Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Agent Orange Viêt Nam, un demi-siècle après

Agent Orange Viêt Nam, un demi-siècle après

Le 10 août est la Journée des victimes de l’Agent Orange, 2012, le 51ème anniversaire du premier épandage. Les années passent, la dioxine demeure. De nouvelles victimes naissent tandis que d’autres meurent. Voici comment les victimes de l’Agent Orange sont otages des géostratégies du monde et des firmes multinationales.

JPEG - 1.1 Mo
Jeune garçon vietnamien victime de l’Agent Orange, Village de la paix, HCM-Ville. Photo André Bouny

Les États-Unis tergiversent, refusant de reconnaitre leur responsabilité dans le crime de l’Agent Orange. Il y a plusieurs années, ils évoquèrent l’étude d’un projet visant à dépolluer « leur » ancienne base de Danang. En 2011, des travaux de décontamination de la dioxine furent entrepris sur une partie de cette ancienne base US. Donc, prioritairement là où ils pourraient revenir, Danang étant le seul port en eaux profondes du Viêt Nam où les bâtiments de l’US Navy pourraient s’ancrer durablement. Le temps qui s’écoule joue en leur faveur. Non seulement les victimes de l’Agent Orange passent, mais le contexte géopolitique renforce leurs projets géostratégiques, et complète celui militaro-stratégique global, l’expansionnisme de la Chine servant de justification.

Le Viêt Nam est pris en étau.

En 2009, la concession à la Chine (Chinalco) d’exploiter les importants gisements de bauxite (3ème au monde, minerai permettant la fabrication de l’aluminium) au sud des hauts plateaux vietnamiens fit grand bruit, outre celles de perspectives environnementales, humaines, sociales et sanitaires désastreuses, d’avoir ouvert la porte à l’ogre de la région.

JPEG - 12.8 ko
Mine de bauxite au Viêt Nam

 

Un expansionnisme chinois qui, par ailleurs, exerce depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale sa pression sur les îles Paracels (Hoang Sa) situées face aux côtes du Centre du Viêt Nam et celles du sud-est de la Chine (Carte n°1). Souvenons-nous de la bataille des îles Paracels entre la Chine et le Sud-Viêt Nam en janvier 1974. La même pression s’exerce sur les îles Spratleys (Truong Sa) situées au large des côtes sud du Viêt Nam, à mi-chemin entre ce pays et le Brunei. De souveraineté vietnamienne, ces îles coralliennes inhabitées (les Spratleys se trouvant très éloignées de la Chine) ont de tout temps été de hauts lieux de pêche et des refuges pour les bateaux des pays environnants lors de tempêtes et typhons. Une carte géographique de la Chine établie par la dernière dynastie chinoise des Qing (1644 -1912), parue en 1904, délimite l’extrême sud de la Chine à l’île de Hainan (Carte n°2). Les archipels Hoang Sa (Paracels) et Truong Sa (Spratleys) vietnamiens n’y figurent pas. Certes, c’est un des endroits les plus poissonneux du monde mais, par dessus tout, ses fonds recèleraient des réserves pétrolières comparables à celles d’un pays du Moyen-Orient. De plus, les Paracels et les Spratleys sont des positions militaro-stratégiques permettant de surveiller le Détroit de Malacca où transite le plus grand trafic maritime de la planète, notamment celui des pétroliers vers la Chine et le Japon. Il s’agit certainement là du futur théâtre d’influence américano-chinoise du XXIème siècle, la Chine accélérant le développement et la modernisation de sa flotte de guerre. En juin 2011, des manœuvres conjointes des marines étasuniennes et vietnamiennes ont eu lieu, et 3 navires de l’US Navy (USNS Safeguard et les contre-torpilleurs USS Chung-Hoon et USS Preble) mouillèrent dans le port de Danang, précédés d’une année par le porte-avions USS George Washington naviguant au large, tandis que le destroyer USS John McCain jetait l’ancre au port de cette ville. Là où précisément les États-Unis ont commencé la décontamination de la dioxine sur « leur » ancienne base...

JPEG - 327 ko
Carte n°1

JPEG - 124 ko
Carte n°2

 Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que sur les archipels Paracels et Spratleys les pauvres pêcheurs vietnamiens voient leurs embarcations arraisonnées, confisquées, coulées, et qu’ils soient battus ou tués par l’armée chinoise : http://www.youtube.com/watch?v=CxSADQO7d7c

JPEG - 120.7 ko
Porte-avions USS George Washington à propulsion nucléaire, photo US Navy

 

Quant à l’impensable, il s’est produit il y a quelques jours, le 26 juin 2012, exactement. China National Offshore Oil Corporation (CNOOC) a lancé un appel d’offre aux entreprises internationales pour la prospection et l’exploitation de 9 lots de pétrole et de gaz situés dans la zone économique exclusive et sur le plateau continental du Viêt Nam. Il ne s'agit aucunement d'une zone litigieuse puisque, si la largeur maximale des eaux territoriales est fixée à 12 milles marins (soit 22, 2 km) par la Convention des nations unies sur le droit de la mer de 1982, la Zone d’Exclusivité Économique (ZEE) d’un État côtier est fixée à 200 milles. Or, les lots envoyés en appel d’offre par la Chine sont sous la souveraineté vietnamienne (Carte n°3 : lots 128 à 132, et 145 à 156, dans lesquels Petrovietnam est en activité depuis longtemps). Il suffirait qu’une multinationale réponde à cette bravade pour complexifier la situation et les litiges de la région. Les États-Unis émirent une protestation de principe par l’intermédiaire du sénateur Joe Liberman « un acte injustifiable et sans précédent », sachant que cette situation jetait un peu plus le Viêt Nam dans les bras US, resserrant leur coopération militaire. Il est difficile d’exiger de l’ancien ennemi le dédommagement des victimes de l’Agent Orange alors qu’il se pose en protecteur face à la puissante Chine.

JPEG - 153.8 ko
Carte n°3

 En arrière-plan, le Comité International Olympique (CIO) y va de sa partition en prenant pour sponsor majeur des Jeux Olympiques de Londres… Dow Chemical ! Et ceci jusqu’en 2020. Dow est le fabricant et le fournisseur du Napalm et de l’Agent Orange durant la guerre américaine au Viêt Nam, le 2ème plus grand pollueur au monde (selon US Environmental Protection Agency – EPA) pour des JO verts. La durée de temps comparable entre la fin de la guerre étasunienne au Viêt Nam et aujourd’hui équivaut à peu de chose près à celle qui séparait la fin de la Deuxième guerre mondiale (avec ses camps d’extermination nazis) des JO de Los Angeles. Il aurait été difficilement imaginable que les JO de Los Angeles, en 1984, soient sponsorisés par IG Farben, fabricant du Ziklon B utilisé dans les chambres à gaz (même rebaptisé sous le nom de BASF). Cependant, la contestation est quasi inexistante, celle que George W. Bush appelait le bruit de fond. Les médias qui couvrent les JO paient des droits d’antenne et d’image qui à leur tour leur apportent des annonceurs, économie en boucle qui bâillonne et tue toute révolte et moralité, blanchissant Dow. Restait donc la possibilité d’alerter une icône, Paul MacCartney (Le chanteur des anneaux, comme l’a baptisé un musicien d’origine vietnamienne), l’ex-Beatles clôturant la cérémonie d’ouverture des JO de Londres. En réalité, cette tribune planétaire servira à améliorer la condition de vie d’un éléphant maltraité en Inde, répondant au nom de Sunder (action louable, certes, mais c’est aussi le pays de la catastrophe industrielle de Bhopal, que Dow n’a toujours pas décontaminé), et sans un mot pour les millions de victimes de l’Agent Orange (faut dire que la fille du chanteur a obtenu la création des vêtements d’athlètes de ces olympiades londoniennes). Même la vieille star ne peut plus se permettre… L’époque n’est pas au courage.

JPEG - 868.5 ko
JO 2012 de Londres (Carnets du Viêt Nam)

 Combien faudra-t-il de temps au bruit de fond pour couvrir les partitions composées par l’argent roi des transnationales au pouvoir planétaire : complainte des politiques, berceuse des médias, et musique militaire ?

 

André Bouny, pt du Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange (CIS) ; fondateur de D.E.F.I. Viêt Nam ; auteur de Agent Orange, Apocalypse Viêt Nam, Éditions Demi-Lune, Paris, 2010.

http://www.editionsdemilune.com/agent-orange-apocalypse-viet-nam-p-33.html


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • paul 31 juillet 2012 13:31

    Dow Chemical verse 82 millions d’E tous les 4 ans au CIO pour se refaire une image respectable . Pas gagné .


      • myaby 31 juillet 2012 17:22

        Bravo pour votre article tellement vrai


        • Hervé Hum Hervé Hum 1er août 2012 08:28

          Le nouveau commerce des induglences,

          C’est le nom que l’on peut donner à ces pratiques.

          Voilà à quoi me fait penser les méthodes de ces entreprises. Sauf que le dispensateur d’ilndulgence cette fois, c’est nous les citoyens corrompus et non plus l’église.


          • eau-du-robinet eau-du-robinet 1er août 2012 22:06

            Dow Chemical n’est pas le seul fabriquant de l’agent orange durant la guerre en Vietnam.

            L’épandage massif de l’Agent Orange affectera pour longtemps les populations civiles vietnamiennes mais aussi les soldats américains qui ont été tout autant exposés à la dioxine sans précaution. De plus, Monsanto a délibérément caché à l’armée que son désherbant 2,4,5-T en version militaire, ou Agent Orange, contenait une plus grande concentration de résidu de dioxine TCDD que la version agricole commune. Un document interne déclassé de la firme Dow Chemicals, datant du 22 février 1965, relate une réunion secrète des principaux fournisseurs de l’ « Agent Orange » dont Monsanto pour « discuter des problèmes toxicologiques causés par la présence de certaines impuretés hautement toxiques » dans les échantillons de 2,4,5-T fournis à l’armée.

            Merci à Monsanto un des fabricants principaux de l’agent Orange !!!

            Et aujourd’hui Monsanto continue à vendre ses produits polluants aux agriculteurs !


            • ALasverne ALasverne 2 août 2012 10:15

              Bonne dénonciation, en gardant à l’esprit qu’il a des impérialistes conjoncturels et des impérialistes structurels. Les USA ont 700 bases militaires réparties sur toute la planète pour ordonner à tous pays d’être libre et indépendant comme le veut l’Amérique.


              • pierre60 pierre60 2 août 2012 15:50
                Jusqu’en 1975 c’etait livre gratuitement.
                Depuis 1975 c’est devenu payant.
                Une epidemie (maladie des pieds et de mains) a touche un coin perdu de la région de Quang Ngai (qui est déjà un coin perdu entre Da Nang et Quy Nhon).
                Apparemment, cela serait du a des herbicides agricoles.
                Je pense qu’il faudrait pendre haut et court les responsables de certains fabricants de désherbants.
                Comme ce sont les mêmes qui avaient fabriqué le célèbre agent orange de sinistre mémoire, ils sauront pourquoi.
                The primary ingredient in Kanup 480 SL is Glyphosate IPA Salt 480gr / l. It was patented by U.S. corporation Monsanto in the 1970s. It is widely used in the United States. Lab tests on animals revealed mutations, which could explain the mutant dogs killing people’s pets in Vietnam. U.S. lab studies were supposedly inconclusive as to what happens to humans who’re contaminated with it.
                Corporate Evil : Mystery disease kills children, people can’t build immunity to it, military involved, entire district quarantined, mutant dogs killing pets. Kanup 480 SL. Quang Ngai Province is Cursed ! | Blind Bat News
                Ca été un peu dur de remonter jusqu’a Monsanto (on peut dire que cette société est discrète sur ses inventions a problèmes) mais j’ai réussi.
                Il s’agirait apparemment d’un produit US, mais fabrique en Chine sous licence ?
                Si la notice d’entretien est en anglais ou en mandarin, les paysans du coin, non informés, ont du oublier de se protéger.
                C’est peut-être l’importateur Vietnamien qu’il faudra aussi pendre haut et court.

                Herbicide tied to strange skin disease killing people in Vietnam
                VietNamNet - Bizarre skin disease continues to spread | Bizarre skin disease continues to spread
                BBC NEWS - Vietnam seeks foreign help to beat mystery skin disease
                Glyphosate | Blind Bat News
                A propos du glyphosate,
                2,4 D » Simonis BV
                Glyphosate-China Glyphosate Manufacturers & Suppliers - Made in China


                Monsanto, Agent Orange and Dioxins - SourceWatch

                Quant à ce Kanup 480 SL - Glyphosate, ilsemble que ce soit un produit importé par Tap doan Redson ; ils disent des USA mais ça peu etre de n’importe où
                http://www.bacsigiadinh.com/1394/Lo-...het-bi-an.aspx

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès