Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Arghanistan : Ne pas oublier les citoyennes

Arghanistan : Ne pas oublier les citoyennes

Arghanistan : Ne pas oublier les citoyenNEs d’Afghanistan luttant contre les interventions OTANesques, talibanesques et autres - dont des éluEs et militantes féministes !

Pourquoi ne pas voir l’Afghanistan AUSSI en dehors du prisme des interventions étrangères et des pouvoirs qu’elles soutiennent voire importent ?
Pour combattre l’impérialisme concurrent d’alors, l’URSS, les USA n’ont pas hésité à favoriser et soutenir l’implantation en Afghanistan de fondamentalistes musulmans, qu’ils combattent (talibans) en s’appuyant sur un pouvoir de chefs de guerre et trafiquants ...
Les Arghans n’auraient-ils pas le choix ? 
L’article "Afghanistan : après le tchadri, la mutilation !" décrit des faits réels, mais on oublie que tous et toutes les afghanEs ne sont pas sur ces schémas. 
 
Sans prétention, je me permets d’évoquer RAWA (Femmes Révolutionnaires Afghanes), la députée Malalaï Joya et son livre "Au nom de mon peuple" édité en avril 2010 (NB).
Malalaï Joya, petite fille afghane, fut réfugiée en camps au Pakistan et en Iran. Son père, étudiant en médecine, l’envoya à l’école Watan (de RAWA) : des Afghans peuvent donc aussi souhaiter la scolarisation de leurs filles et leur Emancipation - pas tous.
De retour en Afghanistan, Malalaï Joya créa une école clandestine de filles à Hérat, puis à Farah. Ecoles clandestines il est vrai : pressions sociales, talibanesques, ...
En 2005, à la demande des habitants, elle se présenta aux élections, fut élue députée de Farah : celles et ceux qui l’ont élue ne sont pas dans le schéma médiéval et talibanesque !
Elle siégea deux ans au parlement, avant ,d’en être expulsée ,parce qu’elle criait la vérité aux chefs de guerre élus : tout n’est pas rose donc, et les forces réactionnaires existent, y compris sous le bouclier de l’OTAN ! Un court extrait de son livre :
" Au lieu de les juger pour crimes de guerre, les Américains et leurs alliés ont mis ces criminels endurcis en position de pouvoir, leur donnant tout loisir de terroriser le peuple afghan."
Ce livre donne un point de vue autre, contribue à faire connaitre la position d’Arghans qui ne se reconnaissent dans aucun des impérialismes US ou talibanesques ou saoudiens ...
Les forces de l’OTAN etc... interviennent-elles dans tous les pays où sévissent des pratiques comme le tchador, la mutilation ? rôle des intérêts géopolitiques et des ressources en pétrole, ou en minerais précieux comme en Afghanistan, ou en uranium comme AREVA au Niger, ... ? L’occupation américaine en Irak y a-t’elle favorisé ou combattu les guerres de religions ? ... A qui profitent les "croisades" du clan Bush et autres ? Combien de dictatures sanglantes sous l’égide de la Françafrique ? ... Excusez les allusions schématiques et risques d’amalgames.
 
Henri Amadéi ; amadei.henri@wanadoo.fr ;
 
(NB) Malalaï Joya, députée de Farah, "Au nom de mon peuple", éditions Presses de la Cité, avril 2010, 20,50 Euros
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 août 2010 10:55

    Bonjour,

    Au lieu de les juger pour crimes de guerre, les Américains et leurs alliés ont mis ces criminels endurcis en position de pouvoir, leur donnant tout loisir de terroriser le peuple afghan. « Ils ont fait pareil chez en 40 en Europe.

     »L’empire britannique lui-même, désormais plus que jamais aux commandes de la politique mondiale, en se concentrant sur l’éradication permanente des États-nations souverains, consistant à pousser les pays dans des conflits autodestructeurs les uns contre les autres. Les services secrets commencèrent immédiatement à semer les graines d’une autre grande guerre, afin d’éliminer les nations et préparer le terrain pour un gouvernement mondial. Les programmes sociaux furent éliminés, les industries, privatisées, et de furieuses campagnes de spéculations s’abattirent, la banque centrale imprima désespérément des montagnes de billets, dans le vain espoir de rembourser l’impayable dette débouchant sur la crise hyper-inflationniste. Aujourd’hui encore, la manipulation des tensions religieuses et ethniques sont organisées, juste pour créer des conflits régionaux. Les mêmes banques et cartels qui avaient manipulé les conflits, se positionnèrent en vue d’actions semblables pour ruiner les positions déjà affaiblies. La banque JP Morgan, située au 23 Wall street, branche américaine d’une banque britannique, fonctionnait comme un cheval de Troie dans la finance américaine depuis bien longtemps. Dans les années 20, la maison des Morgan agissait plus comme un cartel que comme une banque, sans rôle public et avec un conseil d’administration en lien avec des milliers de compagnies, d’industries, et d’établissement publics américains. La main des Morgan était reconnue comme monarchique au pays de la finance américaine, seulement inféodée à l’empire britannique pour lequel elle agissait. C’est ce vaste réseau financier qui allait prendre le contrôle des partis politiques, installer une série de présidents au service de Londres et Wall street, et qui allait conseiller le démantèlement du Système américain. Un chômage massif se développa à cause de l’effondrement de tout le tissu industriel et agricole, tandis que s’installait un désespoir profond et le chaos social, c’était un terrible cauchemar. Ce fut une époque extrêmement dangereuse, les intérêts Morgan tentèrent d’installer un gouvernement fasciste en France, autour de Pierre Laval. La révolution espagnole éclata et le régime fasciste de Franco fut mis en place, Hitler était au pouvoir, Mussolini était au pouvoir, et des banquier de Wall street soutenaient cela, y compris Prescott Bush, le grand père de GW du même nom, qui agissait avec des fonds destinés à financer Hitler. Des millions de dollars furent injectés dans le parti nazi et l’un d’eux mit le feu au Reichstag. Les nazis accusèrent le parti communistes et utilisèrent la peur suscitée par l’événement pour instaurer des lois liberticides fomentées par Hitler qui avait les pleins pouvoirs. Le krach économique aux Etats unis s’était transformé en une gigantesque famine, banqueroutes, saisies immobilières, et le chômage culminait à 25 %. Mais les gens n’étaient pas en mesure de prêter attention aux grondements menaçants qui provenaient de l’étranger. Pourtant, la participation aux élections qui suivirent fut sans précédent. Les électeurs espéraient trouver un leader qui, contre toute attente, les sortiraient du désespoir et ramènerait la prospérité sur le pays... "

    la désinformation continue et il est bon de le savoir avant de cautionner Times magazine...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Amadéi Henri


Voir ses articles







Palmarès