Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Afghanistan, la spirale de l’échec

Afghanistan, la spirale de l’échec

On compte quatre fois plus de morts qu’en 2005 et 3700 insurgés et civils tués depuis janvier 2006. Il faudra accroître de « 15 à 20 % » le contingent de 18 000 soldats actuellement déployés en Afghanistan, a évalué le vice-président de l’Assemblée parlementaire de l’Otan, le sénateur Pierre Claude Nolis.

En réalité, M. Nolis en soulignant cette obligation pour les pays membres de l’Otan a joué au « bonneteau » en refilant ce devoir aux autres pays de l’Alliance.

« Avec plus de 2000 militaires sur le terrain, le Canada a eu déjà largement sa part", a-t-il dit, faisant clairement savoir que la balle est maintenant dans le camp des vingt-cinq autres pays membres de l’Alliance atlantique. »

Un argument qui assurément mettra de l’huile sur le feu des passions lors de la prochaine conférence de Riga, au moment où la commission permanente de l’organisation, dans une déclaration publiée en novembre 2006, se plaint du peu d’enthousiasme manifesté par ses vingt-cinq membres à financer les diverses opérations en cours et à fournir les effectifs militaires nécessaires pour rétablir l’ordre dans les pays concernés.

Pendant ce temps l’Afghanistan, par ailleurs le premier producteur d’opium de la planète, (92 % de la production mondiale), est ravagé non seulement par une guerre qui sévit depuis vingt-trois ans, mais par la famine, la maladie, la tuberculose, le mépris des droits et l’asservissement des femmes.

La pénurie d’effectifs militaires est telle que les Etats-Unis suggèrent de faire appel à des milices civiles, comme ils le font déjà en Irak en embauchant, par l’intermédiaire de sociétés civiles spécialisées, 40 000 mercenaires payés à prix d’or et qui jouent leur vie à la roulette de combats sans prestige et sans victoire, dans un conflit aussi sale qu’atypique.

Certains stratèges au sein de l’Otan suggèrent d’agir de même en Afghanistan où, de l’avis général, la situation s’est tellement aggravée qu’elle met désormais en jeu la crédibilité des capacités militaires de l’organisation atlantique.

Plus de 3700 insurgés et civils ont été tués dans des combats ou des attentats depuis le début de l’année en Afghanistan, selon un rapport officiel très pessimiste concernant la situation de ce pays. Ce nombre a quadruplé par rapport à 2005.

Ce rapport ne précise pas combien de civils ont été tués. Mais selon des organisations internationales de défense de Droits de l’homme, un millier d’entre eux a péri.

Les violences liées à l’insurrection sont passées "de moins de 300 par mois à la fin de mars 2006 à plus de 600 à la fin septembre, alors qu’elles étaient d’environ 130 par mois en 2005", relève le rapport publié sur un site Internet du gouvernement afghan.

L’intensification de ces violences, notamment dans le Sud et dans l’Est du pays, a eu un impact direct sur "le développement économique du pays, beaucoup plus lent et géographiquement limité que ce que nous espérions", selon la même source.

Les résultats de ce rapport ont été présentés à Kaboul à une délégation du Conseil de sécurité de l’ONU, venue évaluer les défis auxquels fait face l’Afghanistan cinq ans après la chute supposée des talibans.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Fred (---.---.64.1) 17 novembre 2006 13:10

    Boucherie et chaos en Afghanistan. Boucherie et chaos en Irak. Les guerres de libération c’est vraiment très bien.


    • LE CHAT (---.---.75.49) 17 novembre 2006 13:42

      Quelle réussite en effet !la démocratie est au top à Kaboul, les droits de la femmes respectés, les ventes(d’opium) au plus haut .

      Les planteurs de coca doivent attendrent avec impatience que les ricaians s’occupent de Chavez !


      • gem gem 17 novembre 2006 15:45

        article classique dans la série « onéfoutu », l’énnemi est toujours trop fort et il ne faut surtout pas se battre, ça pourrait l’énerver et le rendre encore pire... Autant crier tout de suite « vive les talibans », ou « vive Kim Jong Il ».

        « chute supposée des talibans »... qu’est-ce qu’il ne faut pas lire, quand même...

        Et ça m’énerve au plus haut point, ce décompte qui met dans le même sac, sous le vocable « violences liées à l’insurrection », le terroriste abattu et sa victime (et aussi le terroriste et la « victime collatérale »).


        • Aeglin (---.---.32.236) 17 novembre 2006 16:36

          Il me semble pourtant que l’auteur ne prend pas un ton fataliste. Il ne fait que constater une situation qui malheureusement a degenerer dans un pays suppose etre libere depuis 5 ans maintenant. Que s’est-il passe la bas pour que la situation se degrade a ce point la ?

          Franchement, les deux grandes guerres de liberations de Bush ont amene a la creation de points d’instabilites dans le moyen-orient, sans compter les tensions tjs croissantes entre Israel et Palestine. A croire que c’etait voulu.


          • L'enfoiré L’enfoiré 18 novembre 2006 09:41

            Bonjour,

            Les êtres vivants ont vraiment subit une véritable césure entre ce que la nature ont pu trouver pour cheminer dans les arcanes de l’évolution avant l’homme et avec lui. Je me demande vraiment comment une erreur de gène a pu se produire. Je veux parlé de l’instinct de conservation. Il y a eu des mini ratés avant, mais il faut bien le dire nous avons le pompom. Est-ce l’éducation qui a tout cassé dans une parfaite cacophonie ? Je me pose de b^tes questions ce matin. Quelqu’un a des idées ? A+


            • Zam (---.---.197.85) 21 novembre 2006 01:38

              Et en plus de tout ça les effets des armes à l’uranium apauvris

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès