Hungarian Mayor Invites All Europe to Come View His Awesome Fence

http://www.breitbart.com/london/2015/11/28/watch-now-border-fence-town-o...

4- Indicateurs statistiques.

http://www.statistiques-mondiales.com/turquie.htm


Moyenne des avis sur cet article :  3.45/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • Alice Rupert 30 novembre 2015 16:17

    Certains ont des idées


    • roman_garev 30 novembre 2015 16:32

      @Rupert


      Marrant, mais en russe on dirait à ce propos « что слону дробина » (« telle une grenaille à l’éléphant »). Le problème exige un peu plus de sérieux.

    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 novembre 2015 17:45

      @roman_garev

      Ici le problème fait l’objet d’une approche plus sérieuse.

      On ne s’encombre pas de faux problèmes et la population est assez réceptive à une sorte de respect de la législation, chacun ayant intégré des règles simples :

      Absence d’официальное приглашение ? Complications garanties.
      Visa expiré ? Très gros problèmes.

      La séquence qui suit est intéressante et concerne précisément des gens qui n’ont pas su respecter les règles du pays hôte.L’histoire ne dit pas ce qu’il advient des intéressés.

      https://www.rt.com/news/convoy-migrants-illegal-aliens-041/


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er décembre 2015 04:34

      @Rupert

      C’est NON a l’admission de la Turquie dans l’UE, Si on en arrive a devoir choisir entre une EU avec la Turquie ou pas UE, il doit être clair que ce sera « Pas d’U’E ». Les partis doivent se positionner sur cette question avant lee Régionales

      PJCA

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er décembre 2015 04:53

      @Rupert


      Avec cette masse de Musulmans en Europe, on est certain que prévaudrs une continuelle zizani qui garantira que l’Europe ne deviendra jamais une rivale sérieuse pour l’Amérique. Si on n’a pas compris avec les attentas, que faudra-t-il pour qu’on comprenne.

      PJCA

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er décembre 2015 06:07

      @Pierre JC Allard
      Ils n’ont pas demandé l’avis des citoyens européens pour y faire entrer récemment 10 pays d’un coup, ils ne demanderons pas l’avis non plus pour la Turquie.


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er décembre 2015 08:26

      @Fifi Brind_acier et PJ-C. Allard

      Bonjour et merci pour vos commentaires.

      Je reprends ici une intervention de Fifi Brin d’Acier qui a retenu mon attention sous un autre billet :

      "La Turquie doit entrer dans l’UE, car les USA veulent que l’OTAN ait le même périmètre que l’ Union européenne. Ce ne sont pas les citoyens européens qui décident de l’élargissement sans fin de l’ UE, on ne leur demande pas leur avis, ni les marionnettes Mamamouchis qui dirigent les pays européens.

      •  
      Ce sont les USA qui poussent leur cheval de Troie, Merkel, à faire entrer sans cesse davantage de pays dans l’UE, pour qu’ils soient dans l’ OTAN.
      « L’élargissement sans fin de l’ Union européenne », par Asselineau.

      Une fois dans l’ UE, plus de frontières du tout, et les 3 milliards donnés à la Turquie se perdront dans les méandres de la corruption généralisée d’ Erdogan..."

      S’agissant du périmètre de l’OTAN, on réalise qu’il est très étendu puisqu’on le trouve en Afghanistan, aux frontières du Pakistan.


    • mmbbb 6 décembre 2015 11:47

      @Renaud Bouchard Le cheval de troie des americains ; les fondateurs de ’l europe Schumman Monnet Les documents déclassifies de la CIA montre que Monnet etait une torpille americaine Il avait des liens direct avec cette office de renseignement amercain. Quant a notre feld marechal que le monde entier nous envie je veux dire BHL, celui ci n’est il pas une tete de pont des amerloques Lui qui fut charge de foutre le bouzin en Urkraine Propos a peine voile de Brzezinski sur la strategie a long terme en europe des americains Quanq a la Pologne entra dans l’ EU son armée se dota d’emblée de F 16 vraiment etonnant ! . Et comble de cette decadence francaise les amerloques sont offert Alsthom Les turbines de hautes technologie c’est vraiment extra puisque nous étions a la pointe etc etc J’admire les amerloques puisqu il nous prennent pour des veaux selon la formule de Gaulle.. C’est cette elite francaise qu il faudrait passer « au rasoir national » .


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 novembre 2015 18:56

      Aux lecteurs
      Deux enjeux primordiaux :

      1 -Pays musulman à l’identité très forte, la Turquie revient sur un siècle de laïcité à marche forcée. La société turque connaît une renaissance islamique stupéfiante. Les récents meeting électoraux de l’AKP à Strasbourg et Bruxelles ont montré la nouvelle arrogance turque en Europe avec une synthèse islamo-nationaliste affirmée. L’immigration en provenance de Turquie et de toute l’Asie centrale va s’amplifier, attirée par les standards socio-politiques de l’Europe du Nord. La question des frontières va s’aggraver puisque l’UE deviendra limitrophe de pays aussi stables que la Syrie, l’Azerbaïdjan, l’Irak, l’Arménie et la Géorgie.
      La Turquie monnaye littéralement ses réfugiés contre la relance de son adhésion à l’UE tout en alimentant le conflit contre les kurdes et l’Etat syrien

      2- Comme l’explique Hervé Desuin, "D’un point de vue strictement économique, la Turquie est déjà très intégrée au marché européen. Mais sans doute qu’avec la Turquie en Europe, les pays des Balkans se recentreraient par rapport au barycentre actuel de l’UE situé aujourd’hui en Allemagne. Cela dit l’adhésion de la Turquie profiterait surtout aux Turcs ; pays le plus peuplé de ce futur nouvel ensemble eurasiatique, elle passerait devant l’Allemagne en terme de droit de vote au Conseil européen et en représentativité au Parlement de Strasbourg. Cette adhésion serait un formidable tremplin de puissance pour la Turquie, laquelle pourrait retrouver son rôle de « pont » entre les deux continents comme à l’époque ottomane de la Turquie d’Europe où son influence se faisait ressentir jusqu’à Vienne. La communauté turque d’Allemagne est la plus importante d’Europe. Nouvelle société germano-turque, l’Allemagne, si elle acceptait l’entrée de la Turquie dans l’UE, verrait son identité bi-nationale s’accentuer. Le couple franco-allemand céderait la place au couple turco-allemand en quelque sorte."

      cf.http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/10/20/31002-20151020ARTFIG00254-turquie-ue-comment-erdogan-tord-le-bras-aux-europeens.php


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 novembre 2015 21:14

        @Renaud Bouchard
        Vos obsessions anti-musulmanes ne devraient pas vous empêcher de lire les rapports de la CIA :
        « Toutes les discussion à la Finkelkraut ou à la Fourest sur les dangers de l’ Islam, c’est de la diversion, un rideau de fumée ». Si c’est la CIA qui le dit...


        On vous bourre le mou avec l’Islam, alors que la question centrale c’est de sauver l’économie américaine en faillite, qui ne se maintient que par le pillage, et donc la guerre.

        La « guerre contre le terrorisme » (tout en soutenant les terroristes), « la guerre contre l’Islam »( tous des terroristes en puissance), c’est tout inventé pour détourner l’attention, pour diviser sur les questions religieuses, et sur l’immigration.

      • V_Parlier V_Parlier 30 novembre 2015 22:14

        @Fifi Brind_acier
        Pour sauver l’économie US tous les moyens sont utilisables. Y compris les islamistes radicaux et les tensions interethniques inévitables provoquées par les déplacements massifs et rapides de populations. Évidement, un gars de la CIA ne va pas le tourner comme ça. Il va d’abord faire bonne figure en commençant par du politiquement correct ou au moins quelque chose d’assez séducteur à l’égard de ses critiques potentiels (lâchage des néocons français trop caricaturaux, que chacun sera libre d’évaluer selon ce qu’il en pense) et ensuite l’idée sera de proposer... des solutions à l’américaine, des supers plans de conquête vicieux, etc... en continuant de l’autre côté à torpiller les nations d’Europe par les méthodes mondialistes : « libre » échange de biens et d’humains.


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 novembre 2015 23:13

        @Fifi Brind_acier

        Il n’y a aucune obsession de ma part, sinon un simple constat.

        Rien qui ne soit par ailleurs préalablement sérieusement vérifié et documenté.
        Les faits s’imposent d’eux-mêmes.
        Un coup d’œil sur l’année 2015 qui s’achève et certains événements particulièrement affreux qui se sont produits en France, en Europe, en Turquie, au Liban, en Syrie, en Irak, devraient vous aider.

        Quels que soient les moyens mis en œuvre par les USA pour tenter de sauver leur économie, les méthodes utilisées, amplement décrites, commentées, connues - des guerres et des interventions incessantes tout au long de leur histoire, sous toutes les formes imaginables, s’imposent d’elles-mêmes elles aussi.

        Leur existence est incontestable, tout comme leur liste qui est sans fin

        https://en.wikipedia.org/wiki/Timeline_of_United_States_military_operations


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 novembre 2015 23:39


        @V_Parlier
        Bien observé.

        "...des solutions à l’américaine, des supers plans de conquête vicieux, etc... en continuant de l’autre côté à torpiller les nations d’Europe par les méthodes mondialistes : « libre » échange de biens et d’humains.« 

        Tout cela avec l’aide empressée et active de »super-collabos", comme Mme Cecilia Malstrom,
        Commissaire européenne au commerce, chargée de finaliser le TTIP avec les Américains.

        Interrogée sur l’opposition que suscite le traité transatlantique dans l’opinion publique européenne, elle a été claire : « Je ne reçois pas mon mandat des peuples européens ».

        Cecilia Malmström, en sa qualité de Commissaire au commerce de l’Union européenne est la responsable des négociations pour le TTIP du côté européen. Elle a reçu John Hilary, directeur de l’ONG britannique War on Want (Guerre contre le Besoin) qui l’a interrogée sur l’opposition suscitée par le traité partout en Europe.

        La réponse de la commissaire a eu le mérite de la clarté :

        « Je ne reçois pas mon mandat des peuples européens ».

        Le démenti publié peu après ne faisait en fait que confirmer le propos :

        Je n’ai pas dit cela. Ce que j’essayais d’expliquer, c’est que le mandat pour négocier le TTIP et les autres traités de commerce est donné par le conseil des ministres (…) le mandat ne peut être changé que par l’ensemble des États membres. Ce n’est pas de ma responsabilité.

        http://www.independent.co.uk/news/world/europe/a6695996.html

        TTIP : EU Trade Commissioner Cecilia Malmström denies saying she does not take her mandate from the European people
        John Hilary accused Ms Malmström of saying she does not take her mandate from the European people 

        Une preuve de plus du caractère hautement démocratique des institutions européennes. Quant au TTIP, s’il est négocié hors de tout mandat des peuples européens dans le plus grand secret, c’est assurément pour notre bien. Et surtout celui des USA.

        Les faits sont incontestables qui touchent ces anciens commissaires européens devenus de véritables « mercenaires » de ces mêmes lobbies.

        http://www.bastamag.net/Ces-anciens-commissaires-europeens


      • izarn 1er décembre 2015 01:20

        @Renaud Bouchard
        Je ne vois pas en quoi les échanges marchands ont de rapport avec une quelconque « intégration européenne »
        L’europe commerce beaucoup plus avec la Chine qu’avec la Turquie.
        Et alors, On va integrer la Chine à l’UE ?
        Cela n’a pas de sens. L’UE n’a aucun sens. Elle doit mourir.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er décembre 2015 05:59

        @Renaud Bouchard
        Et bien soyez cohérent, mettez en cause les USA et l’ OTAN au lieu de vous focaliser sur les effets !
        Quand on passe son temps à taper sur l’ Islam au lieu de mettre en cause ceux qui instrumentent le choc des civilisations, c’est qu’on s’est mis au service de la maison Blanche.
        Ce qui est le cas de toute l’extrême-droite, mais que vous vous gardez bien d’assumer.


      • chantecler chantecler 1er décembre 2015 08:03

        @Renaud Bouchard
        Ne pas oublier l’Ukraine ...
        Marche à la Guerre ?


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er décembre 2015 08:41

        @Fifi Brind_acier

        Votre promotion - au demeurant très intéressante et à mes yeux très fondée - de l’UPR vous fait perdre de vue ce qui s’écrit et ce qui se dit sur cette Tribune, par exemple, et notamment ce que je lis, écris et commente.

        Vous me faites penser à ces échanges dans lesquels un interlocuteur répond systématiquement « Je ne suis pas d’accord ! », alors que s’il avait juste écouté attentivement ce même interlocuteur il aurait réalisé qu’ils parlaient tous deux de la mémé chose et qu’ils étaient du même avis.


      • mmbbb 6 décembre 2015 18:33

        @Fifi Brind_acier Vous votre obsession est de ne pas voir une certaine realite sociale en france !


      • mmbbb 6 décembre 2015 21:14

        @Renaud Bouchard La Turquie ne reconnait pas le genocide armenien, a des poblemes de territoires avec les Kurdes en les massacrant un peu ( ce que fait la Turquie actuellement avec les Kurdes en Syrie ) De surcroit il reste Chypre, qui fut annexe et ce pays est en conflit avec la Grece Parlez d’intégration est de la foutaise parce que l’europe c’’est déjà le bordel avec des pays normaux alors la Turquie c’est du grand n’importe quoi


      • franc tireur 30 novembre 2015 21:26

        la turquie c est les angloamericains qui poussent a leur adhesion ,alors que les peuples et dirigeants européens n en veulent pas.

        puisqu on est pas consulté par referundum , on va le hurler en 2017

        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 novembre 2015 23:23

          @franc tireur
          Exact pour les USA.
          Inexact pour les dirigeants européens qui, eux aussi, poussent à la roue.
          Quant aux peuples et citoyens européens, ils n’en veulent pas, malgré un clivage (opposition pour le Nord de l’Europe et accord pour le Sud).


        • sirocco sirocco 1er décembre 2015 00:01

          @franc tireur

          « ...on va le hurler en 2017 »

          ... sauf si, entre temps, la Turquie a été intégrée à l’UE contre l’avis des peuples... et si l’ectoplasme présidentiel accorde le droit de vote aux étrangers contre l’avis des Français...

          Il serait judicieux d’agir avant.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er décembre 2015 06:03

          @sirocco
          Les négociations pour l’entrée de la Turquie commencent le 6 décembre
          L’ UPR est la seule à proposer la sortie de l’ UE, vous pouvez le vérifier en lisant et en comparant les professions de foi qui viennent de vous arriver.


        • LOKERINO LOKERINO 30 novembre 2015 23:42

          Le refus de l’entrée de la Turquie dans l ’Europe politique est une erreur majeur du début du 20 eme siecle
          Pour la Turquie elle même , il n’y aurait probablement pas Erdogan dans la durée,sa clique et ses dérives
          Pour la région , la Turquie aurait été un formidable allié et levier pour la stabilité

          On en a pas voulu, Il est maintenant illusoire qu’elle ne joue pas sa carte et que sa carte !

          Je sais cette analyse particulièrement isolée...


          • izarn 1er décembre 2015 01:16

            @LOKERINO
            La Turquie ne fait pas partie de notre civilisation. De dire ceci n’est pas un maque de respect, mais la réalité.


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er décembre 2015 08:52

            @LOKERINO

            Une Turquie revisitée par un Kémalisme 2.0 et passée à l’émeri d’une véritable laïcité ne poserait pas les mêmes difficultés.

            Le seul et unique obstacle - dirimant - qui s’oppose à l’accueil de la Turquie, est qu’il s’agit d’un pays qui, à l’heure actuelle, est dirigé par un homme qui promeut un islamisme militant loin d’être partagé aussi bien en Europe qu’en Turquie elle-même.

            Preuve en est cet article paru dans un journal...turc (Zaman/ le Temps) :

            http://www.zamanfrance.fr/article/erdogan-nouvelle-armee-dislamistes-10043.html

            Son auteur, M. Abdullah Bozkurt - éditorialiste très lu - écrit ceci :

            Erdogan et sa nouvelle armée d’islamistes

            A l’image de la législation récemment entrée en vigueur sur les services turcs de renseignement qui prévoit la réorganisation des services secrets de façon à ce qu’ils se trouvent au même niveau que les renseignements iraniens, les initiatives mises en œuvre au sein de la politique éducative du gouvernement Erdogan en Turquie reflètent de plus en plus l’influence iranienne.

            Vendredi, Juin 6, 2014 - 12:42

            "Erdogan, écrit Abdullah Bozkurt, sait que la définition orthodoxe et rigide de la religion dans l’idéologie des islamistes politiques trouve peu d’écho chez le peuple turc. Celui-ci l’a, en effet, fermement critiquée pendant des siècles, et pourtant, Erdogan continuera à tenter de faire survivre cette idéologie. Les principales victimes de cette politique éducative révisée seront les efforts qui ont été déployés pendant des décennies pour promouvoir le respect, la diversité et le pluralisme.

            Si les islamistes politiques réussissent d’une manière ou d’une autre dans cette entreprise, ils développeront un discours anti-occidental qui durera pendant des générations en Turquie, freinant ainsi les efforts de dialogue entre le monde musulman et le reste du monde. Depuis 2011, le gouvernement a commencé à militer pour une idéologie islamiste politique et s’est éloigné des discours modérés."


          • barkhane 30 novembre 2015 23:43

            Quand ton voisin te demande de payer pour te laisser tranquille on appelle cela du racket. Ici c’est un partenariat stratégique ou comment gagner du temps. L’Europe fait avec la Turquie, ce que la France a fait récemment avec le Maroc : gagner du temps. Qu’adviendra-t-il quand l’OTAN lâchera la Turquie quand les financeurs de Daech viendront faire joujou dans les rue de Washington ?

            La Turquie est le dernier domino mais ils ne le savent pas encore.

            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er décembre 2015 09:06

              @barkhane

              Je vais sans doute vous surprendre en vous disant que la Turquie ne redeviendra fréquentable et constituera un partenaire politiquement acceptable qu’à partir du moment où elle se dotera d’un gouvernement militaire restaurant un Kémalisme revisité, débarrassé de la composante islamique.

              Le sujet est très complexe. On lira ci-après une étude qui constitue une très bonne introduction à cette question.

              Balans Jean-Louis, « Armée et politique en Turquie ou la démocratie hypothéquée. », Pouvoirs 4/2005 (n° 115) , p. 55-72
              URL : www.cairn.info/revue-pouvoirs-2005-4-page-55.htm.
              DOI : 10.3917/pouv.115.0055.

              http://www.chris-kutschera.com/armee%20turque.htm


            • izarn 1er décembre 2015 01:14

              C’est simple, il faut quitter l’UE.
              Vouloir réformer l’UE est impossible.
              Donc on se casse.
              Point final.
              Justement que l’élècteur le comprenne.
              Nous avons de la chance car si la France sort de ce machin, tout le truc s’écroule comme une bouse de vache.
              C’est pour ça qu’il y a eu le 13 novembre.
              CQFD.


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er décembre 2015 09:08

                @izarn
                Effectivement.
                On imagine assez l’effet de souffle que représenterait un arrêt complet du dispositif initié par la France.
                Il faudrait agir brusquement. Tous les autres pays suivraient.


              • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 1er décembre 2015 08:36

                Le piège se referme sur les européens. Une fois dans la place, la Turquie va changer profondément le visage de l’Europe en lui imposant peu à peu l’islam comme religion d’état. Les accords passés ne sont qu’un leurre et Erdogan est parvenu à ses fins.
                (Ceci est un commentaire que j’ai fait sur un article du Figaro et qui a été refusé. Je le précise parce que dans peu de temps, il va falloir se regrouper et compter les nôtres).


                • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er décembre 2015 09:09

                  @Gilles Mérivac
                  Bonjour et merci pour votre commentaire.
                  Auriez-vous la gentillesse de le publier ici ?


                • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 1er décembre 2015 11:36

                  @Renaud Bouchard
                  Je me suis probablement mal fait comprendre. Le commentaire auquel je faisais allusion est le paragraphe qui n’est pas mis entre parenthèses.


                • zygzornifle zygzornifle 1er décembre 2015 08:36

                  avec tout ce pognon il va moderniser son armée .....


                  • zygzornifle zygzornifle 1er décembre 2015 08:38

                    on n’a plus qu’a migrer en Russie ......


                    • ZenZoe ZenZoe 1er décembre 2015 09:45

                      Ben voilà, on y revient. Alors qu’il faudrait faire exactement l’inverse ! Quand les Etats-Unis veulent quelque chose, ils finissent toujours par l’avoir. Il y a de quoi être complètement dégoûté. Le TAFTA et l’entré de la Turquie, l’Europe est pour ainsi dire morte.
                      A moins d’un sursaut des peuples ?


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er décembre 2015 12:02

                        @ZenZoe
                        « Le TAFTA et l’entrée de la Turquie, l’Europe est pour ainsi dire morte.
                        A moins d’un sursaut des peuples ? »

                        Le sursaut des peuples vient toujours, parfois très tardivement ou trop tard, enchérissant le prix à payer pour retrouver la liberté de vivre.

                        Qui s’intéresse au TAFTA ? Faites l’expérience dans votre entourage et vous verrez ce qu’il adviendra : à l’exception de ceux que la question intéresse déjà ce ne seront que baillements, incrédulité ou incompréhension.Les « Régionales », Spectre ou Stars War sont beaucoup plus intéressants.


                      • rotule 1er décembre 2015 14:54

                        Je suis d’accord pour dire qu’ll faut parfois exagérer ou gueuler pour ce faire entendre.
                        Mais il n’y a pas 66 millions de catholiques en France et il n’y a pas 79 millions de musulmans en Turquie.
                        Je revendique le droit, pour moi et pour les autres, d’être sans religion.

                        Et je revendique le droit, en tant que citoyen, de ne pas être confondu avec la poltique de l’état. Non, tous les allemands n’étaient pas nazis en 40, non tous les étatsuniens ne sont pas acéphales (certains sont même écolo !) et ainsi de suite.

                        Ces réserves faites, votre article, sur une politique qui se fait en douce, à l’insu du plein gré et du plein de communication au bon peuple est salutaire.


                        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er décembre 2015 16:03

                          @rotule

                          « Mais il n’y a pas 66 millions de catholiques en France et il n’y a pas 79 millions de musulmans en Turquie. »

                          Certes, mais en Turquie l’islam est la religion dominante : plus de 99 % des habitants de la Turquie sont issus d’une famille musulmane. Les trois quarts d’entre eux sont musulmans sunnites et un quart, alévis (une branche du chiisme). Les petites minorités, juives, chrétiennes, ne sont que des vestiges.

                          Ci-après une étude intéressante sur la question :
                          http://www.istanbulguide.net/istguide/people/religions/generalites.htm

                          Non seulement vous pouvez revendiquer le droit pour vous, pour quiconque, d’être sans religion, sans parti, sans foi (peut-être pas sans loi), et de ne pas être confondu avec la politique de l’État, mais encore je me félicite de ce que vous puissiez vivre dans un pays qui vous permet de le dire et de l’écrire ouvertement, librement.

                          En France, la question reste floue :
                          http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/01/21/que-pese-l-islam-en-france_4559859_4355770.html


                        • rotule 3 décembre 2015 14:57

                          @Renaud Bouchard
                          Vous devez (obligation et pas doute de ma part) être catholique et vos enfants, petits enfants ... xieme génération le seront aussi. C’est ainsi. Baptisés ou non, ils seront comptés parmi les fidèles de la religion qui domine ...

                          Et la loi sur la laïcité de l’État ne s’applique pas !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès