Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Agent Orange Viêtnam : les juges de la Cour suprême des Etats-Unis (...)

Agent Orange Viêtnam : les juges de la Cour suprême des Etats-Unis d’Amérique ont fui leur responsabilité

De la guerre ; de la justice ; de l’espoir.

Ici, je veux évoquer l’aveuglement des États-Unis d’Amérique sur cette véritable première guerre civilisationnelle à grande échelle et, par-dessus tout, sur les différences fondamentales des religions des combattants qui déterminent l’organisation mentale des deux camps. Aspect qui, à ma connaissance, a complètement échappé aux dirigeants états-uniens comme aux historiens. Le sentiment de supériorité aveugle. Si les USA avaient une formidable suprématie dans la technologie militaire, ils ne l’avaient pas dans les esprits. Le combattant Vietnamien luttait pour le communisme et, à ce titre, mourrait en héros pour cet idéal. Mais, par-dessus tout, sa base éducationnelle religieuse et ambiante restait bouddhiste, comme elle le restera dans la société communiste. Une éducation religieuse ne s’éradique jamais complètement devant la mort. Après la mort, le combattant vietnamien renaît dans une nouvelle vie. Après la mort, le GI (Issu du Gouvernement) meurt pour l’éternité et est jugé. Le premier a plusieurs vies, le dernier n’en a qu’une. Il a seulement quelques kilogrammes de technologie de plus sur lui et quelques centimètres cube en moins de force spirituelle appelée « héroïsme » dans ce contexte. Les photos de la guerre américaine au Viêt Nam montrent parfaitement cela : le guerrier américain est surchargé de matériel, tandis que le résistant vietnamien est dépouillé et léger. Comme si l’un avait un boulet et l’autre des ailes. C’est révélateur de l’attitude mentale et religieuse des deux camps devant la mort. Le même aveuglement produira la même impossibilité de vaincre complètement en Irak, car si l’écrasante supériorité technologique militaire est du côté états-unien, chaque Irakien est une bombe en puissance en tant que futur « martyr » de son dieu. Une bombe dissimulée par un cerveau parmi les cerveaux rend les moyens de détection actuels caduques. Parce que la technologie militaire occidentale a pour but de porter et de donner la mort à distance afin de ne pas risquer sa vie puisqu’on en a qu’une. Cette technologie est contrée par le camp adverse par "donner la mort à l’ennemi en se la donnant" puisqu’on est dans ce cas soit réincarné soit martyr de dieu -inévitablement on pense aux "kamikazes" (en japonais "vent divin") nippons durant la guerre mondiale. D’ailleurs les guerres entre Occidentaux se sont toujours faites avec des armes qui portent et donnent la mort à distance afin de tenter de préserver cette vie unique. La baïonnette est la plus proche ancêtre de cette attitude, arme blanche fixée à la pointe d’une arme à feu de façon à allonger le bras, révélant la peur de mourir car, nous autres, n’avons qu’une seule vie. La construction religieuse et la structure mentale qui en découle sont et font la forme de la guerre.

Cela dit, si les États-Unis d’Amérique n’ont pas réussi à gagner la guerre au Viêt Nam, l’objectif d’un anéantissement durable du pays a été atteint. Le peuple vietnamien, constitué d’une mosaïque d’ethnies -vivant jadis de cueillettes, nomades ou sédentaires- aux familles entravées d’enfants infirmes, font face aux forêts détruites impliquant une adaptation à une nouvelle agriculture et représentation du monde, à la constitution de cheptels sur des terrains devenus instables, à la persistance de la menace d’engins non explosés, le tout sur une terre durablement contaminée. Ce peuple est confronté à autant d’entraves considérables pour son développement social. Aujourd’hui, les handicapés et les morts vietnamiens des suites de la guerre chimique américaine obligent à reconsidérer lourdement le nombre des victimes de cette guerre. Il revient au Viêt Nam de le faire précisément.

Quand le Gouvernement et l’Armée de la nation la plus puissante du monde sont constitutionnellement irresponsables et que les juges de ce même pays fuient à leur tour leur responsabilité, tous les éléments sont réunis pour que les futurs grands massacres de ce jeune siècle puissent commencer.

Au regard de leurs propres valeurs, les juges américains des Cours inférieures comme supérieures (Tribunal de première instance de New York Est : dossier 05-1953-cv ; Cour d’appel fédérale du Second circuit : dossier 08A58 ; Cour suprême des États-Unis d’Amérique : dossier 08-470) viennent de blanchir un des plus grands crimes de l’histoire de l’humanité alors que le nombre annoncé de ses victimes rappelle celui de la Shoah. Le Juge en chef de la Cour suprême nommé par le Président George W. Bush, John G. Roberts, supervise le circuit fédéral. Le juge associé affecté aux appels remontant du Second circuit -comme la procédure des victimes vietnamiennes de l’Agent Orange- est la première femme nommée à ce poste par le Président Clinton : Hon. Juge Ruth Bader Ginsburg, 76 ans, qui a consacré une grande partie de sa vie aux droits des femmes et aux libertés civiles, elle a voté en faveur de l’abolition de la peine de mort pour les moins de 18 ans, adoptée d’extrême justesse. Cette femme est considérée comme une des plus puissantes du monde.

 Cependant, les victimes vietnamiennes de l’Agent Orange sont donc renvoyées à la décision de la cour inférieure puisque la Cour suprême n’a même pas daigné examiner leur appel.

 La Cour suprême n’a donné aucune explication sur sa décision prise le 27 février 2009, rendue publique le 2 mars.

 Il est vrai que les États-Unis ont le droit de faire ce qu’ils veulent, quand ils veulent, comme ils veulent, là où ils veulent et contre qui ils veulent, s’exonérant des lois internationales. Noam Chomsky (membre du CIS) écrit, p160, dans son livre De la guerre comme politique étrangère des Etats-Unis, éditions Agone :

 « En fait, au sens strict, les États-Unis n’ont jamais signé de conventions, et, lorsqu’ils l’ont fait, ce qui est très rare, ils imposent systématiquement une clause de réserve dont les termes exacts sont : « Ne peut s’appliquer aux États-Unis. »

 On en a vu un exemple intéressant au début de cette année, pendant la période euphorique de « la nouvelle ère ». Une fois de plus on n’en parla pas beaucoup mais, en lisant entre les lignes, on aurait pu apprendre que la Cour internationale de justice avait eu à traiter d’un cas accusant les États-Unis et les autres puissances de l’OTAN de crimes de guerre. La Cour internationale rejeta l’accusation pour des raisons techniques. Non que les faits fussent faux mais pour simple raison technique. En effet, les États-Unis présentèrent un argument légal et infaillible qui rendait la plainte irrecevable et que la Cour internationale était obligée d’admettre. Quel était cet argument magique ? La plainte était déposée au nom de la convention sur le génocide. Les règles de la Cour internationale exigent que les deux parties en présence reconnaissent cette convention. Si tel n’est pas le cas, la Cour ne peut juger l’affaire. Or, les États-Unis affirment qu’ils ne reconnaissent pas la convention sur le génocide. En effet, bien que l’ayant signée – avec, me semble-t-il, quelque quarante ans de retard –, les États-Unis y ont fait apparaître une réserve spécifique ainsi formulée : « Ne s’applique pas aux États-Unis sans l’accord des États-Unis. » Accord qui n’est jamais donné, bien entendu.

 Si les États-Unis ne peuvent être amenés à comparaître devant la Cour internationale, il importe peu de connaître le fond de l’affaire. Devant cet argument infaillible, la Cour internationale a simplement rejeté la plainte. Répétons-le, nous avons là un exemple assez typique de l’attitude générale des États-Unis. La souveraineté, s’il s’agit de la nôtre, doit être soigneusement défendue comme un joyau des plus précieux. Mais celle de nos différents ennemis n’a aucune valeur. »

 Une véritable compensation -pouvant apporter un mieux thérapeutique, psychique et matériel aux victimes- s’éloigne ainsi que la réelle décontamination des "points chauds" que les arguments de la crise financiaro-économique ne manqueront pas de compromettre (au regard de la situation actuelle des constructeurs automobiles, entre autres, on pense aux engagements de la Fondation Ford sur le problème de l’Agent Orange au Viêt Nam).

 Il reste très difficile de faire connaître et reconnaître le crime de l’Agent Orange déversé sur le Viêt Nam puisque nos gouvernants et médias considèrent que nos morts sont toujours de bons morts en nombre accru, tandis que nos massacres et ceux de nos alliés sont amoindris parce que commis sur des "insurgés", des "rebelles", des "voyous", des "bandits" et des "terroristes", pire, sur des supposés tels. Dans le cas qui nous intéresse : c’était sur "charlie" et "face de citron". Autant dire que nos morts sont assassinés tandis que ceux d’en face sont victimes d’incidents.

 Quelques informations sur l’Agent Orange paraissent ici et là, dispersées et n’éveillant que très peu d’intérêt puisque, dans la mémoire collective de la communauté internationale occidentale, Viêt Nam est synonyme d’ennemi des États-Unis, nos alliés. Cela amène à reconnaître humblement que nous ne sommes pas parvenus à lever l’opinion publique terrée dans la sacro sainte allégeance de la communauté internationale envers l’auge de crimes états-uniens, servilité pérennisée par les manuels scolaires et autres discours commémoratifs pluriannuels devant les monuments de nos bons morts pour le coup relayés par les médias institutionnels. Dernièrement, l’actualité était de la partie avec les cochons d’Irlande contaminés à la dioxine. Á la une de nos écrans, à la une de nos radios, à la une de nos journaux, les malheureux cochons d’Irlande ont complètement envahi l’espace de l’information institutionnelle. Une véritable "campagne". Pas par compassion pour ces malheureuses créatures, non, mais par craintes de nous empoisonner en les mangeant. Donc on sait très bien quelles sont les conséquences de la dioxine. Tandis qu’à l’autre bout du monde des millions de femmes, d’enfants et d’hommes vietnamiens, sont morts, meurent et mouront dans d’atroces souffrances victimes de cette dioxine dans le plus grand « chut ! ».

 On pourra se poser toutes les questions que l’on voudra, inconvenantes ou pertinentes, à savoir si tous les acteurs des trois procédures en terre américaine visant à ouvrir le véritable procès de l’Agent Orange déversé sur le Viêt Nam ont bien pris la mesure du crime et de son ampleur ? On pourra se poser toutes les questions que l’on voudra, la seule et vraie question restante est : et maintenant qu’est-ce qu’on fait ?

 Le parcours juridique des victimes vietnamiennes de l’Agent Orange en terre américaine est fini mais les victimes sont toujours là.

 Depuis plusieurs années Maître William Bourdon (membre du CIS) et moi-même réfléchissons et préparons "une stratégie" juridique pour l’après parcours judiciaire en terre américaine des victimes vietnamiennes. Après avoir fait une synthèse le 13 mars 2008 à Paris, je me suis rendu à Hanoi où j’ai présenté notre projet. Face à ce qui semblait être un vide, il fut chaudement accueilli.

 

André Bouny, père adoptif d’enfants vietnamiens, président du Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange et au procès de New York (CIS).

Documents joints à cet article

Agent Orange Viêtnam : les juges de la Cour suprême des Etats-Unis d'Amérique ont fui leur responsabilité Agent Orange Viêtnam : les juges de la Cour suprême des Etats-Unis d'Amérique ont fui leur responsabilité

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • non666 non666 14 mars 2009 15:08

    L’agent "orange" a longtemps été présenté comme un desherbant ("defoliant"...) destiné a creer des trouées dans la jungle.
    J’ai déjà expliqué a quel point cette théorie etait stupide car completement inutile du point de vue tactique.

    Ou on veut une trouée et on utilise des bombes classiques ou incendiaires a l’action immediate, ou on n’en veut pas... Mais croire que des militaire vont commander des tonnes de produits chimiques pour faire de l’epandage agricole avec la patience d’un agriculteur pour que ces produits agissent....c’est risible.

    L’agent Orange etait donc forcement une arme chimique , probablement du type a4/vx selon qu’on prefère la terminologie US ou russe.

    Les etats unis sont donc le seul pays a avoir utilisé TOUTES les armes de destruction massive , en moins d’un siecle sur toutes les populations civiles qui leur ont été opposés.

    Les indiens ont eu le droit aux couvertures trempées dans du jus de petite veroles, aux hopitaux de saint louis (colonel prescot).
    Les japonais ont eu le droit à l’arme nucleaire, par deux fois, sur des villes et donc des populations civiles.
    Les vietnamiens ont eu le droit aux bombardements chimiques....
    Nous n’oublierons pas les bombes incendiaires sur tokyo ou la destruction de Dresden uniquement pour montrer aux russes qu’il ne fallait pas aller trop vite vers l’ouest...
    Nous n’oublierons pas les armes a radioactivitées "limitées" (mini-nuke) probablement utilisées en irak ou en Afghanistan.

    ...parlerons nous des utilisations des armes meteo et des deux tempetes qui ont frappées la france à la fin du siecle passé ?...La Haarp serait donc un instrument à vent ?

    Bref nos moralisateurs yankees sont responsables d’a peu pret tout les crimes contre l’humanité possible...mais ils sont comme le peuple elu, a priori toujours du coté des justes !
    Il fallait le dire.
    c’est fait !



    • Mouche-zélée 14 mars 2009 17:59

      non 666

      Un grand bravo, si seulement je pouvais te mettre +100....


    • Iren-Nao 15 mars 2009 10:17

      Decidement non 666 vos commentaires sont quasi toujours excellents, Bravo et Merci, un peu de verite de temps en temps ne fait pas de mal.

      Tout de meme bravo a l’auteur aussi.

      Iren-Nao


    • philbrasov 14 mars 2009 16:55

      aux vietnamiens, ils sont 30 millions de plus qu’en 70.

      Combien il seraient sans l’agent orange.. ? encore des bouches à nourrir,pour rien....

      au fait ils disent quoi les principaux interessés ?






      • Mouche-zélée 14 mars 2009 17:53

        Philbrasov
        Ne me dit pas merci, tu gagnes à ce que tes compatriotes sachent ce que tu écris en Français, vu le nombre de Roumains en France ils adorent qu’on leur traduise les propos des types comme toi .

        Ils adorent en parler à leur famille, ben oui, je ne paye pas le téléphone alors je partage ....


      • philbrasov 14 mars 2009 20:17

        laissez payer les français , pour leur communications téléphoniques.

        mdr...



      • abdelkader17 15 mars 2009 09:19

        permi de massacrer avec les honneurs pour les bouchers de tel aviv et washington.


      • Iren-Nao 15 mars 2009 10:19

        @ Philbrasov

        Je crois bien que je ne vous aime pas du tout.

        Iren-Nao


      • Mouche-zélée 14 mars 2009 17:57

        Il n’y a qu’un seul pays qui a utilisé la bombe atomique et un tas d’autres saloperies dont l’uranium appauvri : Les USA .
        Personne n’a jamais levé le petit doigt, ce qui en dit long sur "l’objectivité" des instances internationales .
        Si un pays devrait être déchu de tous ses droits ce sont bien les USA .

        Le pire c’est que c’est le pays qui posséde le plus d’armes de destruction massive au monde et tout le monde les a laissé détruire un pays pour "recel d’armes de destruction massive" ...

        Y’a pas comme un problème dès le départ avec ces chiens de Ricains ?


        • deovox 16 mars 2009 00:31

          merci à sarko de réintègrer la france dans l’otan 


        • Bobby Bobby 14 mars 2009 21:19

          Bonsoir,

          Monsieur Bouny, je trouve votre article excellent ! bien que la réalité qu’il dénonce fort bien, soit à ce point regrettable.

          Merci !


          • roOl roOl 15 mars 2009 08:09

            C’est bon vous pouvez vous arretez, le point godwin est deja bien depassé.


          • Halman Halman 15 mars 2009 10:32

            "Cela dit, si les États-Unis d’Amérique n’ont pas réussi à gagner la guerre au Viêt Nam,"

            Parce que les politiques et les généraux eux mêmes, aveugles à leurs propres théories qui ne tenaient pas compte de la réalité du terrain, aveuglés par leurs carrières bureaucrates et politiques, trop liés à des industriels et financiers avaient tout interets à ce que cette guerre dure un maximum.

            Le fric de la guerre étant bon a prendre pour certains politiques et officiers supérieurs visant des carrières de technocrates lucratifs.

            Alors sciemment ils n’ont pas donné les bonnes cibles à attaquer aux avions.

            Alors les pilotes se sont fait massacrés pour rien par des hordes de missiles et de Mig sur des cibles totalement inutiles comme des camions de paysans que les généraux désignaient comme cilbles prioritaires et dangereuses.

            Ces généraux incapables de faire la différence entre un intercepteur et un bombardier, faisant transformer un intercepteur supersonnique en bombardier tactique voir stratégique, obligeant les pilotes à prendre des risques suicidaires avec des avions impilotables dans les conditions exigées par ces bureaucrates bien planqués au Pentagone et à Washington.

            Tout ça parce qu’il est copain avec tel constructeur et qu’il est tellement facile pour lui à faire livrer des F105 à la place de F4 bien plus adaptés à certaines missions. Parce que y’en a bon pognon et sièges politiques.

            Alors ça leur suffit pour envoyer les gosses de leurs voisins et collègues au massacre.

            Rien que pour cette raison la guerre du Viet Nam a fait des milliers de morts inutiles tant chez les américains que chez les vietnamiens, surtout chez les pauvres civils qui n’avaient rien à faire dans cette histoire.



            • Mouche-zélée 15 mars 2009 16:47

              (Commentaire effacé) http://www.neogen.ro/user/philbrasov » Sinon il y a plus simple, les clubs de rencontre pour mesurer sa solitude.(normal, si con, on ne peut qu’être seul) —>


              • Jojo 15 mars 2009 18:35

                Phil chose
                De quels fascistes parlez-vous ? Pas de celui qui a écrit ça n’est-ce pas :

                par philbrasov (IP:xxx.x1.46.64) le 14 mars 2009 à 16H55
                ça a pas du leur faire grand-chose aux vietnamiens, ils sont 30 millions de plus qu’en 70.
                Combien il seraient sans l’agent orange.. ? encore des bouches à nourrir,pour rien....


                Qu’après l’épisode peu glorieux (oh pas pour vous), de vos deux plagiats, votre commentaire ait survécu plus de vingt quatre heures, me semble être un très mauvais signe, pourvu que j’aie tort smiley


              • philbrasov 15 mars 2009 19:53

                franchement que croyez vous que j’ai écrit........

                plus de 40 ans après des types viennent encore nous bassiner sur les effets des agents orange dans les années 60..... au vietnam.......... comment celà s’appele ????

                faut arreter avec cet antiaméricanisme primaire........ c’est ce que je dénnonce.... rien d’autre.

                que cette action n’ai eu aucun écho..... celà ne m’etonne pas... TOUT LE MONDE S’en FOUT.....
                les vitenamiens en PREMIER.....


                on peut aussi parler des gaz moutarde, en 1916.. et remonter comme celà dans le temps.....
                mais non il faut taper et taper encore sur les USA.....

                alors cela suffit....... et je maintiens.... si les vietnamiens sont plus nombreux de 30 millions depuis cette date, faudra que notre auteur nous explique combien de morts a causé les agents orange.....
                et qu’il vienne avecd es chiffres et des études...... au lieu de nous bassiner, et essayer de nous faire pleurer... c’est tellement facile.

                que l’on interroge les vietnamiens, en PREMIER....
                pas des bobos parisiens.



              • frédéric lyon 15 mars 2009 18:13

                Qu’est-ce que c’est encore que cette histoire ?

                Nos amis viennent ici parler de l’agent orange, à la place des Vietnamiens qui sont absents sur le fil, apparemment ils ne sont pas intéressés par le sujet, pas même concernés sans doute.

                Tandis que d’autres amis viennent nous parler d’Hiroshima, un sujet sur lequel les Japonais sont étrangement muets.

                De quoi vous mêlez-vous chers amis ?

                Et si vous nous parliez plutôt des Juifs et d’Israël ?

                Des sujets dont on comprendrait au moins qu’ils vous préoccupent par solidarité communautaire. 


                • Gazi BORAT 16 mars 2009 10:23

                  @ Frédéric Lyon

                  Il existe un musée à Hanoï, où est particulièrement développé l’aspect des dégats dus à la guerre chimique, avec exposition de foetus et autres preuves peu ragoutantes des méthodes de guerre du Pentagone.

                  Tout ceci pour un sujet qui n’intéresse pas les Vietnamiens..

                  http://www.triptoyou.com/PrintTrip.aspx?Code=8cb2a944-2c4a-43c5-bb45-bf1065857002&Type=1&Mode=0

                  gAZi bORAt


                • Mouche-zélée 16 mars 2009 14:49

                  T’as raison Lyon, c’est comme le Zyclon B, il ne faut plus en parler ....


                • philbrasov 15 mars 2009 18:29

                  ces histoire de gaz moutarde... ne concerne plus personne...

                  décidément AV , est un vomissoir de tout ce qui permet de mettre en avant la médiocrité des intervenants, du moment que l’on fait pleurer dans les chaumières, et que l’on bave sur les USA....

                  ils adorent celà c’est leur raison d’être....

                  la mouche une fois de plus s’est pris dans le miel..... comme si on etait suffisament con , pour dévoiler notre vie sur le net, sans prendre qq précautions. mdr.....


                  l’agent orange c’est pas leur combat.
                  leur combat c’est le JUIF sioniste......




                  • Jojo 15 mars 2009 18:40

                    Et si l’on parlait de votre combat à vous. C’est votre idéal qui vous autorise à dire ça ? :

                    par philbrasov (IP:xxx.x1.46.64) le 14 mars 2009 à 16H55
                    ça a pas du leur faire grand-chose aux vietnamiens, ils sont 30 millions de plus qu’en 70.
                    Combien il seraient sans l’agent orange.. ? encore des bouches à nourrir,pour rien....


                    Non finalement vous n’êtes pas sioniste, pas plus que vous n’êtes Roumain d’ailleurs. Vous n’êtes rien du tout.


                  • Gazi BORAT 16 mars 2009 10:13

                    Curieux article... qui place un conflit de la guerre froide dans la logique du "Choc des civilisations".

                    A la place de l’ancienne lecture "Monde libre" versus "Communisme" ou "Impérialisme" versus "Droit des Peuples à disposer d’eux-mêmes", on nous balance un "Christianisme" versus "boudhisme" new look.

                    Aricle de peu d’intérêt.. mis à part le fait qu’il dévoile dans le fil qui suit les instincts génocidaires de certains psychopathes sectateurs de "l’american way of life"..

                    (V, + haut "commentaires repliés")

                    gAZi bORAt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès