Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > À propos de M. Barack Obama

À propos de M. Barack Obama

De la démocratie au show-biz.

J’éviterai, par respect pour la grande démocratie américaine et de ses citoyens, de tomber dans le piège que j’observe ici ou là et qui consiste, pour certains qui, comme moi, ne sont pas citoyens américains, de tresser des couronnes de lauriers à M. Obama, candidat élu pour prétendre à la Maison-Blanche. Même s’il nous faut admettre qu’il est plutôt hors les normes habituelles et d’un profil tout à fait singulier.

Par respect pour cette démocratie, ce serait un mauvais service à rendre à M. Obama que de le faire passer, face à l’opinion américaine - si chatouilleuse et versatile - pour le “candidat de l’étranger”, c’est-à-dire celui que la majorité des autres nations voudraient voir élire en novembre prochain. Les Américains n’aimeraient certainement pas que leur futur président soit porteur d’un tel label ; ils sont trop attachés à leur indépendance. Et ils ont raison.

Faisons donc abstraction de nos préférences personnelles : les Etats-Unis sont une grande nation et ses citoyens doivent pouvoir choisir leur président sans avoir ce type de préoccupation. Ce sera donc ou M. Obama ou M. Mc Cain : l’un ou l’autre sera bien le prochain président que se choisiront les Américains. Et ils auront fait un bon choix, puisque parfaitement démocratique.

AU PAYS DU "MELTING-POT"


Mais, qu’on l’admette ou non, cette élection au sein du Parti démocrate, tant dans sa forme que dans son résultat, nous interpelle tous.

Sur la forme, cette élection est exemplaire, même si le système des “primaires à l’américaine” est particulièrement obscur pour les non-initiés que nous sommes.

Les Etats-Unis sont, ne l’oublions pas, le pays qui a inventé l’expression “melting-pot”. Cette première élection d’un métis pour concourir à la plus haute fonction de ce pays a un sens très fort. Et le discours que vient de prononcer M. Obama à Philadelphie sur la question de la race constitue une immense avancée, pas seulement pour les citoyens américains, mais aussi pour tous les citoyens du monde. Ce discours a valeur d’anthologie et mérite d’être couché dans tous les manuels scolaires.

UNE EXTENSION DE LA DÉMOCRATIE


Passant outre cependant cette élection strictement interne aux Etats-Unis, du point de vue de l’évolution de la démocratie, nous venons de vivre une véritable campagne électorale. Non pas pour désigner le président, mais pour la désignation d’un candidat à la présidence.

On avait déjà vécu un peu ça en France avec la désignation de Mme Ségolène Royal contre ses rivaux du Parti socialiste. Aujourd’hui, donc, dans deux pays aussi différents que les Etats-Unis et la France, voici que les citoyens se saisissent de la sélection des candidats, autant que de l’élection ensuite de ceux qui accéderont à des postes électifs. C’est une extension considérable de la démocratie.

UN TOURNANT POUR LE MONDE ENTIER


En ce qui concerne cependant les Etats-Unis, si d’aventure M. Obama était élu président le 4 novembre prochain, ce serait un tournant formidable, pas seulement pour les États-Unis eux-mêmes, mais pour le monde occidental tout entier : en effet, la mauvaise image actuelle des Etats-Unis retentit sur le monde entier. La mésaventure irakienne, même dans des pays qui l’ont combattue comme la France, a des effets négatifs sur l’image que le monde se fait de l’Occident.

D’ailleurs, les observateurs qui visitent actuellement le continent africain, constatent combien la désignation de M. Obama fait figure d’événement dans les opinions et suscite la plus grande attente : il était pour elles inimaginable qu’un président américain puisse être un homme de couleur. Il y a une certaine fierté qui paraît désormais chez elles. Même Al-Qaïda perdrait une partie de son aura dans ces populations : ce serait un très mauvais coup pour Ben Laden comme jamais il aurait subi auparavant. Ce serait une sorte de réconciliation des Etats-Unis avec le reste du monde. Inimaginable il y a peu encore.

Enfin, si encore M. Obama était élu, tout serait à reconstruire : les Etats-Unis sont actuellement paralysés : même s’ils sont toujours la première puissance mondiale, M. Obama ne pourra pas poursuivre la politique de M. Bush Jr, ni en matière économique ni encore moins en matière diplomatique. On peut d’ailleurs observer que la campagne de M. Obama repose sur le thème du “changement” : nous sommes bien placés en France pour savoir que “ça marche” assez souvent, même si après on connaît d’autres lendemains...

Comment donc empêcher, dans de telles conditions, cette sorte de séduction que M. Obama a suscitée dans nos démocraties occidentales ?

DE LA DÉMOCRATIE AU SHOW MÉDIATIQUE

Par contre, on ne peut occulter les conditions nécessaires aux Etats-Unis pour emporter de telles primaires : il ne suffit pas seulement que le candidat ait des qualités de conviction exceptionnelles : M. Obama en est largement pourvu. Mais, en même temps, il y a dans cette élection américaine - et on ne peut l’ignorer - une masse d’argent considérable, permettant de déployer une force dans les médias qu’on ne peut mesurer. Il y a aussi, en plus, un art consommé - inimaginable en France - du sens de chaque mot, de chaque plaisanterie, de chaque intonation de la voix, de chaque geste, de chaque mouvement du corps de l’orateur : tout est testé sur des panels représentatifs de citoyens pour être ensuite analysé et corrigé comme il se doit. C’est une immense mise en scène digne des plus grandes productions hollywoodiennes, où chaque détail a son importance et est organisé avec la plus grande minutie. Et quand on observe M. Obama sur les images qui nous sont transmises, il faut reconnaître qu’il est un très grand acteur, digne de son succès (j’allais dire un très bon élève de ses maîtres en communication).

On a donc le sentiment d’une élection plus artificielle que sincère dans les discours : tout est tellement organisé au cordeau. On a grand mal, de ce côté-ci de l’Atlantique, à apprécier : ceci est tellement éloigné de notre culture politique. Encore que, dans certains meetings électoraux à grand spectacle de M. Sarkozy, on peut se demander si... Et même chez ceux de Mme Royal...

Et quand on entend, par contre, un autre discours prononcé par M. Obama sur Jérusalem, même s’il était vraisemblablement conscient qu’il décevrait considérablement le monde arabe, il est clair qu’il était surtout destiné à capter les voix du lobby juif, très puissant aux Etats-Unis. Et pourtant on sait bien que les Noirs et les juifs ne s’y accordent pas beaucoup. Mais tout était bien pesé d’avance, et le choix a été fait en considération du poids respectif de ces deux communautés.

UNE MARGE DE MANŒUVRE TRÈS ÉTROITE


Donc, qu’il le veuille ou non, la marge de manœuvre de M. Obama, s’il était élu, sera bien moindre qu’on pourrait l’espérer.

La magie du spectacle touche là ses propres limites : après la chaleur de la salle et du rêve qu’elle entretient, il y a ensuite le froid et la dure réalité chaotique de la rue qu’on retrouve.

Pas facile, la démocratie ! Surtout quand elle arrive à ce niveau où la réalité politique doit s’allier désormais au show-biz.

Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 16 juin 2008 11:32

    Le problème en France ce sont la culture anti-américaine primaire de la formation des journalistes

    Rappelons que l’école du journalisme est dirigée par un troskiste ,dont le discours envers les USA sera toujours de dire aux candidats journalistes que les USA c’est le mal absolu surtout si il est "républicain".

    Il ne fait aucun doute pour une majorité de Français que la différence entre un "démocrate" et un "républicain" n’existe pas car ces partis représentent avant tout des lobbys et des industries.

    En fait,nous assistons à ce que nous voyons de plus en plus dans les émissions de "Star académy" ou la belle blonde aux yeux bleux et aux mensurations exceptionnelles à laissé sa place à la blonde de tout les jours aux mensurations standards.

    Bref,OBAMA c’est un peu cela,il cherche à nous faire croire qu’en mettant un "black",la guerre en IRAK sera justifié et que le "pardon" sera plus facile

    Ce n’est qu’un produit de marketing et soyons certain que les américains au lieu d’une couverture sociale universelle,ils auront la bible et un prêcheur !

     

     


    • Ludewic Mac Kwin De Davy 16 juin 2008 11:42

      "un produit marketing" -----------> un peu comme un Sarkozy ante et post periode electorale..


    • Traroth Traroth 16 juin 2008 19:16

      Aucun candidat de gauche ne trouve grâce à vos yeux, visiblement. Surtout s’il a une chance de se faire élire (ce qui n’est pas réellement le cas d’Obama, puisque les Républicains vont encore truquer les élections)


    • Olga Olga 16 juin 2008 12:05

       

      @François

      "par respect pour la grande démocratie américaine" " Par respect pour cette démocratie"

      Il n’y a pas de grande démocratie sans respect des droits de l’homme et des valeurs démocratiques. Voilà ce que fait votre grande démocratie :

      • Elections truqués et candidats choisis par des lobbys tout-puissants
      • Peine de mort (avec des exécutés qui sont parfois innocentés a posteriori)
      • Guerres injustes, tortures, détentions inhumaines sans respect des conventions internationales
      • Des civils innocents qui paient le prix cher dans chaque conflit mené par les USA
      • Emploi d’armes pour le moins abjectes : bombes à fragmentation, mines antipersonnel, uranium appauvri, etc
      • Rejet systématique de tout traité international qui vise, à combattre le réchauffement climatique et à limiter la pollution
      • Des médias qui sont aux mains des lobbys (voir les 75 experts consultés par les médias qui étaient des taupes du Pentagone) ...
      • ...

      Ceux qui veulent, pourront compléter cette liste (avec des liens intéressants, j’en suis sûre)...


      • Deneb Deneb 17 juin 2008 06:54

        1. War is Peace - selon les dirigeants americains, la guerre en Orient est indispensable pour assurer la securité et la paux aux USA

        2 Ignorance is Strength - 11 sept. 2001, anthrax, Enron, Carlyle group .. La verité est complèxe à ce que l’on nous dit. Elle nous démoraliserait, elle est improductive. Heureusement qu’il y a le foot et les JO !

        3 Freedom is Slavery - la liberté c’est pouvoir s’echeter sa maison, et passer le reste de sa vie pour la payer, en engraissant les banques. Comme ça on est sûr qu’en cas de guerre ou famine vous ne fuirez pas sous des cieux plus cléments, mais defendrez armes en main votre propriété sacré.

        Les trois slogans sont de 1984, de G. Orwell, c’est la propagande du parti de Big Brother. Ecrit en 1948, on dirait que le livre est depuis une grande source d’inspiration pour tous les dirigeants, pas seulement américains.

         


      • ZEN ZEN 16 juin 2008 12:26

        USA : démocratie de façade, élections-alibi...

         

        Maison-Blanche 2008 : un show anti-démocratique (Entretien sur le processus électoral aux États-unis) :
        "...Le système électoral est un casse-tête que l’immense majorité des citoyens ne comprend pas. Dès la fondation des États-Unis, les choses ont été volontairement embrouillées et elles ont été complexifiées avec le temps. La Constitution des États-Unis a été conçue en réaction à la Déclaration d’indépendance. Il s’agissait d’arrêter un processus potentiellement révolutionnaire et de créer une oligarchie nationale qui se substitue à l’aristocratie britannique. Alexander Hamilton —le principal père de la Constitution— a imaginé un système pour empêcher toute forme de souveraineté populaire : le fédéralisme. Ce mot est équivoque. Dans la vieille Europe, on l’utilise pour désigner une forme d’union politique démocratique qui respecte les identités particulières et maintient des souverainetés partielles. On pense à la Confédération helvétique par exemple. Hamilton, quant à lui, a pensé le système non de bas en haut, mais de haut en bas. Il n’a pas fédéré des communautés locales pour créer un État, mais il a divisé l’État en utilisant des communautés locales....Alexander Hamilton était obsédé par sa hantise de la « populace » et sa volonté de créer une oligarchie états-unienne équivalente à la gentry britannique. Au cours du temps, son courant politique a imaginé toutes sortes de verrous pour tenir le peuple loin de la politique.Comme toujours, chaque État dispose de ses propres lois. D’une manière générale, elles visent à limiter la possibilité de créer un parti politique et de présenter des candidats aux diverses élections. Dans la plupart des scrutins locaux, il est interdit de se présenter sans l’investiture d’un parti et il est impossible en pratique de créer un nouveau parti.Le système le plus caricatural est celui du New Jersey où il faut réunir 10 % des électeurs pour pouvoir créer un nouveau parti, une condition que chacun sait irréalisable et qui interdit définitivement aux petits partis états-uniens de disposer d’une section au New Jersey.C’est un système entièrement fermé sur lui-même dans lequel, au final, la vie politique a été confisquée par les responsables des deux grands partis au niveau de chaque État. Il est impensable de pouvoir jouer un rôle si l’on n’est pas au préalable coopté par ces gens là...

        Ne nous laissons pas submerger par les problématiques que nous imposent les grands médias. Savoir si les États-Unis vont maintenir avec McCain 100 000 GI et 200 000 mercenaires en Irak ou s’ils vont avec Obama diminuer le nombre de GI’s et augmenter celui des mercenaires ne change pas grand chose. La vraie question, c’est de savoir si les États-Unis ont encore les moyens de leurs ambitions et peuvent gouverner le monde —comme les néoconservateurs persistent à la prétendre— ou s’ils sont minés de l’intérieur et doivent abandonner leur rêve impérial pour éviter l’effondrement —comme l’a déjà expliqué la Commission Baker-Hamilton—...">>>Rapport du groupe d’étude sur l’Irak<<< -Élection présidentielle américaine

        Elections américaines : l’argent au cœur des débats

        Quand ceux qui signent les chèques font les lois


        • bernard29 candidat 007 16 juin 2008 13:08

          "C’est un système entièrement fermé sur lui-même dans lequel, au final, la vie politique a été confisquée par les responsables des deux grands partis (au niveau de chaque État.) ( au niveau de chaque région !!!) Il est impensable de pouvoir jouer un rôle si l’on n’est pas au préalable coopté par ces gens là... "

          Vous parlez de la France ??


        • Stephan Hoebeeck Stephanesh 16 juin 2008 13:42

           Barak Obama Président

          Rôle positif, etc. très rigolo.

          Voyons la réalité derrière l’idéalisme.

          Prenons Kennedy

          Pourquoi les soviétiques ont voulu installé des missiles à Cuba ?

          Parce que le refus de Kennedy de donner un appui aérien pendant l’attaque dite de la baie des cochons, l’a fait passé pour un mou

          Prenons Clinton

          Clinton au lieu de pulvériser al qaida il a constamment remis le problème et on a vu le résultat le 11 septembre 2001.

          Facile de se faire passer pour un mec cool quant on confie le sale boulot aux autres.

          Obama élu risque d’être un désastre.

          Obama va évacuer l’Irak, c’est bien Mr Obama, et pourriez vous m’expliquer comment vous espérez controler une région que personne ne parvient à contrôler. Peut -être aller vous laisser les chinois s’occuper de gérer le Moyen orient ?

          Obama ne contribuera qu’à affaiblir les USA ? et ainsi l’Europe.

          Il faut être gentil avec la Russie, OK

          Sait-on que les derniers plans d’invasion de l’europe par l’URSS datant de la perestroika du gentil mr gorbatcheff comportait l’utilisation d’approximativement 150 frappes nucléaires contre la France, afin de briser toute résistance armée.

          Si tous les pays du monde étaient de démocratie, respectant les droits de l’homme, pourquoi pas élire Obama, mais aujourd’hui ce n’est pas le cas, les démocraties sont des minorités.

          Crois-t-on que les terroristes vont crier peace and love, parce qu’Obama sera élu. Disons qu’ils vont en profiter pour recréer leurs positions bien affaiblies par la pression des différentes forces américaines.

          Dans un monde d’une extrême brutalité, la gentillesse est une faiblesse et un non sens. Pire Obama risque de se coincer à son propre jeu.

          Reparlons de Kennedy, supposons qu’il n’ait pas laissé faire la baie des cochons, il serait resté crédible face à l’URSS, et donc l’URSS n’aurait pas installé de missiles à Cuba, parce que l’URSS serait certaine d’une réponse violente de la part de Kennedy.

          Très amusant

          Face à la brutalité des totalitarisme, il vaut mieux apparaître comme plus dingue qu’eux, il faut que dans leurs calculs, ils tiennent compte d’une réaction extrêmement violente. (Genre Nasrallah qui doit admettre que si il avait envisagé la réaction israélienne il se serait abstenu.)

           

           


          • miwari miwari 16 juin 2008 17:15
            • Obama va évacuer l’Irak, c’est bien Mr Obama, et pourriez vous m’expliquer comment vous espérez controler une région que personne ne parvient à contrôler. Peut -être aller vous laisser les chinois s’occuper de gérer le Moyen orient ?

            Controler la région ? tu parles de quoi, contrôler le pétrole, les ressources, tu rêves ou quoi, que fais-tu des gens, tu crois que tu vas venir comme ça et qu’on vas te donner les clefs de la maison.

            • Obama ne contribuera qu’à affaiblir les USA ? et ainsi l’Europe.

            C’est déjà fais avec Bush.

            • Sait-on que les derniers plans d’invasion de l’europe par l’URSS datant de la perestroika du gentil mr gorbatcheff comportait l’utilisation d’approximativement 150 frappes nucléaires contre la France, afin de briser toute résistance armée.

            Tu as des liens qu’on vérifie.

            • Si tous les pays du monde étaient de démocratie, respectant les droits de l’homme, pourquoi pas élire Obama, mais aujourd’hui ce n’est pas le cas, les démocraties sont des minorités

             Si tu veux que les autres nations adhère à la démocratie donne leur le bon exemple en traitant équitablement tous les pays de la même manière et non pas en les entubants.

            • Crois-t-on que les terroristes vont crier peace and love, parce qu’Obama sera élu. Disons qu’ils vont en profiter pour recréer leurs positions bien affaiblies par la pression des différentes forces américaines.

            Pour l’instant les forces américaines n’ont étaient capable que de massacrer plus de 1 millions de civiles Irakiens et non en aucun cas affaiblis les terroristes, pour preuve le millier de prisonniers libérés par les talibans.

            • Dans un monde d’une extrême brutalité, la gentillesse est une faiblesse et un non sens. Pire Obama risque de se coincer à son propre jeu.

            La brutalités non plus n’a pas sa place sinon attend toi au retour de baton
             


          • Stephan Hoebeeck Stephanesh 16 juin 2008 20:40

             Les islamistes soutiennent Obama, mais répondons

            miwari Controler la région ? tu parles de quoi, contrôler le pétrole, les ressources, tu rêves ou quoi, que fais-tu des gens, tu crois que tu vas venir comme ça et qu’on vas te donner les clefs de la maison.

            Quels gens, ces musulmans qui s’exterminent entre eux parce qu’ils préfèrent aicha à fatima ou le contraire. Effectivement une puissance neutre par rapport à leurs conflits ancestraux peut permettre de calmer tout ce petit monde.

            miwari ditC’est déjà fais avec Bush.

            Non Bush à largement éliminé des milliers de terroristes. Son erreur avoir laissé trop peu de troupes en Irak après la victoire sur saddham. Le pentagone avait prévenu qu’en éliminant le parti baas, il fallait prévoir 500000 hommes et pas 100000 comme il le fit au début.

            miwari ditTu as des liens qu’on vérifie. 

            Je dois les retrouver,

            miwari dit Si tu veux que les autres nations adhère à la démocratie donne leur le bon exemple en traitant équitablement tous les pays de la même manière et non pas en les entubants.

            Sans rapport. En fait je traduits l’occident doit être gentil et alors peut être que nous adopterons la démocratie. Le MO ferait mieux d’adopter la démocratie, mais malheureusement l’absence d’éducation fera tourner la démocratie en catastrophe.

            miwari dit Pour l’instant les forces américaines n’ont étaient capable que de massacrer plus de 1 millions de civiles Irakiens et non en aucun cas affaiblis les terroristes, pour preuve le millier de prisonniers libérés par les talibans. 

            je te signale que ceux qui massacres des civils irakiens se sont les sunites et les chiites et que les américains peinent à les controler tellement ils sont plus fous les uns que les autres.

            miwari dit La brutalités non plus n’a pas sa place sinon attend toi au retour de baton 

            La brutalité ce n’est que le propre de l’islam et de sa peu brillante civilisation.

            On la voit tous les jours à l’oeuvre en europe. Femmes contraintes au mariage, délinquance, attentats. la brutalité est le propre de ta pseudo civilisation

             

            MAIS TE FATIGUE PAS JE CONNAIS TON DISCOURS, QUAND LES ISRAÉLIENS BUTENT UN TERRORISTES SONT DES SALAUDS, QUAND LES PALESTINIENS RÉUSSISSENT UN ATTENTAT C’EST FAUT LES COMPRENDRE ILS SUBISSENT TANT DE CHOSES DE LA PART DES ISRAÉLIENS.

            ET BIEN JE VAIS TE RÉPONDRE, GRACE À LA DÉMENCE EXTRÉMISTE PALESTINIENNE VOUS AVEZ CRÉÉ UNE DROITE DURE EN ISRAEL, ET BIEN DÉMERDEZ VOUS AVEC.

             

             

             

             

             

             

             

             


          • miwari miwari 16 juin 2008 21:06

            C’est la période du bac (que tu as sûrement raté )

            Réponses apportées nulles n’apportent rien au débat sinon de la polémique.

            Je te donnes un zéro pointé


          • Stephan Hoebeeck Stephanesh 16 juin 2008 21:27

             @ miwari

            Tiens pas de longues réfutations de ta part, vaincu

            Mes réponses ne te plaisent pas mais tu ne sais pas les réfuter

            alors continue à distribuer les 0... qui n’est que la réponse de celui qui n’a rien à répondre

             


          • Yvance77 16 juin 2008 14:50

            "Elections Truquees, Coupures d’Electricite, L’Amerique rejoint L’Afrique"

            C’etait la premiere page d’un journal au Burkina Faso lorsque je travaillais la-bas. Il m’avait fait marrer et je l’ai toujours en memoire. Ces Africains sont de grands comiques et tres fins assez souvent.

            C’etait lors de la premiere du debile texan et lorsque il y avait eu ces fameuses pannes geantes de lumiere dans le Sud des USA.

            A part c’est Bush et sa clique sont de vrais democrates, aucun doute possible, un peu comme Nico non ?

             

            A peluche

             


            • Deneb Deneb 16 juin 2008 15:57

              Les Etats-Unis ont la meilleure democratie que l’on peut s’offrir avec de l’argent.

              The USA have the best democracy money can buy.

              (Greg Palast)


              • Tarouilan Tarouilan 16 juin 2008 17:53

                Changement, il faudra voir....... peu probable : Il s’est précipité au congrès du lobby d’Israël, AIPAC , pour prononcer un discours qui pulvérise tous les records de servilité et de soumission. 

                 

                Et voyez donc, la première chose qu’il fait après avoir obtenu sa désignation par son parti est de transiger avec ses principes. Et de quelle manière !
                 
                La chose remarquable qui le distingue aussi bien d’Hillary Clinton que de John McCain est une opposition absolue à la guerre en Irak depuis le tout début. C’était courageux. C’était impopulaire. C’était en totale opposition au lobby d’Israël, dont toutes les tendances poussaient instamment Georges Bush à entrer en guerre pour libérer Israël d’un régime hostile.
                 
                Et voici qu’arrive Obama qui rampe dans la poussière aux pieds de l’AIPAC et qui s’écarte de sa route pour justifier une politique en contradiction complète avec ses propres idées. sa réussite étonnante aux primaires tenait entièrement à sa promesse d’apporter un changement, de mettre un terme aux pratiques corrompues de Washington et de remplacer les vieux cyniques par quelqu’un de jeune et d’honnête qui ne transige pas avec ses principes.
                 

              • jipad 17 juin 2008 01:47

                Si vous vous voulez vraiment battre les républicains une seule solution :

                http://www.jipad.fr/jipad-dessine-barack-et-hillary-video.php

                par JIPAD www.jipad.fr


                • Cug Cug 17 juin 2008 10:54

                  Les élèctions US sont une mascarade.

                  Obama est une marionette.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès