Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Aucune avancée dans la réunion tripartite

Aucune avancée dans la réunion tripartite

La Paix aura-t-elle lieu un jour ? Que veulent vraiment les dirigeants israéliens et américains ? Qu’en est-il de cette reconnaissance de l’Etat d’Israël ? D’un côté, certains veulent obliger les palestiniens à reconnaître l’Etat d’Israël, de l’autre ils ne font aucune promesse claire sur la création de l’Etat palestinien. La semaine dernière, le président palestinien Mahmoud Abbas de l’Autorité palestinienne et le Premier ministre israélien (Ehud Olmert ont discuté de leurs vues concernant l’horizon diplomatique et politique et comment cela pourrait conduire à la réalisation de la vision du président Bush pour deux Etats distincts. Madame Condoleezza Rice espérait apporter une avancée probante sur la question qui divise ces deux peuples. Mais la situation n’a guère avancé.

Le mois dernier, je soulignais déjà l’utopie dans le rêve de paix lors de la rencontre à Charm el-Cheikh entre le président égyptien Hosni Moubarak et le Premier ministre israélien Ehud Olmert. Ils devaient évoquer à ce moment des alternatives pour faciliter une relance des négociations de paix impliquant les quatre voisins. Rien de concret à ce moment. Que de réunions ont eu lieu pour essayer de faire progresser les relations israélo-palestiniennes.

D’autres rencontres de ce genre avaient déjà eu lieu depuis la rupture du processus de paix israélo-palestinien, en 2001. Mais, c’est la première fois que la question du futur Etat palestinien est évoquée à haut niveau depuis la réunion de Camp David en 2000, organisée par l’ancien président américain, Bill Clinton. La Feuille de route lancée en 2003, fut le dernier plan de paix officiel parrainé par les Etats-Unis et leurs partenaires au sein du Quartet, prévoyait la création d’un Etat palestinien indépendant fin 2005.

La secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice a affirmé « ne pas savoir » si un Etat palestinien verrait le jour pendant le mandat du président Bush qui s’achève fin 2008. Elle faisait cette déclaration au quotidien palestinien de Rammalah, Al-Ayyam, avant cette réunion tripartite. La formation du futur gouvernement palestinien a dominé la rencontre de ce lundi. Les trois dirigeants ont discuté de la nécessité de reconnaître Israël. Madame Rice a fait cette déclaration à la fin de la réunion qui a duré plus de deux heures : messieurs Ehud Olmert et Mahmoud Abbas ......ont discuté de la position du Quartet selon laquelle tout gouvernement de l’Autorité palestinienne doit s’engager à ne pas recourir à la violence, reconnaître Israël et accepter les accords passés, les engagements, y compris la Feuille de route ».

Monsieur Olmert reste intransigeant 

En ce qui concerne la question de la reconnaissance d’Israël, le Premier israélien Olmert s’est montré ferme. Il a réaffirmé son refus de négocier avec un gouvernement palestinien qui ne reconnaîtrait pas « l’existence d’Israël comme Etat juif ». Devant les membres de sa formation politique, Kadima, juste après la réunion, Ehud Olmert a ajouté que l’autre exigence posée, avant une négociation avec tout gouvernement palestinien, était la « libération immédiate de Gilad Shalit », le soldat israélien enlevé en juin dernier par des groupes armés palestiniens, dont le Hamas. Ehud Olmert a aussi défendu la voie du dialogue avec Mahmoud Abbas, considérant que « la rompre serait une grave erreur ». Le ministre israélien de l’Intérieur, proche de Ehud Olmert, Roni Bar-On a été plus explicite et a affirmé à la radio militaire que « ...l’accord de La Mecque constitue une tentative assez naïve pour blanchir le Hamas aux yeux de la communauté internationale ». Le ministre israélien de l’Intérieur  explique également pourquoi il faut dialoguer avec Mahmoud Abbas : « il ne faut pas boycotter Mahmoud Abbas sinon cela le pousserait dans les bras du Hamas, mais il faut continuer à faire pression sur lui ». 

Les pressions augmentent sur le président palestinien, alors que la formation du futur gouvernement palestinien est toujours en préparation. Le Quartet exige que ce gouvernement reconnaisse explicitement Israël. L’accord signé le 8 février 2007, à La Mecque, en Arabie Saoudite, entre Mahmoud Abbas, chef du Fatah, et le leader du Hamas, Khaled Mechaal, ne fait pas mention d’une reconnaissance d’Israël, mais il stipule, néanmoins, que le gouvernement palestinien s’engagera à respecter les accords conclus par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), y compris ceux signés avec Israël. L’OLP et Israël s’étant mutuellement reconnus lors des accords d’Oslo, en 1993, cela équivaut à une reconnaissance implicite de l’existence d’Israël. Jusque-là, le Hamas, qui dirige le gouvernement palestinien depuis mars 2006, après la victoire aux élections législatives de janvier 2006, a refusé de reconnaître l’existence d’Israël, malgré les pressions internationales. Les Etats-Unis et l’Union européenne ont suspendu leur aide financière au gouvernement palestinien dirigé par le Hamas, qu’ils considèrent comme une organisation terroriste.

Un chantage américain selon le Hamas 

Le porte-parole du Hamas, IsmaÏl Radouane à Gaza, a rejeté les pressions et le chantage exercés par l’administration américaine sur l’Autorité palestinienne et l’a appelée à « reconnaître le gouvernement palestinien et à ne pas lui poser d’obstacle ». De son côté, le Premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh, a « regretté que l’administration américaine se comporte toujours selon la logique de l’isolement et du boycott qui a démontré sa faillite ».

Cette rencontre de Jérusalem pourrait marquer le début d’une série d’autres réunions tripartites. Madame Condoleezza Rice a affirmé que les deux dirigeants, israélien et palestinien, « ont réitéré le désir d’une participation et d’un leadership américains afin de faciliter les efforts visant à surmonter les obstacles, rallier un soutien régional et avancer vers la paix » et qu’ils ont convenu de se rencontrer de nouveau « prochainement ».

Condoleezza Rice avait, dimanche, rencontré séparément messieurs Ehud Olmert et Mahmoud Abbas. Elle avait alors écarté toute avancée dans l’immédiat, étant donné les profondes divergences persistant entre Israéliens et Palestiniens : « Si on demande aux uns et aux autres de courir à ce stade, je pense que quelqu’un va tomber et cela ne sera pas une bonne chose ».

La France souhaitait que cette réunion tripartite permette de faciliter un « dialogue constructif » entre Israéliens et Palestiniens et de définir « un horizon politique ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • Konrad Elling (---.---.0.27) 20 février 2007 13:06

    Tout le problème est là :
    - d’un côté les juifs, forts du soutien de l’allié américain, et de l’appui de toute la diaspora juive, exigent la reconnaissance d’Israël comme état juif
    - de l’autre la nation palestinienne n’acceptera jamais de se voir réduite au rang d’un banthoustan.

    La solution : surtout pas deux Etats côte à côte, mais un seul, la Palestine, telle qu’elle existait avant 1948, avec le principe de laïcité inscrit dans sa constitution...


    • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 20 février 2007 16:13

      Konrad, vous allez vous faire traiter d’antisémite, faites attention avec vos propos. D’aucuns ne tolèrent pas la discussion dès qu’il s’agit d’Israël.

      Je pense que vous avez raison sur le fonds, mais en réalité votre suggestion est irréalisable. Jamais Israël n’acceptera de changer de nom. smiley


    • Internaute (---.---.5.70) 20 février 2007 13:20

      Ce cirque des négociations de paix dure depuis que l’Etat raciste, religieux et intégriste d’Israël a été créé sur les cadavres des palestiniens. Il n’amuse plus personne et à part quelques journalistes je ne vois pas qui peut encore y croire.

      Il n’y a pas de paix possible avec les sionistes car le conflit permanent et la vengence éternelle sont les deux piliers de leur politique. Ils en font une fait une religion et la principale source de leur profit. Il est possible qu’ils s’autodétruisent eux-même et les signes annonciateurs ne manquent pas. Par exemple, au même moment, le chef des armées se livre à des délits d’initiés en spéculant en bourse sur la défaite de l’armée qu’il dirige, le président du pays est obligé d’avouer que c’est un violeur et le président en exercice a du mal à se sortir d’accusations pour malversasions de fond. Ils finirons tous par se tirer dans les pattes pour sauver leur petite peau qui vaut si cher.

      La deuxième solution est la disparition des palestiniens. Les USA y travaillent mais la tâche est gigantesque. On en trouve au Liban, en Syrie, en Jordanie et en Egypte. C’est l’hydre à 9 têtes. Autant dire que plus on en tuera, plus il en naîtra.

      La dernière solution, la plus plausible peut-être, est de laisser le temps au temps. Les USA sont entrain de couler. D’ici une quinzaine d’années ils n’auront plus les moyens de guerroyer pour le compte de l’Israël. Entre la montée en puissance de la Chine et leur dette, ils sont complètement coincés. Les sionistes reprendrons la place qui doit être la leur en ce bas monde et les arabes pourront enfin cohabiter avec les juifs sur cette d’accueil.


      • (---.---.215.93) 20 février 2007 15:11

        il y a une menace américaine derrière chaque geste et la condo rice est là pour le rappeler.

        sincèremetn je ne crois pas à la paix que j’appelle pourtant de toutes mes forces.

        trop d’occasions ratées... dans un but bien précis et contocté de longue date par la clique au pouvoir en israel : imposer des frontières élargies au possible.

        et comment y croire quand le ministre de la défense, amir peretz, a donné son feu vert pour la construction d’une nouvelle colonie en cisjordanie et permis l’extention de colonies déjà existantes ?

        est ce que la colonisation est un chemin vers la paix ?

        comment y croire lorsque israel demande à abbas encore et encore des concessions alors que les palestiniens ont les mains et le ventre vides.

        comment y croire alors que cette stupide et monstrueuse politique qui prive les palestiniens de leurs seules ressources, leurs terres nourricières, existant depuis des années, peut se prolonger à l’infini sans rencontrer la moindre résistance vu le silence imposé et accepté d’assez bonne grâce par pratiquement tous les médias du monde occidental.

        et quand le palestinien se lève pour protester, on le tue ou on le traite de trerroriste.

        israel ne veut pas la paix. il veut le grand israel. tant qu’il ne l’aura pas obtenu, il fera trainer les pourpalers. fort de l’appui américain et du silence de l’europe pour cause d’« antisémitisme », fort de la politique américaine au moyen orient, fort de son impunité, il veut se tailler la part du lion dans un moyen orient morcelé.

        il faut être de mauvaise foi pour croire en l’espoir d’un meilleur pour les palestiniens. un seul brin de réalisme suffit pour voir que, tout au contraire, est fait pour qu’ils n’obtiennent rien.


      • neime (---.---.16.218) 20 février 2007 13:49

        L’etat arabo-mesulman ne reconaitrons jamais l’etat juif !!!!

        J’espère qu’un jour le président ahmadinejed déclarera une guerre total illimitee au juif


        • Milla 21 février 2007 01:30

          @ par neime (IP:xxx.x30.16.218) le 20 février 2007 à 13H49 "L’etat arabo-mesulman ne reconaitrons jamais l’etat juif !!!! J’espère qu’un jour le président ahmadinejed déclarera une guerre total illimitee au juif"

          C’est faire honneur à Sadat et Rabin qui eux sont morts pour la paix, tu es grave mon petit...et dangereux !

          Milla smiley


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 21 février 2007 18:38

          Mila, je suis d’accord avec toi au de Neime, il m’a l’air inconscient, il ne se rend pas compte des dégats de la guerre. Neime, je ne soutiens aucun individu qui n’a pour seul argument que la guerre ou la destruction des humains. Bush, comme Lansana Conté sont à mettre dans le même panier, ils n’ont aucun RESPECT de la VIE. Bush a certes été élu par les américains, même si nous savons tous que son élection a été source de polémiques. Lansana n’a pas été élu démocratiquement, n’empêche qu’il dirige un PAYS. Donc ce monsieur n’a aucune pitié de son peuple. Je ne sais pas non plus si Bush a pitié du peuple palestinien. Le Hamas pour moi n’est pas le peuple palestinien, ’est une entité. Donc tous les palestiniens ne doivent pas payer pour une entité. Il est donc tant de leur donner un smileyPAYS.


        • sweetsmoke (---.---.241.2) 20 février 2007 13:56

          avec quoi la guerre ? des pierres ?

          Les palestiniens sont déja occupés à se mettre sur la gueule, pendant que les soldats de tsahal comptens les points.


          • tomas (---.---.27.230) 20 février 2007 14:02

            Le véritable probleme, probleme que tout le monde semble occulter, n’est pas que le HAMAS ne souhaite pas reconnaitre israel. Mais le Hamas ne souhaite pas reconnaitre isreal dans ces frontieres de 2007 !!! Car depuis 48 israel a grandi regarder israel en 1967, en 1984, et en 2007 ... Pour le hamas ce serait reconnaitre israel dans ces frontieres actuelles et cela est biensur impensable car totalement injuste. Les Juifs et leur religions les forces a creer a le « grand israel » et donc force sans limite leur expansion : au liban, en syrie et en palestine. Il serait temps que la communauté internationale cesse de fermer les yeux. Les victimes de l’holocauste, ont assez usé de leur status de victimes. Pour revenir au hamas, voila que les USA nous apporte un superbe message de democratie : Le hamas, élu par le peuple et donc representant de la majorité de l’opinion. Se vois mis en terrible difficulté par les heros du monde libre. Vive la democratie ! Faite des elections c’est ca la democratie bon par contre si c’est pas le parti que nous voulions bein faudra les refaires de facon « anticipé ». Merci l’amérique. Et surtout quel lache du Fatah accepter la division, courber l’echine pour quoi au final ? etre uniquement le pions des americains dans un univers sioniste en expansion.

            Tomas avec une vision bien triste pour l’avenir de cette region du monde.


            • USA 613 (---.---.204.246) 20 février 2007 14:14

              Au risque de vous décevoir l’article est orienté

              Le propos se veut professoral et objectif

              Je veux bien

              Mais alors qu’en est il de la réalité des Palestiniens dans cette histoire ?

              OUI ils sont victimes de certains Israéliens et de certaines des dispositions prises par le gouvernement israélien.

              Je ne trouve rien dans cet article pour ce qui concerne les travers de la société palestinienne (une éducation à la haine, une économie et des fonds détournés à des fins de destruction... attntion à l’effet feedback) ni de son gouvernement (qui exclut toute reconnaissance d’Israël - pourquoi accepter et vanter les circonvolutions du Hamas qui NE sont PAS acceptation des conditions du Quartet - avec qui il n’a d’autre choix et ne devrait d’avoir d’autre envie que de pacifier).

              TOUT, dans cet article, est orienté dans le seul but de rendre sympathique les Palestiniens. Fort bien, alors cet article est un article partisan qui n’a aucun intérêt sinon que d’être un article partisan parmi d’autres.

              Finalités ?

              Les Palestiniens sont encouragés ici à NE PAS faire le pas qui coûte idéologiquement. Ce n’est as les aider c’est juste leur donner un bon point la preuve les 2 précédentes interventions qui vont dans le même sens.

              Cet article ne se veut pas dans l’intérêt des Palestiniens. Désolé. Les aider c’est leurs faire accepter les réalités pragmatiques qui les sauveront et non de s’enfoncer dans une intransigeance qui ne mènera nulle part sinon qu’à plus de misère et de douleurs.

              Il n’y a pas de demi mesures. OUI les Israéliens ont encore du chemin à faire MAIS les Palestiniens doivent effectuer des révolutions internes... les Musulmans ... AUSSI !

              Les Musulmans MODERES DOIVENT FAIRE ENTENDE LEURS VOIX auprès des leurs qui LEURS pourrissent la vie dans les pays musulmans mais aussi dans les pays NON musulmans que ce soit pour les hommes mais aussi pour les femmes. Le monde musulman (Hamas, Hezbollah, Chiites, Sunnites, etc... TOUS d’avoir encore un sacré chemin à faire.

              Tant que ces réformes ne seront pas apportées le monde en sera à souffrir...

              Maintenant que les Musulmans se trouvent partout dans le monde et en nombre il appartient aux Musulmans MODERES qui veulent vivre sans contrainte d’empêcher l’Islam RADICAL de détériorer la vie de TOUS celles des autres accessoirement mais la leur par ricochet et en priorité.

              Les Palestiniens ont un sacré chemin à faire et je ne trouve rien de cet ordre dans cet article... désolé AUCUN intérêt au contraire c’est nuire aux Palestiniens et aux Musulmans modérés de les conforter dans un discours lénifiant comme si (comme Brückner l’écrit) l’Occident avait peur d’en demander trop.

              Pauvres palestiniens leur sort sera encore bien triste s’ils ne se remettent pas en question fondamentalement très vite.

              NON cet article n’appelle pas les Palestiniens à trouver la paix et le bonheur pour tous. C’est dommage.


              • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 20 février 2007 16:16

                USA666 ou « démoniaque », vous, vous pronez la haine. Votre langage et vos sous-entendus sont haineux.


              • Milla 21 février 2007 01:34

                @ Antoine

                le pseudo USA666 veut tout dire...

                Milla smiley


              • USA 613 (---.---.204.246) 22 février 2007 07:22

                MERCI DE M’EXCUSER, MAIS JE NE ME SUIS PAS RELU. J’ESPERE ETRE ASSEZ CLAIR ET N’AVOIR PAS FAIT TROP DE FAUTES.

                J’ai lu certaines des interventions

                Comme je l’écrivais à l’évidence l’article est N’est PAS objectif Les interventions des uns et des autres sont en conformité avec le message pseudo subliminal de l’auteur Tout cela à un point tel que j’avais décidé de ne plus perdre mon temps à intervenir pour cet article Je ne vais pas commenter les délires et commentaires de chacun ni les émo-icônes de l’auteur ni ses débordements suite aux interventions de certains.

                L’auteur s’est dévoilé en se laissant un peu trop aller dans ses commentaires.

                A présent il ne peut plus se réclamer d’aucune objectivité ni crédibilité

                Alors juste ici mon commentaire n’en déplaise à bon nombre : 1) Israël existe que cela plaise ou non. Cet Etat l’est de fait. Il est reconnu comme tel et fait partie du concert des nations. 2) La décision du Hamas de reconnaître ou non Israël NE LUI APPARTIENT PAS 3) Idem pour l’Iranien 4) Aujourd’hui le Hamas refuse de reconnaître Israël, c’est le Hamas qui N’est PAS reconnu 5) Aujourd’hui l’Iranien sort ses horreurs sur Israël c’est LUI que l’on condamne.

                Le problème n’est pas Israël, ce sont ceux qui ont de tels propos sur Israël qui font problème.

                Il en irait de même pour tout gouvernement ou dirigeant qui tiendrait des propos similaires sur n’importe quel autre pays membre de l’ONU.

                Saddam avec le Koweït, plusieurs pays africains, etc...

                Qu’en a-t-il été du chantage de la Chine communiste au sujet de Taiwan, la Chine nationaliste ? La France et le monde ont-ils cédé face au colosse chinois ? NON la France a vendu ses vedettes à Taiwan avec un procès à la clef pour Dumas pour détournements de fonds, pauvre Christine.... A part le Juif (?) Richard Geere converti au bouddhisme peu de ces nobles intervenants de s’être émus du sort des Tibétains Qu’en a-t-il été de la Tchétchénie ou de la Géorgie ou de plusieurs anciennes républiques soviétiques ? A part le Juif André Glucksmann peu de s’être émus

                Qui des valeureux intervenants outranciers à souhait de prendre parti pour l’un ou pour l’autre ? Tous de s’en foutre.

                La Russie de Poutine ? L’ancienne Yougoslavie ? D’autres pays ? TOUS d’avoir à un moment ou l’autre voulu imposer au monde leur façon de voir et d’apprécier leur vision sur l’un ou l’autre pays.

                Pour le Hamas, le Hezbollah, l’Iranien bon nombre des intervenants avec cette suite de commentaires TOUS d’être déplacés et... SANS AUCUN intérêt puisque PERSONNE ne LEURS demande LEUR avis....

                TOUTES ces interventions sont vaines et NON avenues... du vent ! RIEN. Elles N’intéressent PERSONNE !

                Il y a UNE loi ! Elle est valable pour TOUS A l’évidence elle NE VOUS convient PAS ! TANT pis pour VOUS !

                Il y a l’ONU, elle a ses règles. Le monde à SES règles. PERSONNE NE demande son avis au Hamas au Hezbollah, l’Iranien, ou aux intervenants qui EN VAIN se sont exprimés ici !

                Le Hamas veut être reconnu ? Il a été élu, fort bien Le Hezbollah veut être reconnu ? Il a des dignitaires présents dans le gouvernement libanais, fort bien L’Iranien a été élu Les dernières élections ont désavoué son camp TOUS doivent se plier aux décisions des ETATS

                Quel bordel, il y aurait, si celui ci ou celui là, devait être reconnu par les uns mais pas par les autres.

                En clair et pour que cesse ce débat stérile et fortement outrancier et déplacé il serait bon que les uns et les autres prennent conscience combien leur intervention a été ridicule quand ce n’était pas pur délire.

                Réveillez vous, AUCUN choix n’est proposé au Hamas ! Il NE lui appartient PAS d’accepter ou non l’existence d’Israël.

                La meilleure c’est cette argumentation sur le concept de négociation. Mais c’est du n’importe quoi !

                Le Hamas N’a PAS d’option, PAS de choix ! 1) Le Hamas n’a d’autre choix que de reconnaître l’existence d’Israël. Un point c’est TOUT ! 2) Idem pour les accords préalables passés par ses prédécesseurs 3) Il coule de source qu’eux doivent renoncer officiellement et officieusement au terrorisme pas de ce double langage dont eux sont coutumiers 4) Ils doivent désarmer les leurs qui troublent la paix entre eux et leurs voisins israéliens, sinon NATURELLEMENT et LOGIQUEMENT les Israéliens les empêcheront de le faire. Au même titre que la France arrête l’ETA et l’empêche de commettre des attentats en Espagne se servant de la France comme d’une base arrière.

                Que ferait l’Espagne si la France donnait asile à l’ETA mieux si elle finançait et assistait l’ETA ? Idem pour toutes autres factions activistes armées présumées ?

                Au fait, dans les médias français, traite-t-on aussi l’ETA d’« activistes présumés » ou de telles formules alambiquées ? Ou ne sont-elles réservées qu’aux « combattants » du Proche Orient et ceux qui commettent des attentats en Occident ?

                Me tromperais-je ou ai-je bien lu terroristes pour les membres de l’ETA ? Seuls les membres de l’ETA seraient des terroristes ?

                Pour en finir serait-il admis que la France soit une base arrière de l’ETA ? ou finance l’ETA ? NON, c’est impensable, INCONCEVABE et INADMISSIBLE ... La preuve : les Français mettent les membres de l’ETA en prison quand ils ne les trucident pas en le cachant aux médias. Combien d’accidents de la circulation et de malheureux suicides sont le fait d’assassinats ciblés par les services spéciaux ? Pour mémoire un ministre espagnole a été poursuivi sans qu’on en connaisse les développements pour des assassinats ciblés en France.

                Khaled Khelkal lui a été tout simplement une carton pour certains. Pourquoi ?

                Qu’ont fait le Fatah d’Arafat & d’Abbas avec leurs factions armées ? Que fait le Hamas ? Que fait le Hezbollah ? Que fait l’Iran ? Que fait la Syrie ?

                Hypocrisie des nations !

                Alors pour conclure : De choix ici il ‘en est proposé à AUCUN ! Quel que soit l’intervenant politique ou non ! Tous ces commentaires sont rêves et délires HAINEUX

                Comme je l’écrivais plus haut, cette tribune est un ramassis de délires partisans et haineux.

                Quant au rédacteur de cet article, lui se veut celui qui distribue les bons et les mauvais points. Que nous donne-t-il à lire par ses commentaires passionnés ? TOUT CE QUE J’ECRIS dans cette intervention, il lui revenait à LUI de le faire. A lui de remettre chacun à sa place et NON de participer ou de contribuer et d’attiser le délire des uns et des autres. Lui de s’oublier, plus AUCUN rapport avec le ton doctoral et sentencieux de son article pseudo équilibré. Le rédacteur de l’article n’aurait pas été partisan, il aurait calmé le débat et remis toutes ces discussions en perspective et permis aux uns et aux autres de réaliser combien eux s’égaraient. AUCUNE de ses interventions d’aller dans ce sens !

                Celui qui NE reconnaît pas la loi se met HORS la loi et à ce titre en subit les conséquences. C’est le triste sort du Hamas, et, c’en est malheureux, celui des Palestiniens par voie de conséquence. Il n’appartient qu’au Hamas de faire ce qu’il faut pour que la situation change. Pour le moment, SEUL le Hamas est en défaut et par SON UNIQUE FAUTE à lui il pénalise l’intégralité du peuple palestinien !

                Peu importe tout commentaire à ce que je viens d’écrire... quand bien même il serait outré il N’est d’AUCUN intérêt, d’AUCUNE valeur encore moins d’AUCUN impact... ceci c’en est LA réalité INCONTOURNABLE....

                C’était la raison du titre de ma première intervention : TRISTES REALITES

                Bonne lecture.


              • USA 613 (---.---.204.246) 22 février 2007 07:23

                MERCI DE M’EXCUSER, MAIS JE NE ME SUIS PAS RELU. J’ESPERE ETRE ASSEZ CLAIR ET N’AVOIR PAS FAIT TROP DE FAUTES.

                J’ai lu certaines des interventions

                Comme je l’écrivais à l’évidence l’article est N’est PAS objectif Les interventions des uns et des autres sont en conformité avec le message pseudo subliminal de l’auteur Tout cela à un point tel que j’avais décidé de ne plus perdre mon temps à intervenir pour cet article Je ne vais pas commenter les délires et commentaires de chacun ni les émo-icônes de l’auteur ni ses débordements suite aux interventions de certains.

                L’auteur s’est dévoilé en se laissant un peu trop aller dans ses commentaires.

                A présent il ne peut plus se réclamer d’aucune objectivité ni crédibilité

                Alors juste ici mon commentaire n’en déplaise à bon nombre : 1) Israël existe que cela plaise ou non. Cet Etat l’est de fait. Il est reconnu comme tel et fait partie du concert des nations. 2) La décision du Hamas de reconnaître ou non Israël NE LUI APPARTIENT PAS 3) Idem pour l’Iranien 4) Aujourd’hui le Hamas refuse de reconnaître Israël, c’est le Hamas qui N’est PAS reconnu 5) Aujourd’hui l’Iranien sort ses horreurs sur Israël c’est LUI que l’on condamne.

                Le problème n’est pas Israël, ce sont ceux qui ont de tels propos sur Israël qui font problème.

                Il en irait de même pour tout gouvernement ou dirigeant qui tiendrait des propos similaires sur n’importe quel autre pays membre de l’ONU.

                Saddam avec le Koweït, plusieurs pays africains, etc...

                Qu’en a-t-il été du chantage de la Chine communiste au sujet de Taiwan, la Chine nationaliste ? La France et le monde ont-ils cédé face au colosse chinois ? NON la France a vendu ses vedettes à Taiwan avec un procès à la clef pour Dumas pour détournements de fonds, pauvre Christine.... A part le Juif (?) Richard Geere converti au bouddhisme peu de ces nobles intervenants de s’être émus du sort des Tibétains Qu’en a-t-il été de la Tchétchénie ou de la Géorgie ou de plusieurs anciennes républiques soviétiques ? A part le Juif André Glucksmann peu de s’être émus

                Qui des valeureux intervenants outranciers à souhait de prendre parti pour l’un ou pour l’autre ? Tous de s’en foutre.

                La Russie de Poutine ? L’ancienne Yougoslavie ? D’autres pays ? TOUS d’avoir à un moment ou l’autre voulu imposer au monde leur façon de voir et d’apprécier leur vision sur l’un ou l’autre pays.

                Pour le Hamas, le Hezbollah, l’Iranien bon nombre des intervenants avec cette suite de commentaires TOUS d’être déplacés et... SANS AUCUN intérêt puisque PERSONNE ne LEURS demande LEUR avis....

                TOUTES ces interventions sont vaines et NON avenues... du vent ! RIEN. Elles N’intéressent PERSONNE !

                Il y a UNE loi ! Elle est valable pour TOUS A l’évidence elle NE VOUS convient PAS ! TANT pis pour VOUS !

                Il y a l’ONU, elle a ses règles. Le monde à SES règles. PERSONNE NE demande son avis au Hamas au Hezbollah, l’Iranien, ou aux intervenants qui EN VAIN se sont exprimés ici !

                Le Hamas veut être reconnu ? Il a été élu, fort bien Le Hezbollah veut être reconnu ? Il a des dignitaires présents dans le gouvernement libanais, fort bien L’Iranien a été élu Les dernières élections ont désavoué son camp TOUS doivent se plier aux décisions des ETATS

                Quel bordel, il y aurait, si celui ci ou celui là, devait être reconnu par les uns mais pas par les autres.

                En clair et pour que cesse ce débat stérile et fortement outrancier et déplacé il serait bon que les uns et les autres prennent conscience combien leur intervention a été ridicule quand ce n’était pas pur délire.

                Réveillez vous, AUCUN choix n’est proposé au Hamas ! Il NE lui appartient PAS d’accepter ou non l’existence d’Israël.

                La meilleure c’est cette argumentation sur le concept de négociation. Mais c’est du n’importe quoi !

                Le Hamas N’a PAS d’option, PAS de choix ! 1) Le Hamas n’a d’autre choix que de reconnaître l’existence d’Israël. Un point c’est TOUT ! 2) Idem pour les accords préalables passés par ses prédécesseurs 3) Il coule de source qu’eux doivent renoncer officiellement et officieusement au terrorisme pas de ce double langage dont eux sont coutumiers 4) Ils doivent désarmer les leurs qui troublent la paix entre eux et leurs voisins israéliens, sinon NATURELLEMENT et LOGIQUEMENT les Israéliens les empêcheront de le faire. Au même titre que la France arrête l’ETA et l’empêche de commettre des attentats en Espagne se servant de la France comme d’une base arrière.

                Que ferait l’Espagne si la France donnait asile à l’ETA mieux si elle finançait et assistait l’ETA ? Idem pour toutes autres factions activistes armées présumées ?

                Au fait, dans les médias français, traite-t-on aussi l’ETA d’« activistes présumés » ou de telles formules alambiquées ? Ou ne sont-elles réservées qu’aux « combattants » du Proche Orient et ceux qui commettent des attentats en Occident ?

                Me tromperais-je ou ai-je bien lu terroristes pour les membres de l’ETA ? Seuls les membres de l’ETA seraient des terroristes ?

                Pour en finir serait-il admis que la France soit une base arrière de l’ETA ? ou finance l’ETA ? NON, c’est impensable, INCONCEVABE et INADMISSIBLE ... La preuve : les Français mettent les membres de l’ETA en prison quand ils ne les trucident pas en le cachant aux médias. Combien d’accidents de la circulation et de malheureux suicides sont le fait d’assassinats ciblés par les services spéciaux ? Pour mémoire un ministre espagnole a été poursuivi sans qu’on en connaisse les développements pour des assassinats ciblés en France.

                Khaled Khelkal lui a été tout simplement une carton pour certains. Pourquoi ?

                Qu’ont fait le Fatah d’Arafat & d’Abbas avec leurs factions armées ? Que fait le Hamas ? Que fait le Hezbollah ? Que fait l’Iran ? Que fait la Syrie ?

                Hypocrisie des nations !

                Alors pour conclure : De choix ici il ‘en est proposé à AUCUN ! Quel que soit l’intervenant politique ou non ! Tous ces commentaires sont rêves et délires HAINEUX

                Comme je l’écrivais plus haut, cette tribune est un ramassis de délires partisans et haineux.

                Quant au rédacteur de cet article, lui se veut celui qui distribue les bons et les mauvais points. Que nous donne-t-il à lire par ses commentaires passionnés ? TOUT CE QUE J’ECRIS dans cette intervention, il lui revenait à LUI de le faire. A lui de remettre chacun à sa place et NON de participer ou de contribuer et d’attiser le délire des uns et des autres. Lui de s’oublier, plus AUCUN rapport avec le ton doctoral et sentencieux de son article pseudo équilibré. Le rédacteur de l’article n’aurait pas été partisan, il aurait calmé le débat et remis toutes ces discussions en perspective et permis aux uns et aux autres de réaliser combien eux s’égaraient. AUCUNE de ses interventions d’aller dans ce sens !

                Celui qui NE reconnaît pas la loi se met HORS la loi et à ce titre en subit les conséquences. C’est le triste sort du Hamas, et, c’en est malheureux, celui des Palestiniens par voie de conséquence. Il n’appartient qu’au Hamas de faire ce qu’il faut pour que la situation change. Pour le moment, SEUL le Hamas est en défaut et par SON UNIQUE FAUTE à lui il pénalise l’intégralité du peuple palestinien !

                Peu importe tout commentaire à ce que je viens d’écrire... quand bien même il serait outré il N’est d’AUCUN intérêt, d’AUCUNE valeur encore moins d’AUCUN impact... ceci c’en est LA réalité INCONTOURNABLE....

                C’était la raison du titre de ma première intervention : TRISTES REALITES

                Bonne lecture.


              • USA 613 (---.---.204.246) 22 février 2007 07:42

                MERCI DE M’EXCUSER, MAIS JE NE ME SUIS PAS RELU. J’ESPERE ETRE ASSEZ CLAIR ET N’AVOIR PAS FAIT TROP DE FAUTES.

                Cette même intervention s’est perdue

                Je ne sais où elle a passé.

                Si duplicata il y a ou si elle se trouve ailleurs dans un autre article merci de m’en excuser

                Après avoir lu ces interventions....

                Comme je l’écrivais à l’évidence l’article est N’est PAS objectif Les interventions des uns et des autres sont en conformité avec le message pseudo subliminal de l’auteur Tout cela à un point tel que j’avais décidé de ne plus perdre mon temps à intervenir pour cet article Je ne vais pas commenter les délires et commentaires de chacun ni les émo-icônes de l’auteur ni ses débordements suite aux interventions de certains.

                L’auteur s’est dévoilé en se laissant un peu trop aller dans ses commentaires.

                A présent il ne peut plus se réclamer d’aucune objectivité ni crédibilité

                Alors juste ici mon commentaire n’en déplaise à bon nombre : 1) Israël existe que cela plaise ou non. Cet Etat l’est de fait. Il est reconnu comme tel et fait partie du concert des nations. 2) La décision du Hamas de reconnaître ou non Israël NE LUI APPARTIENT PAS 3) Idem pour l’Iranien 4) Aujourd’hui le Hamas refuse de reconnaître Israël, c’est le Hamas qui N’est PAS reconnu 5) Aujourd’hui l’Iranien sort ses horreurs sur Israël c’est LUI que l’on condamne.

                Le problème n’est pas Israël, ce sont ceux qui ont de tels propos sur Israël qui font problème.

                Il en irait de même pour tout gouvernement ou dirigeant qui tiendrait des propos similaires sur n’importe quel autre pays membre de l’ONU.

                Saddam avec le Koweït, plusieurs pays africains, etc...

                Qu’en a-t-il été du chantage de la Chine communiste au sujet de Taiwan, la Chine nationaliste ? La France et le monde ont-ils cédé face au colosse chinois ? NON la France a vendu ses vedettes à Taiwan avec un procès à la clef pour Dumas pour détournements de fonds, pauvre Christine.... A part le Juif (l’est-il vraiment ? Quelle importance ? Mais étant tous ces intervenants ce genre de précisions semblent être fondamentales) Richard Geere converti au bouddhisme peu de ces nobles intervenants de s’être émus du sort des Tibétains Qu’en a-t-il été de la Tchétchénie musulmane ou de la Géorgie ou de plusieurs anciennes républiques soviétiques ? A part le Juif (l’est-il vraiment ? Quelle importance ? Mais étant tous ces intervenants ce genre de précisions semblent être fondamentales) André Glucksmann peu de s’être émus

                Qui des valeureux intervenants outranciers à souhait de prendre parti pour l’un ou pour l’autre ? Tous de s’en foutre.

                La Russie de Poutine ? L’ancienne Yougoslavie ? D’autres pays ? TOUS d’avoir à un moment ou l’autre voulu imposer au monde leur façon de voir et d’apprécier leur vision sur l’un ou l’autre pays.

                Pour le Hamas, le Hezbollah, l’Iranien bon nombre des intervenants avec cette suite de commentaires TOUS d’être déplacés et... SANS AUCUN intérêt puisque PERSONNE ne LEURS demande LEUR avis....

                TOUTES ces interventions sont vaines et NON avenues... du vent ! RIEN. Elles N’intéressent PERSONNE !

                Il y a UNE loi ! Elle est valable pour TOUS A l’évidence elle NE VOUS convient PAS ! TANT pis pour VOUS !

                Il y a l’ONU, elle a ses règles. Le monde à SES règles. PERSONNE NE demande son avis au Hamas au Hezbollah, l’Iranien, ou aux intervenants qui EN VAIN se sont exprimés ici !

                Le Hamas veut être reconnu ? Il a été élu, fort bien Le Hezbollah veut être reconnu ? Il a des dignitaires présents dans le gouvernement libanais, fort bien L’Iranien a été élu Les dernières élections ont désavoué son camp TOUS doivent se plier aux décisions des ETATS

                Quel bordel, il y aurait, si celui ci ou celui là, devait être reconnu par les uns mais pas par les autres.

                En clair et pour que cesse ce débat stérile et fortement outrancier et déplacé il serait bon que les uns et les autres prennent conscience combien leur intervention a été ridicule quand ce n’était pas pur délire.

                Réveillez vous, AUCUN choix n’est proposé au Hamas ! Il NE lui appartient PAS d’accepter ou non l’existence d’Israël.

                La meilleure c’est cette argumentation sur le concept de négociation. Mais c’est du n’importe quoi !

                Le Hamas N’a PAS d’option, PAS de choix ! 1) Le Hamas n’a d’autre choix que de reconnaître l’existence d’Israël. Un point c’est TOUT ! 2) Idem pour les accords préalables passés par ses prédécesseurs 3) Il coule de source qu’eux doivent renoncer officiellement et officieusement au terrorisme pas de ce double langage dont eux sont coutumiers 4) Ils doivent désarmer les leurs qui troublent la paix entre eux et leurs voisins israéliens, sinon NATURELLEMENT et LOGIQUEMENT les Israéliens les empêcheront de le faire. Au même titre que la France arrête l’ETA et l’empêche de commettre des attentats en Espagne se servant de la France comme d’une base arrière.

                Que ferait l’Espagne si la France donnait asile à l’ETA mieux si elle finançait et assistait l’ETA ? Idem pour toutes autres factions activistes armées présumées ?

                Au fait, dans les médias français, traite-t-on aussi l’ETA d’« activistes présumés » ou de telles formules alambiquées ? Ou ne sont-elles réservées qu’aux « combattants » du Proche Orient et ceux qui commettent des attentats en Occident ?

                Me tromperais-je ou ai-je bien lu terroristes pour les membres de l’ETA ? Seuls les membres de l’ETA seraient des terroristes ?

                Pour en finir serait-il admis que la France soit une base arrière de l’ETA ? ou finance l’ETA ? NON, c’est impensable, INCONCEVABE et INADMISSIBLE ... La preuve : les Français mettent les membres de l’ETA en prison quand ils ne les trucident pas en le cachant aux médias. Combien d’accidents de la circulation et de malheureux suicides sont le fait d’assassinats ciblés par les services spéciaux ? Pour mémoire un ministre espagnole a été poursuivi sans qu’on en connaisse les développements pour des assassinats ciblés en France.

                Khaled Khelkal lui a été tout simplement une carton pour certains. Pourquoi ?

                Qu’ont fait le Fatah d’Arafat & d’Abbas avec leurs factions armées ? Que fait le Hamas ? Que fait le Hezbollah ? Que fait l’Iran ? Que fait la Syrie ?

                Hypocrisie des nations !

                Alors pour conclure : De choix ici il ‘en est proposé à AUCUN ! Quel que soit l’intervenant politique ou non ! Tous ces commentaires sont rêves et délires HAINEUX

                Comme je l’écrivais plus haut, cette tribune est un ramassis de délires partisans et haineux.

                Quant au rédacteur de cet article, lui se veut celui qui distribue les bons et les mauvais points. Que nous donne-t-il à lire par ses commentaires passionnés ? TOUT CE QUE J’ECRIS dans cette intervention, il lui revenait à LUI de le faire. A lui de remettre chacun à sa place et NON de participer ou de contribuer et d’attiser le délire des uns et des autres. Lui de s’oublier, plus AUCUN rapport avec le ton doctoral et sentencieux de son article pseudo équilibré. Le rédacteur de l’article n’aurait pas été partisan, il aurait calmé le débat et remis toutes ces discussions en perspective et permis aux uns et aux autres de réaliser combien eux s’égaraient. AUCUNE de ses interventions d’aller dans ce sens !

                Celui qui NE reconnaît pas la loi se met HORS la loi et à ce titre en subit les conséquences. C’est le triste sort du Hamas, et, c’en est malheureux, celui des Palestiniens par voie de conséquence. Il n’appartient qu’au Hamas de faire ce qu’il faut pour que la situation change. Pour le moment, SEUL le Hamas est en défaut et par SON UNIQUE FAUTE à lui il pénalise l’intégralité du peuple palestinien !

                Peu importe tout commentaire à ce que je viens d’écrire... quand bien même il serait outré il N’est d’AUCUN intérêt, d’AUCUNE valeur encore moins d’AUCUN impact... ceci c’en est LA réalité INCONTOURNABLE....

                C’était la raison du titre de ma première intervention : TRISTES REALITES

                Bonne lecture.

                USA 613 & non USA 666


              • USA 613 (---.---.204.246) 28 février 2007 13:44

                1) LES VOCIFERATIONS DES UNS & DES AUTRES

                Il y a des faits, je les ai énumérés, même répétitivement De critiques ou de remises en question je n’en ai reçues aucune de valable. Des insultes : OUI. Des critiques constructives : NON.

                2) FAITS QUE J’AVANCE

                AUCUN dêtre contestés en apportant la preuve de son contraire Par contre les insultes pleuvent Vos insultes et vociférations sont tous chacun des aveux de faiblesse ... pitoyable et désolant RIEN pour me contredire RIEN ! Qu’avez vous à rétorquer sur les faits énoncés : RIEN Sur mon propos et l’inexistence HISTORIQUE d’un pays qui se serait appelé la PALESTINE... de vous RIEN Sur mon propos de la Cisjordanie & de Gaza terres NON palestinienes entre 48 & 67 ... de VOUS RIEN Sabra & Chatila avec la responsabilité des milices chrétiennes RIEN etc... etc...

                Les Néture Karta se comptent sur les doigts d’une main dans certaines villes où pourtant fourmillent les Juifs. Les Néturé Karta NE sont PAS représentatifs du peuple juif. Ils forment une MINUSCULE minorité à l’intérieur de la minorité juive. Ceux des leurs qui ont fait allégeance avec l’Iran sont bannis de leur mouvement après la publicité qui leurs a été faites à Téhéran.

                A nouveau du particularisme les Néturé Karta vous voulez en faire une généralité d’un phénomène pourtant particulier : le judaisme.

                A vous lire je généralise... où cela ? De généralisation je n’en fais aucune. Relisez moi

                OUI certains musulmans sont un souci .... d’abord pour les Musulmans eux mêmes ensuite pour les autres

                OUI il y a des problèmes consécutifs à LEUR lecture de leurs livres saints...

                TANT qu’aucune remise en question des Musulmans EUX MEMES ne se sera pas faite nous en serons à devoir craindre les extrémistes. Il nous faudra alors agir contre eux et cela se perpétuera sur tous les siècles à venir

                NON il ne s’agit pas d’un appel à la haine ou la méfiance envers LES Musulmans

                Il est un fait : CERTAINS Musulmans étant LEURS lectures des textes sont sources et causes de problème.

                Ignorer un tel fait ne fera pas que le danger qu’eux constituent pour autres ne se réalise pas.

                Aux Musulmans dits MODERES d’imposer aux extrémistes de NE PAS gâcher leur insertion dans la société quelle qu’elle soit.

                3) QUANT A L’ARGENT DES EUROPEENS QUI A ETE DETOURNE PAR ARAFAT ET LES SIENS

                quel rapport avec les abus de Sharon, de Chirac et de tous les autres dirigeants... OUI bon nombre des gouvernants dans le monde ont été, sont et resteront des escrocs ! Sharon était une fripouille avec en plus tout un tas de qualificatfs négatifs OK ! Satisfait ? Allez encore un peu plus de crachats...

                Qu’est-ce que cela a à voir avec l’argent des Européens et les détournements d’Arafat

                L’argent des Européens = de l’argent PRIS aux Français et aux Européens Cet argent est pris sous forme de taxes diverses Cet argent était supposé nourrir et aider des populations dans le besoin... dont les civils palestiniens Cet argent a-t-il été détourné ? OUI ? NON ? Qui a été volé ? Les Européens et les Français ont été volés et spoliés. Un tas d’organisations et de personnes sont nécessiteux en France : par exemple les « Don Quichottes », les « SDF », les.... TOUS ont besoin de ces MILLIONS d’Euros en partance des caisses de France et d’Europe... et pour qui cet argent a été transféré ? Pour les Palestiniens ? Les Palestiniens L’ont-ils reçus ? NON ! Pourquoi ? Les Plestinies n’ont pas besoin de cet argent pour eux et leurs ifra structures ? Eux préfèrent que l’argent à Souha Arafat et d’autres personnes protégées d’Arafat ?

                Les Français, les Européens, les Palestiniens doivent ils se sacrifier et se priver pour qu’Arafat détourne l’argent ?

                A quel titre Souha Arafat n’a-t-elle plus été poursuivie en justice ? Que craignat on de mme Arafat qui N’est PAS etournée en Palestine depuis des lustres. Drôle de militante de la cause palestinienne qui avec largent des Palestiniens va s’acheter des tenues chez Dior pour des millions d’Euros !

                A quel titre la même SOuha a-t-elle reçu des sommes folles lors du décès d’Arafat au lieu que ce soit le peuple palestinien qui le reçoive ?

                On se fiche de Sharon, d’Olmert AUCUN rapport avec tous ces détournements d’Arafat et de sa clique les victimes sont palestiniennes...

                Soudain dans les propos de Bakoun le sort des PL importe peu ce qui compte c’est comment Sharon a abusé le peuple israélien. On croit rêver

                Le peuple d’Israël vous remercie (je n’ai aucun droit à le faire au nom des IL) d’avoir comme souci la probité morale des dirigeants IL.

                Lot de consolation : TOUS les dirigeants, quel, que soit le pays, à partir du moment où eux détiennent un pouvoir, TOUS deviennent des gens dangereux et pas fiables voire peu recommandables.

                USA 613


              • vico (---.---.180.194) 20 février 2007 14:33

                les dirigeants palestiniens modérés ou extremistes ne veulent ni la paix ni un état voisin d’israel, mais islamiser toute la terre, ou les juifs et les chrétiens seront tolérés mais assujétis(dhimmis). il n’y a plus d’état sioniste, mais un état démocratique, le seul dans la région avec ses qualités et ses défauts. mais ca les islamistes ne veulent pas en entendre parler. et la paix ne se fera jamais, car elle n’est pas inscrite dans le coran qui ne parle que de jihad. malheur si israel tombe, l’europe suivra car le jihad n’a pas de frontière. a bon entendeur.....


                • jf62510 (---.---.185.235) 20 février 2007 15:01

                  lu pour moi le problème est pas de savoir kel gouvernemen doi reconétr l1 ou lautre. Israêl sé tjrs planké dériére lé USA ( ki entre nou fon chié 1 pe tou le monde), Israêl ne souhaite pas reconétr la palestine kom 1 état pour éviter de perdre dé téritoire. La Palestine a raison de vouloir récupéré lé téritoire ki son occupé depui 1948 mé il ne devré pas permetr lé atenta comi contr la population israêliene ki ne pe rien faire pour amélioré lé choze. La palestine devré écéyé de fére pression sur létat israélien en concluan dé pacte dengagemen ac dotr pays du moyen orien. bye a tous.


                  • ZEN zen 20 février 2007 15:17

                    « La secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice a affirmé « ne pas savoir » si un Etat palestinien verrait le jour pendant le mandat du président Bush qui s’achève fin 2008 »

                    Words !words ! On entend ce refrain depuis des années. Il est assez clair maintenant qu’Israël ne veut pas d’un Etat palestinien, pas plus que les USA qui soutiennent et subissent les exigences de Jerusalem.


                    • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 février 2007 15:31

                      Vous écrivez : « Les pressions augmentent sur le président palestinien, alors que la formation du futur gouvernement palestinien est toujours en préparation ».

                      Vous conviendrez que les pressions existent depuis assez longtemps. Arafat en a subi toute sa vie des pressions. Fussent-elles légitimes ou illégitimes ! Depuis quelques jours, j’ai beaucoup lu sur la question du Moyen-Orient. Une question en filigrane revient systématiquement à propos des palestiniens : pourrait-il gérer un pays ? Il est rare que les observateurs abordent cette question ouvertement car il y aurait risque de dérapage. L’Occident aurait-il ou pourrait-il mettre en place un forum où l’ensemble des grandes puissances se rencontreraient pour discuter de cette hypothèse avec les palestiniens eux-mêmes. Cette question n’est en rien discriminatoire. Elle repose sur des doutes sérieux. Pour ma part, il conviendrait d’établir en même qu’un plan de paix régional, un programme de gouverne pour un peuple qui en aurait grand besoin. Les divisions actuelles - temporairement mises au rencart sur l’intervention du roi Abdallah, font craindre le pire. Donner au peuple palestinien un pays sans gouvernail mènerait au même chaos que l’Irak. Autre question : donnera-t-on au peuple palestinien, aux premiers de la création du pays de la Palestine, un gouvernement théocratique ou civil ?

                      La question est simple : comment comment confier à deux frères qui se querellent la gouverne d’un même pays ?

                      Pierre R.

                      Pierre R.


                      • (---.---.215.93) 20 février 2007 15:55

                        pierre reconnaissez qu’« ils » ont tout fait pour que les palestiniens ou les irakiens en arrivent là ou ils sont.

                        alors aujourd’hui il devient facile de dénoncer ce que vous dénoncez, même si actuellement, la question peut effectivement se poser.

                        toute sa vie, et malgré de fortes concessions, arafat n’a jamais rien obtenu. depuis que abbas est à la tete de l’autorité, qu’a-t-il obtenu lui ? il est pourtant « reconnu » et « appuyé » par les américains et les israeliens. comme arafat, il n’aura rien.

                        L’ex-président américain Jimmy Carter maintient son accusation d’« apartheid » à l’égard d’Israël

                        ATLANTA (AP) - L’ancien président américain Jimmy Carter, très critique de la politique israélienne dans son dernier ouvrage, a maintenu vendredi que l’Etat hébreu se rendait coupable à ses yeux d’« apartheid » à l’égard des palestiniens.

                        Avec ce livre intitulé « Palestine : Peace Not Apartheid » (Palestine : la paix pas l’apartheid), le prix Nobel 2002 espère également percer le « mur impénétrable » qui empêche, selon lui, les Américains de prendre conscience du sort des populations palestiniennes.

                        La publication de cet ouvrage, qui se révèle un succès de librairie aux Etats-Unis, a provoqué une levée de boucliers des groupes pro-israéliens mais aussi la démission de Kenneth Stein, responsable du Carter Center et conseiller de longue date de l’ex-président.

                        Avec « Palestine », l’ancien chef de la Maison Blanche suit l’évolution du processus de paix israélo-palestinien depuis sa présidence (1977-1980) et l’accord de Camp David qu’il avait négocié entre Israël et l’Egypte. S’il impute l’impasse actuelle à l’ensemble des parties, il se montre particulièrement virulent vis-à-vis d’Israël.

                        Jimmy Carter a expliqué vendredi qu’il souhaitait susciter un débat sur la politique d’Israël inexistant ou étouffé dans les médias d’information américains qui « presque tous restent silencieux » sur ce problème.

                        « Le silence est quasi universel dès lors qu’il s’agit d’une possible critique des politiques que mène actuellement le gouvernement israélien », a-t-il observé devant la presse à Atlanta (Géorgie).

                        Les accusations de l’ancien président démocrate ont suscité la colère des organisations juives qui ont lancé des pétitions dénonçant l’usage du mot « apartheid » pour décrire le traitement réservé aux Palestiniens par Israël.

                        Jimmy Carter affirme pourtant que ce terme se justifie par les barrières grillagées, les détecteurs électriques et les blocs de béton installés par Israël le long de la frontière avec la Cisjordanie.

                        « Je pense même que la situation est pire, dans bien des cas, que l’apartheid en Afrique du Sud », a-t-il fait valoir en allusion au régime de ségrégation raciale pratiqué dans ce pays africain jusqu’en 1990.

                        Pour le patron du Carter Center, qui a dirigé plusieurs missions d’observation de scrutins dans le monde, notamment dans les territoires palestiniens, une chape de plomb interdit tout débat sur Israël aux Etats-Unis. « Il y a dans ce pays une formidable intimidation qui réduit nos concitoyens au silence », a-t-il souligné, notant que ce silence est observé non seulement par « des individus ou des personnes candidates à des fonctions électives mais aussi par les médias de l’information ».

                        il en faudrait des carter pour que la vérité se rétablisse. mais la lacheté est comme la tâche d’huile. quand elle se répand on ne sait pas ou elle s’arrête.


                      • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 février 2007 17:47

                        Permettez-moi de préciser ma pensée. En rien je ne voudrais dénoncer tous les efforts mis de l’avant pour donner aux Palestiniens un territoire qui leur soit propre. Au contraire. Ce que je constate, après plusieurs lectures, c’est le scepticisme qui s’installe sur la capacité des palestiniens de gérer un pays. Nous ne pourrons jamais - vous et moi - empêcher un tel scepticisme de courir dans les officines décisionnelles. Et là je ne parle pas de la position israélienne. J’entends par cette remarque la position qui a cours aux Nations Unies ou parmi les observateurs les plus chevronnés.

                        Je ne porte aucun jugement sur cette question. Je ne fais que l’exposer. Il serait triste de cesser tout effort pour réunir à nouveau les frères ennemis. N’eut été de la conviction du Roi Abdallah d’y parvenir, qui aurait pu le faire ? Les Palestiniens au premier chef doivent retrouver leur unité et refaire l’union de leurs forces. C’est toute la logique qui devrait sous-tendre la création d’un pays, ne pensez-vous pas ?

                        Pierre R.


                      • (---.---.215.93) 20 février 2007 18:28

                        pierre, j’ai bien compris votre pensée.

                        j’ai simplement dit, appuyant votre idée, que tout a été fait pour qu’en irak comme en palestine, on soit arrivé à la situation qui est la leur aujourd’hui.

                        en ce qui concerne la palestine, le hamas « refuse de reconnaître Israël » et est en guerre ouverte avec le fatah. mais après oslo et la reconnaissance de l’etat israelien, est ce qu’il y a eu réciprocité ?

                        alors demander aux frères ennemis de se retrouver pour sous tendre à la création du pays, bien sur ! mais je crains que meem réunifiés, je dirais surtout réunifiés, les israeliens et les américains trouveront toujours une raison pour boycotter les différents plans de paix. car la paix n’est pas inscrite dans le programme israelo-américain. en tout cas pas encore. vous vous posez des questions et je me les pose. c’es tpeut être normal mais pas du tout réaliste.

                        après des élections tout a fait légitimes, le hamas a été désavoué. et pourtant israel même est bâti en tant qu’état juif et il n’y a pas de séparation entre religion et état. sa fondation aussi a été précédée d’actes terroristes. même son gouvernement est lourd de partis d’extrême droite

                        pourquoi dans ce cas là, israel bénéficie d’une complaisance internationale et hamas disqualifié d’office.

                        quand au speticisme des nations unies, des observateurs chevronnés, en un mot, des puissancesqui n’ont jamais ignoré qu’en laissant faire tout ce qu’elle voulait à la tendance la plus dure des israeliens, on l’encouragerait au point d’arriver de manière à peu près inéluctable à la situation où on en est aujourd’hui, leurs échecs répétés n’ont permis qu’à montrer leur plus grande lacheté. et ils sont bien les derniers à pouvoir demander quelques chose encore aux palestiniens.

                        la véritable qestion à mon avis est, combien de temps encore, doit-on tolérer la lacheté des puissants et leur cynisme.

                        mais à cela pierre, même si vous et moi pouvons y répondre, nous ne serions gère entendus...


                      • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 20 février 2007 19:33

                        Il y a effectivement une grande, une très grande tolérance à l’égard d’Israël. Je peux comprendre qu’Israël veuille protéger sa survie dans une zone inhospitalière. Je comprends mal le jeu des grandes puissances. Je me suis interrogé longtemps sur la question arabe. Si les pays arabes faisaient bloc, une sorte de monolithe, ils constitueraient une force incontournable. Mais voilà. Cela n’est pas le cas. Les Palestiniens ont été pendant longtemps rejetés par leurs frères arabes. Que penser de l’Égypte, de la Jordanie, du Maroc, du Liban (à l’exception du Hezbollah) qui ont plus d’affinités avec les puissances de l’Occident - Russie et États-Unis ?

                        Les Palestiniens, je le répète, pourraient bénéficier d’un vent de sympathie (comme ce fut le cas pour le Liban) s’il n’y avait cette guerre fratricide qui les divise.

                        L’opinion internationale a été critique et sévère à l’égard de l’acharnement qu’a mis Israël à détruire le territoire libanais. Tous les espoirs étaient permis au Liban. La Syrie expulsée, un gouvernement modéré et crédible, une ouverture aux enquêtes pour crimes contre des personnalités politiques, tout ne pouvait enfin que réussir au Liban. Jusqu’à ce qu’une faction enlève un soldat israélien.

                        Je ne crois pas qu’Israël ait été déclaré vainqueur de cet épisode honteux.

                        Pourquoi la Palestine ne jouit-elle pas du même courant de sympathie à son égard que celui qui a prévalu pour le Liban ? C’est là toute la question qu’il faut se poser.

                        Pierre R.


                      • Milla 21 février 2007 01:39

                        Historiquement, Israel et la Palestine ont toujours existés, ce qui n’est pas normal c’est que nous avons aussi une minorité chrétienne dont personne ne parle jamais !

                        Milla


                      • (---.---.215.93) 21 février 2007 02:20

                        pierre si vous permettez je vous raconterai au lieu de vous dire et j’umprunte à edward said, le poète palestinien, les mots de l’histoire des palestiniens...(et par transposition des arabes). le point de vue ( forcément retréci et surtout fragmenté (pas facile pour la cohérence du texte, mais tant pis...)

                        nos pères (les vrais et les gouvernants nationaux) ont été nombreux à travers l’histoire. alors que la mère (la terre) est toujours unique. ma terre natale (palestine ou moyen orient en général) est le lieu de convergence de messages divins, de civilisations et de cultures, de prophètes et d’envahisseurs. ils ont tous en commun d’avoir été passagers aussi long que furent leurs séjours. à la différence de la mère qui incarne l’idée de la continuité physique et historique. de là notre force à l’adhésion culturelle mère-terre. j’appartiens à une génération qui reproche à ses pères la responsabilité des départs, de l’exil et de l’échec. ils ont échoué à défendre notre terre. quand à la mère, elle conserve cette image idéale.

                        le destin a voulu que mon histoire individuelle se confonde avec l’histoire collective et que l’on se reconnaisse dans ma voix.

                        l’image avec l’ennemi fut multiple et variée. il n’existe pas chez moi de vision unique et définitive de l’Autre. celui qui m’a éduqué était juif, celui qui m’a persécuté l’était aussi. le femme qui m’aima était juive, celle qui me détesta aussi.

                        mais elle et toujours présente en moi. même si l’histoire reste ambiguë. avant 1967, je ne me sentais pas tout le temps l’objet d’un racisme ou d’une haine venus des entrailles. c’est la guerre de 1967 qui a bouleversé les choses. elle s’installa au figuré entre nos deux corps et aiguisa une incompatibilité jusqu’à là inconsciente. imaginez votre ami(e)soldat( d’une armée d’occupation qui arrête les filles de votre peuple à naplouse, jérusalem. cela ne pèse pas seulement sur le coeur, mais sur la conscience. la guerre de 1967 a rompu les relations affectives entre les jeunes hommes arabes et les jeunes filles juives.

                        mais même sans la guerre, cet amour ne pouvait être heureux. il ne pouvait aller loin. restent alors les désirs les penchants les sentiments, mais sans horizons. et la raison en est la différence sociale, culturelle. l’Autre société accepte difficilement l’arabe. nous sommes des étrangers à leurs yeux. l’idée d’ennemi avait en fait pénétré la relation. l’homme et la femme s’enlacent mais l’ennemi est là, tapi sous le lit.

                        les choses sont certes différentes lorsque chacun perçoit l’Autre comme individu. j’avais de nombreux amis juifs mais

                        les individus sont toujours rappelés à l’ordre par leur communauté, à un moment ou à un autre.une de mes meilleurs amis, juif, est venu me trouver la veille de la guerre de 1967. pour des adieux et me proposer un pacte. chacun d’entre nous protégerait l’autre selon qui aura remporté la guerre. après victoire israelienne, il quitta israel pour toujours car il ne voulait pas être un rouage dans une machine de guerre. c’était un humaniste et son éducation était fondée sur le pluralisme et l’ouverture. venu en israel avec des idées idéalistes, il avait découvert une réalité bien différente. il a repris son indivudualité mais le combat fut rude avec la pression collective.

                        la notion d’étranger peut être saisie à plusieurs niveaux. le premier, tout simple est que nous sommes considérés comme des étrangers dans notre propre pays. la majorité juive, victorieuse et dominante considère que nous ne sommes pas chez nous.un autre niveau tout aussi simple est que mon village n’existe plus, rasé. alors je suis chez des voisins. c’est un exil au sein d’une même société, au sein d’une même idendité. il y a ensuite une notion plus complexe, inhérente à la condition humaine.nous sommes tous étrangers sur cette terre.

                        comme adam, passager sur la terre, le mélange des peuples, les migrations ne sont que cheminements d’étrangers.

                        la paix aussi peut être la reconnaissance d’étrangers, si bien qu’il devient impossible aux uns et aux autres de savoir qui est le véritable étranger. mais je fais la différence entre l’étranger et l’ennemi. car l’étranger n’est pas seulement l’Autre. il est aussi en moi.

                        aujourd’hui nous faison face à une idée reçue selon laquelle nous n’aurions pas de passé. comme s’il était la propriété exclusive de l’Autre. On nous affirme que notre Histoire a débuté il y a peu et il est requis de nous, de concevoir notre existence sur cette base. c’est pourquoi je pense que la défense du passé se confond avec la défense du droit du présent à prendre son élan. c’est la condition nécessaire pour faire un premier pas vers l’avenir.

                        cette terre est mienne, avec ses cultures multiples : cananéenne, hébraique, grecque, romaine, persane, égyptienne, arabe, ottomane, anglaise et française. je veux vivre toutes ces cultures. il est de mon droit de m’identifier à toute ces voix qui ont résoné sur cette terre. car je n’y suis nis un passant, ni un intrus.

                        j’ai choisi d’être un poète troyen. je suis dans le camp des perdants. les perdants qui ont été privés du droit de laisser quelque trace que ce soit, de leur défaite, privés du droit de la proclamer. j’incline à cette défaite. mais il n’est pas question de reddition.

                        il est de mon devoir de dire la défaite et de reconnaitre et de dire la perte. mon éducation, ma manière d’être, mon expérience sont toutes celle d’une victime. et mon conflit avec l’Autre tourne autour d’un e seule question : qui de nous deux aujourd’hui mérite le statut de victime ? j’ai souvent dit à l’Autre en plaisantant : échangeons nos rôles. vous êtes une victime victorieuse, hérissée de têtes nucléaires. je suis une victime dominée hérissée de t^tes poétiques. mais je ne sais pas si la poésie nous donnera une légitimité nationale.

                        j’aurais souhaité être victorieux pour mettre à l’épreuve mon humanisme, ma capacité à être solidaire d’une victime.mais je suis comme les troyens qui n’ont pas raconté leur histoire. à ce jour nous n’avons pas relaté la notre. celui qui impose son récit hérite la Terre du Récit

                        le paradoxe fait que j’apparais comme le vainqueur, car la langue du désespoir est plus forte que celle de l’espoir. vopus savez pourquoi le géolier ne chante pas ?alors que le captif chante parce qu’il est seul avec lui-même. le geolier lui n’existe que parce qu’il le garde. il veille tant à l’isolement du captif qu’il en oublie sa propre solitude.

                        depuis le début, l’ennemi et moi vivons une cohabitation imposée. aussi ses traits ont-ils été de tout temps humains.il respire l’air que nous respirons,et notre antagonisme relève d’un conflit politique et idéologique.

                        je suppose que la paix peut me rendre plus fort en ce sens qu’elle liberera avant tout mon humanité et m’innocentera de l’accusation de refus absolu. elle me donnera sur le plan humain une supériorité sur l’ennemi, qui lui, manque d’humanité à mon égard.

                        tant que les israeliens n’auront pas opté pour une coexistence réelle, basée sur une reconnaissance mutuelle, eux qui ne cessent de me réclamer des propos plus diplomatiques, ils devront attendre. car j’ai besoin que l’on reconnaisse l’humain en moi. en échange de ma reconnaissance de l’humain en l’Autre. alors nous pourrions nous réconcilier. mais la réconciliation est plus malaisée pour l’Autre. il ne la veut pas.

                        l’ennemi veut que j’habite l’image qu’il a choisi pour moi. mais il ne m’y entrainera pas. même s’il est mobile et s’il a plusieurs masques. l’ennemi n’est pas une figure abstraite, nous nous interpénétrons et il nous arrive d’échanger nos rôles. nous vivons dans des conditions humaines complexes sans une quelconque distance entre eux et nous. il s’infiltre même parfois en moi.

                        quand à le laisser m’habiter, construire mon imaginaire, me dicter ma propre version des choses, devenir ma mémoire, c’est une toute autre affaire.

                        il est clair que l’ennemi ne se contente pas d’un affrontement à distance avec moi. il vaut être moi et parler en mon nom. nous pourrions lui et moi dire que nos deux rêves dorment dans un même lit. je pourrais le dire et le penser vraiment, mais il veut en plus dessiner les contours de mon rêve sans m’autoriser à partager avec lui le champ du rêve.

                        nous pouvons faire des concessions et nous entendre sur tout, sauf sur l’Histoire. nous pouvons partager la terre, les fenêtres des songes, la fusion de la flûte avec la flûte, les mythes nés sur cette terre, tout ce que vous voudrez. mais pas l’Histoire.

                        et je devance l’ennemi dans ce registre. je considère que la bible est partie intégrante de mon héritage, alors que l’islam ne fait pas partie du sien. je n’ai aucun problème à me considérer comme le produit métis, de tout ce que cette terre palestienienne a dit, de tout ce que l’humanité a dit. mais il refuse de faire de même, m’interdissant de m’associer à son idendité culturelle et humaine. c’est lui qui réduit sa propre idendité et la rend sélective. nous pourrions nous entendre sur tout sauf sur l’Histoire. et il n’y a pas de résolutions internationales qui nous imposera de nous entendre sur l’Histoire. nous ne ferons pas de compromis sur elle.

                        le problème est que nous nous sentons obligés de nous rattacher à nos racines et ce, pour fortifer nos défenses. les autres nous y contraignent, bien plus que nous n’en avons envie ou le voulons.

                        car je ne crois pas qu’il y ait au monde, un seul peuple à qui l’on demande tous les jours de prouver son idendité comme les arabes. personne ne dit aux grecs ou aux français ; vous n’êtes pas grecs, vous n’êtes pas français ; mais l’arabe doit en permanence présenter ses papiers d’idendité parce qu’on cherche à le faire douter de lui-même. je ne suis pas obsédé de généalogie ou de parentèle. dailleurs la seule idendité que je proclame, c’est « je suis ma langue ». pas plus. pas moins. et je dis que dans cette langue, on perçoit le voisinage, des romains,des perses et de tant d’autres peuples. je ne crois pas aux races pures ni au moyen orient ni ailleurs, et ne suis pas préoccupé par ces différences. au contraire je suis convaincu que le métissage m’enrichit et enrichit ma culture. c’est l’Autre qui, sans cesse, me demande d’être un arabe, selon bien entendu, sa propre définition de l’arabité.

                        je peux accepter d’être étrangeer sur cette terre puisque nousommes tous passagers sur cette terre. mais l’ennemi me demande d’être le seul étranger, le seul intrus. et il insiste pour se dire le seul « authentique ».

                        la lutte pour le lieu, la spoliation de mon lieu, de la matrice première, ont fait de ce lieu une composante essentielle de mon idendité., même si mon idendité est en réalité encore plus large.

                        je suis arabe et je parle arabe. quand à mon appartenance à la nation arabe, quand à savoir si elle est fondée d’aspirer à l’unité c’est une toute autre question. je suis arabe et ma langue a connu son plus grand épanouissement quand elle s’est ouverte sur les autres, sur l’humanité toute entière. parmi les éléments de son développement, il y a le pluralisme. c’est ainsi que je lis le siècles d’or de la culture arabe.

                        à aucun moment nous arabes n’avons été totalement repliés sur nous mêmes, comme certains voudraient nous voir aujourd’hui. il n’y a pas de ghetto dans mon, notre idendité. mon problème réside dans ce que l’Autre a décidé de voir dans mon idendité. je luis dis pourtant :voici mon idendité, partage la moi avec moi. ellest suffisamment large pour t’accueillir.

                        nous les arabes, nous n’avons eu de vraie civilisation que lorsque nous sommes sortis de nos tentes pour nous ouvrir au multiple et au différent.alors je ne fais pas partie de ceux qui souffrent d’une crise d’idendité, ne de ceux qui ne cessent de se demander : qui est arabe ? qui sont les arabes ?

                        je suis arabe parce que l’arabe est ma langue, et dans le débat en cours, je mène une défense acharnée de la langue arabe, non pour sauvegarder mon idendité, mais pour prouver mon existence, ma musique, ma poésie et mon droit de rire et de chanter.

                        mon désir de témoigner est peut être dû à la peur de voir le passé confisqué. une nouvelle étape historique se dessine aujourd’hui qui recèle ce danger. elle est d’une ampleur telle qu’elle ne peut être affrontée par le silence.

                        cette défense d’un monde, d’une période qui se meurent s’apparente à la riposte des petites créatures lorsqu’elles sont menacées par la tempête. elles se cachent dans les failles, dans les trous, dans l’écorce des arbres. son extrême fragilité est sa force.

                        l’objet n’est pas seulement la palestine, et il est temps de passer au sujet : le palestinien. il ne s’agit pas d’un repliement sur soi, d’une surdité à la réalité extérieure, mais c’est le choix de se tenir au croisement du dehors et du dedans. il est temps que résonne la voix de l’individu palestinien, arabe : brisée, ambivalente, douloureuse. le palestinien tient aujourd’hui son rêve dans ses mains et peut apprécier son degré de véracité, apprécier s’il est encore fidèle à lui-même, identique à son image originelle. les palestiniens n’ont pas encore dit leur tragédie et ils peuvent enfin le faire. notre réalité est transportée elle n’est jamais fixée dans un lieu. la réalité des palestiniens est portée sur les épaules, dans la langue, les perceptions ou la conscience. nous vivons tous simultanément au centre de la scène et en dehors d’elle. nous avons enfin l’occasion de nous pencher sur nous-mêmes et de scruter l’image que nous en avons. parviendrons-nous à trouver un nouvel horizon ? nous sommes aujourd’hui à l’orée d’une période ou toutes les possibilités sont ouvertes. mais aucune circonstance atténuante ne nous sera désormais accordée.

                        il y a la guerre, la douleur, les sentiments à fleur de peau, sans oublier les gens qui meurent, les déchirements, la fragmentation des vies, les malheurs provoquées par la colonisation. il y a le devoir national mais aussi l’émotion et en tant de guerre l’émotion est exacerbée. en somme notre présent ne se résout ni à commencer ni à finir.

                        voilà pierre, vous pouvez transposer ça à tout peuple colonisé :aujourd’hui la palestine, l’irak, le liban qui a cher payé cet été, la syrie et l’iran menacés. hier, l’afrique, algérie en particulier et tous les pays du moyen orient (et d’ailleurs) qui en bavent depuis trop longtemps.

                        Yeats à écrit pratiquement les mêmes mots pour décrire la colonisation anglaise de son irlande. ce sont les mêmes douleurs humaines dès lors qu’un humain veut en soumettre un autre.

                        je ne crois pas avoir vraiment répondu à votre post, mais les raisons sont nombreuses et celles exposées sont vitales. le reste est trop facile à comprendre...


                      • (---.---.215.93) 21 février 2007 10:20

                        pour ceux qui savent et qui auront compris l’erreur, c’est évidemment le poète m. darwich et non said... pour les autres, rien de mieux qu’un petit poème de mahmoud

                        salue notre maison pour nous, l’étranger

                        les tasses de notre café sont encore en l’état

                        y sens-tu l’odeur de nos doigts ?

                        dis-tu à ta fille à la natte et aux sourcils épais

                        qu’elle a un camarade absent qui souhaite lui rendre visite ?

                        rien que pour traverser son miroir et voir son secret

                        voir, comment, à sa place, elle poursuit sa vie.

                        nous oublierons quesques restes de paroles sur deux sièges

                        nous oublierons nos cigarettes, puis d’autres viendront prolonger notre soirée et la fumée

                        nous oublierons un peu de sommeil sur l’oreiller

                        d’autres viendront et entreront dans notre sommeil.


                      • ZEN zen 21 février 2007 10:20

                        @ IP:xxx.x6.215.93

                        Merci pour vos commentaires ci-dessus. Des propos justes et dépassionnés. Qui connaît E.Saïd, qu’il faudrait relire ?


                      • (---.---.215.93) 21 février 2007 10:45

                        merci zen

                        le poète darwich est tellement plus juste, plus précis : les extraits sont tirés de « la palestine comme métaphore » traduit de l’hébreu par s. bitton aux éditions babel...

                        said est écrivain. et non moins interessant.


                      • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 21 février 2007 18:41

                        Encore d’accord avec toi Milla, mais l’entité chrétienne du coin, subit et n’a pas droit au chapitre. Les musulmans comme les juifs ne doivent pas penser à eux. Sinon, nous entendrons au moins des échos de leurs propos. Ce qui n’est pas le cas. smiley


                      • Bakoun (---.---.28.62) 20 février 2007 15:42

                        ISRAEL NE VEUX PAS LA PAIX ET LES USA NON PLUS.... Alors arretons les discours stériles et aidons les palestiniens à se défendre contre les envahisseurs criminels qui ne respectent aucun droit international ( d’ailleurs comme leurs associés ).

                        Il y a de celà quelques jours un ministre de l’état hebreu, déclarait la nécessité de bombarder l’Iran. Je pense que ce serait là, le meilleur moyen de solutionner le problème palestinien. La réponse des perses serait autrement plus constructive que le fut celle du Hezbollah cet été dernier, n’en déplaise à ces « commentateurs orientés par l’APAIC »


                        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 20 février 2007 16:18

                          Soyez plus explicite BAKOUN smiley. Vous orientez le débat vers la violence à outrance, celà mène où ?


                        • Briseur d’idoles (---.---.168.182) 20 février 2007 16:21

                          Leçon :

                          Il faut dire (100 fois par jour) :« Israël est beau », Israël est civilisé« , »Israël est merveilleux«  », « Israël est Humain », « Israël souffre », « Israël est victime », « Israël est généreux », « Israël a eu la Shoah »...


                          • ZeusIrae (---.---.209.130) 20 février 2007 18:13

                            Je ne suis pas certain que les Israeliens ne veulent pas d’etat palestiniens,apres tout il n’y a pas vraiment d’autre solution.C’est plutot qu’ils le veulent à leur propre termes qui sont considéré comme inacceptable par les palestiniens.

                            « Le véritable probleme, probleme que tout le monde semble occulter, n’est pas que le HAMAS ne souhaite pas reconnaitre israel » Et il le fera jamais dans la situation actuelle.C’est ce qui m’a toujours agacé avec ces histoires de « pression » sur le Hamas.Le Hamas ne reconnaitra jamais Israel sous la pression des Israeliens.Si il le fait ;il se place en position d’inferiorité.Il pert une de ses cartes de negociations alors que le position militaire et politique de son adversair israelien ne cesse de se renforcer.

                            Dans la situation actuelle,le Hamas a 2 choix,ceder et accepter la paix au condition d’Israel ou resister en continuant l’escalade. La solution 1 semble exclue pour des raisons psychologiques et politiques. Le probleme de la solution 2,c’est que Tsahal peut pousser beaucoup plus loin l’escalade militaire et dans le meme temps est en train de diminuer(grace au mur et ses services de securité)les capacités de frappes palestiniennes.

                            Le point principal est que la reconnaissance est une carte dans la negociation,ceder maintenant signifie perdre cette carte pour rien car Israel n’a dans la situation actuelle aucune raison de ceder(les palestiniens ayant perdue leur moyen de pressions sur Israel).Il est donc plus rationnel d’attendre en esperant que les tables soient tournés par un evenement.Redonnant ainsi un moyen de pression sur l’autre partie et forçant ce dernier à negocier dans un cadre plus favorable les palestiniens.

                            A mon humble avis il n’y aura pas de mirace,les carottes sont cuites.Mais si les palestiniens refusent de l’admettere alors la meilleur solutions est de persister en essayant d’escalader au maximum.Une sorte de strategie du fou.


                            • (---.---.127.133) 21 février 2007 11:43

                              « Je ne suis pas certain que les Israeliens ne veulent pas d’etat palestiniens,apres tout il n’y a pas vraiment d’autre solution.C’est plutot qu’ils le veulent à leur propre termes qui sont considéré comme inacceptable par les palestiniens. » Ce qui revient à dire que les israéliens posent de telles conditions à l’existence d’un état palestinien que celui-ci dans les faits ne pourra pas voir le jour. Et on en déduit que la seule solution pour les palestiniens est de trouver une aide étrangère leur permettant de s’armer à l’image du Hezbollah. Au lieu de la paix, on est donc à court ou moyen terme sur le chemin de la guerre. D’où la nécessité pour Israël d’agir rapidement contre l’Iran et barrer toute tentative de soutien militaire à la cause palestinienne.


                            • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 20 février 2007 21:49

                              Comme dit Zeus Irael , Le véritable probleme que tout le monde semble occulter, n’est pas que le HAMAS ne souhaite pas reconnaitre israel« Et il le fera jamais dans la situation actuelle.C’est ce qui m’a toujours agacé avec ces histoires de »pression« sur le Hamas.Le Hamas ne reconnaitra jamais Israel sous la pression des Israeliens.Si il le fait ;il se place en position d’inferiorité.Il pert une de ses cartes de negociations alors que le position militaire et politique de son adversair israelien ne cesse de se renforcer. » c’est dommage si les Palestiniens n’obtiennent pas leur véritable Etat


                              • Milla 21 février 2007 01:44

                                @Antoine Christian LABEL NGONGO

                                avez vous vu un documentaire dont le titre est « interprétation divine »... la guerre psychologique mais dans les deux camps...

                                Milla


                              • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 21 février 2007 18:43

                                Encore d’accord avec toi Milla, je n’ai pas eu l’occasion de voir un tel documentaire. Il ne doit certainement pas exister. smiley


                              • Bakoun (---.---.150.92) 20 février 2007 22:15

                                Non Antoine CHRISTIAN, le débat loin de « s’orienter vers la violence à outrance » ( cette violence est exclusivement le doit d’Israel qui souffre depuis 40 ans...) s’oriente vers la reflexion.

                                Oui une reflexion loin des clichets du « politiquement correct » dictée par les tenants de l’information sous controle.

                                La manipulation qui veux ( qui semble réussir quand on vous lit ) diaboliser tout ce qui est arabe et islam, commence à donner des signes de fatigue, mais ceci n’est pas le fait du hasard.

                                Vos reflexions découlent « uniquement » des attitudes des dirigeants au pouvoir en occident et autres « beniouioui ».

                                Mais la réalité est tout autre quand on interroge les citoyens, l’immense majorité soutien le contraire. Et tous les sondages et enquetes à propos du moyen orient démontrent combien les gens sont contre les agressions américanosionistes, et inquiets par cette folie meurtrière.

                                Et la défaite imminente en Irak des yankees, est le préambule de la future répartition des rôles dans ce coin du monde.

                                Non, Israel a atteint une phase - malgré sa supériorite en armement - chritique, et les USA n’auront bientot plus les moyens de s’investir avec autant d’énergie.

                                Sans compter sur la protestation grandissante du contribuable américain, quant à l’aide que son gouvernement accorde à l’état hebreu, sachant qu’une partie de ce soutien financier revient au pays entre les mains de speculateurs notamment dans l’immobilier.

                                Putin vient de toucher le point sensible de cette politique de l’abheration, et montre qu’il serait illusoire de croire en sa pérénité ( discours qui lui a vallu entre autres, d’etre felicité par les prochains « maitres » du monde : la Chine).

                                La politique entre bien et le mal dictée par les pires criminels de notre temps, touche a sa fin .

                                HEUREUSEMENT.


                                • Ti-Den (---.---.143.138) 20 février 2007 22:20

                                  Il est difficile de prévoir la paix dans ces paix en connaissant un peu mieux l’histoire raconté ici -> http://tv.boutick.com/index.php?mot=Palestine

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès