Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Algérie : et les exilés de la mouvance démocratique ?

Algérie : et les exilés de la mouvance démocratique ?

Avec l’application en Algérie de la Charte pour la réconciliation et la paix, une cohorte de terroristes islamistes ont été graciés, et plusieurs centaines de prisonniers ont retouvé la liberté !

En sacrifiant la justice au profit de la paix, les autorités algériennes ont invité les militants activistes de l’ex-FIS, qui ont trouvé asile et protection dans les pays de l’Europe, de l’Amérique du Nord et de l’Océanie, à rentrer "tête haute" au pays. Par mesure de clémence, nombre de ces "djihadistes" rejoindront leurs familles et réintégreront leur travail. Et gare à ceux qui les qualifient de terroristes, de criminels ou d’égorgeurs ! Ceux qui sont toujours dans les maquis, les partis coalisés du gouvernement avec les imams ne cessent de les supplier d’abandonner la guerre sainte et de rejoindre la société. C’était une tragédie nationale, comme l’a définie la charte ! On doit oublier ! On efface tout et on recommence !

Dès le début des années 1990, à la suite de l’interruption des élections législatives qui allaient "talibaniser" ce pays méditerranéen, l’aile armée du parti intégriste dissous a manifestement pris pour cible la "mouvance démocratique" qui s’opposait à son projet de société moyen-âgeux. Que ce soit l’enseignant en langue française, ou le fonctionnaire, ou l’artiste, le journaliste, le policier, le soldat... et même le simple ouvrier... toute cette frange de la société était sur la liste noire de la nébuleuse islamiste.

On se rappelle cette devise chère aux émirs du GIA  : "Tous ceux qui nous combattent par la plume, on les combattra par le glaive".
La seule issue pour éviter une mort horrible, c’était la fuite et l’exil ! Quand ils ont foulé le sol européen, les gouvernements de ces pays ont refusé de régulariser ces réfugiés, prétextant qu’ils n’étaient pas réprimés par le pouvoir en place. Ayant abandonné leur famille et leur travail, ils vivent aujourd’hui dans la clandestinité, sans aucun papier, dans le désespoir et la précarité. Aucun texte de la charte n’a fait allusion aux victimes de cette "tragédie". En cas d’expulsion ou de retour forcé, ils ne seront, eux, ni réintégrés dans leur poste de travail, ni indemnisés, comme le prévoit la loi pour les "égarés " qui ont ensanglanté le pays et laissé des familles entières dans le deuil.


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Mesk elil (---.---.18.96) 12 avril 2006 11:02

    « les gouvernements de ces pays ont refusé de régulariser ces réfugiés, prétextant qu’ils n’étaient pas réprimés par le pouvoir en place »

    Vous auriez dû citer nommément ces pays ! Quand à la France, on sait combien Chirac tient à ce fameux et inutile « traité d’amitié » franco-algérien, sans cesse reporté sine dié unilatéralement par cette république qui interdit désormais la langue de molière sur son territoire.

    Vous avez toute ma sympathie !


    • Marsupilami (---.---.227.132) 12 avril 2006 14:32

      Oui, Boutef est une fripouille et ce référendum une honte et une terrible erreur politique.


    • kiba (---.---.240.13) 13 avril 2006 13:14

      Mesk elil l’algerie n’as pas interdit la langue de molière le français est un heritage de la colonisation et si tu va en algerie tous le monde parle français, il a juste interdit les ecoles qui enseigne le français et pas l’arabe dit moi comment veut tu que ces etudiants passe l’epreuve de philo au bac sachant que la philo est enseigné en arabe ?????


    • Mesk elil (---.---.18.96) 14 avril 2006 11:48

      To Kiba !

      Et pourquoi cela est-il imposé aux écoles privées ? Et si les autres pays (l’Europe par exemple) appliquaient le principe de réciprocité, comment allez-vous réagir ? Quel est votre sentiment ?

      Cordialement !


    • rajwiya (---.---.249.173) 18 avril 2006 22:34

      Tout doux, Mesk Ellil !

      Les écoles privées en Algérie sont essentiellement des écoles pirates. Des audacieux (sic) ont profité, de la pagaille, juste après 1988, pour ouvrir avec culot et une violation caractérisée des lois, des écoles non publiques.

      Alors là, c’est moi qui vous pose le principe de la réciprocité : existe-t-il un pays européen, ou ailleurs, qui aurait accepté cela ?

      Les écoles privées en Europe, ouvrent leurs portes après agrément et conformément à la loi. Il faut plutôt s’interroger sur la lenteur de plus de 15 ans de l’Etat à réagir !

      Et puis, quand on ouvre une école, il faudrait que le programme fût conforme à celui de l’Education nationale !

      Et si ce programme nous déplaît, on l’applique en attendant d’obtenir le changement mais on ne fait pas n’importe quoi !

      C’est cela la citoyenneté.

      Ceci dit, je suis pour les écoles privées mais ... je commence par le commencement et je demanderai à mes députés de faire un projet dans ce sens.

      Mais SVP, ne condamnez pas à vue de nez !

      Et si, moi aussi, j’ouvrais, en Allemagne une école de mon jus où j’enseignerais mon propre programme et en arabe ?

      Je me retrouverai, à coup sûr, en prison.

      ça c’est de la réciprocité.


    • Mesk elil (---.---.18.96) 20 avril 2006 11:04

      rajwiya !

      Il est question là, d’interdiction de la pratique de la langue de molière et non du contenu des programmmes scolaires ! La réthorique utilisée dans vos posts, traduit un engagement qui ne dit pas son nom et ça on l’a bien compris ! Les écoles privée de langue arabe sont légion en europe et aux usa, souvent subventionnées par l’argent du contribuable qui ne la parle pas, alors pas de désinfo ! Boutef, élu par deux (02) fois de façon démocratique (?) a depuis longtemps fait allégeance aux pays autoproclamés dépositaires de l’islam, en bradant l’honneur et la fierté de ce peuple qui tarde à se reveiller ! Le voila de retour en France pour se faire soigner ! cherchez l’erreur ! Pas de médecins et pas d’hôpitaux en Algérie ?


    • gaiaol (---.---.215.93) 20 avril 2006 14:10

      votre remarque est intéressante, mais devrait s’adresser à beaucoup de dirigeants de par le monde. que le Pen ou ses sbires se plaignent de ce que Boutef se soigne en France je veux bien, leur calendrier ayant du s’arrêter en juillet 1962, mais pourquoi vous, le prenez vous comme une insulte alors que ca devrait être tout le contraire ? Qu’en avez vous dit de Chirac qui s’est soigné au Quebec en pleine guerre du Golfe en 2003 après son refus de faire partie de la coalition ? et Boutef est tout a fait dans son role de président de l’Algérie de critiquer la loi sur la colonisation. En la votant, une certaine partie de l’Ump, du PS et le FN dans son entier ont abusé de leur position de députés en voulant imposer autoritairement en 2005 ce qu’ils ont perdu sur le terrain en 1962.

      N’en faisons pas un fromage. idem pour la langue française qui ne serait plus enseignée en Algérie ! Alors que l’école plublique l’impose en deuxième langue dès la deuxième année de scolarité. On fait moins francophile non ?

      Vous devriez sans peine pouvoir trouver d’autres arguments contre Boutef. Ils sont légions. Evitez de prendre tous les messages de Radio le Pen au pied de la lettre...


    • rajwiya (---.---.60.71) 20 avril 2006 15:38

      Quand je vous disais de vous calmer !

      J’aurais pu moi aussi vous dire que vous faites de la désinfo mais mon éducation me l’interdit et je respecte votre position.

      Ne pourriez-vous pas écouter ’l’autre’ sans le stigmatiser et tenter d’échanger en vue de le convaincre et non de le terroriser ?

      Désinfo au profit de qui ? Dans quel but ? On ne s’est pas assez fait de mal comme cela dnas le pays ?

      Disons plutôt que je ne partage pas vos idées et celles de beaucoup d’autres amis algériens parce que nous n’avons pas la même analyse. Et c’est tout.

      Le ’ON a compris’ vous fait jouer le rôle d’une CENTRALE ou de BUSH traitant celui-ci de « voyou » et celui-là de « modéré ». Et je vous dirais qu’au cours des conférences que je donne sur le sujet qui nous concerne, il y a toujours un intervenant, parachuté par les services, pour justement tenter de me déstabiliser et de me faire taire.

      Cela ne m’a jamais intimidé !

      Pour moi, vous avez une autre approche que la mienne. Mais il est vrai qu’il est de bon ton d’être pour l’armée et contre tout ce qui s’oppose à elle.

      Je ne suis pas de ceux-là. Cela est clair.

      Je ne suis pas non plus islamiste, non plus.

      J’ai perdu mes biens en ALgérie et quitté les miens et je végète en Europe consécutivement à mes prises de position.

      Je les assume encore.

      Cordialement.


    • Sahnoun (---.---.174.8) 12 avril 2006 15:14

      Enfin,un papier sur cette frange de la societe qui s est enfuie d un pays et d un pouvoir qui ne pouvait les proteger. Beaucoup de ces patriotes ont milite en Europe et ailleurs (France,Belgique,Angleterre,Allemagne,Suisse,Espagne.....USA,Canada) pour l Algerie Democratique et Libre ! Maintenant ,ils doivent eux aussi etre indemnises et proteges comme ces criminels du FIS.

      Monsieur,vous etes brave et tres courageux.Que Dieu vous protege !


      • Berbère Batave (---.---.36.142) 12 avril 2006 17:48

        ce pays s’enfonce de plus en plus... à quand une nouvelle décennie sanglante ??


        • rajwiya (---.---.151.215) 17 avril 2006 20:34

          Je n’en reviens pas. Moi qui croyais que les nationaux du tiers monde ont tellement souffert des analyses déformées, des étiquettes, des stigmatisations au point d’avoir une lucidité inattaquable. Rappelez-vous la période coloniale et les résistants traités de rebelles, de tueurs, d’égorgeurs etc.). Et actuellement, comment réagissez-vous quand vous voyez le parti pris européen pour les Israéliens au détriment de ce qui vous paraît être une justice et une objectivité trahies ?

          Je suis moi-même « cataloguable » comme démocrate mais je n’aime pas du tout ce terme. Je suis l’un des tout premiers réfugiés en France, suite à deux attentats contre ma personne. J’ai perdu mes biens et je trime ici à plus de 60 ans.

          Mais, de mon exil je rends responsable l’armée, Belkheir et tutti quanti qui, par recherche de l’enrichissement de type république bananière, ont procédé à une déconnexion de ce qu’on appelait le socialisme et ont foncé sur une libéralisation sauvage mais adaptée à leurs ambitions.

          L’armée à dû tuer Boudiaf, Boukhobza, Liabès et autres Belkhenchir. Elle a inventé le GIA pour casser la résultante inattendue de son équipée fantastique, à savoir le FIS. Elle a enlevé et fait disparaître des milliers de gens.

          Vous me rappelez l’OAS qui ne voyait que ses intérêts et refusait de voir les réalités.

          Quand je vois l’état de mon pays et vos réclamations je me dis que ces crapules ont totalement réussi. Ils ont eu le beurre et l’argent du beurre Des gens pour les défendre.

          C’est pour cela que je dis que les plus gros gagnants de l’amnistie sont les terroristes de l’armée (une minorité agissante et activiste ; je continue à respecter l’ANP victime de ces traîtres).

          L’amnistie est d’abord pour eux. Elle leur permet de ne pas répondre de leurs crimes, de leurs trahisons, de garder les milliards de dollars volés et de ne pas répondre de la dette algérienne.

          Ils s’en sortent vraiment trop bien. Alors, de grâce, ne faites pas les ignorants pour dédouaner les vrais criminels.


          • Assia (---.---.174.15) 18 avril 2006 15:49

            En reponse a rajwiya,je lui dirai que si on doit bien sur ouvrir un debar sur aussi les exactions de de certains generaux et de gouvernants occultes qui sont aussi responsables de la tregedie algerienne,il ne faut pas occulter le genocide perpetre sur la population algerienne par les bouchers islamistes (FIS,GIA,GSPC,etc..) a leurs tetes les genocidaires criminels Ali Belhadj,Abes Madani,Madani Merzag,Layada,le Para,Kebir,Hadam....et tous ces emirs aux mains des wahabites de l Arabie Seoudite et des mollah de l Iran. Pour exemple ,mon cousin,manipule,par ces charlatants religieux a poignarde son pere (mon oncle) en 1996, parce qu il etait douanier a Ouargla. Depuis,ce jeune de 18 ans a disparu.


          • rajwiya (---.---.249.173) 18 avril 2006 22:14

            Je vous rejoins parfaitement.

            La différence est que, personnellement, je m’attache aux causes principales ou initiales sans rejeter les responsabilités de ceux qui ont commis des méfaits par effet induit.

            Pourquoi ?

            Parce que, sans la trahison initiale des facistes en kaki il n’y aurait pas eu le facisme vert. La partie de l’armée qui a trahi la Révolution algérienne s’est, par la suite nourrie et des excès du monstre qu’elle a fomenté et de nos peurs, pour mieux durer et nous asservir.

            Elle est totalement responsable du naufrage de la Révolution. Et cela, personnellement, je ne pourrais jamais le leur pardonner.

            Là où des égarés et des illuminés - fruit d’une trahison politique - ont commis des meurtres, les kakis ont, en proportion, commis un génocide en condamnant tout le développement de l’Algérie pour la ramener au niveau, sinon plus bas que celui de nos voisins qui nous enviaient jusque-là.

            Ce sont eux qui nous ont ramené le FIS. Ce sont eux qui ont ruiné l’industrie naissante et l’économie algérienne ; ce sont eux qui ont rendu possible la guerre civile ; ce sont eux qui ont permis le démantèlement de nos excellents services de sécurité, de la solidité de l’ANP. Ils sont aussi responsables d’intelligence avec les puissances étrangères qui ont poussé allègrement au chaos par le biais de leurs affidés.

            L’amnistie a permis de ramener à la vie civile des islamistes que l’armée, après 10 ans, et malgré toutes ses roublardises dignes du 2° Bureau français, n’a pu éliminer.

            Je pense que Bouteflika a compris que le temps, par le pourrissement de la situation, ne pouvait que profiter aux religieux. Tout alors aurait été irréversible et les chefs de l’armée seraient venus nous rejoindre à l’étranger (comme si on était du même bord !) avant de faire, eux, l’objet d’une extradition probable.

            Si vous honnissez Boutef pour l’amnistie qui aurait sauvé les islamistes, moi je l’applaudis pour sa lucidité qui a permis à mon pays d’éviter le pire et de se consacrer à renouer avec l’avenir.

            Je regrette au passage que, ce faisant, il soit de fait le « complice » des criminels et voleurs en kaki responsables, eux, et de leurs crimes et de ceux du FIS qui a tué, entre autres, deux des miens.

            Mais pouvait-il faire autrement le Boutef là où l’armée s’est épuisée 10 ans durant ?


          • mariane (---.---.95.69) 20 avril 2006 23:16

            l’algerie n’est pas le seul pays a vouloir préserver sa langue nationnale Au Quebec il est interdit aux quebequois et aux migrants d’inscrie leurs enfants dans des ecoles non francophone

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès