Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > A contre-courant : une autre Turquie que celle d’Erdogan (...)

A contre-courant : une autre Turquie que celle d’Erdogan existe

Je n’ai pas pour habitude de parler de cérémonies, de prix, de distinctions… car ces termes contiennent intrinsèquement la différenciation…

Je ferai néanmoins une exception à cette règle pour rendre hommage non pas tant à la personne concernée, mais au combat qu’elle mène au risque de sa vie.

En effet, le pianiste turc Fazil Say a reçu, le 26 octobre, à Paris, le Prix international de la Laïcité 2015. Dans son discours, Fazil Say met l’accent sur les risques encourus par ceux qui prônent le vivre ensemble en Turquie, risques accrus depuis plus d’une décennie maintenant et la prise de pouvoir par le néo-sultan Erdogan.

Dans son discours Say dit notamment, entre autres :

« Pour nous la laïcité était une notion de super justice qui reconnaît l’égalité des droits aux citoyens d’origines et ethnies différentes, l’équité aux croyants ou non croyants ; qui accorde aux citoyens turcs la possibilité de s’exprimer dans les arts, les sports, les sciences partout dans le monde, et qui libère toute sorte de pensée philosophique.

Vous savez tous que cette situation est en train de se dégrader considérablement. Particulièrement, tout ce qui s’est passé ces dernières années est une tragédie. Vous vous souvenez que le besoin de liberté exprimé par les manifestations de Gezi Parki en Turquie pendant plusieurs semaines, s’est diffusé dans le monde entier. Je dois ajouter également, qu’il y a encore quelques jours, à peu près 300 personnes ont été condamnées à des peines de prison pour avoir participé aux manifestations de Gezi Parki. Pour ma part, j’avais essayé d’exprimer le vécu de ces événements par des œuvres musicales orchestrales.

Vous vous souvenez peut être que j’ai été condamné à 10 mois de prison pour avoir retwité dans les réseaux sociaux des vers du poète Omar Khayyam. Nous pouvons citer ainsi des centaines et des milliers d’exemples pour prouver que la justice ne fonctionne plus dans mon pays ; quant à la laïcité elle est en train de disparaître !

Des centaines d’innocents ont péri lors des derniers attentats terroristes qui sont en recrudescence ; il n’y a plus de contrôle, les appartenances politiques des inculpés sont restés dans les ténèbres et les citoyens du pays vivent dans l’angoisse du futur et la peur. La Turquie est dans la période la plus difficile de son histoire. Je partage avec vous la phrase que j’aime beaucoup du célèbre metteur en scène Tarkovski ‘ Il y a de l’art parce que le monde n’est pas parfait. »

Discours généreux et qui sonne très juste quand on pense à toutes les atteintes à la laïcité et à la liberté de par le monde et pas seulement en Turquie. Discours d’autant plus important, en France, qui a connu, entre autres, les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper cacher en janvier dernier.

Mais, restons un peu sur le cas turc ; le président Erdogan, n’ayant pas gagné les élections législatives de juin dernier et ayant perdu la majorité absolue (même s’il cherchait une majorité plus large lui permettant de modifier la Constitution pour rendre le régime présidentiel et devenir de fait le Sultan du pays) a convoqué de nouvelles élections anticipées. C’est là que le génie machiavélique d’Erdogan est entré en ébullition : dans un premier temps, il a entamé la coopération militaire avec l’Alliance internationale contre l’Etat Islamique promettant de procéder à des frappes contre les terroristes. Il l’a fait mais… en se trompant de cible : dans la première semaine de frappes ; l’aviation militaire turque a frappé 400 fois des cibles kurdes et 3 fois des cibles de l’Etat Islamique : la proximité idéologique et religieuse de l’AKP avec l’EI a joué à fond. D’autre part, le fait d’avoir rompu la trêve avec les Kurdes a exacerbé les sentiments de la frange la plus nationaliste de la société turque qui s’est ralliée au président du pays. Quelques attentats plus tard, dont la cible ont été les milieux laïcs et les Kurdes, quelques descentes de police dans les locaux des médias d’opposition, quelques arrestations arbitraires de journalistes et d’intellectuels, et le tour était joué : majorité absolue et confortable.

Personnage clivant par excellence, le président turc a détruit tout ce que le pays a réussi à réaliser durant des décennies ; en réalité il a remplacé ces dernières années une élite laïque par une élite islamiste à tendances ottomanes. Les lois sur le port du voile dans l’administration, la fermeture autoritaire des réseaux sociaux, les attaques contre la presse d’opposition et contre les milieux laïcs, les lois sur l’enseignement religieux à l’école primaire qui exclut l’enseignement alévi, ses sorties, ainsi que celles de son bras droit, le Premier ministre Davutoglu, sur la politique familiale – allant jusqu’à proposer que l’AKP devienne entremetteur en mariage pour ceux qui n’arrivent pas à se marier et avoir au minimum trois enfants comme le prône Erdogan, ne sont que l’illustration de cette dérive paternaliste, autoritaire et islamiste. Le risque de durcissement de l’autoritarisme d’Erdogan après les élections est déjà palpable... 


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • SysATI 9 novembre 2015 20:45

    RTE est une calamité pour la Turquie...

    C’est vrai, mais c’est également un bienfait pour les turcs (tout au moins la moitié qui a voté pour lui) et il n’est pas prêt de quitter le pouvoir.

    Et même si je partage votre opinion, je vais vous raconter une anecdote récente pour vous le prouver....

    Il y a quelques jours je suis allé voir ma boulangère favorite, CHPiste de coeur (le PS Turc) et anti-AKP (le parti d’Erdogan) de toujours qui m’a raconté l’histoire suivante :

    L’un de ses clients/voisins a eu le malheur de perdre son père le jour de l’élection. Il téléphone donc à la mairie de son arrondissement (Kadiköy - CHP à 75% et anti-Erdogan à mort) pour leur demander de bien vouloir envoyer un corbillard chez lui.

    [il faut savoir qu’il n’y a pas de pompes funèbres en Turquie, c’est donc la mairie qui se charge des enterrements. Il faut également savoir que chez les musulmans, il n’y a pas de veillée funèbre et le défunt est généralement enterré le jour de sa mort]

    La mairie lui répond que malheureusement, à cause des élections, tous les fonctionnaires municipaux sont assignés au contrôle des urnes et que le papa devra attendre le lendemain pour pouvoir être enterré... Grosse crise, insultes, cris, mais rien n’y fait, la mairie est intraitable (ou ne peut pas traiter, peu importe). 

    Le fait est que le pauvre homme a le corps de son père sur les bras et qu’il doit attendre le lendemain pour pouvoir l’enterrer. Il téléphone donc à la mairie de l’arrondissement voisin : Üsküdar, qui elle est aux mains de l’AKP. Il s’excuse et leur explique son problème et la réaction de sa mairie. Non seulement ils l’écoutent, mais une heure après, il a devant chez lui un corbillard, des fonctionnaires municipaux et même un plateau de baklava (il est de coutume d’offrir des baklavas lors d’un enterrement) gracieusement offert par la mairie d’Üsküdar.

    Je passe sur les détails, mais le pauvre homme enterre donc son père comme il faut et vient raconter son histoire à ma boulangère....

    Il n’a de sa vie jamais voté pour un autre parti que le CHP et il exècre l’AKP....
    Et pourtant, il a décidé de voter pour eux à l’avenir....

    Entonnant non comme dirait Desproges....

    Voila la réalité turque d’aujourd’hui. Un vieux parti kémaliste laïc mais élitiste et sclérosé face à un parti efficace et proche des gens. Oui le patron est un voleur, oui c’est un être immoral, oui il est prêt à sacrifier tout pour son seul avantage, mais il est aussi remarquablement doué comme tribun et surtout il bosse et fait bosser son parti pour les petites gens.

    Tout le monde à sa petite ration de riz ou de haricots et de charbon tous les hivers. La santé et les hôpitaux sont d’un niveau incomparable à ce qui existait il y a 10 ans (et même mieux qu’en France !). Les revenus ont été multipliés par 2 ou 3 dans le même temps... etc etc

    Quand on a pas grand chose, on ne se préoccupe pas de savoir si les journaux sont libres ou si les femmes doivent porter le voile ou non. Et malheureusement la priorité ce ne sont pas les libertés individuelles, c’est de bouffer !

    Donc même s’il me débecte, Erdogan est malheureusement la pour rester vous pouvez le croire...

    • fred.foyn Le p’tit Charles 10 novembre 2015 09:15

      Erdogan n’est qu’un épiphénomène...Patience est longueur de temps.. !


      • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 10 novembre 2015 11:36

        Une autre France que celle de Patapouf premier existe aussi...

        Le problème dans les deux situations, c’est l’accès au micro, aux caméras, aux chéquiers des banquiers, etc...

        • Genc Osman Genc Osman 13 novembre 2015 21:02

          Vous évoquez la récompense qu’a reçu Fazil Say lors de la remise des prix de la laïcité. Ce serait plus des prix de l’islamophobie ce machin.


          Dans cet excellent article de Panamza, les intervenants de ce sinistre rassemblement sont décrits ainsi :

          Panamza a déjà évoqué, à maintes reprises, ce groupuscule para-maçonnique obsédé par l’islam et dirigé par Patrick Kessel, ex-grand maître du Grand Orient de France (l’obédience maçonnique d’Alain Bauer dans laquelle fut initié Manuel Valls). 
          Son vice-président : Alain Seksig, l’homme qui veut interdire le voile à l’université.
          Son co-fondateur : Pierre Bergé, le mécène du PS et de la mouvance sioniste qui juge « incompatibles » l’islam et la laïcité.
          Seront également présents ce soir deux organisateurs de l’opération touristique et sioniste « Tel Aviv sur Seine » : les adjoints au maire Bruno Julliard et Patrick Klugman.
          Dans le passé, le CLR avait soutenu et récompensé des figures-clés de l’islamophobie médiatique telles Charb, Jeannette Bougrab et Boualem Sansal.

          Pas étonnant donc que Fazil Say ai été invité et récompensé. Cette ordure a à maintes reprises insulté l’islam, le prophète et les musulmans. On voit donc que ce groupuscule n’a rien de laïc puisque la laïcité garantie la libre pratique des cultes en différenciant l’état de la religion seulement. Ces gens sont des islamophobes résolus qui font de leurs devises l’attaque sur tous les fronts de l’islam.

          Dernière nouvelle, Samuel Mayol qui avait été aussi célébré lors de ce colloque a été sanctionné par l’université dans laquelle il officie : « Suspension du directeur de l’IUT de Saint-Denis, accusé de manipulation islamophobe ». Il avait introduit des tapis de prière dans l’université pour ensuite dénoncer les faits tel le candidat FN d’une mairie qui avait brulé des voitures pour dénoncer une montée de la délinquance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès