Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Affaire Snowden : guerre d’espions digne de la Guerre Froide (...)

Affaire Snowden : guerre d’espions digne de la Guerre Froide ?

L’ex-agent de la CIA Edward Snowden, inculpé d’espionnage pour avoir dévoilé les programmes de surveillance de la NSA, éveille les tensions entre les Etats-Unis et ses adversaires politiques

Edward Snowden, ancien employé de la CIA et de la NSA, fait trembler la planète Diplomatie en cherchant refuge dans des pays qui n’ont pas d’accords d’extradition avec les Etats-Unis. L’affaire du jeune informaticien révélant à la presse les systèmes de surveillance téléphoniques américains dans le monde se mue en affaire d’espionnage international rappelant celles de la Guerre Froide.

Libérateur ou idéaliste ?

Les Etats-Unis sont les premiers à faire les frais du jeune informaticien de 29 ans. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois. La génération Internet voit l’avènement de jeunes surdoués de l’informatique qui se sont donnés pour mission de faire régner la transparence entre les Etats et ses populations. Edward Snowden fait partie de ces chevaliers idéalistes, bravant les risques d’emprisonnement pour dénoncer les agissements d’Etats qui outrepassent leurs droits au nom de la sécurité nationale. Il succède au fondateur de Wikileaks Julian Assange ou encore à Bradley Manning qui est aujourd’hui devant un tribunal militaire pour avoir divulgué des informations sur les guerres en Irak et en Afghanistan. Ces trois hommes ont en commun l’image controversée de petits génies de l’informatique enfermés nuit et jour devant leur ordinateur se forgeant leur opinion au travers du monde déformé qu’est Internet. En mai 2013, Ed Snowden commence à révéler des informations sur les programmes de surveillance américains au Guardian et au Washington Post alors qu’il est en poste pour un sous-traitant de la NSA, Booz Allen & Hamilton. Le 20 mai, il quitte son domicile d’Hawaï pour Hong Kong, emportant avec lui des données confidentielles

Jeux d’espion entre pays rivaux

Aujourd’hui, Edward Snowden ne se retrouve pas seulement au cœur d’une affaire de piratage mais au milieu d’intrigues internationales entre des pays adversaires. Les Etats-Unis n’hésitent pas à pointer du doigt la Chine et la Russie pour l’aide qu’ils accordent au « traître », notamment la décision d’Hong Kong de laisser Snowden partir pour la Russie sans visa, le 23 juin. La Chine a répliqué en déclarant que cet incident aurait des répercussions sur les relations diplomatiques entre les deux pays. Lundi 24 juin, Edward Snowden devait quitter la Russie. Il ne s’est jamais présenté dans l’avion. Le président russe Vladimr Poutine a déclaré que l’ancien consultant de la NSA se trouvait dans la zone internationale de l’aéroport de Moscou, qualifiant l’attitude de Washington de « délire et de sornettes ». Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry a tout de suite brandi la menace de « conséquences » sur les relations russo-américaines, déjà altérées par le dossier syrien. Olga Denisova, journaliste pour la radio La voix de la Russie a confié à ses confrères de l’AFP : « J’ai le sentiment que nous participons tous à un grandiose complot d’espions ». L’intervention de Julian Assange pour procurer au fugitif des papiers équatoriens a assombri un peu plus le tableau, permettant au président de l’Equateur, Rafael Correa de passer pour le nouveau Hugo Chavez, ex leader de la gauche latino-américaine, fervent opposant des Etats-Unis.

 « L’Affaire Snowden est passé d’une affaire de fuite à une affaire de haute politique entre les puissances majeures du monde » résume l’analyste Bruce Riedel, ancien de la CIA, aujourd’hui chercheur à la Brookings Institution. Certains analystes vont même jusqu’à dire que le jeune informaticien a bénéficié de la complicité de la Chine et de la Russie depuis le début dans le but de le manipuler pour obtenir des informations. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • dumbo53 dumbo53 29 juin 2013 07:38

    « jeunes surdoués de l’informatique qui se sont donné(s) pour mission » .

    Pas de s : mission est le complément. Ce n’est pas comme si vous écriviez « ils se sont donnés à Dieu ».

    • berry 29 juin 2013 08:37

      On s’en fiche de votre commentaire.
      Allez participer à la dictée de Pivot


    • berry 29 juin 2013 08:11

      L’affaire Snowden témoigne de la dérive totalitaire des Etats-Unis, engagée depuis de nombreuses années.

      Il y a un précédent à l’affaire Snowden, l’affaire Joe Nacchio, pdg de Qwest Communications, qui a été jeté en prison pour de fausses accusations de délits d’initiés, parce qu’il refusait que la NSA espionne ses clients.

      http://www.mondialisation.ca/lhumanitarisme-dobama-sert-de-facade-aux-objectifs-strategiques-de-letat-profond-us-le-cas-de-la-syrie/5340385

      Un excellent article d’Elizabeth Woodworth où elle évoque cette affaire dans le cadre des évènements survenus depuis 2001.


      • joelim joelim 29 juin 2013 10:40

        Certains analystes vont même jusqu’à dire que le jeune informaticien a bénéficié de la complicité de la Chine et de la Russie depuis le début dans le but de le manipuler pour obtenir des informations. 


        Ça c’est le genre de phrase gratuite basée sur du vent issu de sphincters bien gras.

        • Rensk Rensk 29 juin 2013 10:58

          Edward Snowden n’était pas employé par la CIA ni par la NSA..., il travaillait en sous-traitance pour eux.

          Edward Snowden, était un employé du cabinet d’avocats Booz Allen Hamilton ! Cabinet d’avocats qui fonctionnent comme « paravent » et donc ils sont sont illégal, même aux USA.


          • Rensk Rensk 29 juin 2013 11:12

            Un autre détournement d’information et fait est la prétention suivante :

            - la décision d’Hong Kong de laisser Snowden partir pour la Russie sans visa

            Comme citoyen, je suis libre de partir de tout pays du monde en Inde par exemple, sans aucun visa en poche. C’est à la frontière de l’Inde que je risque d’être bloqué et seulement là !!!

            L’État duquel je part n’ose m’interdire de partir sans visa... ce n’est pas son affaire (de quoi je me mêle ?)


          • luojie 29 juin 2013 21:11

            je ne sais pas de quoi vous parlez. en avion, l’aéroport de départ transmet copie du passeport à l’aéroport d’arrivée. s’il y a un problème,de visa,ou autre, l’embarquement est interdit, car si le voyageur devait être interdit d’entrer dans le pays de destination, son retour se ferait -suivant les accords convenus- aux frais de la compagnie de transport. (voir le cas de passagères interdites d’embarquer à Paris (pour France-Israël), car Israël n’aurait pas permis l’entrée)

            comme Snowden n’a plus de passeport, il ne peut plus bouger de Moscou jusqu’à ce qu’il ait des papiers en bonne et due forme.


          • escudo escudo 29 juin 2013 12:39

            Mal barre avec les futurs journalistes...


            • berry 29 juin 2013 14:41

              L’auteur de l’article cherchant un emploi de journaliste, je mets en lien une petite réflexion d’Alain Soral sur le métier de journaliste de nos jours.

              http://www.dailymotion.com/video/x8bwhv_le-metier-de-journaliste-par-alain_news#.Uc7S7NiynKE

              Un triste état des lieux.


              • yt75 29 juin 2013 14:50

                Peut-être que cette affaire va calmer un peu le viol du terme virtuel au sujet d’internet numérique et compagnie, avec lequel quasi tt le monde s’est amusé depuis le début des nineties, par là ?

                Ce serait pas mal, et permettrait peut être aussi de considérer les choses un peu sérieusement.

                Par exemple au sujet d’Idenum : http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/


                • baldis30 29 juin 2013 22:24

                  Dans cette affaire il y a une chose qui m’amuse au plus haut point : c’est l’aveu implicite que les U.S.A espionnent le monde entier par Internet . Et il parait qu’il y a encore des gens qui en doutent ( quand la C.I.A ; lira - j’en suis sûr- ces quelques mots comprendra-t-elle son erreur psychologique fondamentale ) .

                  un peu d’intelligence aurait fait passer l’informaticien pour fou .... à moins qu’ils n’essayent - suprême astuce- de le récupérer pour profiter de ses compétences  smiley


                  • hopenomore 29 juin 2013 22:31

                    En france on a un systéme bien plus simple, moins couteux et tout aussi efficace pour espionner et dénoncer les gens
                    il a fait ses preuves depuis longtemps
                    ca s’appel:Les voisins


                    • wesson wesson 30 juin 2013 01:31

                      bonsoir l’auteur, 

                      cette affaire snowden me semble tenir le bon bout pour être un fameux scandale. 

                      La chine est allé piocher à livre ouvert dans les 4 ordinateurs de cet informaticien, pour ensuite l’envoyer vers la Russie ... qui fait de même depuis maintenant 1 semaine. Puis ensuite direction Quito histoire de faire enrager encore plus les Américains. 

                      Et aujourd’hui Der Spiegel de révéler que la NSA espionnait aussi des diplomates Européens, et avait piratés des ordinateurs en Europe.

                      PRISM était censé selon les Américains combattre le terrorisme, puisqu’ils espionnait aussi la commission européenne, on doit en déduire que l’Europe est une entité terroriste :-> à moins que en définitive PRISM soit juste un truc pour espionner tout le monde et que le terrorisme est un prétexte bien pratique pour le justifier. 

                      En tout cas, j’ai des doutes mais espérons que les médias vont faire leur boulot, parce que ce truc là est bien parti pour faire un scandale propre à désorganiser durablement toute la barbouzerie électronique Américaine, et qui peut donner une occasion en or d’envoyer bouler les négociations sur le grand marché transatlantique.

                      • loxias loxias 1er août 2013 02:11

                        Si cela intéresse quelqu’un, je viens de finir la traduction de la vidéo « I am Bradley Manning » (et non pas wiggins.. smiley ) elle me donne des frissons à chaque visionnage au moment où ils disent « je suis Bradley Manning » ... on y voit, entre autres, Roger Water, Oliver Stone(d) et Moby (dick) ... 



                        • loxias loxias 1er août 2013 02:17

                          Et n’oublions pas la pétition pour qu’il devienne Prix Nobel de la Paix : 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès