Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > 350 000 Algériens immigrés clandestins en France ?

350 000 Algériens immigrés clandestins en France ?

L’ambassadeur de France, M. Bernard Bajolet, a déclaré que les immigrés algériens en situation irrégulière seraient environ de 350 000 personnes. C’est une estimation inédite et qui vient bousculer tous les chiffres avancés par les uns et les autres.

 

Vrai chiffre ou arme de dissuasion massive ?

 

La déclaration de l’ambassadeur de France en Algérie sur le nombre des immigrés algériens en situation irrégulière en France, rapportée par le quotidien El Watan, dans son édition du 11 juin est, de toute évidence, à marquer d’une pierre blanche. A plus d’un titre ! L’ambassadeur, M. Bernard Bajolet, a en effet annoncé, en substance, que 350 000 Algériens environ vivent actuellement en situation irrégulière en France. Le terme "environ" n’enlève rien à l’importance du chiffre et n’a été probablement précisé que pour laisser une étroite marge d’estimation puisqu’il n’est question ni de 300 000 ni de 400 000 ni d’une fourchette qui se situerait entre les deux, mais bien d’un chiffre précis. Il est donc permis de penser qu’en l’absence d’une estimation qui se situerait entre un chiffre et un autre, l’ambassadeur s’est voulu concis, ne laissant planer presque aucun doute si ce n’est celui de cet "environ" qui ne pourrait, en l’occurrence, ne concerner quelques milliers de cas. Il est utile de préciser, par ailleurs, que ni l’ambassade ni une quelconque instance de l’Etat français n’a apporté de démenti ou de rectificatif à cette déclaration.

Même le Front national...

Pourtant, très étrangement, ce chiffre qui aurait dû avoir l’effet d’une bombe, n’a pas suscité de réactions notables, y compris de l’extrême droite française. Cette question des statistiques sur le nombre des immigrés clandestins en France est pourtant l’une des préoccupations majeures de la population française, le principal cheval de bataille de l’extrême droite et même, d’une façon plus ampoulée, de toute la droite. La déclaration de l’ambassadeur vient donc, sans plus de remous, de pulvériser toutes les records des estimations, jusqu’aux plus farfelues d’entre elles, y compris celles du Front national, qui avait tenté en vain, avec toute l’exagération et l’alarmisme qui le distinguent de faire accréditer le chiffre de 400 000 immigrés clandestins sur le sol français, toutes origines confondues. La seule estimation officielle du nombre probable des immigrés clandestins sur le sol français, très approximative, a été faite en mai 2005 par Dominique De Villepin, alors alors ministre de l’Intérieur qui avait parlé de 200 000 à 400 000 clandestins, en prenant soin d’exclure catégoriquement que cette estimation puisse être discutée à la hausse. La fourchette d’évaluation, large de 200 000 personnes, permettait de naviguer entre le minimum et le maximum d’un chiffre qui ne pouvait être qu’approximatif, puisqu’il s’agissait de clandestins, donc des personnes difficiles à cerner et qui échappent, de par leur situation même, à tout contrôle et à toute statistique fondée sur des données fiables.

Un ambassadeur considéré comme un initié des affaires franco-algériennes...

Or, voici qu’une personnalité française de premier plan, l’ambassadeur de France en Algérie, fin diplomate, connu pour son sens de la mesure autant, il faut le dire, que pour un franc parler qui a séduit les Algériens, qui a exercé des fonctions éminentes dont celle de directeur adjoint pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, mais aussi, il y a quelques années, celle de premier secrétaire à l’ambassade France en Algérie, ce qui fait de lui un initié des affaires algéro-françaises, et dont il ne viendrait à l’idée de personne de lui imputer une quelconque légèreté, vient donc, à un moment qui ne peut être fortuit puisqu’il précède de quelques jours la visite du chef de l’Etat français en Algérie, de jeter un si gros pavé dans la mare en déclarant posément que les immigrés clandestins en France, originaires de la seule Algérie, atteignent ou dépassent le chiffre de 350 000 personnes. C’est dire, en partant de ce constat chiffré, en spéculant un tant soit peu logiquement et en extrapolant sur les immigrés de toutes origines en situation irrégulière en France, dont la représentation est la plus visible, comme celle des autres pays du Maghreb, de l’Afrique sub-saharienne, de Chine et d’autres pays asiatiques, que le chiffre global de tous les sans-papiers doit dépasser allègrement la barre du million. Ceci en restant très prudent, puisqu’on partirait du postulat que les clandestins algériens représenteraient, à eux seuls, plus que le tiers de tous les sans-papiers de France. Or, selon toute vraisemblance, il n’y a aucun doute que les clandestins algériens ne représentent pas plus que le dixième de tous les sans-papiers de France. Auquel cas, s’ils sont au nombre de 350 000, le chiffre global de tous les immigrés en situation irrégulière sur le sol françis serait posément inenvisageable.

Pourquoi l’annonce d’une telle estimation ?

Ce chiffre de 350 000 étant très peu probable, on en vient à la question de savoir pourquoi ce grand diplomate, rompu aux relations très mouvementées de son pays avec l’Algérie, en serait-il venu à faire un tel constat. On en vient aussi, si tant est que cette déclaration a été intempestive, qu’elle a été mal comprise par le journaliste, ou qu’elle a été sortie d’un contexte statistique plus large, à se demander pourquoi l’ambassade ou d’autres responsables de l’Etat français n’ont pas démenti, ou du moins corrigé. L’ambassadeur persiste et signe. L’Etat français ne le contredit pas et l’Etat algérien fait mine de regarder ailleurs.

La France au secours de l’Algérie pendant les événements kabyles de 2001

Monsieur Bajolet s’est-il inspiré, pour une telle évaluation, sur des statistiques de l’ambassade, notamment sur le nombre des personnes ayant bénéficié d’un visa de séjour en France et qui n’ont plus quitté l’Hexagone ? Depuis quelle date ? Même si cela a été le cas, l’ambassadeur n’est pas sans ignorer qu’un nombre relativement élevé parmi ceux-ci a été régularisé. Tout comme il doit savoir que la France avait répondu favorablement à l’appel du pied du pouvoir algérien pendant les événements de Kabylie en 2001. A cette époque la Kabylie était en proie à de graves convulsions. Au bord de l’explosion généralisée. La confrontation avec le régime avait fait de nombreux morts et plusieurs centaines de blessés parmi les jeunes protestataires. Jamais, depuis l’indépendance du pays la situation en Kabylie n’a été aussi grave, aussi exacerbée. Sans aucune issue qui ne soit suicidaire pour le régime. Des signes d’extension de la crise faisaient leur apparition dans tout le reste du pays où des manifestations de jeunes éclataient spontanément. C’est alors, comme par un heureux hasard, que de nombreux jeunes Kabyles, plus de 100 000, purent obtenir leur visa pour la France. En l’espace de quelques mois. L’Algérie venait d’être délestée comme par miracle des jeunes parmi les plus frondeurs de la population kabyle. Privée de ses "trublions" les plus déterminés à en découdre, la révolte kabyle se dégonfla presque du jour au lendemain. Un grand nombre de ces "exfiltrés" de l’"amitié" françalgérienne fut régularisé. Ceux qui arrivèrent plus tard, à partir de 2003 et dont le nombre avoisinerait les 40 000 ont été déboutés. Une majorité d’entre eux ont rejoint les cohortes des sans-papiers. Ils représentent, à n’en pas douter, la proportion la plus importante des immigrés algériens en situation irrégulière. La moitié ou plus ! Une lecture des statistiques de l’OFPRA et de la commission de recours le montre assez clairement.

Les "Harragas" algériens sont très rares en France...

Il faut savoir, par ailleurs, que le nombre des immigrés clandestins algériens qui se sont introduit en France sans document de voyage, c’est-à-dire ceux qu’il est très difficile de quantifier, sont tres rares. Quelques centaines au plus ! Contrairement à leurs voisins marocains, dont la proximité avec les côtes espagnoles leur permet d’accoster en Europe via le détroit de Gibraltar. Les rares tentatives des Algériens candidats à l’émigration clandestine, les fameux "Harragas" qui tentent leur chance depuis les côtes algériennes et à destination du sud de la Sardaigne, de la Sicile ou de l’île de Lampedusa, à bord de fragiles esquifs se sont presque toutes mal terminées. Presque tous ces jeunes désespérés, dont les pathétiques tentatives ont été très médiatisées par la presse algérienne pour toute la détresse de la jeunesse algérienne qui s’exprime par ces évasions suicidaires de la mal vie et de la misère, ont été interceptés par les garde-côtes algériens ou rarement par les carabiniers italiens. Ceux qui ont réussi à franchir la méditerranée sans document de voyage et donc sans visa se trouvent plutôt en Italie qu’en France. Encore que la totalité de ceux-ci, presque tous interceptés par les carabiniers sur le sol italien, et donc identifiés et repertoriés, ne représentent quelques centaines.

La seule façon, par conséquent, d’évaluer d’une façon sérieuse le nombre des immigrés clandestins algériens en France se trouve dans le nombre de ceux qui ne sont pas revenus en Algérie après l’expiration de leur visa. Mais encore faut-il, ce qui n’est pas le cas, que l’ambassade de France en Algérie puisse disposer des statistiques françaises de tous ceux qui ont été régularisés, d’une façon ou d’une autre, qui ne sont donc plus des immigrés clandestins et dont beaucoup sont même devenus Français.

Baliser la visite de Sarkosy ?

Au regard de tout ce qui précède, il semble donc très peu probable que le nombre des clandestins algériens puisse avoisiner les 350 000 personnes. Voire même qu’il soit du tiers de ce chiffre ! Alors pourquoi l’ambassadeur de France a-t-il asséné une telle statistique ? Cela aurait-il un rapport avec la prochaine visite du chef de l’Etat français en Algérie ? Cherche-t-on à influer sur ce qui n’est rien d’autre qu’un rapport de forces ? A infléchir l’intransigeance des partenaires algériens qui campent opiniatrement sur leurs positions ? Serait-ce, en l’occurence, une sorte d’arme de dissuasion massive ? A l’occasion d’une visite très attendue de part et d’autre, où trois sujets parmi plusieurs tout aussi importants vont être abordés, comme celui du gaz algérien qui avoisine les 16 % des importations françaises en gaz, celui de l’Union méditerranéenne qui représente pour le président Sarkozy une future ligne force dans ses projets de politique extérieure et celui de la repentance de la France qui est devenu l’obstacle où viennent buter les meilleures volontés de part et d’autre. C’est, selon toute vraisemblance, l’explication la plus lisible de cette fracassante déclaration. Car si ce chiffre venait à être confirmé, voire seulement admis comme tel par le pouvoir algérien, cela voudrait dire que le chef d’Etat français dispose d’un atout décisif qui pourrait déstabiliser, jusqu’à un point difficile à imaginer, le pouvoir algérien. Une épée de Damoclès entre les mains du nouveau chef d’Etat français. On se laisse, en effet, aller à imaginer ce que pourrait être la situation en Algérie, qui est déjà au bord de l’explosion, si un grand nombre de jeunes algériens, qui ont tout risqué pour fuir leur pays, se trouvaient contraints à un retour forcé et massif dans ce qui est, pour eux, l’enfer qu’ils croyaient ne plus revoir. Mais pourquoi, même dans ce cas, avoir gonflé à outrance un chiffre qui de toute façon reste décisif ? Le pouvoir algérien sait très bien, de toute façon, qu’en expulsant vers l’Algérie ne serait-ce que le quart de tous ceux qui sont en situation irrégulière en France, la France provoquerait un cataclysme, dans une Algérie où il ne manque plus qu’une étincelle pour mettre le feu aux poudres. Mais le pouvoir algérien sait aussi, car il est loin d’être dupe, que la menace de recourir à une telle extrémité n’a aucune chance d’être mise en pratique. A moins d’une situation de confrontation extrême, ce qui est inenvisageable en l’état de la situation. La France ne dispose ni des moyens ni d’une quelconque latitude politique et encore moins morale, pour pouvoir mener une politique intense et contenue dans un temps relativement court d’expulsions massives d’immigrés clandestins vers leur pays d’origine. Alors, pourquoi cette estimation officielle des Algériens en situation irrégulière en France ? Pourquoi maintenant ? Quelles seront les positions de la France et de l’Algérie sur cette déclaration de l’ambassadeur de France ?

D.B


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • unepinuteàmerdre 3 juillet 2007 16:52

    il faudra refaire une évaluation pluri-dimensionnelle des plus-values apportées par les politiques d’immigration massive des dernières décennies.


  • tvargentine.com lerma 3 juillet 2007 11:57

    Si la politique d’immigration contrôlée avait été mise en place depuis 1981 nous aurions en France ,une autre forme d’immigration.


    • Bulgroz 3 juillet 2007 14:12

      Qui est Monsieur Benchenouf ?

      Les Algériens, entre autres peuples, savent que les généraux algériens ont acheté le silence de nombreux politiciens français pour pouvoir se livrer à un carnage indicible sur des populations civiles et même sur des citoyens français comme ils ont pillé et dévasté tout un pays.

      http://www.maisondesjournalistes.org/actu_clearstream.php

      Qui sont ces politiciens français achetés par des généraux algériens ? Qui sont ces citoyens français qui ont tout pillé ? On veut des noms et des preuves.

      Monsieur Benchenouf est un réfugié politique qui a choisi la France comme terre d’asile et qui conchie la France de l’avoir accueilli.


      • Bulgroz 3 juillet 2007 14:14

        Les Algériens et les Marocains, constituent deux des plus importants contingents d’immigrés en France, selon une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) citée par l’AFP.

        Sur les 4,9 millions d’immigrés recensés en 2004, l’étude de l’institut indique qu’un million et demi d’immigrés viennent du Maghreb, soit 220.000 de plus qu’en 1999, presque exclusivement des Algériens et des Marocains.

        Les 4,9% d’immigrés recensés en 2004, en France représentaient 8,1% de la population. La majeure partie des immigrants qui ont jeté leur dévolu sur ce pays, viennent d’Afrique ou d’Asie, selon cette même étude. Entre 1990 et 1999, date du dernier recensement, le nombre d’immigrants n’a augmenté que de 100.000 personnes passant de 4,2 millions à 4,3 millions. Mais les 5 années suivantes (99/2004), les chiffres semblent montrer un emballement, avec l’arrivée de 600.000 personnes supplémentaires.

        Néanmoins et selon l’auteur de cette étude, ces chiffres ne reflètent pas le nombre réel d’immigrés, puisque, dit-elle, le recensement de 1999 avait sous-estimé le nombre d’immigrés.

        Le recensement de 2004 a révélé que 1,7 million venaient des 25 pays de l’UE actuelle, comme en 1999. Seulement l’étude révèle une forte percée des Britanniques qui enregistrent la venue de 45.000 nouveaux immigrés. L’étude indique, en outre, que malgré un bond de 37% des Européens de l’Est (hors UE) par rapport à 1999, la part du Vieux Continent, parmi les immigrés ne cesse de baisser : de 57% en 1975, elle est tombée, 30 ans plus tard, à 40% .

        L’immigration en provenance du reste du monde totalise 1,4 million de personnes, 29% des immigrés (20% en 1999), un afflux dû essentiellement à l’Asie et à l’Afrique sub-saharienne dont les natifs, issus des anciennes colonies françaises, étaient 570.000 (+45% en 5 ans). D’autre part, l’étude relève un équilibre dans l’afflux des immigrants entre hommes et femmes. L’équilibre a été atteint, selon cette même étude, il y a 5 ans, conséquence du regroupement familial entamé dans les années 70. Parmi les 4,9 millions d’immigrés recensés, 2 millions (40%) ont acquis la nationalité française par mariage ou naturalisation. Une grande concentration d’immigrés soit 60% a été recensée dans les grands bassins urbains qui offrent des opportunités d’emploi à l’instar de l’Ile de France, où 1 habitant sur 6 est immigré. L’étude fait apparaître, enfin, une forte progression du niveau de formation des immigrants depuis 1982. Même s’il y a encore 41% d’immigrants âgés entre 30 et 49 ans qui détiennent, au mieux, un certificat d’études primaires, l’étude révèle, par contre, que près de 1 immigré sur 4 soit 24% détient un diplôme d’études supérieures. Cela s’explique, ajoute l’auteur de l’étude par l’arrivée de nouveaux migrants mieux formés. 33% de ceux installés en France depuis moins de 10 ans sont diplômés du supérieur, contre 27% arrivés, il y a 10 à 19 ans.

        Par Le Quotidien d’Oran

        Pour en savoir plus, consulter l’etude de l’INSEE

        http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1098/ip1098.html


      • Bulgroz 3 juillet 2007 14:41

        Presse locale du 3 Juillet 2007 : Il a frappé sa compagne, tenté la strangulation, multiplié les menaces et pris la fuite en extorquant voiture et 30000 Euros.

        L’homme a été repéré et bingo, l’homme était connu sous 2 identités, la 2ième n’était pas à son avantage, avis de recherche dans le Var pour une interdiction de territoire.....Algérien d’origine...

        et des comme ça, il y en a des dizaines dans la presse tous les jours.

        Etes vous d’accord, Monsieur Benchenouf ou bien allez vous nier comme toute dans bonne presse algérienne ?


      • D.BENCHENOUF 3 juillet 2007 15:18

        Vous êtes en train de vous forger une réputaton dans les forums d’AGORAVOX. Vous allez devenir la terreur des arabo-musulmans qui ont l’audace de se manifester dans cet espace de liberté. Le Dieu vengeur des Français de contrefaçon. De ces derniers à être montés dans le bus et qui donnent des ruades à tous ceux qui arrivent derrière eux. Sauf que derrière ce pseudonyme derrière lequel vous vous cachez, et cette haine qui suinte des mots grossiers dont vous nous gratifiez, de ces autres pseudonymes que vous utilisez pour vous répondre à vous même et autres techniques qu’on trouve dans certains forums je devine bien des choses.

        Si vous vous appliquiez plus à ce que vous lisez vous comprendriez que ce sont les généraux algériens qui ont pillé l’Algérie et non ces « citoyens français » que vous m’inventez. Quand aux complicités des généraux parmi des personnalités politiques françaises, qui ont permis qu’un véritable carnage se commette à huis clos, et dont le monde entier sera horrifié le jour où il découvrira l’ampleur de ce qui s’est réellement passé, je persiste et je signe. En ecrivant cela, comme nombre de mes compatriotes et comme nombre d’intellectuels français qui tentent de briser la chape de plomb qui pèse sur cette immense tragédie, je n’insulte en rien la France qui m’a accordé l’asile. Il est inutile de prendre ce ton de maitre d’école pour me demander des noms. Cela ne va pas du tout à votre style. Puisque les maîtres d’école, Français de surcroît, sont naturellement bien élevés, paraît-il. D.B


      • Bulgroz 3 juillet 2007 15:29

        Monsieur Benchenouf,

        « Les Algériens, entre autres peuples, savent que les généraux algériens ont acheté le silence de nombreux politiciens français pour pouvoir se livrer à un carnage indicible sur des populations civiles et même sur des citoyens français comme ils ont pillé et dévasté tout un pays. »

        C’est ce que vous avez écrit, n’est ce pas ?


      • fouadraiden fouadraiden 3 juillet 2007 20:53

        salam à toi ,et courage contre le racisme madie in France.

        tu vois combien ils sont intolérants nos comptriotes.t’inquiiète ,mais espérons seulement que ceux avec qui vous parlez sont de vilains vieux avec la mémoire du siècle passé.la terreur arabe ça les a tellement marqué qu’on pourrait presque comprendrela rage qui les anime des lors quon aborde ce tupe de questions.

        de toute façon ils n’ont plus le choix.le Magrheb leur colle au derrière avec une démographie explosive.

        je souhaite néanmoins la bienvenue à tous nos frères, qui souffrent de l’autre côté du bassin Méditerranéen.qu’ils viennent,les Hommes sont libres et 130 ans de colonisation doiVvent avoir un coût.

        Vive l’immigtation,magrhébine


      • Charles le MARTEL 4 juillet 2007 10:01

        cet exogène primitif oublie que pendant la période colonialiste ( que je n’admets cependant pas ) le maghreb et l’Afrique étaient des pays en voie de développement et relativement riches. « La valise ou le cercueil » a mis dehors les Européens et les indigènes ont été incapables de reprendre en mains leurs pays.Trop feignants ! et le terme est faible ! Ils préfèrent venir piller la FRANCE à laquelle il a fallu 2000 ans pour se construire.Plutôt que d’éructer sur les forums, allez donc développer votre pays d’origine et gardez votre souffle pour courrir, vous allez en avoir besoin ! http://agoravox.fr/smileys/mort_de_rire.png http://agoravox.fr/smileys/mort_de_rire.png


      • luklamainfroide 4 juillet 2007 17:57

        des conneries raciste j’en ait lut mais vous faite fort !!!!


      • Bea 4 juillet 2007 19:19

        Ces commentaires de bulgross et de ses satellites sont horribles. Qui sont ces gens qui infestent tous les forums d’AV et qui crachent ainsi leur venin. Pourquoi avancent ils masqués et pourquoi une telle islamophobie et un tel racisme ? Le plus curieux est qu’ils maitrisent très mal la langue francaise. Qui sont-ils ? Dites le nous Monsieur bulgross. B.M


      • Bulgroz 4 juillet 2007 19:45

        Bea,

        je n’ai fait que reproduire des documents venus d’ailleurs, un compte rendu d’audience, un article d’un journal algérien....

        Rien n’est de moi, voyez vous, il serait bon que vous vous renseignez avant de parler.


      • Bea 4 juillet 2007 22:24

        Mmmm ! C’est trop méchant et trop provocateur ça ! Cousu de fil blanc. Vous ne feriez pas ce genre de commentaires pour titiller les gens par hasard ? Si vous le faites pour susciter la haine contre les maghrébins, en vous faisant passer pour un maghrébin, c’est que vous prenez tous les gens qui fréquentent AV pour des imbéciles. Mais si vous pensez vraiment ce que vous ecrivez, alors vous ne servez pas les vôtres. Vous faites comme ces jeunes cons des banlieues qui ne savaient pas qu’en mettant le feu, c’était Sarkozy qu’ils insatallaient à l’Elysée. Dans ls deux cas, vos commentaires sont à côté de la plaque. B.M


      • un beurre 21 janvier 2008 12:29

        je voudrais repondre a cette chere personne qui estime que nous somme des flemards, je voudrais vous rappeller que votre si jolie france a été bati par une main d’oeuvre essentiellement maghrébine, j’en veux pour preuve les cités construite en banlieu pour mieu parqué les étrangers et leurs rejetons, sans oublier ces flémard (dire de monsieur, car je rends un vibrant homage au milliers de personnes étrangère mortes sur le champs d’honneur pour libérer cette douce france), au premier fronts alors comment voulez vous un devellopement, je parlerais pour l’algérie 132 ans et bien mis a part stopper le devellopement et pomper les richesse quoi d’autre ou es donc la gratitude et bien chers lecteurs vous l’avez un mots FLEMARDS


      • marcel 3 juillet 2007 14:37

        Nous avons l’immense plaisir quotidiennement renouvelé d’accueilir en europe le trop-plein démographique de pays africains incapables d’enrayer la natalité excessive et irresponsable de leurs habitants.


        • snoopy86 3 juillet 2007 14:40

          Compte-tenu de la proximité de l’Algérie et des bonnes relations que nous entretenons avec son gouvernement, le retour de ces 350.000 immigrés illégaux devrait pouvoir s’organiser rapidement et dans des conditions humaines.


          • Bulgroz 3 juillet 2007 14:44

            Presse algérienne : Algérie : des journalistes interdits de sortie du territoire, d’autres interdits d’entrée

            http://www.hns-info.net/article.php3?id_article=9434


          • Bulgroz 3 juillet 2007 14:45

            Le célèbre comédien franco-marocain, Jamel Debbouze, a essuyé une fin de non-recevoir à sa demande de visa d’entrée en Algérie

            http://www.afrik.com/article10508.html


          • Bulgroz 3 juillet 2007 14:48

            Tribunal de Lyon, comparution immédiate du 27/11/2006

            Mr M., algérien, un peu moins de 50 ans, pas d’adresse puisque pas autorisé au séjour sur le territoire.

            14h22

            Le tribunal n’a pas l’honneur de vous connaître l’accueille le juge, un peu déçu de ne pas recevoir de star plus souvent.

            A Caluire, le 25/11/2006, en qualité d’étranger sous le coup d’une interdiction de séjour de 10 ans sur le territoire français, vous avez renouvelé votre présence. Vous risquez une peine de 3 ans d’emprisonnement et de 10 ans d’interdiction de séjour sur le territoire national.

            A Lyon le 16/09/2004, vous avez été condamné à 3 ans d’emprisonnement pour une infraction à la législation sur les stupéfiants et à 10 ans d’interdiction de séjour, pour séjour irrrégulier sur le territoire.

            A votre sortie de la prison de St Quentin Fallavier, le Préfet de l’Isère avait chargé les gendarmes de mettre à éxécution l’arrêté d’expulsion vous concernant. Les gendarmes vous attendaient et vous avez été envoyé au centre de rétention de Satolas puis, le 17 mai, mis dans un avion vers l’Algérie avec une interdiction de séjour sur le territoire Français pour 10 ans.

            Vous êtes revenu en France alors que vous n’aviez pas le droit ; votre petit manège (voyage Algérie/France/Algérie/France) aurait pu durer longtemps si un conducteur de bus n’avait signalé à la police un homme en train de se masturber dans une cabine téléphonique. Les policiers sont arrivés sur place, vous avez été interpellé et ils ont relevé votre situation de séjour irrégulière.

            Pourquoi être revenu en France, après votre expulsion ?

            - Pour voir ma femme et mes enfants qui vivent en France.

            Vous avez pris un coup de pied au derrière et vous décidez quand même de revenir ! La seule méthode légale pour revenir est de demander au ministre de l’intérieur une dérogation vous autorisant au retour ( !).

            Comment êtes vous revenu ?

            - Je suis revenu en bateau il y a un mois.

            Vous êtes retourné en Algérie au mois de mai, et entre le mois de mai et le mois de novembre vous n’avez pas réussi à vous adapter en Algérie ? Vous avez de la famille la-bàs !

            - Non, mes parents sont morts.

            Comment êtes vous revenu en France sans passeport ?

            - Je suis parti d’Oran jusqu’à Marseille (le prévenu ne comprend pas bien les questions du juge et ce n’est pas la première fois depuis le début du procès). Je suis marié depuis juin 2000 et j’ai deux enfants de 5 et 4 ans et demi.

            C’est bien à vous ?

            - ...

            Est-ce que ce sont bien vos enfants ?

            - Oui...je suis le père légitime et il fait le geste pour désigner sa famille dans la salle.

            Quoi faire de vous ?

            - Je n’ai rien fait monsieur, ce n’est pas moi qui était dans la cabine téléphonique.

            Qui ne me dit pas qu’il peut y avoir des écarts de conduite sur vos enfants (parfois je me demande si le juge et l’avocat ont les mêmes dossiers sous les yeux, attendez la plaidoirie de l’avocat). Il faut faire votre demande de retour sur le territoire comme il se doit, c’est à dire auprès du ministre de l’intérieur ( !). Vous risquez trois ans d’emprisonnement !

            Le procureur

            L’attitude du prévenu nous montre qu’il a compris qu’il fallait s’entêter ! S’entêter, s’entêter et obtenir quelque chose ! Quelles que soient les condamnations pénales, il veut rester en France !

            Il veut rester en France parce que sa famille y est, famille avec une fille handicapée. Sa fille est handicapée et cela aide beaucoup pour le trafic du père ! (Le procureur est tellement odieux qu’on n’ose plus comprendre ce qu’il dit, il parle maintenant de l’infraction à la législation des stupéfiants datant de 2004 et insinue que sa fille handicapée lui aurait servi de couverture à cette époque).

            La seule solution monsieur le Président : s’il lui est interdit de séjour sur le territoire national, sa famille elle, n’est pas interdite d’absence sur le territoire, c’est que toute sa famille le rejoigne en Algérie.

            Le prévenu a saisi la cour de cassation pour son dossier ; celle-ci a rejeté sa demande. Quel est le rôle d’un juge pénal ? D’énoncer purement des abstractions (la loi) qui n’ont aucun reflet matériel (le prévenu revient en France) ? Non. Si il y a des considérations vaguement humanitaires, on peut en faire abstraction.

            Je requiers 10 mois de prison ferme.

            L’avocat

            Je ne suis pas d’accord avec les réquisitions du procureur qui affirme qu’on peut faire abstraction de considérations vaguement humanitaires ! Au contraire ! Pour ce dossier, on ne peut pas faire abstraction du milieu social et familial du prévenu.

            Si mon client revient en France c’est parce que sa femme et ses enfants vivent ici ; sa femme est en France depuis 30 ans et ça n’est pas facile pour elle de prendre la décision de quitter la France.

            Ce n’est pas une fille handicapée, mais un GARCON, handicapé, de 5 ans qui ne parle pas et ne marche pas, et en plus il a une fille de 4 ans. Ce n’est pas convenable d’évoquer dans ce procès une utilisation du handicap de son fils dans le cadre de l’infraction à la législation sur les stupéfiants de 2004 ; et mon client a déjà été jugé et a purgé une peine pour ce délit.

            Enfin monsieur le président, l’enquête policière nous apprend quele chauffeur de bus qui a appellé la police n’a pas reconnu Mr M. comme étant la personne qu’il avait vu dans la cabine. Il ne doit pas être jugé pour cette histoire et la question des écarts de conduite n’est pas à propos. Je vous demande de réduire au maximum la peine d’emprisonnement.

            14h42 : Délibéré

            Monsieur M., le tribunal vous a reconnu coupable du délit reproché, vous avez pénétré sur le sol français malgré une interdiction de séjour : vous êtes condamné à 8 mois de prison ferme avec mandat de dépôt (le prévenu est immédiatement emmené en prison).

            L’interdiction de séjour de 10 ans a déjà été prononcée et mise en application il y’a 6 mois lors de la précédente audience (en 2004).

            A votre sortie de prison vous serez conduit en centre de rétention puis embarqué dans un avion et reconduit à la frontière algérienne ; et si vous réessayez de venir en France, vous vous ferez casser les reins...

            http://rebellyon.info/article2869.html


          • Bulgroz 3 juillet 2007 14:51

            Conseil de voyage en Algérie par le ministère des affaires étrangères : Dernière Minute 3/7/2007 HAUT DE PAGE

            http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/pays_12191/algerie_12196/index.html

            A la suite des attentats meurtriers à la voiture piégée survenus le 11 avril à Alger, sont déconseillés dans l’immédiat les voyages à caractère non indispensables à Alger. Pour les ressortissants se trouvant actuellement dans la capitale algérienne, il est recommandé de limiter les déplacements en ville au strict nécessaire et de faire preuve d’une grande vigilance.

            Les déplacements à caractère professionnel peuvent être maintenus, de même que les voyages dans le reste du pays, en suivant avec une extrême précaution les consignes de sécurité ci-dessous.


          • Bea 4 juillet 2007 23:04

            C’est beaucoup de travail que vous faites là, Monsieur bullgross. Merci de nous consacrer tout votre temps.


          • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 3 juillet 2007 15:21

            L’article dit que le FN n’a pas réagit ...

            Mais est-ce que les réactions du FN ont été relayées par la presse ??? Là devrait être la question.

            Car si on prend en compte de tel chiffre, cela mettrait à mal les dires de notre ancien ministre de l’intérieur, qui avait fait de la lutte contre l’immigration clandestine, l’un de ses cheval de bataille.


            • Bulgroz 3 juillet 2007 16:30

              Monsieur Benchenouf,

              Vous écrivez ce que vous voulez, quand vous le voulez et où vous le voulez.

              Vous contestez le chiffre avancé par l’ambassadeur de France en Algérie, c’est votre droit.

              Avancez vous une source pour le contester. Non, vous faites un long laïus non étayé où, entre autres, vous doutez que l’ambassadeur ait les bonnes sources pour avancer ce chiffre.

              Vous croyez donc qu’un ambassadeur de France a moins de source que vous ?

              C’est quoi vos sources ?

              Monsieur l’Ambassadeur de France serait intéressé et sera heureux de corriger aussi tôt qu’il en aura été informé.


              • N.E. Tatem N.E. Tatem 3 juillet 2007 17:23

                Bonjour à tous.

                A mon humble avis, le chiffre avancé par le diplomate nouvellemement débarqué à Alger et au parfum des relations entre les 2 pays et les 2 peuples est relativement exacte. OUI IL Faut RELATIVISER, vous verrez plus bas POURQUOI.

                Il y aurait quelques 300.000 algériens sans papiers mais certains ont le droit d’y être pour une raison d’accompagnement de malades. Surtout les épouses de retraités, très vieux et malades dont les maris d’âges avancés aussi, pour leurs venir en aide puisqu’ils souffrent de pathologies de fins de vie et surtout venant en conséquence d’activités professionnelles. Je préciserai à ce propos, pour ceux qui ne le savent pas, que la CAF (caisse des allocations familiales) tient compte dans ses calculs des prestations les droits de l’épouse même si elle n’a pas de titre de séjour pourvu qu’elle soit présente sur le sol français MAIS Pas les enfants. Ce qui n’est nullement pas un paradoxe, à moins que la solitude de l’exil ne devienne une prison ou une relégation.

                Cependant, je tiens à souligner que la présence des immigrations en France est traitée dans les statistiques officiels d’une manière globale. D’ailleurs ce qui ressort dans le statistique cité par l’un des particpants au forum avec ce lien ramenant à une enquête de l’INSEE -URL- [http://www.insee.fr/fr/ffc/ipw... ] En effet consulter ce lien et vous verrez qu’aucune nationalité quelconque n’est identifiée, particulièrement dans ce dernier statistique. Et la France, pays d’accueil, a raison de ne pas mettre au devant une nationalité. Ce qui reflèterait une action disparitaire, à l’heure où la question des discriminations (Diverses formes et contenus) constitue une honte pour un pays se disant avancé et dont la civilisation marque l’humanité.

                Par contre en 2002, un statistique de l’INSEE a été diffusé concernant les titres de séjours délivrés par les préfectures. Toutes les institutions et personnalités s’attendaient à voir les algériens en tête. Je souhaite que le statistique n’est pas effacé des données de l’INSEE afin que les gens le consultent particulièrement les partenaires de ce forum.

                Le résultat a étonné : - 517000 portugais, 503000 marocains et 497000 algériens. En effet les portugais sont une minorité INVISIBLE mais ce sont les plus nombreux des imigrés ETONNANT, NON ?! Question d’apparence et de visibilité.

                Outre la présence des accompagateurs de malades qui sont quelques dizaines de milliers, les épouses et le flux des déplacements en les 2 pays... on peut voir les SANS-PAPIERS AGERIENS de 200 à 300.000. Là est la relativité.

                On peut cependant et certainement considérer les algériens comme les plus nombreux en France d’une manière légale du fait de la double nationalité qui est reconnue par les constitutions des 2 pays. Les constitutions des 2 pays et les accords d’Evian en fixent les règles.

                Bouteflika projette de retirer la nationalité aux algériens détenteurs de la française. L’information est authentique. Il ne l’a pas dit directement. Son chef du gouvernement le plus médiocre Belkhadem a balancé ce projet quand la France a eu la coupe du monde de football et quand la polémique, aveugle aussi bien du côté algérien que français, sur l’effet positif de la colonisation dont la loi a été bien défendue par SARKO, battait son plein. Ce que Bouteflika a dit sur Zizou alors qu’il était en visite à Londres 2 jours après la coupe rafflée par la France, Zidane est français... je n’ai rien à dire, il n’est pas algérien. Plus tard il lui accroché sur la poitrine la plus importante médaille d’honneur algérienne quand Zizou a visité le village de ses parents.

                Je tiens à redire que le statistique des titres de séjour place les algériens après les marocains et en tête les portugais. Pour mon compte personnel je dirais qu’il y aurait certaienement de 350 à 400.000 marocains clandestins en France. L’auteur de l’article a soulevé la mitoyenneté ou la facilité d’accès par Gibraltar et Melila. Comme il est connu les marocains sont plus présent en Espagne, en Hollande, en Italie... et sans aucune régularité.

                Cordialement.


                • Bulgroz 3 juillet 2007 17:38

                  Monsieur Tatem,

                  Le lien « Insee » était donné par et compris dans l’article du quotidien d’Oran lui même.


                • sam.stra 3 juillet 2007 19:01

                  @ seb59

                  Comment peux-on écrire une chose aussi écoeurante ?!

                  1. la majorité des français d’origine maghrébine n’est certes pas « invisible » (faciès oblige), mais bien intégrée. c’est peut-être ce qui dérange car il est moins facile de les montrer du doigts, de les stigmatiser.

                  2. Votre raccourci de l’esprit en dit long sur vous cher seb59 ; on comprend que la différence vous gêne et donc que la généralisation vous arrange.

                  sam.stra


                • N.E. Tatem N.E. Tatem 3 juillet 2007 18:53

                  Bonjour.

                  Je réponds aux 2 derniers messages de ce forum.

                  Le quotidien d’Oran n’est pas le prohète statisticien. En cliquant sur le lien en question, il n’y a aucune lecture sur le nombre de présents d’une nationalité donnée. Origine africaine, maghrébine, européenne... etc. SI ! SI, OK !

                  Les portugais n’ont pas besoin de s’intégrer. D’ailleurs les sociologues le disaient sur les italiens, portugais, espagnols... qui étaient émigrants comme les ressortissants des anciennes colonies françaises. En matière d’intégration réussie, on ne peut les condidérer des exemples car beaucoup (La forte majorité) sont revenus à leurs patries respectives qui ont connu de réels progrès économiques etc. Ils avaient plus de moyens que ceux qui n’étaient venus en France pour vivre décenment.

                  On intègre pas une nationalité, mais une culture du point de vue civilisation. L’intégration pose les points du comportement, de la participation... Si les portes sont ouvertes dans la société d’accueil.

                  Je peux partager avec vous que les africains, maghrébins et d’autres encore... ne font pas l’effort -même aucun- d’intégration qui n’a rien à voir avec un changement de religion mais de tenue vestimentaire, entre autres comportement comme statut de la femme par exemple, SI ! Du moins c’est mon point de vue. L’apparence chez les portugaisES (femmes) et le foulard chez la femme musulmane, explique le retard d’intégration de cette dernière.

                  Je dirai que le refus d’intégration qui est nullement pas une aliénation de sa culture, est un esprit dangereux et conquérant. Il est même à la source de certaines violences. C’est une chance de rejoindre les modes de vie avancés que l’intégration apporte à l’individu. Ce dernier risque de s’égarer dans la violence en ayant pas d’arguments de vivre en équilibre avec son environnement.

                  Cordialement.


                  • Bulgroz 3 juillet 2007 18:55

                    Très bien dit, argothème.


                  • polo 3 juillet 2007 21:46

                    « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire. »

                    Houari Boumedienne, président algérien, discours à l’ONU en 1974.

                    Voilà pourquoi je pense que le combat a déjà commencé... Mais face a l’envahisseur il n’y aura pas de pitié !

                    « La valise ou le cercueil », vous vous souvenez, messieurs ?


                    • sam.stra 3 juillet 2007 22:07

                      @polo

                      « Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. »

                      Qui connait aujourd’hui Boumehdienne ? En tout cas, pas « leurs fils ».

                      Pourquoi penser qu’un communautarisme primaire est à l’oeuvre là où seule la volonté de n’être qu’un parmi d’autres prévaut ?

                      sam.stra


                    • Stephan Hoebeeck Stephanesh 14 août 2007 04:17

                      ? ??? ??? ????? ?? ???? ??? ??????


                    • idyllique 3 juillet 2007 22:03

                      Il entre en France entre 100 000 et 350 000 sans papier chaque année en France... alors faites vos calculs... Peut-être qu’avec ce nouveau quinquennat, nous arriverons à avoir une vraie politique d’immigration sur nos territoires. Depuis les années 50, nous laissons entrer n’importe qui, n’importe comment... Evidemment à l’époque nos usines fonctionnaient à plein régime... ces populations sont restés et se sont intégrés sans problème. Hélas, aujourd’hui, plus rien ne va... nous nous apercevons un peu tard que les nouvelles populations posent des pb insolubles en raison des crises économiques, sociales, existentielles et que notre générosité sociale encourage tous les peuples de la terre qui ne trouvent pas leur compte chez eux à venir par tous les moyens illégaux s’entasser dans nos banlieues et vivre des allocations et de la générosité publique alors que nous n’avons plus de travail à offrir. Mais voilà, jusqu’au 16 mai il était interdit de dire tout haut tout ceci ! La France n’a pas à accueillir à ses dépens tous les laissés pour compte des pays en déshérance qui préfère encourager leur peuple à émigrer en pays de cocagne plutôt qu’à mettre en place de vrais politiques démocratiques et de modernisation de leur Etat !


                      • Hakan 6 juillet 2007 14:14

                        @ Bulgroz :

                        « Les Algériens, entre autres peuples, savent que les généraux algériens ont acheté le silence de nombreux politiciens français pour pouvoir se livrer à un carnage indicible sur des populations civiles et même sur des citoyens français comme ils ont pillé et dévasté tout un pays. »

                        — -> Oui en langue française, cela signifie que des généraux ont pillé l’Algérie ( vrai là encore ), ont tué des civils français ( ce qui est vrai )et pour mener leurs opérations à bien, ont acheté des hommes politiques français ( là j’avoue ne pas savoir )...

                        — -> Par conséquent votre "Qui sont ces politiciens français achetés par des généraux algériens ? Qui sont ces citoyens français qui ont tout pillé ? On veut des noms et des preuves.

                        Monsieur Benchenouf est un réfugié politique qui a choisi la France comme terre d’asile et qui conchie la France de l’avoir accueilli."

                        ... ,n’ a pas lieu d’être puisqu’il repose sur une mauvaise compréhension du passage cité. smiley

                        « Vous croyez donc qu’un ambassadeur de France a moins de source que vous ? »

                        Le sieur Benchenouf explique son opinion et invoque une source : l’OFPRA. Mais je note que vous contestez le chiffre avancé par le Ministère de l’Intérieur ( ie entre 200 000 et 400 000 de clandestins ) mais avez-vous des sources pour justifier cette contestation, autre que la ritournelle du « cédelapolitikécépab1paskecétrukéésarkocé1vilungauchopabôécé1fisdimmigrayentinassionaleuh » ? smiley

                        Cela dit, je ne comprends pas trop bien pourquoi personne n’utilise les stats des bénéficiaires de l’AME pour se faire une idée du nombre de clandestins ( au moins un chiffre-plancher parce que tous n’utilisent pas l’AME ) plutôt que d’épuiser sa salive et d’user ses doigts dans d’éprouvantes discussions sur le sexe des anges... smiley

                        J’avais cependant lu un rapport du Sénat affirmant que 600 000 clandestins étaient présents sur le sol français fin 2006.

                        On dirait des Kémalistes et des Islamistes parlant de la Turquie ou pour utiliser une vision plus familière : des dreyfusards et des antidreyfusards à propos du Capitaine Dreyfus... smiley

                        Amicalement,

                        Hakan


                        • Hakan 6 juillet 2007 14:30

                          Vu sur algeria watch : http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/france/ambassade_succession.htm

                          « En pleine polémique sur la loi du 23 février qui glorifiait le colonialisme, il n’avait pas hésité à se rendre à Sétif, pour dénoncer des actes colonialistes. »

                          Un gauchiste repentant partisan de la politique arabe de la France, soutenu par la « droite nationale », cela ne manque pas de piquant ! smiley

                          Le camarade Bajolet n’essaierait-il pas de nous vendre une régularisation massive au double-motif de la repentance et du nombre « important » de personnes vivant dans des conditions « insupportables » et ce alors que la France est « la Patrie des droits de l’Homme » ( of course ).

                          Bref à méditer,

                          Cordialement,

                          Hakan


                          • bidule 16 octobre 2008 17:47

                            Relax, monsieur le journaliste ! Si un seul doit rester et les autres renvoyés chez eux, vous serez celui-là !
                            Ben, avec un nom pareil ! Votre aïeul, feu Bachagha Benchenouf avait failli mettre le feu aux poudres, ce 27 février 1951 ! Relevé sur le site du journaliste :

                            Dis donc Djameleddine, es-tu le fils ou le neveu du Bachagha Benchenouf ? Si c’est le cas, bienvenue dans le club des fils de Bachaghas !

                            http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=119

                            Pendant la crise ouverte le 27 février par la chute du gouvernement, le secrétaire d’État socialiste Eugène Thomas lui demanda de lever une sanction qu’il avait prise contre l’administrateur de la commune mixte de Khenchela, Charles Laussel, pour avoir faussé les élections à l’Assemblée algérienne afin de faire élire frauduleusement  le bachaga Benchenouf, député apparenté au MRP 

                            Adm : Oui, Monsieur. El Hachemi Benchenouf est un oncle de mon pere. Je vous invite à lire ses discours contre le colonialisme et sur l’oppression des petits fellahs par les colons. Son pere Ali Bey a été assassiné par le colon Sarail. Je vous signale que El Hachemi, connu pour être un ami de Ferhat Abbas et ennemi juré de la ligue coloniale a failli être lynché le 02 novembre 1954 par les ultras colonialistes de Khenchela. Il a été “banni ” vers la métropole et ne put revenir en Algérie qu’en 1962.D.B

                            Mr B.D, vous avez de qui tenir ! Heu...ces passages donnés sur le lien ci dessus, ont été effacés du site, par Mr B.D qui connait son affaire ! Mr B.D, vous avez de qui tenir !

                            Un tissu de mensonge que voilà ! Nous savons ce que Bachagha veut dire...
                            Ferhat Abbas était avec le MTLD, c’est à dire de l’autre côté de la barrière !
                            Le deuxième collège !
                            Quant au Sieur Bachagha, le vilain ! Il a essayé de se faire élire frauduleusement à l’assemblée algérienne ! Quelle indélicatesse !
                            C’était l’ami de

                            JACQUES CHEVALLIER (1911-1971 ) Maire très contesté d’Alger !

                            (Renvoi 7) Jacques Chevallier, secrétaire d’Etat à la Guerre du gouvernement Mendès France, n’avait pas de secrets pour son vieil ami musulman, le sénateur Benchenouf de Kenchela. Ce dernier, prudent, jouait sur les deux tableaux, France et F.L.N...

                            http://pagesperso-orange.fr/leclossalembier/jChevallier.html


                            JACQUES CHEVALLIER

                             


                            • bidule 16 octobre 2008 18:07

                              Relax, monsieur le journaliste ! Si un seul doit rester et les autres renvoyés chez eux, vous serez celui-là !
                              Ben, avec un nom pareil ! Votre aïeul, feu Bachagha Benchenouf avait failli mettre le feu aux poudres, ce 27 février 1951 !
                              Relevé sur le site du journaliste : 

                              Dis donc Djameleddine, es-tu le fils ou le neveu du Bachagha Benchenouf ? Si c’est le cas, bienvenue dans le club des fils de Bachaghas ! 

                               Pendant la crise ouverte le 27 février par la chute du gouvernement, le secrétaire d’État socialiste Eugène Thomas lui demanda de lever une sanction qu’il avait prise contre l’administrateur de la commune mixte de Khenchela, Charles Laussel, pour avoir faussé les élections à l’Assemblée algérienne afin de faire élire frauduleusement le bachaga Benchenouf, député apparenté au MRP

                              Adm : Oui, Monsieur. El Hachemi Benchenouf est un oncle de mon pere. Je vous invite à lire ses discours contre le colonialisme et sur l’oppression des petits fellahs par les colons. Son pere Ali Bey a été assassiné par le colon Sarail. Je vous signale que El Hachemi, connu pour être un ami de Ferhat Abbas et ennemi juré de la ligue coloniale a failli être lynché le 02 novembre 1954 par les ultras colonialistes de Khenchela. Il a été “banni ” vers la métropole et ne put revenir en Algérie qu’en 1962.D.B

                              Mr B.D, vous avez de qui tenir ! Heu...ces passages donnés sur le lien ci dessus, ont été effacés du site, par Mr B.D qui connait son affaire ! Mr B.D, vous avez de qui tenir !

                              Un tissu de mensonge que voilà ! Nous savons ce que Bachagha veut dire...
                              Ferhat Abbas était avec le MTLD, c’est à dire de l’autre côté de la barrière !
                              Le deuxième collège !
                              Quant au Sieur Bachagha, le vilain ! Il a essayé de se faire élire frauduleusement à l’assemblée algérienne ! Quelle indélicatesse !
                              C’était l’ami de JACQUES CHEVALLIER (1911-1971 ) Maire très contesté d’Alger !

                              (Renvoi 7) Jacques Chevallier, secrétaire d’Etat à la Guerre du gouvernement Mendès France, n’avait pas de secrets pour son vieil ami musulman, le sénateur Benchenouf de Kenchela. Ce dernier, prudent, jouait sur les deux tableaux, France et F.L.N...

                              http://pagesperso-orange.fr/leclossalembier/jChevallier.html


                               

                               

                               


                              • bidule 16 octobre 2008 18:11

                                Relax, monsieur le journaliste ! Si un seul doit rester et les autres renvoyés chez eux, vous serez celui-là !
                                Ben, avec un nom pareil ! Votre aïeul, feu Bachagha Benchenouf avait failli mettre le feu aux poudres, ce 27 février 1951 !
                                Relevé sur le site du journaliste :

                                Dis donc Djameleddine, es-tu le fils ou le neveu du Bachagha Benchenouf ? Si c’est le cas, bienvenue dans le club des fils de Bachaghas !

                                Pendant la crise ouverte le 27 février par la chute du gouvernement, le secrétaire d’État socialiste Eugène Thomas lui demanda de lever une sanction qu’il avait prise contre l’administrateur de la commune mixte de Khenchela, Charles Laussel, pour avoir faussé les élections à l’Assemblée algérienne afin de faire élire frauduleusement le bachaga Benchenouf, député apparenté au MRP

                                http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=119

                                Adm : Oui, Monsieur. El Hachemi Benchenouf est un oncle de mon pere. Je vous invite à lire ses discours contre le colonialisme et sur l’oppression des petits fellahs par les colons. Son pere Ali Bey a été assassiné par le colon Sarail. Je vous signale que El Hachemi, connu pour être un ami de Ferhat Abbas et ennemi juré de la ligue coloniale a failli être lynché le 02 novembre 1954 par les ultras colonialistes de Khenchela. Il a été “banni ” vers la métropole et ne put revenir en Algérie qu’en 1962.D.B

                                Mr B.D, vous avez de qui tenir ! Heu...ces passages donnés sur le lien ci dessus, ont été effacés du site, par Mr B.D qui connait son affaire ! Mr B.D, vous avez de qui tenir !

                                Un tissu de mensonge que voilà ! Nous savons ce que Bachagha veut dire...
                                Ferhat Abbas était avec le MTLD, c’est à dire de l’autre côté de la barrière !
                                Le deuxième collège !
                                Quant au Sieur Bachagha, le vilain ! Il a essayé de se faire élire frauduleusement à l’assemblée algérienne ! Quelle indélicatesse !
                                C’était l’ami de JACQUES CHEVALLIER (1911-1971 ) Maire très contesté d’Alger !

                                (Renvoi 7) Jacques Chevallier, secrétaire d’Etat à la Guerre du gouvernement Mendès France, n’avait pas de secrets pour son vieil ami musulman, le sénateur Benchenouf de Kenchela. Ce dernier, prudent, jouait sur les deux tableaux, France et F.L.N...

                                http://pagesperso-orange.fr/le...





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès