Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Au coeur de la Perse se trouve un tombeau

Au coeur de la Perse se trouve un tombeau

Et le Téléviseur fit son apparition au sein de ma Maison…

Ces Fêtes de Noël 1966 apportèrent au bambin que j'étais les premières “images artificielles” frappant mon imaginaire.

Afin que plus tard, on me rappela encore le premier “choc rétinien” que fut “Les Perses”. (Téléfilm de J. Prat, d'après la tragédie grecque éponyme d'Eschyle, diffusé par l'ORTF).

Et pouvoir aujourd'hui le revoir en vidéo, j'en suis vraiment intimement bouleversé. En souvenir donc de cette première télé-vision, je souhaite rendre un hommage admiratif, à ce pays antique qui a connu dans son histoire, puissance, beauté, mais aussi douleur… La Perse.

Située à la croisée des chemins et des civilisations de l'Orient, la Perse ancienne est de culture, la plus proche de l'occident : les iraniens appartiennent en effet au groupe dit des aryens et parlent une langue aryenne, le persan de la famille des langues indo-européennes, comme le français, l'anglais, l'allemand. Et si nous l'avons un peu oublié aujourd'hui, ce pays au cours de sa longue histoire, nous a apporté énormément dans de nombreux et divers domaines…

Certes, nous connaissons ses tapis, son pétrole, ses ayatollahs, son uranium… mais pendant des siècles et des siècles la Perse incarna une grande zone de rencontre entre l'Orient et l'Occident. Des caravanes suivant la route de la soie et des épices… des métaux et des pierres précieuses.

De tout cela, les marchands avaient leur quartier général en Perse. Les occidentaux ne doivent plus ignorer son rôle précurseur sur des sujets comme la politique et l'administration. Car elle, la première, prouva au monde antique la possibilité de gouverner de grands territoires, d'administrer un Empire.

La religion régulièrement, lui assurait une suprématie morale sur ses voisins. Le zoroastrisme de Zoroastre, VI ème siècle av JC, se trouvait dans l'antiquité être une croyance si vraie et si noble, que l'on parlait déjà de résurrection des corps, de vie surnaturelle, de récompenses et de châtiments s'exerçant sur notre âme.

Toute cette ardeur religieuse s'exprime dans un livre sacré connu sous le nom d'Avesta, avec Ormuzd créateur de toute vie, symbolisé par la lumière céleste. La Perse connaîtra d'autres grands mouvements religieux. Notamment, durant le 3ème siècle ap. J.C., le manichéisme que Mani inspirera .

Elle est un des berceaux de l'humanité. Et loin d'être une terre sèche et abandonnée, il est évident qu'elle recouvre encore aujourd'hui, de nombreux trésors pour les archéologues.

Des découvertes de villes remontant à plusieurs millénaires, aux merveilleux objets mis à jour, tous sont là pour nous prouver si nécessaire, de l'importance des cultures successives qui ont marqué cette région depuis la plus lointaine antiquité.

L'invasion des aryens, environ un millénaire av. notre ère marquera profondément ce territoire, puisqu'il se nomme encore aujourd'hui Iran, ce qui veut dire "Pays des aryens".

Plus tard et ce malgré de nombreuses destructions et brutalité de hordes et de puissances étrangères :

- Celle d'Alexandre le Grand, au IVe siècle av JC, venant de Macédoine envahir le vaste Empire.

- Celle de Rome et des guerres intermittentes, puis les invasions arabes, animés par leur foi nouvelle.

- Celle de la terrible avalanche de mongols au XIIIe s. avec pour chef le redoutable Gengis Khan.

… La Perse sauvegardera son invincibilité, surmontant courageusement tous les périls et les assauts ennemis.

Ce sera le choc successif contre l'Empire Russe et Britannique, au XIXe siècle qui causera au sein du pays, le début d'une longue crise morale et culturelle.

Sous la dynastie des Qadjars, 1734-1925, l'occident connaîtra de forts progrès techno-industriels permettant par exemple, l'accélération de l'extraction des matières premières.

Par contraste, la Perse semblait, elle, rester immobile.

Reza Pahlavi, le dernier Chah d'Iran, succéda donc en 1941, à son père, qui avait fondé en 1925 la dynastie des Pahlavi. Son idéal restait de saisir l'esprit de ce nouvel âge d'Or que promettaient sciences, industries et économies occidentales.

Il lui fallait pareillement révolutionner l'Iran. Qu'elle rattrape son retard. Malheureusement et très vite, le mariage entre ce vieil Orient et ce moderne Occident ne fut potentiellement pas exemplaire.

Certes, grâce à une aide "bienveillante" des États-Unis, le pays connaissait une production en pétrole abondante et s'enrichissait. Mais l'ouverture rapide et forcenée au modernisme "made in USA" provoqua par contrecoup des oppositions dans la population iranienne. Commença alors peu à peu et à travers tout le pays, un profond repli identitaire, car le peuple devait se taire et subir l'ingérence de mœurs étrangères réservées à des privilégiés.

En 1963, on assista à la première grande vague d'émeutes, exprimant tous les mécontentements face à la répression policière et les réformes toujours plus draconiennes.

Déjà à leur tête, l'Imam Khomeiny fut contraint à l'exil en Irak. Le Roi, lui, rêvait toujours de faire de l'Iran le Japon du moyen-Orient. Ainsi, en 1967, lors de son propre couronnement comme Empereur, Mohammad Reza Chah Pahlavi déclarait : "Je veux laisser à mon fils une nation jeune, évoluée, fière, tout à fait moderne, parfaitement stable et de plus orientée vers l'avenir et la coopération avec les peuples du monde entier".

Ce positivisme, entièrement tournée sur la voie du progrès buttait cependant au sein du pays contre l'emprise majeure du courant religieux et des mollahs. L'antagonisme ne fit que croître jusqu'en 1978, année où les militaires entrèrent dans la danse. Le Général Azhari, nommé chef du gouvernement entra en force sur l'avant-scène politique. Mais tout s'aggrava encore… car la fragilité du régime était dorénavant évidente. Début 1979, L'Imam, réfugié depuis en France, invitait les fidèles, à l'aide de cassettes enregistrées et régulièrement envoyées de France en Iran, à renverser le despote personnellement visé "Shah, nous te tuerons !"…

Sous la pression montante, le Chah fut contraint finalement à s'enfuir en Egypte où il décéda peu après.

Pour des raisons autant religieuses que patriotiques, c'était en vérité la grande et ancestrale culture persane qui triomphait, en se vengeant de l'avoir bafouée, négligée et humiliée.

Des conquêtes et invasions d'autrefois, seule la religion musulmane restait. La société des Perses avait choisi cependant de suivre une branche autre que le sunnisme en s'y opposant très tôt en pratiquant le chiisme. Les chiites refusent de reconnaître la légitimité des quatre califes qui selon les sunnites avaient hérités du manteau de Mahomet.

La succession au Califat, selon eux, doit revenir aux descendants d'Ali, gendre du Prophète. Ils tiennent aussi que le fils d'Ali avait épousé une fille du Roi de Perse, déposé par le conquérant arabe... La religion a toujours été au fondement même de l'Union de la population persane, hier comme aujourd'hui. Le Peuple au lendemain de la chute du Chah rêvait d'une Révolution Humaniste. Ce grand rassemblement exceptionnel et consensuel devait permettre une ouverture vers plus de démocratie, une vie sociale en harmonie avec les sources d'un Islam enfin reconnu… Espoirs vite fanés !

La République islamique du Printemps 1979, deviendra rapidement une tyrannie religieuse. Impopulaire dans l'ensemble du pays, cette oligarchie religieuse se maintiendra au pouvoir par la terreur et le fanatisme et cela jusqu'à nos jours grâce à l'encadrement du tissu social par les membres du clergé. Et de constater avec amertume, que par ignorance et suffisance, l'Occident durant des décennies, passa sous silence (toujours pour défendre ses intérêts) toutes ces violences criminelles. Son orgueil démesuré dans la région, ne faisait que détruire les forces culturelles authentiques et actions démocratiques naissantes.

Aujourd'hui le monde a peur. Après l'intransigeante monarchie constitutionnelle de Reza Pahlavi, après la guerre interminable Iran-Irak, les deux guerres d'Irak, les menaces sur le pétrole iranien continuent de grandir. Mais pendant que les appels à la modération se multiplient, Etats-Unis, Russie, Chine… on voit l'équilibre des forces vaciller autour de l'Iran et la paix mondiale menacée. Les spéculateurs sur l'or noir se préparent d'ores et déjà à jouer sur les pénuries de demain. Oui, le temps où les hydrocarbures coulaient généreusement est bien révolu. La course vers la possession du reste de l'énergie fossile va durcir le paysage. De tels enjeux vont se transformer en une redoutable arme de pression pour les pays du Golfe. Aussi, Israël devient plus isolée et se sait déjà proprement menacée. En fait, l'importance accordée à son existence changera et passera en arrière plan des préoccupations occidentales, à mesure de l'évolution des luttes entre grandes puissances pour l'exploitation des dernières réserves d'énergies fossiles, sans oublier les fortes tensions qui risquent de surgir entre ces derniers pays producteurs… qui exigeraient de nouvelles conditions internationales sur la protection de leurs derniers gisements. Forcées dans leurs intérêts vitaux, les grandes puissances ne resteraient pas impuissantes à cette nouvelle menace...


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Yves Dornet 12 novembre 2012 10:30

    La Perse comme la Turquie et bien d’autres, malade d’une idéologie venue d’ailleurs : l’islam


    • Aldous Aldous 12 novembre 2012 20:46

      Quelle finesse d’analyse Dornet !


      La Turquie et l’Iran sont quasi ennemis.

      La Turquie est un pays militariste fascisant membre de l’Otan dont le principal probleme ideologique est l’obsession du nettoyage ethnique, inauguré dans le sang des Arméniens, continué dans celui des Grecs et des syriaques, prolongé par l’invasion de Chypre et sa colonisation, continué aujourd’hui avec les Kurdes.

      Elle pousse au renversement du gouvernement Syrien.

      L’Iran est un pays non aligné qui a refusé ue les anglosaxons fassent main basse sur son petrole du temps de Mossadeg et qui reste parmi les rares pays avec quelques pays latinoamericains a avoir une politique d’interet national. Il n’a attaqué aucun autre pays depuis sa constitution.

      Il soutiens l’independence de la Syrie.

      Parvenir a les mettre dans le meme panier est un tour digne de garcimore !


    • Yves Dornet 12 novembre 2012 20:57

      course au leadership dans le monde musulman entre chiites, sunnites, Perses, Arabes Turcs...avec chacun sa façon de procéder.

       


    • OMAR 13 novembre 2012 10:02

      Omar 33

      Mais Yves, en Israël, c’est la course à l’armement, comme témoigne la récente dotation en armement nucléaire, de sous-marins fournis gracieusement par.......l’Allemagne..

      Course à l’annexion et l’implantation tout azimut de colonies juives..
      http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/10/18/israel-approuve-la-construction-de-800-logements-dans-la-colonie-de-gilo-a-jerusalem-est_1777724_3218.html

      Course à l’extermination de palestiniens..
      http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/gaza-un-palestinien-mineur-tue-dans-un-raid-aerien-israelien-08-11-2012-2304355.php

      C’est en fait, la course pour l’éradication de la nation et du territoire palestinien...


    • Yves Dornet 13 novembre 2012 10:09

      nation et territoire « palestinien » ???

      Israël n’attaque ni la Jordanie ni l’Egypte qui sont les pays des Arabe- « palestiniens »

      vous racontez n’importe quoi OMAR


    • COVADONGA722 COVADONGA722 12 novembre 2012 10:49

      bonjour , beau rappel pour cette civilisation millénaire cette nation n’est pas neuve sous le soleil et a droit a une autre place que le camps des « mechants » .Je ne résiste pas a vous citer
      mon perse preféré decrivant prémonitoirement l’etat de la Perse

      Le palais de Bahrâm est maintenant le refuge des gazelles.
      Les lions rôdent dans ses jardins où chantaient des musiciennes.
      Bahrâm, qui capturait les onagres sauvages,
      Dort maintenant sous un tertre où broutent des ânes.

      Omar Kayyam , poete philosophe mathematicien perse accéssoirement musulman


      • lulupipistrelle 12 novembre 2012 12:51

        Joli texte, merci.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 12 novembre 2012 16:56

          bonjour,

          « mais pendant des siècles et des siècles la Perse incarna une grande zone de rencontre entre l’Orient et l’Occident. » justement, cette terre est un bouchon que se fixe l’occident par son embargo dans sa route terrestre vers l’Orient.

          « La course vers la possession du reste de l’énergie fossile » n’a qu’à ralentir et reprendre le rythme des caravanes perses. Cela redonnerait du temps au temps et de la valeur aux matières durables. La course n’est pas durable.

          L’occident doit comprendre que les pôles planétaires sont voué à changer vers les autres continents et notamment celui d’origine d’Obama.


          • Aldous Aldous 12 novembre 2012 20:50

            il ne faut pas enjoliver les choses non plus, l’empire Perse a attaqué a deux reprise les cités grecques et s’est fait battre a chaque fois.


            La campagne d’Alexandre avait pour but de réduire le danger d’une nouvelle invasion et la politique après sa victoire, il a mené une politique de mixite culturelle.

          • OMAR 12 novembre 2012 18:10

            Omar 33

            Nosmo :"Israël devient plus isolée et se sait déjà proprement menacée....

            Mais que vient faire cette stupide affirmation dans cet article ?

            Israël menacée ? Par qui et par quoi ?
            Israël Isolée, quant on voit l’U-E lui dérouler le tapis rouge...
            Vous oubliez que c’est cet état-voyou qui possède l’arme atomique et qui rêve de balancer ses ogives nucléaires sur l’Iran...

            Vous semblez ignorer la toute récente déclaration de ce pantin d’Obama qui refusera toute demande de la Palestine à l’ONU, même comme état non-membre...

            Enfin, vous ignorez la découverte de gisements de gaz au large des cotes libanaises et Chypriotes qu’Israël veut annexer..

            Mais peut-être que votre article -intéressant quand-même- ne cherche qu’à suggerer une légitimité d’une future agression de l’Iran...


            • NOSMO NOSMO 12 novembre 2012 21:54

              Omar 33, Omar 33...

              Non, ce n’est pas une stupide affirmation, je le crains. Renseignez-vous.

              Et ce n’est pas le tableau de nature peu exhaustive, que vous dressez sur la puissance d’Israël et du soutien invétéré que lui apporte jusqu’ici ses alliés occidentaux (notamment les Etats-Unis d’Amérique), qui me fera changer d’avis sur la situation complexe et difficile où se retrouvera demain encore plus qu’aujourd’hui ce pays.

              Omar, La menace peut venir aussi de l’intérieur ! (C’est comme un voyage au bout de l’enfer). Quand on se sent seul, voire menacé (comme le ressentent beaucoup d’israéliens aujourd’hui - ayez au moins l’honnêteté de le reconnaître), ce sentiment d’isolement mêlé d’angoisse peut avoir des conséquences inattendues, pouvant aller jusqu’au tragique.

              Et que vous soyez riches ou pauvres, puissants ou miséreux, le véritable levier qui déterminera votre action, dépendra plus de cette réalité marquée d’une impossibilité de choix ou d’une frustration psychologique que l’on pourrait qualifier de désespérée. C’est justement pour éviter tout risque d’enchaînement fatal, basculant du conditionnement auto-défensif en agression externe, que nous ne devons plus sous-estimer les faiblesses réelles d’Israël (cachées derrière tel ou tel terrible épouvantail nucléaire). Tout comme et je tenais bien à le rappeler par mon article parlant de l’Iran, arrêter de diaboliser telle ou telle autre nation ou population… car les véritables enjeux, comme je l’ai, certes très sommairement évoqués, sont ailleurs et dépassent de beaucoup le simple cadre du proche-Orient.

              Sans doute, me faudra-t-il étayer d’avantage cet autre cadre prochainement...


            • OMAR 13 novembre 2012 09:52

              Omar 33

              Nosmo  :« Quand on se sent seul, voire menacé (comme le ressentent beaucoup d’israéliens.. ».

              Dites-moi, quels sentiments développe une personne qui s’est appropriée le bien d’autrui, qui expulse ou extermine cet autrui et qui, même éloigné de lui, le bombarde de la manière la plus cruelle, la plus barbare, et qui menace et provoque en permanence ces voisins, et cela en toute impunité et immoralité ?

              Par contre, vous ne parlez pas des sentiments de ces palestiniens spoliés de leur terre, déracinés, parqués dans des prisons à ciel ouvert et occasionnellement, assassinés...
              Il est vrai que pour les médias de l’Occident, ce ne sont que de vulgaires terroristes...

              Enfin, et encore une fois, que vient faire Israël, dans un article supposé dédié à la civilisation Perse ?
              Une application de la hasbara ?


            • Yves Dornet 13 novembre 2012 09:59

              les Arabes-« palestiniens » ont 1 pays : la Jordanie ici et l’Egypte là (gaza).

              Expulsé des pays musulmans le proprio est de retour


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 novembre 2012 21:43

              Anamorphoses ,d’un coté l’autre ,ruines d’avant guerre........

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès