Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Affaire Snowden-Morales : Qu’on devienne tous Américains (...)

Affaire Snowden-Morales : Qu’on devienne tous Américains ?

L’affaire Snowden, à l’origine de l’affaire Morales, nous a au moins permis de retenir deux enseignements, dont on se doutait, mais qui deviennent quasiment officiels. Le premier est qu’un Etat étranger s’est octroyé le droit de mener des intrusions dans la vie privée de n’importe qui dans n’importe quelle région du monde, y compris la France et l’Europe. C’est encore pire dans certaines régions de la planète (Irak, Afghanistan, Pakistan, Afrique) où les Etats-Unis exercent carrément le droit de vie et de mort sur les individus. A tout moment un missile de croisière US ou un drone peut frapper et tuer sans qu’aucune autorité locale soit en mesure de demander des comptes aux auteurs de l’attaque. Le deuxième enseignement est que les dirigeants de nos pays, à l’exception de quelques cas (Russie, Chine,…) sont tellement inféodés à la « Grande puissance » qu’ils lui obéissent au doigt et à l’œil, ce qui trahit, aux yeux du grand public, l’aveu d’une indiscutable perte de souveraineté.

Les Etats déshabillés

Jusqu’à un passé récent, les concessions sur la souveraineté des Etats respectaient des règles du droit international, en particulier le droit des traités. Ainsi la construction de l’Union européenne s’est-elle réalisée par étape, puisqu’il fallait chaque fois rechercher l’approbation des nations « souveraines ». Cette approbation des nations souveraines, puisqu’elle modifie l’ordre institutionnel, exige un référendum de ratification (par le peuple) ou un vote solennel du parlement réuni en Congrès dans le cas de la France (article 89 de la Constitution). Toutefois, on n’est pas dupe. On savait que derrière les textes qui étaient présentés aux peuples se dissimulaient des lobbies et des puissances d’argent désireuses d’asservir les nations. Mais il y avait de la manière et l’illusion de la souveraineté était préservée.

Avec l’affaire Snowden et l’incident autour de l’avion du Président bolivien, les Etats-Unis viennent de mettre à nu la réalité des relations entre la Première puissance et les dirigeants du reste du monde, mis à part quelques pays (Russie, Chine, Iran, Syrie,…). C’est la réalité d’un empire qui impose sa volonté et qui se fait obéir par des autorités, jusqu’alors considérées comme incarnant la souveraineté qu’ils tiennent de leurs peuples. Il n’en est donc rien et les peuples devraient en tirer toutes les conséquences.

Les Romains, les Gaulois et les Germains ?

De tous temps, face à un empire surpuissant, les peuples n’ont eu que deux alternatives : soit ils résistent en se liguant derrière des dirigeants déterminés à lutter pour la préservation de leur indépendance, soit ils se soumettent, en général à l’issue d’une défaite militaire. Les Gaulois et les Germains peuvent ainsi servir d’exemple.

Les Gaulois, battus par les Romains, devinrent des sujets de l’empire romain. Ce qui leur permis de bénéficier des droits garantis par l’empire en contrepartie de leur soumission à l’autorité de Rome.

Si nos pays considèrent qu’il n’y a plus rien à faire face à la toute-puissance américaine, qu’on aille jusqu’au bout du raisonnement et qu’on devienne des provinces de l’empire de Washington. Sur le plan juridique, les autorités américaines n’auraient pas seulement les avantages de l’empire (intrusion dans nos vies, soumission de nos dirigeants, bombardements çà et là,…). Elles assumeraient parallèlement, comme Rome, les obligations constitutionnelles de l’autorité supranationale que l’Oncle Sam semble avoir l’ambition d’incarner (développement, sécurité publique, hôpitaux, enseignement, sécurité sociale, lutte contre le chômage,…)

Mais les peuples n’ont pas toujours fait le choix de la soumission aux empires, si puissants soient-ils. Ainsi, face à Rome, les Germains firent le choix de la résistance et l’obstination des légionnaires à soumettre la Germanie finit par épuiser l’empire et entraîner son déclin.

Bien évidemment, on ne s’imagine pas dans un affrontement de type militaire avec nos « amis » américains. Ils ont juste un problème avec leurs dirigeants actuels qui, depuis les années Bush, sont engagés dans une politique internationale plutôt agressive contre des « petits pays ». Ils les écrasent sans état d’âme (Libye, Irak, Afghanistan,…). Quant aux autres, ils doivent se soumettre, parfois de façon humiliante, quitte à susciter, comme dans le triste cas de la France, des railleries jusqu’à l’autre bout de la planète.

Le précédent palestinien

Si cette situation doit durer, nous nous retrouverions, inévitablement, dans le genre de situation auquel le Président palestinien fut un jour confronté. Réalisant que son pouvoir n’était qu’une coquille vide et qu’en réalité, c’est une puissance étrangère qui décidait du sort de sa population, le leader palestinien menaça de déposer sa démission entre les mains des autorités israéliennes.

L’allusion à la Palestine est assez osée, je le concède, puisqu’il y a la dimension violence contre la population que les Européens ne subissent pas de la part des Américains. Il s’agit, au fond, d’illustrer la difficulté dans laquelle se retrouve un dirigeant obligé de se plier à la volonté d’une puissance étrangère, au mépris de la légitimité qu’il tient de son peuple.

S’il ne peut résister et qu’il est honnête, il doit rendre sa démission et mettre son peuple directement en face de la puissance qui vide son pouvoir de son contenu. Dès lors, le peuple concerné a le choix entre reconquérir sa souveraineté et devenir sujet de la puissance dominante.

Boniface MUSAVULI


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • mac 6 juillet 2013 11:52

    Deux grands pays ne veulent pas de la soumission US : la Russie et la Chine. Ils sont suffisamment puissants ou peuplés pour calmer un peu les ardeurs de l’empire.
    Quant à la France en tant que puissance européenne de premier plan, elle doit cesser de se laisser dépecer par l’Allemagne et doit utiliser les bras de leviers dont elle dispose à savoir sa position en Europe, son implantation sur tous les continents et la francophonie en pleine croissance.
    Elle doit de nouveau affirmer sa position politique et militaire qui n’est pas vouée à être exclusivement inféodée aux intérêts américains même si ce pays reste notre allié. C’était, je pense, la vision qu’avait le général de Gaulle mais qui n’est visiblement pas celle de ses successeurs.

    N’hésitez pas à signer et surtout à transmettre la pétition ci-dessous. Ce sera un bon test pour savoir si une partie significative de notre peuple veut rester debout (mais j’ai des craintes...)
    http://www.mesopinions.com/petition/politique/lettre-excuse-president-morales/10383


    • kergen 6 juillet 2013 14:58

      Tout ceci est trop truffé de contre-vérités pour être valable.

      "Les Gaulois, battus par les Romains, devinrent des sujets de l’empire romain. Ce qui leur permis de bénéficier des droits garantis par l’empire en contrepartie de leur soumission à l’autorité de Rome.« 

      lourde erreur, seuls les très notables des peuplades gauloises ayant pactisés eurent droit de citoyenneté. Pour tous les peuples ayant violemment résistés et pour 95% des autres, c’était l »ouverture au droit à l’esclavage. Ainsi, plus de la moitié du peuple gaulois fut tué ou réduit à l’esclavage. C’est seulement en 212 ap. JC(250 ans après la conquête) que Caracalla octroya la citoyenneté à tous les résidents de l’Empire.

      Ensuite, je ne vois pas où vous avez pêché que c’est l’obstination à soumettre la Germanie qui serait la cause de l’effondrement Romain. En deux siècles et demi, il y eu 250 guerres civiles à Rome, là est la raison de son épuisement. Et guerre civile pourquoi ? Parce que le pouvoir appartenait depuis Octave à un Impérium sans aucune légitimité autre que celle de la force militaire. Très vite, ce sont les légions qui firent les empereurs et quelques fois plusieurs à la fois.

      Je vous rappelle simplement ce que disait Bloch comme quoi si vous laissez une puissance étrangère mettre à mal votre souveraineté nationale, vous devenez intégralement dépendant de ses propres projets.
      Voulez vous vous en remettre à la bonté de ceux qui gouvernent les USA et qui en ont fait, en moins de trente ans, un des pays les plus inégalitaires de la planète. Voyez comme ces gens là traitent leurs propres citoyens, imaginez quelle considération ils peuvent avec pour des « nègres catholiques » comme nous.


      • HELIOS HELIOS 6 juillet 2013 18:27

        il nous reste d’autant moins de liberté d’action que certains d’entre nous même - je veux dire des pays d’Europe - sont plutot du coté des americains que des europeens.
        Je veux parler des anglais, probablement des irlandais, mais aussi des polonais, probablement des autrichiens et d’une certaine maniere les allemands qui jouent un jeu de con, favorisant les americains pour mieux conquerir les autres europeens... ils esperent peut etre ensuite s’en sortir....

        En tout cas pour s’en sortir vraiment, il nous faut (drait) des hommes de valeurs et de volonté qui commencent par contester, aupres des grandes institutions internationales les decisions prises... mais pas seulement, qui sachent contester en Europe les decisions que Bruxelles impose aux citoyens europeens et redimensionnant l’assiette de competence de ces fonctionnaires...

        On en est tres loin....


      • popov 7 juillet 2013 12:41
        Après la première guerre mondiale, Henry L. Stimson, secrétaire à la guerre (comment on dit en français Secretary of war ?), a fermé le bureau de Washington chargé du décryptage des courriers codés en disant « gentlemen do not read other’s mail ».

        C’était un temps où les hommes d’états se considéraient comme des gentlemen et pas comme de vulgaires mafieux.

        • le moine du côté obscur 7 juillet 2013 12:52

          Ba quand on décrivait les visions hégémoniques de l’empire on nous traitait de complotistes ou conspirationnistes, maintenant que c’est sur la place publique je me demande de quoi va-t-on bien pouvoir nous traiter ? Nous disions que la démocratie était un masque pour cacher l’hideux visage de l’oligarchie qui essaie vaille que vaille d’avoir un pouvoir absolu sur le monde. Mais comme a dit Abraham Lincoln : « 

          On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. »

          Ceci étant dit la question est de savoir ce que le peuple en pense et ce qu’il compte faire. S’il n’a pas encore compris qu’Obama et autres ne sont que des pions qui n’ont aucune intention d’œuvrer pour son bien-être c’est qu’il est bien naïf et méritera tous les malheurs qui vont lui tomber dessus. Le négrobama a justifié cette politique d’espionnage systématique pour des raisons de sécurité et là je cite un autre président Benjamin Frankiln : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité, ne mérite ni l’un, ni l’autre et finira par perdre les deux ». 
          L’affaire Snowden ne surprend que les naïfs et ceux qui refusent obstinément de voir la réalité en face. Pour nous autres ce n’est qu’un « fait divers » insignifiant. Si pour certains c’est « l’affaire du siècle », ils me font rire.... jaune. M’enfin certains aiment rêver. Doit-on leur en vouloir ? Je ne sais pas, c’est un réflexe dit-on naturel d’exprimer un déni face aux réalités trop dures à accepter. Ou alors est-ce Hoover qui a raison : «  L’individu est handicapé en se retrouvant face à face avec uneconspiration si monstrueuse qu’il ne peut croire qu’elle existe »
          Ou peut-être Churchill : «  »Tous les êtres humains trébuchent un jour sur la vérité. La plupart se relèvent rapidement, secouent leurs vêtements et retournent à leurs préoccupations, comme si de rien n’était." 
          Bref à chacun de savoir ce en quoi il veut croire ! 



          • Jonas 7 juillet 2013 19:55

            Pauvres Palestiniens , ils sont mis dans toutes les sauces.


            Je rappelle à l’auteur de cet article un peu décalé quelques erreurs de mauvaises connaissances du sujet qu’il traite ( SNOWDEN et Palestine). C’est vrai que vous êtes sur « INTERNET ».

            1) Gaza est un territoire sous la domination du Hamas filiale des « Frérots » d’Egypte depuis son coup d’Etat de 2007 , faisant + de 600 morts et 550 blessés. 
            Ce territoire est gouverné par un Premier ministre nommé Ismail Haniyeh et à l’extérieur par un certain Khaled Mechaal , longtemps l’hôte de Bachar al-Assad et qui à la suite des événements a fui au Qatar avec sa petite famille comme cela se doit dans cette région.( On saute d’un soutien à l’autre suivant les événements et les circonstances)

            2) La Cisjordanie est  sous l’autorité du Fatah dont le président est Mahmoud Abbas et son nouveau premier ministre est Rami HAMDALLAH, ancien président de l’université AN NADJAH. La nomination de ce premier ministre a été critiquée par le porte-parole du Hamas de l’Etat de Gaza, Faouzi Barhoum au nom de la fraternité.

            Donc il y a bien deux Etats Palestiniens et deux premiers ministres , un Gaza, Ismail Haniyeh et l’autre en Cisjordanie, Rami Hamdallah.

            Il ne vous a pas échappé , cher auteur de cet article, que Mahmoud Abbas chef du Fatah et responsable des Palestiniens, reconnu par la Communauté internationale peut se rendre dans toutes les capitales de la planète sauf à GAZA.

            L’autre erreur , c’est celle de ne pas avoir de respect pour ceux qui vous lisent.

            Il faut expliquer qui est exactement Edward SOWDEN. Celui-ci s’est toujours présenté sans fard comme un Américain et c’est comme un Américain qu’il a agit, non par humanisme ni par générosité mais par cette vieille philosophie « LIBERTARIENNE aux Etats-Unis »qui veut combattre le « government » Tout gouvernement.
            Ce n’est ni un anarchiste , ni un socialiste ni un homme de gauche , mais un homme de la droite républicaine la plus dure. 

            Le libertarien américain n’a rien a voir avec le libertarien européen.

            Un peu de connaissance des Etats-Unis vous aura évité de dire des blagues. Edward SNOWDEN a milité lors des élections de 2012 en faveur de RON Paul , républicain pur et dur qui est un farouche combattant de l’Etat fédéral, avec moins d’impôts, moins de lois et de contraintes, un marché libre et la lutte sévère et sans merci contre les clandestins etc.

            Vous voyez, au BAC vous auriez eu un 0 ( zéro) pour un hors sujet et celui traité et mal connu.
              Que vous ayez de la sympathie pour Edward SNOWDEN ne vous empêche pas de connaître le personnage que vous soutenez.

            D’abord les faits , les commentaires après par respect des internautes.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès