Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Abbas s’oppose à une aide humanitaire à Gaza et Israël développe une (...)

Abbas s’oppose à une aide humanitaire à Gaza et Israël développe une centrale nucléaire

Selon le journal Le Maariv, le président palestinien serait opposé à l’apport d’aide humanitaire à la bande de Gaza, estimant que, si la situation venait à se détériorer, la responsabilité en incomberait au Hamas. Pendant ce temps, Israël étudie la possibilité de construire une première centrale nucléaire destinée à la production d’électricité. À 18 mois de son départ, Georges W. Bush accélère la mise en place de sa conférence internationale pour l’établissement d’un État palestinien et finance un bouclier défensif contre l’Iran et la Syrie. Espoir et scepticisme sont au rendez-vous.

Comment représenter les enjeux du Proche-Orient ? En les séparant en cinq temps.

Premier temps

Mahmud Abbas revient de Moscou avec une reconnaissance officielle. «  Je veux vous assurer, lui a dit Vladimir Poutine, que nous allons vous soutenir en tant que dirigeant légitime du peuple palestinien. Nous sommes certains que vous ferez tout pour rétablir l’unité  ». Moscou ménage le chou et la chèvre : elle ne considère pas, en contrepartie, le Hamas comme une organisation terroriste. La capitale russe a d’ailleurs reçu à deux reprises, depuis janvier 2006, le chef du bureau politique du mouvement, Khaled Mechaal. Ce qui lui donne, selon le quotidien officiel Rossiskaïa Gazeta, «  une carte à jouer pour ramener le Hamas à la table des négociations  ». Georges W. Bush avait demandé, rappelons-nous, aux Palestiniens de choisir le président Mahmoud Abbas et dénoncé le Hamas soutenu par la Syrie et l’Iran.

Au cours de sa visite, Mahmoud Abbas, a déclaré qu’il était ouvert à un rapprochement avec le Hamas, si ce dernier accepte de céder le contrôle de la bande de Gaza. «  Toute partie souhaitant intervenir est la bienvenue (...) que ce soit nos amis russes ou nos frères arabes  », a déclaré le dirigeant palestinien sur la chaîne de télévision Al Arabia à Moscou. La Russie vient de réinviter le responsable du bureau politique du Hamas, Khaled Mashaal, à se rendre à Moscou après la visite du président palestinien Mahmoud Abbas. «  La Russie est dans une position objective et nous nous félicitons de sa médiation et attendons un rôle similaire des Arabes  », a affirmé le Hamas dans un communiqué remis à la presse. Lors de leurs récents entretiens, Condoleezza Rice et son homologue israélienne, Tzipi Livni, ont soutenu l’idée d’un accord politique entre l’État hébreu et le gouvernement palestinien de Cisjordanie de Mahmoud Abbas, laissant de côté la Bande de Gaza contrôlée depuis juin par le Hamas. Moscou persiste et signe : «  La Russie va fournir de l’aide humanitaire à l’Autorité palestinienne  », a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères, Andrei Denisov, ajoutant qu’elle maintiendra ses contacts avec le mouvement islamiste Hamas pour promouvoir le dialogue.

Deuxième temps

S’agissant du Hamas, le Qatar a saisi le Conseil de sécurité des Nation unies d’un texte sur la situation humanitaire dans la bande de Gaza. Le Premier ministre, Ehud Olmert, et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmud Abbas, cherchent à convaincre les pays membres du Conseil de sécurité d’ignorer la proposition qatari, par crainte que celle-ci n’offre au Hamas une légitimité sur la scène internationale. Selon le journal Le Maariv, le président palestinien serait en effet opposé à l’apport d’aide humanitaire à la bande de Gaza, estimant que si la situation venait à se détériorer, la responsabilité en incomberait au Hamas. Selon un diplomate israélien, si Riyad Mansur et Dany Gilerman, l’ambassadeur d’Israël aux Nation unies, ont tous deux combattu la proposition qatari, les Palestiniens «  ont fait le gros du travail  », ajoutant que cette convergence d’intérêt entre Israël et l’Autorité palestinienne créait un «  précédent intéressant  » (Ambassade de France en Israël, Revue de presse, 1er août 2007).

Fait à noter : la Cour suprême d’Israël vient d’autoriser la construction de la barrière de sécurité autour de la localité d’Efrat, dans le Goush Etsion, rejetant ainsi le recours présenté par les Palestiniens de la région qui protestaient contre l’expropriation de leurs terres.

Gaza n’est pas sans intérêt pour Israël. Le commerce avec la seule bande de Gaza représente le quart de ses échanges avec les Territoires palestiniens, le reste (75 %) étant réalisé avec la Cisjordanie. Autrement dit, les fournitures israéliennes à Gaza représentent à peine 0,8 % du volume des exportations israéliennes. En 2006, Israël a acheté aux Territoires palestiniens pour 375 millions de dollars, soit 0,6 % des importations israéliennes. La même année, Israël a vendu aux Palestiniens pour 2,3 milliards de dollars, soit 3,4 % des exportations israéliennes (Source : Bank Leumi).

Troisième temps

La dépendance énergétique d’Israël, la hausse du prix du pétrole, la pollution de l’air provenant des centrales électriques et les difficultés croissantes rencontrées par la Compagnie israélienne d’électricité pour satisfaire la demande, font ressurgir un vieux projet : depuis un certain temps, Israël étudie la possibilité de construire une première centrale nucléaire destinée à la production d’électricité. Israël dispose déjà de deux petites centrales nucléaires destinées uniquement à la recherche. Le coût d’une telle centrale oscillerait entre 1,5 et 2 milliards de dollars, un prix qui avoisine celui de la construction d’une centrale au charbon. Pour faire face à une possible opposition internationale qui pourrait soupçonner Israël de vouloir détourner ce projet à des fins militaires, cette dernière pourrait faire appel à la coopération de la Jordanie ou de l’Égypte.

Quatrième temps

Pendant qu’Israël planifie ce projet, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, appelle les alliés arabes des États-Unis à faire pression sur l’Iran afin qu’il renonce à son programme nucléaire : «  Plus nous avons des pays dans le monde qui coopèrent pour (appliquer) les sanctions de l’ONU et exercer des pressions sur ce gouvernement (iranien), dont les politiques sont diamétralement opposées aux intérêts de tous ses voisins, le mieux nous serons ».

L’administration Bush entend vendre en dix ans pour 13 milliards de dollars à l’Égypte, 30 milliards à Israël et 20 milliards à l’Arabie saoudite de fourniture d’armements. Pour la secrétaire d’État américaine Condoleezza Rice, citée par Reuters : «  Ces contrats visent à contrer les influences "négatives" de l’Iran, d’Al-Qaïda, du Hezbollah ainsi que de la Syrie dans la région. Il n’y a rien de neuf dans le fait que les États-Unis coopèrent avec leurs alliés dans le domaine de la sécurité. Nous sommes également déterminés à entretenir l’équilibre des forces, les équilibres militaires et stratégiques (...) L’Iran constitue le défi le plus important lancé aux intérêts américains dans la région et au projet de Proche-Orient que nous voulons ».

Les autres pays visés par Washington pour faire contrepoids à l’influence de l’Iran sont les cinq monarchies du Golfe suivants : les émirats de Bahreïn, du Qatar et du Koweït, le sultanat d’Oman, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Parmi les armes destinées à l’Arabie saoudite figurent des missiles air-air, des navires de guerre et des JDAM (Joint Direct Attack Munitions) qui transforment les bombes classiques en armes guidées de précision. Comme l’indique Libération, avec ces contrats, Washington témoigne au régime saoudien qu’il demeure son principal partenaire stratégique dans la région. A lui, en revanche, d’exercer un rôle de modération dans la vaste nébuleuse sunnite, qui va du Liban au Pakistan, où, par ses richesses, et en tant que gardien des lieux saints de l’islam, il exerce une influence certaine. L’adversaire le plus déterminé de ces ventes d’armes ­ultra-perfectionnées à l’Arabie saoudite risque d’être le Congrès américain.

Le président démocrate de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, Tom Lantos, souhaiterait obtenir du Qatar une modération du rôle de la télévision Al-Jazira dans la région. Le combat peut tourner en partie de bras de fer entre l’administration Bush et le Congrès, même si, selon plusieurs experts, un certain consensus existe entre républicains et démocrates sur « l’hégémonisme » iranien, y compris sur la façon de le combattre.

Condoleezza Rice a obtenu la promesse des alliés arabes des États-Unis de les aider à stabiliser l’Irak, en proie à une insurrection. Elle a réaffirmé de son côté l’engagement de Washington à la création d’un État palestinien.

Cinquième temps

En préparation de la conférence internationale qui devrait se tenir cet automne, sur l’initiative des Américains, dans le but de promouvoir la paix entre Israël et les Palestiniens, le Premier ministre Ehud Olmert souhaite la présence de l’Arabie saoudite pour ainsi illustrer les progrès diplomatiques qui ont été marqués. Si la question de la participation saoudienne à cette conférence est cruciale pour Israël, nul ne se fait d’illusion : il est peu probable que l’Arabie saoudite accepte de reconnaître Israël uniquement pour participer à cette rencontre. Toutefois, le prince Saoud al-Fayçal, ministre saoudien des Affaires étrangères, a indiqué à l’issue d’une rencontre avec Mme Rice et le secrétaire à la Défense Robert Gates que son pays, qui n’a pas d’accord de paix avec Israël, était prêt à participer à une conférence internationale de paix s’il était invité. La secrétaire d’État a affirmé qu’il était encore trop tôt pour décider qui y serait convié.

Les chefs de diplomatie des pays arabes, à l’exception de la Syrie, ont apporté leur soutien à la proposition du président américain George W. Bush d’organiser une réunion internationale sur le Proche-Orient : «  La paix n’est pas possible sans retrait du territoire syrien, toutes les parties doivent donc être présentes  », a déclaré Amr Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe, exigeant implicitement la participation de Damas et la reprise des négociations israélo-syriennes au point où elles sont restées en 2000. La Syrie invite la communauté mondiale à accorder une attention de premier plan à la paix entre les Palestiniens. Cette conférence devra se concentrer sur l’établissement d’un État indépendant palestinien sur la base de l’initiative de paix arabe.

Abbas voudrait bien mettre sur la table le « statut final » d’un État palestinien - l’avenir de Jérusalem, les frontières et le droit au retour des réfugiés -, mais Olmert préfère s’en tenir à une déclaration de «  principes ». Abbas, au risque de perdre en crédibilité aux yeux de l’opinion palestinienne et arabe, doit éviter de fraterniser de trop près avec les États-Unis. L’impopularité d’Olmert, qui a fortement perdu en crédibilité auprès des électeurs israéliens, n’améliore pas la situation. Les commentateurs américains ne cachent pas leur pessimisme quant au succès de l’entreprise de Georges W. Bush, alors même que les territoires palestiniens sont partagés entre les islamistes du Hamas, qui ont pris le contrôle en juin de la bande de Gaza, et les laïcs du Fatah, dont les forces dominent la Cisjordanie. Le mandat du président Bush se termine dansdix-sept mois. Si Washington qualifie de priorité la résolution du conflit israélo-palestinien, il est surtout préoccupé à l’heure actuelle par la guerre d’Irak.

«  Les efforts américains pour vendre des milliards de dollars d’armes et pour propager des scénarios montés de toutes pièces dans la région sont improductifs  », a déclaré le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki. Son homologue syrien, Walid Mouallem, a ajouté que «  celui qui veut faire la paix ne commence pas par une initiative d’armement dangereuse dans la région  ». Mme Rice «  ne vient pas pour créer un État palestinien mais pour mettre sur pied des escadrons de la mort chargés de travailler contre la résistance y compris le Hamas  », a précisé le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri.

Pour le Jerusalem Post : «  les pays arabes exhortent les États-Unis à agir tout en refusant de lever le petit doigt pour leur faciliter la tâche. Ils sont pourtant en grande partie responsables des obstacles qui se dressent devant Washington. [...] Les pays arabes doivent arrêter leur guerre diplomatique contre Israël, mettre un terme à leur boycott commercial illégal, combattre l’antisémitisme qui sévit dans leurs pays et commencer à expliquer aux Palestiniens que le "droit au retour" ne concerne que le futur État palestinien et non Israël » (Courrier International).

Voyez-vous poindre une solution à l’horizon ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • fouadraiden fouadraiden 3 août 2007 14:04

    non. et vous ?


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 3 août 2007 14:38

      @ fouadraiden

      En l’état, fouadraiden, pas beaucoup. Mais il faudra bien qu’elle vienne un jour cette solution. Mais par qui ? C’est toute la question. Le Moyen-Orient, semble-t-il, n’est pas au premier rang de l’actualité, au premier rang des préoccupations de l’humanité.

      Pierre R.


      • Christoff_M Christoff_M 5 août 2007 02:56

        comment se fait il qu’Israel fasse ce qu’il veut et que le meme genre de projet en Iran déclenche des colères ; sans parler des réacteurs que nous sommes en train de vendre à la Lybie...


        • Pierrot Pierrot 7 août 2007 13:25

          A Christoff, votre question est pertinante. Cependant, il faut préciser que l’ONU via l’AIEA s’oppose à l’absence d’information concernant le site d’ENRICHISSEMENT de l’uranium en isotope 235 iranien (ainsi que de façon moins urgente le projet de réacteur plutonifère ARAK en Iran) et non d’un réacteur nucléaire civil iranien. Cela n’a rien à voir.

          Israel n’a pas signé le traité de non prolifération nucléaire. Elle a cependant un réacteur plutonifère et tritigène construit illégalement sur le site de DIMONA.

          Cordialement.


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 5 août 2007 04:38

          @ Christoff_M

          Je me suis interrogé si le Proche-Orient est encore à l’ordre du jour. Je vous remercie. Votre question est fort pertinente.

          Pierre R.


          • madwil madwil 5 août 2007 16:00

            Une réponse peut-être :
            - Israël est une démocratie dirigée qui ne profère pas de menaces envers ses voisins et ne représente pas de menace vitale pour les pays qui l’entourent.
            - L’Iran est une théocratie, un régime islamiste dirigé par les mollahs et dont le président a dit qu’il voulait rayer Israël de la carte.

            Cet aspect de la question ne vous a jamais éffleuré l’esprit ?...


          • fouadraiden fouadraiden 5 août 2007 16:56

            ton raisonnement ne tient pas la route.

            durant la guerre froide l’U.R.S.S proférait des menaces encore plus terribles à l’endroit de l’Occident que le président iranien actuel.

            la vérité c’est que vous cherchez le déséquilibre des forces,qui avantage les Israéliens, pour ne justement jamais négocier politiquement. ON Ne négocie pas avec un adversaire faible qui militairement est insignifiant,ce qui est le cas des 22 pays arabes, sinon uniquement à son désavantage.

            tant qu’Israel aura le sentiment de puissance, que lui délivre les subsides et la technologie américaine, il est fort à parier qu’auncune solution politique ne verra de si tôt le jour.

            Israel est hyperpuissant et c’est l’obstacle majeur à son intégration régionale.

            Madwil, tu es victimes de la politique occidentale.quand le comprendras-tu ?


          • madwil madwil 5 août 2007 17:49

            Quelques rectifications à ce que tu viens d’écrire :

            - La faiblesse des gouvernements arabes : Certes, Israêl est militairement hyperpuissante face aux états arabes. Cependant, cela a un coût exorbitant sur l’économie israélienne. De plus, les ennemis d’Israël ont, malgré leurs faiblesses militaire et politique, un pouvoir de nuisance incontestable. La pression terroriste constante et la mobilisation permanente de forces aux frontières pèsent sur le quotidien des israéliens. Israël a tout à gagner à faire la paix et à commercer avec ses voisins. Le gouvernement cherche juste des interlocuteurs crédibles et de confiance.

            - Ensuite, Ahmadinejad ne me semble pas aussi responsable et posé qu’un Kroutchev, un Brejnev ou un Gorbatchev. L’URSS n’a jamais ouvertement déclaré qu’il voulait rayer un pays de la carte. Je pense vraiment que le feu nucléaire n’est pas à mettre entre toutes les mains.

            - Enfin, Victime de la politique occidentale : ne t’inquiètes pas pour nous, nous ne sommes pas nés de la dernière pluie. Nous connaissons les tenants et les aboutissants de la politique occidentale et américaine en particulier. Nous savons que chacun doit trouver ses intérêts dans son positionnement. Pour l’instant nous trouvons le notre.

            Et puis Fouadraiden, nous sommes tous victimes de quelque chose. Le tout est de savoir de quoi !


          • fouadraiden fouadraiden 5 août 2007 18:15

            son ennemi direct est toujours plus fou que celui des autres.les Orientaux,dans leur forme arabe ou perse, seraient donc ,comme par magie, les seuls disposés à la folie nucléaire.méfions-nous des exagérations.

            la chasse au communisme par les Américians carburait aux fous communistes. que signifiait la crise des missilesde Cuba pour les Américians sinon l’aptitude des Russes à la folie nucléaire.imagine une seconde le même scénario contre Israel !

            la folie des dirigeants iraniens, quels qu’ils soient, ne tient pas la route une fois de plus.

            quant aux coûts de la militarisation de la société israelienne oui c’est vrai. mais personne n’a prétendu qu’Israel serait un havre de paix aux fraix des autres.

            D’ailleurs tu vois ,Israel a choisi de construire un mur pour arrêter le terrorisme palestinien plutôt que de soulutionner un fois pour toute le problème que pose sa colonisation tous azimuts.

            et jusqu’à quand vous allez chercher un profil palestinien qui vous satifasse pour entreprendre de réelles négociations ?????????

            n’en n’avez-vous pas assez de faire souffrir !!!

            Madwil, il n’y a rien de personnel.


          • madwil madwil 5 août 2007 22:50

            « n’en n’avez-vous pas assez de faire souffrir !!! »

            Le peuple israélien en a assez des souffrances ! Les siennes et celles des autres ! La plupart des gens qui m’entourent souhaiteraient pouvoir vivre en paix avec ses voisins, ou au moins côte à côte sans avoir à craindre pour le lendemain.Comme je te l’ai dit, le poids de l’état de guerre permanent est lourd à supporter pour la société israélienne. Seulement pour faire la paix, il faut faire confiance. Et quelle confiance peut-on donner à ceux qui nient le droit à l’existence d’Israël ouvertement ou plus subtilement (comme l’exigence du droit au retour des réfugiés palestiniens sur le territoire israélien), à ceux qui pratiquent le double langage et la duplicité. Le jour où un leader palestinien s’avèrera fiable et intègre avec un vrai soutient populaire, alors la confiance sera établie. Je te rappelle qu’Israeël a su faire la paix par le passé et su rendre des territoires en échange de cela. Il faut juste une confiance réciproque.

            Cependant, tu avoueras que c’est difficile quand on entend les déclarations d’Ahmadinejad ! Et quand on sait que ce dernier soutient, arme et finance le Hamas et le Hezbollah, on peut prendre ses menaces trés au sérieux !

            Les israéliens ne sont pas ces militaristes sanguinaires que l’on peut décrire ici ou là. Et le gouvernement, élu au suffrage universel, est à l’image du peuple. Seulement, face à la menace latente qui pèse sur la nation, il n’y a pas de choix à faire : être fort et puissant plutôt que de devoir subir un deuxième holocauste. Plus jamais ! Et quand une véritable occasion de faire une paix juste et durable se présentera, je fais confiance à mes dirigeants pour savoir la saisir.


            • frédéric lyon 6 août 2007 16:42

              @ Madwill :

              Il semblerait que la solution approche, le Hamas ayant commis une grave erreur tactique en allant s’enfermer et s’isoler à Gaza.

              De plus, on ne peut nier que les rangs de ceux qui s’opposent à la création d’un état arabe en Cisjordanie et à Gaza, à côté de l’état d’Isarël, s’éclaicissent tous les jours un peu plus chez les arabes.

              Qui a envie de voir Tsahal flanquer une raclée à l’armée Syrienne ? Ce serait un coup de tonnerre au Moyen-Orient et le début d’une guerre civile en Syrie, qui viendrait s’ajouter à la guerre civile en Irak.

              Or c’est ce qui ne manquerait pas de se produire, tôt ou tard, si le problème palestinien n’était pas résolu. Car l’écroulement de l’Irak a percé une sérieuse brêche dans le front arabe anti-isrëliens, car la Syrie ne pourra pas compter sur l’Iran comme elle pouvait compter sur l’Irak.

              La Syrie est donc isolée sur le plan stratégique, c’est une proie tentante aujourd’hui.

              Si bien que c’est tout le monde arabe qui risque d’exploser si le problème palestinien n’est pas résolu et si Israël balaye la Syrie. Les pays arabes qui ont contesté l’existence d’Israël pendant si longtemps vont lacher prise car c’est leur propre existence qui finira par être remise en cause si le problème qu’ils ont susciter perdure.

              L’Histoire est ironique, ceux qui contestaient l’existence d’Israël ne tiennent plus qu’à un fil, c’est l’histoire de l’arroseur arrosé.


              • fouadraiden fouadraiden 7 août 2007 16:19

                Fréderic de Bagdad des mille et une farces ou le pequenot du bistrot lyonnais qui analyse les conflits du Proche et Moyen Orient selon ses préjugés xénophobes ,le fruit de malheureuses rencontres faites de frustrations et de mépris au contact des immigrés d’Afrique du nord du coin de sa rue.

                le pauvre !


                • georges 9 août 2007 16:01

                  Quelqu’un a ecrit ici, sans sourciller, sur la faiblesse insigne de 22 Etats arabes contre le puissant Goliath israelien. Le toupet ne doit plus avoir beaucoup d’acheteurs pour qu’on puisse lire de telles insanites. 22 Etats arabes, c’est une force politique incommensurable dans les organisations internationales, et il n’est pas un jour sans qu’Israel ne soit condamne pour tel ou tel acte, le plus souvent imaginaire. 22 Etats arabes, qui controlent la quasi-totalite des ressources energetiques exploitables de cette planete, 22 Etats arabes qui s’etendent sur un territoire allant de l’Ocean Atlantique aux confins de l’Afghanistan et du sub-continent indien, 22 Etats arabes qui regroupent plusieurs centaines de millions de personnes contre un Etat de 7.2 millions d’habitants dont 1.3 sont eux-memes arabes, sur un territoire de 20.700 km2 si petit et si etrique qu’il faut une loupe pour le distinguer sur un atlas de grandeur normale.

                  Mais, le pire, c’est que ce petit Etat n’a aucune revendication territoriale sur un seul cm2 de ces 22 Etats alors que ceux-ci ne revent que du jour ou ce petit Etat disparaitra !

                  Et si on parlait aussi de l’energie nucleaire, puisque c’est le sujet de ce fil, on pourrait enumerer les problemes energetiques qu’Israel doit faire face : absence quasi totale de sources independantes d’hydrocarbures, absence totale de sources energetiques fossiles (ni charbon, ni lignite, ni tourbe dans le sous-sol israelien), absence totale de sources hydroelectriques. Il y a eu un projet de construire un canal amenant l’eau de la Mediterranee vers la Mer Morte et d’exploiter la denivellation pour y faire tourner des turbines. Le seul probleme, et il est de taille, c’est que l’eau de la Mediterranee au contact de l’eau de la Mer Morte produit une ecume indecomposable. La seule eau qui puisse se melanger aux eaux de la Mer Morte, c’est l’eau douce, denree assez rare dans nos regions pour vouloir la gaspiller en la jetant dans la Mer Morte.

                  Le prix des hydrocarbures etant en augmentation constante, il ne restait pas beaucoup de solutions a Israel que d’etudier la possibilite d’installer une centrale nucleaire civile, Cette centrale serait construite par un fournisseur etranger et pourrait etre sous controle des instances internationales competentes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès