Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Atenco (Mexique) : crimes (d’Etat) contre un village

Atenco (Mexique) : crimes (d’Etat) contre un village

Nous sommes passés à Atenco, quelques jours avant que la "justice" ne frappe, une fois de plus. Ce texte est un petit mot solidaire avec le vieil homme d’Atenco qui parle nahualt, une langue qui lui dit que la terre ne se vend pas, avec le jeune sourd-muet qui veille sur le local du "front des villages pour la défense de la terre" d’Atenco, avec les femmes d’Atenco que l’on a (que des policiers ont) violées, avec tous ces gens d’Atenco, et d’ailleurs, qui refusent de céder devant les bulldozers absurdes du progrès et du pouvoir.

Nous le savions déjà, grâce aux quotidiens, hebdos, TV et radios de notre pays démocratique généralement bien informé : le Mexique connaît actuellement une vague de violence sans précédent, due essentiellement à l’explosion du narco-trafic, à l’industrie des enlèvements, et à l’implication dans ces activités d’un nombre impressionnant de policiers et de militaires.

Par ailleurs, l’armée occupe littéralement les régions à population majoritairement indigène : Chiapas, Oaxaca, Guerrero, Veracruz... pour de tout autres raisons.

Le 13 août dernier, le journal El Universal comptabilisait, depuis le début de l’année, 2617 assassinats liés à la drogue. 22 le 11 août, dans le seul état du Chihuahua. Dans celui du Nuevo León, un entrepreneur est enlevé et rançonné chaque jour en moyenne, selon la même édition. Des officiers de police ont récemment participé au kidnapping et à l’assassinat du fils d’un industriel de la capitale. D’après le Département d’Etat des USA, 22 milliards de dollars de la drogue ont été rapatriés ces dernières années au Mexique1.

Rien d’étonnant à cela : le gouvernement mexicain, depuis belle lurette, dirige un « état voyou ». En 1968, voici 40 ans, il assassinait 300 étudiants sur la place des Trois Cultures. A quelques jours des J.O. de Mexico. M. Kouchner n’était certes pas encore ministre du droit d’ingérence humanitaire.

La Banque Mondiale, qui n’est pas une institution liée à ATTAC, et qui finance des projets de destruction massive sur tout le continent américain (le barrage de Chixoy au Guatemala n’en est que l’un des exemples), affirme que la corruption au Mexique représente une perte de 60 milliards de dollars2. La corruption, ce sont les entreprises, nationales ou internationales...et l’administration, et les politiques à tous les niveaux.

L’agriculture mexicaine se porte bien, merci pour elle. Même si le pays, dont les habitants ont inventé le maïs voici 9000 ans, et développé des centaines de variétés de cette plante miraculeuse, doit aujourd’hui -depuis le traité de libre commerce avec les USA et le Canada- importer 35 % de sa consommation, pendant que les petits producteurs ferment boutique et plient bagage pour les USA ou le nord du pays... Un endroit, précisément, où 4 millions de personnes travaillent dans l’agriculture industrielle, dans la production de tomates et autres fruits, légumes et fleurs destinées aux grands marchés urbains. Ils triment par familles entières3, parce que les enfants sont plus rentables (plus près du sol pour la cueillette rapide, bien moins payés), et mettent des mois à rembourser le généreux patron qui les a fait venir à ses frais. Ils doivent tout lui acheter, à des prix prohibitifs, sont logés dans des campements misérables, sous la surveillance de gardes-blancs armés jusqu’aux dents (ceux-là même qui protègent le narco-trafic, ça tombe bien), pour le cas où leur viendrait l’idée saugrenue de quitter le généreux patron avant d’avoir remboursé leurs dettes et fini le travail...

Les paysans d’Atenco, à 40 kilomètres de la capitale du pays, s’étaient opposés à l’expropriation de leurs terres collectives (des terres ejidales), décrétée pour la construction d’un aéroport. Après des mois de résistance acharnée, ils avaient gagné. En mai 2006, 3000 policiers débarquaient sur le village, tuant, pillant, violant une trentaine de femmes lors de leur transfert en prison, repartant avec leur butin, plus de 200 paysans4. Leur porte-parole, Ignacio del Valle, a été condamné à 67 ans et demi de prison, puis à 45 ans supplémentaires (pour « enlèvement » de fonctionnaires de police, retenus par la population, puis relâchés), soit 112 ans ! Deux autres ont écopé de 67 ans et demi. Dix autres, « seulement » 31 ans, 10 mois et 15 jours.

Le gouverneur de l’état de Mexico, Enrique Peña Nieto (PRI), le président de la république5(PAN) et le président municipal de Texcoco (PRD) se sont vengés de ces manants.

Les policiers violeurs, eux, sont libres et vont bien6. Merci pour eux. M. Kouchner n’a pas à s’en faire.

Il ne nous reste qu’à pleurer sur les paysans d’Atenco. Ou à faire comme eux, comme les communautés indigènes au Chiapas et ailleurs : des jardins, des champs, du travail collectif, sur une terre partagée, des fêtes et un (ré)apprentissage de la solidarité et de la dignité.

 

1Cf La Jornada du 12 août 2008.

2Cf article d’Andrea Merlos, El Universal du 13 août 2008. Précisons que ce journal n’est pas un torchon de gauche...

3Ces familles sont souvent des indigènes, chassés de leurs terres par les « mégaprojets » touristiques, hydrauliques ou agricoles , par les politiques de destruction des forêts et la violence que font régner les gros propriétaires fonciers, par l’intermédiaire des partis politiques officiels (PRI, PAN, PRD) et de leurs hommes de main.

4Amnesty International, la CCIODH, et d’autres, ont rédigé des rapports accablants sur ce « crime d’état ».

5Felipe Calderón a été élu après une fraude monumentale ; chacun le sait, au Mexique comme en France.

6Grâce notamment à la sollicitude de la hiérarchie, qui avait fait distribuer des préservatifs à ces vaillants défenseurs de l’ordre, juste avant l’attaque sur Atenco.



Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Walid Haïdar 27 septembre 2008 06:01

     Merci pour l’info.

    Il faut effectivement faire remarquer au dramaturge des affaires étrangères que son boulot consiste entre autres à s’intéresser à ce qu’il se passe dans un pays aussi "insignifiant" qu’un membre du futur G14.

    Il répondra peut-être que le Mexique ayant une frontière avec le pays des gens heureux (USA), il est forcément moins à plaindre que la géorgie qui est toute proche de l’antre de satan (la russie, les bougnoules tout ça).

    Quel esprit délié que ce ministre alors...et cette classe dans le jeu d’acteur, c’est fabuleux.


    • CAMELEON 4 octobre 2008 13:52

      Merci pour cet excellent article qui retrace bien ce qui est aujourd’hui entrain de se passer dans ce pays,il y a peu d’années paisible et ou les délits venaient de groupes affiliés au narco traffic et de la guerre qu’ils se livraient entre eux.
      D’après les nouvelles que je reçois de là bas il y a vraiment une montée de la peur et des enlèvements en serie et non plus seulement chez les nantis mais dans toutes les couches de la population ;
      A Morelia capitale de l’état de Michoacan le 15 septembre dernier,jour de l’indépendance ,une grenade a été jetée dans la foule qui célébrait faisant une dizaine de morts et plus d’une centaine de bléssés.Des discotèques à la mode,comme ça s’est passé à Veracruz dernièrement ,sont prises d’assaut pendant toute une nuit pendant laquelle des groupes armés volent violent et torturent des clients.A Veracruz malgrès que des clients aient pu s’enfuir et aient alerté les services de police il n’y a pas eu d’intervention et les hors la loi ont pu mener leur activité durant toute la nuit.Des messages sur internet avertissent les automobilistes de ne pas resister aux contrôles de la police et de l’armée et même de rester calmes quand des véhicules ,derniers modèles aux vitres teintées,les stoppent pour leur soutirer de l’argent ou leur voler leur auto.Les extorsions chez les commerçants se sont brusquement ,depuis février dernier,multipliées et dès que vous achetez un véhicule quelqu’un appelle chez vous pour vous demander de l’argent.
      jusqu’ici le Mexique était un pays où malgrès un gouvernement corrompu il y avait un grand mouvement citoyen qui avait du poids et faisait parfois reculer l’état voyou ( manifestations multiples il y a quelques semaines dans tout le Mexique ) comme c’est le cas du Chiapas avec le EZLN et sa figure emblématique du subcomandante Marcos,qui a réussi à tenir grâce à la sociéte civile.
      Il apparaitrait maintenant que l’on cherche à destabiliser tout cela en instillant la peur dans la société,non seulement au Mexique mais un peu partout autour du monde : chez les occidentaux avec la peur de la crise,de la recession et du chômage (dont les chiffres à présent très raisonnables ont en un mois progréssé de 2,2%,tour de passe passe magique s’il en est).
      A croire que le gouvernement mondial sentant son agenda menacé est entrain de mettre les bouchées doubles pour le peu de temps qu’il lui reste à exister : la bête est entrain de donner ses dernières ruades.
      El unico miedo que tienes que tener es al miedo el mismo,comme l’on dit dans ces contrées d’Amérique centrale "tu dois avoir seulement peur de la peur elle même.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

fakri

Enseignant


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès