Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Arche de Zoé - Scandale humanitaire ou scandale politique ?

Arche de Zoé - Scandale humanitaire ou scandale politique ?

Lors d’une conférence de presse à Marseille, les avocats de l’Arche de Zoé ont dénoncé «  la dimension politique » de l’affaire, niant qu’il y ait eu enlèvement. La secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme, Rama Yade, soutient qu’elle « avait pris la mesure de la chose et, avec le Quai d’Orsay, a pris tous les contacts nécessaires pour [la] stopper ». «  On ne peut pas aller enlever des enfants, on ne peut pas acheter des enfants, on ne peut pas sortir des enfants, les déraciner de leur pays, sans s’assurer qu’ils n’ont pas de famille sur place », a-t-elle insisté. L’agence Capa a demandé la libération immédiate de son journaliste, Marc Garmirian. « Marc Garmirian faisait une enquête sur l’Arche de Zoé et l’opération Rescue Children à notre demande. Nous sommes choqués qu’il soit assimilé à cette association alors qu’il n’était évidemment pas un acteur, mais un observateur », a déclaré le PDG de Capa, Hervé Chabalier. Selon l’AFP, la France est apparue soucieuse de limiter avant tout les éventuelles répercussions diplomatiques de cette affaire qui reste entourée de nombreuses zones d’ombre et a suscité la fureur des responsables tchadiens. Ainsi que celle de l’Opposition en France.

Ce qui caractérise le mieux le Tchad, vingtième pays au monde par sa superficie, est, bien évidemment, le clivage du Nord et du Sud - le Tchad est divisé en 14 régions -, d’un Nord et d’un Sud très distincts et historiquement antagonistes. Ses frontières actuelles résultent de négociations entre Français, Anglais et Allemands dans les années 1880. Placé sous protectorat français à partir de 1900, le Tchad fut érigé en colonie en 1920 dans le cadre de l’AEF (Afrique équatoriale française).

Le Nord possède à la fois une population nomade et sédentaire, tandis que l’ensemble est très fortement islamisé. Le Sud, moins étendu et plus peuplé, est majoritairement sédentaire, animiste et chrétien. Le Tchad est le cinquième plus grand pays d’Afrique après le Soudan, l’Algérie, le Congo-Kinshasa et la Libye. En 2007, sa population est évaluée à 8,9 millions d’habitants répartie en de nombreux groupes ethniques dont les principaux sont les Sara (27,7 %), les Arabes (12,3 %), les Mayo-Kébbi (11,5 %), les Kanem-Bornou (9 %), les Ouaddai (8,7 %), les Hadjarai (6,7 %) et plusieurs autres.

Devenu République autonome en 1958, le Tchad accéda à l’indépendance le 11 août 1960 sous la présidence de François Tombalbaye. Celui-ci dut bientôt faire face à la révolte des populations du Nord, en majorité musulmanes, ce qui l’amena à solliciter l’aide des troupes françaises en 1968. Après l’échec d’un projet de fusion entre le Tchad et la Libye en 1981, les troupes libyennes se retirèrent dans le cadre d’un accord conclu avec le gouvernement français. En 1982, Goukouni Oueddei fut renversé par Hissène Habré. En 1990, Hissène Habré fut chassé du pouvoir par Idriss Déby Itno, qui est en place depuis lors.

Idriss Déby, président depuis 1990, est, selon Human Right Watch, le dernier d’une longue lignée de dirigeants (du Nord pour la plupart) arrivés au pouvoir par des moyens militaires et avec le soutien de puissances étrangères. La Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH) a vu le jour dans les années 1990. Mais elle souffre malheureusement encore d’un manque aigu de moyens et de publicité. Une bonne partie de la population n’est pas au courant de son existence et elle n’est pas du tout présente dans les provinces. Les organisations des droits de l’Homme et une partie de la presse accusent souvent la CNDH de pencher en faveur des autorités, ce qui ne contribue pas à améliorer son image auprès de la population.

Mallouma Alhay écrit dans le Tachdforum.com : « C’est maintenant depuis plusieurs décennies que le peuple tchadien vit une dictature sanglante sans précèdent. Idriss Déby, le dictateur actuel du Tchad, a accédé au pouvoir en 1990 par un coup de force suite au soutien actif du réseau France-Afrique dont le gourou était alors Mitterrand. » Et l’auteur constate que : « Dès son accession à la tête de cet État, il n’a cessé de faire subir à l’ensemble de ses concitoyens l’oppression, interdiction du droit à l’expression par l’instauration successive de l’état d’urgence, élimination des opposants à son pouvoir, bref une véritable dictature. »

Sur le rôle de la France, Mallouma Alhay se montre, sur ce même forum, le Tachdforum.com, cinglant : « Redire aujourd’hui que l’État français soutient et entretient le régime actuel n’est un secret pour personne. A l’heure où nous rédigeons cette petite contribution, avec le soutien technique et stratégique du dispositif militaire français stationné au Tchad, des centaines de vies humaines sont en train de périr sous les balles des milices du régime clanique au pouvoir. [...] La force française au Tchad est devenue un véritable levier de la dictature.  »

Pour Felix Ngoussou, force est de constater que : « le Tchad n’a jamais connu jusqu’à nos jours une ère réellement démocratique, qu’elle soit représentative ou participative. Les premiers élans, les premiers balbutiements dès l’indépendance en 1960, sont restés jusqu’à présent à leurs phases d’enfantement qui perdure ». Et les interrogations de monsieur Ngoussou laissent songeur : « Pourquoi, comme à l’accoutumée, la communauté internationale ne regarde-t-elle pas le Tchad avec le même empressement qu’elle manifeste pour les autres pays africains en conflit ? [...] Comment repenser le Tchad avec une jeunesse sans culture politique par la faute de ses leaders ? » (Tachdforum.com)

L’« affaire française » au Tchad

16 Européens - neuf humanitaires et journalistes français, ainsi que sept membres d’équipage espagnols - sont placés en garde à vue depuis jeudi à Abéché, dans l’est du pays proche du Soudan, alors qu’ils s’apprêtaient à transférer les enfants en France à bord d’un vol charter. Cette « affaire » découle d’une initiative de l’Arche de Zoé qui a tenté de faire rapatrier 103 enfants - 81 garçons et 22 fillettes âgés d’un à dix ans - en provenance du Tchad et du Darfour. « Le but, c’était de leur obtenir le droit d’asile. L’équipe sur place a donc récupéré des documents attestant que les enfants sont darfouris et orphelins. Sans ces papiers, ils auraient été renvoyés dès leur arrivée en France », assure le porte-parole de l’Arche de Zoé.

La France est apparue soucieuse de limiter avant tout les éventuelles répercussions diplomatiques de cette affaire. Le président Nicolas Sarkozy en tête a condamné cette opération qualifiée d’ « illégale et d’inacceptable ». Conforté par l’appel téléphonique du président de la République française, le président Idriss Déby dramatise volontairement la situation à des fins politiques en évoquant un trafic d’organes ou un réseau pédophile. Le président Déby s’est demandé s’ils avaient l’intention de « vendre » les enfants ou de « les tuer et enlever leurs organes ».

« C’est une opération complètement illégale », a affirmé l’ambassadeur de France, à N’Djamena, Bruno Foucher, au sujet du projet Children Rescue. « Les membres de Children Rescue qui ont participé à l’ensemble de cette manipulation illégale répondront de leurs actes au Tchad », a-t-il ajouté. Veronique Taveau, porte-parole de l’UNICEF, a rappelé sur BBC Afrique qu’une telle opération contrevenait à la convention internationale sur l’adoption de 1993. La priorité doit être de maintenir l’enfant dans son pays et à la recherche de leur famille.

Le président Idriss Déby a, dimanche dernier, convoqué toutes les représentations diplomatiques à Abéché pour qu’elles puissent, explique une autorité locale, constater de leurs yeux la gravité de la situation. En présence des membres des organisations humanitaires internationales et de ministres tchadiens, la délégation a fait le tour des installations de l’association l’Arche de Zoé. Dans l’une des maisons utilisées par l’opération Children Rescue montée par l’Arche de Zoé, la délégation a pu voir une salle avec des matelas et des jouets à même le sol. Le mur est constellé d’empreintes de pieds et de mains d’enfants réalisées à la peinture colorée, avec à chaque fois le nom de leur auteur. « Ce sont des pièces à conviction », s’est borné à dire un haut responsable de la région.

Paris a amorcé une série de contacts diplomatiques avec le Tchad et le ministère français des Affaires étrangères a mis en place une « cellule de crise » sous la houlette de la secrétaire d’État Rama Yade, chargée de « suivre les conséquences humanitaires de l’opération montée par l’association » française, et notamment « la situation sanitaire et l’état psychologique des 103 enfants qui devaient être transportés en France en toute illégalité ». Le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, au cours d’un entretien téléphonique avec le président tchadien Idriss Déby Itno, a attiré son attention sur la situation des personnes détenues et a exprimé, par ailleurs, sa disponibilité et celle de Mme Rama Yade à se rendre au Tchad.

La France a eu vent de l’opération dès juillet. Rama Yade, la secrétaire d’État aux droits de l’Homme, a affirmé que Paris avait fait « le maximum » pour éviter sa réalisation. « Qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse ? Qu’on mette les menottes (au président de l’association) ? Sur quelles bases ? Nous, on a fait tout ce qui était en notre pouvoir pour qu’il ne mène pas cette opération », a-t-elle expliqué. Jacques Wilmart, le pilote belge qui a acheminé des enfants depuis la frontière tchado-soudanaise vers Abéché, affirmait samedi, sur Europe 1, que les autorités tchadiennes étaient au courant du projet de l’Arche de Zoé. Il est sous arrêt depuis.

Dans cette fureur et ces clameurs, un commentateur tchadien, Félix Ngoussou, analyse cette « affaire française » sur le Tachdforum.com : « La tragédie du Darfour et du Tchad au cours de laquelle plus de 103 enfants ont failli traverser la frontière du continent africain, sous l’emprise de l’aventure morbide et courageuse de la nature humaine est un épisode sinistre qui illustre à la fois deux réalités cyniques, les unes plus sordides que les autres, somme toute en étroite corrélation. D’une part, la résistance à l’aspect participatif de notre système politique, et de l’autre, la source même de ce phénomène inhumain, la politique de la pauvreté. » Félix Ngoussou poursuit ainsi sa réflexion que lui inspire l’ « affaire » : « Au-delà du sensationnalisme effroyable des caméras de l’ONU, rien de substantiel n’est avancé sur ce spectacle honteux. Le comment, le pourquoi d’une telle épouvante, les causes racines d’une telle horreur semblent déranger plus d’un. »

Et dans ce commentaire, sans condamnation féroce qui se voudrait au-dessus des clameurs et des jugements téméraires, il y a cette force tranquille du sage : « Il est de notre responsabilité sociale et humaine d’œuvrer et d’insister pour que les services adéquats soient offerts à toute la population. Qu’elle soit accompagnée et écoutée. Au lieu de faire peur, nous devons tous rassurer. A ce compte, la population attend de l’État et de ses nouveaux partenaires sociaux un revirement de conscience, la fin des complexes et des discriminations. Elle s’attend à devenir un partenaire à part entière pour produire et aider la nation à réussir. C’est là l’idée d’un État légitime, engagé sur la route de la modernité et du progrès. Le combat de la dignité et de l’honneur passe inévitablement par la fin des spectacles abominables de nos compatriotes exhibés en haillons sur les caméras étrangères comme des extraterrestres. Les voyages clandestins sont un reflet de nous-mêmes, de notre société. Ce sont les vestiges d’un temps d’esclavage interne et externe. Ils mettent en évidence la dénaturation de notre vertu et expose la pauvreté de notre univers et de notre esprit. »

Alors que la France condamne sans ménagement ses ressortissants, retenus au Tchad, il se trouve des voix là-bas qui s’interrogent avec nuance : « Au-delà de la manière dont ces enfants ont failli quitter le Tchad, il est permis de se demander s’il faut se réjouir que les autorités tchadiennes aient fait échouer ce voyage ou le regretter ? », écrit Seid Mahmoud sur le Tachdforum.com.

À défaut de la France, la modération des commentaires, dans cette affaire, viendrait-elle du Tchad lui-même. Pour Seid Mahmoud : « État défaillant, le Tchad est aujourd’hui incapable de donner le minimum de sécurité à ses enfants, surtout les plus vulnérables. Ni programme d’éducation, ni programme de santé. Combien d’enfants tchadiens ou du Darfour meurent chaque jour faute de soins parce qu’atteints de maladies aisément curables telles que le paludisme ? Combien de ces enfants, supposés enlevés, allaient à l’école et étaient décemment nourris ? Dans ces conditions, doit-on intenter des procès à des étrangers qui, eux au moins, se préoccupent de la vie de ces enfants et veulent bien leur offrir un avenir ? Et pour qu’il y ait procès, il faut bien un système judiciaire responsable ; ce qu’on n’a pas au Tchad. »

Après les déclarations des autorités françaises qui condamnent prestement les humanitaires de l’Arche de Zoé, quelle garantie ces derniers auront-ils d’un procès juste et équitable ? Seid Mahmoud, moins téméraire dans la condamnation publique, pose à son gouvernement des questions qui resteront, sans doute, sans réponses : « Peut-on nous dire si les parents de ces enfants se sont plaints que leur progéniture leur a été enlevée contre leur gré ? Combien d’enfants de cet âge se retrouvent sans abri, errant dans les rues au Tchad et dans les camps de déplacés du Darfour ? Veut-on que tous ces enfants grandissent sans éducation, s’ils ne meurent pas avant de maladie et de malnutrition ? En allant dans des familles d’accueil en France, ces enfants allaient avoir un avenir.  »

« Selon l’UNICEF, ce qui s’est passé était à la fois illégal et totalement irresponsable », a déclaré la porte-parole du secrétaire général lors d’un point de presse. Seid Mahmoud s’interroge : « Que vont-ils devenir maintenant que la lueur d’espoir qui perçait pour eux s’est estompée ?  » Voilà le vrai débat autour de l’affaire du Tchad.


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

87 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 30 octobre 2007 10:31

    Arche de Zoé - Scandale humanitaire ou scandale politique ?

    Surtout un effroyable gâchis ! Si l’aventure « humanitaire » de l’arche de Zoé était effectivement mal conçue, la maladresse et la précipitation du gouvernement français à vouloir se dédouaner de toute responsabilité pour entretenir ses bonnes relations avec un dictateur est risible. Mal conçue, cette opération apparait cependant bien comme menée avec un objectif humanitaire. Le lynchage précipité de ses reponsables, et le tort ainsi porté au processus d’adoption internationale, doit faire réflêchir.


    • L'Hérétique L’Hérétique 30 octobre 2007 10:36

      Tout à fait. C’est le sens de mon propre article sur la question. Il y a des arrière-pensées diplomatiques patentes dans la réaction précipitée de la diplomatie française. Comme le dit justement l’auteur de cet article, les médias au Tchad font preuve de plus de circonspection et donnent finalement une leçon à la France en la matière.


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 30 octobre 2007 13:22

      Voltaire

      Comme vous le dites si bien : « Le lynchage précipité de ses responsables, et le tort ainsi porté au processus d’adoption internationale, doivent faire réfléchir ».

      Il me semble que, contrairement à l’Espagne, les autorités politiques françaises ont condamné rapidement. Est-ce le fait d’une certaine panique ?

      Pierre R.


    • hgo04 hgo04 30 octobre 2007 17:43

      Si les autorités françaises ont rapidement condamné ces actes irresponsables, c’est parce qu’elles étaient au courant depuis quelques temps, de ces intentions. Aprés avoir été avertis, ces « humanitaires » ont poursuivi leur folie. On se rendait compte de leur état d’esprit lors d’une petite interview, la veille des évènements, où berteau disait : les règles, mais quelles règles, qui les a écrites...«  »"

      Maintenant il doit savoir qui les a écrites : la république du tchad. Et le tchad est un pays souverain.

      Cette « action » entrave fortement les liaisons diplomatiques avec la france, la veille d’un déploiement militaire français aux frontières avec le soudan. Non seulement cette association a gravement mis en péril ces enfants, mais en plus elle a risqué de créer une tension dans ces endroits si prompts à se tirer dessus...

      Qu’ils soient jugés, qu’ils soient condamnés, mais, même si je les désaprouve totalement, que la france entame des négociations pour les rapatrier ensuite.. Mais qu’il y ait une condamnation, on ne peut l’éviter...


    • Lisa SION 2 Lisa SION 31 octobre 2007 02:58

      Bonjour. Une ONG, ( Organisation Non Gouvernementale ) est subventionnée et donc, « conventionnée ». C’est à dire :

      Qu’elle accepte les subventions de l’Etat pour deux seules raisons :

      _1. Via des couloirs humanitaires, exproprier, exporter, déporter, ( à ce niveau, le mot n’a plus grande importance...) des peuplades entières jusqu’au delà d’une frontière d’un pays « ami » d’accueil .

      _2. Installer des camps où ceux-çi seront nourris sommairement et vaccinés contre des maladies qu’ils risquent de rencontrer dans leur exode, de par l’insalubrité dûe à la promiscuité des camps de fortunes.

      Tout ceci afin de leur épargner d’être les pauvres victimes de conflits engendrés par les rebelles d’un Etat voisin complice, reculant devant une armée régulière passive, et libérant ainsi les dernières zones vierges qui regorgent des matières premières indispensables à redresser notre croissance elle même...poussive.

      Pensez-y quand vous allez faire le plein de votre gros 4X4...

      Toute ONG non conventionnée est une entrave au déroulement de cette guerre du pétrole et de l’uranium, et sera sévèrement sanctionnée pour :

      _1. « non conformité aux shémas classique de destitution des peuples de leur droits sur leurs terres "

      _2. « entrave à la bonne gestion de nos ressources indexées à la progression de notre pauvre croissance sous perfusion »

      A fréquenter les dictateurs de trop près, on risque d’en adopter les règles...


    • ragoa 31 octobre 2007 16:47

      @ hgo04

      commentaire affligeant

      petit interview, dommage que vous ne nous donnez pas vos sources. De plus, la méthode des propos cités hors contexte, ça va on a donné.

      D’autant que les autorités tchadien sont intervenus à la demande des autorités françaises, dixit YADE elle même.

      Mettre à mal les relations franco tchadienne ? plus crétin comme affirmation y a pas mieux. Franchement les véreux tchadiens au pouvoir, renoncer à la manne financière que celà represente quel crétin pour le croire ? PAS VOUS c’est sur, les 60 millions de français peut être alors.


    • ragoa 31 octobre 2007 17:21

      bjr

      qu’est ce qui importe ?

      la légalité ou sauver des vies

      obéir aveuglément à des ordres ou le droit à la désobéissance.

      être Humain ou ....pauvre de nous, dépends de notre réponse.


    • hgo04 hgo04 1er novembre 2007 15:35

      @ragora...

      Dernières infos, ce sont des enfants 100% tchadiens avec tous au moins un parent...

      Vos qualificatifs sont dignes de votre niveau, au ras du sol, quant à ce qu’a dit ce cher berteau, cela est passé sur les ondes, mais que faites vous donc pour vous faire une idée ??? à part lire le bourrage de crâne de quelques sites bobo ??

      Instruisez vous au lieu de rester assis derrière un écran, sortez de chez vous, ne vous cantonnez pas à votre quartier et changez de lecture surtout, cela vous ouvrira l’esprit et la vue..


    • L'Hérétique L’Hérétique 30 octobre 2007 10:34

      Article intéressant. Nous nous posons les mêmes questions. Vous y ajoutez la dimension tchado-tchadienne.


      • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 30 octobre 2007 13:24

        @ L’Hérétique

        Merci de votre visite. Articles complémentaires, effectivement, mais objectif similaire : informer.

        Pierre R.


      • tvargentine.com lerma 30 octobre 2007 10:47

        Une bonne analyse de ce pays et de la misère de l’Afrique qui reste pour des prédateurs à la recherche d’argent facile (vente d’enfants,vente d’armes..) une terre de prospection formidable.

        Il est temps de mettre fin à ce type d’association bizness et de punir sévérement ces eclavagistes d’enfants.


        • hgo04 hgo04 30 octobre 2007 17:48

          Et pourtant c’est bien un négoce humain... Une offre, une demande, une histoire d’argent, tout y est, et nos gentils organisateurs se transforment, sans même s’en rendre compte, en petits Renardiers...

          C’est victor Hugo qui serait content de voir qu’il existe des jean Valjean en ce monde.


        • LE CHAT LE CHAT 30 octobre 2007 10:56

          pitoyable affaire que celle des pieds nickelés de l’humanitaire ! c’était le thème du dernier débat de C dans l’air ! des contrats annonçant la gratuité , mais réclamant 1400 euros quelques lignes plus loin , stipulant agir enmarge de la légalité mais demandant aux adoptants de prendre en charge d’eventuels frais judiciaires... et on s’étonne que ça coince !

          on notera l’attitude ambigue du pdt déby , grand utilisateurs d’enfants soldats qui soudain s’inquiète du sort des enfants ...


          • anamo 30 octobre 2007 11:02

            Enfants du Darfour, une opération salutaire ?

            Cette folle équipée a réveillé les démons des relations entre les états du Nord et l’Afrique et ne rappelle que trop, par maints détails, les périodes sombres de l’esclavage.

            De l’enlevement brutal dans les villages au convoyage en nombre, jusqu’au bon blanc qui, au final, veut son nègre, tout y est.

            N’oublions pas la collaboration active d’africains par cupidité ou resurgence des conflits tribaux.

            Une relecture de Tintin au Congo n’aurait pas été inutile à ces Pieds Nickelés pour assimilier le fait que l’époque du bon blanc est révolue. N’en déplaise à certains africains revanchard !

            Une opération salutaire ? Pour révéler au monde tout le chemin qui reste à parcourir dans l’inconscient collectif.


            • Rough 30 octobre 2007 11:24

              Affaire lamentable !...J’espère que ces gugusses vont goûter aux joies de l’hospitalité carcérale tchadienne pendant quelques mois..cela les fera réfléchir...Non seulement leur démarche est tout à fait discutable sur un plan éthique mais ils se sont mis dans une situation qui embarasse la France et dont il ne fait nul doute que le Tchad usera et abusera...La France ne peut pas abandonner ses ressortissants et devra donc passer sous les fourches caudines du président Deby qui va exploiter au mieux cette monumentale bêtise...On n’a pas fini de payé les pots cassés...


              • JL JL 30 octobre 2007 11:26

                Pierre R, bon article. Beaucoup d’infos mais vous écrivez : «  » L’équipe sur place a donc récupéré des documents attestant que les enfants sont darfouris et orphelins. Sans ces papiers, ils auraient été renvoyés dès leur arrivée en France », assure le porte-parole de l’Arche de Zoé.«  »

                Je dis : mensonge, personne en France n’aurait demandé le renvoi des enfants, cela a été dit et redit. L’association le savait et comptait sur ce coup de force pour parachever l’aventure.

                On a dit « pieds nickelés » ? Il ne faudrait pas que cette accusation se reporte sur la diplomatie française. Peut-être est-ce cette crainte qui a fait réagir les services qui se sont apparemment désolidarisés un peu rapidement. Quant à Idriss Déby, qu’il ait joué un double jeu dans cette affaire n’exonère en rien les autres protagonistes impliqués.


                • JL JL 30 octobre 2007 11:28

                  Un «  »mur est constellé d’empreintes de pieds et de mains d’enfants réalisées à la peinture colorée, avec à chaque fois le nom de leur auteur.«  »

                  Il serait intéressant de savoir qui est le « petit poucet » à l’origine de cette initiative.


                • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 30 octobre 2007 13:33

                  JL

                  Mon inquiétude est simple. La France ayant condamné sur la place publique ses ressortissants aux premières heures des événements, comment pourra-t-elle s’assurer maintenant qu’ils aient droit à un procès juste, sur la base de la présomption d’innocence ? Quelle exigence de justice et d’équité la France pourra-t-elle exiger, à court et moyen termes, du tribunal tchadien après des déclarations aussi intempestives qui sont venues de ses plus hautes autorités politiques ? L’Espagne a été plus mesurée dans cette même affaire. Force est de le reconnaître.

                  Voilà mon inquiétude.

                  Pierre R.


                • JL JL 30 octobre 2007 14:27

                  Je ne vois pas en quoi la reconnaissance des faits par la France serait contradictoire avec la « présomption d’innocence » et un procès équitable : équité n’est pas mansuétude.

                  Christian Chesnot disait au journal de 13 heures sur France Inter, que les responsables de l’association se présentaient aux militaires français qui les acheminaient, sous l’étiquette ’Human Rescue’ et non pas ’Arche de Noé’ « ce qui aurait entraîné une confusion » (je cite).

                  Je vous laisse tirer des conclusions sur ces propos sibyllins et révélateurs d’un certain malaise quelque part : ce qui ne se conçoit pas bien ne saurait s’énoncer clairement.


                • JL JL 30 octobre 2007 17:15

                  Précision : Christian Chesnot voulait dire : « ce qui a créé la confusion ». Il n’y a donc pas d’ambiguïté, l’association a manifestement et volontairement brouillé les pistes. Ceci est attesté par ces faux bandages que portaient les enfants.

                  Cette association semble bien avoir mélangé son intérêt personnel avec celui des enfants. Rien que de très banal en somme.


                • hgo04 hgo04 30 octobre 2007 17:52

                  L’espagne a t elle tenté de dissuader ses ressortissants de commetre ces faits ?? Et puis, les espagnol n’étaient que les pilotes de l’avion affrété, par les auteurs directs de ce négoce... Les pilotes espagnoles, pour mon humble avis, n’ont pas grand chose à voir avec ces faits...

                  Donc les autorités espagnoles tentent de les récupérer, c’est normal.


                • JL JL 2 novembre 2007 10:28

                  Ce qui me parait bizarre dans tout ça c’est la présence des journalistes aux cotés de l’association. Des journalistes ’Embedded’ ? Pas plus que l’on n’amène des journalistes quand on fait du trafic d’enfants, l’on n’en amène pas pléthore quand on fait son travail d’humanitaire. Cette affaire pue le complot. Qui a trahi qui ? Il y a au moins trois suspects : Idriss Déby, les service français du ministère ad’hoc, et l’AdZ. Mais il se pourrait bien que dans ce ’dîner’ médiatisé, ce soient les contribuables qui jouent le rôle du con.


                • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 30 octobre 2007 13:34

                  @ Actias

                  Merci de ce commentaire qui rejoint mes inquiétudes.

                  Pierre R.


                • hgo04 hgo04 30 octobre 2007 18:00

                  Marrant votre prose... Ainsi donc, au tchad, les enfants finissent tous au crack ?? vous ne serez pas un tantinet en train de nous dire que nous, bons blancs français, sommes meilleurs parents que les tchadiens ??

                  Et puis, c’est une info : au tchad ils ont du crack ??... Vue le prix de ce produit... d’où tenez vous vos sources ??

                  Je trouve vos propos humiliant pour les peuples africains... Tiens, pendant la seconde guerre mondiale, alors que nos enfants mourraient sous les bombes amies et ennemies, ils auraient dû venir en france, ces tchadiens, prendre nos enfants pour les éduquer de façon humaine, leur instruire une autre culture, leur changer de nom pourquoi pas, leur faire changer de religion, par la même occasion, et dire que nous, les blancs européens, mettons en danger de mort nos enfants avec notre guerre ridicule, que nous sommes de mauvais parents pour ainsi les laisser sous les bombardements ou autres raffles, et faire porter sur nous la croix de la honte...


                • non666 non666 30 octobre 2007 12:19

                  Ceci ne serait jamais arrivé si le business de l’humanitaire n’etait pas si juteux.

                  Car entre « l’arche de zoe » , « medecin du monde », et « medecin sans frontières », il n’y a que quelques années d’experience de difference.

                  Quand on sait qu’une adoption internationale coute entre 30 000 et 50000 euros a se partager entre avocat specialisés, traducteurs, intermediaires en tous genres, les organismes qui assurent du « tout en un » consolident sérieusement leurs benefices.

                  Si on rajoute a cela la creation de l’agence de l’adoption qui au lieu de rationaliser les procedures, a ralenti tous les adoptants dans leurs demarches legales, la tentation de passer par des demarches « limites » est grande.

                  Les ONG, tous fanions confondus, sont devenus de gigantesque moyens de finacement occultes de toute sortes d’organisations. Moins de 20% de leurs budgets va aux causes que l’on finance par nos dons.

                  Le reste donne du travail aux recalés de la classe politiques , aux agences du pubs et a tous ce petit monde des traducteurs legaux, des avocats mercenaires, et des affairistes sans scrupules.

                  « L’arche de zoe » n’est que la partie emmergée de l’iceberg.


                  • Voltaire Voltaire 30 octobre 2007 12:55

                    Vous devriez évitez d’affirmer de façon péremptoire des éléments que vous maitrisez mal.

                    Une adoption internationale « côute » environ 10.000 euros aux parents adoptants, qui traversent un chemin encombré de multiples embuches.

                    La majorité des enfants orphelins dans les pays du tiers monde ne trouvent pas de parents adoptifs, malgré une « demande » de parents adoptants très importante, principalement pour des raisons administratives (manque de moyens dans les pays concernés).

                    Il est exact que l’AFA (agence française de l’adoption) n’a pas assuré les objectifs qui lui étaient fixés, pour plusieurs raisons (manque de moyens, parti-pris « philosophique » contre certains demandeurs, et surtout absence d’action humanitaire en parallèle avec les demandes d’adoption dans les pays concernés).

                    Les ONG consacrent en moyenne 80% de leurs fonds à leurs activités humanitaires, et 20% à leur fonctionnement.

                    En colportant des informations erronées, vous affaiblissez les efforts de nombreuses ONG qui sont indispensables, et jettez le discrédit sur l’adoption internationale qui est pourtant de plus en plus contrôlée.


                  • non666 non666 30 octobre 2007 17:39

                    Contrairement a ce que vous supposez a tort, c’est un sujet que je maitrise particulièrement bien.

                    J’ai pratiqué pendant 5 ans ce type de demarche et j’ai visité suffisament d’adoptant pour connaitre le budget total, voyage sur place compris.

                    Si vous avez des solutions pour adopter legalement à 10000 € hors de France, ayez la bonté de nous en instruire.

                    Je persiste et je signe.


                  • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 30 octobre 2007 12:27

                    @ tous

                    Merci de vos commentaires. Je reviendrai plus tard sur les réactions individuelles. Je chercher pour l’instant à documenter les réactions de l’Espagne face aux sept membres d’équipage espagnols qui viennent également d’être inculpés au Tchad. L’Espagne s’est faite, semble-t-il, beaucoup plus discrète.

                    Pierre R.


                    • WOMBAT 30 octobre 2007 12:47

                      J’ai comme l’impression que ces « Pieds Nickelés » étaient surveillés et subrepticement encouragés par les autorités Tchadiennes et ce dès le début de la mise en place de leur opération foireuse, laquelle sans doute se basait sur la bonne foi. Je ne me souviens plus du nom du baroudeur responsable du coup de main, style SAS de l’humanitaire, mais, à l’instar de la majorité des barbouzes, il n’a pas vu plus loin que le bout de son nez. Idriss Déby a laissé mûrir et grossir le fruit pour le cueillir à point nommé. Calcul cynique, parfaitement porté à terme. Par contre ce qui me consterne est le manque de compétence des services secrets français face à ce cas, qu’ils auraient dû débusquer et étouffer dans l’oeuf. Il est trop tard, inutile de se lamenter, mais que faire maintenant devant à un tyran retors et qui tient le couteau du côté du manche ? Raquer, pardi ! Parions que M. Déby va recevoir son lot d’armes sophistiquées et autres colifichets hors de prix, offerts par la France, sans compter la probable confiscation du quadriréacteur en excellent état qui devait servir à l’exfiltration des gamins. Quel gâchis...


                      • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 30 octobre 2007 12:51

                        Pour informations

                        L’Espagne est « en désaccord » avec l’inculpation des sept Espagnols retenus au Tchad et accusés de complicité d’enlèvement de mineurs dans l’affaire de l’Arche de Noé, a déclaré mardi le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Bernardino Leon.

                        « Le gouvernement est en désaccord avec cette accusation », a déclaré M. Leon sur les ondes de la Radio nationale espagnole (RNE).

                        « Tout semble indiquer qu’il n’y ait pas de preuves concluantes contre les Espagnols », a-t-il insisté.

                        « Tant que ces preuves ne sont pas présentées, le gouvernement continuera de considérer qu’ils sont innocents et continuera de demander leur libération », a-t-il ajouté.

                        Seize Européens, dont neuf Français, ont été inculpés lundi soir à Abéché, dans l’est du Tchad, d’« enlèvement de mineurs », « escroquerie » ou « complicité » dans l’enquête sur la tentative controversée de transport de 103 enfants vers la France par l’association française Arche de Zoé.

                        Les sept Espagnols, membres de l’équipage de l’avion qui devait transporter les enfants vers la France, ont été inculpés de « complicité ».

                        L’Espagne a dépêché à N’Djamena le directeur général de l’assistance consulaire, Miguel Angel de Frutos afin de renforcer l’équipe espagnole déjà sur place, a-t-on appris mardi de sources diplomatiques.

                        M. de Frutos a quitté mardi matin Madrid pour N’Djamena, où il retrouvera l’ambassadeur espagnol au Cameroun, Maria Jésus Alonso, déjà sur place au Tchad, pays où Madrid ne dispose pas d’ambassade.

                        Le consul général au Cameroun, Vicente Mas, se trouve lui à Abéché, et doit pouvoir rencontrer les sept Espagnols de manière imminente, ont précisé ces sources diplomatiques.

                        Celles-ci ont également précisé que les détenus européens devraient être transférés à N’Djamena « dans les 48 heures ».

                        (©AFP / 30 octobre 2007 12h35)

                        Pierre R.


                        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 30 octobre 2007 13:00

                          À tous

                          Aux dernières nouvelles, les 9 français, c’est à dire les membres de l’association et les journalistes ont été inculpés d’enlèvement de mineurs et d’escroquerie. Les sept espagnols de l’équipage de l’avion qui devaient transporter les enfants ont été eux inculpés de complicité. Quant au pilote belge qui a acheminé une partie des enfants de la frontière tchado-soudanaise à Abéché, il est depuis dimanche placé en garde dans l’attente lui aussi d’une éventuelle inculpation. Vous trouverez dans cette émission de LC1 les premières bribes de reportage du journaliste de l’agence Capa qui émettait déjà des doutes sur l’opération.

                          Il semblerait de plus que, selon LC1, l’Aviation civile tchadienne a délivré le 22 octobre une autorisation de survol et d’atterrissage à l’avion affrété par l’Arche de Zoé en vue d’une « évacuation sanitaire ». Selon un responsable de l’Aviation civile, les autorités ne savaient pas qui concernait cette évacuation et font remarquer que l’appareil qui a atterri à Abéché n’était pas celui pour lequel l’autorisation a été émise.

                          Réactions au Soudan : les autorités soudanaises ont annoncé dimanche la constitution d’une commission d’enquête officielle sur les enfants. La commission est formée par des représentants des ministères des Affaires étrangères, des Affaires sociales et de l’organisme officiel appelé le Conseil national de l’enfance. La secrétaire générale de cet organisme, Amira el-Fadel, a vivement dénoncé ce qu’elle a qualifié d’opération de « trafic d’enfants », tandis que le ministre de l’Intérieur, Zoubeir Béchir Taha, a remercié le Tchad pour avoir empêché le départ de ces enfants en France.

                          En Espagne, le secrétaire d’Etat espagnol aux Affaires étrangères Bernardino Leon a déclaré mardi 30 octobre que l’Espagne est « en désaccord » avec l’inculpation des sept Espagnols retenus au Tchad et accusés de complicité d’enlèvement de mineurs dans l’enquête sur la tentative controversée de transport de 103 enfants vers la France par l’association française Arche de Zoé. L’Espagne avait demandé lundi le respect de la présomption d’innocence, alors que Paris s’est vivement désolidarisé de l’association.

                          Pierre R.


                        • alberto alberto 30 octobre 2007 13:09

                          Merci, Pierre, pour cette info qui confirme que les autorités espagnoles apportent leur soutien à leurs nationaux contrairement aux autorités françaises qui semblent plutôt disposées à les lâcher dès lors qu’il ne s’agit pas de hauts fonctionnaires ou de dirigeants de grandes entreprises.

                          Dans cette affaire, le gouvernement français aurait au moins pu envoyer un représentant pour s’assurer que les règles du droit sont respectées ce qui, vu le contexte du pays, est loin d’être confirmé.

                          Maintenant, il reste aussi la question d’ouvrir une enquête en France pour éclaicir la question de savoir s’il y avait intention d’escroquerie, ou simple intention caritative !

                          Bien à vous.


                        • manusan 30 octobre 2007 13:17

                          @ l’auteur, merci pour les infos détaillées.

                          Plusieurs questions :

                          quel tribunal peut s’occuper de l’affaire aujourd’hui ?

                          qui est exactement « l’arche de Zoé » ? son historique des opérations en matière d’adoption, sa crédibilité, ect ...

                          Idriss Déby est-il tenté par un scénario lybien ? On ne peux écarter l’hypothèse, cette affaire arrive quelques mois aprés la libération des infirmières bulgares dont on imagine les bakchich. Pas besoin de rappeler ce qu’est l’Afrique.


                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 30 octobre 2007 13:37

                            @ Manusan

                            Je fais miennes vos questions qui sont pertinentes, dans les circonstances. Il semblerait que les ressortissants français et espagnols seront jugés au Tchad. À moins de tractations contraires entre les pays concernés.

                            Pierre R.


                          • John Pololo 3 novembre 2007 12:14

                            J’aimerais savoir ce que vous entendez par ce qu’est l’Afrique ?


                          • Rémi FRITSCH Rémi FRITSCH 30 octobre 2007 14:06

                            Dès le 26 octobre, premier jour de la diffusion de l’info, c’est la curée et le lynchage médiatique de l’association AdZ : « enfants volés », « trafic d’enfants », « antenne en Belgique de AdZ : COFOD » (c’est limite si on ne nous annonce pas que Dutrou est de retour en Afrique !), opération « illégale, irresponsable » etc....

                            Ah bon ? parceque laisser mourir des enfants et leurs familles, dans les tourbillons d’une guerre civile qu’on entretient en fournissant des armes aux belligérants, c’est légal et responsable ?

                            Parceque de la part d’un dictateur, envoyer des enfants-soldats piller et massacrer des villages, c’est légal et responsable ?

                            Que l’opération de l’Arche de Zoé, soit discutable dans sa mise en place, tant sur le fond que sur la forme, certes.

                            Qu’au final, cette opération soit un fiasco saute hélas aux yeux, évidemment.

                            Mais il n’y que ceux qui ne font rien qui ne prennent pas de risques ni de coups, et c’est toujours très facile de lyncher depuis un fauteuil...

                            L’inaction (ne pas porter assistance à population en danger) pourrait tout aussi bien être qualifiée de « illégale et irresponsable ».

                            D’ailleurs , les mêmes qui lynchent et lâchent les membres d’AdZ, avant-même de s’informer sur leurs compétences, auraient été les premiers à les « lècher » et encenser, en cas d’atterrissage des 103 enfants du Darfour en France !

                            A propos de solidarité nationale et internationale, le hasard du calendrier fait que Rama Yade et Bernard Kouchner sont aujourd’hui en Thaïlande.

                            Or il se trouve qu’ au nord de la Thaïlande, près du village de Huay Nam Khao, 7800 réfugiés, principalement de l’ehtnie Hmong, attendent dans un camp ceinturé de barbelés d’être rapatriés de force au Laos, c’est à dire reconduits à l’abattoir pour beaucoup d’entre eux. (cf http://www.uhasie.org)

                            4500 enfants de moins de 14 ans, 1600 de moins de 5 ans, 25 naissances par mois...

                            Certains ont mis des années pour s’échapper du Laos, où ils sont traqués et décimés par les soldats laotiens aidés des vietnamiens, car ces Hmong sont coupables d’être les descendants de ceux qui ont aidé les Français jusqu’en 1954 et le Américain jusqu’en 1975.

                            Et les camions militaires qui viendront, un matin, les embarquer vers la mort, le feront suite à des ordres d’officiels « responsables et en toute légalité »’...

                            Merci à la « Bonne Mère » d’avoir bonne mémoire et de n’oublier aucun de ses enfants, sur aucun continent...


                            • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 30 octobre 2007 14:43

                              Rémi

                              Merci de ce commentaire que je rejoins volontiers.

                              Pierre R.


                            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 31 octobre 2007 03:37

                              Tout ceci ressemble beaucoup à ces messages de « Mission Impossible » : si vous êtes pris, vous serez désavoués. Quelqu’un a voulu poser un geste concret d’aide dans un monde qui s’en fout. Le monde a honte et il se venge en bramant contre ceux qui ont eu le courage d’essayer. Illégal ? Bien sûr. Mais pour quiconque a une once d’éthique, ce sont ceux qui permettent le Darfour qui n’ont aucune légitimité. Le monde se mérite chaque jour un peu plus son nettoyage au Karcher.

                              http://nouvellesociete.org/00.html

                              Pierre JC Allard


                            • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 30 octobre 2007 14:54

                              Dernière heure

                              Ce commentaire vu de Belgique : « Du point de vue diplomatique, en France, on a eu l’impression au début que les autorités françaises s’alignaient sur les déclarations des autorités tchadiennes comme pour les amadouer, puisqu’il existe dans la région d’autres enjeux géopolitiques : c’est la France qui avait obtenu d’Idriss Deby qu’il accepte la Force européenne de l’ONU qui va se déployer en décembre pour sécuriser les camps de réfugiés du Darfour (région du Soudan, frontalière du Tchad).

                              Et puis, dans un deuxième temps, le Quai d’Orsay (ministère français des Affaires étrangères) a insisté sur la protection des détenus. Il y a manifestement un gros cafouillage. La diplomatie française est désormais sur la défensive. Le Tchad fait monter les enchères et la presse française, ce matin, met en cause la responsabilité du gouvernement français qui connaissait les préparatifs de l’ « Arche de Zoé », mais a laissé faire puisque l’ONG a même bénéficié de l’aide de l’armée française sur place.

                              Et cet échec se fait malgré la présence de Bernard Kouchner, ancien « humanitaire » lui-même, à la tête du Quai d’Orsay, qui connaît donc bien le domaine. Sans compter, au sein du même ministère, la déclaration de la secrétaire d’Etat française aux droits de l’Homme, Rama Yade, qui a insisté sur le fait que cette affaire ne menaçait pas le déploiement d’une force de l’UE à dominante française au Tchad et en Centrafrique. « La question a été posée à Idriss Deby dimanche soir par le président Sarkozy », dit Rama Yade avant d’affirmer « on savait très bien que cette affaire-là n’a aucun rapport avec le déploiement de la force multidimensionnelle. Il n’y a aucune conséquence possible et le président Deby nous en a assurés ».

                              Rama Yade a également réaffirmé que l’Etat français n’était « absolument pas en cause » dans l’affaire de l’ « Arche de Zoé », mais il semble que du côté tchadien, on soupçonne la France d’avoir « joué un double jeu en laissant faire l’opération pour se dégager ensuite de toute responsabilité ».

                              Ces voltes-faces et contradictions interpellent la presse française, qui se pose des questions sur la capacité réelle d’intervention de la diplomatie et de l’armée française. Et certains journaux se demandent aussi si c’est bien le rôle du président Sarkozy et de son gouvernement d’accabler comme ils l’ont fait des ressortissants français, emprisonnés à l’étranger. »

                              Pierre R.


                              • JL JL 30 octobre 2007 16:17

                                «  »il semble que du côté tchadien, on soupçonne la France d’avoir « joué un double jeu en laissant faire l’opération pour se dégager ensuite de toute responsabilité ».«  ».

                                Qui peut dire quel était l’intérêt pour la France de jouer un double jeu dans cette affaire ? Pour qui donc, l’association travaillait-elle ? Qu’aurions nous gagné, nous français, en cas de ’réussite’ ? A qui aurait profité le ’fait accompli’ ?

                                Il faut répondre à cette question avant d’accuser la France de double jeu, me semble-t-il.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès