Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ariel Sharon, le faucon complexe de l’État d’Israël

Ariel Sharon, le faucon complexe de l’État d’Israël

« La guerre d’indépendance d’Israël n’est pas terminée. (…) Toute ma vie s’est passée dans ce conflit. (…) Combattre a été et restera la charge de ma génération. (…) Telle sera la charge des générations à venir. » (Ariel Sharon, "Haaretz", avril 2001).

yartiSharonAriel01

L’ancien Premier Ministre israélien Ariel Sharon vient de s’éteindre ce samedi 11 janvier 2014 près de Tel-Aviv après une très longue période de coma. Il était une personnalité qui ne laissait pas indifférent.

Le 4 janvier 2006, le Premier Ministre israélien de l’époque est tombé dans un coma profond après une seconde attaque cérébrale. Il avait subi une première attaque cérébrale le 18 décembre 2005. Depuis huit ans, Ariel Sharon est resté vivant, au point presque de s’être fait oublier de ses contemporains. Approchant les 86 ans, son état de santé s’est détérioré depuis le 1er janvier 2014 et ses médecins ont affirmé qu’il luttait comme un guerrier, héroïquement, alors que ses organes vitaux s’éteignaient progressivement.

Nul doute que, au contraire de Nelson Mandela, la mort d’Ariel Sharon ne suscitera pas un unanimisme pour ce militaire qui a participé à toutes les guerres de l’État d’Israël depuis la fondation de ce pays en 1948. Redouté, détesté, ou, au contraire, admiré,apprécié pour son populisme nationaliste et sécuritaire, Ariel Sharon aurait pu laisser une image simple du "méchant", celui du "méchant" dans un duo de policiers qui inclut aussi le "gentil", histoire de jouer le chaud et le froid en fonction des intérêts stratégiques d’Israël.

Deux événements majeurs ont rendu son parcours irrémédiablement inacceptable : les massacres de Sabra et Chatila, où des centaines voire des milliers de réfugiés palestiniens ont été tués par les Phalangistes libanais du 16 au 18 septembre 1982, et le début de la 2e Intifada le 28 septembre 2000.


Sabra et Chatila (16 au 18 septembre 1982)

Dans le premier événement, la responsabilité d’Ariel Sharon, alors Ministre israélien de la Défense, qui a supervisé l’invasion du Liban en juin 1982, a été clairement établie, l’amenant même à donner sa démission quelques mois plus tard, le 14 février 1983, quelques jours après la publication du rapport le mettant en cause (parce que Israël, qu’on le veuille ou pas, est une démocratie authentique), mais sans quitter le gouvernement de Menahem Begin.

yartiSharonAriel03


La nature de sa responsabilité reste toutefois encore un sujet de controverse, entre l’indifférence plus ou moins complice (laisser faire le massacre sans l’avoir vraiment prévu) et son organisation secrète (commanditer le massacre).

Le rapport de la commission présidée par Yitzhak Kahan publié le 8 février 1983 a toutefois donné quelques indications sur la responsabilité d’Ariel Sharon, en insistant surtout sur le manque de clairvoyance et l’absence de mesures prises pour éviter le massacre : « Had it become clear to the Defense Minister that no real supervision could be exercised over the Phalangist force that entered the camp with the IDF’s assent [IDF : Israel Defense Forces], his duty would have been to prevent their entry. » et le chef d’état-major (Rafael Eitan) d’expliquer que s’il avait su, il n’aurait pas permis aux Phalangistes d’entrer dans les camps : « No, if I had expected that this was liable to happen, or if someone had warned me that this was liable to happen, they would not have entered the camps. ».

Le rapport a pointé donc du doigt la responsabilité d’Ariel Sharon ainsi : « It is our view that responsibility is to be imputed to the Minister of Defense for having disregarded the danger of acts of vengeance and bloodshed by the Phalangists against the population of the refugee camps, and having failed to take this danger into account when he decided to have the Phalangist enter the camps. In addition, responsability is to be imputed to the Minister of Defense for not ordering appropriate mesures for preventing or reducing the danger of massacre as a condition for the Phalangists entry into the camps. ».

(Aux non-anglophones : je préfère éviter de traduire moi-même ce rapport dont chaque mot revêt une importance essentielle. Ce sera aussi le cas pour le rapport Mitchell).


Visite de l’Esplanade des Mosquées (28 septembre 2000)

Dans le second point évoqué, l’incertitude historique demeure encore sur le lien de causalité entre la visite d’Ariel Sharon, chef de l’opposition, le 28 septembre 2000 sur l’Esplanade des Mosquée à Jérusalem, qui fut une véritable provocation dont l’objectif relevait probablement de la politique intérieure (objectif atteint puisqu’il a remporté les élections qui ont suivi), et le démarrage de la 2e Intifada.

La veille, Yasser Arafat était invité à dîner par le Premier Ministre israélien Ehud Barak et lui a demandé d’interdire cette visite. Certains pensent que cette venue à l’Esplanade des Mosquées ne fut qu’un simple élément de catalyse d’une révolte préparée longtemps à l’avance par Yasser Arafat après l’échec du Sommet de Camp David II (11 au 25 juillet 2000) dont le statut de Jérusalem et de l’Esplanade des Mosquée fut un point de désaccord.

yartiSharonAriel10


Le rapport de l’ancien sénateur américain George Mitchell publié le 30 avril 2001 est même plus catégorique en considérant que les émeutes n’étaient pas la conséquence de cette visite mais que l’effet provocateur de celle-ci n’avait pas été évalué à sa juste mesure : « The Sharon visit did not cause the Al-Aqsa Intifada. But it was poorly timed and the provocative effect should have been foreseen. ».

Dans tous les cas d’interprétation, pour des préoccupations de politique intérieure, Ariel Sharon n’avait pas hésité à mettre de l’huile sur le feu dans les relations israélo-palestiniennes.


Deux autres faits au passif

À ces deux événements très contestables, on peut aussi en rajouter deux autres, la décision le 14 avril 2002 du gouvernement d’Ariel Sharon de construire un mur de séparation entre Israéliens et Palestiniens, de connotation fâcheuse douze ans après la chute du mur de Berlin, ainsi que l’offensive très violente menée en Cisjordanie le 29 mars 2002 pour démanteler les organisations terroristes et détruisant dans le même temps les structures officielles de l’Autorité palestinienne, isolant ainsi son Président Yasser Arafat.

Il était clair qu’Ariel Sharon, qui possédait une maison en plein cœur musulman de Jérusalem qui arborait bien en vue des drapeaux israéliens, avait obstinément refusé de négocier avec Yasser Arafat. Ses dispositions ont complètement changé après la mort de Yasser Arafat.


Une personnalité pas si aisée à cerner

L’homme est sans doute plus complexe que le complice de Sabra et Chatila ou le provocateur de l’Esplanade des Mosquée.
Plus complexe que dans le rôle simpliste du guerrier "méchant".
Même si ce fut un complexe pour Israël d’avoir parmi ses "héros" populaires un si dissipé conquérant.

Parce que justement, seul un guerrier pouvait faire une paix durable avec les Palestiniens (à l’instar de Yitzhak Rabin).

yartiSharonAriel04


Rappelons rapidement sa trajectoire.

Né le 26 février 1928 en Palestine mandataire d’une mère biélorusse et d’un père polonais, Ariel Sharon fut un officier qui s’est engagé dans l’armée israélienne très jeune et qui s’est illustré militairement par ses talents de tacticien lors des guerres israélo-arabes (de 1948 à 1973).

Plusieurs opérations lui ont été reprochées. Il dirigea notamment le commando à l’origine du massacre de Qibya, un village jordanien, où soixante-neuf civils, principalement des femmes et des enfants, furent tués le 14 octobre 1953 : « Les ordres étaient tout à fait clairs : Qibya devait être un exemple pour chacun. » ce qui a conduit le Conseil de sécurité de l’ONU à condamner Israël dans une résolution votée le 24 novembre 1953.

yartiSharonAriel02


Politiquement, Ariel Sharon fut à l’initiative de la création du Likoud le 11 septembre 1973 (regroupant de nombreux mouvements d’opposition juste après la guerre du Kippour), et fut élu député dès le 31 décembre 1973. Il est vite devenu un homme politique incontournable, marquant de son sceau près de trente années de vie politique israélienne : ministre de 1977 à 1992 et de 1996 à 1999 (Agriculture du 20 juin 1977 au 5 août 1981, Défense du 5 août 1981 au 14 février 1983, Industrie et Commerce du 13 septembre 1984 au 20 février 1990, Logement et Construction du 11 juin 1990 au 13 juillet 1992, Infrastructures nationales du 8 juillet 1996 au 6 juillet 1998 et Affaires étrangères du 13 octobre 1998 au 6 juillet 1999), il favorisa la colonisation dans les territoires occupés et organisa l’immigration massive provenant de l’ex-Union Soviétique.

Il est ensuite désigné comme le chef de l’opposition en prenant la direction du Likoud le 2 septembre 1999 après la défaite historique de Benyamin Netanyahou aux élections législatives du 17 mai 1999 (14,1% et seulement 13 sièges reconduits sur les 23 sortants) et aussi à l’élection du Premier Ministre au suffrage direct (battu avec 43,9% face à Ehud Barak, 56,1%).

Après sa large victoire à l’élection du 6 février 2001 où il fut largement élu Premier Ministre au suffrage universel direct (avec 62,4% contre Ehud Barak, 37,6%), Ariel Sharon fut donc investi 11e Premier Ministre de l’État d’Israël le 7 mars 2001. Le 27 février 2003, il fut reconduit à ce poste après avoir gagné très largement les élections législatives du 28 janvier 2003 (remportant 38 sièges, soit un gain de 19 sièges, avec 29,4%) qu’il avait anticipées après la défection des travaillistes en octobre 2002 (protestant contre l’aide financière apportée aux colonisations dans les territoires occupés) et il resta Premier Ministre jusqu’à sa plongée dans le coma.

Deux éléments ont considérablement surpris ceux qui ne voyaient en lui qu’un nationaliste va-t-en-guerre.


Évacuation unilatérale de certaines colonies (6 juin 2004)

Le premier élément est le plan de désengagement adopté par son gouvernement le 6 juin 2004. Il s’agissait de retirer avant le 15 août 2005 toutes les colonies israéliennes de la bande de Gaza et certaines colonies de Cisjordanie.

Après cette date butoir, l’armée israélienne a évacué par la force les colons restants. Parallèlement, les Palestiniens ont accepté le principe d’une trêve pendant toute l’année 2005 pour faciliter le retrait des colons.

yartiSharonAriel05


L’importance de cette décision israélienne, c’est qu’elle a été unilatérale, c’est-à-dire, sans compensation de la part des Palestiniens, sans négociation à un moment où les discussions pour la paix étaient au point mort et que Yasser Arafat, craignant pour sa vie, préférait rester inflexible (il est mort le 11 novembre 2004 à Clamart).


Création de Kadima, un parti centriste (21 novembre 2005)

Ariel Sharon, qui fut à l’origine, en 1973, de la fondation du Likoud, grand parti placé à droite de l’échiquier israélien (face aux travaillistes), et qui, après une présence politique de longue durée, est arrivé au pouvoir grâce à ce même parti, a compris la nécessité de quitter ceux qui, en son sein, refusaient de faire des concessions israéliennes face aux Palestiniens. La majorité du Likoud était contre l’évacuation de la bande de Gaza et a placé Benyamin Netanyahou à la tête du Likoud le 19 décembre 2005.

yartiSharonAriel06


Le 21 novembre 2005, Ariel Sharon a donc franchi le Rubicon et a créé le parti Kadima ("en avant" en hébreu) qui s’est placé en position centriste entre le Likoud et les travaillistes. Parmi les grandes cautions d’Ariel Sharon, l’ancien Premier Ministre travailliste Shimon Peres (Prix Nobel de la Paix 1994) l’a rejoint et depuis le 4 juillet 2007, il est l’actuel Président de l’État d’Israël. Kadima s’est inséré internationalement dans l’Alliance mondiale des démocrates s’inspirant du personnalisme et de l’humanisme, codirigée par François Bayrou et représentée entre autres aux États-Unis par le Parti démocrate, en France par le MoDem et en Inde par le Parti du Congrès.

La création de Kadima était réalisée dans le but de soutenir Ariel Sharon lors des élections législatives anticipées du 28 mars 2006, provoquée à la suite de l’élection d’Amir Peretz à la tête du parti travailliste le 9 novembre 2005 (face à Shimon Peres) et de son retrait de la coalition gouvernementale.

Entre temps, Ariel Sharon a été empêché de faire campagne à cause de son état de santé à partir du 18 décembre 2005, et les islamistes du Hamas ont gagné la majorité absolue au Conseil législatif palestinien aux élections législatives palestiniennes du 25 janvier 2006 en remportant 74 sièges sur 120 avec 42,9% (Ismaël Haniyeh, l’un des dirigeants "pragmatiques" du Hamas, a été nommé Premier Ministre de l’Autorité palestinienne par le Président Mahmoud Abbas le 21 février 2006).

Celui qui a pris la relève d’Ariel Sharon, Ehud Olmert, l’ancien maire de Jérusalem, a malgré tout réussi à faire gagner Kadima le 28 mars 2006 avec 29 sièges à la Knesset (sur 120) pour 22,0% des voix et a fait effondrer le Likoud (12 au lieu des 38 députés sortants, y compris ceux qui ont rejoint Kadima).

Les scandales financiers qui ont touché Ehud Olmert par la suite ont rendu ce parti moins attractif. Il était encore en tête aux élections législatives du 10 février 2009 (avec 28 sièges et 22,5%) mais Tzipi Livni, ancienne Ministre des Affaires étrangères qui avait repris la succession d’Ehud Olmert le 18 septembre 2008, n’est pas parvenue à former une majorité et a préféré se retrouver dans l’opposition (Benyamin Netanyahou reprenant la tête du gouvernement).

Battue en interne par son rival Shaul Mofaz le 27 mars 2012 à la tête de Kadima, Tzipi Livni a quitté ce parti pour créer Hatnuah ("le mouvement") le 27 novembre 2012 après la dissolution de la Knesset. Elle a réussi à sauver les meubles aux dernières élections législatives du 22 janvier 2013 en faisant élire 6 députés (avec 5,0%) tandis que Kadima fut laminé (seulement 2 députés avec 2,1%).


Paix et destin

Comme on le voit, ces deux décisions (retrait unilatéral des colonies de Gaza et création de Kadima) ont été les dernières décisions politiques d’Ariel Sharon. Il n’aurait donc pas été impossible, si la santé d’Ariel Sharon l’avait permis, que ce dernier eût joué le rôle d’un véritable acteur de la paix, après la mort de Yasser Arafat, en proposant des solutions raisonnables pour les deux camps.

yartiSharonAriel09


Après l’assassinat de Yitzhak Rabin, le coma d’Ariel Sharon a donc été une véritable catastrophe politique pour la paix au Proche-Orient.

Malgré les morts et les provocations antérieures, c’est en prenant en compte ces dernières décisions favorables à la paix qu’il faudra un jour "juger" (historiquement) Ariel Sharon.

Sa disparition assez particulière (Ariel Sharon était quasiment oublié des Israéliens entre 2010 et 2013) me donne pour finir l’occasion d’évoquer trois sujets dont deux institutionnels : la création d’un grand parti centriste, la continuité de l’État en cas d’attaque cérébrale et la fin de vie.


Création d’un grand parti centriste entre deux grandes formations

À la différence de beaucoup de démocraties "modernes", la vie politique en Israël n’est pas dominée par la bipolarisation, et le scrutin proportionnel (donnant l’éligibilité à partir de 2%) encourage même les petites formations et rend quasiment impossible toute majorité stable durant une législature.

Mais deux grands partis, quasiment depuis près de quarante ans, ont seuls occupé la tête du gouvernement israélien, le Likoud et les travaillistes. L’arrivée sur la scène politique d’un parti centriste, Kadima, qui a "donné" deux Premiers Ministres entre 2005 et 2009 (Ariel Sharon et Ehud Olmert) a donc constitué un événement politique nouveau.

C’est un peu ce qu’espérait François Bayrou, ayant réuni plus de 6,8 millions d’électeurs (18,6%) au premier tour de l’élection présidentielle du 22 avril 2007, en créant le MoDem : fonder un troisième

 grand parti de gouvernement qui ne serait pas tributaire de la bipolarisation observée depuis plusieurs décennies en France.

L’expérience israélienne est à cet égard très décevante pour ceux qui voudrait y trouver un modèle. Si Ehud Olmert a réussi à faire de Kadima autre chose qu’un rassemblement très personnel autour d’Ariel Sharon, les scandales financiers liés à ses anciennes fonctions de maire de Jérusalem ont eu raison de lui et, par ricochet, de son parti.

Tzipi Livni, pourtant de la trempe de Premier Ministre et en tête de tous les formations politiques, n’a pas réussi à convaincre d’éventuels alliés de se rassembler autour d’elle en 2009 pour constituer un nouveau gouvernement. Les divisions internes ont ensuite fait perdre à Kadima son audience électorale (2% en 2013).

C’est d’ailleurs un peu la trajectoire du MoDem qui a chuté de 7,6% au premier tour des élections législatives du 10 juin 2007 à 1,8% au premier tour des élections législatives du 10 juin 2012 parce que sans allié, aucun parti ne peut durablement se tenir à un certain niveau électoral.


La continuité de l’État

Officiellement, Ariel Sharon a quitté le poste de Premier Ministre d’Israël le 14 avril 2006 à la suite des élections législatives anticipées du 28 mars 2006 et de la déclaration de son état d'incapacité permanente le 11 avril 2006. En pratique, le Vice-Premier Ministre Ehud Olmert a assuré l’intérim de l’Exécutif dès le 4 janvier 2006 puis s’est imposé comme son héritier politique légitime au sein de son (nouveau) parti pendant la campagne électorale du début 2006.

En clair, les institutions israéliennes ont réussi à "gérer" le coma de la personnalité politique la plus importante du pays sans qu’il n’y ait eu discontinuité dans l’exercice du pouvoir.

En France, il n’est pas certain que cela se serait aussi bien passé. La France a connu deux Présidents de la République gravement malades (Georges Pompidou et François Mitterrand) dont l’un est mort en fonction et l’autre était en phase d’agonie ne lui permettant plus d’assurer ses fonctions pendant plusieurs semaines (en automne 1994), et un troisième Président de la République a été diminué pendant près de deux ans après un accident vasculaire cérébral (Jacques Chirac).

Si le Président de la République française venait à tomber dans le coma, il serait vraisemblable que le Conseil Constitutionnel proclamerait la vacance de l’Élysée, conduisant le Président du Sénat à assurer l’intérim (comme l’a fait deux fois Alain Poher), et ferait organiser une élection présidentielle anticipée dans les six semaines.

La vraie question serait : à quel moment le Conseil Constitutionnel constaterait la vacance présidentielle ? Immédiatement, dans les jours qui suivraient le début du coma, ou plusieurs semaines plus tard ? Et de quelle manière ? En interrogeant les médecins traitants ? En interrogeant des experts médicaux ? Y aurait-il des contestations ?

Enfin, que se passerait-il si le Président de la République (élu pour une durée donnée) se réveillait et reprenait la totalité de ses capacités (comme Jean-Pierre Chevènement lorsqu’il fut Ministre de l’Intérieur, dans le coma du 2 au 10 septembre 1998) ? Comment serait "gérée" cette double légitimité si un nouveau Président avait été élu entre temps ?


Fin de vie et maintien en vie

La dernière réflexion sur le coma d’Ariel Sharon concerne un sujet bien plus intime et bien moins institutionnel, celui de garder ou non un malade en vie alors qu’il est inerte et dans le coma.

On peut imaginer qu’Ariel Sharon a reçu les soins les meilleurs en raison de sa stature et de responsable politique le plus important de l’État d’Israël au moment de son accident cérébral. Mais cela n’a pas empêché que certaines décisions aient été prises selon des considérations pécuniaires. Ainsi, le 12 novembre 2010, Ariel Sharon a été transféré à son propre domicile pour vivre parmi les siens, mais le coût de son hospitalisation à domicile était bien trop élevé et il a été retransporté à l’hôpital très peu de temps après. La commission des finances de la Knesset a d’ailleurs demandé en août 2011 à la famille de participer à hauteur de 50% aux frais des soins apportés à Ariel Sharon.

En janvier 2010, Ariel Sharon n’était plus sous respiration artificielle mais était nourri par une sonde gastrique. Il n’aurait pesé plus que cinquante kilogrammes.

yartiSharonAriel07


L’un de ses fils Gilad Sharon expliquait dans le "New York Times" du 21 octobre 2011 que son père « bouge les doigts ». D’autres signes seraient constatés, comme le fait de d’ouvrir les yeux de temps en temps etc.

Ariel Sharon n’était pas dans une unité de soins intensifs. Un médecin a expliqué en octobre 2011 sa longévité dans le coma par une constitution solide : « Il bénéficie d’un organisme très robuste, mais son cas est exceptionnel. Beaucoup de patients auraient succombé à la suite d’une infection, lui, il tient. ».

Ce médecin a préféré tempérer le silence qui a accompagné ces années de coma : « Cela aurait été n’importe quel quidam, on l’aurait laissé mourir tranquille. Lui, on le maintient en vie, parce que c’est la volonté de sa famille, mais… c’est pitoyable. » sans pour autant mettre ce maintien en vie sur le compte de la foi religieuse ; ni Ariel Sharon, ni ses parents, ni ses deux fils n’ont été religieux : « Sa famille est très attachée à lui. On peut penser que c’est irrationnel, mais c’est ainsi. ».

Ce même genre de réflexion avait été émis également pour Nelson Mandela, hospitalisé pendant plus de six mois.

Le 24 janvier 2013, une équipe de six chercheurs avaient testé les capacités cérébrales d’Ariel Sharon et avaient pu conclure qu’il réagissait à la vue de photos de sa famille ou à l’écoute d’enregistrements sonores de la voix d’un de ses fils. Cela ne voulait pas dire qu’il comprenait ce qu’il voyait ou entendait et les chances de retrouver ses esprits restaient cependant proches de zéro.

Le docteur Alon Friedman, directeur du Centre Zlotowski de Neuroscience de l’Université Ben-Gourion à Beersheba, a en effet expliqué le 28 janvier 2013 : « We were surprised to see such robust activity in his brain. (…) The information is getting in and is getting processed. He hears what they are saying. To what extent he understands, we cannot say for sure… but there are encouraging hints that he does. ».

Ce dernier très long acte de la vie d’Ariel Sharon laisse ouvert le débat sur l’euthanasie et sur la nécessité de continuer à maintenir en vie une personne dans le coma. Ce débat concerne aussi bien l’aspect moral et éthique …que financier.


Qu’il repose en paix

Quelques mois avant de conquérir le pouvoir, Ariel Sharon expliquait au "New York Post" le 13 novembre 2000 : « I am for lasting peace. (…) United, I believe, we can win the battle for peace. But it must be a different peace, one with full recognition of the rights of the Jews in their one and only land : peace with security for generations and peace with a united Jerusalem as the eternal, undivided capital of the Jewish people in the state of Israel forever. » [Je suis pour une paix durable. (…) Unis, je pense que nous pouvons gagner la bataille pour la paix. Mais elle doit être une paix différente, une paix avec la reconnaissance entière des droits des Juifs dans leur seule et unique terre : une paix avec la sécurité pour des générations et une paix avec une Jérusalem unifiée en tant que capitale éternelle et indivisible du peuple juif dans l’État d’Israël pour toujours].

En faisant de tout Jérusalem la capitale d’Israël, il est sûr que les gouvernements israéliens successifs n’aident pas à l’organisation d’une paix durable. Le statut de Jérusalem devrait être exceptionnel et international, et permettre à chacun de voir ses droits reconnus.

En 1989, Ariel Sharon expliquait également : « I begin with the basic conviction that Jews and Arabs can live together. I have repeated that at every opportunity, not for journalists and not for popular consumption, but because I have never believed differently or throught differently, from my childhood on. » [Je commence par la simple conviction que les Juifs et les Arabes peuvent vivre ensemble. Je l’ai répété à chaque occasion, pas pour les journalistes ni pour faire de l’audience, mais parce que je n’ai jamais cru ni pensé différemment depuis mon enfance].

Au cours de son mandat de Premier Ministre, Ariel Sharon a cependant été convaincu de l’importance stratégique de faire deux États, considérant que la démographie risquait de "noyer" les Israéliens dans les Palestiniens si ceux-ci cohabitaient au sein d’un seul État.

Ariel Sharon va maintenant bénéficier de funérailles nationales dans son pays.
En attendant la paix dans cette région, qu’il repose lui-même en paix.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (11 janvier 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Shimon Peres.
Ehud Olmert.
Benyamin Netanyahou.


Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 11 janvier 2014 15:17

    Ariel Sharon est mort...pas une grosse perte pour l’humanité...vont pouvoir récupérer le bocal dans lequel il était depuis toutes ces années.. ?


    • claude-michel claude-michel 11 janvier 2014 16:55

      Un truc qui me dérange quand même...Les Israéliens sont obligés de se mettre a plusieurs tous les jours qui vante ou qu’il pleuve devant un mur pour le soutenir pour éviter qu’il ne tombe..Pourtant c’est un grand pays avec toutes ces terres volées aux Palestiniens...ils ont l’arme nucléaire..reçoivent des milliards de dollars tous les ans des USA pour ne pas sombrer...Il a quoi ce mur de si particulier..surtout qu’ils en construisent partout pour interdire aux Palestiniens de venir sur leur terres volées...Sont bizarre ces gens.. ?


    • doslu doslu 11 janvier 2014 16:07

      qu’il repose lui-même en paix.
      JAMAIS,
      Un salaud est mort, qu’il soit maudit ,sans repos,à tout jamais.

      Si j’etais croyant je dirais : qu’il brule en enfer jusqu’à la fin des temps


      • Constant danslayreur 11 janvier 2014 22:55

        « Si j’etais croyant je dirais : qu’il brule en enfer jusqu’à la fin des temps »

        Si vous étiez croyant vous sauriez qu’il n’existe pas de fin des temps...


      • CASS. CASS. 14 janvier 2014 22:29

         à doslu Idem !! torturé en enfer jusqu’à la fin des temps. Parfois l’on a vraiment envie que cette enfer la existe étant donné qu’eux font vivre l’enfer sur terre ces khazars et cie. espérons qu’il l’a vécu l’enfer durant son coma.


      • Massada Massada 11 janvier 2014 16:16

        Baruch dayan ha-emet !


        UN grand général fierté du peuple juif et d’ Israël.
        Outre ses qualités de stratège militaire, il a démontré un caractère et un tempérament digne des grands hommes d’état.

        Comparé aux Obama, Cameron, Poutine, Hollande, et même Netanyahou, c’était vraiment un géant dans l’étoffe de Ben Gourion.

        • Henri Diacono 11 janvier 2014 21:38

          Un grand homme d’état qu’on a gardé dans un bocal pendant huit ans, comme on l’avait fait - pour moins longtemps - à Tito et Franco. Et qui sera mort « officiellement » en 2014. Le comble d’une comédie qu’on veut faire avaler aux peuples. Et dire que les louanges pleuvent sur lui de tous côtés. Mais vraiment il nous prenent pour des c..s !


        • MuslimADieu MuslimADieu 11 janvier 2014 16:57

          quelque chose me dit qu’on va passer à la vitesse supérieure.

          Le grand Rabbin Kaduri nous a annoncé que le Messie attendait la mort de Sharon pour se pointer :
          http://www.neotrouve.com/?p=4784

          Rigolez pas les gars :
          Combien vous pariez que vous y aurez droit à votre Messie ?
          Tout le monde l’attend. Juifs, Chrétiens et même les Musulmans.

          Je me porte candidat.


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 janvier 2014 17:23

            Mais non , mais non !
            Mais si , mais si !
            Mais non , mais non !
            Mais si , mais si !
            Mais non , mais non , mais si ,mais si !
            http://youtu.be/HudhA28bk6U.&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; smiley


          • christophe nicolas christophe nicolas 12 janvier 2014 14:05

            C’est vite résolu, c’est Jésus le Messie, son message revient justifié par la connaissance. Il n’y a qu’un seul Messie, il n’y en aura jamais qu’un seul pour les hommes. Dieu est bien Unique pour la foi mais se révèle Trine pour la raison car il faut dissocier pour comprendre. Finalement, on retrouve cela en science de manière analogue dans ma théorie de l’intrication. Dieu veut nous faire connaître ce qui nécessite de passer par la foi pour éduquer la forme intentionnelle de Bonté avant d’arriver à la vérité, Jésus nait de Marie qui est la meilleure représentante humaine de la forme intentionnelle de Dieu. Tous est cohérent.

            • L’islam est une révélation puissante, elle pèche si la nostalgie du passé l’emporte sur le forme intentionnelle de bonté. La connaissance a évolué et il faut aller de l’avant. L’intelligence peut se perdre et les interprétations s’égarer par une interprétation trop matérielle ce qui se voit dans des méthodes d’actions violentes contre des innocents et une sévérité excessive vis à vis des femmes sauf pour l’interdiction du permis de conduire, je rigole. Marie vient rappeler cela en apparaissant dans le monde musulman. Mesdames, je vous ferais remarquer qu’elle n’a jamais de chaussures juste pour les obsédées des pompes, il y a un truc pas net chez la femmes avec les chaussures ! Peur des serpents ?
            • La chrétienté est une révélation basée sur la vérité, la parole de Jésus. Elle pèche également si la vérité est enseignée par des méthodes qui nuisent à la forme intentionnelle de bonté. Cela a parfois donné des résultats contre productif par le passé, une forme intentionnelle dictatoriale ou manipulatrice. La aussi, Marie apparait et Jésus lais des messages pour progresser. L’évangile à coup de trique ou avec des caresses déplacées, ça ne le fait pas...
            • Le judaïsme est une révélation basée sur la pensée de Dieu et pèche également sur la forme intentionnelle par une interprétation trop terre à terre des textes ou si le refus obstiné de Jésus et Marie est trop présent. Tous les faits miraculeux doivent les ramener dans la vérité et un le rabbin Itzhak Kadouri s’est exprimé dans ce sens. Je ne voudrais pas insister sur le nombre de Nobel en physique mais il va falloir rembourser les dollars... ça fait mal ?

            Dans les trois religions et dans le monde de la connaissance, il y a des hommes éclairés et des erreurs à cause des défauts de forme intentionnelle de l’esprit ce que les apparitions mariales viennent corriger. J’ai une pensée émue pour les franc-maçons qui nous gouvernent... c’est bien de vouloir chercher la connaissance, ce n’est pas bien e vouloir éradiquer Dieu donc trier vous...

            On parle d’antéchrist en parlant de cette tendance à faire une interprétation au premier degrés des textes saints qui va à l’encontre de la forme intentionnelle de bonté. L’interprétation doit être auto-cohérente et vous aurez la vérité. Le cochon n’est pas impur mais celui qui a une forme intentionnelle de l’esprit qui se nourrit de tout, bonté, désir caprice, cupidité, etc... est comme le « cochon » mais ce n’est pas la faute de l’animal... Le prophète et également Jésus devaient expliquer les choses simplement et jésus a dit qu’il y aurait des gardiens de cochon plus méritant que des gardiens de brebis.... Si je ne reçois pas une prime du syndicat de la charcuterie, c’est à désespérer...


          • popov 12 janvier 2014 14:07
            @Aita Pea Pea

            Votre lien ne fonctionne pas. Il faut se méfier quand on copie colle un URL dans un texte. Certains caractères ne passent pas.

            Dans le cas de votre lien, si on le clique on est envoyé sur l’adresse http://youtu.be/HudhA28bk6U.&nbsp ;&nbsp ;&nbsp.

            Pour qu’il fonctionne, il faut le corriger manuellement pour obtenir : http://youtu.be/HudhA28bk6U

            En général, il ne faut pas copier coller un lien dans le texte. La bonne façon, c’est comme ceci :

            1 Copier l’adresse URL (Ctrl+c) sur la barre d’adresse.

            2 Taper le texte de votre commentaire.

            3 Sélectionner un mot ou plusieurs dans votre texte et cliquer sur le petit bouton en forme de maillon.

            4 Un petit dialoge s’affiche. Il suffit de coller (Ctrl+v) votre adresse dans la case prévue.

            Le texte que vous avez sélectionné apparaitra en rouge dans le texte final (l’adresse URL restera cachée)

          • christophe nicolas christophe nicolas 12 janvier 2014 14:54

            En tout cas, je n’aurai pas de prix de l’académie Française, c’est sur. Désolé pour les fautes de frappe, d’étourderie et d’incapacité à ingurgiter toutes ces règles absurdes.

            Savez vous pourquoi Jésus n’écrivait pas ? Parce que l’oral oblige à mémoriser, ce qui change les schémas cognitifs et empêche le « deux poids, deux mesures » à l’origine de l’hypocrisie.

            Sinon, j’aurai quand même un mot à dire aux petits génies de l’informatique qui arrivent à s’introduire dans les ordinateurs à distance pour vous faire passer pour un crétin.

            Lee actionnaires de mon ex boutique faisaient cela, une prise de contrôle totale des ordinateurs personnels pour manipuler les salariés par la vie privée, c’est cela « rentrer chez les gens » et je vais faire rentrer le monde chez eux.


          • CASS. CASS. 14 janvier 2014 22:36

            AH ça y est alors le gosse de rosemarys baby va débarqué avec ses sabots fourchus, sa langue fourchue ses cornes ses yeux de vipére etc mais l’illusion et la sorcellerie feront que ça ne se verra pas.


          • marmor 11 janvier 2014 19:34

            Sharon, Wolfowitz,rumsfeld,Cheney
            Vous appelez ça des faucons ? Des charognards, tout au plus, des assassins, des prédateurs plus sûrement. Qu’il repose en paix !!!! Et puis quoi encore.
            Klarsfeld et les autres annoncent que Dieudonné salit la mémoire des descendants des victimes de la shoha avec un bras d’honneur et vous voulez qu’un assassin avéré, reconnu et prouvé repose en paix ! Parce qu’ils sont juifs et ont tué des arabes ils ont le droit de reposer en paix( pour ceux qui sont morts ) ? C’est de la provocation, Monsieur !


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 janvier 2014 19:46

              Repose en guerre ,Ariel !


              • marmor 11 janvier 2014 22:16

                Merci pour la rectf, Aïta ! Et puis quoi encore, Merde, on ne va pas lui envoyer les anges, non ? Meeerrrde !


              • zion_train zion_train 12 janvier 2014 07:55

                merci pour ce bel article


                Quand les palestiniens voudront vraiment construire un etat (et non pas juste detruire israel)
                Alors il y aura la paix
                cela sera possible si :
                1/ fatah et hamas se reconcicilient et arretent le terrorisme (tirs de missiles sur les villes israeliennes, bombes dans les bus Eged et Dan)
                2/des juifs pourront vivre à hebron comme des arabes vivent à Sahnin
                3/jerusalem , capitale du peuple juif
                4/ etat palestinien demilitarise
                5/ frontieres sous controle d’israel
                6/ pas d’espace aerien pour les palestiniens (ca rime) 
                7/ arret de la propagande antisemite de style dieudonienne dan sles ecole spalestiniennes
                etc etc

                et la il ya aura la paix

                je rigole bien sur
                rassurez vous et continuez le massacre (en syrie, en lybie , en irak, en somalie, au yemen , en egypte etc etc etc)

                Shalom
                From Zion

                With a large Quennelle bien profonde (jusqua l’eau)
                pour mes amis d’agoraSEXE



                  • CASS. CASS. 14 janvier 2014 22:45

                    c’est les sionistes ben oui !!! comme celui de Lord Moyne et l’assassinat du représentant des Nations unies pour le Moyen-Orient, le comte Folke Bernadotte. etc etc

                     commele11.9,comme l’assassinat d’Hariri comme celui de kennedy etcetc on ne les compte mêmes plus !!!

                  • zion_train zion_train 12 janvier 2014 09:59

                    ouaf ouaf ouaf



                    le degonflé
                    un peu minable tout dememe pour un resistant du hamas
                    c plus ce que cété

                    • César Castique César Castique 12 janvier 2014 11:20

                      Ce serait bien sil y avait, en France, un chef de l’Etat qui fasse au bénéfice de son pays, ce que Sharon a fait au profit du sien...


                      Ben quoi ? On peut rêver, non ?

                      • Lolotte Lolotte 12 janvier 2014 12:41

                        Oh oui ce serait fabuleux...

                        Le Sharon Français irait massacrer une ville de banlieue pour calmer les ardeurs de ses habitants considérés comme des étrangers et des dangers pour la Nation...Ce serait son geste d’entrée en matière politique, pour donner le ton

                        Puis, voyant que ce massacre ne suffirait pas a régler le problème Français et que le portée de son geste aurait laissé indifférente la communaué internationale, il encerclerait des camps de Roms ou des villes de périphéries considérées comme indésirables, enverrait un groupe de facho armés de machette et de fusils et les aiderait à tous les tuer...leur allouant tout le soutien logistique nécessaire...éclairant la ville de fusées éclairante et empêchant les cibles de fuir...

                        Il mettrait en œuvre une politique de séparation des personnes, en fonction de leurs origines ethniques et religieuses dans notre pays, donnant satisfaction à l’extrême droite si désireuse du vivre « entre soi ».

                        Sharon était un Facho, un criminel, et c’est ça que vous voulez donner à la France ? Perez vient de dire de lui qu’il était un architecte, allez donc lire ce qu’il a construit...notamment à Kibya, ou dans les camps de Sabra et de Chatila....et revenez nous dire qu’il faut un Sharon chez nous ? Il était un architecte d’un régime fasciste, un architecte du sionisme, de la politique de ségrégation et de colonisation menée par l’état qui était le sien ...rien d’autre...

                        Sharon est un criminel de guerre, il a des lacs de sang sur les mains, il n’a pas payé de son vivant, j’espère qu’il y a un après qu’il paie au moins là bas...


                      • zion_train zion_train 12 janvier 2014 14:11

                        vous le savez tous

                        ceux sont les milices chretiennes de Gemayel qui se sont vengees sur les palos
                        la guerre dyu Liban a fait 500,000 morts
                        sabra et chatillons, 850 morts
                        Sharon n’y etait pour rien et cetait un micro evenement, si l gauche isarelienne
                        ne lavit si bien vendu
                        encore un complot made in sion

                        pourquoi revistez vous lhistoire ?

                        de toute maniere
                        je vosu envoie une quenelel cachere
                        de Tel Aviv

                        et vous M tous comme vosu etes


                        Shalom
                        Piss

                        from ZION

                      • César Castique César Castique 12 janvier 2014 23:03

                        « Oh oui ce serait fabuleux...

                        Le Sharon Français irait massacrer une ville de banlieue... »

                        Vous ne pouviez pas le savoir, mais moi, les caricaturistes verbaux... D’autant plus qu’ils n’ont, généralement, pas plus de talent pour l’écriture que pour le dessin.




                      • christophe nicolas christophe nicolas 12 janvier 2014 12:20

                        Non, un croyant ne juge pas parce qu’on ne sait pas d’où vient Sharon et quel est sa part de responsabilité, les chefs sont toujours entourés par des conseillés peu recommandables mais il est certain que juste à la fin de leur vie, les faucons perdent leurs griffes car le jugement de l’Eternel se rapproche. La musique qu’ils ont joué, c’est celle qui va les juger.

                        Créditeur ou débiteur en forme intentionnelle de bonté, telle est la question ! Shakespeare a essayé de poser le problème mais les British sont moyens en foi... ils sont meilleurs en humour et coups fourrés.

                        En tout cas, après 40 ans à se faire des coups de Jarnac, les Israéliens et Palestiniens peuvent voir le résultat du combat des chefs, on peut tous voir le résultat. Le « je ne lâche rien » est bien la politique des fous, celle de ceux prêt à entraîner le monde à sa perte pour leur pouvoir personnel. Il n’y a pas de démocratie en Israël et en Palestine mais des petites poignées de faucons qui se maintiennent au pouvoir en soufflant sur les braises au bon moment. Regardez l’épaisseur de leur porte monnaie et punissez les par là où ils ont péché, la cupidité.

                        Yasser Arafat : 1 milliard et Ariel Sharon : 215 Millions...

                        Alors Ariel, tu t’es fait plier par Yasser...


                        • Constant danslayreur 12 janvier 2014 12:42

                          D’accord avec vous sur le début, un croyant n’est pas censé détenir la liste des bienheureux et puis celle des damnés et encore moins se substituer à Dieu pour décider à sa place...

                          Cela dit sur un ensemble d’indices... Sharon semble très mal parti ça c’est sûr, simple point de vue hein,
                          Un point de vue que ne semble pas partager Massada, pour lui ce serait une sorte d’élu ... du peuple élu ... c’est dire si le paradis est garanti smiley
                          Oui je sais, pardon... je ne devrais pas en rire

                          Naaaan j’déconne, je crois - pardon - que c’est le seul bipède que j’aie vraiment mais alors vraiment haï, n’en déplaise à qui ça déplaira. 


                        • Constant danslayreur 12 janvier 2014 12:44

                          Le jour J, je lui souhaite de rencontrer les enfants, les vieillards et les femmes de Sabra et Chatila, ainsi il aura tout le loisir de leur expliquer que ce n’était pas lui et qu’en fait c’étaient des phalanges chrétiennes...


                        • Pépé le Moco 12 janvier 2014 12:26

                          Funérailles nationales dans pays adepte de l’apartheid. La charogne dégage, un raciste en moins, bon débarras


                          • zion_train zion_train 12 janvier 2014 16:06

                            c quand la fin de lentite syrienne ?

                            je veux feter cela

                            le partie basse a trop duré
                            pas rigolo

                            et une quennelle, une grosse
                            From ZION

                          • Xenozoid Xenozoid 12 janvier 2014 14:07

                            cela fais longtemps qu’il est mort


                            • Xenozoid Xenozoid 12 janvier 2014 14:17

                              a quoi cela sert il de ramener un mort a table ?


                            • zion_train zion_train 12 janvier 2014 14:14

                              ASSAD


                              le criminel de guerre


                              Saddam
                              le criminelk de guerre

                              ouaf ouaf ouaf

                              From ZION
                              with Love
                              and kenelelle

                              • Massada Massada 12 janvier 2014 14:33

                                Les antisionistes sont idiots, ils s’imaginent que tous iraient mieux dans le monde si Israël n’existait pas.

                                On atteint le comble du crétinisme !


                                • Xenozoid Xenozoid 12 janvier 2014 14:36

                                  On atteint le comble du crétinisme !
                                  oh tu as la vérité aussi ?


                                • christophe nicolas christophe nicolas 12 janvier 2014 18:00

                                  Non, non, « Donne juste ta maison, la terre de tes ancêtres, et part la queue basse » parce que c’est le discours de tes chefs envers les palestiniens modestes. C’est un raisonnement injuste et faux cul car il utilise les écritures de façon inique, c’est à dire en faisant une interprétation matérielle quand cela arrange et spirituelle quand ça arrange. Ce n’est pas ça la justice. La justice est que ta propre forme intentionnelle te jugera. La vérité englobe la bonté. La bonté matérielle sans la vérité étant inique.


                                • Xenozoid Xenozoid 12 janvier 2014 14:57

                                  Savez vous pourquoi Jésus n’écrivait pas
                                   non,et je suis sure persone ne sait


                                  • Massada Massada 12 janvier 2014 15:11

                                    Rabbi Yehoshua a écrit ( au moins une fois ) !



                                  • Xenozoid Xenozoid 12 janvier 2014 15:13

                                    ton probleme


                                  • zion_train zion_train 12 janvier 2014 16:05

                                    on va la faire courte et rapide :


                                    l’Irak Niquée
                                    la syrie Niquée
                                    l’egypte Niquée
                                    les palos : Niqués
                                    la lybie : niquée
                                    le soudan : niqué
                                    la tunisue : niquée
                                    diedo : niqué

                                    il reste sur le terrain ?

                                    l emaroc, jaime bien
                                    la jordanie : jadore

                                    je vous M
                                    with Love



                                    • OMAR 12 janvier 2014 17:20

                                      Omar33

                                      Mais c’est vrai ce que tu as écrit, le sioniste...

                                      Sauf que, l’Irak, la Tunisie, la Syrie, l’Égypte, le Soudan, la Libye, la Palestine, bref tous ces pays que les USA, Israél et l’OTAN ont détruit et pillé, ressusciteront...

                                      Mais imagine qu’un jour : Israël niquée, plus jamais de Karlsfeld, E. Zemmour, BHL, Finkielcrotte, l’AIPAC, Goldmans Sachs, Lehmans, la LJD, etc...

                                      Ad vitam æternam, 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès