Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Acculée sur ses frontières, la Russie devra frapper la première en cas de (...)

Acculée sur ses frontières, la Russie devra frapper la première en cas de crise grave en Europe

Nos dirigeants et nos « grands médias » sont-ils devenus fous ? Pourquoi soutenir aveuglément notre embrigadement sous direction US contre nos intérêts, notre sécurité, et ceux des pays européens ? Nous serons en première ligne si un conflit (nucléaire ?) généralisé éclate avec la Russie.

L'actualité médiatique en France se complet dans le nombrilisme politicien, s'empêtre dans le sociétal à la faveur du désastre bien réel que constitue l'arrivée des « réfugiés », qui sont essentiellement des immigrants, spécule sur 2017, s'attarde fort heureusement sur la régression sociale imposée par la prochaine réforme du Code du travail, mais passe sous silence un danger majeur, qui met potentiellement en cause notre survie en préparant une confrontation périlleuse entre la Russie et les pays de l'OTAN. Des initiatives très inquiétantes caractérisent en effet aujourd'hui l'OTAN, organisation du Traité de l'Atlantique Nord, bras armé des Etats Unis, dont la raison d'être à sa création en 1949 était de préserver l'Occident du « danger soviétique ». Dans les années 50 du XXe siècle, les pays du « bloc de l'Est » avait mis sur pieds le Pacte de Varsovie pour répondre à la création de l'OTAN, dans le cadre de la guerre froide naissante. Le communisme a disparu à la fin des années 80 du XXe siècle, l' « Empire soviétique » aussi, et avec lui le Pacte de Varsovie. L'Otan est toujours là. Le « danger communiste » n'est plus de saison et la Russie a une économie de marché, mais rien de tout cela ne paraît effleurer nos grands médias, porte voix attentionnés de la dangereuse stratégie des Etats Unis dite « atlantique » contre la Russie. Ce danger concerne aussi bien les russophobes que ceux qui ne le sont pas, et ne devrait être contesté par personne tant il menace la sécurité de chacun d'entre nous.

 

La réalité du « danger russe » en terme de puissance économique

Liste des pays du monde par montant du PIB (source Wikipedia). Ces chiffres varient selon les sources, certaines d'entre elles rapprochant le PIB de la Russie de celui de la France. Le PIB russe doit en effet beaucoup aux exportations de pétrole (dans les 35 % du PIB), ce qui relativise son importance en termes de puissance économique et industrielle :

 

 États-Unis

16 768,1

2

 Chine

16 149,1

3

 Inde

6 776,0

4

 Japon

4 667,6

5

 Allemagne

3 512,8

6

 Russie

3 491,6

7

 Brésil

3 012,9

8

 France

2 534,5

Sixième puissance économique mondiale en comptant large, dont le PIB est inférieur à celui de l'Allemagne, et dont l'urgence devrait être le développement économique et non l'investissement militaire du fait de la faiblesse reconnue de son tissu industriel, la Russie nous est aujourd'hui présentée par les Etats-Unis comme un danger mondial au même titre que l'« état islamique ».

« En conséquence », hélas, la russophobie est aujourd'hui en Europe de l'Ouest et pour ce qui nous concerne en France, l'une des évidences médiatiques constantes dans la plupart des grands médias, notamment dans les pages de ceux qui se veulent « de gauche » comme Libération, le Monde ou Médiapart, mais aussi sur les ondes et à la télévision. Les experts en russophobie se sont multipliés et tiennent colonnes ouvertes à la moindre occasion. Pourtant, si les « réseaux Poutine » dénoncés par les Etats Unis existent en Europe et dans l'esprit de tant de « journalistes », et pourquoi pas, ils sont de toute évidence largement surclassés par les « réseaux atlantistes » qui, en matière politique ou de « grands médias », tiennent fermement la boutique dans notre pays depuis des décennies, très clairement à partir les années Mitterrand. Il en résulte une inconscience parfaite de ces experts quant aux dangers que nous courons, tous tant que nous sommes. L'OTAN ne cesse en effet d'avancer ses pions vers la frontière russe depuis la disparition de l'URSS, en brandissant le danger illusoire que représenterait l'expansionnisme russe en direction des anciens pays de l'Est, oubliant qu'à l'heure nucléaire, la puissance militaire compense et au-delà la puissance économique dans le cas d'une confrontation excessive. Ce faisant, elle met la Russie dans l'obligation d'avoir une stratégie préventive  : menacée jusque sur ses frontières, la Russie n'attendra pas d'être frappée, et ne pourra pas courir le risque de se laisser surprendre si la tension alimentée par l'Ouest atteint un seuil critique. Qui nous le dit, qui nous alerte ?

On ne peut pas, en principe, préparer les esprits à la guerre, « classique » ou nucléaire, comme le font nos organes de presse « sérieux » sans avancer de bonnes raisons, telle que la mise en danger de l'intérêt national (si si, il existe toujours mais est chaque jour piétiné par l'engagement atlantique de nos gouvernants), ou une mise en cause drastique des équilibres qui, en principe, orchestrent le concert des nations. Rien de cela n'existe du côté de la Russie qui, le voudrait-elle, n'a pas les moyens d'une ambition impériale. En revanche, les Etats-Unis et leurs alliés, dont la France, se sont chargés avec une belle obstination de fragiliser ce concept d' « ordre international » en intervenant illégalement militairement ou non tous azimuts, mais c'est au nom de ce dernier que l'Occident cherche aujourd'hui querelle à la Russie, via l'Ukraine puis à l'occasion du conflit syrien. Le débat « géostratégique » en France, annexe en principe essentielle du débat politique, n'existe pas plus que ce dernier, préempté qu'il est par la doxa européiste, austéritaire et droitdlhommiste, paravent du pouvoir des Etats unis sur l'UE. Jadis victimes éventuelles de la censure d'état, les organes de presse en sont de toute évidence souvent devenus les agents.

 

Les « dangers d'une agression russe » : une propagande éhontée

JPEG

Certains de nos commentateurs patentés vont jusqu'à comparer M. Poutine à Hitler. Un petit regard sur les réalités géopolitiques devrait guérir pas mal d'entre nous de cette terrible maladie qu'est la poutinophobie, virus directement importé d'outre atlantique. Sur la carte ci-dessus, les bases de l'OTAN (donc US) en Europe :

«  Le Commandement américain en Europe a publié en 2015 une mise à jour de sa stratégie militaire, évoquant une « menace russe ».

« Les zones à l’est et au nord, la Russie provoque l’inquiétude la plus grande en raison de son comportement de plus en plus agressif… Comme cela a été démontré en Crimée et à l’Est de l’Ukraine, la Russie emploie une forme de guerre qui comprend des moyens conventionnels, irréguliers et asymétriques – dont la manipulation permanente des conflits politiques et idéologiques – afin de promouvoir l’instabilité et elle rejette une approche collaborative en matière de sécurité vis-à-vis de la communauté internationale ». « La Russie est à l’origine de défis constants pour nos alliés dans de nombreuses régions ; par conséquent, c’est un défi à l’échelle mondiale qui nécessite une réponse globale ». Le document est rédigé sur 12 pages par le général Philippe M. Breedlove, le commandant de l’USAF. Une « Russie revancharde » est maintenant considérée comme le facteur le plus important « des changements négatifs les plus profonds concernant la sécurité européenne depuis la fin de la Guerre froide. » (source lescrises.fr)

Traduction : tout pays mettant en cause la toute puissance des Etats Unis doit être considéré comme l'ennemi du « monde libre », terminologie de la Guerre froide parfaitement adaptée à la situation présente. Passons sur les accusations de totalitarisme, de corruption, de meurtre, de folie, sur d'ignobles évocations de penchants pervers chez le président russe, voire sur la mise en exergue de la mystérieuse « âme russe » dont Médiapart s'est un temps fait le champion, toutes choses qui qualifient une information de caniveau parfaitement exempte d'un quelconque regard politique, et convenons que les critiques visant la Russie n'ont rien à voir avec le traitement médiatique dont bénéficient par exemple les monarchies du Golfe, voire même la Turquie, sans parler d'Israël. Quant aux Etats Unis eux-mêmes, ils sont bien entendu la référence intouchable, un point c'est tout.

 

 

Encore des chiffres contre des mensonges

 

Quelques chiffres via Wikipedia (chacun peut faire la même chose, même les « journalistes »), démontent cette propagande massive. En terme de puissance économique, on a évoqué plus haut le PIB du « monstre russe », la Russie ne fait absolument pas le poids face aux Etats Unis ou/et à l'UE. On pourra chipoter sur la précision des éléments cités ci-dessous, mais une réalité intéressante affleure quand même en terme d'ordres de grandeur.

Les Etats-Unis consacrent officiellement 4,7 % de leur PIB aux dépenses militaires, mais ce PIB est sans commune mesure avec celui de la Russie qui pèse en gros 3 491 000 millions de dollars quand celui des Etats-Unis atteindrait donc les 16 769 000 millions de dollars. Celui de leurs alliés européens (UE) se monterait au moins à 17 512 109 millions de dollars : très grossièrement, une Russie 5 fois moins puissante que les Etats-Unis, près de 6 fois moins puissante que l'Europe, soit en gros une Russie 10 à 11 fois moins puissante que l' « Occident agressé », l'écart étant sans doute plus grand encore. Une paille !

Et on ne parle pas du Japon (4 668 000 millions) et des autres « tigres » asiatiques qui sont de l'aire occidentale. La Chine ? 16 149 000 millions de dollars. Si on l'associe à la Russie, ce qui est problématique, le différentiel de puissance avec l'Occident reste bien grand.

Hors ces chiffres officiels décrivant la puissance économique bien réelle des Occidentaux, les Etats-Unis disposent d'un réseau d'entreprises et d'une palette de savoir faire qui maillent la terre entière. Leur culture « business » s'est imposée partout, et suscite bien des connivences dans tous les pays dont le nôtre et en Russie même.

Si la Russie consacre en gros le même pourcentage de son PIB en dépenses militaires que les USA, il va de soi que les montants y sont infiniment moins élevés. Augmenterait-elle ses efforts en la matière qu'on resterait loin du compte « étatsunien ». Statistiquement parlant, si danger il y a, il est de toute évidence américain.

Sur les 1630 milliards de dollars US de dépenses militaires dans le monde entier le chiffre est sans doute plus élevé), les Etats Unis comptent en effet en ce début du XXIe siècle pour 43 %, l'UE pour 18,4 la Chine pour 7 %, devant la Russie (des évolutions ont sans doute eu lieu depuis trois ou quatre ans, mais les proportions ne sauraient fondamentalement en être bouleversées).

On sait en outre qu'aux Etats-Unis, de nombreux secteurs industriels et de haute technologie travaillent discrètement pour la défense, soit en terme de recherche, soit en terme d'espionnage, etc... Le « complexe militaro-industriel » américain (gavé aux fonds publics) est apparemment devenu l'épine dorsale de l'économie du pays, qui possède aussi le pouvoir financier mondialisé via son dollar. Cette suprématie financière a vassalisé une grande partie des états de la planète, dont ceux constituant l'UE.

 

C'est la raison pour laquelle on doit être perplexe quand on nous explique que la Russie représente un danger particulier dans le concert des nations, même si elle possède un arsenal nucléaire respectable qui lui donne malgré sa faiblesse objective le statut de grande puissance, ce que l'Occident, à la traîne des USA, paraît avoir oublié. On sait en outre que les sanctions occidentales pèsent sur l'économie russe. Mais quand Washington désigne un danger, pour la majorité de nos élites et pour ceux qui les croient ou jugent bon de faire semblant de les croire, il est forcément un danger, ce qui, par agressivité géopolitique occidentale interposée, nous met très concrètement et et pour le coup réellement en danger. De cela tout ce beau monde se fiche. Sont-ils devenus fous ? La puissance de l'idéologie dominante masque chez beaucoup la réalité des enjeux qui un jour risquent de nous entraîner à la catastrophe guerrière.

Quant à la mise au point des avions de chasse russes de nouvelle génération que certains « experts » pointent comme la preuve d'une menace imminente, il semblerait côté Etats Unis que le problématique F35 US souffre d'une conception discutable, ce qui ne remet en rien en cause la puissance de l'industrie américaine et sa capacité à produire du matériel de qualité en grandes quantités. De là à imaginer une parité prochaine de dépenses militaires entre Etats-Unis et Russie qui est agitée par de puissants esprits, il y a un pas que la raison interdit de franchir, car quels que soient les efforts russes, l'écart de puissance économique est irrattrapable aujourd'hui par la Russie.

Tout ceci pour en venir à ce qui paraît être le fond du débat : le « danger russe » ne résiste pas à une évaluation du rapport des forces. Du reste, qu'entendrait-on si la Russie envisageait d'installer une présence militaire au Canada ou au Mexique, à deux pas de la frontière des Etats Unis, de débarquer matériel militaire et troupes dans le voisinage US ou d'organiser des manœuvres militaires en mer Caraïbes comme l'OTAN le fait en mer Noire ! On voit bien que les dangereuses gesticulations guerrières sont la marque de l'OTAN.

 

L'OTAN continue à provoquer la Russie avec l'accord de la France

 

Selon le Figaro.fr du 10/02/16, « Les 28 pays membres de l'Otan ont adopté à Bruxelles de nouvelles dispositions pour dissuader la Russie de toute initiative militaire dans les pays baltes et en Europe de l'Est. C'est l'une des conséquences de l'annexion de la Crimée par la Russie il y a près de deux ans, et des tensions dans l'est de l'Ukraine(...). Réunis à Bruxelles, les ministres de la Défense des 28 pays alliés, ont approuvé mercredi « une présence avancée dans l'Est de l'Alliance » atlantique, a déclaré le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg. En cas d'attaque éventuelle, l'objectif est de déployer rapidement des forces terrestres, aériennes et navales dans les régions menacées. Selon un principe de rotation, il s'agit aussi de prépositionner des forces dans les États baltes et en Pologne, d'y installer des entrepôts et d'organiser régulièrement des manœuvres conjointes en s'appuyant sur la force de réaction rapide. Les ministres de la Défense ont aussi convenu de porter les effectifs de la force de réaction rapide de 13.000 à 40.000 hommes, et de créer une force d'intervention encore plus réactive, opérationnelle en quelques jours, forte de 5.000 hommes et dotée d'un appui aérien et naval. L'an dernier, les ministres de la Défense de l'Otan avaient déjà décidé de renforcer la présence de l'Otan en Europe de l'Est pour rassurer les pays alliés d'Europe de l'Est, comme l'ouverture de centres logistiques, le prépositionnement de matériel, l'envoi d'avions de chasse dans les pays baltes ou le déploiement de davantage de navires en mer Baltique et en mer Noire.

Les États-Unis vont investir 3 milliards d'euros

À terme, l'Otan aura un millier de soldats dans chacun des six pays qu'elle entend protéger : Lituanie, Lettonie, Estonie, Pologne, Bulgarie et Roumanie. Ces troupes seront appuyées par la force de réaction rapide interarmées qui réunit aviateurs, marins et membres des forces spéciales. (…) Dans ce cadre, les États-Unis vont en profiter pour muscler leur présence militaire en Europe. Washington veut consacrer en 2017 un budget de 3,4 milliards de dollars (3 milliards d'euros) à cette « initiative de réassurance européenne ». « Cela ne ressemblera pas à ce qui se passait au temps de la Guerre froide mais constituera quand même une sérieuse dissuasion », a commenté le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, qui a souligné la nécessité pour tous les États membres de l'Otan de contribuer à ce financement. » Le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, parle de mesures défensives tandis que Moscou met en garde contre le « stationnement permanent » de forces de combat alliées à sa frontière qui serait contraire à l'Acte fondateur Otan-Russie, signé en 1997. »

Avec de telles mesures, et la multiplication des manœuvres à deux pas de la Russie, tout incident peut dégénérer. En cas de conflit, tous n'en mourront (peut-être) pas, mais tous seront frappés, France comprise. Sur ce sujet comme sur bien d'autres, les citoyens ne sont pas informés, ou bien sont désinformés. L'Europe sous contrôle US n'est pas la paix, mais la guerre. En cet anniversaire de la bataille de Verdun, il est temps de se retourner vers le passé pour envisager intelligemment l'avenir, ce que nos piètres gouvernants européens inféodés aux Etats Unis ne savent plus faire ou bien ne veulent pas faire, se pensant sans doute immortels. Faudra-t-il que les citoyens européens interpellent le prochain président américain pour calmer le jeu européen, puisque c'est Washington seule qui décide pour tout le monde, nos dirigeants ayant abandonné toute ambition nationale ou européenne ?

⋅suite de « La désinformation sur la Russie passe les bornes »

⋅Vladimir Poutine a prévenu les Occidentaux de cette option militaire

 

pucciarelli.fr

omnibusactu.wordpress.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • sarcastelle 29 février 20:45

    La Russie a peur ou feint d’avoir peur de quoi, concrètement ? 


    • JC_Lavau JC_Lavau 29 février 21:47

      @sarcastelle. Question concrète : as-tu déjà été dans ta vie bombardée de menaces de mort et/ou de tentatives d’assassinat ?

      De mon côté, il y a au moins un de ces harceleurs et menaceurs qui est mort le premier. Il menaçait aussi ma compagne.
      http://impostures.deontologic.org/index.php?board=23.0

      Il y en a un autre qui a mené douze ans de harcèlements, mais il semble avoir interrompu ses activités. Lui aussi proclamait répétitivement que je n’en avais plus pour longtemps à vivre :
      http://impostures.deontologic.org/index.php?board=9.0

      Avoir des ennemis à mort, hé bien ça change la vie. Et je n’ai pas dit la principale, la chèfe de gang.

      Donc je comprends les russes de se préparer au pire, avec sérieux. Il y a comme cela des pervers que toute bénignité ne prédit qu’invariablement faux ; avec eux, il ne faut s’attendre qu’au pire, même si vous vous faites honte de les modéliser comme des monstres de malveillance et d’insanité.

      Dans ce mémoire universitaire datant de 2004, j’observais que si la sagesse populaire ne connaît qu’un seul motif de haine : « A hait B parce que B a nui à A », on observe surtout l’autre motif, nettement plus durable et nocif : « B hait A, parce qu’il a nui au maximum à A, et que A est resté en vie, est à présent un témoin gênant ».
      http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/Joie_de_nuire.htm
      C’est ce mobile-là qui est à l’oeuvre au sommet de l’oligarchie US : banques, pétrolières, armement...

      Il est établi que la Chine et la Russie sont sous la menace d’une frappe nucléaire préventive de la part des U.S.A., et que ce serait pure folie de ne pas s’y préparer, pour avoir encore une chance de déjouer le plan de mort.


    • Traroth Traroth 1er mars 23:28

      @sarcastelle

      Dans le cas de l’Ukraine, la Russie avait peur très concrètement de se retrouver avec des têtes nucléaires étasuniennes à moins de 500 km de Moscou.
      Dans le cas de la Syrie elle avait peur que les choses se passe comme en Libye, où elle n’avait pas réagi. Les mensonges occidentaux avaient alors conduit à une guerre généralisée et finalement, à un chaos total, une déliquescence du pays et à une perte d’influence russe. Les occidentaux visaient clairement à faire la même chose en Syrie.

      D’autres questions ?

    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 29 février 21:41

      La russophobie très nettement visible dans les médias, n’est qu’un autre spasme d’un système mourant.

      Plus personne n’est dupe aujourd’hui
      - En Angleterre, les anti-russophobes sont aussi ceux qui veulent sortir de l’Euro (regardez les commentaires du Guardian, c’est tout à fait ce que vous dites), même certains méchants de la City le supportent.
      - Aux Etats-Unis, Trump a beaucoup d’estime pour Poutine.
      - En Pologne ? Même le PiS préfère Poutine, au moins il achetait les pommes polonaises.

      Mon problème avec votre article, c’est cette logique infantile du gentil et du méchant. C’est que tout ce qui est opposé au mal est forcément bien. C’est que tout ce qui est contre notre intérêt est forcément dans notre intérêt.

      On me dira encore : oui mais il faut bien convaincre les simples d’esprit et donc garder une posture binaire simple et évidente donc ferme-la et ne sort pas du rang. A quoi je vous répondrai : continuer à prendre les gens pour des cons ? C’est vraiment la solution ?
      Les intérêts de la France ne sont pas les intérêts d’un pays étranger quel qu’il soit USA ou Russie compris. C’est compliqué mais à l’age d’internet c’est jouable.


      • aimable 1er mars 08:46

        @La Voix De Ton Maître
        les intérêts de la France étaient dans la droite ligne du fondateur de la 5ème
        mais il n’a pas eu d’héritiers !!


      • JC_Lavau JC_Lavau 1er mars 11:04

        @aimable. Après « Un peuple d’élite, sûr de lui et dominateur », c’est certain qu’il a eu des ennemis déterminés.


      • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 1er mars 13:48

        @aimable

        C’est très exactement ça


      • non667 29 février 21:43

        fn nationaliste le plus important parti opposé à l’atlantisme mondialiste
        contre la guerre en Irak,Libye ,Iran,Syrie,Ukraine !
        2017 le pen vite,vite,vite .


        • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 29 février 22:14

          @non667

          Et moi qui pensais que les colleurs d’affiches étaient une espèce en voie d’extinction à cause d’internet !

          non667, vous êtes un grand romantique, vous.


        • zoi 1er mars 14:39

          @non667
          C’est exact ! Force est de constater que le FN a TOUJOURS été contre les guerres au Moyen Orient (Irak, Syrie, Libye, Iran) et même celle d’Ukraine, contrairement aux socialistes qui ont trempé dedans jusqu’au cou malgré leur « sensibilité pacifique » !!! N’en déplaise donc aux socialistes (pour qui j’ai ... voté) !


        • HELIOS HELIOS 1er mars 16:00

          @non667

          Il est donc bien temps de le dire et le redire... Marine, vite !

        • JC_Lavau JC_Lavau 1er mars 21:16

          @HELIOS.
          Bôf, le parti de la famille Le Pen est un parti-leurre, tout comme Tsipras en Grèce.
          Tu as beau crier « A moi ! La marine ! » comme dans les bagarres de port à Toulon, aucun secours ne viendra de ce côté-là.


        • thomas abarnou 7 mars 19:51

          @non667


          Dans ce cas le FN ne devrait pas soutenir la Russie qui s’enfonce dans le conflit en Syrie et qui participe grandement au désordre de la région. 

        • zrivo 1er mars 00:43

          Aucun peuple de tous ces pays ,d’ouest en est, ne souhaite un hiver nucléaire.
          L’effet domino qui en résulterait n’aurait aucune utilité si ce n’est de déboucher sur une lente agonie de l’espèce humaine.
          Un dirigeant mégalomane qui voudrait emmener son peuple vers cette folie meurtrière devrait commencer par lobotomiser toute sa population car son pire ennemi serait celui de l’intérieur.

          Les plus belliqueux de ce monde feraient bien de prendre garde aux menaces qu’ils brandissent car ils mettent en jeu leur propre vie avant même celle des peuples.

          Faire engranger des bénéfices colossaux aux lobbies militaro-financiers nécessite des menaces nombreuses et variées, ce qui a pour second effet de maintenir sous tension les populations pour plus facilement les manipuler et les dominer.

          Les gouvernants serviles et/ou cupides et puissants sont alors de bons pourvoyeurs d’escarmouche en tout genre sans avoir recours à l’arme ultime, guéguerre géo stratégique parfois pour des raisons économiques mais aussi parfois pour faire de l’argent facile sur les armes et leurs ventes sur le dos de quelques centaines de milliers de morts en des contrées lointaines.(les guerres préventives, les guerres propres et autres joies de la novlangue pour camoufler la cruauté de ces actes barbares)

          En résumé cela démontre à quel point dirigeants et intérêts spéculatifs sur la mort se recoupent, c’est une excellente démonstration de la cupidité profonde et du misérabilisme moral de nombreux gouvernants de ce monde.

          Si des femmes et des hommes sages et éclairés dirigeaient ce monde, donc des femmes et des hommes qui n’ont pas le cœur asséché par l’argent et le pouvoir, nous pourrions porter plus haut l’espèce humaine et avoir alors de grandes ambitions.
          La guerre est l’arme des médiocres, les banques comptent les billets en compagnie de leurs vieux amis fabricants d’armes.

          Et nous les peuples, NOUS COMPTONS NOS MORTS.


          • zoi 1er mars 14:43

            @zrivo
            Faux ! N’importe quel dirigeant est capable d’emmener son peuple à une guerre nucléaire. Il suffit de s’inventer un très très méchant ennemie (comme on l’a fait pour Daech, Al Quaïda, etc ...), de dire que ce très très méchant est très jaloux et qu’il nous en veut. Bingo, la population devient douce comme un agneau et accepte tout y compris de se battre sans savoir pourquoi ! C’est comme cela depuis des millénaires et ce n’est pas prêt de changer. Il n’y a qu’à voir comment la France a pu manigancer pour la guerre en Libye, la guerre en Syrie et a failli même nous embarquer dans une guerre avec l’Iran ... sans que le citoyen ne comprenne quoi que ce soit ou ne bouge le petit doigt !!!


          • zrivo 1er mars 18:02

            @zoi

             Aucun de ces « n’importe quel » dirigeant dont vous parlez n’y est encore parvenu.
            La seule fois dans l’histoire ou un pays a utilisé la bombe atomique c’est à l’époque ou il était le seul à la détenir.
            La multiplicité de cette arme la rend beaucoup plus dangereuse et nettement moins attractive car les dommages collatéraux sont si grands que l’enchainement destructeur est inévitable.


          • JC_Lavau JC_Lavau 1er mars 19:14

            @zoi. Le film en trois épisodes « La marche de Radetsky » le redémontrait de façon claire : l’empire austro-hongrois (dirigé par une caste militaire) s’est jeté dans la guerre d’abord pour faire guerre à sa classe ouvrière et à sa paysannerie. L’Italie et la France avaient les mêmes mobiles. Le mobile de Nicolas II était surtout de laver l’humiliation de la défaite en 1905 par les japonais, et l’humiliation de la révolution écrasée de 1905, dont la mutinerie de la flotte de la Mer Noire qui a refusé d’ouvrir le feu sur le Potemkine (dont la précision de tir était pourtant fort discutable). Fou d’orgueil et de bêtise aussi était Wilhelm II.


          • fred.foyn Le p’tit Charles 1er mars 08:09

            Seulement, il y a un hic dans cette histoire vue par un seul bout de la lorgnette...La Russie n’est pas seule et militairement enfonce l’OTAN très largement d’où la propagande des USA envers les américains pour faire toujours croire qu’ils sont les « Number one » ici bas...Le côté paranoïa de l’occident est visible et surtout tape dans le vide..mais pour les décérébrés américains y croire est tout ce qu’ils leur reste... !


            • HELIOS HELIOS 1er mars 16:06

              @Le p’tit Charles


              Il y a des mesures qui ne sont pas pertinentes.

              Pour avoir une bonne mesure, il faut utiliser les bonnes unités de mesures. Le PIB et le taux employé au développement des armes n’est pertinent dans le cas de la Russie, parce que les russes, malgré leur adhésion aux système capitaliste de marché, possède une structure économique ET MENTALE qui en font un pays beaucoup plus puissant que ce que l’on croit mesurer en terme de billets verts.

              Je suis personnellement partisan d’une bonne alliance europeenne entre l’ouest et l’est, donc incluant la Russie, ce qui ne veut pas dire lâcher les états unis, mais simplement remettre a leur place tous ces magouilleurs, anglais compris.

              Mais pour cela il faut que notre pays soit souverain et puisse prendre ses propres decisios. Et la, il y a loin de la coupe aux lèvres.

              Marine, vite !

            • thomas abarnou 7 mars 19:53

              @Le p’tit Charles Mais c’est une vision ridicule. Les USA sont en retrait, ils n’ont pas mis les moyens. Les Russes sont presque seuls. Ils le savent. Il faut ne pas lire l’actualité américaine pour croire que les USA mènent une guéguère en Syrie. Ils regardent ça de loin, hormis quelques bombardements sporadiques. 


            • sarcastelle 1er mars 08:33

              Les Polonais et les Baltes n’ont donc point de porte-parole pour venir crier leur paranoïa d’asservissement par leurs voisins ? 


              • JC_Lavau JC_Lavau 1er mars 11:00

                @sarcastelle. Jusqu’à plus ample informé, Jossip Djougachvili est mort en mars 1953. J’étais en huitième à l’époque. Quand je suis entré en 6e, c’était Malenkov qui était le « dirigeant » visible dans la presse française, et la cible de nos histoires de potaches. Khrouchtchiov temporairement excepté, aucun dirigeant apparent de l’URSS n’a eu de grande marge d’initiative, entre Staline et Gorbatchiov : le système du KPSS était durablement perverti. Certes l’armée rouge conservait pour consigne de préparer la suite de la 2e guerre mondiale, et entretenait des stocks d’armes monstrueux, en vue de reprendre l’invasion de l’Europe. On a vu ressortir ces stocks d’armes en Ukraïne depuis mars 2014. Mais les officiers n’y croyaient plus, y crurent de moins en moins. Le razgodiéïstvo qui a coulé le Komsomolets fit ses ravages.

                Certes depuis Iékatiérina Vtoraïa et Friedrich II de Prusse (Friedrich der Große), les polonais ont de sérieux motifs de rancoeurs contre leurs voisins de l’Est. En 1956, on annonça à un polonais optimiste :
                - Tu sais, les russes vont bientôt aller dans la Lune !
                L’optimiste lève un sourcil :
                - Tous ?

                Il y avait trois classes sociales et trois types de demeures en Pologne : des palais princiers, des masures, et des maisons juives. C’était tout de la faute de l’extérieur, cela ? Celui qui dirigeait un pays de 38 millions d’habitants comme il aurait dirigé le ranch Ewing, et qui a obligé son pilote à se poser là où c’était impossible, c’était de la faute de l’extérieur ?
                Certes le régime stalinien a laissé des souvenirs atroces dans les pays Baltes. C’était il y a deux-trois générations... Mais actuellement ce sont les russophones qui y sont maltraités et privés de droits civiques. Les responsabilités ont changé. Des Nelson Mandela et des Frederik de Klerk, on n’en voit pas tous les jours. Ça manque énormément.


              • keiser 1er mars 09:59

                Et ben sur AV , cela devient récurrent, tous les jours un nouvel apocalypse.
                Vous ne voulez pas arrêter de jouer avec la puissance du Dark.
                Cela devient vraiment pénible.
                A chaque fois que je viens sur ce site, c’est un nouveau mélodrame mondial.
                A tel point que j’espace de plus en plus mes visites.
                Vous jouez à vous faire peur ou quoi !? ...
                Vous croyez qu’il n’y a pas déjà assez d’horreur comme cela !?


                • joaopessoa 1er mars 12:27

                  @keiser

                  Pauvre petite choute.tu n es pas content passe ton chemin.


                • keiser 1er mars 13:30

                  @joaopessoa

                  Je t’emmerde connard .
                  Ca va comme réponse d’une petite choute, pauvre naze .


                • tf1Groupie 2 mars 01:45

                  @keiser

                  C’est juste qu’Agoravox veut se montrer plus anxiogène que les medias « mainstreams ». smiley
                  Ici on n’est pas à une contradiction près.

                  Sinon je crois que vous avez parfaitement identifié le profil psychologique de Joaopessoa : il n’a rien à dire à part des critiques d’ado

                • antyreac 1er mars 10:31

                  Ce fil n’est qu’un minable ramassis de la propagande pro russe tout juste bonne à jeter dans la poubelle


                  • JC_Lavau JC_Lavau 1er mars 11:05

                    @antyreac. Ah si tu pouvait développer ta propagande sioniste et anti-russe !


                  • joaopessoa 1er mars 12:32

                    @JC_Lavau

                    Le jour où vous lirez un développement de la part d anti réac n hésitez pas à nous en faire part.


                  • Pyrathome Pyrathome 1er mars 13:43

                    @joaopessoa
                    un développement de la part d anti réac
                    .
                    Impossible, c’est un néotroll stipendié.....


                  • Shawford OR ANGE SKINK 1er mars 13:58

                    @Pyrathome

                    Ah la voila, le voili, le voilou le super complotiste !!!!!!!!

                    Alors t’en pense koi de ça ?

                    https://www.youtube.com/watch?v=1xqlipTnyhc&feature=player_embedded


                  • Pyrathome Pyrathome 1er mars 15:36

                    @OR ANGE SKINK

                    Alors t’en pense koi de ça ?

                    Yep, je te répondrais dans 15 jours smiley....
                    ou pas... smiley


                  • Shawford OR ANGE SKINK 1er mars 20:32

                    @Pyrathome

                    Un bijou ta réponse, je me la traduis : pour vivre heureux, vivons cachés, et/ou moins nombreux smiley


                  • Habana Habana 1er mars 13:04

                    Totalement compréhensible que Poutine ait du soutient en Europe ! Il est quand même le seul à dire la vérité que personne ne veut voir et encore moins relater dans nos médias-médiocres !

                    Il avait raison quant au développement du terrorisme si Al Assad était déssoudé.
                    Il avait raison de dire que les « Turcs » financent depuis toujours DAESH en achetant des colonnes de camions de pétrole de manière hypocrite...un avion Russe a été abattu car les Turcs protégeaient quelque chose. Et ce quelque chose, c’est sans aucun doute, une bonne vieille livraison !
                    Bref, on en revient tous au même : STOP à une Europe à la botte des Ricains !

                    • microf 1er mars 15:06

                      N´ayez pas peur, il n´y aura pas de guerre.
                      Le message passé par le Président Poutine de frapper le premier lorsque la guerre sera inévitable, est passé, et la démonstration de la Russie en Syrie qu´en moins de six la donne a changée, alors que la coalition de plusieurs pays y est pendant des années sans rien faire, a été aussi comprise.
                      Ceux en face de la Russie connaissent ses forces. Ce n´est pas le budget militaire qui fait la force, sinon la Russie est déja battue. La Russie sachant qu´en nombre ne pourra jamais se mesurer aux forces adverses, a misé sur la guerre électronique en modernisant de son appareil militaire. Lorsqu´on est capable d´aveugler les forces adverses, alors on a gagné, voila la différence.
                      L´Europe quant á elle n´attaquera jamais la Russie, et sauf s´il arrive aux Usa un schizophrène pschopathe au pouvoir pour lancer une attaque et déclencher la fin de notre civilisation, aucun autre Chef d´État ne se risquera d´attaquer la Russie, il y aura des actes terroristes en Russie, cela est sûr, mais ils seront rapidement maitrisés comme toujours.
                      Il ya autre donne, cette fois en Occident. Les peuples Occidentaux se rendent de plus en plus en comptent oú leur mènent leurs Dirigeants, Dieu merci nous ne sommes pas dans les pays du tiers-monde oú l´on envoi les forces de l´ordre massacrer les populations lorsque celles-ci se soulèvent, ces peuples aujourd´hui doivent réagir.
                      Les peuples Occidentaux épris de libertés, ne doivent plus se laisser berner et manipuler par leurs politiciens, je compte plus sur l´opinion publique Occidentale pour changer la donne.
                      Le monde a besoin de PAIX, au nom de quoi des millions de persones doivent souffrir ?
                      Je souhaite aussi que les politiciens en Occident se ravisent, s´assayent sur la table et négocient avec la Russie afin d´instaurer enfin ce nouveau monde multipolaire, comme le Président Poutine depuis bientôt une décénnie, ne cesse de l´appeler.


                      • JC_Lavau JC_Lavau 1er mars 15:19

                        @microf. Sauf autour de la Baltique et en Fenno-Scandinavie, où la propagande US-OTAN remporte de plus en plus de succès.
                        La Norvège est de plus en plus OTAN, et je ne reconnais plus la sagesse suédoise d’antan. L’assassinat d’Olof Palme était l’aboutissement d’années d’efforts U.S. pour le saper.
                        J’ai souvenance de la marine suédoise grenadant tout autour et dans sa baie de Karlskrona dans le Blekinge, et on nous disait qu’elle chassait un sous-marin soviétique. Or c’était le NR1, mini sous-marin nucléaire à roues, dont la construction fort secrète avait été imposée par Rickover. Le but de la manip était de faire croire aux suédois qu’Olof Palme ne protégeait pas assez la Suède des méchants Russes. Le NR1 est à présent décommissionné et en démantèlement.

                        Les chars daubés que les U.S. ont amenés en Pologne et Lituanie, nuls sur un champ de bataille réel, peuvent toujours servir à écraser dans le sang toute insurrection populaire. But réel de la manip.


                      • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 14:54

                        @microf. il y a surtout que la guerre nucléaire totale, ça n’est pas bon pour les marchands d’armes. La préparer si, ça leur rapporte, mais la faire, hem !

                        Inciter Saddam Hussein à prendre le Koweit, c’est sans danger, et ça rapporte plein de contrats d’armement, ça c’est de la vraie politique aux yeux des marchands d’armes.
                        Affoler les lettons, les estoniens, les lituaniens et les polonais, ça c’est de la bonne politique ; affoler les suédois, les norvégiens et les finlandais et leur faire acheter plein d’armes, ça c’est de la bonne politique ! Pour les marchands d’armes.


                      • volpa volpa 1er mars 16:05

                        A part sur l’internet nous ne trouvons pas beaucoup de politiques relayés par les merdias, déclarer USionites dehors.


                        • Hubu 1er mars 16:23

                          Il ne faut pas oublier la Chine qui augmente de manière exponentielle son budget militaire à un rythme faramineux et plus les Américains vont faire chier les Chinois en mer de Chine plus cela va les inciter à avoir une armée de haute technologie moderne et faire les investissements nécessaire pour pouvoir se défendre.

                          La Chine à du potentiel pour dépasser les Américains en terme de dépense militaire.
                          Sans compter que la Russie donne une partie de ses technologies aux Chinois qui sauront quoi en faire autant dire que ça risque d’être assez chaud en mer de Chine...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

pucciarelli

pucciarelli
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès