Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Afghanistan : après le tchadri, la mutilation !

Afghanistan : après le tchadri, la mutilation !

A 8 ans seulement, Aisha Bibi âgée aujourd’hui de 19 ans a été contrainte par son père de se marier à un homme, un taliban. A 16 ans, alors qu’elle vit l’enfer avec les frères de son mari qui la torturent et abusent d’elle, la jeune femme tente de s’enfuir, pendant que ce dernier part au combat. Mais en vain ! Arrêtée par la police afghane, elle est condamnée à cinq mois de prison. A sa sortie les talibans la punissent en lui coupant le nez et les oreilles. Laissée pour morte dans les montagnes de la province d’Oruzgan (Afghanistan), se vidant de son sang, Aisha a trouvé refuge auprès de deux organisations : l’American Provincial Reconstruction Team d’Oruzgan et l’ONG Women for Afghan Women.
 
Mais les talibans n’en sont pas à leur premier coup d’essai. Ceux qui ont la réputation de vouloir imposer leur Loi, ont celle aussi depuis des années d’asservir leurs épouses à la perfection : refuser qu’elles quittent le domicile conjugal sans être accompagnées d’un homme ; refuser qu’elles éduquent leur(s) fille(s) ; refuser qu’elles aient un travail, hormis celui de domestique à la maison, etc… Tout manquement à ces règles établies par le Saint Esprit, entraîne inévitablement des représailles, à l’instar de celles infligées à Aisha Bibi. Pourtant ici il n’est pas question de religion, mais d’humanité et de liberté.
 
A quel prix les femmes afghanes doivent-elles payer leur liberté ?
Mutilées, violées, brûlées vives, voila le sort de ces femmes qui tentent de montrer aux hommes qu’elles existent elles aussi. Voila le sort de celles qui ne veulent plus être traitées comme des bêtes qu’on engrossent pour allaiter leurs petits, celles qu’on prend pour des objets sexuels, objets tout court. Mais ce n’est pas tout ! Les femmes afghanes doivent payer pour des crimes qu’elles n’ont pas commis, mais subis. En effet, d’après un article du magazine britannique The Independent, datant du 18 août 2008, elles seraient condamnées à 20 ans maximum de prison si elles sont violées par un homme autre que leur conjoint et 10 ans si elles tentent de fuir de chez elles. En 2008, toujours, d’après Ciberpresse.ca plus de 80 femmes auraient tenté de se suicider, contre plus de 90 en 2009 selon l’IRIN.
 
Pourquoi les auteurs de ces crimes ne sont-ils pas punis ?
Selon le rapport de l’association Human Rights Watch de décembre 2009, les relations sexuelles forcées intraconjugales, contrairement à l’adultère qui est réprimandé par la lapidation, ne seraient pas condamnables, étant considérées comme une affaire d’ordre privée. C’est pourquoi, en général les victimes de viols « conjugal » sont généralement emprisonnées à la place de leurs agresseurs qui payent les juges locaux contre leur libération.
 
Soumises à la violence de leur mari, à l’abandon de leur famille et du gouvernement afghan qui ne fait rien pour leur venir en aide, les femmes afghanes en désespoir de cause s’auto-immolent pour oublier l’horreur quotidien. Rappelons qu’en avril 2009 le président afghan Hamid Karzai a signé une loi concernant les femmes chiites, autorisant tout mari à exiger de la part de son épouse d’assouvir tous ses désirs sexuels. Signe que le taux de suicide chez les femmes afghanes est sur le point d’atteindre son paroxysme dans les années à venir.
 
 
Malheureusement le cas d’Aisha Bibi n’est pas le seul en Afghanistan, car selon l’ONU 90% des femmes afghanes seraient victimes de violences conjugales. Mais n’osent pas en parler !
Si certaines femmes craignent peut-être qu’on leur coupe la bouche pour avoir dénoncé la violence de leurs maris, d’autres comme Aisha, qui compte vivre désormais aux Etats-Unis, savent qu’elles peuvent renaître ailleurs sans se sentir coupables d’exister.
 
Parler c’est ne plus subir, se taire c’est mourir !
 
 
 
 

Les réactions les plus appréciées


Réagissez à l'article

230 réactions à cet article

  • Cogno2 (---.---.---.179) 10 août 2010 11:05

    Certes, certains de ces gens ne sont humains que par leur apparence, ce sont des parasites nuisibles qui ont rejetés tout sentiments, toute compassion, et pour qui le mot empathie doit être une maladie peu avouable.

    Mais que cet article ne serve pas à justifier une guerre perdue dont les buts sont tout autres, sans quoi il faudra mettre en parallèle avec le nombre de civils tués par l’Otan & Co

    • FRIDA (---.---.---.3) 10 août 2010 11:40
      FRIDA

      @ Pierpaolo Machinalemente

      Votre réaction est épidermique. Vous lisez avec vos prores lunettes. Prenez le temps de relire calmement mon commentaire.
      Où avez vous vu que je defendais les jihadistes ??
      Ma critique porte sur le journal TIME qui exploite le travail de la photographe pour faire la propagande de l’invasion de l’Afgahnistan et son occupation. C’est immoral et non professionnel.
      Je n’ai pas critiqué élodie terlon, puisque j’ai dit que moi-même j’ai failli écrire un article sur les mutilations faites aux femmes. soyez plus nuancé SVP

    • Cogno2 (---.---.---.179) 10 août 2010 11:44

      Mon commentaire était à titre préventif, afin d’éviter que les extremistes de tous bords nous sorte leur rengaine habituelle.

    • hgo04 (---.---.---.246) 10 août 2010 14:05
      hgo04

      «  »« Ma critique porte sur le journal TIME qui exploite le travail de la photographe pour faire la propagande de l’invasion de l’Afgahnistan et son occupation. »«  »

      C’est une histoire ou pas ?? Car je croyais que le travail d’un journaliste était d’aller voir, et de rapporter des élements... comme photo, interview, ou raconter ce qu’il s’y passe.

      Si vous admettez que certrains font de la propagande pro guerre afghane, alors il doit aussi exister une raison de croire que la propagande anti guerre afghane existe aussi. Comme de dire que les TALIBANS sont chez eux, par exemple, alors que les talibans sont de toutes nationalités, en particulier pakistanaise, et que l’afghanistan est aux afghans, pas à des (mauvais) étudiants religieux.

      Bref, ce n’est qu’apporter un peu plus de confusion, non ??

    • amipb (---.---.---.145) 10 août 2010 15:24
      amipb

      @Cogno2 : non, ces gens malgré leur haine et la montagne d’ignorance et de violence qu’ils véhiculent, sont bien des êtres humains. Il faut savoir admettre notre part d’ombre.

      La compassion ou l’empathie ne sont pas sélectives, tout comme la tolérance c’est aussi tolérer les intolérants.

      Un poème de Thich Nhat Hanh pour illustrer mon propos :

      Ne dites pas, je serai parti demain,
      car je ne cesse de naître, aujourd’hui encore.

      Regardez en profondeur : je nais à chaque seconde
      bourgeon sur une branche printanière,
      oisillon aux ailes encore fragiles,
      apprenant à chanter dans mon nouveau nid,
      chenille au coeur d’une fleur ;
      bijou caché dans une pierre.

      Je ne cesse de naître, pour rire et pour pleurer ; pour craindre et pour espérer :
      Mon coeur est rythmé par la naissance et
      la mort de tout ce qui est vivant.

      Je suis l’éphémère se métamorphosant sur l’eau de la rivière,
      et je suis l’oiseau qui, au printemps, naît juste à temps pour manger l’éphémère.

      Je suis la grenouille nageant heureuse dans la mare claire,
      Et je suis l’orvet approchant en silence pour se nourrir de la grenouille.

      Je suis l’enfant d’Ouganda, décharné, squelettique,
      aux jambes pareilles à des bambous fragiles,
      et je suis le marchand d’armes vendant des armes meurtrières à l’Ouganda.

      Je suis la fillette de douze ans, réfugiée sur une frêle embarcation,
      Se jetant à l’eau pour avoir été violée par un pirate,
      et je suis le pirate, au coeur incapable encore de voir et d’aimer :

      Je suis un membre du Politburo,
      et je suis l’homme qui doit acquitter sa « dette de sang » envers mon peuple,
      mourant lentement aux travaux forcés.

      Ma joie est comme le printemps, chaude,
      au point d’épanouir des fleurs en tout mode de vie.
      Ma peine forme une rivière de larmes, débordante,
      au point d’emplir les quatre océans.

      S’il vous plaît, appelez-moi par mes vrais noms,
      Que j’entende ensemble mes cris et mes rires,
      Que je voie ma joie mais aussi ma peine.

      Appelez-moi, s’il vous plaît, par mes vrais noms,
      Que je m’éveille, et ouvre pour toujours la porte de mon cœur,
      la porte de la compassion.

    • FRIDA (---.---.---.3) 10 août 2010 15:25
      FRIDA

      @hgo

      Il vaut mieux de la confusion et de chercher par la suite à éclaircir le problème au lieu de suivre comme des moutons la voix officielle des pro-guerre.
      D’une, j’ai parlé des citoyens Afghans et non des talibans. Ensuite, qu’il y ait des talibans c’est un fait mais ce n’est pas à moi de demander de les condamner, mais à celui qui les a crées de toute pièce et qui continue à s’en servir. 
      La propagande anti guerre est moins efficace et n’a pas les mêmes moyens que ceux de pro guerre. Surtout, les uns se contentent de parler, les autres agissent tout en parlant.
      C’est quoi pour vous ce titre « voilà ce qui va se passer si on quitte l’Afghanistant ». Ont-ils déjà instauré une paix ou donné quelque sécurité aux femmes ?? C’est le cadet de leur soucis, la protection des femmes.

    • hgo04 (---.---.---.246) 11 août 2010 07:59
      hgo04

      Je ne sais pas ce qu’il se passerait si « on » quittait ce pays la maintenant, mais je sais ce qu’il y avait avant qu’on’ y vienne. Et ça, c’est du vérifiable..

      Citoyenneté afghane.. voila un mot que j’aime bien.. car il veut dire unité afghane.. et non plus une citoyenneté tribale. Je pensais que c’était en cours, avec des élections, des représentant du peuple, bref, une démocratie..

      Oh, certes, pas idéale dans l’immédiat et même mensongère, mais certainement plus démocratique que ce qu’il y avait avant..

      Je partage comme vous et comme beaucoup, l’idée qu’il ne faut pas rester dans ce pays. Je suis impatient et j’espère sincèrement, de voir ce pays vivre « normalement ». Si vous avez une autre solution que de dire :«  »« laissez les se démerdez »«  », je suis preneur. ; Si vous avez une autre solution que de recueillir ceux qui fuient leur pays, afghanistan et autres, plutot que de les voir vivre chez eux en paix, je suis preneur.

      Si c’est pour dire : quittons ce pays et accueilloons tous les afghans qui le fuient, la nous sommes en total opposition.
      Et vous critiquez une situation, peut être justement, sans avoir d’autres solutions.

  • LE CHAT (---.---.---.148) 10 août 2010 11:08
    LE CHAT

    rien à voir avec les talibans ni avec l’islam , ça c’est les coutumes tribales !
    en inde , au Pakistan , on ne compte plus les femmes mutilées , brulées vive , ébouillantées sans qu’il soit question de talibans , ça fait partie du « code de l’honneur » en vigueur là bas ! ça n’en reste pas moins lamentable ....

    Cette fille est instrumentalisée pour justifier la présence des troupes US , c’est de la propagande .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès