• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Alexandre Zakhartchenko : Le futur des négociations de Minsk est le retour (...)

Alexandre Zakhartchenko : Le futur des négociations de Minsk est le retour de l’intégrité territoriale de la RPD

Le 28 décembre, le chef de la République Populaire de Donetsk (RPD), Alexandre Zakhartchenko, a tenu une ligne directe avec les résidents de la République et des journalistes.

Répondant à une question sur le futur du processus de Minsk et sur les objectifs fixés par les dirigeants dans les domaines gouvernementaux et politiques, Zakhartchenko a souligné qu'il voyait le futur de la RPD uniquement avec le retour des territoires temporairement occupés par les Forces Armées Ukrainiennes (FAU).

« Vous avez raison. Le futur de notre république n'est pas inscrit dans le protocole de Minsk. Au départ, Minsk était nécessaire pour arrêter le bain de sang. Je le répète - nous n'avions pas envahi l'Ukraine, aucun de nos obus n'est tombé sur Kiev, aucun enfant de Lvov n'est mort, aucune personne âgée n'est morte de faim à Zaporojié ou Kherson. Tout ceci a eu lieu sur notre territoire. Nos enfants mourraient, nos maisons étaient détruites, nos personnes âgées et handicapées gelaient et mourraient de faim et de froid. Et pour nous, l'objectif prioritaire était de forcer, pas tant Kiev, mais l'Europe et l'Amérique, à réaliser que nous sommes des êtres humaines et que nous avons des droits. Nous avons donc signé Minsk. Nous avons essayé ainsi d'arrêter le bain de sang et d'amener le processus de négociation dans une autre direction.

Et maintenant, souvenons-nous qu'en 2014 nous avons organisé un référendum. Et vous savez tous parfaitement quelles questions ont été soumises au vote lors de ce référendum. Le référendum a eu lieu sur l'ensemble du territoire de la République Populaire de Donetsk, qui se trouve sur la totalité du territoire de l'ancien oblast de Donetsk en Ukraine. Et si l'espoir de voir Minsk évoluer vers une autre phase se réalise, nous envisagerons la reconnaissance des résultats du référendum sur la totalité du territoire de la République Populaire de Donetsk. C'est-à-dire Marioupol, Slaviansk, Kramatorsk, Konstantinovka, Krasnoarmeysk, Selidovo… Et l'objectif principal de Minsk est d'amener à ces négociations. Le futur des accords de Minsk est le retour de l'intégrité territoriale de la RPD. De faire en sorte que les punisseurs ukrainiens quittent nos villes, nos terres, et nous laissent l'opportunité de concrétiser les résultats du référendum.

La question de savoir s'ils partiront de manière pacifique ou si nous devrons les jeter dehors - la deuxième partie des négociations nous le dira. Nous ne considérons pas ce territoire comme un territoire lointain. Il est temporairement (le mot-clé est "temporairement") occupé par l'ennemi. Pendant la Grande Guerre patriotique, nous avons tout repris, mais pas en une fois. Nous avons atteint les frontières de l'URSS au prix d'efforts et de pertes énormes. Mais nous y sommes parvenus. Et je voudrais rappeler aux autorités ukrainiennes qu'à la fin, le résultat a été que Berlin a été prise. Ils ne le comprennent pas. Mais s'ils ne veulent pas le comprendre ... Nous sommes, bien sûr, des gens pacifiques, mais « nous avons un train blindé sur la voie de secours  » [paroles de la chanson « nous sommes sûrs du succès »]. Par conséquent, je vais le répéter une fois de plus. Le référendum a eu lieu dans toutes les villes et villages de l'ancien oblast de Donetsk. Et si toutes nos tentatives pour retrouver pacifiquement nos frontières ne sont pas couronnées de succès, alors nous les reprendrons comme il nous convient. Et ce sera mauvais pour l'Ukraine.  »

Le texte complet en russe de la ligne de directe devrait être publié bientôt sur le site officiel du chef de la RPD.

Source : Site officiel en russe du chef de la RPD Alexandre Zakhartchenko

Traduction officielle depuis l'anglais par Christelle Néant pour l'agence DONi News

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 30 décembre 2016 12:50

    Ce référendum de 2014 était donc avant le déclenchement de la guerre ?

    Je n’ai pas gardé de souvenir précis.
    Et sur l’oblast de Lougansk ?

    • Christelle Néant Christelle Néant 30 décembre 2016 12:54

      @JC_Lavau
      Le référendum a eu lieu le 11 mai, au tout début de la guerre donc. Ce référendum a eu lieu dans les deux Républiques Populaires de Donetsk et Lougansk.


    • JC_Lavau JC_Lavau 30 décembre 2016 20:43

      @Christelle Néant. Merci.


    • anna anna 30 décembre 2016 14:10

      Les habitants de Donetsk se sont rendus a un service commémoratif pour les personnes tuées dans le crash du Tu-154 :


      • anna anna 30 décembre 2016 14:13

        Donetsk se prépare a fêter l’arrivée du Nouvel An :


        • QAmonBra QAmonBra 30 décembre 2016 14:48

          Merci @ Christelle pour le partage.

          Salut Christelle, que les russes du Donbass se méfient plus que jamais, certains malins ont des vues sur l’Ukraine, ou du moins ce qu’il en reste, après le testament divin, ils nous sortent leurs momies !


          • AG7529 30 décembre 2016 16:27

            Bonjour Madame NEANT, 


            Je lis avec attention et intérêt les informations que vous communiquées sur le site et je vous en remercie.

            Il m’est cependant compliqué d’admettre une quelconque crédibilité à vos écrits quand je lis ce type d’article :
            https://dnipress.com/fr/posts/premiers-volontaires-civils-occidentaux-a-recevoir-le-passeport-de-la-rpd-janus-putkonen-directeur-de-doni-news-et-christelle/

            cdt

            • Christelle Néant Christelle Néant 30 décembre 2016 17:47

              @AG7529
              Nous avons reçu la nationalité de la RPD pour la qualité de notre travail visant à faire savoir la vérité. Beaucoup de mes articles sont étayés par des vidéos afin de montrer que ce qui est dit dans l’article est conforme à la réalité. Maintenant si vous préférez accorder de la crédibilité aux médias occidentaux ou ukrainiens qui hurlent à l’invasion russe depuis deux ans sans aucune preuve de ce qu’ils racontent, grand bien vous fasse. Mais dans ce cas je ne vois pas bien ce que vous faites ici...


            • roman_garev 30 décembre 2016 20:46

              @AG7529
              Merci de préciser quoi d’incrédible vous avez trouvé dans cet article. Concrètement.


            • JMBerniolles 30 décembre 2016 17:41
              Quand j’écoute, plutôt quand je subis les informations de nos médias sur l’Ukraine (comme sur le Syrie d’ailleurs) j’ai abondamment le point de vue des américains, celui de l’OTAN, les déclarations de Kiev, mais jamais une seule citation des responsables de ces Républiques dissidentes assiégées.

              Donc nous pouvons être heureux d’avoir des nouvelles de ces régions victimes d’agressions, que nos médias taisent notamment les crimes odieux d’Odessa, par des journalistes courageux qui sont sur place et qui se consacrent à cela à leurs risques et périls, comme tous ceux qui sont sur les lignes de front. Ou bien dans des pays dangereux comme cette pauvre journaliste américaine Serena Shim en Turquie qui a été tuée, vraisemblablement par les services secrets turcs, sans que son pays s’occupe de faire la lumière sur sa mort. 

              Il y a tellement de manipulations par les services secrets occidentaux, mais aussi turcs qui sont très actifs en France par exemple, de journalistes, d’ONG, .... que l’accréditation par les pays où ces journalistes exercent leur métier est indispensable.

              Si on comprend bien ce que dit Zakharchenko, cette République de Donetsk se prépare à lancer une opération militaire qu’il qualifie de libération, pour reprendre les territoires dépendants de cette région de l’Ukraine dès que les conditions diplomatiques seront favorables. C’est à dire en 2017 sans doute.

























              • JC_Lavau JC_Lavau 30 décembre 2016 20:53

                @JMBerniolles. Cette armée, débutée en milice populaire d’autodéfense, a prouvé qu’elle est excellente en défensive. Mais cette campagne envisagée là est de l’offensive, en pays certes connu, mais dont les défenses risquent de ne pas être suffisamment connues. Pas d’aviation, jusque quelques drones en RPD et RPL. Or l’offensive sans aviation d’assaut, et sans supériorité aérienne pour garantir d’en haut cette aviation d’assaut, j’ai la faiblesse de ne pas y croire ; jusqu’à nouvel ordre. Comme pour la guerre de six jours en juin 1967, la guerre aérienne de supériorité, doit être fulgurante. Totalement exclu sans forte participation russe. Diplomatiquement, heu...


                Connaissant un peu VVP à présent, je présume qu’il préfère utiliser la force de l’adversaire pour le terrasser. Autrement dit, le pousser à une offensive délirante qu’il puisse faucher.

              • JMBerniolles 30 décembre 2016 23:45
                @JC_Lavau

                Oui, tu as peut-être raison.
                Mais je pense que les accords de Minsk sont intervenus justement pour briser une offensive des combattants de ces républiques.
                Ce sont évidemment des combats asymétriques. De gens déterminés contre une armée non motivée, désorganisée,... Et il seront armés et soutenus par les russes.

                Il faut éviter ce qu’ont subi les serbes. Je pense qu’il y a donc une situation diplomatique favorable à attendre.... Je pense qu’ils ont été freinés par les russes jusqu’à présent.


              • JC_Lavau JC_Lavau 31 décembre 2016 01:25

                @JC_Lavau. Corriger mes affirmations. L’offensive est peut-être possible en n’ayant que d’excellents moyens antiaériens contre les avions ukrainiens, pouvant abattre toute attaque de leur part. Plus d’excellents moyens de contre-batterie.


                Ugh ! Beaucoup à faire !

              • roman_garev 31 décembre 2016 09:03

                @JC_Lavau
                « Mais cette campagne envisagée là est de l’offensive, en pays certes connu, mais dont les défenses risquent de ne pas être suffisamment connues. »


                Le mot « offensive » n’est pas bon. Ce sera la « déoccupation » de leur propre territoire occupé par les bataillons nazis et l’artillerie ukrainienne (dont les commandants sont déjà connus et déclarés criminels de guerre). Les habitants haïssent les occupants : il y a quelques jours, p. ex., ils ont brûlé vif trois punisseurs dans les bains. En russe on dit : la terre va s’incendier elle-même sous leurs pieds.
                Il ne faut surtout pas comparer cette guerre à celle de 1967, mais à celle, la Grande, de 1941-45. Les Russes, et justement au Donbass, ont déjà une grande expérience de chasser les occupants de leur terre natale... 

              • roman_garev 31 décembre 2016 09:12

                @JC_Lavau
                « contre les avions ukrainiens, pouvant abattre toute attaque de leur part »


                Avions ukrainiens ? Mais vous me faites rire ! Combien y en a-t-il ? Cinq ? Trois ? En surplus, pourront-ils seulement s’envoler ?

              • JMBerniolles 31 décembre 2016 09:56
                @roman_garev @J-C Lavau

                D’après ce que l’on a compris il y avait deux avions ukrainiens impliqués dans les tirs sur l’avion de la Malaysia air lines....

                Mais effectivement cela ne doit pas représenter une force de frappe suffisante pour le sol.

                Donc, c’est ce que je disais il est nécessaire d’éviter l’intervention de l’OTAN.

                Dans la campagne électorale en France le thème de la sortie de l’OTAN va être mis sur la table.
                Cela rendra difficile la participation de la France à une action de l’OTAN en Ukraine.





              • roman_garev 31 décembre 2016 10:16

                @JMBerniolles
                « Quand j’écoute, plutôt quand je subis les informations de nos médias sur l’Ukraine (comme sur le Syrie d’ailleurs) »


                « Je subis » ! Bien dit !

              • JC_Lavau JC_Lavau 31 décembre 2016 11:01

                @JMBerniolles
                Si si, des Su-25 ont bombardé le Donbass. Vidéos en abondance.


                D’autre part, si les techniciens russes ont réparé beaucoup d’appareils syriens, ainsi que de tanks et de trains, il y a aussi des techniciens OTAN capables de revoir la maintenance des appareils ukies.
                Quant aux radars de contre-batterie U.S., la preuve qu’il y en a, c’est qu’on en a saisi un à Débaltsévo.

                L’Ukraine a aussi des obusiers automoteurs de 203.

              • roman_garev 31 décembre 2016 12:44

                @JC_Lavau
                « Si si, des Su-25 ont bombardé le Donbass. »


                Oui, mais la majorité d’entre eux n’ont pas eu la vie éternelle...
                Abattus à la date du 4 février 2015 (selon les données ukrainienes) :
                - An-30 - 1
                - An-26 - 1
                - IL-76 - 1
                - Su-24 - 2
                - MiG-29 - 2
                - Su-25 - 4
                - hélicoptères : Mi-8 - 3 ; Mi-24 -4
                - drones Tu-143 - 2.
                Tombés d’eux-mêmes : Su-25 -1 ; Mi-8 - 1.
                Les milices du Donbass parlent de neuf Su-25 perdus par l’Ukraine (dont l’un a été pris après l’atterrissage forcé). 
                Qui vous dit qu’il en reste qqch de sérieux ?

              • JC_Lavau JC_Lavau 31 décembre 2016 13:23

                @roman_garev. Donc il reste au moins des SU-27 en supériorité aérienne.


              • JC_Lavau JC_Lavau 31 décembre 2016 14:56

                @roman_garev.
                En fait j’ai plus d’inquiétudes pour l’état des centrales électronucléaires d’Ukraïne - de cela les amerloques s’en foutent pas mal, nous européens moins - que pour l’état de leur flotte aérienne de guerre.


                Quant à Marioupol, ils ont démonté tout ce qui peut s’emporter, et miné le reste.

              • roman_garev 31 décembre 2016 23:00

                @JC_Lavau
                Vous avez raison, car l’Ukraine n’a plus de flotte ni aérienne ni navale. Seules les centrales nucléaires, toutes au bord de la catastrophe, restent pour montrer à l’Europe « la mère de Kouzma » (« Кузькину мать », menace de l’Ukrainien Khrouchtchev tapant de son soulier sur la chaire de l’ONU). Préparez-vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès