Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > A l’aube des élections présidentielles 2009, en Algérie

A l’aube des élections présidentielles 2009, en Algérie

Les élections présidentielles en Algérie doivent avoir lieu en avril 2009 ; et déjà la polémique commence. Certains se disent favorables alors que d’autres, blasés, ne se prononcent même pas à propos de cette mascarade. La question qui se pose aujourd’hui est celle-ci : que pensent les citoyens de cette élection, et comment les Algériens interprètent-ils cet événement ?

On entend partout que c’est joué d’avance, mais aucune action n’est menée contre cette prise d’otage. Pourtant la situation est grave. Les citoyens sont spoliés de leurs droits et subissent au jour d’aujourd’hui ; d’un côté l’islamisme et de l’autre l’État policier qui viole tous les principes fondamentaux. La révision de la Constitution algérienne en est la preuve.

Le pire est que ce sont les partis démocrates qui sont visés. Le chef du gouvernement actuel a prononcé un discours pour dire que son principal objectif n’est pas le troisième mandat, mais de faire en sorte que l’opposition ne soit jamais majoritaire.

A ce sujet d’autres questions se posent : que font les partis d’opposition face à cette situation ? S’opposent-ils vraiment au gouvernement algérien ? Sont-ils à l’écoute de la société et du citoyen, ou ont- ils vendu leur âme au diable ? M. Benbitour, un ancien chef du gouvernement, a voulu nous rassurer en déclarant que l’élection présidentielle d’avril prochain battra tous les records en matière d’abstention, et que le taux de participation n’excédera pas, dans le meilleur des cas, les 10%.

Jai envie de poser les questions suivantes à M. Benbitour : - Pensez-vous que l’abstention soit une solution pour arrêter une telle mascarade ? Estimez-vous que l’Algérie a besoin de ça pour sortir de la crise ?

Je pense qu’il va falloir envisager des actions plus sérieuses et plus fermes. Il ne faut pas céder devant un pouvoir totalitaire qui ne respecte pas ses citoyens. Il est grand temps pour nous d’agir afin de défendre nos droits de vivre en femmes et hommes libres. Il est temps pour nous de réagir et de dire « non y’en a marre ! »

Crions ensemble le mot LIBERTÉ. Il ne faut pas céder à ces gourous qui nous gouvernent et à l’islamisme qui, avec la bénédiction de Bouteflika, prend de plus en plus d’ampleur au sein de notre société.

Med Zaher


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • gaiaol 6 février 2009 13:37

    pratiquement partout, les élections devoir citoyen, deviennent une implication mineure et de pure forme qui ne répondent plus qu’aux nécessités exigées et dirigées par de puissants commanditaires. en algérie, de meem, elles ne sont qu’habillage afin de maintenir au pouvoir des groupes qui controlent les richesses et se les partagent, dénudant jusqu’à l’os le peuple algérien.
    tous les peuples du monde sont fatigués, angoissés, cassés et usés par leur quotidien, l’intoxe, la désinformation, la crise, la mondialisation.
    la manipulation a ses plus beaux jours devant elle. plus les gens sont informés et plus le matraquage se fait intense... en algérie comme ailleurs... la solitude des peuples victimes est infinie


    • la fee viviane 6 février 2009 15:19

      je voudrais vous donner un conseil, si l’abstention ne sert à rien, il faut donc voter, en masse. Le vote blanc est-il pris en compte dans ce pays ? si oui, encouragez les gens à voter blanc, cela sera un signe. demander que l’ONU soit présente par des scrutateurs est aussi une solution, les partis d’opposition pourraient le faire. Mais je ne suis pas à la place des algériens.


      • Avérroès Avérroès 7 février 2009 17:31

        @ Viviane
         hélas ! dans notre situation, aucune solution "évidente" ne peut regler le problème. Il est vrai qu’il serait illusoire de tenter d’internationaliser le cas de l’Algérie, non pas que ça n’interresse personne, mais parce que ceux que ça interresse sont déjà de la partie ! Vousimaginez les réserves de gaz, de pétrole et de prédations qui font de ce pays un cas unique de gouvernance zéro.


      • Avérroès Avérroès 7 février 2009 17:33

        @ Viviane
         hélas ! dans notre situation, aucune solution "évidente" ne peut regler le problème. Il est vrai qu’il serait illusoire de tenter d’internationaliser le cas de l’Algérie, non pas que ça n’interresse personne, mais parce que ceux que ça interresse sont déjà de la partie ! Vousimaginez les réserves de gaz, de pétrole et de prédations qui font de ce pays un cas unique de gouvernance zéro.


      • pierrot123 6 février 2009 18:37

        On a peur de dire que tout ça est sans espoir...
        Et que le remède (une "révolution" ?) risque d’être encore pire que le mal...

        Hélas, un peu partout dans le Monde, la démocratie n’est plus qu’un leurre, enjolivé de temps en temps par des élections bidonnées, qui ne servent qu’à cautionner l’escroquerie du "Pouvoir au Peuple" ...
        Même dans les plus grandes "démocraties" : voir le double mandat de Bush, qui a permis aux plus malins de vider les caisses, pendant 8 ans, en toute tranquilité (on a baptisé ce hold-up historique de "Crise des Subprimes", ça fait plus "technique"...)

        Je répète ce qui est écrit plus haut :"la solitude des peuples victimes est infinie"...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Med Zaher

Med Zaher
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès