Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Après l’Ukraine : le Heartland ?

Après l’Ukraine : le Heartland ?

Les tensions se sont à nouveau aggravées dans l’est de l’Ukraine depuis quelques jours. On assiste à la situation en miroir de celle qui a conduit au putsch de Kiev : des milices armées prennent d’assaut et occupent des bâtiments officiels. A Kiev ce sont elles qui ont occupé la Mairie et qui ont fait une haie d’honneur aux députés ralliés.

Le Heartland

Les européens avaient soutenu les événements de l’ouest. Ils sont évidemment gênés par ce qui se passe à l’est : les grandes villes russophones s’approchent d’une situation insurrectionnelle, voire révolutionnaire. Il est impossible de soutenir les uns puis leurs adversaires.

Le pouvoir en place à Kiev a décidé de mener une opération « antiterroristes » contre les pro-russes de l’est. Une opération menée donc, si l’on prend comme modèle les événements de février à Kiev, par les terroristes de l’ouest. Encore une fois l’Europe est à la traîne, incapable de tempérer une crise à ses frontières immédiates.

Dans son alignement atlantiste (faute de disposer d’un pouvoir central fort), l’Europe n’a peut-être aucun intérêt à calmer le jeu. La géostratégie occidentale est en place depuis deux siècles. Au XIXe siècle cela s’appelait le « Grand Jeu ». Le but était de contrer l’empire russe et d’arriver à gouverner l’Île-monde, soit l’Eurasie plus l’Afrique. Les trois continents sont liés physiquement et leur population est énorme. Mais pour gouverner l’Île-monde il faut mettre la main sur le Heartland (coeur du monde) et ses richesse, soit sur l’espace situé entre la Volga et la Sibérie de l’est - la Russie. Ce concept du début du XXe siècle fut théorisé par le géographe Halford John Mackinder. Il le déclinait ainsi :

« Qui contrôle l'Europe de l'Est contrôle l'Heartland ;

Qui contrôle l'Heartland contrôle l'Île Monde ;

Qui contrôle l'Île Monde contrôle le Monde »

 

L’utilité de l’OtanUkraine,europe,etats-unis,indépendance,russie,poutine,obama,bruxelles,eurasie,heartland,otan,

Dans son livre Le Grand Echiquier et dans diverses interventions qu’il a faites, l’ancien et influent conseiller de la Maison Blanche Zbigniew Brzezinski évoquait la géostratégie future des Etats-Unis. Il décrivait d’abord les Etats-Unis comme le premier empire global de l’Histoire, capable d’intervenir n’importe où dans le monde grâce à sa puissance militaire, et dominant la planète économiquement, culturellement et du point de vue technologique. Pour lui, « Une puissance qui domine l’Eurasie contrôlerait deux des régions du monde les plus avancées et économiquement productives ». L’Otan est à terme l’outil pour contrôler l’Eurasie.

« Mais comment vend-t-il cette nécessité de l’OTAN aux Européens ? « L’entité européenne, située sur la bordure ouest de l’Eurasie et à l’immédiate proximité de l’Afrique, est plus exposée aux risques inhérents de tumulte global croissant qu’une Amérique plus politiquement unie, militairement plus puissante et géographiquement plus isolée. (...) Les Européens seront plus immédiatement exposés au risque dans l’éventualité qu’un impérialisme chauviniste anime de nouveau la politique étrangère russe. », expliquait-il dans la revue National Interest en 2000. »

La politique étrangère américaine n’est donc pas la paix en Europe, mais la division et la tension, afin de renforcer sa mainmise sur la défense européenne (qui n’existe pas en tant que force unifiée sous un commandement unique). L’Otan est devenue l’armée de l’Europe.

Le Grand Jeu, la stratégie du Heartland et de l’Île-monde continuent aujourd’hui. La guerre froide ne s’est en réalité jamais arrêtée. La Géorgie a été l’un des postes avancés de la stratégie de l’empire occidental unique. C’est maintenant l’Ukraine. La Russie de Poutine est consciente de ce que l’occident, en particulier l’Amérique, est changeante, imprévisible et dangereuse. Le retournement américain aidant Saddam Hussein puis le détruisant (idem pour les talibans) en sont la démonstration. Le mépris de l’Europe, cette « vieille nation », ou de François Hollande à propos de la Syrie, l’est tout autant.

Ukraine,europe,etats-unis,indépendance,russie,poutine,obama,bruxelles,eurasie,heartland,otan,Pour une indépendance européenne

Nous devons beaucoup aux Etats-Unis dans de nombreux domaines, et l’intervention en 1944 contre l’emprise nazie n’est pas la moindre des choses. Mais il ne faudrait pourtant pas nous départir de tout esprit critique. Il faut faire la part des choses et réaliser que les USA n’agissent qu’en fonction de leurs seuls intérêts à court et long terme. Ils sont profondément unilatéraux. Obama a servi à redorer l’idéal mais sa politique n’est pas fondamentalement différente de celle des républicains, qui ont le mérite de la franchise dans leurs intentions. L’image idéaliste et démocratique des USA n’est pas fausse mais elle sert trop de paravent à une politique d’empire unique souvent brutale. La survie est-elle à ce prix ? Je n’en suis pas certain. 

Le choix des européens ne peut se limiter à décider sous quelle domination ils veulent vivre. Ils se sont constitués pour ne plus être soumis. Pour cela il y a encore du chemin à faire. En premier ne pas s’engager dans l’Accord de Partenariat Transatlantique sans référendum européen - donc sans transparence - et sans préserver les intérêts de l’Union Européenne. De plus les négociations sur l’Ukraine devraient se dérouler sans les Etats-Unis car c’est une affaire européenne et non américaine. Leur présence ici ne se justifie que par la politique du Grand Jeu et de conquête du Heartland.

Actuellement le monde ne va pas vers la paix. Non seulement à cause de la crise ukrainienne, mais à bien plus long terme. Une Europe divisée et alignée ne saura faire le contrepoids à l’empire unique. Elle sert de tête de pont à la conquête de l’Île-monde. Si les USA font historiquement partie de leurs alliés naturels, les européens doivent aussi prendre en compte les alliés de l’est et mener une politique étrangère beaucoup plus indépendante et réellement porteuse de paix. Ce qui supposera un renforcement de l’union politique et un rapprochement avec la Russie.

Pour cela il faudrait un vrai pilote dans l’avion Europe. Or l’une des dernières directives du « château » de Bruxelles (la Commission) était d’accepter une diminution de la protection des données téléphoniques personnelles. Ce que voulaient les USA. La Cour de Justice Européenne a fort heureusement annulé cette directive liberticide. 

Que cette directive ait pu être tentée montre que l’Europe n’a pas de pilote. Elle fonctionne en vol automatique téléguidée de loin par les Etats-Unis. Eh bien, quelles que soient les qualités et l’importance des Etats-Unis, que j’apprécie hautement, ceux-ci n’ont pas raison en tout et doivent apprendre à davantage respecter leurs partenaires. 

A quand une direction européenne moins atlantiste et réellement indépendante ? La politique française actuelle ne vise qu'à faire des effets de manches sur des réformes notoirement insuffisantes, en vue de reconduire la majorité en 2017, et le projet européen marque le pas. L'élaboration de l'Accord de Partenariat Transatlantique se fait à l'abri des regards. Le monde devient plus étrange que du temps de l'ex-URSS. Sa dissolution a déstabilisé la planète et ôté la limitation mutuelle qui s'opérait jadis. Je ne crois pas au FN, dont le programme se construit sur l'opposition et non sur l'enthousiasme d'un nouvel idéal. Le point d'appui devrait être l'Europe.

Mais l'Europe est politiquement faible. Si faible.


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • pens4sy pens4sy 15 avril 2014 12:22

    L’Europe (UE) est telle que l’ont voulue les US, faible et donc bonne à être pillée (TAFTA) et à être utilisée comme pièce militaire (OTAN).
    Le livre « Le Grand Jeu » de Hopkirk décrit de façon passionnante cette partie de pouvoir commencée des le 18eme siècle entre l’Empire Britannique et Catherine de Russie, qui annexa par ailleurs la Crimée en 1783...
    Le Jeu continue et l’Empire britannique est devenu le vassal de l’empire zunien qui est lui même en train d’annexer l’UE.
    En face une Russie qui se reconstruit depuis une dizaine d’années à grande vitesse avec un Poutine de talent.
    Il devrait faire gaffe à sa santé.


    • coinfinger 16 avril 2014 05:25

      Juste un détail , Poutine est membre de la City , pas Obama . smiley


    • Pyrathome Pyrathome 15 avril 2014 14:21

      Les Ukrainiens vont être heureux d’apprendre le plan que leur concocte l’union européenne.... :
      .

      1. Levée des « privilèges » pour les entreprises du service public, les
      2. Augmentation de l’âge de retraite de deux ans pour les hommes (jusqu’à 62 ans) et de trois ans pour les femmes (jusqu’à 63 ans).
      3. transports et autres services communaux,
      4. Cessation du soutien public aux cantines scolaires,
      5. Suppression du service médical gratuit et de la fourniture gratuite des manuels scolaires,
      6. Annulation de la fiscalisation simplifiée et des « privilèges » pour le remboursement de la TVA pour les agriculteurs,
      7. Taxation des produits pharmaceutiques,
      8. Sup
      9. Privatisation de toutes les mines publiques et annulation des subventions pour le secteur du charbon,
      10. pression du moratoire sur la vente des terrains agricoles pour les fermiers et fin des subventions pour les producteurs de porc et de volaille,
      11. Augmentation du prix du gaz pour les entreprises communales de 50 %, et de 100 % pour les particuliers. Les tarifs d’électricité doivent également augmenter de 40 % pour tous les consommateurs.
      12. Libéraliser les tarifs des services publics afin de les rendre « marchands ».

      http://www.les-crises.fr/les-chars-russes-selon-berlin/

      Y a pas à dire, voilà le monde merveilleux d’euroland , rien ne leur aura été épargné aux Ukrainiens, après le nazisme, le communisme Stalinien, voici le néolibéralisme sauce Goldman Sachs...


      • hommelibre hommelibre 15 avril 2014 14:25

        Je pense qu’ils n’avaient pas bien lu le projet d’accord avec l’UE quand ils l’ont tant réclamé. Ils n’ont dû voir que les subventions...


      • Aristoto Aristoto 15 avril 2014 15:26

        On ne fait qu’exporter le modèle alsaço-lorrain d’il y a 100 ans un peu plus à l’est de l’Europe !

        http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8a/HistRegUkr.jpg

        Karmarde commencer par aiguiser vos baillonette ! l’heure est arrivé !


        • Germain de Colandon 15 avril 2014 18:48

          @l’Auteur

           

          « Nous devons beaucoup aux Etats-Unis dans de nombreux domaines, et l’intervention en 1944 contre l’emprise nazie n’est pas la moindre des choses », écrivez-vous.

          Vous avez raison.

          Les interventions de Rockfeller, Rotschild, et Prescott Bush, dans le financement du parti national-socialiste allemand POUR l’emprise nazie sur l’Europe pendant au moins 12 années, n’a pas été la moindre des choses.

          Ces chers américains qui nous préparent une nouvelle bonne guerre en Europe, dont ils ont le secret, avec le « prétexte ukrainien », et un asservissement sans précédent avec le fameux Traité transatlantique.

           


          • coinfinger 15 avril 2014 21:48

            J’apprécie cet article et les commentaires .
            Je voudrais ajouter 3 remarques .

            Le recours à la géopolitique est commode et pertinent , mais ne prend pas en compte un changement de taille .
            Le fondement de cette doctrine est l’opposition entre la route commerciale internationale et son conrole : terrestre (route de la soie =heartland) , maritime ( = la périphérie ) . Comme les transports par voie d’eau sont nettement moins cher , on sait qui gagne .
            Or il existe maintenant une 3e voie : les airs , sachant qu’avec les ballons , les satellites et autres , on peut diminuer considérablement les couts .

            La notion d’empire aussi est pertinente . D’autant plus si l’on réalise qu’il ne s’agit pas d’un signe de force mais au contraire de faiblesse .
            Un empire se forme par accord et vassalisation des oligarchies , d’une part mais aussi d’autre part , par perte de liberté du peuple dominant . C’est clair pour Rome où parallément au pouvoir d’un césar choisit par l’armée , les vassaux ( leurs oligarchies tout au moins ) gagnent le droit de citoyenneté . En méme temps l’Armée est tribaine et non sénatoriale , c’est à la lettre une dictature du prolétariat .
            Ainsi on comprend mieux pourquoi parallélement à la déregulation aux USA et au coup d’état du 11 sept , on a un Noir comme président ,une pseudo-sécu et des subprimes , entr’autres ...

            Cette dictature du prolétariat associée à nos oligarques locaux est elle fatale ? . J’espére que non , parce qu’il n’existe plus de barbares à intégrer , nous ne pouvons plus vider les peuples intérieurs de leur substance pour alimenter celle de nos régénérateurs . Les oligarques comme intermédiaires ne peuvent donc plus en profiter . La Chine et l’Inde , la Russie ne sont pas des réservoirs de barbares , mais incapables d’innovations . Ces états sont eux mémes controlés par des oligarques leur prospérité s’arrétera avec la notre .

            Reste donc à trouver là aussi une troisiéme route , mais peut étre l’a t on déjà explorée .


            • izarn 16 avril 2014 00:15

              On est mort de rire d’écouter encore une fois le « narrative » délirant de quelques vieilles peaux décaties ricaines au bord de la tombe, dont le fond de leur pensée binaire est leur haine atavique et forcenée, digne de la démence sénile, haine du russe, du slave. Tel un Adolf éructant sa haine primaire contre le juif communiste.
              La Russie n’a jamais voulu dominer le monde, mais toujours attaquée, elle a toujours vaincu, ce qui fait reluire des instincts paranoiaques chez leurs ex-agressueurs de l’Ouest : Pologne, France, Allemagne et USA.
              La Russie invincible leur fait faire pipi à la culotte...
              Merci Poutine, ça fait des années, depuis de Gaulle, ses discours de Phnom Penh, ses « Mano en la mano » et « Vive le Quebec libre ! », ou on respire un peu de liberté, de quenelle, de bras d’honneurs aux cons...Vaste programme.
              L’annexion de la Crimée devant ce con de Hollande et ce crétin de Hollande :
              Mort de rire !


              • Dany romantique 16 avril 2014 09:56

                C est assez sidérant que l’ensemble de la presse nous refasse le coup de Dieudonné, Pas une voix originale, pas une voix de discorde qui ne dit pas pareil que les dirigeants US/UE. Nous sommes complètement dominés par la propagande américaine issue de la culture consummériste arriviste et cupide de l’oncle Sam.

                C’est dans des moments comme cela que la position française sur l’Irak, la Libye, la Syrie, la Corée du Nord, le Vietnam, Cuba, l’Iran, est complètement ajustée car inféodée aux américains qui pilotent. Pourrions nous choisir comme De Gaulle ? faire des différenciations ? avoir des nuances, du discernement ? bref une politique étrangère propre ? non c’est un forfait global, tu prends tout sinon tu es un Etat suspect, totalitaire, crypto/communiste, néo/fasciste, soutenant le « terrorisme » terme batard qui désigne toute résistance populaire de patriotes qui n’a pas l’aval de l’Empire américano-sioniste. Si tu veux savoir ce qui est bon pour toi écoute Canal+ ou Arte ou Fabius, Coppé ou BHL. 
                Les américains se fichent pas mal que l’Europe soit exposée dans l’affaire Ukrainienne, celle-ci est considérée comme un champ de bataille idéologique, économique, politique et militaire. Les dégâts ne seront pas pour les USA situés à 7000 km de là. L’Europe est un champ expérimental et un bouclier. Ils se sont servis déjà de l’Europe éclatée de Munich pour déboulonner à tous prix Staline via Hitler agent agitateur qui faisait le sale boulot.
                Petit problème : l’élève dépassa le maître, les US n’avaient pas prévu l’emballement parano du caporal autrichien... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès