Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > A l’ombre des Jeux

A l’ombre des Jeux

A Pékin, tandis que des millions de personnes vibrent au rythme des exploits de leurs champions, des Michael Phelps et autres Ursain Bolt, quelque part loin de l’euphorie des légendes célébrées, des gloires éternelles que les foules adulent, dans l’ombre des milliers de condamnés à mort nourrissent l’odieux « trafic » d’organes humains.

Mais il ne faudrait pas trop le crier, rien ne doit venir troubler le déroulement de cette frénésie mondiale où sont brassés, sous le regard de Mao outré, des milliards de dollars. « On ne boycotte pas un quart de l’humanité », nous dit-on, surtout lorsque ce quart de l’humanité est un immense marché commercial, et qu’en ces temps d’incertitudes économiques, il serait plus intelligent, que dire, plus « realpolitik », de ne pas se mettre à dos le dragon de l’Empire du Milieu. Pourtant la Chine est aujourd’hui considérée comme le plus grand carrefour du trafic d’organes humains. Face à une demande de plus en plus forte[1], les autorités locales n’hésitent plus à faire appel à un autre type de « ressource naturelle et humaine », les condamnés à mort, parias en fin de parcours, viennent alimenter en « dons » d’organes « frais » un marché en plein « essor ».

Le trafic d’organes humains en Chine n’est pas un scoop. Au contraire, depuis le scandale des camps de prisonniers politiques[2], où de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer les « prélèvements d’organes sur les condamnés à mort » et se sont interrogées sur le nombre croissant de « transplantations d’organes », certaines organisations internationales ont décidé de mettre une pression supplémentaire sur le gouvernement central chinois. Avec une population vieillissante, les pays riches ont du mal à gérer la pénurie d’organes humains et la course souvent contre la vie, que se livrent des milliers de patients dans l’attente d’une transplantation, peut prendre des allures de véritables quêtes sans foi ni loi où l’éthique ainsi que les autres principes sont piétinés. Dans certains pays du Sud, le commerce des organes humains a fleuri sur la misère et la pauvreté. Les plus miséreux n’hésitent plus à vendre un de leurs organes contre quelques euros. Quelquefois, il arrive même que ces prélèvements se fassent dans la force sans consentement préalable des « donneurs » avec l’accord tacite ou implicite des gouvernements qui trouvent dans ces opérations hautement lucratives leur compte. Ce commerce honteux prend en Chine des proportions particulièrement inquiétantes, et avec l’opacité légendaire du régime chinois, il est à prévoir que le pire passe sous silence.

Selon David Matas et David Kilgour[3], deux éminents défenseurs et spécialistes des droits de l’homme qui ont enquêté sur ce phénomène en Chine, de « fortes présomptions poussent à croire que les prisonniers politiques du Falun Gong[4] sont utilisés comme donneurs volontaires »[5]. Tout dépend évidemment du sens que l’on attribuerait à l’expression « donneurs volontaires »[6]. Car derrière cette hypocrisie infâme se cache un commerce « pour le moins non-équitable » ne laissant vraiment pas le choix à ces condamnés à mort, dont les organes sont offerts à prix d’or aux nantis locaux et étrangers qui, contrairement à ces hommes achevés dans les goulags chinois, méritent de jouir de la vie coûte que coûte. Entre-temps, le nombre de transplantations d’organes en Chine, clandestinement ou officiellement, ne cesse d’augmenter avec le nombre de « donneurs volontaires ». L’on ne peut que deviner la douleur des familles à qui les corps mutilés[7] des proches exécutés sont rendus sans une « explication logique ».

La peine de mort en Chine est devenue une source de profits. Les condamnés, d’après les propres confirmations du gouvernement, subissent avec leur « autorisation » des prélèvements d’organes qui sont ensuite transplantés après « forte rémunération » au plus offrant. Ainsi la peine capitale n’est plus seulement un moyen d’éradiquer définitivement des « ennemis » du « socialisme », les « démocrates chevronnés », mais elle sert aussi à renflouer les caisses de l’Etat, et surtout les comptes bancaires de fonctionnaires corrompus. Une manière de joindre l’utile à l’agréable. Ce n’est pas demain que l’on arrêtera d’exécuter les prisonniers en Chine, le commerce des organes humains justifie désormais l’application de la peine de mort. C’est le seul pays au monde où exécuter des hommes fait gagner de l’argent. Scandaleux.

On suppose qu’il existe environ 41 500 greffons de source inconnue en Chine pour près de 9 400 donateurs enregistrés dans l’ensemble du pays. Selon la China International Organ Transplant, les greffes de reins représentent à elles seules à peu près 5 000 opérations par an. Par comparaison, en France l’on a estimé à près de 4 250 le nombre total de transplantation en 2005 avec, grosso modo, 1 375 donneurs « en état de mort cérébrale ». En Chine, on n’hésite plus à vanter sur le web la « flexibilité » du système comme l’a brillamment montré Bruno Philip dans son article paru dans Le Monde en avril 2006[8], et à prodiguer de précieux conseils aux potentiels clients. D’ailleurs qui sont-ils ces nababs ? De richissimes émirs qui s’offrent la « vie » à coût de pétrodollars, de fortunés industriels chinois qui profitent du laxisme et de la cupidité des fonctionnaires pour parvenir à s’acheter un rallongement de leur séjour sur Terre, des hommes venus de tous les coins du monde qui ont tout essayé ailleurs avant d’atterrir dans les hôpitaux chinois. La Chine devenant alors pour eux une sorte d’Eldorado[9]. Au lieu de plus de trente mois d’attente en moyenne pour une greffe au Canada, en Chine il suffit selon plusieurs observateurs d’une à deux semaines pour recevoir sa transplantation[10]. Avec cet argument imbattable, les clients se bousculent aux portes des hôpitaux locaux.

Même avec la législation qui interdit la vente d’organes humains en Chine adoptée en mars 2006, le commerce des organes humains demeure une vive préoccupation pour les associations de défense des droits de l’homme plus qu’inquiètes de l’afflux toujours important d’étrangers dans l’attente de transplantations dans les centres de santé chinois. Un récent reportage diffusé en août 2008 sur la chaîne d’information France 24, la « CNN » francophone, montrait que la pratique devenue officiellement illégale pour les étrangers reste encore fortement pratiquée. Et la disposition légale qui veut que les « donateurs volontaires » formalisent « par écrit leur consentement à la transplantation de leurs organes » est un pas certes significatif dans la bonne direction, mais demeure, face à un manque de volonté réelle de la part des autorités, largement inefficace. On pourrait penser qu’il s’agit de simples fumigènes pour noyer dans des déclarations et prises de positions pompeuses toute la responsabilité directe des autorités chinoises devant ce drame qui constitue pour un bon nombre de personnalités juridiques un crime contre l’humanité à l’instar de la Shoah, des génocides rwandais, cambodgiens, arméniens, etc. La nouvelle législation chinoise, passée pour calmer l’opinion publique mondiale, mettre à mal les « détracteurs irascibles » de la Chine et lutter contre la mauvaise publicité faite à ce « grand » pays, limite désormais à « certains hôpitaux agréés » les greffes, tout en exigeant de ceux-ci une vérification que les « organes proviennent de sources légales ». Depuis quelques semaines, le discours officiel est celui de l’éthique et du savoir-faire. Les hôpitaux chinois, quant à eux, ne cessent de recevoir en catimini les espérances des patients étrangers[11]. Le tourisme médical semble donc bien parti pour concurrencer le tourisme sexuel. Plus juteux et plus morbide, il tend à se développer avec une impunité quasi étatique.

La valeur de l’homme, la dignité humaine, cette notion extraordinaire qui sied aux grandes nations semble avoir perdu son sens originel depuis que l’économique a pris le pas sur tout. La Chine n’est pas en reste. Dans ces centres de détention où l’être humain attend son abattage[12], il ne vaut désormais plus que par ce que « valent ses organes »[13]. La réalité chinoise a dépassé toutes les fictions hollywoodiennes, « un gouvernement massacrant ses opposants pour vendre leurs organes à des clients privés nationaux et internationaux ».

Le commerce des organes humains est un marché juteux qui est implanté dans presque toutes les régions du monde. Des Balkans en Asie en passant par l’Amérique latine, des réseaux contrôlent ce trafic et profitent de la misère des populations les plus pauvres. A travers le rapt, les crimes, les trafiquants ne lésinent sur les moyens pour répondre à la demande de riches clients pressés de « vivre ». Pourtant, il convient de souligner que la gratuité des dons et l’intégrité physique sont des exigences fondamentales qui permettent d’assurer que les transplantations des organes soient conformes à l’éthique et répondent donc aux normes internationales[14]. Des dispositions qu’aucun Etat ne peut ignorer, aussi puissant soit-il.

Il est connu que lorsque le peuple est grisé par les maux sociaux, qu’il rumine des envies de « révolution », il est judicieux de lui offrir du pain… et des Jeux ! Avec ces Jeux controversés, l’attention du monde est détournée vers l’éclat des médailles de ces « héros » modernes, et les cris de détresse des âmes bafouées sont couverts par les « viva » des foules en délire. Les grandes messes sportives sont aussi celles qui contribuent à enterrer les valeurs fondamentales telles que la liberté et la dignité. Tandis que les yeux sont rivés sur l’or des récompenses et que les esprits tremblent d’émotion, les véritables combats se perdent dans le silence et l’indifférence. Il semble que certains soient de plus en plus en colère contre ces « bien-pensants » de « droits-de-l’hommistes » qui font de la souffrance des peuples marginalisés et oppressés une indécente campagne « marketing ». Ces « faux » sauveurs qui n’ont rien d’autre à faire que de donner des leçons à ceux qui travaillent réellement pour le bien commun c’est-à-dire la préservation des intérêts stratégiques et financiers. Ces « gauchistes » qui n’ont pas encore compris qu’il fallait vivre son temps sans complexe et sans conscience, parler de la dignité humaine en gardant un œil ouvert sur les partenariats économiques. Nul été le travail formidable de ces « petits prétentieux » qui diffusent contre vents et marrées des « vérités qui dérangent », les mots liberté, dignité et égalité résonneraient creux à l’oreille des générations d’aujourd’hui. Dans les ténèbres de la flamme olympique qui brûle dans ce « nid d’oiseaux », des hommes et des femmes qui ne goûteront pas à l’or des médailles se battent pour que cessent enfin cet horrible « business » des organes humains, au détriment des humiliations, et trop souvent de leur vie.



[1] « Aux États-Unis, près de 80 000 personnes attendent désespérément une greffe d’organes. » - Source Amnesty International.

[2] « Enquête sur un crime d’État économiquement rentable » par Jean-Philippe Bonan.

[3] Le 6 juillet 2006 David Matas et David Kilgour rendaient public le rapport concernant « les allégations de prélèvement d’organes de pratiquants de Falun Gong en Chine ».

[4] « Le mouvement spirituel Fa Lun Gong a de nouveau été la cible de mesures de répression au mois d’avril. Un représentant des autorités de Pékin a précisé que toute activité liée au Fa Lun Gong était illégale, ce groupe ayant été déclaré « hérétique » et interdit. Selon les informations reçues, un grand nombre de pratiquants restaient en détention et, de ce fait, risquaient fortement d’être torturés ou soumis à des mauvais traitements. » - Rapport 2006 d’Amnesty international.

[5] « Si ce rapport n’apporte pas la preuve irréfutable de l’utilisation de prisonniers « politiques » comme fournisseurs d’organes il pose suffisamment de questions sur la probabilité des faits. » - Matas et Kilgour.

[6] « Comment croire à la capacité de prisonniers de s’opposer aux prélèvements, quand on connaît l’absence de leurs droits dans ce pays. » - Bonan.

[7] « Leur mutilation est conforme à un prélèvement d’organes. » - Matas et Kilgour.

[8] L’article de Bruno Philip « Au cœur du trafic d’organes en Chine » publié dans Le Monde du 25 avril 2006 en fait état : « La publicité en ligne sur le site du Centre international d’assistance à la transplantation de la ville de Shenyang, dans le Nord-Est chinois, affiche sans complexe la couleur : "Donneurs d’organes disponibles immédiatement ! Contactez-nous avant de tomber très malade ! Un conseil : sachez qu’en décembre et en janvier, c’est la bonne saison, quand le nombre de donneurs est le plus élevé ; cela vous permettra d’attendre le minimum de temps avant de vous faire greffer un organe" ».

[9] « Shi Bingyi, vice-président de l’Association médicale de greffes d’organes en Chine, affirme qu’il y a eu en Chine environ 60 000 transplantations entre 2000 et 2005 » - Bonan.

[10] « Le site internet de l’hôpital de Changzheng, à Shanghai, indique : « ... Le temps d’attente moyen pour une offre de foie est d’une semaine parmi tous les patients » - Bonan.

[11] « Shanghai, première destination des Israéliens pour les greffes », par Delphine Matthieussent, Le Monde, avril 2006.

[12] Pour rappel, le nombre officiel d’exécutions capitales en Chine est de 1 600 par an, soit 9 600 pour six ans, selon Amnesty International il faudrait compter au moins 6 000 exécutions par an en Chine.

[13] « Pour Huang Peng, un ancien membre du personnel pénitentiaire chinois, « les organes des prisonniers exécutés constituent pratiquement la seule source de greffes » du pays. » - Source The New York Times, 2001.

[14] « Lors de son assemblée du 13 mai 1991, l’OMS a approuvé les principes directeurs en matière de transplantation, dont les points 5 à 9 inclus traitent spécialement de l’interdiction de commercialisation. "5. Le corps humain et les parties du corps humain ne peuvent faire l’objet de transactions commerciales. En conséquence, il devrait être interdit d’allouer ou de recevoir un paiement (y compris les autres formes de compensation ou récompense) pour des organes. 6. Il devrait être interdit de faire de la publicité autour du besoin ou de la disponibilité d’organes dans le but de demander ou proposer un paiement. 7. Il devrait être interdit à des médecins ou autres professionnels de la santé de s’engager dans des procédures de transplantations d’organes s’ils ont une bonne raison de croire que les organes en question ont fait l’objet de transactions commerciales. 8. Tout paiement excédant une rémunération équitable des services prestés devrait être interdit pour toute personne qualifiée participant à des procédures de transplantation d’organes. 9. A la lumière des principes de justice distributive et d’équité, les organes donnés devraient être attribués aux patients sur base de la nécessité médicale et non sur la base de considérations d’ordre financier ou autre". » - Source OMS.

Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (54 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès