Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Appel suspensif pour Cathy Henderson

Appel suspensif pour Cathy Henderson

Suspension de la sentence capitale pour Cathy Henderson, douzième femme condamnée à mort aux Etats-Unis depuis 1976.

Cathy Henderson a été condamnée en 1995 à la peine capitale, pour le meurtre d’un nourrisson. Depuis le drame, elle a toujours clamé son innocence en affirmant que la mort du bébé était accidentelle : ce dernier serait tombé et sa chute aurait causé son décès. Prise de panique, elle l’aurait alors enterré dans un jardin et se serait enfuie.

Pourtant, malgré de nombreux doutes sur sa culpabilité, les juges l’ont condamnée à la peine capitale. La Cour suprême a même rejeté son appel. Sa dernière chance consistait à faire un recours gracieux devant le gouverneur du Texas.
Ce lundi, la cour d’appel criminelle du Texas a décidé de reporter son exécution, en raison des affirmations colportées par l’un des experts de son procès : la reconnaissance d’une possible erreur. Ce nouveau fait illustre particulièrement les dérives judiciaires américaines sur la question de la peine de mort. Depuis 1976, sur 1 000 exécutions ayant eu lieu aux Etats-Unis, seulement 11 ont concerné des femmes.
La peine de mort aux Etats-Unis est essentiellement prononcée par les Etats fédérés. Les Américains sont en majorité favorables à ce type de sentence. Actuellement, douze Etats ne la pratiquent plus de facto (essentiellement les Etats situés au nord-est des Etats-Unis). Les mineurs ne peuvent plus être condamnés à la peine capitale depuis 2005. A lui seul, le Texas a exécuté 355 prisonniers depuis 1976.
On comprend donc que la peine de mort soit un sujet particulièrement controversé aux Etats-Unis. Bien qu’une majorité de la population soit en faveur de ce procédé, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer ces pratiques. Dans 122 cas similaires à celui de Cathy Henderson, l’innocence des accusés à mort a pu être prouvée et les condamnés ont été disculpés. 122 cas sur 1 000 exécutions, des chiffres qui devraient faire réfléchir...


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Avatar 15 juin 2007 11:32

    « L’horreur est humaine... »

     smiley


    • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 15 juin 2007 11:49

      Va falloir un jour arrêter les amalgames quand on pale de la peine de mort.

      Comme toujours on met en cause les erreurs judiciaire (pléonasme quand on parle de la justice américaine) et la peine de mort.

      La peine de mort est une sentence voulue par le peuple pour soulager la peine de victimes et de leurs familles.

      Les erreurs judiciaires sont la cause d’un système qui veut un coupable à tout pris. Combien y a t-il d’erreur judiciaire qui ne font pas la une des journaux ??? Beaucoup, beaucoup plus que de personne exécuter en étant innocente.

      Régler le problème des erreurs judiciaire et vous ne viendrez plus nous gonfler avec la peine de mort.

      PS : vous remarquez le nombre d’articles, de reportages, de documentaire sur la peine de mort, alors qu’on exécute une poigné de personne par an, alors que les morts par armes à feu, par accident de voiture ou du cancer font plusieurs centaines de fois de mort. Comme quoi, ce n’est pas le fait de défendre la vie humaine qui pousse les gens à en parler, mais juste les retombées médiatique qui l’accompagne.


      • calach calach 15 juin 2007 12:53

        On ne peut pas comparer la mort ordonnée par la justice et la mort accidentelle. Une seule erreur judiciaire, et plus particulièrement lorsqu’il s’agit de peine de mort, et c’est la société qui devient criminelle par rapport à un innocent. Faut-il alors infliger la mort à ceux qui ont commis le crime en ordonnant la peine de mort par erreur ? Or, ceux qui ordonnent la mort, par erreur, deviennent intouchables ! Bizarre, non...


        • calach calach 15 juin 2007 12:59

          Pour ceux qui considèrent que l’erreur judiciaire n’est qu’un aléa sans conséquence sur le fonctionnement de la société, je leur souhaite d’être victime d’une erreur judiciaire et de partir en tôle pendant quelques années, ne serait-ce qu’en détention provisoire, alors qu’ils sont innocents ! Peut-être réflèchiront-ils sur la responsabilité de la société par rapport à l’erreur judiciaire.


        • docdory docdory 15 juin 2007 13:41

          @ l’auteur

          Entre l’incroyable et barbare sévérité des tribunaux américains dans ce genre d’affaires , et la clémence peut-être parfois excessive de la justice française , (que j’avais analysée sur Agoravox dans l’article suivant ) :

          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=14653

          je pense qu’il y a la place pour un juste milieu judiciaire . De toutes façons , lorsqu’il y a un doute concernant la culpabilité , celui -ci doit toujours bénéficier à l’accusé ( en l’occurence l’accusée ) .


          • Bouli Bouli 15 juin 2007 13:55

            Voilà une bonne nouvelle ! Le médecin qui a témoigné au procès en 1995 avait affirmé que les lésions de la boîte crânienne du bébé avait été causée par une force phénoménale. Mais depuis, la biomécanique a beaucoup avancé et ce médecin est revenu sur ses dires en affirmant qu’avec les nouveaux moyens disponibles aujourd’hui il n’aurait sans doute pas eu les mêmes conclusions. L’affaire va pouvoir être rejugée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès