Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Arrestation illégale à l’aéroport international Ben Gurion

Arrestation illégale à l’aéroport international Ben Gurion

Audrey Bomse, citoyenne des Etats-Unis, habite Jérusalem depuis 2001. Le 4 décembre 2008, elle rentrait chez elle après un voyage en Egypte. Les services de sécurité de l’aéroport international Ben Gurion lui ont refusé l’accès au territoire israélien et ont voulu l’expulser immédiatement en Egypte. Devant son refus, ils l’ont gardée quatre jours en prison dans des conditions très sévères. Je lui laisse la parole.

Dans mon passeport, il y avait une lettre du ministère de l’Intérieur disant que j’ai le droit de me déplacer en Israël en tant que touriste, sans limite de temps et sans visa de travail. J’ai donc un statut de touriste permanent. Ce statut inhabituel m’a été accordé parce que je suis Juive et que je ne veux pas avoir la citoyenneté israélienne. Le ministère de l’Intérieur avait conscience du fait que j’avais travaillé d’abord comme juriste pour une ONG britannique qui recrute des professionnels pour travailler en Palestine, puis pour le Consortium Italien de Solidarité, une ONG internationale composée de Palestiniens et d’Israéliens qui luttent préventivement contre la torture.

Ils m’ont eue totalement par surprise, car quelques semaines auparavant j’étais retournée en Israël depuis Chypre et je n’avais rencontré alors aucun problème pour rentrer. J’étais allée à Chypre pour participer au voyage de Free Gaza sur le Dignity. J’ai appelé mon avocate, Leah Tsemel, qui m’a dit qu’elle essaierait de s’opposer à l’expulsion le plus tôt possible, mais qu’elle ne pourrait vraisemblablement rien faire pendant le Shabbat. J’avais donc le choix entre (1) retourner au Caire et chercher à rentrer en Israël, et (2) me laisser emprisonner et lutter contre l’expulsion. J’ai pensé que ma position serait plus forte si je restais.

Les autorités m’ont transférée du bureau de contrôle des passeports à un bureau du ministère de l’Intérieur. Là, on m’a dit que j’avais violé les conditions de la lettre du ministère de l’Intérieur (qui ne contenait aucune condition) et qu’en conséquence, je serais expédiée au Caire par le prochain avion. J’ai répondu que je n’avais jamais été avisée que je violais les conditions de la lettre, ni la dernière fois que je suis rentrée en Israël, ni quand j’ai quitté Israël pour quelques jours de vacances en Egypte. De plus, j’avais sur moi un billet d’avion pour les Etats-Unis le 25 décembre.

Le fonctionnaire de l’immigration me dit que je partirais de gré ou de force. Sachant que mon avocate essayait d’empêcher l’expulsion, je lui répondis que je refusais de partir tant que la demande n’était pas faite. Et je lui dis que je voulais parler à un représentant du consulat des Etats-Unis.

Ils m’ont emmenée aux services de sécurité où j’ai subi une fouille au corps et où mes bagages ont été soigneusement fouillés. Une femme se présentant elle-même comme le chef de la sécurité m’a interrogée pendant environ 40 minutes. En feuilletant mon passeport, elle m’a demandé pourquoi j’étais allée en Egypte, en Jordanie et au Maroc. Je lui ai expliqué que c’était surtout pour faire du tourisme, mais que j’avais participé aussi à quelques réunions. Puis je lui ai demandé pourquoi elle ne me posait pas de questions sur la France, l’Espagne, la Suisse, le Royaume-Uni et le Mexique, qui étaient également sur mon passeport. Elle m’a demandé ce que j’allais faire à Gaza en 2003, quand je suis entrée par Erez. Elle voulait avoir des détails sur mon travail et sur mes amis (mais je ne lui en ai pas donné). Elle m’a demandé d’où venaient les cartes professionnelles qui étaient dans mon portefeuille et deux notices en arabe appelant à aider Gaza (on ne me les a jamais rendues).

Un fourgon m’a emmenée au centre de détention de l’aéroport. On m’a enfermée dans une petite cellule avec 3 autres femmes. L’une d’elles était une joueuse de basket noire venant des Etats-Unis dont l’entraîneur israélien n’avait pas rempli correctement les papiers.

On ne m’a jamais dit quels étaient mes droits en détention, mais il y avait dans le couloir une affiche où ils étaient inscrits (conformément à la loi) en anglais, en russe et en d’autres langues. Nous l’avons vue quand on nous a déplacées pour nettoyer la cellule. Je l’ai montrée à une Russe qui était enfermée avec nous, et nous avons demandé à voir nos consulats respectifs, à la consternation des policiers.

Le dimanche matin, on m’a dit de me préparer pour m’envoler au Caire. J’ai dit que je refusais de partir tant que je n’aurais pas parlé avec mon avocate et mon consulat. On m’a emmenée au bureau, où un fonctionnaire m’a dit qu’il venait de parler avec mon avocate, et qu’elle me conseillait de quitter le pays. Je lui ai dit que je voulais lui parler personnellement. Alors il a fait un numéro, puis a dit qu’il ne répondait pas. Il m’a fait attendre dehors, puis au bout de 10 minutes environ il m’a dit qu’on m’emmenait au ministère de l’Intérieur. J’ai donc quitté volontairement le centre de détention avec eux.

Mais ils m’avaient menti. Le fourgon m’a emmenée directement vers un avion d’Air Sinaï. J’ai refusé de monter sur la passerelle et j’ai été portée de force par deux énormes policiers aidés de deux plus petits, un devant et un derrière. L’équipage était égyptien. Je leur ai dit que ce qui se faisait là était illégal, que j’avais le droit de parler avec mon avocat et avec un représentant du consulat des Etats-Unis, et que je résisterais tant qu’on voudrait me faire asseoir dans l’avion. Le capitaine refusa de me prendre à son bord, si bien qu’on m’a remise dans le fourgon et reconduite au centre de détention.

Mais cette fois je n’ai pas été mise dans une cellule. Comme j’avais insisté pour que mes droits soient respectés suivant la loi, on m’a punie en me jetant dans un cachot dégoûtant, puant, sans sanitaires, sans même du papier hygiénique. Juste un matelas en plastique sur un sommier métallique et une couverture sale. On n’a pas voulu m’apporter de quoi lire. On n’a pas voulu m’apporter de l’aspirine. J’ai passé toute la journée et la nuit de lundi à mardi dans ce petit cachot sordide.

Le matin suivant, on m’a dit que "le boss" voulait me parler, et j’ai été conduite dans son bureau, à l’étage au dessus. C’était pour me dire qu’il y avait un vol pour Le Caire à 10 heures et que je devais m’y trouver. J’ai répété que je refusais de quitter le pays et j’ai dit que j’avais le droit de parler avec mon avocate et avec un représentant de mon consulat. Il m’a accusé de mentir, parce que j’avais déjà parlé à mon avocate à l’aéroport (c’était le jour de mon arrivée, avant d’être arrêtée). Et pendant cinq minutes nous avons eu un violent affrontement. Je lui ai dit qu’ils avaient menti en me disant que mon avocate me conseillait de quitter le pays (je le savais puisque je lui avais parlé le jeudi), et en me disant qu’ils me conduisaient au bureau du ministère de l’Intérieur alors que le fourgon me menait à l’aéroport.

Le vacarme a fait sortir tout le monde dans le couloir pour voir ce qui se passait. Pour finir, il a dit que je détestais l’uniforme mais qu’il allait appeler mon avocate. Il a fait un numéro et m’a dit qu’il n’y avait pas de réponse. "Alors c’est bien, lui ai-je dit, je veux voir un représentant du consulat". Il a appelé le consulat, mais il m’a dit qu’il n’y avait pas de réponse non plus. (Il avait mis le haut-parleur et j’ai entendu un répondeur disant que c’était le consulat US et qu’il fallait faire le 2 pour l’hébreu. Ensuite je n’ai pas compris ce qu’il a dit mais je sais qu’il a laissé un numéro). Je lui ai dit que de toute façon je voulais voir un représentant du consulat, pas seulement lui parler, car je voulais qu’il (ou elle) voie de ses propres yeux les conditions de ma détention.

Nous avons fini par nous calmer, et il m’a dit que mon avocate pourrait me faire rester en Israël à condition d’allonger 20 000 shekels (environ 5 000 dollars). Je lui ai dit que ce n’était pas un problème, car j’avais un compte en banque à Jérusalem. Il m’a demandé où c’était, et quand je lui ai dit que c’était à la banque Hapoalim, rue Salahaddin, à Jérusalem Est, il s’est mis à rire en disant en hébreu quelque chose comme "aravim".

Je lui ai demandé si je pouvais appeler ma fille à Londres, car elle devait s’inquiéter à mon sujet. Il m’a répondu : "aucune chance". Je lui ai dit aussi que j’avais un traitement pour l’hypertension et que j’étais à court de médicaments. Il m’a dit que je ne devrais pas voyager sans avoir assez de médicaments. J’ai répondu que j’en avais une quantité suffisante en partant, mais que je n’avais pas prévu de rester quatre jours en prison. Ma vie dépendait donc de lui. "Si quelque chose m’arrive, ce sera de votre faute".

Ma détention s’est poursuivie encore quelques heures, parce que mon agence bancaire à Jérusalem était fermée et que l’agence de l’aéroport où je fus conduite sous escorte armée n’était pas capable d’approuver un retrait d’une telle importance. Mais il était évident que les services d’immigration n’avaient qu’une hâte, celle de se débarrasser de moi. Après avoir passé encore dix minutes dans le même cachot puant, on m’a dit que c’était arrangé avec mon avocate.

Finalement, on m’a reconduite à l’aéroport, rendu mon passeport et dit que je pouvais m’en aller. Je suis rentrée à Jérusalem, j’ai pris une douche chaude, j’ai bu un verre et je me suis sentie à nouveau presque humaine.

Mais il est clair que cette histoire n’est pas terminée. Je vais aller au consulat des Etats-Unis à Tel-Aviv, dont la juridiction s’étend à l’aéroport Ben Gurion, pour porter plainte et demander à l’Ambassade de saisir le gouvernement israélien pour protester contre (1) la violation de mes droits en tant qu’étrangère en détention ; et (2) la violation des droits des Etats-Unis en raison de l’empêchement d’avoir accès à un national en détention. Toute personne détenue par les autorités d’immigration doit être informée de son droit d’accès à son consulat dès le commencement de sa détention, ou au moins dès qu’il devient clair que la détention sera plus qu’un court instant. Et lorsque la personne détenue exige l’accès au consulat, les autorités d’immigration sont dans l’obligation de lui permettre d’établir ce contact. Israël a violé ce droit fondamental, de même que pour tant d’autres étrangers, Palestiniens notamment, maintenus en détention. L’impunité d’Israël dure depuis beaucoup trop longtemps. 

Source Free Gaza : Israel Punishes Attorney for Insisting on Her Legal Rights


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • Serpico Serpico 15 décembre 2008 10:54

    C’est ce qu’on appelle "la seule démocratie du proche-orient"...

    Facile d’imaginer le traitement réservé à un palestinien. Il faut une mauvaise foi cosmique pour soutenir un tel Etat.


    • mcm 15 décembre 2008 11:13

      @Serpico,

      Les vrais démocrates sont aux Hamas ou chez Kadafi ! smiley smiley smiley 


    • Nobody knows me Nobody knows me 15 décembre 2008 11:24

      Des vrais démocrates ? Sur notre belle planète bleue ???!!!
      ... Où ça ?


    • jako jako 15 décembre 2008 11:43

      mcm oui ou dans la secte habad


    • Medkorp Medkorp 15 décembre 2008 13:37

      Salut !

      Quelqu’un qui aurait réelement le souci de la démocratie ne se préocuperait pas de comment cela se passe chez les autres, mais bien chez soi...



    • Thierry JACOB 15 décembre 2008 18:17

      Et le traitement d’un juif à GAZA...serpico ??? 


    • Traroth Traroth 15 décembre 2008 18:51

      Jacob, comment pouvez-vous à la fois dire que le Hamas à Gaza, ce sont les méchants et prendre comme excuse pour les exactions israéliennes le fait que le Hamas fait la même chose ? Vous ne voyez pas la contradiction ?


    • Le pirate des caraibes 15 décembre 2008 11:22

      En meme temps, quand on passe son temps entre la palestine, l’israel et les usa, on se doute bien qu’à un moment on va avoir des problemes...


      • Serpico Serpico 15 décembre 2008 18:08

        Pirate : "En meme temps, quand on passe son temps entre la palestine, l’israel et les usa, on se doute bien qu’à un moment on va avoir des problemes..."

        ****************


        Des commentaires comme ça, ça vous renseigne tout de suite sur le pavlovien standard.


      • Traroth Traroth 15 décembre 2008 18:11

        Elle est belle, la liberté, en Israel. Et après, on va dire que quand on envahit l’Irak, c’est pour en faire un pays "libre". Non mais quelle rigolade !


      • Thierry JACOB 15 décembre 2008 18:19

        traroth...et à GAZA, elle est comment la liberté ???


      • Traroth Traroth 15 décembre 2008 19:01

        Je ne pux que répéter ce que j’ai déjà dit :

        "Jacob, comment pouvez-vous à la fois dire que le Hamas à Gaza, ce sont les méchants et prendre comme excuse pour les exactions israéliennes le fait que le Hamas fait la même chose ? Vous ne voyez pas la contradiction ?"


      • goc goc 15 décembre 2008 19:48

        traroth...et à GAZA, elle est comment la liberté  ? ? ?

        elle est comme a Varsovie dans les années 40, grace aux tortionnaires. Ce ne sont pas les memes, mais la meme mentalité raciste.


      • Gilles Gilles 15 décembre 2008 11:34

        ça me fait penser au traitement himiliants qu’avaient subis voici peu des députés européens en visite à Gaza. Retenus au poste frontière, humiliés, insultés, incarcérés dans des conditions sordides quelque sheures

        Ensuite l’Europe, et donc son président , ont bien pris garde de titiller les israêliens sur ces méthodes à l’encontre d’élus européens

        Les média idem, de peur d’être accusés, encore, de faire le jeu des anti-israëliens

        Alors pour des citoyens lambda, vous voyez que les états s’en foutent royalement

        Comme le dit la tête de mort pourrie plus haut, c’est normal de nos jours quand vous êtres potentiellement suspect de quoique ce soit, mêlmd e voyager chez les musulmans, d’avoir des enmerdes ; c’est carréméent votre faute si on vous laisse au cachot à devoir chier sous votre paillasse....et la meute des sales bouseux comme ce crâne moisi applaudissent. Voilà les futurs nervis de l’autoritarisme, ceux qui jouissent de la souffrance des autres et exècrent l’état de droit


        • Nobody knows me Nobody knows me 15 décembre 2008 15:08

          Comme le dit la tête de mort pourrie plus haut, c’est normal de nos jours quand vous êtres potentiellement suspect de quoique ce soit, mêlmd e voyager chez les musulmans, d’avoir des enmerdes

          Bonjour Gilles, ça me rappelle cette histoire de Patrick Timsit qui s’est vu bloqué et fouillé (rectalement & co) à son arrivée à la douane US à cause d’un malheureux voyage touristique en Tunisie 12 ans auparavant.
          Il dit avec beaucoup d’humour et une pointe de vérité que pour les américains (pas tous bien sûr, juste les chiens de garde écervelés en première ligne), que quand on part faire autre chose que la guerre dans un pays arabe ou musulman, c’est forcément louche pour les services de sécurité...

          Bien à vous.


        • Gilles Gilles 15 décembre 2008 17:56

          Oui je me souviens de cette histoire qui m’avait laissé incrédule.

          On est tous suspect, même hihoha, mais il ne le sait pas encore.


        • hihoha 15 décembre 2008 11:37

          Et voilà voilou Leyla pond une diatribe contre l’état hébreu comme à son habitude.

           Voyez ,les juives pro- terroristes sont traitées comme les autres en Israël.

          circulez y’a rien à voir.

          Je signale au passage qu’un Israélien ne peut se rendre dans les pays Arabes avec son passeport, il faut user de stratagème, mais chut, motus et bouse cousue là- dessus.


          • Gilles Gilles 15 décembre 2008 12:01

            Donc tant qu’il restera un seul pays au régime inique, cela vous dédouanne de tout !

            Tu n’as pas compris, ou fait exprés de ne pas comprendre, que la seule vraie défense à long terme d’israël tient dans son état de droit, même s’il est imparfait.. S’il péricilite de trop, et depuis un moment ça s’accélère, ce pays deviendra comme ceux qui l’entourent et perdra petit à petit ses soutiens extérieurs jusqu’à être détruit forcément un jour ou l’autre.(je en crois pas qu’un seul état ait pu vivre longtemps, entouré d’ennemis)

            Mais bon, toi tu t’en fous, tu doit être partisan de ces mecs du Likoud, plus extrême que Netanyau, qui veulent expulser tous les arabes vers la Jordanie et ce même si cela doit déclencher une guerre qui tuera arabes et juifs, justifiera un ostracisme international et conduira à l’isolement de ce qui restera d’israêl.....la voilà l’engeance qui prospère sur le fumier, les viscères étalées, la bêtise crasse...tu n’as en fin de compte que peu de différence avec le kamikaze et sa ceinture d’explosif, sauf que toi tu te planques bien au fond de ton trou, jouie à voir les autre s’entre-massacrer, et pire même peut être es tui de cette race de crétins qui serait en extase devant les malheur de son propre peuple


          • mcm 15 décembre 2008 12:28

            @Hihoha,

            J’ai signalé comme abus les insultes de Gilles contre vous, mais il semble que la censure de AV ne modère les souteneurs du Hamas ! 


          • hihoha 15 décembre 2008 13:05

            Gilles ,

            Avons-nous élevé les cochons emsemble ?

            Pourquoi ce tutoiement ?

            Mon vote n’appartient quà moi, est-ce que je demande si vous votez pour le facho au visage d’angelot Besancenot, ou bien pour celui à la gueule de bouledogue Lepen ?


          • hihoha 15 décembre 2008 13:11

            Et voilà voilou Leyla pond une diatribe contre l’état hébreu comme à son habitude.

            Voyez ,les juives pro- terroristes sont traitées comme les autres en Israël.

            Circulez y’a rien à voir.

            Je signale au passage qu’un Israélien ne peut se rendre dans les pays Arabes avec son passeport, il faut user de stratagème, mais chut, motus et bouche cousue là- dessus.

            Autre chose, la situation de visa permanent pour touriste est octroyé également aux non- juifs.
            Donc cette petite pique(pas anodine) n’est pas de mise.

            J’eusse aimé avoir la réaction des autorités compétentes sur le baragouinage de cette lady, mais c’est trop demandé à Leyla, pensez- donc, demandez aux juifs leur version des faits !!!!


          • Nobody knows me Nobody knows me 15 décembre 2008 15:11

            Je signale au passage qu’un Israélien ne peut se rendre dans les pays Arabes avec son passeport, il faut user de stratagème, mais chut, motus et bouse cousue là- dessus.

            Ah bon ? Et vous les prenez pour modèle ??
            C’est d’un irrationnel ce que vous nous dîtes !!
            Raison de plus pour donner l’exemple. On a l’air de quoi à faire la leçon de démocratie et de respect des droits de l’homme à tout le monde, si chez nous """les démocrates""" on a le même comportement ???!!


          • Gilles Gilles 15 décembre 2008 17:54

            heu, hurler contre ces extrèmistes israêlien, c’est être pro Hamas ?

            ça voudrait dire que que bien un tiers des israëliens soutiennent le Hamas....

            Non, ce que je dis c’est qu’en fait votre réthorique n’est pas trés différente de la leur


          • Traroth Traroth 15 décembre 2008 18:12

            Traiter une Juive de cette manière. Ma parole, les policiers israéliens sont antisémites !


          • Traroth Traroth 15 décembre 2008 18:18

            @Nobody knows me : c’est ce qu’il y a d’extraordianire avec les biens pensants comme hihoha : ils vantent la liberté et la démocratie comme valeurs différenciatrices par rapport à des pays "maléfiques" (comme dans "axe du mal"), et à la première occasion, ils justifient les violations de droirs en se réclamant de ces mêmes pays. Comment la même personne peut-elle dire "nous sommes mieux que l’Iran" puis "les Iraniens le font bien" (l’Iran n’est qu’un exemple), ça me dépasse. C’est à la limite de la schizophrénie.


          • Nobody knows me Nobody knows me 16 décembre 2008 10:57

            Comment la même personne peut-elle dire "nous sommes mieux que l’Iran" puis "les Iraniens le font bien" (l’Iran n’est qu’un exemple), ça me dépasse. C’est à la limite de la schizophrénie.

            Mais non, mon cher. N’avez-vous jamais entendu parler de la double-pensée ? Pouvoir exprimer une chose et son contraire sans qu’il y ait de contradiction... Concept qu’on retrouve dans 1984 de Orwell.
             smiley


          • Thierry JACOB 15 décembre 2008 11:39

            Dans un autre pays ce petit fait divers aurait pu avoir de lourdes conséquences...fort heureusement ISRAEL est un état de droit, démocratique !
            Imaginons un instant un juif faisant un reportage dans la bande de gaza pour dénoncer le hamas ???

            GAZA en état de siége...Voir la vidéo


            • Traroth Traroth 15 décembre 2008 18:21

              Une arrestation arbitraire d’une opposante politique n’a rien d’un fait divers et tout de l’acte de répression politique. Ou alors l’assassinat d’Anna Polikovskaia est un fait divers...


            • Polemikvictor Polemikvictor 15 décembre 2008 12:06

              Nous avons encore une secretaire d’état aux droits de l’homme, vous pourriez la saisir de ce dossier .....


              • cogno1 15 décembre 2008 12:46

                Jacob, arrêtes de nous gaver avec ta vision, franchement tu saoules le monde, tu n’a aucune objectivité, tu nous fais de la propagande éhontée type stalinienne, c’est tellement gros que même si ce que tu dis peut ête vrai, tu le présente d’une façon qui le rends sans intérêt, alors arrêtes de balancer encore et toujours la même rengaine.

                Tu fais passer ça pour un, fait divers, sous entendu, sans importance.
                Tu parles de ce que ça aurait été dans un autre pays ? ben ça aurait pu ête mieux, ou pire, c’est trop vague ce que tu dis.
                Enfin tu dévie sur la juif à Gaza, c’est ça ton excuse pour ce que raconte l’article ? Sous prétexte qu’ailleurs ça aurait pu être pire, du coup ce qui c’est passé est soudain exempt de reproche ? C’est quoi ces façons de penser malhonnêtes ?
                Et enfin ton lien hoes sujet, le ènième sur le même thème.... rrrzzzzzzzzz

                Pour l’article, je dirais que tous les pays font ce genre de choses, et je doute fort que la France y échappe.


                • Warhouha Warhouha 15 décembre 2008 12:48

                  Cette histoire illustre, une fois de plus, qu’Israel n’est pas "les juifs", comme le prêchent Hihoha et consorts, et que "les juifs" ne sont pas tous favorables aux exactions commise par ce qu’il faudra bien considérer, un jour, comme un pays parmis d’autres.


                  • Franck804 15 décembre 2008 12:58

                    @ Thierry Jacob,

                    Dans un autre pays ce petit fait divers aurait pu avoir de lourdes conséquences...fort heureusement ISRAEL est un état de droit, démocratique !

                    Bien sûr, c’est évident ! Tu peux nous rappeler ta définition de la démocratie, ça nous aiderait à te comprendre, on ne doit pas avoir la même idée en tête quand on en parle ?
                    En même temps, quand on choisit comme avatar le drapeau d’un pays que l’on est bien obligé de qualifier de totalitaire ça doit pas être facile d’être objectif sur le sujet ... Mais de là à coller le mot démocratie sur ce genre d’exactions, parles-en aux députés européens cités par Gilles, ils seront sûrement d’accord avec toi !


                    • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 15 décembre 2008 13:06

                      Israël ce grand pays démocratique ou règne un bonheur sans faille, ou l’on respecte les droits de l’homme, ou l’on ne torture jamais les détenus palestiniens y compris les enfants, ou l’on respècte les voisins libanais, ou l’on veut seulement la paix avec eux sans essayer de leur piquer leur terre afin d’ y installer des colons intégristes...

                      Mais laisser moi vous citer ceci :

                      "Les Arabes Israéliens ont réagi avec indignation à l’appel du ministre des Affaires Etrangères et candidate au poste de Premier ministre, Tzipi Livni, demandant que les citoyens arabes quittent Israël et partent dans le nouvel Etat palestinien afin de permettre la création d’un Israël pur ."

                      http://www.alterinfo.net/Les-declarations-anti-arabes-pour-un-Israel-pur-de-Tzipi-Livni-suscitent-l-indignation_a27126.html?PHPSESSID=2f7dca5c6f5fdf5ee449afcf08fda141

                      Il faut dire que Tzipi Livni est en concurrence directe pour le poste de 1er ministre avec Benjamin Netanyahu (dit Bibi) leader de l’extrème droite donc c’est la surenchère dans l’abjection...Mais ce Bibi là c’est pas Bibi Fricotin, c’est un des pires dirigeant Israélien, il soutient les extrémistes de droite et les colons tout aussi extrémistes. La veuve Léa Rabin le décrivait comme vulgaire, démago, roublard, menteur, grossier, dépourvu du moindre scrupule, va-t-en guerre…Pauvres Israèliens ils ont le choix entre la peste et le choléra... 


                      • Gilles Gilles 15 décembre 2008 18:01

                        Le pire, c’est qu’au Likoud, Bibi n’est même plus à droite. Il est en train de se faire doubler, par la droite, par des extrèmistes allumés qui promettent de virer tous les arabes, israëliens compris (j’ai oublié le nom du leader)

                        Il font juste 20% des voix au Likoud mais sont en forte progression et Bibi va devoir faire joujou avec cette engeance...qui monte, qui monte (vite le flitox pour en finir)


                        • Traroth Traroth 15 décembre 2008 18:23

                          Hors-sujet.


                        • mcm 16 décembre 2008 09:22

                          Hors sujet parce que ça vous arrange pour soutenir vos assassins préférés ?

                          En voici un extrait :
                          Le Prophète, qu’Allah le bénisse et lui accorde le salut, a dit : Le jour du Jugement ne viendra pas tant que les Musulmans combattent les Juifs (tuent les Juifs) et tant que le Juif se cache derrière des pierres et des arbres. Les pierres et les arbres diront : "Oh ! Musulmans, Oh ! Abdulla, il y a un Juif derrière moi. Viens et tue-le.

                          Vous épiloguez sur une femme suspecte qui n’a reçu aucun coup et a été relachée, mais laissez au Gazaoui le droit au génocide.

                          Je connaissais le jugement de Salomon, vous m’apprenez le jugement de Monsalo !


                        • Traroth Traroth 16 décembre 2008 10:24

                          "Hors sujet parce que ça vous arrange pour soutenir vos assassins préférés ?" : Mais c’est de la calomnie  ! Vous savez que des gens se font condamner pour diffamation pour mons que ça ? Non, c’est HORS-SUJET parce que ça n’a rien à voir avec le SUJET de l’article ! smiley


                        • Thierry JACOB 15 décembre 2008 13:55

                          Si notre amie AUDREY pouvait faire QQchose...

                          Escalade des violences dans la bande de Gaza


                          • Traroth Traroth 15 décembre 2008 18:25

                            "Si notre amie AUDREY pouvait faire QQchose..."

                            ...maintenant qu’elle a été libéré, vous voulez dire ? Elle ne demande sans doute pas mieux. Contrairement aux gens comme vous, toujours prompts à jeter de l’huile sur le feu ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès