Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Andalousie : l’occupation de la finca « Las Turquillas (...)

Andalousie : l’occupation de la finca « Las Turquillas »

Mardi 24 juillet 2012 les ouvriers agricoles, menés par leur syndicat SOC-SAT (1), occupent la finca « Las Turquillas » au cœur de l'Andalousie à quelques kilomètres seulement de Marinaleda dans la région de Sevilla. Par cette occupation, les ouvriers ne cherchent pas à posséder cette ferme de 1200 hectares, propriété du ministère de la défense, mais seulement à la transformer en coopérative agricole permettant à des familles entières de vivre du fruit de leur travail.

Les militaires n'utilisent que 20 hectares seulement de la finca pour la reproduction des chevaux ; le reste des terres est en friche. Dans la Comarca, le canton où se situe la ferme, le chômage atteint 40 % de la population active ! La situation n'est guère meilleure dans les autres cantons de l'Andalousie et dans toute l'Espagne. Face à cette terrible crise économique qui ravage tout le corps social espagnol, les journaliers agricoles andalous agissent et renouent avec les occupations des terres. Juste après la mort de Franco, les occupations des domaines appartenant à des familles aristocratiques espagnoles se sont multipliées. L'exemple le plus célèbre et le plus réussi reste celui de Marinaleda (2). C'est cet exemple que les occupants de la finca « las Turquillas » veulent suivre. Car il ne s'agit pas seulement d'occuper des terres, mais de construire un projet collectif viable de créations d'emplois et de justice sociale grâce aux coopératives ouvrières. L'occupation de « las Turquillas » s'inscrit donc dans la durée.

Mais cette action et ce projet collectif ne dépendent pas seulement de la volonté des journaliers agricoles et de leur syndicat, ils dépendent également du rapport de force engagé avec le gouvernement et les militaires propriétaires de la finca. Les hommes et les femmes qui occupent en permanence la ferme sont déterminés à travailler, à irriguer et à faire fleurir cette finca andalouse. Ils sont soutenus par la plupart des habitants des communes alentours dont les maires (de Marinaleda, de Pedrera, de Lantejuela notamment) sont souvent présents à las « Turquillas ». Marinaleda par exemple mobilise toute la population de la commune et met à la disposition de l'ensemble des militants et sympathisants des bus pour aller soutenir leurs camarades en lutte. Cette commune est prête également à mettre à la disposition des occupants de la finca « Las Turquillas » son savoir-faire technique et agronomique, comme elle le fait déjà avec la finca Somonté à Palma de Rio occupée elle aussi par les travailleurs agricoles du SAT depuis le 4 mars 2012. Les poivrons de Somonte par exemple seront transformés dans les coopératives industrielles de Marinaleda. L'ingénieur agronome de la commune met ses connaissances scientifiques à la disposition des ouvriers agricoles qui occupent la finca Somonte.

La réussite de l'occupation de cette ferme donne beaucoup d'espoir aux occupants de « Las Turquillas ». La détermination , le soutien populaire et l'aide précieuse de la commune de Marinaleda sont des armes efficaces dont se servent les ouvriers et les ouvrières qui occupent la finca « Las Turquillas » contre le gouvernement qui, pour l'instant, ne songe pas à utiliser la force envers les occupants. Quoi qu'il en soit, les journaliers agricoles n'ont pas d'autres choix que d'occuper cette ferme s'ils ne veulent pas subir les souffrances et la misère du chômage. Et si jamais on décide de les expulser, ils reviendront autant de fois que nécessaire jusqu'à ce que le gouvernement cède cette terre aux travailleurs : « si nos expulsan, volveremos y lo haremos hasta que el gobierno ceda esas tierras a los trabajadores » (3).

Si le pouvoir politique ne sait que produire des chômeurs par millions, les ouvriers agricoles, eux, savent créer des emplois qui font vivre des familles entières en occupant et en travaillant la terre souvent laissée en friche ou dédiée comme ici à « Las Turquillas » à l'élevage et à la reproduction des chevaux. Fabrication du chômage et des chômeurs d'un côté, création d'emplois de l'autre !

Les politiques économiques poursuivies par les gouvernements espagnols successifs et la crise du capitalisme ont produit la situation désastreuse que connaît l'Espagne aujourd'hui. Mais elles ont produit en même temps des hommes et des femmes qui se battent pour vivre dignement du fruit de leur travail et non de la spéculation ou de l'exploitation du travail d'autrui. C'est le cas des journaliers agricoles andalous qui mènent un combat admirable pour que la terre serve celles et ceux qui la travaillent. Ils ne cherchent nullement à posséder la terre (au sens de propriété privée), mais seulement son utilisation : « No queremos la propiedad de la tierra, queremos su uso » disait Diego Cañamero porte-parole national du SAT le jour de l'occupation de « Las Turquillas » (4).

El Humoso de Marinaleda hier, Somonte et « Las Turquillas » aujourd'hui sont des exemples de combats d'ouvriers et d'ouvrières sans terre contre les injustices de classes et pour que la terre appartienne à celles et à ceux qui la travaillent. D'autres fermes seront peut-être occupées demain dans cette Andalousie ravagée par le chômage de masse. Le SOC-SAT a déjà lancé un appel à tous les travailleurs sans terre les encourageant et les incitant à mener des actions d'occupation des terres dans toute l'Andalousie. Seuls le travail et la sueur des hommes et des femmes sont capables de faire fleurir cette terre andalouse et redonner à des milliers de travailleurs espoir et dignité. Et comme l'écrivait le grand poète espagnol Miguel Hernández  :

« Dites, andalous de Jaen,

qui a fait naître l'olivier ?

O andalous de Jaen

Ce ne fut pas le néant

Ni l'argent, ni le Seigneur,

Mais la terre silencieuse,

Le travail et la sueur ».

 

Mohamed Belaali

http://www.belaali.com/

-------------------

(1) Sindicato de Obreros del Campo-Sindicato Andaluz de Trabajadores

(2) http://www.belaali.com/article-un-village-andalou-55816840.html

(3) http://www.sindicatoandaluz.org/?q=node/1004

(4) http://www.sindicatoandaluz.org/?q=node/1004

Documents joints à cet article

Andalousie : l'occupation de la finca « Las Turquillas »

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • reprendrelamain reprendrelamain 6 août 2012 10:58

    Merci de relayer cette information, Daniel Mermet dans son émission sur France Inter a fait plusieurs excellents reportages sur ces luttes il y a quelques semaines.

    Vous devriez lancer une pétition sur Avaaz http://www.avaaz.org/fr/petition/?hp  pour que les 15 millions de membres soient au courant de ce qui se passe à « Las Turquillas » et les soutiennent.


    • alinea Alinea 6 août 2012 11:28

      Andalouses de Jaen... ! L’histoire est un éternel recommencement..
      À nous aussi ils donnent beaucoup d’espoir et c’est curieux de voir, n’est-ce-pas, que quand le peuple se prend en main, il pense à faire des coopératives, il utilise l’entre aide !! Et pas la guerre ni la domination.
      Puissent ces paysans vivre heureux sur cette belle terre d’Andalousie !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès