Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > 9/11 : Credo quia absurdum

9/11 : Credo quia absurdum

Je crois parce que c’est absurde. C’est ce que qu’aurait répondu Saint Augustin quand on lui avait demandé pourquoi il croyait en Dieu. Certains attribuent cette citation à Tertullien. Qu’importe ! le fait demeure qu’il est dans l’essence des gens de « croire » et que toute croyance est absurde. La croyance se distingue de la connaissance dans le fait que cette dernière s’appuie sur un phénomène de réflexion et de déduction alors que la première répond juste à un besoin de confort psychologique. La croyance c’est comme les baffes chez Obélix, qui frappait d’abord les Romains pour ensuite leur poser des questions ; les gens se font des films de certains événements, et essaient ensuite, maladroitement, de raisonner rétrospectivement et trouver des idées qui viendraient appuyer leurs opinions préalablement formées. Mais celles-ci sont de l’ordre de la génération spontanée dont la seule essence est d’exister. Sans aucun contact avec le réel. Nous avons assassiné le réel, comme aurait dit Baudrillard, et l’avons remplacé par du simulacre. Les assassins du réel, de la vérité, ces « aletheicides », ont érigé un temple où des dieux invisibles sont adorés, qui portent les doux noms de « démocratie », « droits de l’homme », « liberté » ou encore « laïcité », dieux qui a comme prophète Platon et comme grand-prêtre Saint Paul, et où tous ceux qui pensent différemment sont des « barbares ». Nous sommes ainsi revenus à l’époque romaine, le panache en moins.

 Dix ans déjà que deux avions de ligne sont venus s’écraser dans des gratte-ciels new-yorkais. Tous ceux qui surfent sur internet faisant croire qu’ils font des recherches professionnelles alors que la majeure partie du temps ils le passent sur Facebook, sur des sites pornographiques ou des jeux en ligne ont, à un moment ou un autre, rencontré ce que l’on qualifie couramment de « théories du complot ». D’aucuns prétendent en effet que les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par les États-Unis même. Bien d’autres théories conspirationnistes gravitent autour de cet événement, mais pour les besoins de cette démonstration nous nous cantonnerons à celle qui vient d’être énoncée. Mon avis personnel (en fait il n’était pas nécessaire d’ajouter « personnel » puisque tous les avis le sont, surtout quand ils sont précédés d’un pronom possessif) c’est que les attentats ont été perpétrés par Al-Qaïda, sans que les États-Unis y soient pour quelque chose. Je pense cependant que l’Amérique en a bien profité, tout comme Israël a profité du nazisme sans quoi l’État hébreu n’aurait pas pu voir le jour en Palestine, et je pense surtout que je peux avoir tort ; que si les États-Unis n’y sont pour rien, ils auraient pu, étant donné leurs antécédents, manigancé tout ça eux-mêmes. Après tout, ils ont bien menti pour pouvoir envahir l’Irak ! Je demeure donc ouvert sur la question, et je conçois que certaines personnes puissent penser différemment de moi, et le jour où l’on m’apportera la preuve que j’ai tort, je serais enclin à changer d’avis.

 Cependant, pour que cette preuve soit apportée, encore faut-il pouvoir débattre librement de la question. Certains sujets sont « black-listés » médiatiquement. On ne peut pas dire par exemple que le réchauffement climatique n’existe pas ou même, s’il existe bien, qu’il ne soit pas le fait de l’homme. Et surtout, on ne peut pas dire ouvertement : « Non ! je ne crois pas à la version officielle sur les attentats du World Trade Center ». Il est vrai qu’il existe un fort faisceau de présomptions allant dans le sens de la version officielle, et qu’il n’existe aucune preuve flagrante qui viendrait appuyer les dires des « conspirationnistes » ; mais comme on le sait, l’absence de preuve n’est pas une preuve d’absence, et certaines zones d’ombre planent encore. Mais surtout, comme il a été souligné plus haut, il n’existe aucune raison de croire un État, ou une personne en générale. Comme savent tous ceux qui ont déjà regardé la série américaine Dr. House  : tout le monde ment. Mais comme j’ai peur que de prendre comme référence un médecin imaginaire, misanthrope et cynique ne soit pas considéré comme très sérieux pour ce qui concerne une analyse d’attentats « terroristes » (tout comme le barbare c’est toujours l’autre, le terroriste aussi ne peut être que l’autre. De même, on est toujours le con de quelqu’un ou le terroriste de quelqu’un), je convoquerai Foucault à la discussion.

 L’auteur de L’archéologie du savoir et de L’Histoire de la sexualité nous parle de la « Paresia ». Sans entrer dans de doctes commentaires, il suffit de dire que pour Foucault, mais c’est là simplifier je le concède, c’est le courage de se mettre en danger par la parole. Ainsi, un étudiant qui aurait triché à ses examens et qui l’avouerait serait dans une telle situation, ou encore un conjoint infidèle qui confesserait son adultère à son époux sachant que celui-ci peut le quitter. Ce n’est que dans ce genre de situation que l’on peut prendre pour argent comptant la parole de quelqu’un : uniquement si cette parole peut vous nuire. Mais si un politicien vient dire au peuple, par exemple : « Je n’ai rien à voir avec des emplois fictifs » ou « Nous ne sommes pour rien dans ces attentats, les responsables, c’est ‘eux’ », quelle raison a-t-on de les croire, car, eurent-ils été responsables, l’auraient-ils admis ? La réponse est bien entendu non ; il est donc normal, voire logique, de douter de la parole de quiconque qui dirait quoi que soit qui jouerait en sa faveur.

 Mais le plus aberrant reste à venir. Les mêmes personnes qui refusent la parole aux conspirationnistes donnent souvent une libre antenne à des gens qui professent une chose encore plus improbable que celle qui veut que les États-Unis soient à l’origine de ces attentats. En effet, alors qu’on ostracise celui qui osera dire « Tiens ! c’est bizarre que de telles tours s’effondrent uniquement parce que des avions les auront percutées » on laisse s’exprimer quelqu’un qui dira : « God bless America », alors qu’il y a davantage de chance pour qu’il y ait effectivement un complot autour du 11 septembre que de probabilités pour que Dieu existe. Toute la pensée occidentale des deux derniers siècles est orientée vers une sortie de la religion, et la philosophie des 2500 dernières années devrait nous encourager à raisonner plutôt qu’à « croire » ; toutefois, retransmettre des messes à la télévision où l’on parle d’un gars qui aurait changé l’eau en vin est acceptable, mais daignez mettre en doute la version officielle fournie par un État colonisateur, amoral et qui a déjà menti au monde entier comme à son propre peuple, et vous êtes un paria, un idiot, un danger pour la démocratie !

 Ground Zero est devenu, comme dirait Mircea Eliade, un Axis Mundi, un lieu hiérophanique par excellence ou le « sacré se manifeste » ; cette irruption du sacré créé un point fixe où gravite toutes les valeurs. De même qu’on pensait que le soleil tournait autour de la terre, on pense aujourd’hui que la morale tourne autour de Ground Zero. En somme, nous sommes revenus à avant Galilée. La vérité est que les images des avions s’écrasant dans les tours jumelles ont été le prétexte à une guerre que non seulement les néo-conservateurs désiraient (pendant la présidence de Clinton, Perle avait envoyait une lettre à ce dernier l’enjoignant de renverser Saddam Hussein et d’envahir l’Irak) mais dont l’Amérique, en tant qu’entité, avait besoin. Déjà, le citoyen Hearst pratiquait le Storytelling ! Et cette pratique est plus que jamais de mise après le 11 septembre, Bush demandant à Fox News : Dessine-moi une guerre !

 Après ces attentats, une vision eschatologique et théologique se dessine, mais qui était déjà en germe depuis la guerre froide, sous la forme du discours de G. W. Bush lors de son « State of Union address » en 2002 ; en effet, ce jour-là, il parle de « l’axe du mal ». Cette expression que l’on doit au néo-conservateur David Frum devait d’abord être « axe de la haine » mais Bush l’a changé en « axe du mal » afin de faire écho aux « puissances de l’axe » que constituaient l’Allemagne, l’Italie, et le Japon pendant la guerre 39-45 (les anciens égyptiens expliquaient les mythes par des jeux de mots- aujourd’hui, les jeux de mots servent à expliquer les guerres, à les bricoler. Plus que jamais, Barthes a raison : la langue est fasciste)… Déjà, Truman désignait l’Union Soviétique de puissance du mal ; on peut ainsi constater un fort référent historique et religieux dans une telle expression !

 Mais l’énonciation « Axe du mal » est une phrase performative. Elle donne aux pays qu’elle désigne un statut nouveau, à la fois aux yeux de ladite communauté internationale, mais aussi pour eux-mêmes, qui se posent de facto en opposition à celui qui les a rangés dans cette catégorie.

 Bush déclare au Congrès le 20 septembre 2001 : ceux qui ne sont pas avec les Américains sont contre EUX ; mais il ne faut pas tomber ici dans le piège inverse, et adopter une vision manichéenne, en faisant des Américains, les méchants, voulant être le loup dans le poulailler moyen-oriental ; mais c’est presque une raison déterministe qui fera que ce sera ainsi ! Un vide tend toujours à se combler ; et comme le dit Hérodote, jamais aucun État qui a eu en sa possession les pleins pouvoirs n’a pas utilisé pleinement ces pouvoirs ! Une puissance est tout le temps utilisée de manière maximale, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien, ce qui permet dès lors la chute d’anciens empires et la naissance de nouveaux.

 On se plait à croire que les motivations de Bin Laden étaient religieuses et non pas politiques, alors qu’il se trouvait juste, accidentellement si on peut dire, être musulman (on ne vas pas discuter de ce que c’est qu’être un bon musulman, sans quoi ce serait essentialiser la religion et pire, la légitimer) ; George Bush évoquait bien Dieu dans ses discours, on ne va cependant pas mettre l’invasion de l’Irak sur le dos du petit Jésus. On se complait à penser que le « terroriste islamiste », ce croque-mitaine post-moderne, est différent du terroriste de l’IRA ou de l’ETA et on s’interroge alors sur ce qui peut bien se passer dans son cerveau, tandis qu’on trouve normal que des jeunes de dix-huit ans rejoignent les Marines et aillent combattre dans un pays qu’ils n’arrivent même pas à situer sur une carte, et tuer des gens dont ils ne savent rien. On fulmine contre le racisme, on trouve qu’il n’y a rien de plus détestable, on abhorre un créateur de mode qui a tenu des propos antisémites, mais on pleure toutes les larmes de son corps sur les victimes américaines de ces attentats et on fait gentiment abstraction des victimes des Américains en Afghanistan et en Irak. On ne connait que ce que l’on re-connait ! Enfin, on a beau condamner la peine de mort, mais l’assassinat, c’est-à-dire l’homicide avec préméditation, de Bin Laden n’est pas pour choquer grand monde. De même que les drones qui assassinent les Talibans alors qu’on crierait au fascisme si la police nationale tirait à la lance-roquette sur une maison qui abriterait des braqueurs de banques ou même de supposés meurtriers. Ce qui est immoral chez nous l’est moins sous d’autres cieux. Wagner débutait son Parsifal par : « Allons dormeurs, réveillez-vous ! »

 À l’heure où l’on se contente de comprendre Hegel à travers l’analyse de Kojève qu’en font un Fukuyama ou un Huntington, lui-même disciple de Leo Strauss (détracteur de Nietzsche et grand pourfendeur du relativisme culturel), et qui nous a rebattu les oreilles d’un prétendu « Choc des civilisations », il serait bienvenu de relire, ou de lire pour la plupart, John Stuart Mill et son magnifique et ô combien moderne essai On Liberty, où l’utilitariste britannique, bien avant la Cour Suprême américaine, chante les louanges de la liberté d’expression, la seule qui différencie le civilisé du barbare. Il y a la « liberté », celle que les gens croient posséder parce qu’ils ont la possibilité de voter et de se faire asservir, cette sensuelle « servitude volontaire » dans les bras de laquelle nous aimons nous abandonner, et puis, il y a ce que Rimbaud appelait la « liberté libre », cette liberté si dangereuse car elle nous fait côtoyer « l’autre ». Mais comme le rappelle Hölderlin : là où est le danger est aussi ce qui sauve.

M. K. Sabir


Moyenne des avis sur cet article :  2.32/5   (112 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • SamAgora95 SamAgora95 10 septembre 2011 17:49
    Alors d’après vous les Américains (je ne parle pas du peuple évidement) sont des naïfs qui ont tout simplement profité d’un évènement fortuit ?

    Pourquoi balayer d’un revers de mains les incohérences de la V.O. qui excluent que ces attentats soient le résultat d’une opération d’al-qaida et du fait pointe du doigt l’administration Bush au pouvoir au moment des évènements.

    L’effondrement de la tour 7 par exemple, implique une préparation complexe et un accès total à la tour, al-qaida en avait-il la charge ?

    La première phase consiste à donner la réponse aux questions fondamentales, ce qui nous permettra ensuite d’identifier les vraies coupables.

    SVP, ne grillez pas les étapes.



    • Xtf17 xtf17 10 septembre 2011 18:14

      L’auteur ne fait pas référence à la VO comme vous dites, mais bien à l’une des variantes des « théories complotistes » dite LIH (Let It Happen), ou théorie du Laisser-Faire, par opposition à celle MIH (Make It Happen). Il expose ensuite les arguments qui le font pencher dans ce sens.
      Aujourd’hui encore les versions LIH, MIH et bien d’autres ne sont tranchées.
      Alors vous, pour que le débat soit constructif, ne grillez pas les étapes de lecture de quelqu’un qui a pris de son temps pour écrire.


    • SamAgora95 SamAgora95 10 septembre 2011 18:43

      La LIH ne remet par en question le déroulement de l’opération et ses conséquence tels qu’ils sont décrit par la VO (détournement d’avions par des terroristes d’al-qaida, écroulement des tours suite à l’impacte) 

      Elle donne une explication possible de ce qui ce serait passé avant l’attaque (la décision de laisser faire).


    • xray 11 septembre 2011 18:46


      Sur un sujet précis, la pensée nécessite les moyens de la réflexion du sujet.  Inversement, croire évite de réfléchir sur tout sujet. (Y a qu’à répéter.) 

      Le 9/11, un grand mensonge journalistique. 

      Le 9/11
      Une opération menée par l’armée américaine
      http://mondehypocrite501.hautetfort.com/ 



    • mathias cohen mathias cohen 10 septembre 2011 18:03

      Je suis si las en ces temps commémoratifs... Il y a malheureusement encore beaucoup plus de cons que de conspirationnistes en ce monde...

      Les lignes n’ont pas bougé d’un iota depuis dix ans... Nous sommes une menace pour la démocratie (Joffrin) et nous nous intéressons plus au 11 septembre qu’aux sans papiers, et tout ça par pur esprit de contradiction, c’est tout dire ! Nous ne voulons pas voir la réalité en face, à savoir qu’il est tout à fait crédible que l’on fasse disparaître 3 gratte-ciel avec 2 avions de ligne (et quelques cutters, pour commencer...).
      Nous avons tous les médias à dos, même les plus à gauche. Les anars nous conchient, les trotskistes nous conchient, les socs nous conchient, les stals nous conchient... Si tout va bien, nous serons 200 à la manif de demain...
      Conspi blues...

      • chapoutier 10 septembre 2011 18:11

        je ne sais pas de quels trotskistes vous parlez, mais ceux que j’ai entendu sur la question n’ont jamais eu le moindre doute et ce, depuis le jour même des attentats. le complexe militaro-industriel.


      • Thucydide Thucydide 10 septembre 2011 18:27

        il est tout à fait crédible que l’on fasse disparaître 3 gratte-ciel avec 2 avions de ligne

        deux gratte-ciel, pour deux avions, c’est amplement suffisant.
        Le troisième n’était absolument pas dans la zone d’impact, ou alors c’est que Dieu lui-même était du côté des pilotes... ce qui serait bien ennuyeux mais n’a aucune chance d’être, Dieu merci smiley))

        Et c’est qui ce « nous » universellement conchiés par les media ?

        De quoi parlez-vous exactement ?

        Cet article est courageusement et sincèrement bien écrit, il appelle plus à la réflexion et au débat qu’à la polémique.
        Et je trouve intéressant de voir que l’anti-conspirationnisme peut être sagement et calmement présenté.

        Ne foutez pas tout en l’air avec vos humeurs manifestement très mal réprimées.


      • Xtf17 xtf17 10 septembre 2011 18:04

        Article de qualité qui illustre bien, ce qui reste rare même sur Agoravox, comment exercer sereinement sa propre liberté d’opinion au sein d’un débat argumenté sur un sujet grave et sensible.


        • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 10 septembre 2011 18:13

          Ouf, dans ce délire d’experts à la mord moi le noeud, une parole sensée et qui relativise des points de vue outranciers et définitifs de « spécialistes » des attentats.

          Merci.

          • Sat is Fay 10 septembre 2011 22:21

            Parce que t’as besoin d’experts ? c’est des loucaves qu’il te faut, ou alors t’enlève la merde que t’as devant les yeux.
            Monde d’idiots, c’est sans espoir effectivement, quand on ne sait plus discerner la réalité du mensonge, on a plus qu’à tendre le bras et faire « zieg ».
            Continuez ô gentils youhaissai à tuer à tour de bras vous allez le blanc seeing de l’opinion publique merdiatique !


          • moumou moumou 11 septembre 2011 10:26

            Si c’est un « inside-job » alors ces gens sont aussi fous que Brievik qui assassine ses semblables par « souci de bien-faire ». Ca doit être la même psychologie.


          • Ariane Walter Ariane Walter 10 septembre 2011 18:19

            Tous ceux qui surfent sur internet faisant croire qu’ils font des recherches professionnelles alors que la majeure partie du temps ils le passent sur Facebook, sur des sites pornographiques ou des jeux en ligne

            Vous parlez de vous ?
             
            Savez-vous qu’il y a aussi des gens qui vont dans bibliothèques rien que pour regarder des livres cochons et jouer au pendu ?


            • civis1 civis1 10 septembre 2011 18:24

              @ariane

               smiley


            • Xtf17 xtf17 10 septembre 2011 18:29

              @ Ariane
              On ne se connait pas, mais à chaque fois que je vous lis je vous adore smiley


            • MK Sabir MK Sabir 10 septembre 2011 23:13

              Je suis démasqué !!! smiley


            • le poulpe entartré 11 septembre 2011 02:25

              un branleur s’exprime : résultat ? Une bouse en forme de carte de France.


            • Ariane Walter Ariane Walter 11 septembre 2011 04:37

              Continuez !


            • Ariane Walter Ariane Walter 11 septembre 2011 04:38

              sabir, je vous avais vu l’autre jour à la bibliothèque avec vos photos dans le Platon ! On ne me l’a fait pas !


            • Ariane Walter Ariane Walter 11 septembre 2011 04:40

              « continuez », c’est pour xf17, la belle galaxie.


            • civis1 civis1 10 septembre 2011 18:19

              « Sans aucun contact avec le réel. Nous avons assassiné le réel, comme aurait dit Baudrillard, et l’avons remplacé par du simulacre. Les assassins du réel, de la vérité, ces « aletheicides », ont érigé un temple où des dieux invisibles sont adorés, qui portent les doux noms de « démocratie », « droits de l’homme », « liberté » ou encore « laïcité »,

              dieux qui a comme prophète Platon et comme grand-prêtre Saint Paul, 
              et où tous ceux qui pensent différemment sont des « barbares ». Nous sommes ainsi revenus à l’époque romaine, le panache en moins. »

              Alors là ! Panache en moins ou en plus, peu importe je n’en reviens encore pas ! 
              Saint-Paul grand prêtre de la laïcité ? Est-ce que j’aurai mal compris ou mal digéré le galimatias ? 
              Au fait juste une petite correction orthographique au passage « dieux qui a » ? ou dieux qui ont ? 
              et le mot dieux comment se prononce-t-il ? dilleux , dieucx ? 
              Voilà un article qu’il est bien beau et qui mérite d’être à la place où il se trouve sur l’édito de ce jour !
               





              • MK Sabir MK Sabir 10 septembre 2011 23:39

                Je bats ma coulpe en ce qui concerne la faute d’orthographe !

                Pour ce qui est de Saint Paul, c’est à lui que l’on doit notre « version » du christianisme, et la France se plait à se désigner comme fille ainée de l’église, elle si laïque ! La « laïcité » et la « République » sont des concepts platoniciens. Le devoir de mémoire est lui aussi un résidu platonicien, et donc chrétien qui établit l’existence et la prédominance d’un alter-monde (les chrétiens diront « arrière-monde ») sur le monde actuel, matériel et CONTEMPORAIN… toujours regarder en arrière éclipse la vision d’un avenir – on vit dans le passé par peur d’affronter le présent ; le passé devient la demeure de la peur, l’ultime refuge pour tous les ressentiments et toutes les frustrations. La laïcité n’est qu’un substitut sémantique. On a posé la notion de laïcité comme concept inébranlable qui préexisterait à nous, et qui serait le bien immuable : le mot s’est fait Dieu. On a pensé que Dieu nous avait créé, alors que c’est nous qui l’avons inventé, et là, nous pensons que le mot donne un sens à notre vie, alors, que c’est nous qui donnons un sens à la vie du mot. En somme, nous sommes redevenus des idolâtres ; nous créons de toute pièce une divinité, et ensuite, nous l’adorons ; la laïcité est notre « veau d’or » à nous. Le platonisme conçoit des concepts qui existeraient indépendamment des mots qui permettent de les désigner… c’est cet « idéalisme » dont a hérité la Christianisme et par la suite la chrétienté… Dieu est peut-être mort… mais cet idéalisme survit… plus dangereusement, plus pernicieusement, car libéré du carcan de la religion, il s’est dilué dans les valeurs mêmes des sociétés occidentales… ses enfants portent les noms de « droits de l’homme », « humanisme », et « universalisme », sachant que « Catholicisme » signifie à peu près « universel » en grec !


              • bingofuel 11 septembre 2011 09:54

                @MK Sabir
                Je comprends que l’abus des lectures de Nietzsches vous ait amené au nihilisme le plus épuré (Nietzsches = Nichts = Rien en allemand ;->).
                De ce fait, l’assimilation entre Platon, le christianisme et le 11 septembre devient un essai intellectuel qui vous parait propre à l’esthétisme transcendant toute morale dont vous êtes adepte.
                Pauvre de vous, pauvres nihilistes qui ne ressentent pas que chaque respiration et chaque pensée s’inscrivent dans une consistance universelle qui EST ce qu’elle EST. Nier son existence est réduire sa pauvre existence à son propre égo mental incapable de se mesurer à l’œuvre qui lui a donné naissance.
                Incapable de l’acte d’humilité primordial, jugé comme faiblesse biologique, votre ego vous pousse vers la destruction suicidaire à l’image des Nazis qui n’avaient d’autre solution de sortie à leur supériorité, qui fut érigée en culte digne des religions les plus sectaires.
                En conclusion, le rejet du rationalisme de Platon est fondamentalement une impasse intellectuelle qui ouvre la porte à la déstructuration mentale et au suicide.
                Je vous souhaite de connaitre et de comprendre rapidement ces contradictions (par la souffrance, car souffrance il y aura indubitablement, que je vous souhaite la moins pénible possible) afin de pouvoir vous reconstruire sur les assises vitales dont vous a doté votre patrimoine culturel.
                 


              • Guit'z Guit’z 11 septembre 2011 12:18

                Puisque tu en étais à l’orthographe, le « saint » de saint Paul ne prend pas de majuscule.

                Sinon, gars, tu veux lâcher tes niaiseries d’ados nietzschéen qui se la pète... franchement tes amphigouris prétentieux de sous-poète du Grand Midi par ailleurs dénué de toute érudition conceptuelle rigoureuse, sont particulièrement ridicules.

                Les foutaises de Nietzsche épatent fort les jeunes esprits, lesquels passent ainsi à côté du peu qu’il y aurait à retenir de lui... (Je sais de quoi je parle : c’est à peu près quand j’avais ton âge que j’ai compris, après 10 ans de touchante pieuserie, et sans rien abjurer des rares mérites du solitaire de Sils, que Marx était quand même un penseur un peu plus sérieux et surtout plus utile à notre époque...)

                Allez, bosse sur le 11/9, et écris-nous un vrai papier sur la question, sans nous gaver avec Augstin, Tertulline, saint Paul, Platon et tous les Ba Ta Clan des types donttu as vaguement entendu parler et qui font joli selon toi.


              • Gandalf Claude Simon 11 septembre 2011 12:25

                Pour rester dans le contexte, le petit Jésus souhaitait également les attentats du 11/9


              • Thucydide Thucydide 12 septembre 2011 09:27

                MK Sabir, vous vous laissez entraîner dans je ne sais trop quel rêve...

                Dieu ? En Occident ?
                Il y a longtemps qu’il n’est plus qu’un masque, un cache-misère.

                Le seul vrai Dieu qui anime nos sociétés s’appelle Fric.
                C’est en son Nom que les guerres d’occupations ont été lancées par les USA.
                Liberté, Laïcité, Démocratie... ne sont que de commodes invectives, de rentables prétextes.

                Et le 911, ne serait-ce que par son utilisation obscène, un formidable spectacle


              • Ariane Walter Ariane Walter 10 septembre 2011 18:22

                 À l’heure où l’on se contente de comprendre Hegel à travers l’analyse de Kojève qu’en font un Fukuyama ou un Huntington, lui-même disciple de Leo Strauss (détracteur de Nietzsche et grand pourfendeur du relativisme culturel), et qui nous a rebattu les oreilles d’un prétendu « Choc des civilisations », il serait bienvenu de relire, ou de lire pour la plupart, John Stuart Mill et son magnifique et ô combien moderne essai On Liberty, où l’utilitariste britannique, bien avant la Cour Suprême américaine, chante les louanges de la liberté d’expression, la seule qui différencie le civilisé du barbare. Il y a la « liberté », celle que les gens croient posséder parce qu’ils ont la possibilité de voter et de se faire asservir, cette sensuelle « servitude volontaire » dans les bras de laquelle nous aimons nous abandonner, et puis, il y a ce que Rimbaud appelait la « liberté libre », cette liberté si dangereuse car elle nous fait côtoyer « l’autre ». Mais comme le rappelle Hölderlin : là où est le danger est aussi ce qui sauve.

                C’est du sabir....


                • civis1 civis1 10 septembre 2011 18:28

                  @ ariane 

                   du sabir pseudo-psycho-philosophique smiley

                • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 10 septembre 2011 18:32

                  Pour une dame qui s’offusque des attaques personnelles en voilà un bel exemple, petit et mesquin, mais ça...



                • Ariane Walter Ariane Walter 10 septembre 2011 19:29

                  Je reconnais.


                • MK Sabir MK Sabir 10 septembre 2011 23:18

                  @ Ariane : Ça c’est méchant… mais, je le confesse, marrant !


                • Ariane Walter Ariane Walter 11 septembre 2011 04:36

                  sabir,

                  pardon, pardon, je savais que c’était vilain mais je n’ai pas pu m’en empêcher.
                  Quand j’ai commencé à écrire, il y a bien longtemps ,un jour qq’un m’a dit que j’avais un style pompier et ça m’a marquée comme un fer rouge mais cela m’a appris à aller vers plus de simplicité.
                  J’aiamis être impitoyablement taquine avec mes élèves. Prenez-le ainsi !


                • Guit'z Guit’z 11 septembre 2011 12:35

                  Ah oui, ça : pompier, notre jeune auteur l’est en diable...

                  Sabir ! Sous ta plume engoncée, qu’est devenu le jarret ailé de Mercure ?

                  N’oublie pas, ô Dionysos irradiant, que la bride d’or de Pégase fut donnée à Bellerophon par Athéna, déesse de la raison... et que le enthousiasme débridé accouche d’inexorables chimères. Allez j’arrête, moi aussi je deviens relou...

                  PS : vous Ariane, vous êtes toujours aussi agréable à lire et, je le pressens, foncièrement sympathique, je vous salue donc bien cordialement... 


                • wesson wesson 11 septembre 2011 14:35

                  Bonjour Ariane,

                  « C’est du sabir »

                  jamais en manque d’une bassesse, le bon mot aurait pu être de moi, si toutefois je n’avais pas été ravi à mon très cher internet pendant ces derniers jours.

                  Mais puisque le copyright a été posé, je me contenterai d’un « c’est chiantique ! »


                • joelim joelim 10 septembre 2011 18:47

                  La croyance c’est comme les baffes chez Obélix, qui frappait d’abord les Romains pour ensuite leur poser des questions ; les gens se font des films de certains événements, et essaient ensuite, maladroitement, de raisonner rétrospectivement et trouver des idées qui viendraient appuyer leurs opinions préalablement formées.

                  Oui, c’est ce qui s’est passé dans la formation de la croyance en la VO. 

                  Le film « c’est la faute à BL et à lui seul » a très bien marché. Il faut signaler qu’il bénéficia d’une promotion intense et prolongée dans les agences de communication que sont devenus les médias dominants. 

                  Ah bon, l’auteur ne parlait pas de la VO ?... smiley 

                  Au vu de la grande campagne de communication qui fût initiée aux lendemains du 12 septembre, les nombreuses adhésions à une version officielle parfaitement incohérente ne sont guère étonnantes. Mais les gens encore récemment avaient encore rarement entendu parler du WTC7 ou des exercices programmés le jour même. 

                  Exercices qui semblent avoir été prévus entre autres dans l’objectif de réduire drastiquement les capacités de la sécurité aérienne ce jour-là. En effet, comment croire qu’ils ne l’ont pas fait sciemment ? On ne peut pas être aussi incompétent que ça : convoquer les maîtres-nageurs à un exercice sans en laisser un ou deux pour surveiller les bassins !...

                  • joelim joelim 10 septembre 2011 18:48

                    aux lendemains du 11 septembre


                  • Hijack Hijack 10 septembre 2011 18:50

                    Qu’est-ce que c’est que cet article ... que je n’ai pu lire en entier ... en effet, dès que j’entends le mot « complotiste » ... je ne peux prendre au sérieux celui qui le dit !!!

                    Mais à tout hasard ...

                    Conspiration, complot

                    Sauf si être conspirationniste/complotiste est de tout accepter ... du moment que cela vient d’une puissance ... mentalité très collaborationniste je dirai  !

                    Wikipedia  : « Une conspiration est une entente secrète entre plusieurs personnes, en vue de renverser un pouvoir établi, ou une organisation en vue d’attenter à la vie d’une personne d’autorité. Le terme « conspiration » et ses quasi-synonymes, notamment « complot » et « conjuration », ont fait l’objet de distinctions sémantiques par plusieurs spécialistes de la langue. »

                    conclusion d’après la définition Wiki : Il n’y a aucune entente entre ceux qui se posent des questions !!! ... mais si nos idées se rencontrent ... posez-vous aussi des questions !

                    Le fait de se poser des questions, le fait de réfléchir, le fait de sortir des sentiers battus/balisés ... n’est en rien une conspiration !
                    _________________________________

                    DANS LE CAS PRÉSENT ... C’EST QUOI DE TRAITER L’AUTRE DE CONSPI ... ???

                    - Tenter de pallier à un manque certain de l’accusateur ...

                     - Donner l’illusion d’accuser autrui de ce que l’on ne sait pas …

                     - Tenter de déstabiliser l’argumentaire sensé ... sans argument …

                     - Accuser négativement d’emblée et sans argument ... celui qui se pose des questions ou dérange.

                    Mais aussi :

                    CONSPIRATION =

                    Le terme conspirationniste est issu de la nov-langue. Il est suffisamment ambigu pour faire passer pour de vilains comploteurs, auprès des benêts béats, les gens qui cherchent réellement à savoir ce qui se passe dans notre monde.

                    Inversion syntaxique pour dissuader les esprits libres de creuser la question.

                    C’est un terme que l’on veut insultant, pour tenter de déstabiliser l’autre ... il a été créé pour cela.

                    Il y a quatre sortes de catégories : (et bien sûr d’autres sous catégories)

                    1/ Ceux qui font les sales coups,quitte à tuer même des leurs... les USA (leurs gouvernements et pas le peuple), l’histoire ne manque pas d’exemples.

                    2/ Ceux qui les subissent : les victimes directes mortes sur place ...et indirectes (ceux visés en premier lieu et ...qui en paient le prix de manière longue et récurrente, les arabo/musulmans pour ce coup ci).

                    3/ les intuitifs ... qui réfutent au nom de la liberté d’expression, ceux qui réfléchissent, ceux qui travaillent et font des recherches. Dans la grande majorité des truthers, ont trouve soit un de ces points, soit tous les points à la fois.

                    4/ les béotiens, les béats, les angéliques qui gobent tout et n’importe quoi... pour le côté sympa, mais il y a les cas de mauvaise foi, ceux pour qui ... tout est bon pour prouver que les arabo/musulmans sont le mal et les autres le bien, il y a enfin, les peureux (de prerdre leur job, leurs avantages, se faire engueuler, se faire remarquer, être désigné du mauvais côté etc ...) et les incompétents ...Ceux qui ont peur de l’autre, ceux qui ont peur que celui qu’ils prenaient pour leur « maitre » soit à ce point défaillant (hé wé ... ça arrive) ... peur d’avoir à accepter la réalité ...

                    De tous temps. L’histoire du monde est jalonnée de gros mensonges d’État dans toutes les civilisations. C’est ainsi que le pouvoir survit.

                    Enfin ...le plus grand tort n’incombe pas à ceux qui réalisent ces coups tordus ... mais contre ceux qui les laissent faire, ne se posent aucune question, trouvent plus aisé de croire ce qu’on leur dit... sans eux, rien ne fut possible ... et ils les remercient en se foutant de leurs gueules !

                    Les réalisateurs de la version artificielle, -dégoulinante de mensonges, d’erreurs flagrantes, de foutaises etc, que même une école d’enfants attardés ne croirait pas- ... se sont pour la plupart désistés, disant qu’on les avait trompés, qu’on leur avait fourni de faux doc, de fausses infos (de mémoire) ... mais malgré ça, il y en a qui font du zèle ... !!! et perpétuent donc la supercherie ... A ces derniers, je leur souhaite une chose ... qu’ils soient conscients (pour X raisons que je ne m’explique pas) qu’ils sont de mauvaise foi, obligés de dire n’importe quoi pour se justifier face à eux mêmes ... mais volontairement ... et si par hasard, c’était naturel, à l’insu de leur plein gré ... smiley bein ... on les plaint !

                    ___________

                    Conspiration

                    Wikipedia ...même s’il y a mieux ...

                    Une conspiration est une entente secrète entre plusieurs personnes, en vue de renverser un pouvoir établi, ou une organisation en vue d’attenter à la vie d’une personne d’autorité. Le terme « conspiration » et ses quasi-synonymes, notamment « complot » et « conjuration », ont fait l’objet de distinctions sémantiques par plusieurs spécialistes de la langue.

                    Les objectifs d’une conspiration sont variés, ainsi que ses moyens. Le faux témoignage et la rumeur1, l’enlèvement2, l’attentat3, l’assassinat4, et le coup d’État5 sont parmi les méthodes les plus visibles et les plus utilisées des conspirations connues. Si un coup d’État nécessite généralement le secret des putschistes, tous les assassinats et tous les attentats ne s’inscrivent pas dans le cadre d’une telle union secrète, et certains peuvent même être individuels.

                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Conspi...

                    Même si on dit la même chose ... que la version miraculeuse n’est pas valable ... Nous n’avons aucune entente secrète entre nous !!!

                    Et ...

                    conspirateur, conspiratrice :
                     - Personne qui conspire ; comploteur, conjuré. smiley

                    conspirer :
                     - S’entendre à plusieurs pour renverser un régime, une personnalité ; comploter : Conspirer contre l’État.
                     - S’entendre pour faire quelque chose : Tout le monde a conspiré pour lui faire une surprise.
                     - Contribuer à un résultat, en parlant de quelque chose : Tout conspire à faire échouer ce projet.

                    ____________

                    Comme vous le voyez tous ... on ne s’entend pas entre nous, on ne veut renverser personne ...(mais sûrement faire juger les criminels et les responsables des manipulations des masses), on ne veut faire échouer aucun projet ... sauf les projets de guerres inutiles et meurtrières que nous n’avons pu arrêter !

                    __________
                    La théorie de la « théorie du complot »
                    13 mai, 2011 by GeantVert

                    L’invraisemblance des versions officielles américaines successives de la mort de Ben Laden semble proportionnelle à l’énergie déployée actuellement par les grands médias pour discréditer à priori toute remise en cause et tout esprit critique sur la réalité des faits eux-mêmes. Il faut absolument placarder ces sceptiques, et quoi de mieux que ce vocabulaire péjoratif et définitif, à base de « complotistes », « conspirationnistes », « théoriciens du complot » qui a pour effet de stopper tout débat, d’arrêter toute réflexion, et surtout d’alimenter la propagande de la peur et de cette « Guerre au terrorisme » née il y a près de 10 ans maintenant ? Voici un billet d’Emrah KAYNAK paru sur Le Grand Soir qui résume bien cette situation.

                     
                    La théorie de la « théorie du complot »

                    par Emrah KAYNAK, sur Le grand Soir, le 13 mai 2011

                    Une grande part des débats relatifs à l’annonce de la mort de Ben Laden est consacrée à disqualifier la réflexion critique en l’assimilant à des délires paranoïaques. Celui qui fait état de suspicion envers les diverses versions officielles est aussitôt affublé du terme peu élogieux de conspirationniste. Les médias institutionnels se rangent de façon acritique du côté du pouvoir et tentent avec acharnement de rendre cohérent l’incohérent.

                    Une grande part des débats relatifs à l’annonce de la mort de Ben Laden est consacrée à disqualifier la réflexion critique en l’assimilant à des délires paranoïaques. Celui qui fait état de suspicion envers les diverses versions officielles est aussitôt affublé du terme peu élogieux de conspirationniste. Les médias institutionnels se rangent de façon acritique du côté du pouvoir et tentent avec acharnement de rendre cohérent l’incohérent.

                    Le concept « théorie du complot » est utilisé de façon abusive et systématique pour discréditer la moindre interrogation rationnelle. Les contours indéfinis de cette notion-cadre permettent d’englober sans distinction toute une série de réflexions. Le procédé est simple. Il s’agit de mettre sur un pied d’égalité diverses théories dont les plus faibles remettent en question les doutes légitimes. Les questions pertinentes se voient étouffées sous un fatras d’hypothèses immotivées.

                    La défiance envers les discours officiels n’est que la résultante logique de diverses tentatives de machination confirmées. Le pouvoir étasunien est accoutumé à l’intoxication comme le démontre le cas emblématique de l’assassinat de Kennedy. En dépit de ses nombreuses aberrations, la thèse bancale du tireur isolé n’a toujours pas été révisée.

                    On se souvient encore mieux de la propagande grossière qui a mené à la guerre et l’occupation de l’Irak. Des dirigeants politiques de haut rang, des experts et des journalistes soi-disant réfléchis nous rabâchaient sans cesse avec les « armes de destruction massive » qu’ils ne trouveront jamais.

                    On nous a présenté ensuite des plans détaillés de centres de commandements hypersophistiqués d’Al-Qaida dans les grottes de Tora Bora qui se sont révélées parfaitement imaginaires. On n’a pas oublié non plus l’opération de sauvetage en Irak de Jessica Lynch totalement mise en scène sans parler de l’affaire des couveuses au Koweït destinée à émouvoir le peuple étasunien et justifier leur entrée en guerre.

                    Ce sont ces mêmes journalistes et experts, candides ou complices, qui raillent aujourd’hui les observateurs qui font preuve de prudence méthodologique envers des sources confondues à de nombreuses reprises pour manipulations caractérisées.

                    Récuser a priori l’existence d’interventions concertées et clandestines à visée géostratégique revient à nier l’existence même de services secrets. Une agence de renseignement n’est pas une agence de presse et la CIA ne peut donc être traitée comme une source impartiale. Faute de preuves tangibles des circonstances de la mort de Ben Laden, nous sommes priés de nous en remettre à la bonne foi du directeur de la CIA ou du président des Etats-Unis. Or vérité, politique et guerre n’ont jamais fait bon ménage.

                    Que sait-on à propos d’Oussama Ben Laden si ce n’est ce que les autorités étasuniennes nous en disent ? Il est admis par tous qu’Al-Qaida est une filiale de combattants arabes formés par les services secrets étasuniens, pakistanais et saoudiens pour lutter contre l’influence communiste et panarabiste.

                    Cette mouvance occulte n’a jamais autant servi les intérêts des Etats-Unis qu’aujourd’hui. Qui parle à perte de vue d’Al-Qaida ? La labellisation Al-Qaida suffit à disqualifier ipso facto des mouvements insurrectionnels populaires dans des pays occupés. Ces incantations martelées et répétées acquièrent valeur de démonstration.

                    Aussitôt la mort de Ben Laden annoncée, on nous prévient déjà que la lutte contre le terrorisme n’a pas pris fin et qu’il faut se méfier encore davantage de la vindicte islamiste. Al-Qaida aurait promis de venger la mort de son fondateur. Cet ennemi est si commode qu’il procure l’argument nécessaire au maintien de troupes étrangères en Afghanistan.

                    La peur est un appui de première main pour les propagandistes. Un public qui a peur est enclin à se soumettre à l’autorité et à exalter son identité nationale. Il suffit de dire que les islamistes haïssent le monde occidental et qu’ils veulent le détruire pour s’assurer le soutien inconditionnel à la politique impérialiste des Etats-Unis.

                    Les théoriciens du complot ne seraient-ils pas ceux qui soutiennent la thèse d’un complot international djihadiste, ceux qui voient des conspirateurs à la moindre expression d’une critique, ceux qui propagent une vision schématique du monde divisé entre le bien et le mal, la liberté et l’obscurantisme pour justifier leurs interventions militaires ?


                    • Robert GIL ROBERT GIL 10 septembre 2011 19:01

                      11 septembre 2001, USA, 3000 victimes.
                      11 septembre 1973 , Chili, 60 000 victimes.

                      C’est vrai qu’apres le 11 septembre 2001, les represailles americaines ont nettement fait remonter le nombres de victimes....et ce n’est pas fini !


                      • docdory docdory 10 septembre 2011 19:41

                        @MKSabir

                        Lire cet excellent article de l’observatoire zététique concernant les théories du complot .

                        • SamAgora95 SamAgora95 10 septembre 2011 19:57

                          C’est exactement ce que nous disons, puisque la version officiel (qui n’est qu’une théorie du complot) rentre exactement dans ce que décrit votre lien. 


                          Il faut simplement déterminer quelle théorie du complot est la bonne :
                          1 - Des terroristes (AL-QAIDA) on complotés pour commettre un attentat aux USA
                          2 - Des terroristes (ADMINISTRATION BUSH) on complotés pour faire croire à un attentat d’al-qaida)

                          Seule une enquête impartiale et surtout pas menée par (Al-Qaida ou l’administration US) pourra déterminer la vérité.

                          Vos deux clowns se retrouvent dans la situation de l’arroseur arrosé.



                        • docdory docdory 10 septembre 2011 21:15

                          @ Sam Agora

                          La version officielle n’est pas une théorie du complot . Elle est corroborée par tous les faits observés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès