Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Arabie saoudite : est-il nécessaire de redéfinir le partenariat avec (...)

Arabie saoudite : est-il nécessaire de redéfinir le partenariat avec Washington ?

Les relations saoudo-américaines enregistrent une dégradation continue, rendue plus acerbe par les développements récents au sein du monde arabe.

- Riyadh reproche à Washington son peu de détermination à endiguer ce qui est perçu comme la menace la plus pressante sur le Royaume : l’ingérence accrue de Téhéran dans les affaires régionales, son influence demeurée intacte malgré sa stigmatisation sur la scène internationale, le maintien de son potentiel militaire. L’Arabie saoudite est ainsi intervenue directement à Bahreïn, aux côtés des Emirats arabes unis et du Qatar, au prétexte à peine dissimulé de contrer un complot iranien contre le Royaume des deux mers ;

- prisonnier d’un traditionnel réflexe obsidional, Riyadh a souffert la perte de deux alliés : les présidents Ben Ali et Moubarak. A cet égard, le Royaume a mal ressenti l’abandon d’Hosni Moubarak par l’administration américaine, soutien fidèle du Royaume et de Washington. Les dirigeants saoudiens sont ainsi renseignés sur la détermination américaine à leur venir en secours en cas de révolte en Arabie saoudite ;

- au titre des reproches récurrents adressés par Riyadh, encore et toujours, l’échec du processus de paix au Proche-Orient que la démission récente de l’envoyé spécial américain, George Mitchell, illustre au plus haut point ;

- Riyadh ne peut comprendre les appels à la modération lancés par Washington aux dirigeants bahreïnis ; vu de Riyadh l’ordre établi doit perdurer à Manama, comme dans tout le Golfe figé en dehors de l’histoire. Plus généralement, l’Arabie saoudite saisit difficilement les contours mal définis de la politique américaine dans un Moyen-Orient en recomposition et ne lui accorde que peu de crédit pour juguler l’axe tant craint et fantasmé : Téhéran-Damas-Beyrouth-Sud (Hezbollah)-Baghdad ? ;

- le retrait américain d’Iraq laissera un pays dominé politiquement par les chiites, plus enclins à se tourner vers Téhéran qu’à jouer le rôle traditionnellement dévolu à l’Iraq : celui de rempart contre l’Iran ;

- de leurs côtés, les Etats-Unis sont sans doute fondés à s’interroger sur l’implication de Riyadh auprès des salafistes et des radicaux sunnites à l’œuvre en Syrie et au Liban, sans manquer de s’interroger sur les projets de Riyadh en Egypte, en Tunisie et en Libye en soutien aux islamistes ; et sur les menées de l’Arabie saoudite pour enrayer la propagation de la démocratie dans ses murs et son environnement régional.

Le Conseil de coopération des Etats Arabes du Golfe, conduit par l’Arabie saoudite, son membre le plus puissant, ne manquera pas de chercher à réduire sa dépendance sécuritaire à l’égard des Etats-Unis, même si elle demeurera effective. De là, une explication partielle au projet d’extension du Conseil à la Jordanie et au Maroc.

Dans ce contexte délicat, Nawaf Obaid a signé, le 16 mai, dans les colonnes du Washington Post, un réquisitoire violent appelant à « recalibrer » le partenariat saoudo-américain et à se distancier d’une politique étrangère « mal guidée ». Nawaf Obaid est chercheur associé au Centre du Roi Fayçal pour la Recherche et les études islamiques, institution dirigée par le prince Turki al-Fayçal, fils de feu le roi Fayçal ; ancien chef des services saoudiens de renseignement (1977-2001) ; ancien ambassadeur à Londres (2002-2005) ; ancien ambassadeur à Washington (2005-2007). Le prince Turki est connu pour ses déclarations virulentes sur la politique américaine dans le monde arabe dont il a souvent dénoncé « l’incompétence et l’arrogance ». Privé de fonction officielle, Turki sert ainsi de porte-voix officieux aux autorités du Royaume.

Dans son article d’opinion, Obaid annonce une mutation profonde de la relation spéciale fondée sur l’échange pétrole contre sécurité qui entravait la liberté de décision de Riyadh ; désormais, le Royaume ne s’interdira pas de poursuivre son propre agenda, quitte à entrer en conflit avec les intérêts américains :

- Washington s’étant montrée peu fiable et peu volontaire, l’Arabie prendra la tête de l’offensive arabe contre l’Iran et ses alliés régionaux ;

- Riyadh luttera contre la déstabilisation des monarchies arabes (CCEAG, Jordanie, Maroc) par l’actuelle vague de contestation ;

- au Yémen, le Royaume s’attachera à permettre une transition ordonnée du pouvoir et une sortie digne du président Saleh ;

- en Iraq, l’Arabie continuera à s’opposer au gouvernement chiite de Nouri al-Maliki ; au Liban, Riyadh s’opposera à l’hégémonie du Hezbollah ; en Syrie, Riyadh veillera à ce que la transition s’opère en dehors de toute ingérence iranienne ;

- Riyadh exige la création d’un Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale ;

- le budget saoudien de la défense et les effectifs des armées seront revus à la hausse ; un commandement nouveau coordonnera le déploiement éventuel de forces spéciales à l’étranger.

Le propos de l’auteur, innovant et brutal traduit-il son opinion propre, les aspirations de la classe dirigeante du « Royaume du silence », ou d’une partie de ses membres ? Nawaf Obaid n’est pas un inconnu et il n’en est pas à son premier coup d’éclat.

Jeune étudiant à la Kennedy School of Government (Harvard), Obaid avait publié, en 1998, une étude remarquée et énigmatique : « Comment améliorer les capacités du renseignement américain en Arabie saoudite » ; puis en 1999, une étude, dans la revue Middle-East Quarterly, dénonçant l’influence du mouvement wahhabite en Arabie saoudite. Après les attentats du 11 septembre, marqués par la participation de terroriste saoudiens influencés par le wahhabisme, Obaid déniait toute influence du courant wahhabite en Arabie saoudite.

A la nomination du prince Turki comme ambassadeur à Washington, successeur de l’inamovible prince Bandar bin Sultan (ambassadeur de 1983 à 2005), Obaid, à l’époque chercheur au Washington Institute for Near East Policy et au Center for Strategic and International Studies, devient conseiller privé de l’ambassadeur en charge des affaires de sécurité et d’énergie.

En novembre 2006, sous sa plume paraît un éditorial provocant dans le Washington Post, « Prendre pied en Iraq : les Saoudiens protégeront les sunnites si les Américains quittent le pays » où il menace d’une intervention massive saoudienne (financière et militaire) au profit des sunnites contre l’hégémonie chiite, quitte à provoquer une guerre régionale. Désavoué par le ministère saoudien des affaires étrangères, il est démis de ses fonctions à l’ambassade. Pourtant, nul doute qu’il ait pu écrire sans l’aval d’un haut responsable saoudien. En décembre 2006, l’ambassadeur Turki al-Fayçal démissionne précipitamment, semble-t-il pour dénoncer l’influence persistante de son prédécesseur Bandar, devenu président du conseil de sécurité nationale, dans la conduite de la relation bilatérale avec Washington, plus vraisemblablement en raison de l’article d’Obaid.

A l’époque, sa démission suscite des interrogations :

- est-il le témoin et la victime d’une opération dont les ressorts lui échappent ? Obaid jouant le rôle de porte-plume de Bandar bin Sultan, favorable à une intervention saoudienne au profit des sunnites iraquiens ; on apprendra en 2010 grâce à la fuite dans la presse iraquienne d’un rapport secret des services saoudiens qu’il compte parmi les financiers d’Al Qaïda en Iraq ;

 - est-il complice ou maître d’œuvre de ce coup d’éclat médiatique que ne lui aurait pas pardonné le roi Abdallah exigeant son retour à Riyadh ? La présence actuelle d’Obaid aux côtés du prince au sein du Centre du roi Fayçal suggère une certaine proximité et trahit probablement une complicité dans l’affaire de 2006.

Quoi qu’il en soit, la nouvelle sortie médiatique d’Obaid suscite de nouvelles interrogations sur son mandataire :

- est-il le porte-parole officieux de la famille royale ? Bateau ivre piloté par un roi âgé et affaibli physiquement, secondé d’un prince héritier malade inapte à remplir ses fonctions ; d’un ministre des affaires étrangères, Saoud frère de Turki, malade et usé par 35 ans de fonctions à la tête de la diplomatie saoudienne ; d’un ministre de l’intérieur et numéro trois du régime, Nayef, radical, rétif à toute évolution et peu ouvert sur l’Occident.

- représente-t-il une faction de princes désireuse de desserrer l’étau de la relation avec les Etats-Unis pour mettre en œuvre une nouvelle donne diplomatique plus personnelle et plus offensive en profitant des circonstances du printemps arabe et du constat de la décrépitude des aînés de la famille royale ?

A cet égard, Bandar bin Sultan, réapparu en octobre 2010 à Riyadh après une occultation inexpliquée de deux ans, fait preuve d’un vaste regain d’activisme diplomatique : dépêché au Pakistan, en Chine et en Inde pour obtenir un soutien diplomatique avant l’intervention saoudienne à Bahreïn ; présent lors des derniers entretiens entre le roi et Robert Gates…pour la partie officielle de ses activités qui ne sont pas les plus nombreuses.

Talentueux, intrigant, Bandar, désireux de monter sur la passerelle médite sans doute la parole prêtée à Pompée : « Navigare necesse est ; vivere non necesse » (« Il est nécessaire de naviguer ; il n’est pas nécessaire de vivre »), il constate surtout à l’observation de son oncle (le roi), son père (le prince héritier), son cousin (le ministre des affaires étrangères) que la « vieillesse est un naufrage »…quel moment propice pour monter à bord !


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Aldous Aldous 18 mai 2011 14:51

    Merci pour cet article très significatif et intéressant.

    Il faut rappeler aussi que le Yemen tente depuis plus de 2 ans de rallier l’ensemble des pays du golfe à une monnaie unique indépendante du $ (sans succès jusqu’ici).

    Leurs accords bilatéraux avec les USA les obligent à effectuer les transactions sur le marché pétrolier en $ depuis les années 1970.

    De ce fait, les pays du golfe sont les seconds détenteurs de bons du trésor US après la Chine.

    Une montage de papier vert qui perd de la valeur à mesure que le $ coule.


    • OMAR 18 mai 2011 18:42

      Omar 33

      Salut Anais ;"l’Arabie saoudite saisit difficilement les contours mal définis de la politique américaine ..

      Pourtant ceux-ci sont clairs : les USA considèrent l’Arabie Séoudite comme un boxon et une banque, et accessoirement, une réserve de supplétifs...


      • cyprienne cyprienne 19 mai 2011 12:00

        « l’Arabie saoudite saisit difficilement les contours mal définis de la politique américaine. »

        Si si, elle y a mis le temps mais elle a fini par comprendre qu’elle a vendu son pétrole contre du papier vert depuis les années 70.

        Et maintenant elle tente désespérément de se débarasser de ses montages de papier avant qu’elles ne valent plus rien


      • Yvan 18 mai 2011 19:55

        l’Arabie prendra la tête de l’offensive arabe contre l’Iran et ses alliés régionaux

        l’arabie comprend peut être enfin qu’il faut qu’elle prenne ses responsabilités.


        • yoananda 19 mai 2011 17:24

          Très bon article qui explique bien les mouvements tectoniques de la géopolitique d’une des zones centrales du pétrole. L’envoies récent des troupes Iraniennes au Barhein est a surveiller de près.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès