Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Alan, le retour

Alan, le retour

Alan Garcia a été choisi par le peuple péruvien comme le moindre mal, reste à savoir comment il va pouvoir gouverner, avec le peu de crédibilité qu’il possède...

Il n’est plus nécessaire d’attendre le résultat officiel du 11 juin pour affirmer qu’Alan Garcia est, à nouveau, le président du Pérou. Il a été choisi comme moindre mal face à Humala Ollanta, ex-militaire décrit comme le "Chavez péruvien" et soupçonné d’aventurisme dans ses propositions.

Garcia a promis qu’il avait mûri depuis son dernier mandat de président qui prit fin en 1990 et qui est considéré comme le pire moment de l’histoire péruvienne. Il explique cela en disant qu’il n’avait que trente-cinq ans, et que son parti n’avait pas gouverné depuis plus de cinquante ans. Le résultat a été environ 3000% d’inflation ; il était préférable de courir acheter du matériel lorsqu’on recevait un salaire, pour que l’argent ne se déprécie pas trop.

Ensuite, Garcia a fui le pays, car il était accusé de corruption et de violation des droits de l’homme. Il a échappé au jugement pour être resté suffisamment longtemps en dehors du pays, mais les accusations de corruption ont été justifiées.

Alors, comme le titre le quotidien libéral de Lima, Peru 21 : "Ce n’est pas un chèque en blanc, M. Garcia".

Son mandat s’annonce difficile, car il va devoir construire une majorité parlementaire, son parti n’a que 36 sièges sur les 120 du Congrès, même Ollanta en a obtenu 45. De plus, vu son passé, il est fort possible que les élus réfléchiront à deux fois avant de le soutenir.

Malgré tout, le Pérou suit la tendance sud-américaine et penche à gauche, Garcia comme social-démocrate devrait s’inscrire dans le mouvement modéré de la gauche suivant les pas de Lula. Il reste à savoir si, avec le peu de crédibilité et de soutiens qu’il possède, il va pouvoir réellement effectuer une quelconque réforme, dans ce pays fracturé par les inégalités sociales, malgré une excellente croissance économique au cours des dernières années.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Roland (---.---.199.195) 6 juin 2006 22:05

    Oui, on ne peut vraiment pas dire ce qu’il va donner !

    Espérons qu’il aura retenu les leçons non seulement de son premier mandat où il s’est cassé les dents sur le « mur d’argent » (comme en son temps Edouard Herriot en France) mais aussi du présent scrutin.


    • gilles (---.---.185.223) 9 juin 2006 20:21

      L’ironie de l’histoire est qu’il revient comme l’un des leaders latinoaméricains les plus proches des Etats Unis, quand lors de son premier mandat il était considéré comme un antiaméricain primaire !


      • tonio tonio 12 juin 2006 16:19

        Ce n’est pas encore sûr qu’il reste proche des Etats Unis, le thème du TLC risque fort d’être très compliqué. Entre sa volonté de réduire les inégalités et le peu de soutient qu’il a au congrès, on peut s’attendre à de réel problème de gouvernance !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès