Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Attentats de Damas : Un diagnostic rapide

Attentats de Damas : Un diagnostic rapide

Ça a commencé en Janvier… Cela a été suivi par deux ou trois autres bombes. D’abord Damas. Puis Alep la capitale économique. Évidemment tout le monde condamne, même et surtout les capitales occidentales.

Oh les méchants, que c’est pas joli, que c’est mauvais, etc. - On connaît la chanson.

Il faut d’abord relever qu’à l’exception d’une bombe mineure près d’une mosquée, tous les autres attentats perpétrés en Syrie prennent pour cible des centres névralgiques des RG syriens. Cette institution que sont les RG syriens - aux embranchements si divers… - est à proprement parler une des grandes horreurs du vingtième siècle. Un véritable héritage stalinien comme on ne saurait le décrire, une chose d’un autre temps, la pure marque de fabrique du vieux.

Grâce aux bonnes œuvres de ces gens-là, on pouvait disparaître, à jamais, sur simple dénonciation. Nulle propagande à conter qu’on y torture vraiment des enfants, je ne déclinerai pas ici la longue liste des sévices corporels et psychologiques qu’on peut y subir avant une mort souvent certaine, les pires films d’horreur n’y suffiraient pas, mais ce n’est pas le propos.

Aucun doute qu’à chaque fois qu’un pétard explose à la face de ces gens-là, ce n’est pas seulement l’opposition syrienne qui jubile, c’est carrément le peuple syrien tout entier, et même peut-être les partisans de Bachar… Car il ne croit pas si bien dire, l’ophtalmo un peu myope de service, lorsqu’il déclare sur CBS, provoquant le fou rire planétaire : « Yes, but these are not my troops… ».

Il est connu qu’au moment de l’ « héritage » (la "politique" dans ces contrées joviales étant d’abord question de sperme n’est-ce pas), il est connu que l’un des problèmes majeurs de notre jeune docteur était de contrôler ces gens-là… On raconte même qu’il confiait : « Je dispose d’une très vieille machine toute rouillée qu’il va me falloir bien du temps pour plier…  ».

De soi-disant mails internes révélés par les médias occidentaux prétendent que les Iraniens auraient demandé aux syros de pas trop chantonner qu’Al-Qaeda serait derrière ces attentats... Le cocasse de la situation était tel au début de l’année qu’on a failli voir s’aligner, face à Damas, un axe où Al-Zawahirî et Obama partageraient sur la même couche leur downut matinal…

Je prends beaucoup de risques à écrire ces lignes ici, sur Agoravox, où des gens parfois peu informés mais soucieux de ne pas perdre la face se battent mordicus à défendre Bachar, en posant une équation complètement tronquée :

D’un côté donc, il y a ce bon papa Bachar, et de l’autre ces salauds de l’ALS qui ne sont que des sous-agents qataris, de méchants wahhabites terroristes surarmés en mal de sensations fortes, etc. Cela est tellement désolant que je n’ai jamais pris la peine de répondre - car c’est comme demander la résolution d’un problème de maths dont on nous cacherait la plupart des données de départ : Le PEUPLE SYRIEN. Et je viens de nommer l’Otage… tous ces millions de gens désormais pris en tenailles entre le régime du moustachu qui s’accroche mordicus et les dissidents de l’armée qui ramassent et achètent leurs armes où ils peuvent en déclarant vouloir défendre les manifestants.

Il faut en tout cas savoir que la plupart des brigades syriennes sont maintenues en caserne, désarmées et sans réels moyens d’information, vu que le régime sait bien à quoi s’en tenir avec ses quarante ans de fête… Ainsi la seule annonce d’un envoi en mission est souvent une grande joie silencieuse pour certains officiers et soldats parce qu’elle signifie la possibilité de la désertion... les armes à la main.

Mais revenons au propos d’entrée : Ces attentats… Je ne suis pas sûr que les membres de l’ALS soient capables de ces bombes. Non que l’envie leur en manque, loin de là, mais les zones où ces bombes ont explosé sont tellement et si bien quadrillés par les RG locaux qu’ils demeurent complètement inaccessibles à l’ALS sous toutes ses formes, c’est absolument certain.

Cela signifie surtout qu’à chaque fois qu’une de ces bombes explose devant un centre des RG syriens, la peur s’installe et prend à la gorge le moindre fonctionnaire de ce régime débordant de fraîcheur. Une vraie peur panique... Parce que l’intérêt premier de ces attentats n’est sûrement pas de comptabiliser tant ou tant de morts dans le camp visé, pas du tout :

C’est bien de dire que si des bombes explosent si près de votre « tête pensante » et de ceux qui sont supposés contrôler la situation sur le terrain, alors c’est sûrement, certainement, que vous êtes totalement pénétrés, de l’intérieur… que l’ennemi est maintenant bel et bien installé dedans, avec des taupes par centaines, bref tout un système, et que donc vos RG sont déjà un doux souvenir…

Le but de ces attentats n’est donc rien moins que de semer là une inquiétude définitive et surtout mortifère au sein même du vieux système. Et ce but, au bout de la demi-douzaine de « touchés-coulés » déjà perpétrés est certainement atteint. Mauvaise nouvelle donc à la fois pour Paris et New York, dont l’objectif – pas d’illusions là-dessus – est bien le maintien de Bachar comme dernier rempart contre des républiques islamiques dont on aura déjà goûté déjà une bonne dose en 2011.

Au fond, si l’on interroge n’importe lequel des nombreux jeunes syriens réfugiés à Beyrouth ou en Turquie sur la question de sauver Bachar ou pas, il lui laisserait facilement la vie… Quelque part, il est toujours aimé, même de ses opposants ; mais là où ils seront tous intransigeants c’est sur les "Services"... Là, ce n’est même pas un procès : La mort immédiate, la destruction définitive – car pas une famille de Syrie, en quarante ans de terreur continue, qui n’ait pas eu à être amputée directement par ces gens-là ; la crème des artistes et des intellectuels de Syrie a été décapitée, sur des décennies, par des rats…

Mais ce n’est pas du fait que physiquement ils se sont pris un pétard qu’ils sont en train de mourir, non : Ces attentats ont déjà à cent pour cent atteint leur objectif, du simple d’exploser où ils ont explosé. Car leur message de fond est bien : Vous n’êtes plus rien. You’re done, you’re finished. Game over… 

A qui d’autre s’adresse le message (car c’est d’abord d’un « échange de mails » un peu violent qu’il s’agit) ? Bien sûr à tous les soutiens de Bachar, et en premier lieu l’ami Vladimir : Ton protégé ne tient plus la situation en main malgré les apparences, en voilà quelques preuves successives et directes là où tu penses… Alors ? T’as une solution en vue ?

En conclusion, je ne pense pas que les pays du golfe, trop engagés dans le discours, aient le moindre intérêt à ternir si ouvertement leur image déjà bien secouée, ni que les occidentaux ou encore l’ALS soient capables de frapper de si près ces centres névralgiques.

L’hypothèse que ces RG ne sont plus qu’un gruyère certainement divisé et noyauté jusqu’à la moelle ne saurait plus être écartée. Si c’est une mauvaise nouvelle politiquement je n’en sais rien, et ne saurait en décider. Mais pour la Société Syrienne – et quels que soient les développements ultérieurs… C’est du Soleil.

(PS : On me permettra d’être plus ou moins absent sinon très évasif du côté « comment taire » – je n’ai aucune envie de polémique, et il me faut prendre souci de ne pas trop érafler les vernis protecteurs de certaines illusions encore vivaces dans les parages).

Documents joints à cet article

Attentats de Damas : Un diagnostic rapide

Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • emphyrio 21 mars 2012 08:16

    Sur la Syrie suivez ce débat impossible en France :

    http://www.rts.ch/espace-2/programmes/babylone/?date=14-03-2012


    • volt volt 21 mars 2012 10:04

      merci emphyrio, je vais explorer en temps voulu, mais pourquoi dites-vous impossible ?...


    • emphyrio 21 mars 2012 10:44

      Vous trouverez un élément de réponse à cette question en écoutant le débat. A la 46e minute, l’intervenant du Monde Diplomatique explique bien le conformisme médiatique actuel (en France notamment), interdisant la démarche naturelle du journaliste qui est d’informer en toute objectivité. Le journalisme, dans son ensemble, est devenu la victime d’une forme de soumission à l’opinion dominante.


    • volt volt 21 mars 2012 10:53

      je m’en doutais bien merci, et c’est bien pourquoi je rôde dans les parages - vous laissant tout à la joie d’ignorer le temps qu’il faut, au tiers monde, pour atteindre la « 46e » minute...


    • volt volt 21 mars 2012 10:02

      POUR LE LECTEUR ET, ACCESSOIREMENT, LES RÉDACTEURS D’AGORAVOX :

      Cette réflexion rapide a été rédigée Dimanche matin en réaction aux attentats survenus à Damas, Samedi.

      Depuis, bien des choses sont advenues :

      - Dès Dimanche PM un autre attentat a suivi, ayant eu lieu à Alep, là encore visant un centre des « services ».

      - En début de semaine, deux navires russes ont débarqué sur les côtes de Syrie ; à bord de l’un de ces visiteurs, une bonne troupe de fusillers marins, semble-t-il.

      - Hier, l’ALS, peut-être en vue de diminuer la pression sur les zones de Idlib et Deir el-Zôr, a choisi de porter les combats sur la capitale, dans le quartier de « mazzé » - on est donc désormais à quelques mètres du docteur... (Pas mal de ceux qui ont fui Homs et Edith Bouvier se sont reporté sur cette zone). Ce quartier comporte une série d’ambassades.

      - Depuis hier aussi, il semble que la position russe est en train de s’infléchir question Bachar, en tout cas de se modifier...

      Dans ces conditions, et au vu des développements rapides et importants, je vois peu l’intérêt de publier, avec 72h de retard, ces lignes en commentaire d’une actualité en mouvement.

      C’est non seulement le lecteur, mais encore l’auteur, qui sont bafoués dans cette démarche.

      La question des différences dans les temps de publication a été posée ailleurs... Je lui prédis un avenir vite recyclable, dans la mesure où les porteurs de ces privilèges sont eux-mêmes les décideurs en la matière...
      Entre 15mn pour mettre un article en ligne et 72h le rapport est bien de 1/300, si jeune ma buse... Je refuse de publier à l’avenir quoi que ce soit dans ces conditions.
      (Je n’ai pas une semaine sur Agoravox et je ne prétends à rien, mais je relève sur ce point un amateurisme coriace).

      Sans parler du fait qu’une fois proposé un article, ne sachant aucunement comment cela va se jouer en termes de délais (un minimum, un maximum ?), on se retrouve à devoir s’organiser de sorte à pouvoir assurer une certaine présence en ligne, histoire de pas complètement s’absenter des commentaires. Or les gens peuvent vraiment avoir d’autres chats à fouetter, et devoir se retrouver « not online » pour des périodes prolongées... Tout cela en fait une « mouise » qui n’est susceptible de fonctionner qu’à la condition d’une sorte de full time job.

      Voilà pourquoi, et seulement parce qu’il y a là des plumes de valeur, suspendant toute proposition d’articles à l’avenir (pourtant j’avais quelques projets nettement moins fumeux, et surtout loin de la chiasse politicarde...), je me contenterai de me maintenir dans les interlignes du commentateur épisodique.

      Bien avoue.

      volt


      • AniKoreh AniKoreh 21 mars 2012 11:13


        Je me réjouissais déjà, en l’ouvrant aujourd’hui, de lire votre deuxième article... J’espère qu’une solution pourra être trouvée bientôt à ces problèmes d’approbation et de publication sur AVox.

        Quoi qu’il en soit, encore merci pour vos commentaires, Volt.

        Et au plaisir de continuer à vous lire.

         smiley


        • volt volt 21 mars 2012 11:16

          merci AtaKoreh smiley


        • AniKoreh AniKoreh 21 mars 2012 11:19


          Toi, tu as tout compris smiley


        • Pierre Pierre 21 mars 2012 12:30

          @ volt,
          Je comprends votre frustration de voir votre article publié avec retard et alors que la situation a évolué depuis sa rédaction. 
          C’est la même règle pour tous. Ça m’est aussi arrivé de voir un de mes articles publiés après des semaines d’attente et de ne pas être disponible pour répondre aux réactions à ce moment.
          C’est le seul point avec lequel je suis d’accord avec vous.
          Un attentat terroriste ne peut jamais être justifié vu que cela tue indistinctement des civils innocents en même temps que cela touche une cible éventuellement légitime. C’est inadmissible et il n’y a pas d’exception. Il en est d’ailleurs de même pour les bombardements soi-disants humanitaires. 
          Le fond de votre article serait crédible si la Syrie était le seul pays de la région qui n’était pas démocratique au sens occidental du terme. Tous les pays de la région, y compris Israël, pratiquent la torture. Les richesses pétrolières des monarchies du Golfe sont substantiellement détournées au profit des dirigeants et de leurs proches. Toute tentative de contestation y est impitoyablement réprimée. 
          Le fond du problème que vous n’évoquez pas est la raison pour laquelle l’Occident soutient certaines révoltes et pas d’autres.
          Comme par hasard, les pays figurant sur la fameuse liste de Wesley Clark sont premières de liste pour des changements de régime. 
          Les plans de remodelage des frontières du Moyen-Orient existent. Il faut en tenir compte quand on veut comprendre les attitudes des uns et des autres.
          Pour le peuple syrien, il faudrait m’expliquer ce qu’il gagnerait à se trouver dans la même situation que la Libye où il ne fait pas bon d’avoir la peau trop foncée ! 
          L’opposition syrienne extérieure est un assemblage de diverses tendances avec à sa tête quelqu’un d’inconnu dans son pays. C’est dire qu’il n’y a pas de « de Gaulle » prêt à succéder à Bachar el Assad. Vous ne citez pas l’opposition intérieure (largement majoritaire) qui est prête à accepter la nouvelle constitution.
          Je ne sais pas si vous êtes syrien mais, si vous l’êtes, vous pouvez être sûr qu’après une guerre civile, il ne restera que des ruines de votre pays. C’est peut-être ce que vous souhaitez ?


          • volt volt 21 mars 2012 14:01

            Chacune des victimes de ces attentats ciblés a des dizaines, sinon plus, de victimes sur les mains, Pierre.
            Par ailleurs, je me fous de l’Oxydant au sens où pour beaucoup alentour ici, il suffit d’un « soutien occidental » pour que les manifestants de base, qui étaient pourtant bien là avant ce soutien, n’aient soudain plus aucun crédit ! Cette logique paradoxale est pour le moins étonnante.
            Pour ce qui est de votre comparaison libyenne, elle ne tient pas vraiment : le Syrien n’est pas du tout le Libyen, il est très cultivé, grand lecteur, grand éditeur, grand homme de lettres ; par ailleurs et malgré la répression : grande maturité politique - ce n’est pas du tout le cas du libyen moyen, c’est tout autre chose.
            Quant aux victimes collatérales, on n’en peut qu’être désolé, mais comme on dit : à la guerre comme à la guerre...
            Le plus désolant, comme après la mort de Staline, c’est de voir de véritables machines de mort survivre et fonctionner des années après la mort de leurs créateurs...


          • volt volt 21 mars 2012 14:15

            Question publications, vous dites « c’est la même règle pour tous », pas de problème... mais si seulement elle était clairement formulée, histoire qu’on sache à quoi s’en tenir, sans plus. De là à parler de « frustration » y’a un pas qui va au-delà d’une simple demande... de rigueur.

            autre point : l’opposition syrienne n’est pas « à l’extérieur », même s’il existe un semblant de ce que vous désignez, ainsi constitué, et médiatiquement parachuté en force. Là encore : ne pas confondre la greffe avec le corps d’origine.

            enfin : oui en Israël on torture, mais le plus souvent l’officier où le soldat en charge de ces horreurs n’est pas tout à fait un analphabète - croyez-moi, ça fait une différence, d’où mon choix d’un vocable rongeur... on n’y torture pas en sachant d’emblée qu’on va tuer.


          • volt volt 21 mars 2012 14:19

            Pour ce qui est de « l’opposition intérieure acceptant la nouvelle constitution », je sourirais bien de l’opinion des Français quant à un Sarco organisant un référendum sous les bombardements... de Toulouse par exemple. Vous ne semblez pas avoir eu accès à ces petits films de syriens mimant leurs votes avec les éclats d’obus de Bachar...
            Cette opposition et ce peuple ayant une grande culture et aussi un attachement (pas que baassiste) à un régime laïque n’a aucune peur de l’« après », et saura s’organiser assez vite avec l’aide des russes le cas échéant.


          • Pierre Pierre 21 mars 2012 19:52

            D’abord, vous faites une erreur historique. La déstalinisation a été commencée par son successeur, Nikita Khroutchtchev directement après la mort de Staline. Le chef du NKVD et ensuite du NVD, Lavrenti Beria, a été exécuté quelques mois après la mort de Staline. Le régime des goulags a alors été assoupli et remplacé par des méthodes moins extrêmes.

            On sait tous que que les RG syriens pratiquent la torture et qu’il y a pas mal de ses agents qui mériteraient des procès exemplaires. Il faut aussi se rappeler que la CIA a renvoyé chez eux quelques citoyens syriens qu’elle détenait à Guantanamo en sachant très bien ce qui les attendaient. Ça ne s’appelle pas condamner la torture !

            Je veux bien vous croire que beaucoup Syriens sont des gens cultivés mais ne me faites pas croire que la Syrie est composée de 22 millions d’érudits. Ceux qui se battent contre l’armée régulière font plutôt partie des endoctrinés religieux qui remplaceraient bien un État syrien laïc par des émirats islamiques dans lequel les minorités religieuses seraient expulsées ou marginalisées.

            Je ne conteste pas que les manifestants étaient pacifiques au départ mais certainement pas leur encadrement armé.

            L’organisation d’un régime démocratique et laïc après un éventuel renversement de Bachar el Assad ? BHL avait dit exactement la même chose pour la Libye. Voyez le résultat !

            Quelle solution alors si on veut éviter la guerre civile ?

            • On commence par faire taire les armes et on expulse tous les combattants non syriens.

            • On commence des négociations sur la future constitution du pays sous la supervision de représentants neutres.

            • On organise ensuite la transition du pouvoir avec un gouvernement sur le modèle sud-africain en 1994 ou avec un gouvernement d’unité nationale.

            • On met une commission de réconciliation sur pied et on évite ainsi les actes de représailles.

            C’est ainsi que ça devrait être organisé dans un pays civilisé mais, malheureusement, il n’y a pas de Nelson Mandela et de Fréderik De Klerk syriens et les enjeux géostratégiques dépassent le cadre de ce pays.


          • volt volt 21 mars 2012 20:30

            hélas votre conclusion dit vrai... merci pour les précisions de goulag, vous me semblez toutefois faire fausse route sur deux points : 1/ la plupart des combattants de l’ALS ne sont pas des éléments étrangers mais principalement des déserteurs indigènes 2/ la question d’un désarmement, tant que le pouvoir en place se maintient, est totalement exclue, car même si le « commandement » l’approuvait, la troupe essentiellement constituée de gens qui ont déjà perdu des proches dans ces « combats » (et souvent avant) y serait complètement récalcitrante. Il est trop tard pour ce scénario. De plus voyant ces faiblesses explosives des services, ils considèrent que la fin de Bachar est inéluctable.


          • jbal 21 mars 2012 12:31

            Que d’enthousiasme, bien qu’amateur cet article n’apporte rien de nouveau.


            • volt volt 21 mars 2012 14:02

              « le style, c’est l’homme à qui l’on s’adresse »


            • volt volt 21 mars 2012 14:06

              Je ne prétends à aucun « professionnalisme » ; mon propos est triple : rappeler que le centre de l’affaire avant sa soi-disant « internationalisation », c’est bien le peuple syrien ; rappeler que ces « services » ne sauraient être oubliés à l’heure actuelle comme un « détail de l’histoire » ; montrer enfin que leur problème semble désormais venir du plus intérieur.
              Si en parcourant ce site vous considérez que ces rappels pédagogiques ne sont pas nécessaires, je ne partage pas votre point de vue.


            • leypanou 21 mars 2012 14:36

              "Mauvaise nouvelle donc à la fois pour Paris et New York, dont l’objectif – pas d’illusions là-dessus – est bien le maintien de Bachar«  : vous avez là une bien curieuse manière de voir les choses.

              Sur quoi vous vous basez pour affirmer ce genre d’affirmation ? Pourquoi ne pas y ajouter le Qatar et l’Arabie Saoudite pendant que vous y êtes ?

              Quand à la France, combien de fois cette Randa Kassas, membre du Conseil National Syrien a été invitée sur les chaînes de télévision française (chez Calvi, Giesbert, etc), et appeler carrément à une intervention militaire armée contre son pays.

              En Irak, après la »libération« et 9ans de »démocratie", un attentat a fait plus de 40 morts récemment. C’est beau la liberté non ?


              • volt volt 21 mars 2012 14:46

                Cette double manœuvre diplomatique et médiatique, vous en seriez dupe ? Je veux bien laisser la question en suspens - mais sans oublier que la France n’a jamais été insensible aux intérêts stratégiques d’Israël, or pour Israël, il se peut que Bachar soit meilleur qu’une hypothèse salafiste, même provisoire...
                Pour le reste, il est gentil Calvi, mais question Syrie, il me permettra de lui donner quelques leçons (et même à ses invitées irrecevables en leurs déclarations pour un syrien de base) ; quant à l’Irak il est connu que c’est toujours un champ de bataille (d’empires) au vu de sa position stratégique et surtout du sous-sol, ces deux facteurs étants plus ou moins relatifs côté syrien.


              • Alliance Rebelle citoyen du sud 21 mars 2012 16:00
                Les renseignements US et le Mossad derrière les attentats de Damas
                « Des équipes de renseignements américains et du Mossad israélien sont derrière les derniers attentats à Damas et Alep, et les attentats terroristes se multiplieront en Syrie dans les prochains jours pour provoquer la mort de 100 à 200 personnes quotidiennement afin de destabiliser la confiance en la direction de Bachar el Assad ». C’est ce qu’a révélé l’hebdomadaire turc Idinlik, citant des sources turques. 

                Selon ces sources, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, le nombre d’attentats a augmenté en Syrie à la suite des visites de hauts responsables américains en Turquie, notamment celle du chef des renseignements David Petraeus.

                • volt volt 21 mars 2012 17:02

                  Il faut vraiment ne rien savoir des renseignements syriens, de leur histoire et de l’admiration unanime dont ils faisaient l’objet (malgré leurs méthodes), pour prêter l’oreille à un canular pareil. Le coefficient de pénétration du Mossad et copains dans la zone n’est plus celui des sixties, et le but n’est pas le nombre de morts qui ne saurait déstabiliser un régime portant allègrement plus d’un charnier à son actif. Mais seule cette répétition - six fois - de la bombe exactement à la porte est susceptible d’un impact sérieux, côté confiance d’abord (l’essence d’une troupe), puisqu’ils se disent : « on n’est plus qu’une bande de cons »...


                • Alliance Rebelle citoyen du sud 21 mars 2012 16:01

                  Un haut fonctionnaire français a invité , le 19 mars 2012, des journalistes arabes basés à Paris pour leur révéler la bataille qui se livre actuellement au sein du gouvernement français en général et du Quai d’Orsay en particulier à propos de la Syrie.

                  Selon cette personnalité, l’ambassadeur de France à Damas, Éric Chevallier, dont l’ambassade vient d’être fermée et qui est rentré à Paris, a pris à partie son ministre devant ses collègues. Il a accusé Alain Juppé de ne pas avoir tenu compte de ses rapports et d’avoir falsifié les synthèses pour provoquer une guerre contre la Syrie.

                  http://www.voltairenet.org/Alain-Juppe-accuse-par-sa-propre 


                  • volt volt 21 mars 2012 17:05

                    Voilà qui serait bien cavalier...
                    Désolé, j’achète pas non plus.


                  • volt volt 22 mars 2012 22:21

                    - ça y est ?
                    -oui.
                    -si tôt ?
                    -elle a saisi la boucle, ça va bientôt schlinguer...
                    -et alors ?
                    -« ce qui se produit sous mes yeux est obscène », tu sais pas lire ?
                    -je comprends.

                    -bon... la plage ?
                    -...à droite, puis tout droit.

                    -allez, merci quand même.
                    -minute !
                    -quoi encore ?
                    -tes trucs en attente...
                    -j’ai passé l’âge.
                    -et gemma ?
                    -tu veux rire... sur ce coup-là ?

                    -à bientôt alors...
                    -adieu.

                     smiley


                    • jj92 25 mars 2012 00:56

                      Oui très bien cet article notamment sur l’évidente nécessité ne pas être binaire, les méchants, les gentils.Oui il faut que cessent les massacres de la population civile. Il ne faut pas oublier ou il faut savoir que l’ALS, composée également de brigades se « revendiquant » d’al qaeda ou feignant de le faire, comme celle d’Al Farouk se livre à des violences de même nature contre les chrétiens à Homs.90% d’entr’eux ont été contraints de quitter la ville. Et les démocraties occidentales toujours bêlantes à l’exemple de notre rantamplan national (notre ministre des affaires étrangères) envisagent même d’armer ces milices. Belles solutions, toujours la même chose l’occident qui ne comprend rien au moyen orient (et en plus on a rantamplan !!!) gonfle le torse pour quoi faire ? On a vu comment la France s’est couchée devant la Turquie, totalitaire, fasciste et négationnsiste avec toujours la bienveillance entre autres de notre rantamplan. Il ne s’agit de pas de stigmatiser mais simplement de dire que les chrétiens ont également droit de vivre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

volt

volt
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès