Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Angolagate : Jean-Charles Marchiani, le coupable idéal pour masquer un (...)

Angolagate : Jean-Charles Marchiani, le coupable idéal pour masquer un scandale d’Etat

Un corse à fort accent, copain comme cochon avec Charles Pasqua et ancien des services secrets : Jean-Charles Marchiani a le profil du coupable idéal ! Idéal en tout cas pour masquer un scandale d’Etat…
Et si le procès de l’Angolagate n’était qu’une mascarade visant à détourner l’attention de la vente d’armes (notamment des mines anti-personnelles) par le gouvernement français à un pays en guerre sous embargo de l’ONU ?
(Un post de mon blog Secrets d’Etat)

Le contexte des ventes d’armes à l’Angola

Au-delà de la soupe sensationnaliste servie par les médias, l’affaire des ventes d’armes à l’Angola remonte au début des années 1990. Il est important d’en comprendre le contexte.

Le président angolais Eduardo Dos Santos (toujours en poste aujourd’hui !) fait alors face à une résurgence de la rébellion de l’UNITA, mouvement rebelle un temps soutenu par les Etats-Unis et fondé dès l’indépendance du pays en 1975. L’Angola est à nouveau en état de guerre civile ouverte.

En septembre 1993, les Nations Unies instaurent un embargo sur les ventes d’armes à destination de l’Angola, dans un effort de retour vers la paix civile, et afin d’éviter les exactions des forces gouvernementales. Dos Santos ne peut plus s’armer « légalement » !

Achat clandestin de matériel soviétique

Eduardo Dos Santos n’est pas homme à se laisser arrêter par une vulgaire résolution des Nations unies. On n’est pas président pendant trente ans (arrivé au pouvoir en 1979) d’un pays en guerre par hasard !

A travers un certain nombre de sociétés écrans aux noms exotiques (Brenco International, Sofremi) appartenant à l’homme d’affaires franco-canadien et proche des services français Pierre Falcone, le régime de Luanda parvient de 1993 à 1998 à entrer en possession de stocks de matériel militaire soviétique pour une valeur totale de 790 millions de dollars.

Et ce le plus discrètement du monde, sans qu’aucun gouvernement n’ait officiellement légitimé (ou ait même été averti) de cette vente d’armes colossale ! Voilà pour les faits bruts !

Une version officielle peu crédible qui arrange tout le monde

La version officielle est limpide. Pierre Falcone, associé aux deux parrains corses Charles Pasqua et Jean-Charles Marchiani, a organisé un trafic international de ventes d’armes vers l’Angola ! Simple trafic mafieux ?

La justice française soupçonne Charles Pasqua d’avoir financé sa campagne européenne avec l’argent de l’Angola. Fort possible en effet, mais c’est l’arbre qui masque la foret ! L’affaire sort de façon très opportune en 2001, quelques mois avant les présidentielles et quelques semaines seulement après que Charles Pasqua ait annoncé son intention de se porter candidat… Ses ennuis judiciaires ne le lui permettront pas et Jacques Chirac sera réélu (un peu de politique fiction : les 3 à 5% qu’aurait fait Pasqua auraient éliminé Chirac dès le premier tour et Lionel Jospin aurait été président !!!).

Mais pour revenir à l’affaire, on a tout de même du mal à croire qu’un ministre et deux personnalités proches des services secrets français se retrouvent (par hasard) dans un trafic d’armes à destination d’un allié précieux de la France, sans que le gouvernement (voire la présidence) n’en soit au moins informé !

Le gouvernement français et Total : marchands d’armes occultes ?

Tout a été dit sur l’Angolagate, mais il est impossible de lire le dessous des cartes sans prendre en compte le fait que l’Angola est le deuxième fournisseur de pétrole brut de Total et l’un des premiers fournisseurs de la France.

Les Etats-Unis ont leur dépendance au pétrole saoudien qui les a poussé par le passé à beaucoup de compromissions, puis plus récemment à « rebattre » à leur façon les cartes au Moyen-Orient (invasion de l’Irak et pseudo domino démocratique) ! La France n’est guère mieux lotie avec le problème angolais !

L’Angola lusophone ne fait pas partie du pré carré traditionnel de la France en Afrique, mais la géopolitique a ses raisons… La France, pour sécuriser ses approvisionnements en pétrole, a besoin de stabilité en Angola. Le président Dos Santos n’est certes pas un modèle de démocrate, mais il a l’avantage d’être un partenaire fiable pour Total.

On peut dès lors penser que Dos Santos a su trouver les mots pour que ses « amis français » François Mitterrand, puis rapidement Jacques Chirac, l’aident à contourner l’embargo de l’ONU.

Contrairement à ce qu’a dit Chirac, l’Elysée était non seulement au courant de ces ventes d’armes, mais selon toute vraisemblance en était le commanditaire ! C’est moche, mais cela s’appelle la Real-politik !

Cette version des faits a été au fil des années reconnue à demi-mot par la quasi-totalité des protagonistes (y compris angolais). Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Jean-Charles Marchiani, Pierre Falcone, Charles Pasqua, mais aussi Arcadi Gaydamak (l’intermédiaire russe, ancien officier du KGB) réclament depuis le début de l’affaire la levée du secret-défense. Pas plus que la lettre envoyée en juin 2008 par le ministre de la défense Hervé Morin, réclamant la fin des poursuites.

Je n’ai pas de sympathie particulière pour les barbouzes de tous poils (et cet article en recense une belle brochette), mais on ne peut pas se cacher derrière son petit doigt et taper sur les exécutants en fermant les yeux sur les ordres reçus d’en haut.

Ce qui a commencé comme une manœuvre politicienne de Jacques Chirac pourrait se transformer en bombe à retardement si la réalité du dossier apparaît un jour en pleine lumière. Ce ne sera alors plus aux exécutants de comparaître et la justice risque de demander des comptes à l’ancien président pour des faits un peu plus graves que quelques emplois fictifs. Pour rappel, la guerre civile angolaise aurait fait entre 500.000 et 1 million de morts !


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • morice morice 12 février 2010 11:12

    c’est évident que la France est allé plus loin avec l’envoi de MERCENAIRES ; dont ceux du DSP de LePen, avec à leur tête un dénommé Claude Hermant...





    • non666 non666 12 février 2010 13:37

      1) « Ses ennuis judiciaires ne le lui permettront pas et Jacques Chirac sera réélu (un peu de politique fiction : les 3 à 5% qu’aurait fait Pasqua auraient éliminé Chirac dès le premier tour et Lionel Jospin aurait été président !!!). »

      Revoyons l’action au ralenti....
      Chirac est a 20% , LePen a 17% et Jospin a 15,5%
      Comment voulez vous que Jospin soit en finale ?
      Ok, imaginons que Pasqua lui pique plus que 5% et qu’on ait une finale Lepen-Jospin.
      Etes vous vraiment sur que la Droite aurait voté socialiste avec une offre Lepen en face ?
      Bien sur Lepen aurait probablement été battu dans ce cas de figure , mais surement pas a 20 contre 80....
      D’ailleurs si vous revoyez les images d’archivage, vous comprenez immediatement la raison pour laquelle il fait la gueule en apprenant qu’il est en finale....contre Chirac.
      Car le coup du « vote republicain », cela pouvait marcher avec les gauchistes habitués a se renier en pensant « Rouge qui tache » et en votant Mitterand... Pas avec la droite !

      2) L’INNOCENT MARCHIANI ?
      Wouah.
      Pasqua, Tiberi, Marchiani, le celebre trio qui ne s’est pas quitté depuis la fac et qui est dans TOUS les coups tordus , non pas du gaullisme, mais des profiteurs du gaullisme, Chirac inclu.
      Les faux electeurs de la mairie de Paris, le SAC, la french Connection, L’affaire Malkowitz, la cassette du 92 , l’Epad , La « redaction » (niveau 3eme) sur la francophonie de xaviere tiberi acheté par le departement 92 de Pasqua 250000 frs...
      Tout ce qui se pratique en Corse, ils nous l’ont importé ici.
      Services secret Marchiani ?
      Ou « Utilisateur » des services secrets, ayant toujours choisi d’etre l’interface entre les hommes de l’ombre et les politiques ayant pignon sur rue ?

      La seule chose qui change aujourd’hui, c’est qu’a l’antique Mafia des corses du RPR, on a aujourd’hui une guerre de gang avec les nouveaux parrains du 92.
      Balkany, Ashliemann....
      Les mines posées par Chirac pour se debararasser de ses encombrants anciens porte-flingue servent juste aujourd’hui un tout autre dessin.
      Sarkozy laisse se poursuivre la procedure puisque dans le fond, elle lui profite.

      Qui pourrait lui disputer la vache a lait du 92 si les loups de l’equipe precedente se sont deja eliminés enyre eux ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès