Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Arabie Saoudite : le silence complice des bourgeoisies occidentales sur les (...)

Arabie Saoudite : le silence complice des bourgeoisies occidentales sur les révoltes populaires

Les manifestations contre la dynastie des Al Saoud notamment dans les provinces orientales se poursuivent et se ressemblent. Chaque manifestation se termine par une répression sanglante. Cette violence exercée sur des manifestants pacifiques se fait à huis clos. Le silence des États-Unis, de l'Europe et de leurs médias sur ces exactions est impressionnant. Leur complicité avec ce Royaume moyenâgeux est totale. Les richesses pétrolières enfouies sous le sable de l'Arabie, le rôle de défenseur des intérêts impériaux de l'impérialisme américain font de cet État féodal un « ami » de toutes les bourgeoisies occidentales et l'ennemi de tous les travailleurs et de tous les peuples qui aspirent à se libérer du joug des régimes d'un autre âge et de leurs protecteurs impérialistes.

« Nous ne sommes pas la Tunisie, ni l’Égypte, ni ... » répètent souvent le régime saoudien et ses médias. Certes la contestation en Arabie Saoudite n'a ni l'ampleur ni la portée des soulèvements populaires en Tunisie, en Égypte, à Bahreïn ou au Yémen. Mais le peuple saoudien, comme l'ensemble des peuples arabes, aspire lui aussi à se débarrasser de la dynastie des Al Saoud et à se réapproprier sa fabuleuse richesse pétrolière. Il sait également que cette richesse est la plus convoitée et la plus protégée au monde. La famille royale qui possède tous les pouvoirs, n'est en fait qu'un instrument entre les mains de l'impérialisme américain qui l'utilise conformément à ses propres intérêts. Le pétrole reste encore une ressource économique vitale pour la bourgeoisie américaine d'autant plus que ses propres réserves ne cessent de diminuer.

Les compagnies pétrolières des États-Unis étaient présentes sur le sol saoudien dès 1933 avec la Standard Oil of California (Socal) qui formera un groupe avec Texas Oil Company (Texaco) et Mobil (1). A la fin de la deuxième guerre mondiale, la mainmise américaine sur le pétrole saoudien est totale avec la création d'Arabian American Oil Company (Aramco). Pour parachever leur domination et protéger les puits de pétrole saoudiens, une base de l'US Air Force est créée à Dhahran dans l'est du pays. Il est donc très difficile pour le peuple de l'Arabie Saoudite d'affronter dans ces conditions l'un des régimes les plus protégés et les plus cruels au monde.

Cette cruauté du régime saoudien plonge ses racines dans les sources même du pouvoir des Al Saoud. Il faut revenir au XVIIIe siècle et plus exactement à l'époque de Mohammad Ibn Abdel Wahhâb (1703-1792), prêcheur fanatique, et le « mithaq » (pacte) qu'il a conclu en 1744 avec Mohammad Ibn Saoud, un émir qui rackettait ses propres sujets et ambitionnait de soumettre les autres tribus à son autorité, pour comprendre les origines despotiques du pouvoir saoudien actuel.

La violence de l'ultra-dogmatisme d' Ibn Abdel Wahhâb se manifestait non seulement dans ses discours (inégalité homme/femme, rigorisme des rapports sociaux etc.), mais surtout dans les châtiments corporels : lapidation à mort de l'adultère, amputation des voleurs, exécutions publiques, etc. Il s'agit à la fois d'une doctrine et d'une pratique. Les sanctions découlent directement des normes et préceptes avancés par Abdel Wahhâb. Cette mise en pratique des prêches et les effets des châtiments cruels ont effrayé les chefs religieux. Contraint de quitter son oasis natale, Abdel Wahhâb se réfugia dans les bras d' Ibn Saoud, émir de la province de Najd. Ensemble ils ont créé le wahhabisme. Mais Ibn Saoud a su mettre le talent, la ferveur et l'énergie d'Abdel Wahhâb au service de ses ambitions personnelles : la religion au service de la politique. Le prêcheur du désert est devenu le serviteur exclusif de l'émir et donne ainsi une justification et une couverture religieuse aux ambitions politiques de son protecteur. Le wahhabisme est la rencontre entre le fanatisme religieux et le cynisme politique.

La dynastie des Al Saoud qui gouverne aujourd'hui l'Arabie Saoudite est née de cette alliance confessionnelle et politique. La découverte du pétrole dans les années trente n'a fait que renforcer cette instrumentalisation de la religion. L'Islam est utilisé comme idéologie de légitimation pour perpétuer le pouvoir et les privilèges du clan des Al Saoud.

La religion et le pétrole sont des armes dont se sert cette monarchie d'un autre âge pour étouffer et éliminer toute contestation. Les châtiments cruels et inhumains sont régulièrement prononcés par les tribunaux saoudiens. Le nombre d'hommes et de femmes décapités dans ce pays ami des États-Unis et de l'Europe ne cesse d'augmenter (2). En Arabie Saoudite, les manifestations sont strictement interdites comme d'ailleurs les partis politiques, les syndicats et les associations. Aucune critique du roi et aucune opposition à son gouvernement ne sont tolérées dans cette monarchie absolutiste choyée et protégée par les bourgeoisies occidentales. Toute protestation et toute critique sont condamnées et considérées par le pouvoir comme contraire à L'Islam.

Pourtant, depuis les soulèvements populaires dans le monde arabe, l'Arabie Saoudite est le théâtre de manifestations récurrentes nonobstant l'appareil répressif sophistiqué du régime et sa cruauté. Craignant la contagion des soulèvements tunisien et égyptien à la péninsule, la caste au pouvoir a distribué sous forme d'avantages divers l'équivalent de 130 milliards de dollars pour taire la protestation et calmer la colère qui montait dans tout le pays. Mais le peuple saoudien, à l'instar des peuples arabes, aspire profondément au changement. Les manifestations, même d'une manière sporadique, se poursuivent. La répression est devenue encore plus brutale. Personne ne connaît avec précision le nombre de victimes tombées sous les balles de la police saoudienne formée et armée par les États-Unis. La tuerie se déroule à huis clos !

Les médias bourgeois, « profondément attachés aux droits de l'homme », se taisent lâchement sur les massacres des Al Saoud. Les assassinats des manifestants pacifiques sont occultés et souvent justifiés. Les contestataires qui défient courageusement, au prix de leur vie, l'ordre moyenâgeux saoudien, sont présentés par les gouvernements occidentaux et leurs médias comme des « terroristes » ou comme des « chiites manipulés par l'Iran ». Le même discours est tenu par le régime saoudien qui parle de complot iranien qui vise à déstabiliser toute la région. « Les chiites sont des demi-juifs cachés » (3) disait Nayef ben Abdul-Aziz al Saoud, prince héritier et ministre de l'Intérieur d'Arabie Saoudite, demi-frère de l'actuel roi Abdallah, décédé le 16 juin 2012 et remplacé par le prince Salman, ministre de la Défense.

C'est cette même propagande et cette même complicité des bourgeoisies américaines et européennes qui ont conduit, entre autres, à l'intervention saoudienne à Bahreïn le 14 mars 2011 pour mater ces « chiites manipulés par l'Iran » et ces « demi-juifs cachés » afin de sauver une autre dynastie, celle des Al Khalifa, au pouvoir depuis des siècles(4). Ce sont donc les gouvernements et les classes dominantes américaines et européennes qui ont permis à l'Arabie Saoudite de briser le soulèvement populaire à Bahreïn et de maintenir une véritable dictature au pouvoir. Les victimes de ces interventions et ingérences étrangères sont toujours les mêmes : des hommes et des femmes qui se sont soulevés pour une société meilleure et qui ont vu leur révolte confisquée par l'impérialisme et ses auxiliaires régionaux. Dans cette guerre menée contre les aspirations à la démocratie et à la dignité des masses arabes opprimées, l'Arabie Saoudite, soutenue par les États-Unis et l'Europe, joue un rôle majeur. Elle est le rempart contre tout changement démocratique et progressiste dans le monde arabe. Elle est l'incarnation de la contre-révolution.

Par contre, en Syrie, l'occident impérialiste et ses serviteurs locaux comme l'Arabie Saoudite parlent plutôt « de combattants pour la démocratie », « des révolutionnaires », « des rebelles » pour désigner en fait des hommes armés, entraînés, dirigés et financés par les États-Unis, l'Europe, la Turquie et bien sûr « la grande démocratie » qu'est l'Arabie Saoudite ! Il faut, vaille que vaille, installer à Damas un pouvoir servile à leur botte comme en Libye.

Mais le pouvoir saoudien aussi puissant soit-il connaît des fissures qui ne cessent de s'élargir. La dynastie des Al Saoud est contestée dans tout le pays. Elle ne tient sa « légitimité » que de la répression et de la protection de la bourgeoisie américaine. Au sein même de la famille régnante, des rivalités entre princes, clans et autres réseaux plus ou moins formels se font jour quant à la succession du roi Abdallah (88 ans). Une crise de succession pourrait être, pour l'avenir du régime, un facteur sinon d'instabilité du moins d'incertitude. A cela s'ajoutent des problèmes d'ordre économique, conséquences d'une concentration excessive des richesses entre les mains de la famille royale et de l'élite des affaires qui lui est liée. Les politiques libérales préparées par les experts du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale avec la complicité du pouvoir ont dégradé, entre autres, la situation du marché du travail notamment pour les jeunes saoudiens. En Arabie Saoudite, pays riche, les jeunes peinent à trouver du travail !

Le contraste est violent entre une gérontocratie qui vit dans un luxe suranné et une jeunesse frustrée à qui le pouvoir, pour la calmer, jette quelques miettes de cette fabuleuse richesse dont regorge le pays. Le Wall Street Journal, porte-parole du capital, laisse passer ces remarques :« L'âge moyen du triumvirat de princes régnants est de 83ans, alors que 60 % des Saoudiens ont moins de 18 ans. Grâce à la télévision par satellite, à Internet et aux réseaux sociaux, les jeunes sont désormais parfaitement conscients de la corruption des autorités - tout comme ils savent que 40 % des Saoudiens vivent dans la pauvreté et que près de 70 % ne peuvent se payer un logement. Ces Saoudiens vivent des vies dignes du Tiers Monde, ils souffrent d'une éducation lamentable et sont incapables de trouver du travail dans un secteur privé où 90 % des employés sont des étrangers » (5). Les hommes qui dirigent l'Arabie Saoudite ainsi que leur régime ont fait leur temps. Ils ne correspondent plus à la marche de l'histoire. S'ils sont toujours au pouvoir, c'est essentiellement grâce au soutien indéfectible des bourgeoisies américaines et européennes.

Ainsi va le monde absurde et barbare de la bourgeoisie. Elle méprise les peuples et leur volonté à disposer d'eux-mêmes. Grâce à sa puissance de feu, elle force toutes les nations qui ne peuvent se défendre à se soumettre à ses intérêts. La bourgeoisie est l'ennemie de la paix et du progrès. Elle soutient les régimes les plus rétrogrades et les plus cruels. Son « triomphe » en ex-Yougoslavie, en Irak, en Côte d'Ivoire, en Libye et peut-être demain en Syrie, c'est aussi le triomphe du despotisme, de la corruption et de la misère économique et politique. Les opprimés en Arabie Saoudite comme dans l'ensemble du monde arabe n'ont pas dit leur dernier mot malgré les avancées réelles de la contre-révolution et la prise du pouvoir par les forces réactionnaires et obscurantistes en Tunisie et en Égypte. La révolte gronde toujours. Leur espoir dans une société nouvelle est aussi grand que leur détermination à se débarrasser de leurs oppresseurs et de leurs despotes anciens et nouveaux.

Mohamed Belaali

belaali.over-blog.com

-----------

(1) http://www.lesclesdumoyenorient.fr/Etats-Unis-et-petrole-saoudien.html

(2) http://www.amnesty.org/fr/region/saudi-arabia/report-2012

(3) http://www.grotius.fr/wp-content/uploads/2012/02/POLE_MO_PDF_chiite_La-menace-g+%C2%AEopolitique-chiite-%C3%A1-analyse-dune-repr+%C2%AEsentation-saoudienne.pdf

(4) http://www.belaali.com/article-l-intervention-saoudienne-a-bahrein-et-le-silence-complice-des-bourgeoisies-occidentales-69874090.html

(5)The Wall Street Journal cité par le Courrier international du 26 août 2012 : http://www.courrierinternational.com/article/2011/02/18/attention-la-jeunesse-est-sur-facebook


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Yves Dornet 7 septembre 2012 10:13

    @Mohamed Belaali,

    En Arabie comme au Maghreb, Syrie, Iran...seule la démocratie peut faire évoluer la situation. Ni roi ni ayatollah.

    La question est de savoir quel régime si la dynastie tombe. Nous avons c’est vrai des intérêts à défendre là-bas comme ailleurs.


    • Constant danslayreur 7 septembre 2012 12:13

      Oui tant qu’à faire n’est-ce pas autant faire plaisir à Thierry, pas assez de sang musulman à couler en ce moment sans doute smiley

      Alors allez-y, foutez le feu en Arabie saoudite, au Qatar, aux émirats,en Indonésie...

      Manquait plus qu’un prénommé Mohamed pour ça.

      Pu... je fatigue moi http://www.youtube.com/watch?v=y4lbJ661h6o&feature=related


    • Soi même Soi même 7 septembre 2012 15:50

      Et bien non <seule la démocratie peut faire évoluer la situation> encore une vue occidental que tous soit uniformisé à travers le monde. Tant que ces pays sont la chasse gardé des USA, il ne faut pas s’étonne que cela part en déconfiture.


    • OMAR 7 septembre 2012 19:22

      Omar 33

      Yves : « Nous avons c’est vrai des intérêts à défendre là-bas.... »

      Les seuls intérêts pour des sionistes comme vous sont de voir ces arabo-musulmans s’entretuer quand ce n’est pas Israël ou l’Otan qui le fait ; et de pouvoir, en toute quiétude, pomper les richesses de ces pays...


    • frugeky 7 septembre 2012 12:19

      Vous, vous n’avez pas compris le texte. Ils SONT au pouvoirs vos théocrates médiévaux.


    • Panzerfaust 7 septembre 2012 15:58

      Bien sur, mais je pense que Schweizer veut dire que remplacer l’horreur wahabite-musulmane par l’abomination islamiste aurait certes l’avantage de la simplification, mais ca ne suscite quand même pas des torrents d’enthousiasme. Curieusement ca reviendrait à remplacer une dictature politico-religieuse honnie par le peuple, par une dictature religieuse ou le peuple serait son propre tortionnaire.


    • OMAR 7 septembre 2012 19:15

      Omar 33

      Panzerfaust :"remplacer l’horreur wahabite-musulmane par l’abomination islamiste

      Si vous faites allusions aux salafistes, je ne peux que partager votre opinion...

      Sinon, l’Islam n’est en rien dans la gestion catastrophique des pays arabo-musulmans...

      C’est le fait d’illuminés du genre « chabab », « taliban », « FIS », « Ançar Eddine » ; etc...
      Des crapules se prenant pour de nouveaux messis...


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 7 septembre 2012 12:11

      "La dynastie (...) ne tient sa « légitimité » que de la répression et de la protection de la bourgeoisie américaine."...

      ...Et donc de Tel Aviv.

      (excusez l’intrusion).


      • OMAR 7 septembre 2012 19:27

        Omar 33

        Emmanuelle,
                     l’Arabie Saoudite lance continuellement des fatwa (contre l’Union Soviétique, l’Iran ; etc...).
        Et jamais contre Israël.....

        Donc, merci pour votre pertinente intrusion...


      • morice morice 7 septembre 2012 12:50

        j’avais évoqué ça avant que ça ne commence...


        écrit le 30 décembre 2010

        La duplicité et l’hypocrisie saoudienne exposée au grand jour, c’est aussi la révélation de Wikileaks qui confirme ce dont on se doutait déjà : « derrière la façade du conservatisme wahhabite dans la rue, la vie nocturne de la jeune élite de Jeddah est palpitante », indique un mémo américain de novembre 2009, précisant que « la gamme entière des tentations et des vices est disponible - alcool, drogue et sexe - mais strictement derrière des portes closes« . Le détail nous arrive peu après... toujours en provenance des mêmes sources, ces diplomates US, effarés de constater la disparité flagrante entreles propos officiels et la vie réelle ». Effarés, ces diplomates, ce qui peut surprendre, alors qu’ils sont originaires d’un pays où sévissent les mêmes mœurs et les mêmes catégories d’individus ? Comme cette sordide histoire de pasteur noir de « megachurch » à Atlanta... aussi attiré par les jeunots que les afghans par leurs « dancing boys », visiblement. Le pasteur Eddie Long se « tapait » en coulisse le jeune Jamal Parris, alors âgé de 14 ans en lui demandant de l’appeler « papa »... le pasteur roulait en voiture de sport et cotoyait les plus grands (... alcooliques pas anonymes ?). Le mauvais gag, c’est que le pasteur pervers était réputé pour ses discours anti-gays ! Une « médiation » plus loin, un paquet de dollars largué plus loin, et le problème était réglé : enfin, l’affaire est toujours en cours (et les tarifs en augmentation ?). En l’acceptant, le pasteur reconnaissait d’une certaine façon sa conduite déplorable, mais évitait d’une certaine façon le procès dévastateur pour son image, où auraient été montrés pour sûr les détails les plus croustillants ou les plus graveleux. Le pasteur Long, ironie du sort, avait en un premier temps fait le même discours que Clinton niant devant les caméras ses relations avec Monica Lewinsky. Ses photos dumontrant ses biceps était plutôt risibles qu’autre chose au pays du néant, où hélas le ridicule ne tue plus depuis longtemps.

        La société saoudienne, elle, enfermée dans un carcan religieux d’un autre âge, n’est guère plus reluisante ou moins hypocrite, et fabrique chaque jour de la même façon ses déviants à son système féodal infernal et invivable. L’alcool et sa prohibition (et le châtiment lié à cette prohibition, auquel ont eu droit des touristes de passage pas au courant des mœurs locales) sont un des fléaux, selon le pouvoir en place, le sexe en est un autre : résultat, on sombre dans l’affligeant d’un pays jeune géré par des règles de vie à peine dignes du bas Moyen-Age. Avec comme exemples effarants un couple de touristes anglais (Ayman Najafi et Charlotte Adams), emprisonné pour s’être embrassé sur une plage de Dubaï (et avait même perdu en appel son procès !) ou le cas horrible de ce jeune français de 15 ans violé en plein désert alors qu’un des trois assaillants saoudiens âgé de 36 ans se révélera positif au virus du Sida. Ses parents, on les comprend, lanceront en représailles le site boycottdubai.com, soutenu, il faut le reconnaître, par l’Elysée, Sarkozy et Guéant en tête. 


        • LE CHAT LE CHAT 7 septembre 2012 15:36

          ce sont les chiites , qui se révoltent ?


          • Yves Dornet 7 septembre 2012 22:42

            @LE CHAT,

            Question de fond en effet. Nous savons que l’Iran déstabilise par chiites interposés ici et là, au Liban, en Syrie, en Irak...au bahrein et en Arabie. Le rôle d’Al qaeda dans cette entreprise est aujourd’hui avéré.

            Nous savons aussi la lutte pour gagner la rue Arabe entre sunnites et chiites. L’Arabie est une cible de choix.


          • Croa Croa 7 septembre 2012 15:48

            Il faut se mettre à la place du roi un peu,

            L’OTAN est bien plus dangereux que le peuple !  smiley


            • asterix asterix 7 septembre 2012 16:04

              Merci pour votre article qui permet de lever le voile sur un certain islam.
              J’ai également beaucoup apprécié « ces chiites qui sont des demi-juifs... »
              Noté également que vous mettez dans le même panier le despotisme saoudien et je cite « les forces obscurantistes qui exercent le pouvoir en Egypte et en Tunisie. »
              Vous n’avez pas la langue de bois, c’est bien !
              Finalement, il n’y a que votre titre qui ne sonne pas parfait : il met sur le même pied les complices, les bourgeois occidentaux dites-vous, et une dynastie de type monégasque grand +, ce que votre texte explicite bien d’ailleurs. L’ensemble du monde occidental n’est pas complice. Sans nos valeurs, nous serions tous saoudiens-islamistes ou judéo-américains, non ?
              J’veux pas qu’on vous décapite, Monsieur !. 


              • Alex Alex 7 septembre 2012 18:29

                @ l’auteur

                Vous avez parfaitement le droit de donner votre avis. Cependant, comme nous sommes en pleine vague « démocratique », je m’interroge sur l’opinion majoritaire du peuple de ce pays (85 % de Sunnites) : des émeutes locales (surtout dans la zone chiite) ne permettent pas de s’en faire une idée.

                D’après un sondage du Pew center dans six pays (Tunisie, Égypte, Turquie, Jordanie, Pakistan et Liban) :

                « La Turquie et l’Arabie séoudite sont considérées comme soutenant l’expansion de la démocratie dans la région, tandis que les États-Unis et Israël sont largement considérés comme s’y opposant.
                Dans les six pays, l’opinion est majoritairement favorable à la Turquie et à Erdogan. Le roi séoudien Abdallah et son pays ont aussi des notes élevées dans de nombreux pays, bien que les Turcs et les Tunisiens soient beaucoup moins positifs envers la monarchie. »

                En supposant que ce sondage reflète la vérité, et en élargissant ce résultat aux Séoudiens (hypothèse un peu osée, je l’admets), que devons-nous en déduire et que devons-nous faire ?

                PS : avancer l’idée que « la bourgeoisie européenne » défende le régime séoudien me semble un peu rapide. Le gouvernement actuel est socialiste, et il ne se conduit pas mieux dans ce domaine que le précédent : doit-on le qualifier de « bourgeois » ?


                • OMAR 7 septembre 2012 19:04

                  Omar 33

                  Mohammed,
                              Le sort du monde Arabo-musulman a été scellé en 1945, entre l’Arabie Saoudite, représenté par cet hérétique d’Ibn Saoud et les USA, dirigés par Roosevelt.
                  Cela s’est déroulé sur le croiseur qui porte le nom de ce pacte :
                  http://www.alterinfo.net/Le-Pacte-de-Quincy-ou-la-contre-revolution-permanente_a59634.html

                  Et ce qu’il y a de diabolique dans ce pacte, est que toute tentative réelle de progrès basée sur la justice sociale et l’émancipation des peuples arabo-musulmans se trouvera confrontée de par le monde à cette alliance contre nature entre ces deux obscurantistes forces d’inertie réactionnaire

                  Ce qui explique aisément la situation de sous-développement des pays arabes, l’absence de réelle démocratie, l’extrémisme (salafisme) religieux, etc...

                  Et la création de l’État de Palestine serait catastrophique pour ce royaume satanique, qui présente au monde musulman les intérêts américains en devoir sacré de tout bon musulman.

                  Alors, toute révolution dans ce royaume doit être étouffée dans l’œuf..


                  • Aristoto Aristoto 7 septembre 2012 19:20

                    « ni la portée des soulèvements populaires en Tunisie, en Égypte, à Bahreïn au Yémen ou en Syrie »

                    Voilà sinon d’accord pour ce qui se passe en Arabie Saoudite avec le silence complice de nos médias !


                    • Aristoto Aristoto 7 septembre 2012 19:23

                      Gerbant cet article !
                      Soit on est pour tous les soulèvement soit on est un larbin à l’indignation bien sélective !

                      Mohamed ta propagande est nauséabonde ! C’est de la merde en barre assemblé ! C’est du vomis cet article !

                      Répugnan ! Dégoutant !


                      • courageux_anonyme 7 septembre 2012 22:23

                        Bourgeois, c’est pour ne pas dire blanc, j’imagine.


                        • paco 8 septembre 2012 01:26

                           Bouh ! que c’est compliqué tout ça.....je ne crois pas que cet article bien écrit soit gerbant, il apporte un point de vue. Judicieux ou pas. Chaque argument compte.
                           Grace à mon abonnement à « L’Histoire pour les Nuls », j’ai un peu compris que les Sunnites voulaient foutre sur la gueule aux Chiites et vice versa, copieusement, tout ça orchestré, entre autres différents de doctrine, par des Majors d’or noir, occidentales, ceux la meme qui ont crée ces pays en traçant des lignes droites sur des cartes vierges, au mépris de certains peuples. J’ai bon ?
                           Maintenant, les héritiers des chefs de tribus malins de l’époque qui ont fait le bon choix se retrouvent multi-millardaires, en profitent, et je serais le dernier à leur jeter la pierre, constament en grand écart entre leurs vies dispendieuses et cocasses en Occident, et le rigorisme d’un autre age qu’ils essaient de faire perdurer au sein de leurs tribues au pays, pour les tenir, autre paire de manches. J’ai encore bon ?
                           quoi qu’il en soit, guerres de religion comme les Cathos au meme stade, on égorge et tue comme à la St Barthelemy, sous l’oeil avide et retors de ceux qui avaient tracé des lignes droites sur des cartes vierges.
                           d’autres idées, mais manquent des chapitres dans mon « Histoire pour les Nuls »
                           


                          • millesime 8 septembre 2012 05:04

                            manque le prochain chapitre : qu’en sera-t-il demain de ce régime de ce pays, (n’oublions pas « La Mecque »),... non seulement de ce pays mais de tout le Moyen Orient ???

                            http://millesime.over-blog.com


                          • chmoll chmoll 8 septembre 2012 07:40

                            les amerloques se pavanent , pourtant il n’y pas de quoi ils sont la putain de l’arabie


                            • Jonas 8 septembre 2012 14:20

                              Réponse à Mohamed Belaali.


                              Un arabo-musulman ne sait raisonner qu’en accusant les autres. Je rappelle à l’auteur de l’article qui répète les slogans des trotskistes, qu’il faut avoir le courage de se regarder en face.

                               les Chinois et les Indiens qui ont subi soit la colonisation soit les traités inégaux, ne crient pas tous les jours contre l’Occident mais cherchent à dépasser l’Occident par leur génie.

                              Avant de faire le reproche, toujours facile à l’occident, je rappelle à Mohamed Belaali, que le régime obscurantiste d’Arabie saoudite fait partie de la Ligue arabe et ce syndicat ne l’a pas exclu. 
                              Je rappelle également que le siège de la Coopération islamique (OCI) regroupant les 57 pays arabo-musulmans se trouve en Arabie saoudite et jusqu’à preuve du contraire le régime obscurantiste en fait toujours partie. 
                              Pourquoi voulez vous que les pays Occidentaux fassent le travail que les pays arabo-musulmans sont incapables de faire c-à-d exclure un pays qui ne respecte rien ? Si ce régime est obscurantiste , il doit l’être pour les 1 400 millions d’arabo-musulmans, or ce n’est pas le cas. Vous juger l’Arabie saoudite avec les yeux des Occidentaux.
                              L’Algérie le pays qui à 165 milliards de dollars de réserve est dominé par l’armée , n’est pas un exemple avec les trois H ( Hogra-Hittites- Harragas).( Ou est la responsabilité de l’Occident)
                              L’autre pays musulman qui veut dominer le monde arabe comme il l’avait fait pendant quatre siècles , je veux parler de la Turquie se donne une face démocratique, où toute critique est punie avec 80 journalistes emprisonnés et 2 800 étudiants qui attendent d’être jugés pour avoir manifesté sans parler du sort des minorités , Kurdes et Alévis. ( Ou la responsabilité de l’Occident
                              L’Iran( Chiite) un autre pays musulman qui concurrence la Turquie pour la domination du monde arabe n’est pas un exemple.( Ou est la responsabilité de l’Occident)

                              Donc c’est tellement facile pour un arabo-musulman de toujours s’en prendre à l’Occident , pour ne pas avoir à regarder ses incompétences et son incapacité d’évoluer.

                              Utiliser des concepts empruntés à l’Occident sans bien les comprendre, ne fait pas avancer la situation des ces pays. Il faut cesser d’accuser les autres et de vous mettre au travail, comme l’ont fait les pays tels que le Japon, la Corée du Sud, le Brésil, la Chine , l’Inde, l’Afrique du sud , Singapour,etc.

                              Bien avant la fin de la première guerre mondiale et la dislocation de l’Empire ottoman, le monde arabe a toujours été divisé , les luttes des indépendances de ces pays ont réussi à chassé le colonisateur étranger pour le remplacer par le colonisateur intérieur beaucoup plus cruel.( Les nombreux régimes qui se sont succédé et les nombres de massacres en font foi)

                              Et je rappelle encore une fois à Mohamed Belaali, que les révoltes dans les pays arabes ce sont faites d’abord et avant tout contre , le mépris, la misère, la pauvreté, le chômage, le manque d’avenir d’où l’immigration, malgré les changements de pouvoirs. 
                              Les révoltes ne ce sont pas faites pour la démocratie qui n’existe dans aucun pays arabo-musulman et n’existera pas avant des générations.
                              Mohammed Bouazizi, ne s’est pas immolé à Sidi Bouziz pour la démocratie ni les dizaines des immolés en Algérie.
                              Donc M.Mohamed Belaali un peu de réflexion et de modération dans vos propos. Vivre en Occident ne veut nullement dire que vous êtes acquis aux principes démocratiques. La preuve vous êtes incapable de faire des critiques de ces pays.

                               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès