Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Argentine : la dynastie des Kirchner (en musique)

Argentine : la dynastie des Kirchner (en musique)


Octobre 2007, Argentine  : Le pouvoir reste en famille !

Pour la première fois en Argentine, le président sortant passe la main à son épouse élue démocratiquement. Cristina Fernández de Kirchner qui a remporté la présidentielle du 28 octobre succède aujourd’hui à son mari Néstor Kirchner, à la tête de l’Etat depuis mai 2003. Avocate et sénatrice péroniste de 54 ans, la « reine Cristina », comme l’appellent ses détracteurs, prend les commandes de l’Argentine pour quatre ans avec « le changement dans la continuité » comme slogan. L’opposition, de droite comme de gauche, craint déjà le retour de son mari en 2011 et l’installation d’une dynastie « tournante » des Kirchner.

Bon déjà, parler du groupe : ils sont argentins, ils s’appellent "Los Violadores", et la chanson "rey o reina", est issue de leur dernier album qui porte le même nom.

Parler ensuite du sujet : ça raconte les époux Kirchner en Argentine : Cristina a été élue en succession de son mari Nestor. Ils forment donc ainsi une sorte de "monarchie conjugale". Tout en étant de gauche, ils sont très bling bling et dépensiers, pendant que leur pays s’enfonce dans une nouvelle crise...

La vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=NauRc7Jph-Q&feature=player_embedded

Paroles :

Rey o reina

A donde irán
A donde diablos soplarán
Los vientos del sur,
Patagónicos

Que nos van a dejar
Si es que hay algo por dejar
Siete plagas más
Hegemónicos,pantagrurélicos
Los realistas van por el poder

De república a monarquia va
la reina Cristina
De república a monarquia va...

La sangre real
Es dinastira marital
Pompa y funeral
Para el pueblo

Siempre olvidarán
Si en su condición normal
Energía bipolar
Apetitos insaciable y retóricas de más

De república a monarquia va
la reina Cristina
De república a monarquia va...

El rey David...

La izquierda pituca
La izquierda del caviar
Te embargan ilusiones
Que se van a derramar

Y solo les importan
Su cabeza a coronar
Y lo que oímos siempre
Es el mismo bla, bla, bla

De república a monarquia va
la reina Cristina
De república a monarquia va...

El rey David...

bla, bla,bla.bla,bla...

Los Violadores (2009)

Roi ou reine

Où iront-ils ?
Où souffleront ces diables ?
Les vents du sud
Ceux de Patagonie

Ils vont nous abandonner
S’il y a encore quelque chose à abandonner
Sept plaies supplémentaires
Hégémoniques, pantagrueliques
Les réalistes s’acheminent vers le pouvoir

De la république vers la monarchie
La reine Cristina fait son chemin…

Le sang royal
C’est une dynastie maritale
Pompe et obsèques
Pour le peuple

Ils oublieront toujours
Que dans leur condition normale
Energie bipolaire
Apétits insatiables et de la rhétorique en plus

De la république vers la monarchie
La reine Cristina fait son chemin…

Le roi David…

La gauche « pituca »
La gauche « caviar »
Te berce d’illusions
Qui vont se répandre

Et la seule chose qui les intéresse
C’est leur tête à couronner
Et nous, nous entendrons toujours
Le même bla bla bla

De la république vers la monarchie
La reine Cristina fait son chemin…

Le roi David…

bla, bla,bla.bla,bla...

Los violadores ( 2009)

Un grand merci à Odile pour la traduction, et à Hirondelle qui a créé la vidéo

Mardi 16 mars 2010

Les Kirchner sur le banc des accusés

À Buenos Aires, la présidente Cristina Fernández Kirchner et son époux Néstor Kirchner, l’ancien chef de l’État, traversent une grave crise de popularité. Sous le coup d’une enquête judiciaire pour enrichissement illicite, le couple doit aussi faire face au succès en librairies de El Dueño, une enquête du journaliste Luis Majul dénonçant les affaires troubles auxquelles serait mêlé l’ancien président et la corruption de « l’ère K ».

« C’est une biographie non autorisée. L’histoire secrète de notre ancien chef de l’État, qui raconte comment un adolescent complexé et humilié par ses camarades est devenu le président le plus riche, le plus puissant et le plus vindicatif d’Argentine », résume l’auteur dans un entretien accordé au quotidien uruguayen El País. L’ouvrage de Luis Majul a d’ailleurs été versé comme preuve au dossier dans l’enquête judiciaire sur le couple. Et pour cause. Il multiplie les témoignages de proches affirmant avoir bénéficié des largesses de l’ancien chef d’État  ; il démonte les mécanismes de la présumée « association illégale » formée par Kirchner, son ministre du plan Julio de Vido et des hommes d’affaires, à des fins de malversations  ; et il rappelle le « scandale de la valise » (800 000 dollars ramenés du Venezuela et saisis par la douane en août 2007). « La corruption n’est pas nouvelle dans les hautes sphères du pouvoir argentin », rappelle le journaliste d’investigation dans le quotidien El País. « Celle qui régnait à l’époque du président Carlos Menem est bien connue. Mais avec Kirchner, elle prend une autre dimension, bien plus sophistiquée. »

Dans une déclaration sous serment présentée récemment devant l’Office de lutte contre la corruption, les Kirchner ont déclaré une fortune de 12,8 millions de dollars. « Leur patrimoine net est passé de 4,6 millions de dollars à 12,8 millions de dollars en 2008, soit une augmentation de 158 % », rapporte le quotidien argentin El Clarín. Depuis 2002, un an avant l’arrivée au pouvoir de Néstor Kirchner, la fortune du couple aurait augmenté de 2000%.

Si vous avez aimé la chanson, venez découvrir ce groupe ici : Argentine : Los Violadores

Source : "Rey o reina"(Los Violadores) ou la dynastie des Kirchner


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • tinga 15 mai 2010 12:11

    C’est marrant, dans les « démocraties » le pouvoir semble être avant tout une histoire de familles.

    Sans doute que ces gens ont des capacités hors du commun, peu-être même du sang bleu.

    • fifilafiloche fifilafiloche 15 mai 2010 20:18

      Je viens de passer 6 mois en Argentine.


      Oui, les Kirchner sont consuméristes, keynesianistes, profondément argentins.

      Il faut connaître l’histoire économique argentine pour comprendre son fonctionnement. Le futur n’existe pas. Avec une inflation supérieure à 30% par an, les salaires perdent leur pouvoir d’achat chaque année. Il faut donc dépenser aujourd’hui ce qui coutera plus cher en termes réels demain. Les voitures d’occasion quotées en dollars ne perdent pas leur valeur.

      La richesse vient du sol. Hier, la viande, aujourd’hui le soja, l’economie amplifie les cycles économiques en fonction des marchés internationaux. J’étais à Formosa, capitale du Chaco argentin, une des régions officiellement les plus pauvres d’Argentine, il y a un mois. Les rues étaient pleines de motos chinoises, véhicules neufs, les restaurants fonctionnaient à plein. La terre en bordure du fleuve y est riche et fertile.

      La différence avec la France ? Depuis 2001, l’Argentine n’a plus accès au crédits internationaux. Elle a donc été relativement préservée des crises du crédit et a profité à plein des politiques de relance mondiales.

      Elle souffrira certainement de la contraction de la demande suite aux politiques de rigueur, mais l’Argentin est habitué aux secousses, il s’adaptera bien mieux que nous, il est déjà passé par là.

      • asterix asterix 15 mai 2010 21:28

        Chavez qui s’est garanti éligible à vie, Castro qui ne s’est jamais posé cette question... Uribe qui a raté d’y arriver. Poutine qui passe d’un salon à l’autre, Almanidmachintruc qui fausse tous les résultats. L’Afrique où la démocratie représente un vrai danger avec du 45 - 55 ou un florilège de présidents à vie... La Chine où les députés se réunissent une fois par an pour applaudir l’exécutif.
        Les Kirchners sont si mignons sur la photo...
        J’espère qu’Eva Morales suivra la voie de Lulla.
         


        • Chien Guevara Chien Guevara 16 mai 2010 23:58

          Salut le Gaulois,

          Ce serait sympa d’enlever Uribe, l’intrus de cette liste ! (les autres, je les aime bien smiley)


        • Bleu Montréal 15 mai 2010 21:47

          asterix, vous n’y comprenez rien. Il ne faut pas confondre les rétro-libéraux (comme Sarko, et toute la bande d’escrocs qui pseudo-dirigent l’Europe) et le mouvement de gauche très démocratique que connait l’Am. Latine. Chavez peut tout à fait tomber si le peuple décide de ne plus voter pour lui. Le peuple peut même décider de s’en débarasser à mi-mandat en convoquant un référendum révocatoire et voter contre sa réélection.
          Les Kirchner sont excellents pour l’Argentine et son développement social. Ne vous en déplaise. Le FMI ne peut plus s’ingérer dans la gestion de ce pays à présent.


          • tvargentine.com lerma 16 mai 2010 13:40

            Un article à charge de quelqu’un qui n’a jamais mis les pieds à ALTA GACIA ville du CHE

            http://www.tvargentine.com/altagracia.html

            Mais il s’autorise le droit d’écrire sur l’histoire d’un pays qu’il ne connait pas

            La vérité c’est que la politique des Kirchner qui a redressé l’économie et permis le retour d’une forte croissance économie jusqu’à la grande crise financière que le monde connait actuellement

            Il ne faut pas oublier le lobby agricole qui représente un mur d’argent qui refuse de partager avec le reste de la société

            Je connais bien ce pays et je rejoins le point de vue de fifilafiloche car à Rosario les constructions d’immeubles ne se sont pas arrétées et si il est vrai que l’inflation monte il est vrai que ce pays voit son agriculture muter

            Le temps des vaches dans les champs et presque terminée au détriment de la culture du soja qui rapporte +

            http://www.tvargentine.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Chien Guevara

Chien Guevara
Voir ses articles







Palmarès