Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Affaire DSK/ND, 7 juin 2011, le jour ou tout à basculé

Affaire DSK/ND, 7 juin 2011, le jour ou tout à basculé

Le 14 mai 2011, le district attorney de Manhattan avait inculpé Monsieur Dominique Strauss-Kahn pour viol et autres délits sur la personne de Madame Nafissatou Diallo, femme de chambre de l’hôtel Sofitel de New York. Le 22 août 2011, par un document de 25 pages (Inculpation No. 02526/2011) ledit district attorney a demandé l'abandon de l'inculpation de l'accusé dans l’affaire DSK/ND.

Que dire sur le document en lui-même, qu’il est structuré, très explicite et très détaillé, que les réponses apportées se rapportent aux notes de bas de page des procès-verbaux de police, aux explications des experts judiciaires nommés par la ville, etc. Or pour le respect du contradictoire, il est fâcheux que le document produit par le district attorney ne fasse aucune allusion au rapport de l’expertise médicale fournit par les avocats de la plaignante, qui concluait à l’agression et au viol.

À la lecture de ce document, si l’on est objectif, la décision du district attorney est compréhensible et certainement justifiée en l’état du dossier, démontrant à contrario de l’affaire, une justice sélective, il est évident que la condition sociale de l’accusé et a influé sur la décision finale ; il est blanc et puissant. Aurait-elle été la même s’il avait été noir et pauvre ?

Dès le 7 juin 2011, il n’a plus été question que de versions divergentes et mensonges de la plaignante conduisant à ladite décision. Toutes les contradictions de la plaignante sur les faits qui se sont produits dans la suite 2806 ne pouvaient plus que conduire au classement de l’affaire, surtout si ces contradictions sont appuyées par le discrédit qu’elle s’est infligé, elle-même, en révélant ses mensonges passés, même si ce sont plus des mensonges de commodité ou des omissions de convenance personnelle, plutôt qu’un détournement criminel de la vérité.

Cependant, il est regrettable pour la justice, qu’il n’apporte aucune certitude sur l’une ou l’autre version, et que ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui ont produit la décision d’abandon des poursuites, mais que soient des faits indirects (contradictions et mensonges de la plaignante) bien antérieurs à l’affaire proprement dite, qui ont conduit à ce classement. Il est clair que la plaignante s’est sabordée elle-même, en disant la vérité sur ses mensonges passés lors de l’entretien du 7 juin 2011, puis les 8, 9 et 28 juin 2011. Or si la plaignante a elle-même admis ne pas avoir été totalement honnête avec les autorités sur certains aspects de son histoire personnelle et de sa situation actuelle, jamais elle n’a pas non plus prétendu ou reconnu avoir inventé l’agression est le viol.

Cela peut paraitre paradoxal, mais si elle s’était tue sur ses mensonges passés, il est possible, voire probable, qu’elle ait continué à être crédible sur les faits tels qu’elle les avait décrits auparavant, et cela, malgré les petites contradictions qui ont été relevées par les enquêteurs. Des contradictions, qui en soit, peuvent se comprendre, compte tenu du stresse et de l’état psychologique que peut occasionner une agression ou un viol. Et vu la situation déstabilisante, c’est l’effet inverse qui aurait été troublant, en effet, si son histoire n’avait pas variée d’un iota à tous les entretiens, là il aurait été légitime de penser qu’elle avait élaboré un scénario et qu’elle a appris un texte par cœur.

Néanmoins pour séparer le vrai du faux, il aurait fallu distinguer les déclarations justes des fautives, et je pense qu’il aurait fallu discerner les mensonges antérieurs à l’affaire et les faits proprement dits qui se sont passé le 14 mai 2011, car les mensonges antérieurs, s’ils ne sont pas sans conséquence sur le résultat, ils sont sans lien direct avec les faits et donc hors sujet. Or d’après le district attorney, lui-même, même une menteuse peut avoir été agressée ou violée, et pour ces faits, elle a droit à la justice, comme tous citoyens, d’ailleurs, il le confirme en page deux de son réquisitoire, dans le bref rappel des principes fondamentaux, il écrit :

« Que des individus aient menti dans le passé ou commis des actes criminels ne fait pas nécessairement d'eux des gens indignes de notre confiance et cela ne nous empêche pas de les appeler à la barre des témoins durant le procès. »

Cette décision qui permet à l’accusé d’être relaxé au bénéfice du doute laissera planer d’autres doutes ou certitude, comme celle de la culpabilité implicite de l’accusé, qui l’implique, sperme à l’appui, dans un acte sexuel pratiqué lors d’une relation adultérine incontestable, Madame Nafissatou Diallo n’étant pas son épouse, ternissant définitivement son image d’homme public.

Et cette décision permet à Monsieur Cirrus Vence d’ajouter son nom à celui de Ponce Pilat, qui laissa condamner un illustre innocent en se lavant les mains devant la foule, disant : « Je suis innocent du sang de ce juste ; vous, vous y aviserez. »

Dans cette sordide histoire, en décidant l’abandon des poursuites, l’innocent district attorney finalement se lave les mains et renvoie dos à dos les deux protagonistes qui se sont punis eux-mêmes ;

Madame Nafissatou Diallo a péché par excès de confiance en la justice, pensant qu’elle lui aurait été reconnaissante d’avoir dit la vérité sur des mensonges passés, mais s’était sans compter l’intransigeante probité de la loi envers les menteurs et leurs mensonges, qu’ils soient commis dans le passé ou dans le présent.

Contrairement à ce qui avait été écrit, sur une relation tarifée, le document du district attorney n’en fait aucune mention, et de fait, il prouve avec certitude que les affirmations sur une prostitution dissimulée, etc. ne furent que des mensonges colportés par des médias avides de sensationnelles, peu soucieux de leurs sources.

Bien que la question de l’argent sur son compte (60 000 $) n’a aucun lien direct avec l’affaire, en admettant qu’elle ait, comme elle a dit, autorisé son ami a déposé ces sommes, elle ne pouvait les ignorer, car s’il est facile de déposer de l’argent sur un compte, il ne peut être retiré que par le titulaire du compte. Et bien que cette information ne fût en rien déterminante, il est indéniable que ce mystère n’a pas joué en sa faveur, non plus.

« Cet argent pourra toujours lui servir à financer ses avocats », car vu l’abandon de la procédure pénale, l’affaire civile me semble mal engager. Or courir après la justice coûte cher, surtout aux États-Unis, en admettant qu’au début l’argent ne fût pas l’objectif, il est certain qu’il va le devenir maintenant.

Monsieur Dominique Strauss-Kahn a péché par excès de confiance envers son immunité d’homme influant, pour vivre une vie dissolue, ne s’attendant pas à ce que la justice États-Uniennes soit plus respectueuse envers une personne, aussi insignifiante soit-elle, qu’envers une fonction, aussi prestigieuse soit-elle.

Ce qui est étrange, c’est son mutisme incompréhensible, car en principe, lorsque l’on est accusé à tort, on n’a qu’une envie, c’est de le crier à la face du monde.

Personne ne contestera que Monsieur Dominique Strauss-Kahn ait le droit de vivre la vie qu’il veut, mais il n’a pas le droit de nous la faire partager en tant que représentant de la nation. Quelle image de la France pour le reste du monde, si ce Monsieur avait été élu Président de la République française ?

Coupable ou non ! Nous ne le saurons jamais ! Cette décision administrative est insuffisante pour apporter les éclaircissements sur la nature réelle des faits qui se sont produits le 14 mai 2011, dans la suite 2806, seule une décision judiciaire aurait déterminé irrémédiablement et durablement si la plaignante était une victime, et si l’accusé était coupable ou innocent.

À titre personnel, je remercie Madame Nafissatou Diallo de nous avoir fait découvrir la vraie nature de ce Monsieur, qui a provoqué un sacré gâchis avec une seule relation sexuelle (je n’ose imaginer ce qu’il aurait pu faire aux commandes de la France) prenant à témoin tous les citoyens du monde, y compris les Français, seuls gagnants de cette histoire !


Moyenne des avis sur cet article :  2.12/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Claire29 Claire29 31 août 2011 14:48

    On sait très bien ce qui s’est passé mais on ne peut pas ou on n’ose pas le dire !
    C’est la version de N.Diallo vue et entendue
     par des millions de téléspectateurs qui restera
    étant donné qu’il n’y en a pas d’autre(les versions fantaisistes n’ont aucun intérêt) ,c’est elle qui deviendra au fil du temps
    la seule crédible ,la seule réelle !
    Contrairement aux critiques lues et entendues,
    ses avocats savaient très bien ce qu’ils faisaient quand ils ont pris la décision de cette interview !


    • ddt99 ddt99 31 août 2011 16:12

      Il est clair que de dire la vérité n’est pas toujours récompensée, comme de dire des mensonges n’est pas forcément salutaire, un jour ou l’autre ils peuvent se retourner contre l’auteur de l’un comme de l’autre. Madame Nafissatou Diallo est l’exemple type ou les deux modes d’expressions se sont retournés contre elle.


    • Crab2 31 août 2011 15:39

      Métier : Procureur

      Un procureur au-dessus de tout soupçon

      Accusateur féroce au vu des éléments dont il disposait au tout début de son instruction, mais capable en suivant de rechercher, de vérifier et d’annoncer lui-même qu’il doutait pour finir en dernier lieu par présenter des conclusions qui innocente le prévenu

      Suite à partir de la page :

      http://laicite.over-blog.com/article-metier-procureur-82354172.html


      • ddt99 ddt99 31 août 2011 16:18

        Désolé, mais, il ne l’a absolument pas innocenté. Il a abandonné les charges, il y a une grande différence entre les deux. De plus, il est toujours poursuivi pour les mêmes faits devant un tribunal civil, certes les peines sont différentes, mais il peut toujours être reconnu coupable pour les faits qui lui sont reprochés.


      • rambure 1er septembre 2011 11:13

        Je vous cite «  Ce qui est étrange, c’est son mutisme incompréhensible, car en principe, lorsque l’on est accusé à tort, on n’a qu’une envie, c’est de le crier à la face du monde.  »

        Petit rappel les avocats de DSK ont choisi le 5 amendement = l’accusé ne témoignera pas = d’où son silence  !

        Pour ce qui concerne l’image de la France je vous rappelle votre histoire de France = tous nos grands hommes ont eu une vie sexuelle dissolue, cela ne les a pas empêché d’être ce qu’ils sont devenus dans l’histoire  !

        Le rapport médical ne figure pas …et pour cause le Procureur sait déjà qu’il n’a aucune valeur  car l’accusée est rentrée dans la chambre après le départ de DSK et donc a pu falsifier les preuves  ! (il faut quelques minutes pour lire un lecteur de badge et donc savoir que Daillo est rentrée dans la chambre a 12h26 )

        Les mensonges de Daillo concernent justement la simulation d’un viol  ! Pensez-vous qu’une personne qui simule un viol alors qu’elle se plaint d’un autre viol est crédible  ? …etc.…..


        • ddt99 ddt99 1er septembre 2011 11:52

          Depuis l’abandon des charges, il n’est plus tenu au silence, il peut très bien s’exprimer et donner sa version des faits, il ne le fait pas d’où son mutisme étrange.

          Vous écrivez :

          « Pour ce qui concerne l’image de la France je vous rappelle votre histoire de France = tous nos grands hommes ont eu une vie sexuelle dissolue,… »

          Je suppose que vous voulez aussi parler du Général de Gaule, « un grand homme à la vie sexuelle dissolue », tien c’est marrant, mes cours d’histoire ne m’ont pas appris cela, d’où tenez-vous vos sources ?

          Soyons sérieux, pour les autres, cela n’en fait pas pour autant des gens respectables sur le plan de la morale.

          Pour le reste ce ne sont que pures supputations, les faits dont vous parlez ne sont pas exprimés de cette façon dans le document du district attorney.

          Mais, s’il est vrai que l’adage dit, "qui a menti mentira, il y a d’autres éléments qui accrédite la version du viol.

          Relisez objectivement le document de 25 pages et vous les verrez peut-être.

          Moi je l’ai lu objectivement et c’est pour cela que j’ai écrit « qu’en l’état du dossier », il ne pouvait que se terminer en eau de boudin.


        • rambure 2 septembre 2011 01:57

          depuis l’abandon des charges il s’est exprimé en disant qu’il s’expliquera à son retour en France vous avez oublié ?

          ce n’est pas parcequ’il y a rien sur le général de gaulle qu’il n’avait pas de relation sexuelle soyons sérieux ! et le général ne represente qu’une personne parmi toute celle qui ont dirigée la France et soyons sérieux, comme vous dite, c’est bien la majorité d’entre eux qui a eu des relations sexuelles extra conjugales !

          Daillo a menti en disant qu’elle était restée dans le couloir en fait elle a été dans la chambre 2020 et ensuite dans celle de DSK = relisez sérieusement les déclarations du procureur !

          Le Procureur s’est lourdement trompé dans cette affaire vous ne croyez quand même pas qu’il va l’écrire dans son rapport alors qu’il est élu ?

          Objectivement Daillo a pénétrée dans la chambre de DSK seule et apres le départ de DSK elle a donc pu maquiller les preuves reconnaissez le !


          • ddt99 ddt99 2 septembre 2011 06:30

            Je pense que vous devriez vraiment relire le document de Monsieur Vence et peut être arrêteriez-vous d’inventer des faits, aucune chambre 2020 n’y est mentionnée. Mais ce n’est pas grave puisque vous le dites.

            Et si je vous comprends bien pour être un grand homme, il faut avoir des relations sexuelles extra-conjugales, alors, c’est sûr, selon vos critères, je ne risque pas de devenir un grand homme, parce que pour moi les valeurs morales ont une certaine importance.

            Patience jusqu’au retour en France de votre grand homme, il va vous inventer une belle fable et vous pourrez l’idolâtrer encore plus pour sa nouvelle conquête extra-conjugale.

            Toutes mes félicitations pour votre raisonnement.

            Pour le reste, pure supputation, et supposition infondée. 

            Avec des si votre grand homme serait aussi un saint homme et on pourrait mettre Paris en bouteille, et même tout l’univers, alors peut-être qu’elle a pu revenir maquiller des preuves, mais peut-être qu’il a pu la violer, reconnaissez-le.


          • rambure 2 septembre 2011 11:35

            Bravo pour votre mauvaise foi ! et continuez à croire à votre élucubrations !

            vous défendez une menteuse uniquement pour pouvoir « taper » sur DSK qu’apparemment vous haissez. Quand à votre morale parlez en à votre ami Chatel !


            • ddt99 ddt99 2 septembre 2011 14:18

              Je suis désolé de vous annoncer cela, mais je ne « croie à aucune élucubration », tout au plus pourrais-je croire en dieu, mais Monsieur Dominique Strauss-Kahn n’est pas dieu, alors contrairement à vous, moi, je pense objectivement avec mon libre arbitre, et je ne me laisse pas manipuler par des idéologues déphasés, ni subjuguer par je ne sais quelle notoriété surfaite.

              De « la mauvaise foi », comme vous y allez mon cher rambure, pouvez-vous seulement dire quelles sont mes arguments qui sont de mauvaise foi, non.

              Par contre, à vous lire, il est clair que vos argumentaires simplistes sont symptomatiques de ceux qui n’ont n’en pas et qui les remplaces par du dénigrement et de l’affabulation.

              QUELLE EST LA PROCHAINE ÉTAPE, L’INSULTE ?

              Et pour quelle raison voulez-vous que je « le haïsse » ?

              Que m’aurait-il fait qui vous laisse imaginer cela ?

              Battez-vous, sans agressivité envers votre interlocuteur, sur les faits tels qu’ils sont établis par les documents officiels, et non pas tels que votre imagination vous l’impose, ou les ouï-dire, etc.

              Qui est « Chatel » ?


            • rambure 6 septembre 2011 22:48

              « je pense objectivement avec mon libre arbitre...... »

              Vous pensez mal ; l’arbitre ce n’est pas vous mais le juge qui a dit :

              « Je ne vois aucune raison de refuser » la demande de non-lieu"

              conclusion = DSK qui était présumé innocent est maintenant......innocent

              Si vous avez des preuves allez vite les dire à un avocat n’attendez pas 8 ans !

              Point final

               


              • ddt99 ddt99 6 septembre 2011 23:43

                Petit cachotier !

                Vous, vous avez des informations que nous n’avons pas.

                Que se passera-t-il dans 8 ans  ?

                Pourquoi attendre 8 ans  ?

                Soyez sympa avec nous !

                Faites nous partager vos preuves irréfutables de l’innocence de votre dieu du sexe.

                D’avoir obtenu un non-lieu ne fait pas de lui un innocent, mais un non coupable, pour l’instant.

                Ce n’est pas à vous de mettre un point final, mais aux avocats des parties, ne vous en déplaise, visiblement, d’autres joutes judiciaires auront lieu !

                Pour votre information, sachez qu’une guerre ne se gagne pas en une seule bataille, sinon nous serions toujours sous le joug de l’Allemagne, qui avait gagné de nombreuses batailles, avant de perdre la guerre.

                Alors, rendez-vous dans 8 ans, pour la conclusion de cette affaire !

                Merci pour cette info capitale !

                Et je suis ravie pour vous que vous ne croyiez plus, mais que vous pensez enfin avec votre cerveau.

                Sans rancune, à +.


              • ddt99 ddt99 7 septembre 2011 00:01

                Petite précision, puisque vous avez du mal à comprendre un point de vue différent du vôtre, croyez en la parole de votre grand homme, Monsieur Dominique Strauss-Kahn lui même a dit à la barre juste deux mots, je le cite :

                « Not guilty  » 

                Ce qui veut dire « non coupable  » et non pas « innocent  »

                Maintenant, je pense  que nous pouvons mettre un point final à notre dialogue.


              • rambure 7 septembre 2011 09:13

                 

                 in·no·cent  (n-snt)
                adj.
                 
                 Not guilty of a specific crime or offense ; legally blameless : was innocent of all charges.
                 
                je pense que vous avez un sérieux problème dans la compréhension des choses les plus simples !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

DSK


Palmarès