Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > AQMI, une chimère légitimée par son action contre la France (...)

AQMI, une chimère légitimée par son action contre la France ?

Satellite autoproclamé d’Al-Qaeda, l’organisation terroriste, Aqmi, qui sévit dans la zone sahélo saharienne, principalement au Mali, en Mauritanie et au Niger, fait encore parler d’elle. Un jeune homme, qui se prévaut de la nationalité tunisienne, vient d’expliquer l’attentat perpétré contre l’ambassade de France au Mali par son allégeance au groupement djihadiste. Il faut se rendre à l’évidence, malgré les hommes de bonne volonté et les espaces de dialogue sur la religion, ouverts ci ou là, l’idéologie salafiste mobilise, en Asie, au Moyen orient et aujourd’hui dans la région sahélo saharienne. 

Fait troublant, proliférant dans un contexte de déséquilibre international, les organisations terroristes qui se réclament d’Al-Qaeda semblent trouver leur légitimité, non pas dans leurs déclarations d’allégeance à Oussama Ben Laden, ou dans la référence à un islamisme politique mais dans les actes de grand banditisme, largement médiatisés, dont ils sont les auteurs : enlèvements, attentats, menaces, trafics.

C’est ainsi, qu’aux branches de L’Irak, du Yémen et du Pakistan, vient se greffer en 2007, une nouvelle venue d’Afrique, Aqmi, née du rapprochement en 2006, du Groupement salafiste pour la prédication et le combat, GSPC, ( exGIA responsable en 1994 du détournement d‘avion à Marseille) et d’Alqaeda. Cette organisation, en s’installant au nord Mali, se donne une nouvelle identité et déplace ainsi le combat de l’islamisme politique, de l’Algérie à la zone sahelosaharienne. Il est vrai qu’après les attentats les plus meurtriers jamais perpétrés à Alger, en 2007, la survie du groupe terroriste était en jeu. L’objectif de création du grand Maghreb islamique et de rayonnement sur l’Europe s’est heurtée aux dissensions traditionnelles des pays de cette zone. Le Djihad contre l’occupant en Irak leur avait donné, un temps, une seconde légitimité. C’est pour cela que les camps de l’Aqmi, étaient considérés, jusque là, par les marocains, les tunisiens et les libyens comme un lieu de passage, sur la route de l’Irak. Ce n’est plus le cas, aujourd’hui, le djihad algérien ne semble pas avoir d’écho dans leur engagement dans le combat islamiste. Seuls, les mauritaniens, déjà présents en Afghanistan, dans les années 1990, comme dispensateurs de la doctrine, restent majoritaires, aujourd’hui, avec d’autres ressortissants de pays d’Afrique, aux côtés des algériens.

Mais en même temps, son dirigeant algérien Abdelmalek Droukdel, en s’éloignant de la sphère d’influence des services de sécurité de son pays, s’expose à plus de risques du fait de son activité principale, l’enlèvement d’occidentaux. Pour sa part, devenu un label, Alqaeda peut désormais se prévaloir de satellites en Afrique, ce qui permet à l’organisation de justifier ses visées mondiales, sans pour autant totalement les accepter comme de véritables remembrements. Pour certains analystes, en effet, l’organisation de Ben Laden avait, bien souvent, par l’intermédiaire de Zawahiri pris ses distances avec l’Aqmi, considérant certaines de ses actions comme déviantes, principalement les attentats perpétrés contre des musulmans. Mais avec la déclaration d’octobre 2010 de Ben Laden, intitulée « message au peuple français », justifiant la prise d’otages au Niger (cinq otages capturés le 16 septembre à Arlit, site minier du groupe nucléaire français situé dans le nord Niger) par la situation des musulmans en France et exigeant le retrait de ce pays d’Afghanistan, on entre dans une nouvelle logique, qui marque une nouvelle phase des relations entre Aqmi et Elqaeda.

En effet, le message d’Oussama Ben Laden, adressé à la France, semble venir à point nommé assoir une légitimité qui faisait défaut à l’Aqmi, considérée désormais comme une antenne au Sahel de l’organisation. Jusque là, le groupement djihadiste, oscillait entre le soupçon d’être infiltrée et pilotée par la sécurité militaire algérienne et celui de n’être qu’un satellite autonome, pratiquant un « terrorisme solitaire », sans grand risque.  

Ce qui est troublant, c’est qu’il est difficile de faire la part dans les motivations des deux Katibas, brigades, composant l’Aqmi (katiba Al- Moulathamoune de Belmokhtar Mokhtar et Katiba Al-Fathihine d‘Abdelhamid Abou Zeïd (ex Tariq Ibn Ziyad), du religieux, du politique et de l’économique. Les perceptions de l’opinion internationale tendent à la simplification laissant apparaître Aqmi comme une organisation animée d’une véritable idéologie politique religieuse, l’islamisme, qui prônerait un djihad, stratégie de confrontation entre « le croissant et la croix ». Les analystes le savent depuis longtemps, l’identification de l’islamisme avec l’islam a été rompue, et l’absence de réelle culture religieuse de la plupart des combattants djihadistes, bien établie. Le grand risque, en revanche, c’est que le groupement djihadiste commence à accumuler, grâce aux rançons obtenues des pays européens et au trafic de drogue qu’on lui prête, un véritable trésor de guerre. Le paiement de rançons, jusque là, solution de commodité pour les européens, au travers d’intermédiaires mauritaniens et maliens, se révèle problématique, donnant lieu à de véritables surenchères et à la multiplication des prises d’otages, dérives dénoncées par l Algérie.

Cependant pour beaucoup de spécialistes du terrorisme djihadiste, qui n’en minimisent pas pour autant la menace, les instances politiques semblent exagérer les capacités des deux Katibas, qui constituent l’Aqmi. Leur arsenal militaire composé essentiellement de mitraillettes, d'armes automatiques, PMAK, de lance roquettes et de pièces de canons portés par des véhicules tous terrains, n’aurait de prétendue puissance que probablement dans la connaissance du désert et dans la mobilité extrême des quelques cinq cents hommes qui les portent ( dans le Tanezrouft algérien ou au nord du Mali) ainsi que dans l‘étendue du réseau de complicités des zones tribales. Les combattants, recrutés majoritairement dans la région du Sahel et au Maghreb, sont généralement des novices en matière militaire.

L’Aqmi n’est donc pas une organisation puissante, mais ce sont les stratégies pour la combattre qui semblent dénuées de réalisme. Paradoxalement, c’est l’acceptation de la négociation et du principe de la rançon ainsi que la médiatisation de ces derniers, qui tout en renforçant les capacités de l‘organisation terroriste, établissent au yeux des recrues potentielles et des alliés, une image attractive de l‘Aqmi, tout à la défaveur des occidentaux. Le groupement djihadiste réussit ainsi à apparaître, aux yeux de l’opinion mondiale, comme un interlocuteur comme un autre, tout en inscrivant son combat dans une idéologie qui n’existe pas.

Mais il est à craindre, avec la nouvelle donne, Abdelkader Droudkel, Moktar Benmokhtar, Abdelhamid Abouzaid, qui jusque là agissaient au nom de Oussama Ben Laden, sans véritable délégation, se prévalant maintenant de sa bénédiction, deviennent plus offensifs dans leurs ambitions djihadistes …. La menace devient alors, peut- être, bien réelle.


Alain Bart pour Ciesma

Copyright mauritanidees.fr

Janvier 2011


Moyenne des avis sur cet article :  2.07/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • 2102kcnarF 11 janvier 2011 11:00

    Que de bla-bla devant la ’ prolifération des cellules terroristes ’ ! Plus simplemnt le résultat pronostiqué par nous ’ les anti-américains ’ lorsque nous vous prévenions de la conséquence inéluctable de la lutte ’ anti-terroriste ’, lutte qui se traduisit par des guerres et qui enflammèrent le monde musulman.

    Voilà vous avez ce que vous cherchiez... ou la prophétie auto-réalisatrice d’une bande de pompiers pyromanes !


    • non666 non666 11 janvier 2011 12:01

      J’ai déjà expliqué dans plusieurs commentaires le coté stupide et naif de croire en un islamisme « générique ».

      Ressortons donc le burin pour graver le marbre .

      Si un mouvement se baptisait « Lépée de la Chretienté » apparassait brsuquement dans le monde médiatique que nous vendent les proprietaires des groupes médias (Bouyghes, Bolloré, Arnault, lagardère, Weil , Rottschild...) , la question que se poseraient tous les citoyens serait :
      qui est derriere cela ?

      Si les musulmans, victimes de ces attentats, nous expliquaient qu’il s’agit d’une « nébuleuse » terroriste, nous leur ririons au nez.

      Comment des catholiques irlandais , des presbytériens ecossais et des protestants britaniques pourraient ils bosser ensemble ?
      Comment des catholiques wallons pourraient collaborer avec les protestants hollandais ?
      Comment les serbes orthodoxes pourraient ils collaborer avec les catholiques croates ?
      Comment des roumains uniates pourraient ils faire cause commune avec des russes orthodoxes ou des polonais catholiques ?

      C’est complexe , la chrétienté, l’islam aussi....

      Le propre d’un fanatique, c’est jsutement d’etre fanatique et intolérant.
      Il n’y a pas plus de chance de voir des catholiques bosser avec des « apostats » qu’il n’y en a de voir des sunnites wahabites se corrompre avec des chiiites iraniens...

      Pouratant la « nébuleuse al quaida » c’est cela, si l’on croit encore TF1, Europe1, le Figaro ou Libération...

      Presenter cet islamisme générique, comme un médicament universel, cela ne sert que les besoins de ceux qui ont besoin d’un adversaire générique.
      Il faut avoir du « choc des civilisations » a vendre pour imaginer un tel produit...

      Voyons, voyons , a qui profite le crime ?

      Assurement aux deux cotés.
      D’un coté au gros con de yankee qui a perdu l’union sovietique pour vendre sa protection aux putes europeennes, a la pute japonaise et aux putes des royaumes arabes.
      De l’autre a l’anonyme petit bandit du mghrab ou de n’importe quel pays musulman qui d’un seul coup peut passer du statut de petit braqueur merdeux de son bled a celui de « menace islamique globale »
      Quelle valorisation !

      Tout cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de menace terroriste en general et de menace islamique en particulier.
      C’est juste que c’est un poil plus compliqué que cela.

      Si vous voulez arreter Al quaida, sachez qu’ils ont des bureaux a Paris et qu’ils parlent avec un fort accent ango-saxon...


      • pierrot123 11 janvier 2011 23:59

        Rien à rajouter...
        Ceux qui viennent nous « expliquer », à nous pauvres benêts, sont, lourdement manipulés par le « story-telling » omniprésent...(et n’en sont même pas conscients...)

        Il n’y a pas plus de « Aqmi » que de beurre en broche, il n’y a que des luttes entre grandes puissances pour s’accaparer les ressources en Pétrole, Gaz, Uranium, et terres rares...
        Sans oublier le juteux marché des ventes d’armes...

        Point final.


      • ali8 11 janvier 2011 13:00

        Ben Laden est mort

        si il n’est pas mort, je dirai que tous les services secrets de tous les pays de la « communauté internationale » sont archi-nuls et leurs cadres limogés sur l’heure
        çà fera des économies

        et ce qui me hérisse le poil c’est de voir encore un auteur qui non seulement accrédite Al Qaeda mais qui l’accrédite aussi en Irak pour déprécier la courageuse résistance

        Al Qaeda est née dans les cerveaux malades de Bush et et de Donald Rumsfeld deux vrais terroristes
        et n’oublions pas que le terrorisme étatsunien qui devait quitter l’Irak s’y maintient toujours
        la haine des Irakien envers les yankees est immense et celà se consoit aisément

        l’auteur peut aller prêcher ses âneris ailleurs, nous sommes nombreux, ici, à ne pas les gober

        l’AQMI est une organisation puissante à ses dires : vite un organigramme !!


        • pierrot123 12 janvier 2011 00:05

          Et tous les médias, sans hésitation aucune, reprennent en choeur la leçon : « Aqmi, cela veut dire :Al Quaida Au Maghreb Islamique »...« 
          Bien compris ? tout le monde ? Allez, encore une fois...Aqmi etc... »

          Et le pire....C’est que ça marche !!!
          Tout ça est presque plus triste que répugnant.


        • JP Lanhard 11 janvier 2011 14:56

          Ou comment on peut propager une idéologie en la décriant.


          • Diapason 12 janvier 2011 00:23

            Quand la DST dit au Sénat (il y a un an) qu’Al-Qaïda est mort en 2002, et que l’on continue malgré tout de nous servir cette soupe infâme à longueur d’antenne, c’en devient fatiguant, vraiment ! Voire humiliant, à la fin !!
            La guerre contre le « terrorisme » est la guerre parfaite pour les marchands d’armes : un conflit sans fin car sans victoire définitive, contre un ennemi polymorphe auquel on peut facilement se substituer s’il fait défaut (tout en en profitant pour arranger nos petites affaires). C’est consternant d’obscénité, c’est le vertige de l’imposture !
            http://www.dailymotion.com/video/xc6gal_exchef-de-la-dgse-al-qaida-est-mort_news


            • olivier cabanel olivier cabanel 12 janvier 2011 10:26

              @ l’auteur,
              vous tombez dans le piège grossier tendu par les médias officiels, et les pouvoirs en place
              essayez de prendre du recul,
              afin un peu plus d’infos, vous allez découvrir une autre réalité.
               smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès