Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > À Pékin, le métro se paie en échange de bouteilles en plastique

À Pékin, le métro se paie en échange de bouteilles en plastique

Un État digne de ce nom est un État qui résout (ou tente de résoudre) les problèmes systémiques en imposant des politiques visant à obtenir des résultats. Un exemple qui nous vient de Chine - pays me direz-vous qui a encore beaucoup de progrès à faire en matière de protection des travailleurs et de l’environnement – illustre « plastiquement » ce concept.

Le métro de Pékin permet aux passagers de voyager gratuitement en échange de bouteilles de plastiques usagées. Les voyageurs peuvent de cette façon contribuer à la préservation de l’environnement tout en économisant de l’argent.

Ainsi, chaque usager pourra recharger sa carte de transport en insérant des bouteilles dans des machines futuristes. Se déplacer librement sur les huit lignes et cent-cinq stations de la capitale chinoise « coûtera » ainsi une vingtaine de bouteilles plastiques.

Seule la ligne 10 est actuellement concernée par l’installation de ces machines à recycler. Le service est encore en phase d’essai. Mais les autorités chinoises comptent bien équiper dans les prochains mois le réseau métropolitain de quelque 3.000 machines, tout en envisageant la possibilité d’étendre ce service aux autobus et aux autres transports en commun.

Cette innovation permet non seulement de favoriser le recyclage en incitant le public à acquérir les réflexes écologiques, mais aussi de favoriser l’utilisation des transports en commun.

Capitaine Martin


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Tall 26 août 2013 10:28

    bien pensé ça ...


    • devphil30 devphil30 26 août 2013 11:00

      Supprimons les bouteilles plastiques plutôt que de les valoriser pour le transport , retrouvons des contenant recyclable. 

      Philippe 

      • Le printemps arrive Le printemps arrive 26 août 2013 20:00

        Philippe, vous avez raison pour le contenant recyclable et en même temps, le lobotomisé de base a besoin qu’on utilise des techniques de manipulation pour le faire changer.

        C’est une initiative utile, pas une fin en soi.


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 26 août 2013 21:38

        « Supprimons les bouteilles plastiques plutôt que de les valoriser pour le transport , retrouvons des contenant recyclable. »


        Le verre, c’est vraiment plus écolo ?

        Prenons deux bouteilles. Une en verre et une en plastique.

        On fabrique le verre une fois, de retour la bouteille est lavée et réutilisée, ou brisée et refondue. MAIS son transport est plus onéreux car plus lourde et consomme par conséquent PLUS de carburant. Sans parler de l’énergie nécessaire à sa réutilisation et sa refonte.

        On fabrique le plastique une fois. La bouteille vide, on la recycle. Le plastique est refondu et réutilisé pour faire un autre contenant ou tout autre objet. Son coût de transport sera moindre car le plastique est plus léger et consomme donc moins d’essence. MAIS il faudra fabriquer une autre bouteille.

        Et si on réutilisait les bouteilles en plastique, comme on fait avec les bouteilles en verre ? Qu’est-ce qui empêche de le faire au fond ?

      • eau-du-robinet eau-du-robinet 26 août 2013 11:10

        Une vingtaine de bouteilles pour faire un déplacement ... il faut emporter un grand sac de poubelle contenant des bouteilles non compressé, car comme on voir bien sur la photo que la bouteille en plastique n’est pas plié.

        L’idée de rembourser les bouteilles en plastique est bonne, mais je ne pense pas que la métro est le bon endroit pour récupérer les bouteilles mais plutôt les supermarchés.

        En Allemagne les bouteilles consignées en verre sont récupéré dans les supermarchés depuis des dizaines d’années déjà .... le bon de consigné est ensuite imprimé et pris en compte à la caisse du supermarché.


        • Hermes Hermes 27 août 2013 13:03

          Cela existait aussi en France avant l’ère du tout plastique !


        • spartacus spartacus 26 août 2013 12:28
          Lorsque l’on passe en Chine, on est toujours surpris de la propreté du métro, et des alentours du métro. Notamment par la récupération des tickets, qui doivent être donnés dans la machine pour sortir.
          Cela contraste avec les couloirs du métro en France et les alentours du métro Parisien ou les entrées sont jonchées de tickets usagés. 

          A Hong Kong, le tramway à 2 étages vaut le passage. Le prix est dérisoire, et les gens avancent dans le wagon au fur et a mesure du trajet et des départs par l’avant des voyageurs qui sortent.
          Les gens rentrent par un coté, un tourniquet empêche de descendre par ce coté, et sortent tous devant à coté du chauffeur. Un panneaux demande de ne pas rentrer dans le tramway si on a pas la monnaie exacte pour ne pas perturber le drop-in-monney de la sortie à coté du chauffeur. C’est très mal vu de rentrer sans la pièce de monnaie qui sert à sortir. Il n’y a pas de tickets.

          • appoline appoline 26 août 2013 13:41

            C’est hélas le problème des français : la crasse et l’irrespect. On veut toujours prendre exemple sur les pays du nord, on ne peut pas, le français est un branleur patenté, seuls une petite proportion de la population prend conscience de ce type de gestes citoyens, les autres sont bons pour la ligature de trompes.


          • zozoter 26 août 2013 16:54

            Spartacus est moinssé sur un témoignage de cette qualité, pourquoi ?
            Il s’appelle Spartacus ? C’est terrible.


          • zozoter 26 août 2013 17:10

            Témoignage totalement racialiste de Par appoline (---.---.---.48) 26 août 13:41.
            J’ai habité en Savoie ( prox Suisse ) les porcs passaient la frontière et vidaient leur cendrier de bagnole par terre. Et le plus marrant n’est pas que les Suisses nous traitent de dégueu, ce sont des gus comme vous qui colportez çà !

            Un exemple : les nazis faisait valoir que les sous hommes dans leurs camps étaient bien des porcs, ils n’avaient qu’une hygiène pas aux standard de la Race Supérieure et ils justifiaient leur cruauté envers eux pour ce motif. Etonnant non ?

            Un autre pour la route, IKEA, ils vendaient des gants de toilette, z’en vendent plus, et vous savez pourquoi ? Parce que l’on est pratiquement les seuls à en utiliser, beaucoup utilisent des « débarbouillette » et c’est parce qu’on est des dégueulasses.

            On utilisent moins de brosse à dents que les racistes du Nord de l’Europe, vous savez pourquoi ?
            Nous français avons un langage très articulé et l’auto nettoyage de la bouche est plus marqué.

            Mais, les adeptes de Parti de l’étranger colportent des mensonges.

            Sinon en France, il y a plein de merde par terre, on a enlevé les poubelles, il aurait fallu continuer de payer un mec pour les vider. Essayez donc de débusquer les poubelles publiques !!
             


          • Le printemps arrive Le printemps arrive 26 août 2013 20:04

            @ Zozoter,
            le commentaire de Spartacus transpire l’adoration du mouton bien dressé qui ne fait aucune vague, qui bosse sans se plaindre. Je comprend que certain l’ai moinssé !


          • Alibaba007 Alibaba007 27 août 2013 14:41

            Sans aller dans le même sens (xénophobe ou raciste) que Zozoter, je me rappelle que pendant mon enfance, je jouais avec ma sœur au jeu de reconnaître si on avait passé la frontière en se fiant uniquement aux cahots dus au revêtement routier. La même chose était également valable au sujet des détritus sur le bord de la route.

            Aujourd’hui, je pense que je pourrais faire le même test mais, les pays sembleront s’être inversé tant la politique de l’entretien à changé depuis quelques années.

            Jeter un mégot, un chewing-gum ou cracher par terre à Singapour peut vous coûter très cher (et pas qu’en termes de liberté) !!!

            Trouver une solution pour favoriser les transports publiques n’est que politique et dépend d’intérêts financiers.

            Que les gens doivent participer écologiquement au prix de leur transport est une bonne idée pour la contrepartie sociale et écologique mais n’a rien à voir avec la mise en place d’une politique sociale de gratuité des transports en communs.

            En fait c’est du « greenwashing » car celui qui ne consomme pas de boissons en bouteilles ne pourrait pas prendre gratuitement les transports publiques...

            Autre exemple d « Écoblanchiment » à Genève avec les transports publics genevois avec le projet TOSA 2013 avec les arguments ci-dessous :
            Exemple : 
            -Le TrolleyBus qu’il va remplacer n’émet pas non plus de CO2 ni n’est plus bruyant. 
            -Il permet bien d’améliorer l’impact visuel car il n’aura plus de pantographes ni de lignes suspendues en hauteur dans les rues.
            -Il ne participe absolument pas à l’efficacité énergétique car quoi de moins efficace que de charger des batteries en considérant les pertes inhérentes connues des batteries rechargeables au niveau énergétique, de temps de recharge et de durée de vie.
            -Encore heureux qu’il réponde aux exigences d’exploitation car sinon pourquoi mettre en place un système pas adapté à l’usage pour lequel on le détermine.
            -il « Préserve bien la santé et la sécurité que l’autre modèle avec fils car il supprime les dangers d’électrocution avec la haute tension des caténaires... (bien que personne n’est censé les toucher hormis les agents de maintenance.)
            Evidemment, on omet de préciser qu’il va polluer énormément plus car il va devoir régulièrement changer ses batteries qui, même si elles sont rechargeables, n’ont pas une durée de vie illimitée et contiennent des matières hautement toxiques.

            Deux dictons de ma nièce Adélaïde qui ne proviennent pas de l’ami africain d’olivier smiley

             »La fin justifie les moyens qu’on veut bien se donner«  et  »Si tu veux noyer ton chien tu n’as qu’a dire qu’il polluait sa rage"





          • Prismo Esse Prismo Esse 26 août 2013 13:10

            Sympathique comme idée, même si c’est pas super pratique...


            • appoline appoline 26 août 2013 13:42

              En tous cas, ils ont le mérite d’essayer.


            • Robert GIL ROBERT GIL 26 août 2013 18:05

              etonnant ces chinois, dans le bien ou le moins bien...mais qui chaque fois nous nous surprennent...

              voir : AH, LA CHINE !


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 26 août 2013 21:40

                Bah, moi, je suis bien arrivé à pied par la Chine !


              • Alibaba007 Alibaba007 27 août 2013 15:04

                @Mmarvinbear


                Vaut mieux ça que sa contrepétrie !!!

                 smiley

              • Cedced 27 août 2013 09:47

                Bonjour,

                Belle invention.
                Enfin surtout pour inciter à la consommation de boissons en bouteilles plastique.
                Et puis surtout produire d’autant plus de déchets.
                En France pays du vin, nous aurons peut-être un jour une machine à recycler les bouteilles de pinard pour prendre le vélib’ ?

                @+


                • escartefigue 27 août 2013 12:26

                  Putain , j’ va m’ installer en Chine et emmener toutes mes bouteilles 

                  vides , j’ va pouvoir voyager 5 ans ....

                  • Surya Surya 27 août 2013 13:32

                    C’est une idée, en effet, mais je pense moi aussi que transporter vingt bouteilles plastique pour avoir droit à un seul trajet gratuit, ça fait un peu cher (et encombrant) le trajet gratuit, d’autant que, comme le souligne Cedced, ça incite à la consommation (de sodas ?). A moins de boire comme une éponge, on n’aura jamais beaucoup de trajets gratuits dans la semaine.
                    De plus, la machine coûte certainement cher à la fabrication et à l’achat, doit être pleine assez rapidement, et je suppose qu’une personne doit etre payée pour la vider régulièrement, coût qui, je l’imagine, doit probablement être pris en charge par la compagnie de transport ?
                    Je trouve qu’il serait plus pratique et plus rapide de consigner ses bouteilles au supermarché en l’échange de jetons (ou tickets, codes promotionnels...) que l’on convertit ensuite en ce qu’on veut : réductions au supermarché, tickets de métro... pourquoi pas places de cinéma ? Faire le plein pour sa voiture ? Tout ce qui est recyclable peut être recyclé et converti.


                    • Alibaba007 Alibaba007 27 août 2013 18:29

                      @Surya


                      la machine coûte certainement cher à la fabrication et à l’achat, doit être pleine assez rapidement, et je suppose qu’une personne doit etre payée pour la vider régulièrement, coût qui, je l’imagine, doit probablement être pris en charge par la compagnie de transport ? 

                      Non en fait tu as tout faux, les bouteilles sont déchiquetées et compostées, chargées dans le réservoir du véhicule et brûlées dans la chaudière du métro pour fournir l’énergie prévue pour le déplacement.

                      Il faut juste prévoir quelques bouteilles de plus (d’oxygène cette fois) pour pouvoir tenir le temps de déplacement. 

                       smiley


                      « Je trouve qu’il serait plus pratique et plus rapide de consigner ses bouteilles au supermarché en l’échange de jetons (ou tickets, codes promotionnels...) que l’on convertit ensuite en ce qu’on veut : réductions au supermarché, tickets de métro... pourquoi pas places de cinéma ? Faire le plein pour sa voiture ? Tout ce qui est recyclable peut être recyclé et converti. »

                      Bonne idée ! ...et si on s’y mettait tous !?!

                      En Suisse, de grandes campagnes d’information et d’incitation au recyclage ont été mises en place avec succès auprès de la population, qui, bien ordrée et disciplinée agit dans ce sens là depuis bien des années. Tri des déchets organiques, plastiques, aluminium, fer blanc, objets encombrants, PET, verre, papier, piles et batteries, habits, huiles, appareils électroniques, objets encore fonctionnels... mais le tri a un coût et bien que les habitants y participent très activement, certaines communes ou cantons mettent en place des taxes et autres moyens de financer ce recyclage, qui touchent toujours les mêmes personnes à savoir l’utilisateur final en s’appuyant sur l’argument du Pollueur-Payeur.

                      Maintenant, les grandes surfaces emballent et sur-emballent la plupart des articles qu’elles mettent sur leurs rayons (simplifiant la manutention et minimisant les pertes tout en augmentant le gaspillage de matières et par là-même la pollution de notre environnement) rendant le consommateur complice de ce désastre.
                      On assiste à une migration des déchets d’une région taxée à une autre non taxée (au niveau des sacs d’ordures), de la mise en place d’équipes d’investigation pour inspecter les sacs pirates et retrouver les fraudeurs à amender...

                      Pourtant, des règles simples peuvent être mises en place par les politiques, régulant certaines pratiques courantes et limitant le gaspillage inutile en répercutant les contraintes sur les entreprises qui utilisent ces procédés, par le même moyen de taxes sur l’emballage et déchets de remplissage (chips de polystyrène, etc.) ainsi que de taxes sur le transport de toute marchandises selon la distance parcourue et leur provenance d’origine... 

                      Cela occasionnerait un changement radical de l’économie capitaliste car la plupart des entreprises de la grande distribution qui se sont développées au détriment des petits commerçants verront leurs revenus fait sur des produits de consommation courante grandement diminuer car ils devront répercuter les taxes sur les prix des marchandises.

                      On verrait grâce à cela un retour des emplois locaux, des commerces de proximité proposer des produits régionaux réapparaître.
                      Çà signifiait que le café, les bananes, l’huile de palme, le soja, le pétrole et plein d’autres marchandises seraient payées à leur juste prix, donc beaucoup plus chères et donc deviendraient de par là même des produits de luxe ou en rendrait l’exploitation inabordable. 
                      Mais sommes-nous prêts à dire adieu à nos habitudes quotidiennes de consommation ? habits bon marché made in Bengladesh, panneaux solaires chinois, kiwis de nouvelle Zélande, chocolats et autre produits d’utilisation courante provenant de l’autre bout de la planète ou ayant effectué un nombre de kilomètres incalculables ?

                      Malheureusement, les lobbys industriels et mercantiles capitaliste sont bien trop influents pour que nos élus parviennent à imposer ce genre de mesures.

                      Tant qu’il n’y aura pas une réelle démocratie populaire accompagné d’un lot de mesures indispensables ; totale transparence du gouvernement, séparation des pouvoirs, non cumul des mandats et une reprise de contrôle des banques par les états souverains, je crois qu’il n’y a rien a espérer d’autre que des changements « cosmétiques et superficiels » sous couvert de « greenwashing » ou « bullshitisme » habituels.
                       smiley




                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès