Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Afrique du Sud : à l’ombre de l’arc-en-ciel, le (...)

Afrique du Sud : à l’ombre de l’arc-en-ciel, le désespoir

Tandis que la République d’Afrique du Sud vend son rêve multicolore, ses citoyens voient rouge et le sort des réfugiés est désormais plus noir que jamais.

JPEG - 786.6 ko
L’envers du décor
Un sans-abri dans le Township de Khayelitsha

Jacques a grandi dans la province de Kivu, en République Démocratique du Congo (ex Zaïre). Une nuit, des miliciens rebelles ont frappé à sa porte et ont contraint le jeune homme à intégrer l’armée rebelle sous peine de violer ses sœurs et tuer ses parents. Il accepte, mais déserte quelques jours plus tard. « J’avais un fusil dans les mains mais je ne voulais tuer personne » déclare-t-il tristement. De retour dans son village, il constate que sa famille et sa petite amie ont fui. Il apprend aussi que cette dernière, dont il attend un enfant, a été violée une nuit par des soldats rebelles.

Solange a grandi dans le même village. Elle y vécut dix-sept paisibles printemps au sein d’une famille nombreuse, religieuse et soudée. Une nuit, un groupe de soldats pénétra sa maison pour y trouver ses frères et les enrôler dans leur milice. Ceux-ci ayant pris la fuite, les hommes tuèrent le père et violèrent Solange ainsi que chacune de ses sœurs. « La plus jeune n’était même pas encore une femme » me dit-elle entre deux sanglots.

Charlotte est rwandaise. Une nuit, des hommes armés ont frappé à sa porte, emmené de force ses frères, puis l’ont violé, elle et sa mère, avant de tuer cette dernière. Elle prit alors la fuite et quitta son pays avec son mari, Jean de Dieu, et ses deux enfants.

Quel est le point commun entre ces vies ? Qu’est-ce qui rassemble ces êtres sinon leurs origines géographiques et la violence inouïe qui marqua leur jeunesse ? L’Afrique du Sud. Chacun d’entre eux a voulu croire au renouveau, à un nouveau départ dans l’eldorado du continent noir. Chacun a épousé l’espoir du rêve arc-en-ciel. Malheureusement, Jacques, Solange et Charlotte vont être confrontés à une réalité bien différente de celle revendiquée et exportée par les dirigeants sud-africains profitant de l’aura d’un Nelson Mandela sacralisé aux quatre coins de la planète.

Le réfugié politique est, dès son arrivée, confronté à une bureaucratie hostile et entachée de corruption, voué à de lourdes démarches administratives qu’il peine à comprendre et à de longues files d’attentes dans des Home Affairs Offices désuets s’apparentant plus à des hangars qu’à de véritables bureaux. Bien souvent, son parcours est marqué par des violences policières et une discrimination fermement ancrée au sein du système et des infrastructures sud-africaines. Le réfugié est rarement légalement embauché et se voit contraint au travail ingrat de car-guard. Il ne peut constituer une épargne en raison du refus catégorique des banques d’ouvrir un compte à son nom. La combinaison de ces deux facteurs le condamne à s’installer dans l’un des nombreux townships (bidonvilles) qui bordent les zones urbaines. Ses diplômes n’ont généralement aucune valeur et les universités sont peu zélées pour lui venir en aide, à l’instar des établissements hospitaliers qui font parfois preuve d’une franche hostilité envers ces étrangers ne possédant ni carnets de santé locaux, ni couverture sociale.

Mais ces éléments sont avant tout symptomatiques d’une xénophobie larvée qui touche la société sud-africaine dans son ensemble. La violence la plus aigüe ne s’exprime pas à travers l’interface étatique mais à travers la population elle-même, et surtout dans ses couches les plus déshéritées. Ce malaise qui empoisonnait la classe pauvre – très largement majoritaire – s’est subitement transformé en haine de l’étranger, trouvant son point d’incandescence dans les évènements de mai 2008 dont les scènes d’une violence inouïe – immolations de personnes vivantes dans la rue, viols, meurtres – se conclurent avec un bilan effrayant de 62 morts, 670 blessés et 100 000 personnes se retrouvant sans abris.

JPEG - 1.7 Mo
Kayelitsha
À une vingtaine de km des parasols de Camps Bay, le plus grand bidonville d’Afrique du Sud

« Ils m’ont attaqué en pleine rue parce que j’étais étranger, puis ils m’ont tailladé avec un tesson de bouteille  » me confie Jacques en me montrant son coude couvert de profondes cicatrices. « Quand ils sont partis, j’ai couru jusqu’à chez moi puis j’ai fui avec ma femme et mes enfants par la fenêtre. Des hommes étaient là et saccageaient tout tandis que l’un d’entre eux essayait de violer mon épouse » ajoute-t-il. Si le pays n’a pas connu de telles explosions de violences depuis lors, cette tension xénophobe n’a pas pour autant décru : menaces, insultes, agressions et discriminations sont le lot quotidien des centaines de milliers de réfugiés politiques et demandeurs d’asile présents sur le territoire sud-africain.

Mais pourquoi une telle violence dans un pays où le nombre d’individus nés à l’étranger ne dépasse pas les 4% de la population totale ? Pourquoi une telle haine de la part d’un peuple qui a connu l’une des discriminations les plus aigües et instituées du XXème siècle, mais qui a aussi su pardonner et se réconcilier ?

La réponse ne se situe peut-être pas là où on l’attend traditionnellement. On ne peut ignorer les traditionnels facteurs économiques, non plus que la réappropriation populiste que certains leaders politiques font du thème de l’étranger ou encore le rôle joué par les médias et cette même classe politique dans la stigmatisation de la minorité issue de l’immigration politique ou économique. Mais la racine du mal se trouve certainement dans une lutte sociétale pour une affirmation identitaire positive. La démocratie sud-africaine est jeune, et le peuple cherche encore ses marques. Ce processus de création d’une nation et de son identité passe par une construction fictive de symboles et de repères stimulant le patriotisme. Or l’édification d’une identité « arc-en-ciel » positive, encore mal définie, nécessite l’édification, toute aussi fictive, d’une contre-identité négative qui puisse servir de socle à une unité nationale soudée autour de son rejet. Est-il utile de préciser que les étrangers sont inévitablement destinés à composer cette entité « négative » ?

JPEG - 1.8 Mo
Khayelitsha
À une vingtaine de km des parasols de Camps Bay, le plus grand bidonville d’Afrique du Sud

Rares sont les pays où l’on puisse trouver autant de drapeaux dans les rues et sur les voitures. Rares sont les pays où la mythification d’un homme tel que Mandela est aussi forte. Rares sont les pays où la fierté nationale est aussi librement exprimée et décomplexée. Mais la médaille a son revers : aujourd’hui, les étrangers font profil bas. Jacques, Solange et Charlotte ne veulent pas, ne peuvent pas, retourner dans leur pays et sont prêts à tous les sacrifices pour rester ici.

Mais qu’adviendra-t-il lorsque la seconde génération d’étrangers atteindra l’âge de penser et d’agir ? Qu’adviendra-t-il lorsque ces enfants éduqués dans la violence et le rejet atteindront l’âge de se rebeller ? « Qu’est-ce que je peux faire ? Je ne veux pas faire le trottoir pour nourrir mes enfants, sinon Jésus ne m’aimera plus », déclarait Charlotte, maintenant veuve et mère de 4 enfants, à la fin de notre entretien.

L’Afrique du Sud est sur le point d’amorcer une bombe à retardement et de créer une seconde apartheid sur les cendres de l’ancienne. Sa nouvelle classe dirigeante, sous la présidence de Jacob Zuma, pour éviter les nombreux écueils qui se dressent devant elle, devrait consacrer plus d’efforts au thème de l’immigration et de l’intégration plutôt que d’assurer son hégémonie politique en jouant la carte ethnique.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • latitude zéro 10 novembre 2010 15:13


    Je vois surtout, dans la situation actuelle, un immense gachis, par un reniement et une trahison de la Charte de la liberté.

    Des« négociations » et des concessions désastreuses avec les blancs d’Afrique du sud.

    L’application de la politique ultralibérale de Milton Friedman, en échange de quoi !!?
    De grand principe de liberté bien théorique et l’accession au « pouvoir » des noirs d’Afrique du Sud , quand on a perdu presque toutes les clés du pouvoir économique, et quand l’endettement , une dette odieuse qui n’aurait jamais du être honorée, dévore une grande partie du budget.

    Voir le chapitre consacré à l’Afrique du Sud sur « La stratégie du choc » de Naomie Klein

    Un désastre
    Nelson Mandela doit être bien triste.


    • PhilGood PhilGood 10 novembre 2010 18:49

      Je tiens juste à préciser que le but de cet article n’est pas de faire un bilan (plutôt désastreux) de la transition post apartheid en Afrique du Sud mais bien de traiter de la problématique de l’accueil et de la prise en charge des réfugiés sur le sol sud-africain. Bien que tout soit lié à l’ancien régime ségrégationniste (même la violence actuelle), il faut prêter attention au fait que cette violence à l’égard des étrangers est perpétrée par des hommes de « race » noire (ou « coloured », autre distinction raciale acceptée dans le système actuel"). Par ailleurs, l’élite politique au discours populiste et aux demi-mesures insuffisantes est une élite noire. Oublions un instant le passé racial de cette nation, la problématique de fond est aujourd’hui sociétale et identitaire.


    • latitude zéro 10 novembre 2010 19:28


      J’avais bien compris, mais dans ce fait vous ne pouvez pas faire abstraction de ce désastre économique pour la majorité noire, et personnellement j’y vois une relation de cause à effet.
      La recherche du bouc émissaire , voir sa stigmatisation par des autorités, sont des tares qui n’existent pas, ou en veilleuse, dans une société prospère et éduquée .
      Je trouve votre conclusion étonnante,
      "l’édification d’une identité « arc-en-ciel » positive, encore mal définie, nécessite l’édification, toute aussi fictive, d’une contre-identité négative qui puisse servir de socle à une unité nationale soudée autour de son rejet. "
      Cette recherche d’identité là n’est elle pas le résultat de l’échec d’une politique qui laisse la majorité noire dans une profonde désillusion ?


      • PhilGood PhilGood 10 novembre 2010 21:22

        "La recherche du bouc émissaire , voir sa stigmatisation par des autorités, sont des tares qui n’existent pas, ou en veilleuse, dans une société prospère et éduquée ." Je considère les français comme des gens éduqués vivant dans un pays plutôt prospère bien qu’en crise et pourtant...

        Quant à ma conclusion, la recherche d’une identité est un phénomène naturel dans toute société humaine. Vital même. Je trouve votre vision trop formatée par le passé racial de ce pays. Les blancs eux-aussi s’appauvrissent. Les noirs sont au pouvoir et, bien qu’écopant des dettes du système ségrégationniste, sont en mesure de répondre aux attentes de la majorité noire. Les immenses centres commerciaux qui emplissent la ville du Cap sont plus parcourus par des noirs que par des blancs.

        Disons pour conclure que le processus de recherche identitaire est indispensable, mais qu’il s’étale normalement sur des décennies voire des siècles. Le rêve arc-en-ciel était peu-être trop ambitieux. Les différents groupes composant cette société ont été longtemps parqués, divisés et séparés, aussi bien noirs et blancs que noirs et noirs (séparation ethnique à travers les Homelands). On ne peut pas créer une nation en un jour. On ne peut pas créer d’amour en faisant cohabiter richesse et pauvreté, peur de perdre et désir de gagner, avarice et avidité. Cette cohabitation et certes une conséquence de l’apartheid, mais penser que tout vient de là serait s’en remettre à un fataliste primaire qui exclurait tout espoir de changement.


      • antho59 4 avril 2011 18:08

        Merci Philippe pour ce témoignage, j’ai également passé deux mois au PAHRO l’été 2010 et ai aussi rédigé un article de presse qui fut publié (certes beaucoup moins bien écrit) : « travailleurs du monde entier unissez vous contre... la xénophobie ». Peut être que cela te rappelle un poster de l’office, je m’en suis inspiré pour le titre. L’expérience la plus enrichissante, gratifiante et traumatisante de ma vie. Merci à toi.


        • PhilGood PhilGood 4 avril 2011 20:01

          Oui je me rappelle du poster ! C’est pas toi qui était malade, parti début septembre ?
          En tout cas c’est sur que ce fut une belle et éprouvante expérience que je conseillerai à chacun. Très formateur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès