Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Appel à tous les universitaires tunisiens démocrates

Appel à tous les universitaires tunisiens démocrates

La fuite en avant de Moncef Ben Salem, notre Ministre Islamiste de tutelle, pour appliquer son programme obscurantiste à notre Université, en prenant, plus d’une fois, pour référence et modèle, les Universités Wahhabites de la Péninsule Arabique, fuite observée, en particulier, lors des évènements de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba (FLAHM), évènements survenus tout au long de l’année universitaire 2011-2012, ne fait que se confirmer par les premières mesures qu’il a arrêtées au début de cette année universitaire 2012-2013, mesures parmi lesquelles on peut citer :

1. La mesure qu’il a annoncée, lors de sa conférence de presse tenue, le vendredi 7 septembre, à l’occasion de la rentrée universitaire 2012-2013, autorisant le port du Niqab dans les Universités, en particulier, dans les Salles de Cours et lors des Épreuves d’Examen, et ce, sous prétexte de « protéger la liberté et les croyances de tous les étudiants » (sic) ; mesure qui représente le premier pas vers son hidden project, à savoir, l’interdiction de la mixité dans les établissements d’enseignement, et, par suite, dans tous les lieux publics, exigence du Wahhabisme Saoudien.

2. La Convention signée le vendredi 14 septembre 2012 entre l’Université de la Zitouna et l’Université Islamique (wahhabite) Saoudienne, Convention signée sous l’égide de notre Ministre Islamiste de tutelle, comme on peut le voir sur le Lien suivant :

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=441803569191513&set=a.209466812425191.48110.209410745764131&type=1&theate

Cette convention a pour but, entre autres, l’échange d’étudiants, d’enseignants et de programmes entre les deux dites Universités.

Dans ce contexte, il est bon de rappeler quelques déclarations de notre Ministre Islamiste de tutelle caractéristiques de son Choix de Société :

a. «  (…) C’est dommage que certaines filles soient empêchées de passer leurs examens parce qu'elles portent le niqab. Je m'étonne que des gens qui font partie de l'élite de la Tunisie (nda : il sous-entend les universitaires) soient incapables de gérer une si petite affaire. D'autant que leur refus d'accepter des étudiantes niqabées se trouvera peut-être un jour contraire à des lois futures. Pour le moment, il suffirait qu'elles suivent les cours dévoilées, en se tournant vers un muret, qu'elles ne regardent pas le professeur. Et pour les examens, que des femmes contrôlent leur identité.  » : déclaration parue sur le Nouvel Observateur du 2 février 2012 et publiée intégralement, ensuite, sur son site internet, le 6 février.

b. « Je ne suis ni pour ni contre le niqab en cours, je constate qu'il y a des professeurs qui enseignent dans le Golfe où toutes les filles portent le niqab et ça ne pose pas de problème (…) les médias et le conseil scientifique de l'université de la Manouba ont amplifié le problème (du niqab) » : déclaration faite, le 8 mars 2012, en marge de la Conférence de Presse au Palais Présidentiel de Carthage, après la signature du Protocole de Coopération Scientifique et Technologique entre la Tunisie et la Turquie. 

c. « La Tunisie va entamer des Réformes Universitaires en s’inspirant, en priorité, des systèmes des pays islamiques et en premier ceux de la Malaisie et de la Turquie » : déclaration faite, le 8 mars 2012, au Journal de 20 Heures de la Wattania 1, en commentaire de la signature du Protocole de Coopération Scientifique et Technologique entre la Tunisie et la Turquie. 

d. «  Pour ce qui concerne les Gouvernements des Pays Arabes, d’après mon point de vue personnel, on a un seul gouvernement nationaliste, dans le sens plein du terme, (c’est Qatar) ; un seul homme nationaliste, dans le sens plein du terme, c’est l’Emir du Qatar  »  : déclaration se trouvant vers la fin de la Vidéo suivante :

http://www.youtube.com/watch?v=KWaxFwSLVf8

e. « Moi, je présente mes grands et profonds remerciements à l’Organisation Koweitienne pour l’Avancement des Sciences qui m’a soutenu et qui payait mes déplacements à travers les institutions scientifiques, avant et pendant cette épreuve (nda : il sous –entend sa mise en résidence surveillée par le Régime déchu) » : déclaration se trouvant à la fin de la Vidéo suivante :

http://www.youtube.com/wajtch?v=bUJJMgw7Qtw

Dans ce contexte, il est bon, aussi, de rappeler, à l’attention de notre Ministre Islamiste de tutelle, que le Tribunal Administratif a rejeté deux plaintes déposées par deux étudiantes niqabées : la première a été déposée par l’étudiante Maroua Saïdi contre la Faculté des lettres et des Sciences Humaines de Sousse, parce que cet établissement a refusé de l’inscrire en étant niqabée, quant à la seconde, elle a été déposée par l’étudiante Sana El Akdiri contre la Faculté des Sciences de Tunis, parce que cet établissement ne l’a pas autorisée à passer ses examens en étant niqabée. Parmi les raisons justifiant ses décisions, cette juridiction spécifie dans ses Arrêts qu’«  à l’image de toutes les libertés individuelles ou publiques, (la liberté vestimentaire) est soumise à l’obligation de tenir compte de l’organisation des services publics et de leur marche normale » et que les Cours Théoriques et les séances de Travaux Pratiques exigent « une interaction pédagogique avec l’enseignant  », interaction qui est impossible avec ce voile qui couvre le visage, et « l’interdiction de tout vêtement susceptible de présenter un danger pour l’expérimentateur  » : Arrêt daté du 7 juillet 2011, faisant suite à la requête N°711573, et Arrêt daté du 28 décembre 2011, faisant suite à la requête N°413983.

Ces deux Arrêts montrent que, aux yeux du Tribunal Administratif, l’interdiction du port du Niqab est une mesure purement pédagogique et rien d’autre, que le problème du Niqab n’a rien à voir avec « la liberté et les croyances », comme l’a affirmé notre Ministre Islamiste de tutelle, et que, par sa déclaration, mentionnée ci-dessus, autorisant le port du Niqab dans les Universités, ce dernier se serait mis hors la loi.

Aussi, j’invite tous les Universitaires Démocrates de se constituer Partie Civile en portant plainte contre notre Ministre Islamiste de tutelle, présumé coupable hors la Loi de ne pas avoir respecté la jurisprudence créée par lesdits Arrêts du Tribunal Administratif (je ne suis pas un homme de loi, je n’ai fait qu’écrire ce que je crois ! À mes collègues juristes de voir la recevabilité de cette plainte !).

Enfin, une solution salutaire pour la bonne gouvernance participative de notre Université, tout en étant efficace pour stopper sa « Wahhabisation », pour stopper cette dérive vers un Choix de Société étranger à notre Histoire et à notre Culture, Choix de Société que les Islamistes essayent de nous imposer par tous les moyens, y compris les moyens hors la loi ou bien les moyens les plus violents, à travers leurs Brigades Salafistes, une solution pour stopper, également, la mainmise du seul Ministre, selon son bon vouloir et ses penchants partisans ou sectaires, aussi bien sur la pédagogie que sur les grandes décisions et orientations concernant notre Enseignement Supérieur, est de nous battre pour la création d’un Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESR), Conseil National Consultatif, Représentatif, Statutaire, Compétent, Indépendant et Permanent, et ce, comme il est décrit dans mon Article intitulé « Tunisie : La "Réforme-Mère" de toutes les Réformes Universitaires », paru sur le Lien :

http://horchani.blog.lemonde.fr/2012/03/18/tunisie-la-reforme-mere-de-toutes-les-reformes-universitaires-2/

Salah HORCHANI 


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Richard Schneider Richard Schneider 22 septembre 2012 11:15

    Non seulement, il faut soutenir ce genre de texte, mais il faut encourager tous les démocrates tunisiens de se battre pour la liberté !

    Bonne continuation, Monsieur Horchani ! Tenez bon.
    RS.

    • MuslimADieu MuslimADieu 22 septembre 2012 14:36

      @Richard
      Oui, si la démocratie était une foi, les démocrates devraient aider leur coreligionnaires, même s’ils sont Musulmans.
      La haine des intégristes à tendance à se transformer en anti-islamisme primaire et faire oublier que beaucoup de Tunisiens combattent les islamistes.


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 22 septembre 2012 18:18

      Cela devrait école contre les « amalgameurs » de tous poils qui tendent à nous faire prendre des vessies pour des lanternes, des islamistes pour des musulmans et des mulsulmans pour des arabes.
      Bravo.


    • Morpheus Morpheus 22 septembre 2012 14:14

      Cher Monsieur Horchani,

      Tout d’abord, sachez que comme beaucoup, je me réjouis de la révolte du peuple tunisien contre le régime du dictateur déchu, et de sa volonté de changements. Et je me réjouis de voir, en Tunisie comme dans d’autres pays du Maghreb, s’ouvrir un débat public et citoyen qui n’est pas sans rappeler les débats faisant suite à la révolution de 1792 en France. Je souhaiterais, modestement, apporter une piste de réflexion importante à explorer pour l’avenir de la Tunisie, et dont le problème que vous soulevez n’est pas étranger.

      Dans les colonnes des grands journaux européens, on s’est souvent félicité de cette révolution et de « l’avènement de la démocratie », suite aux « printemps arabes » comme l’ont appelé les éditorialistes. Dans leur esprit, bien entendu, la démocratie rime avec l’élection. Et donc, lorsque les tunisiens ont formé une assemblée constituante, puisque dans tous les pays prétendument démocratique du monde, depuis 200 ans, c’est l’élection qui prévaut, c’est par l’élection que les membres de cette assemblée constituante ont été désignés. Hélas, ce choix (qui n’en fut pas un pour autant que je sache) était un erreur !

      Nous sommes en train de redécouvrir, en Europe, depuis seulement quelques années, ce qu’est véritablement une démocratie, et nous découvrons, souvent avec effroi, que nos régimes politiques, bien qu’ils se fassent appeler en tout lieu et depuis deux siècles « démocratie », ne sont pas des démocraties.

      Nous découvrons des faits qui nous montrent à quel point les peuples du monde dit « démocratique » ont été bernés lorsqu’il s’est agit d’instaurer des régimes « démocratiques ». Car dans aucun de ces pays ne s’est instaurée une démocratie. Nos régimes politiques n’ont jamais été démocratiques : ce sont des régimes que l’on peut, au mieux, appeler »gouvernements (prétendument) représentatifs« . Ces gouvernements prétendument représentatifs se sont présentés aux peuples comme étant une « variante » de la démocratie : la »démocratie représentative« . Une expression constituant par elle même un parfait oxymore !

      Mais les peuples, peu instruis, et peu porté à douter de la parole de leurs »représentants« (de leurs maîtres élus), n’ont jamais (à peu de chose près) remis en cause cette tromperie, aujourd’hui devenue une antienne en tout lieu et toute circonstance. Pourtant, par définition, une démocratie (gouvernement du peuple - du grec dêmos « le peuple » et kratos « le gouvernement ») ne peut pas être représentée. Du moins, ce n’est pas du tout ainsi que les fondateurs de la démocratie, les athéniens, considéraient celle-ci, tout au contraire. Ainsi, Aristote le dit assez clairement en ces termes :

      « Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives ».

      Les athéniens considéraient l’élection comme une procédure intrinsèquement oligarchique, et non démocratique, chose qui se démontre assez facilement, si l’on y pense. En effet, lorsque l’on élit un candidat parmi d’autres, on choisit en principe celui qui nous apparait être le meilleur ; or, « le meilleur » en grec se dit aristos. Par conséquent, l’élection est aristocratique, c’est-à-dire oligarchique.

      Les athéniens savaient très bien cela. Et les pères fondateurs de nos révolutions d’il y a deux cent ans le savaient aussi ! C’étaient des érudit, des hellénistes, qui n’ignoraient rien de la démocratie athénienne, mais qui ne voulaient pas établir, à la place des anciens régimes monarchique, de démocratie : ils voulaient explicitement un gouvernement (prétendument) représentatif, c’est-à-dire une oligarchie.

      Ce qui caractérise une démocratie, c’est donc une procédure complètement ignorée des contemporain, mais pratiquée - avec succès - pendant deux cent ans par les athéniens : le tirage au sort. Afin de bien comprendre tout ce que cela implique, je ne saurais trop vous recommander de lire, si vous le pouvez, ce livre remarquable, très rigoureux et très éclairant, de Bernard Manin : Principes du gouvernement représentatif.

      Tout ce que je viens de dire, je l’ai découvert il n’y a pas très longtemps, grâce à un homme remarquable, Monsieur Étienne Chouard.

      Il y a dans les travaux d’ Etienne Chouard - et de tous ceux qui l’on rejoins pour réfléchir ensembles - un terreau fertile où faire germer une nouvelle conscience et une conception non pervertie de la démocratie. L’essence fondamentale à retenir de tout ceci est synthétisé dans cette phrase :

      « L’important, ce n’est pas que les citoyens votent la Constitution, mais qu’ils l’écrivent, sinon, ce sont encore les hommes de pouvoir qui feront les règles » déclare-t-il fort de l’idée que « la souveraineté du peuple a laissé la place à la souveraineté des élus. »

      Et également dans ce slogan :

      « CE N’EST PAS AUX GENS DE POUVOIR D’ÉCRIRE LES RÈGLES DU POUVOIR »

      Je gage que cet outil de réflexion, s’il est diffusé largement dans la société tunisienne, pourrait être un facteur déterminant dans la reprise en main réelle du pouvoir par le peuple tunisien lui-même, et non par quelque faction ou « élite », quelle qu’elle soit, et notamment, par des factions obscurantistes, tentées de saisir l’opportunité d’imposer leur propre dictat aux tunisiens nouvellement libérés.

      Cordialement et fraternellement,
      Morpheus


      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 22 septembre 2012 17:28

        @ Morpheus

        Bonjour,

        Merci pour votre solidarité et votre excellent Commentaire qui fait, de façon magistrale, le point sur la notion de démocratie. Je l’ai, d’ailleurs, repris tel quel sur ma Page Facebook, avec la mention : «  Excellent Commentaire, à méditer, qui fait le point sur la notion de démocratie ».

        Bien cordialement,
        Salah HORCHANI


      • Morpheus Morpheus 22 septembre 2012 20:00

        Il y aurait comme une justice, je trouve, que ce soit un pays méditerranéen - et pourquoi pas la Tunisie ? - qui renoue, après 2400 ans, avec la vrai démocratie. Ce serait en tout cas un beau pied de nez aux donneurs de leçon « démocrates » des pays « occidentaux ». Moi qui ne suis qu’un petit belge, je verrais là une double raison de fierté pour le peuple tunisien. Croisons les doigts.

        Morpheus

        PS : n’hésitez pas à reprendre tous les textes que vous voulez (je ne peux parler qu’au nom de mes écrits, bien sûr) ; en ce qui me concerne, les idées n’ont aucune valeur marchande : elles doivent circuler.


      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 24 septembre 2012 12:00

        @ Morpheus

        « CE N’EST PAS AUX GENS DE POUVOIR D’ÉCRIRE LES RÈGLES DU POUVOIR »

        Une tentative dans ce sens : Un Projet de Constitution imaginé par la Société Civile

        « Tunisie : La société civile dévoile son projet de constitution

        Le projet de constitution concocté par l’Assemblée Constituante Civile(ACC), présidée par Slaheddine Jourchi, a été présenté hier aux médias. » Il s’agit d’une proposition d’idées et non pas d’une constitution alternative à celle de l’Assemblée nationale constitutive. Nous ne sommes pas la cinquième roue du carrosse, mais nous sommes acteurs effectifs de la vie publique, à laquelle nous avons voulu apporter notre contribution« , indique le président de l’ACC, lors de la conférence de presse organisée hier à cet effet.

        Selon lui, la constitution doit être cohérente et homogène : »Comme par exemple le principe de complémentarité entre l’homme et la femme qui n’est pas cohérent avec le principe d’égalité entre tous« , explique Slaheddine Jourchi. Ce projet de constitution, composé de 155 articles a été élaboré avec la participation de plusieurs dizaines d’associations œuvrant dans le domaine scientifique, des droits de l’Homme, du développement économique, culturel et social.

        Dans cette constitution, l’article premier doit mentionner que l’Etat doit être civil où l’identité du peuple tunisien est composée d’un nombre de traditions et de vécus éclectiques, dont l’islam est un composant important, et où l’héritage musulman enrichissant joue un grand rôle, souligne Jourchi. .

        Le président a énuméré les principaux points défendus au sein de ce projet, qui sont comme suit : L’attachement aux valeurs de la liberté, la justice, l’équité entre les citoyens, le principe de primauté de la loi et la citoyenneté avec la garantie de l’égalité entre l’homme et la femme. La préservation du Code du statut personnel doit impérativement être constitutionnalisée, selon ce projet. »Ne pas citer le code du statut personnel dans la constitution cacherait quelque chose. Le citer ne veut pas dire qu’il n’est plus possible d’y apporter des améliorations, au contraire, il faut préciser le caractère important de ce Code dans la constitution, et l’améliorer autant que nécessaire« , dit Slaheddine Jourchi, ajoutant que la création d’un tribunal constitutionnel serait un élément important, qui empêcherait l’éventuelle volonté de faire dévier la constitution et toute tentation de le vider de sa substance.

        Le conseil suprême islamique n’a pas été proposé dans cette constitution de l’ACC. Son président explique que sa présence dans le paysage politique est importante, dans la mesure où cette chambre serait source de conseil, de réflexion et de proposition, « mais le fait de la constitutionnaliser pourrait créer des tensions entre les extrêmes et les différentes idéologies », indique-t-il.

        Un autre point qu’il considère important, à savoir les droits économiques qui garantissent l’équilibre social entre les régions et les citoyens, à travers une démocratie régionale, locale sérieuse et participative.

        Le régime politique devrait être, selon les experts qui ont élaboré ce projet, semi-présidentiel. »Nous devrions avoir un parlement élu, mais qu’il y ait aussi un président élu par le peuple. Plus on distribue les pouvoirs, plus on éviterait que quelqu’un se l’accapare« , dit-il.

        Le sujet de la magistrature et de la justice a été abordé quant à lui, comme étant un système global qui a été revu, de manière à préserver le plus d’indépendance et d’efficacité possible.

        Cette constitution imaginée par la société civile, a été envoyée à l’ensemble des partis politiques, et aux membres de l’assemblée constituante. Chefia Chalbia, vice-présidente chargée des relations extérieures, a demandé à ce qu’une séance d’écoute soit accordée à l’ACC pour défendre son projet et faire part des attentes de la société civile. » Lors du précédent rendez-vous que nous avions eu avec Ferida Laabidi de l’Anc, et Habib Khedher, rapporteur de l’ANC, les représentants des associations ont été très déçus par le manque d’intérêt qui leur a été accordé. Nous lançons un appel pour un deuxième entretien avec des responsables de l’ANC« , dit-elle. »

        Source :
        http://www.gnet.tn/temps-fort/tunisie/la-societe-civile-devoile-son-projet-de-constitution/id-menu-325.html

        Salah HORCHANI


      • Morpheus Morpheus 24 septembre 2012 16:11

        @ Mr Horchani

        Ne connaissant personnellement rien de la culture et du tissus social tunisien, je ne saurais porter aucun jugement valable sur le projet que vous présentez. L’honnêteté intellectuelle m’oblige à dire que je ne pourrais, au mieux, que porter une analyse en fonction de mes propres repères culturels et sociaux, ce qui ne serait pas, je crois, très pertinent.

        Par contre, ce que je puis faire, c’est vous communiquez le résultat de discussions et débats qui ont cours depuis environ cinq ans, notamment via le projet de constitution citoyenne (le Plan C) initié par Mr Chouard. Sachez que ce projet - toujours en cours d’élaboration - est participatif, et qu’il ne se limite ni aux frontières de la France, ni à celles de l’Europe : vous êtes donc parfaitement libres de vous y joindre, d’y participer, et de réfléchir avec nous. Il s’y trouve peut-être (à mon humble avis, sûrement) des idées qui trouveraient leur place dans la société tunisienne.

        Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, lorsque vous mentionnez le débat sur la question de « l’égalité entre hommes et femmes » et « la complémentarité entre hommes et femmes », mon opinion ne sera pas celle d’un homme tunisien instruit et éduqué dans une famille musulmane, mais celle d’un homme belge instruit et éduqué dans une famille dont seuls les grands parents paternels étaient religieux pratiquants (catholiques) et dont le reste de la famille est laïque : quelle pertinence cette opinion pourrait-elle avoir dans l’oreille d’un (ou d’une) tunisien(ne) ? Je l’ignore.

        Mais la question prend un autre sens si on la pose différemment (d’une façon qui n’a encore jamais été posée, ni en Tunisie, ni dans nos pseudo démocraties occidentales). Ainsi, si l’on parle d’ « égalité politique », plutôt que d’ « égalité devant la loi », on pose la question différemment. Premièrement, l’égalité devant la loi n’est que du pipeau si par ailleurs on a une grande inégalité de revenus. Anacharsis disait d’ailleurs très justement : « Les lois sont comme une toile d’araignée ; les pauvres et les faibles s’y font prendre et meurent, tandis que les riches et les puissants la déchire et passent ». Aphorisme dont on vérifie en tout temps et en tout lieu la pertinence.

        Donc, pas d’égalité devant la loi sans égalité de revenus !

        Une égalité politique aborde donc les choses sous un autre angle en considérant que tous les citoyens et citoyennes doivent avoir les mêmes droits politiques. Il s’agit donc de chercher quelles institutions, quelles mesures, quelles méthodes permettent d’obtenir, dans la pratique, cette égalité. La première réponse des athéniens était simple : le tirage au sort. Par construction (mathématique), le tirage au sort est égalitaire. Il est également incorruptible. Et il est le plus représentatif des procédés lorsqu’il s’applique aux grandes assemblées (loi des grands nombres).

        Le tirage au sort s’est imposé aux athéniens lorsqu’ils ont décidés, au Ve siècle avant J.C., de se débarrasser des oligarques, après qu’ils aient subis, pendant des siècles, une alternance entre tyrannies et aristocraties. Ils n’ont pas élaboré de communisme ni éliminés les riches : ils ont inventé la démocratie et trouvé le processus du tirage au sort. Il ont développé certains principes annexes au tirage au sort, parce que bien sûr, eux aussi, se méfiait des incompétents, des fous et des voleurs de pouvoir.

        Ce qu’il est très important de comprendre dans le tirage au sort, c’est qu’il ne s’agit en aucun cas de remplacer l’élection par le tirage au sort, et d’ainsi désigner par le sort des maîtres ayant tout pouvoir. Il s’agit, au contraire, de désigner des serviteurs qui, pour un temps limité (mandats courts et non renouvelable) disposeront d’un peu de pouvoir, et qui seront surveillés par la société civile. Ces serviteurs auront des comptes à rendre (reddition des comptes), et ils seront révocable à tout moment en cas d’abus de pouvoir (contrôle des mandataires pendant et après leur mandat).

        Certains répliqueront que cela exclu du champs politique les personnes « compétentes ». C’est exact. Les athéniens considéraient que la politique, puisqu’elle affecte le sort de tous, doit être le fait de tous, et qu’en cette occurrence, il n’y a pas de meilleure compétence que celle du peuple lui-même. Ainsi, le peuple est compétent, et cette compétence lui vient de la pratique du pouvoir, via le tirage au sort ET la participation au vote des lois en assemblée. Bernard Manin explique : « Sieyès soulignait avec insistance la « différence énorme » entre la démocratie où les citoyens font eux-mêmes la loi et le régime représentatif dans lequel ils commettent l’exercice de leur pouvoir à des représentant élus ».

        C’est là toute la différence entre une démocratie et un gouvernement (prétendument) représentatif : dans la première, le peuple vote les lois, dans le second, ils délèguent ce pouvoir à des élus. Or, lorsque non seulement les élus votent les lois, mais les écrivent, et de plus, écrivent eux-mêmes la constitution, on crée un évident conflit d’intérêts entre les élus et le peuple.

        Une constitution a pour vocation de limiter les pouvoirs et de protéger le peuple contre tous les abus de pouvoir. Elle repose - comme tout contrat - sur la défiance, non sur la confiance (à l’inverse des procédures électives) : on y envisage le pire, non le meilleurs. La constitution est une loi supérieure, qui se situe au dessus des législateurs, afin de les empêcher d’abuser du pouvoir. Il apparait donc évident que lorsque des hommes de lois, des hommes politiques, des magistrats écrivent la constitution, il sont en conflit d’intérêts avec l’objet de la constitution. Ils doivent écrire des règles pour limiter leurs pouvoirs et prérogatives lorsqu’ils seront au pouvoir : il est donc évident qu’ils ne peuvent se faire « hara kiri » en écrivant : le referendum d’initiative citoyenne ; le referendum révocatoire ; le comptage des votes blancs ; le mandat impératif ; le mandat court et non renouvelable ; etc.

        L’avantage de la démocratie et du tirage au sort est donc qu’il peut s’appliquer à n’importe quelle société, n’importe quelle culture, n’importe quelle confession. Le régime démocratique (réel) est souple : il s’adapte et évolue au rythme de l’évolution de son corps social. Ce n’est pas le corps social qui doit s’adapter aux institutions, c’est l’inverse. Ce qui est logique si l’on admet que les institutions sont élaborées pour servir le corps social, non pour l’asservir.

        J’ignore si ces réflexions peuvent contribuer aux débats du peuple tunisien, mais je l’espère.

        Amicalement,
        Morpheus


      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 24 septembre 2012 18:44

        @ Morpheus

        Réflexions pertinentes à approfondir, en vous remerciant de m’avoir fait connaitre Étienne Chouard.

        Bien cordialement,
        Salah HORCHANI


      • Morpheus Morpheus 24 septembre 2012 19:51

        J’ai retrouvé, parmi les nombreuses vidéo d’Étienne Chouard disponibles sur le net, cette présentation du tirage au sort et des principes élémentaires de la démocratie athénienne.

        Une vidéo à diffuser et qui peut servir aux débats.

        Amicalement,
        Morpheus


      • FreeAmerican 22 septembre 2012 16:33

        what is funny about what you wrote is that :

        1- you once more play the role of the superior westerner ready to give orders and advice to those ignorant barbaric muslims who « made an error » by freely voting their choice in the last elections ... 
        2- a few lines later, you claim that you want « la reprise en main réelle du pouvoir par le peuple tunisien lui-même ». So apart from the fact that you just laughably flip-flopped compared to all of what you have said earlier about democracy, you additionally contradict yourself in the same sentence. Because, and you may not know it, the small elite in Tunisia, is mainly anti-islam, and they constitute a very small minority in Tunisia. So if Tunisia is, as you want, to give real power to the People, then you will see Tunisia even more islamic and « obscurantist » than your worst nightmare, cause the Tunisian People is muslim and islamic and its religiosity has been oppressed for the last 56 years and during the criminal french colonization, so if it gets the real power in its hands ... you hypocrite frenchy islamophobe colonizers will definitely not like it.

        so please stop your ignorance and your interference with Tunisians affairs, stop telling us that we made a mistake by voting freely for our choice, stop changing democracy and shaping it to your hypocrite desires once you discovered that it can bring islam to power, stop meddling into Tunisia affairs and play the superior french advice-giver, stop telling us what to do, stop your innate colonizer reflex, LEAVE TUNISIA ALONE. Shut up and get out of my country.

        • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 22 septembre 2012 22:29

          ...and you find it « funny » ?


        • FreeAmerican 22 septembre 2012 16:38

          As to this Horchani don’t know who ... you made me laugh as never before when I read this :

          « le premier pas vers son hidden project, à savoir, l’interdiction de la mixité dans les établissements d’enseignement »

          ... are you aware of the level of idiocy you have reached there ??!!!
          Were you high on something when you wrote that ??!!!

          It is a real shame to Tunisians that a self-proclaimed Tunisian « intellectual » writes such inanities.
          Jesus how stupid that was.


          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 22 septembre 2012 17:50

            Bizarre, Bizarre, Bizarre !

            Quant à ce Monsieur (ou Madame) FreeAmerican, si on consulte sa Page  (en cliquant sur son Pseudonyme), on trouve qu’il (ou elle) a posté, en tout et pour tout, depuis son inscription à Agoravox, quatre et uniquement quatre Commentaires (et cela, en comptant ses deux lumineux et  courtois Commentaires ci-dessus) dont trois sont relatifs à mes Articles !

            Salah HORCHANI


          • Morpheus Morpheus 22 septembre 2012 19:49

            Ce qui n’a rien de bizarre, c’est l’alliance objective entre le colonialisme impérialiste US et leurs agents islamistes implantés dans tout le Maghreb. C’est tellement voyant que cela en devient une véritable bouffonnerie. Enfin, ce serait une bouffonnerie si des vies et le destins de peuples entier n’étaient pas en jeu dans cette hégémonie.

            Ne vous frappez pas, Mr Horchani, de tout temps, les grands esprits ont affronté l’opposition féroce des esprits médiocres.

            Contre ces médiocres-là, vous n’êtes pas seul smiley

            Morpheus 


          • FreeAmerican 22 septembre 2012 22:09

            What is more funny in this comment than your previous comment is that you mention : « colonialist imperialism » the one coming from the US while you forgot that the US has never colonized Tunisia nor the Maghreb, it is france who colonized us for more than 100 years, they killed a million+. But now you are trying to bluff people into thinking that it is the US who is trying to colonize Tunisia or is having an interest, while every human with a few neurons in his brain knows that it is france which has colonized Tunisia, killed Tunisians, and supported our dictators, NOT THE US. This without mentioning the millions that belgium has killed in africa. It seems that Mr Morpheus forgot about the genocide belgium has committed in Africa.

            So please stop your idiocy.

            P.S : I am Tunisian and American, and I think most of those commenting here who have nothing to do with Tunisia apart from their islamophobia and hate towards islamic parties have to learn what dignity means and leave Tunisia alone. OUT OF MY COUNTRY.


          • FreeAmerican 22 septembre 2012 22:11

            hhh, what is more BIZARRE is that you claim to be a university professor, or as you wrongly write it in french « professeur DES universites » ... for me to be honest that is the strangest thing ... among the very strange things coming from our PSEUDO-Tunisian elite.


          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 22 septembre 2012 22:27

            Please couldn’t you just troll in french ? I’m sure that it’would be of somme interest for many to assess by themselves the intellectual level of your comments (lol). You’re just adding credit to what you criticize, « Jesus » (lol again), i’m sure that isn’t your aim...


          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 22 septembre 2012 22:27

            Les Mensonges, les Insultes et les Jugements de Valeur sont les arguments caractéristiques des sans-arguments !

            Salah HORCHANI


          • FreeAmerican 22 septembre 2012 22:53

            Hmmm ... so you call my comment a « value judgment » (i.e. being judgmental) ... wonder what you would call this comment then : « le premier pas vers son hidden project, à savoir, l’interdiction de la mixité dans les établissements d’enseignement,  »
            you will probably call it a well evidenced fact right ??!! ... except of course that it is hidden and that you are the one and only in Tunisia who has access to « hidden » evidence. sigh ....


          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 22 septembre 2012 23:22

            Règle contre les Trolls :

            Pour la bonne tenue des débats, quand un troll se confirme, il faut arrêter de le nourrir !

            Salah HORCHANI


          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 22 septembre 2012 16:50

            « N’en déplaise à ses dirigeants, l’assise populaire du Parti Islamiste Tunisien Ennahdha est loin d’être majoritaire ! » :

            http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/160412/n-en-deplaise-ses-dirigeants-l-assise-populaire-du-parti-islamiste-t

            Salah HORCHANI


            • OMAR 22 septembre 2012 17:39

              Omar 33

              Salah : « référence et modèle, les Universités Wahhabites de la Péninsule Arabique,.. »

              Moncef Ben Salem ne fait qu’appliquer ce qui a été entendu et conclu dans le Pacte du Quincy, entre le satanique Ibn Saoud et le président des USA, Roosevelt...

              Extrait :"toute tentative réelle de progrès basée, elle, sur la justice sociale et l’émancipation des peuples arabes et/ou musulmans, se trouvera confrontée de par le monde à cette alliance contre nature entre ces deux obscurantistes forces d’inertie réactionnaire.".

              De plus, trouvez-vous normal que Mr. Ghannouchi soit invité spontannemment par le magazine Foreign Policy (FP), qui lui a remis une récompense, alors qu’il était interdit de séjour aux USA ?
              http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2657p016.xml0/

              De ce fait, je soutien totalement votre appel aux universitaires mais aussi aux tunisiens démocrates...


              • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 22 septembre 2012 18:51

                À qui vous savez :

                « De même que l’Europe n’est pas la seule affaire des Européens, l’Islam n’est pas la chose exclusive des musulmans »

                Salah HORCHANI


                • N.AMARA 22 septembre 2012 19:05

                  Je suis attristé de voir la Tunisie, pays où je suis né et vécu plusieurs années, pris en otage par l’intégrisme et l’ignorance.

                  J’ai des souvenirs qui remontent à plus de 30 ans d’un pays où la femme avait acquis des droits, où le voile n’existait pas, où le salafisme était inconnu, où les restaurants étaient ouverts pendant le ramadan, où les musulmans et les juifs jouaient aux cartes ou au domino aux terrasses des cafés de la Goulette ou ailleurs.... c’est cette image et ces souvenirs que je garde de ce pays de tolérance que j’aime.

                  L’intégrisme musulman importé, entretenu, encouragé, financé...par les Saoudiens et les USA a donné et donne encore une désastreuse image de l’Islam. Les amalgames volontaires ou involontaires ont fait le reste.

                  Mais malgré tout, je reste confiant dans les nombreux démocrates Tunisiens pour qu’ils évitent à la Tunisie, le fléau de l’intégrisme.

                  Bon courage à vous M. HORCHANI.


                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 22 septembre 2012 19:15

                    Que Vive la Solidarité entre tous les Démocrates du Monde !

                    Merci à tous pour votre soutien et vos encouragements : par les temps qui courent, on en a besoin et cela nous réchauffe le cœur !

                    Salah HORCHANI


                    • Yvance77 22 septembre 2012 19:19

                      Salut,

                      Je ne connais pas la Tunisie aussi je me garderais de tout jugement. Par contre, je salue votre combat et courage, et je trouve votre billet rudement bon.

                      Ne lachez rien !


                      • ykpaiha ykpaiha 22 septembre 2012 19:19

                        Il y a de quoi se les prendre et se les....
                        Il suffit de relire ne serait ce que les rubriques a brac de l’Iran...
                        La politique Amérigandage de soutient a un pouvoir ’fort" conduit automatiquement au seuls restés fideles a eux meme, donc structuré....les religieux !!
                        Meme cause memes effets a la différence que les papoux ricains ont pigé et ont un pied dans chaque camps...
                        Il n’y a que nos popotictic a nous qui s’ébaubissent devant leurs poste de télé.


                        • Abou Antoun Abou Antoun 22 septembre 2012 19:52

                          Monsieur Salah HORCHANI,
                          En tant qu’ancien enseignant de l’enseignement supérieur Tunsien, je soutiens totalement votre initiative.
                          J’ai gradé le souvenir d’un pays ouvert, accueillant et prêt de réaliser la synthèse des civilisations qui se sont épanouies sur son sol.
                          La Tunisie doit rester à la pointe du progrès (scientifique en particulier) elle doit donc continuer à former sa jeunesse (garçons et filles) au plus haut niveau.
                          J’’admire votre courage et je soutiens votre combat.
                          Tenez bon !


                          • chmoll chmoll 23 septembre 2012 08:26

                            Appel à tous les universitaires tunisiens démocrates

                            j’veux bien t’aider , mais j’ai pas les noms pour l’appel


                            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 23 septembre 2012 15:56

                              Le discours Caméléon des Islamistes Tunisiens

                              Le double discours attribué par les observateurs aux Islamistes Tunisiens au Pouvoir s’apparente, plutôt, à un discours caméléon. Qu’il s’agisse de la Sharia, du Sixième Khalifat, du Niqab, des Salafistes, de la Polygynie, du Code du Statut Personnel,…, de l’Enseignement des Langues Étrangères,… leur discours est fonction, et uniquement fonction, des oreilles dans lesquelles il va tomber : les oreilles de leur partisan, ce ne sont pas les oreilles du tunisien qui ne l’est pas ; les oreilles du tunisien, ce ne sont pas les oreilles de l’étranger ; les oreilles de l’européen, ce ne sont pas celles de notre cousin du Golfe ; les oreilles du turc, ce ne sont pas les oreilles du qatari, …. , discours agrémentés, dans leur quête d’un régime théocratique brun-vert, de décisions et de déclarations provocatrices tenant lieu de coup de sonde, de semonce, d’intimidation,….et de flux et de reflux, dans ces décisions, et déclarations. Ainsi, Samir Dilou, vedette des Islamistes Tunisiens et Ministre des Droits de l’Homme et de la Justice Transitionnelle et Porte-parole du Gouvernement, a brillé, ce vendredi 21/09/2012, en déclarant, à propos du Niqab à l’Université :

                              « Le visage n’est pas seulement une partie du corps, il reflète la personnalité, les sentiments. Un professeur a besoin de savoir comment son enseignement est reçu, comment réagit son élève » (sic)

                              et ce, dans une interview accordée à L’Express que l’on peut trouver sur le Lien suivant :

                              http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/tunisie-nous-avons-commis-des-erreurs_1162293.html

                              hallucinante interview où Monsieur le Ministre Samir Dilou apparaît, pour embobiner le lecteur Français, sous la peau d’un Moderniste !

                              Est-il besoin de rappeler que Samir Dilou et Moncef Ben Salem, dont il est question dans mon Article, appartiennent au même Parti Islamiste et au même Gouvernement !

                              Pour terminer, et pour ne pas paraître dupe, il convient de souligner que la déclaration de Samir Dilou, mentionnée ci-dessus, est à double tranchant, puisqu’elle pourrait être employé, telle quelle, par Moncef Ben Salem, et ce, pour imposer la non-mixité intégrale (des établissements spécifiques pour enseignants et enseignés femelles et des établissements spécifiques pour enseignants et enseignés mâles).

                              Salah HORCHANI


                              • Morpheus Morpheus 23 septembre 2012 19:30

                                Les agissements que vous décrivez n’ont rien d’étonnant. Ils sont le fait de membres d’une organisation sectaire, et ils agissent à la manière de manipulateurs. Vous faites bien de réunir leurs différents discours afin de révéler leur duplicité.

                                Les indiens d’Amérique appelaient les représentants du gouvernement des blancs, des « langues fourchues » : voilà une expression qui convient parfaitement à ces voleurs de pouvoir.


                              • onshattab onshattab 25 septembre 2012 01:33

                                C’est bien le moment d’être unis, nous les démocrates et de préserver notre liberté, de protéger nos universités des obscurantistes qui viennent après une révolution aspirante aux libertés, à l’emploi et à la dignité, avorter tout espoir et ainsi couper court le chemin pour imposer des lois qui s’apparentent à des siècles passés et aux quels nous n’avions jamais pensé qu’un jour nous nous trouvons obligés à les combattre ! En tant que SG au sein de la FGERS (UGTT) et qu’universitaire à la Mannouba, j’apporte tout mon soutien et mon appui aux démocrates universitaires et je vous appelle à être unis et forts car nous sommes majoritaires, et c’est bien cette union qui fera notre force. Faudrait-il encore s’éloigner des idéologies sclérosantes et insister que le refus du port du ni9ab est loin de s’attaquer aux libertés ni à l’islam, argument très soutenu par Ben salem, il s’agit de raisons pédagogiques et sécuritaires.


                                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 25 septembre 2012 02:19

                                  @ onshattab

                                  Bonjour, Chère Collègue,

                                  Tout d’abord, je salue votre courageux combat et celui de tous les collègues de votre Institution [Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba (FLAHM)], point de mire de notre Ministre Islamiste de tutelle et de ses associés, les Salafistes Tunisiens, avec à leur tête, Abou Iyadh, celui-là même, rappelons-le, qui a organisé l’attentat-suicide contre le Commandant Massoud, assassiné par deux faux journalistes tunisiens, quelques jours avant les attaques du 11 septembre 2001 : nous, Modernistes Tunisiens, nous sommes conscients que « Quand la FLAHM va, toute l’Université va ».

                                  Nous sommes conscients, aussi, que l’UGTT (Union Générale des Travailleurs Tunisiens), qui fut l’un des principaux artisans de l’Indépendance de notre pays, qui fut, aussi, l’un des principaux artisans du Printemps Tunisien, est, aujourd’hui, l’un des principaux garde –fous de la dérive où souhaitent nous conduire ces fous de Dieu, et sera, sans aucun doute, l’un des principaux artisans du Salut de la Nation ;

                                  Salah HORCHANI


                                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 25 septembre 2012 11:06

                                  NIqab : Appel à Mobilisation, le hidden project de notre Ministre de tutelle se précise !

                                  Notre Ministre de tutelle veut brûler les étapes et contourner les prérogatives des Conseils Scientifiques des Établissements Universitaires, tout en oubliant que l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) a été élue, comme son nom l’indique, pour rédiger la nouvelle Constitution, qui tarde, dangereusement, à naître, et non pour légiférer comment tu t’habilles et comment je m’habille !

                                  « Niqab-Universités : Trois projets de loi soumis prochainement à l’ANC » :

                                  http://tap.info.tn/fr/fr/component/content/article/378-actualite/33343-port-du-niqab-trois-projets-de-loi-soumis-prochainement-a-lanc.html

                                  Salah HORCHANI


                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 25 septembre 2012 11:26

                                    La Mobilisation paie : « l’égalité » se substitue à « la complémentarité » dans l’article 28 du Projet de la Constitution

                                    « La commission de coordination et de rédaction a enlevé le concept de complémentarité dans l’article 28 du projet de brouillon de constitution pour lui substituer l’égalité. D’après des sources bien informées, la commission de coordination et de rédaction relevant de l’Assemblée Nationale Constituante a débattu, ce lundi 24 septembre, de la question de noter la mention d’égalité homme – femme dans la constitution, en lieu et place de la formule qui avait créé la polémique, relative à « la complémentarité ».

                                    L’article 28 de la future constitution, tel que mis à jour aujourd’hui, mentionnera, en outre, « l’égalité des opportunités en fonction de la compétence » et instituera la « pénalisation de la violence contre la femme ». »

                                    Salah HORCHANI


                                    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 25 septembre 2012 21:31

                                      Vincent Geisser change de cap !

                                      Vincent Geisser, sociologue et politologue français, spécialiste de la Tunisie et chercheur à l’Institut Français du Proche-Orient, fervent défenseur du Parti Islamiste Tunisien au Pouvoir Ennahdha [il est allé jusqu’à l’assimiler à un Parti Démocrate Musulman, genre les Partis Démocrates Chrétiens Européens] a déclaré, hier lundi :

                                      “Ennahdha est en train de se “salafiser” et c’est regrettable pour la Tunisie...” :

                                      http://www.radioexpressfm.com/news/show/3

                                      Salah HORCHANI


                                      • Dr Rached Trimèche Dr Rached Trimèche 26 septembre 2012 23:55

                                        bien dit et bien pensé

                                        et la Tunisie finira par sortir de ce kidnapping !!!

                                        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 27 septembre 2012 20:29

                                          Le Point sur le Niqab :
                                           
                                          1. Il semble que la Mobilisation va encore payer et qu’il y ait un Recul de notre Ministre Islamiste de tutelle par le Retrait de son Projet-Loi autorisant le Port du Niqab dans les Universités ; mais, l’information est à prendre au conditionnel, donc wait and see , tout en demeurant mobilisés !
                                           
                                          http://infosplus.info/index.php/societe/item/241-التخلي-عن-عرض-مشروع-ارتداء-النقاب-في-الجامعات-على-المجلس-التأسيس&#1610 ;
                                           
                                          2. Selon l’Agence TAP, des députés d’Ettakattol et du CPR seraient favorables à un Projet de Loi autorisant le Port du Niqab à l’Université :
                                           
                                          http://www.tap.info.tn/ar/ar/component/content/article/368-2011-12-08-08-38-37/36682-qq-qq-qq-q-.html
                                           
                                          Salah HORCHANI


                                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 29 septembre 2012 00:09

                                            C’est hors sujet, mais, je le poste pour Information !

                                            MOBILISATION DE SOUTIEN À PARIS
                                            À LA JEUNE FEMME VIOLÉE PAR 2 POLICIERS EN TUNISIE !

                                            Lundi 1er octobre 2012 à 19:00
                                            RASSEMBLEMENT de SOUTIEN
                                            À La Fontaine des Innocents
                                            43 Rue Saint-Denis, 75001 Paris

                                            Une jeune femme, qui a été victime d’un viol, le 3 septembre 2012, par des policiers, à Aïn Zaghouan, en Tunisie, a comparu, ce mercredi 26 septembre 2012, devant le juge, non, en tant que victime, mais, en tant qu’accusée pour « atteinte aux bonnes mœurs » et pour « outrage public à la pudeur » :

                                            ELLE COMPARAITRA LE MARDI 2 OCTOBRE 2012 DEVANT LE TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE DE TUNIS

                                            https://www.facebook.com/photo.php?fbid=467233163297675&set=a.403184793035846.91326.100000329856081&type=1&theater

                                            « TUNISIE. Viol par des policiers : l’avocate accuse le gouvernement » :

                                            http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120927.OBS3866/tunisie-viol-par-des-policiers-l-avocate-accuse-le-gouvernement.html

                                            Salah HORCHANI

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès