Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Bagdad et Washington : deux solitudes en déclin (dernière partie)

Bagdad et Washington : deux solitudes en déclin (dernière partie)

Nous conclurons ici cette analyse en trois volets sur le Proche-Orient. Loin d’être complète, elle se veut un tableau schématique des relations qui se nouent et qui se dénouent autour de la problématique irakienne. Voyages d’Ulysse et jeux de coulisses, la diplomatie voyage d’une capitale à l’autre. Les zones d’influence se délimitent au profit des uns et au plus grand malheur des autres. Force est de constater que la stratégie de remodelage du Proche-Orient, tant souhaitée par Washington, a beaucoup de plomb dans l’aile.

Comme nous l’avons vu dans les deux premières parties, Washington ne voit pas d’un bon œil le rapprochement de l’Irak et de l’Iran. Comme la capitale américaine ne voit pas d’un bon œil le rapprochement Irak et Syrie. Aujourd’hui, nous nous attarderons plus spécifiquement aux nouvelles relations de l’Iran et de l’Irak, des frères ennemis qui ont retrouvé le chemin de la conversation. Bref, leur chemin de Damas, quoi.

La Maison Blanche martèle son message : « Nous avons déjà dit clairement que les activités iraniennes en Irak ne contribuent pas à réduire les violences ». [...] « Selon nos commandants sur le terrain, nous constatons des flux croissants de projectiles explosifs très meurtriers. Cela ne joue pas un rôle très constructif en Irak », commente le porte-parole de la Maison-Blanche, Gordon Johndroe, à la presse.

Il y a de quoi désespérer les conseillers du président Georges W. Bush. Les agences de renseignement américaines n’espèrent plus un changement dans l’attitude du régime de Téhéran, dans un avenir proche, en dépit de la colère croissante de la population provoquée par la détérioration de la situation économique du pays. Pour ajouter à cette détérioration économique, Washington travaille d’arrache-pied pour isoler davantage l’Iran au plan international. Sans y parvenir efficacement.

L’Iran vient de lancer un autre pavé dans la mare de Washington. Mojtaba Samareh Hachémi était le principal conseiller du président Mahmoud Ahmadinejad. Il vient d’être remplacé par le général Alireza Afshar qui était jusqu’ici commandant adjoint de l’état-major des forces armées, en charge des affaires culturelles. Une grande partie de sa carrière s’est déroulée au sein des Gardiens de la révolution. Mahmoud Ahmadinejad est lui aussi un ancien membre des Gardiens de la révolution. Évidemment, il ne fait aucun doute que cette nomination, qui n’est en rien gratuite, accroît le poids des Gardiens de la révolution, l’armée idéologique du régime, qui pourrait être inscrite par les États-Unis sur leur liste d’organisations « terroristes ».

L’Iran a-t-il les moyens de son audace  ? Dans un communiqué de presse, le gouvernement iranien vient d’annoncer qu’il a engrangé des ventes de pétrole s’élevant à 51 milliards de dollars pour l’année mars 2006 à mars 2007. Deuxième producteur de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avec en moyenne 2,4 millions de barils par jour, ces ventes à l’étranger constituent environ 80 % des rentrées en devises et contribuent pour plus de la moitié au budget de l’État.

Alors que les représentants démocrates et républicains s’indignent du peu d’efforts que consent al-Maliki pour enrayer la violence dans son pays, et de la perte de contrôle de ce dernier sur le gouvernement et les ressources énergétiques, les dirigeants de Téhéran lui rendent hommage. « Nous devons soutenir le gouvernement élu de l’Irak et l’ensemble des factions et des groupes ethniques doivent coopérer avec ce gouvernement élu », a dit le guide suprême iranien Ali Khamenei. Dans un même souffle, l’ayatollah Ali Khamenei avertit les États-Unis qu’ils font face à un « avenir dangereux ». « Les États-Unis sont devenus plus faibles qu’il y a 20 ans, ils ont perdus leur puissance et leur grandeur d’antan », a dit l’ayatollah Khamenei. « Les États-Unis et ceux qui les suivent sont emportés dans un tourbillon où ils coulent, et ils font face à un avenir dangereux. »

Selon l’Iran, la cause principale de l’instabilité et de la violence en Irak réside plutôt dans la présence des troupes d’occupation avec, à leur tête, les États-Unis. Les autorités iraniennes soulignent constamment qu’elles se prononcent pour la paix et la stabilité en Irak et déclarent leur soutien au gouvernement légitime de Nouri al-Maliki. Dans le même temps, Washington et Téhéran ont déjà tenu à Bagdad, à l’initiative des États-Unis, trois rounds de négociations sur les problèmes de la sécurité en Irak. Ces consultations, qui se sont déroulées avec la participation de représentants irakiens, ont abouti à une entente sur la création d’un comité tripartite de sécurité (Ria Novosti).

Les dirigeants chiites, sunnites et kurdes d’Irak sont parvenus à s’entendre, dimanche, en vue de relancer le processus de réconciliation nationale. Autre gifle aux observateurs pessimistes de Washington qui donnait al-Maliki perdant sur tout. Ce dernier effort pour sortir le pays de la crise politique survient après d’intenses pressions des autorités américaines et deux semaines avant la présentation devant le Congrès des États-Unis d’un rapport sur l’Irak par l’ambassadeur américain à Bagdad, Ryan Crocker, et le chef des forces de la coalition sur place, le général David Petraeus. La « loi de réconciliation  » sur laquelle sont parvenus à s’entendre le Premier Ministre chiite Nouri al-Maliki, le président kurde Talabani, le vice-président sunnite Tarek al-Hachémi, le vice-président chiite Adel Abdel Mehdi et le président de la région autonome du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, doit être approuvée par le Parlement.

Nir Rosen est journaliste indépendant, auteur de In the Belly of the Green Bird : The Triumph of the Martyrs in Iraq. Le New York Times a récemment publié dans son édition dominicale l’enquête qu’il a effectuée sur le sort les réfugiés irakiens. Il tient des propos très durs sur le gouvernement irakien, dans une entrevue reprise en ligne par le site ContreInfo :

« Avant tout, le gouvernement n’a plus d’importance réelle. Il n’a pas de pouvoir. Et peu importe celui qui s’y trouve, il n’aura aucun pouvoir. Bagdad n’a plus aucune importance en dehors de la ville elle-même. Bagdad était la ville la plus importante d’Irak, et celui qui contrôlait Bagdad contrôlait l’Irak. Aujourd’hui, vous avez une collection de cité-États : Mossoul, Bassora, Bagdad, Kirkourk, Irbil, Suleymanye. Chacune est virtuellement indépendante, et elles ont leurs propres seigneurs de la guerre, leurs propres milices. Ce qui se déroule à Bagdad n’a plus d’importance. C’est le premier point. »

« Deuxièmement, qui pourrait-il installer à la place au gouvernement ? Qui croit-il qu’il va installer  ? Allawi ou un autre candidat laïc ? Il y a eu des élections démocratiques, et la majorité des Irakiens ont choisi le parti religieux Dawa, le Conseil suprême de la révolution islamique, et le mouvement de Sadr. Voila les mouvements qui sont populaires parmi la majorité des chiites, qui eux-mêmes sont une majorité en Irak. Donc, qui vous installez, cela n’a aucune importance. Les gens de la Zone verte n’ont jamais eu aucun pouvoir. Les Américains, que ce soit le gouvernement ou les journalistes sont focalisés sur la Zone verte depuis le début de la guerre, mais cela n’a jamais vraiment compté. Ce qui importe, c’est ceux qui ont le pouvoir dans la rue, les différentes milices, qui, selon le lieu où vous vous trouvez, sont sunnites, chiites, tribales, religieuses ou criminelles. Il s’agit là de la même mécompréhension de la politique en Irak. Le gouvernement n’agit pas, ne fournit aucun service public, que ce soit la sécurité, l’électricité, la santé ou autre. Différentes milices contrôlent les différents ministères et en font leurs fiefs. Des ministères attaquent d’autres ministères... »

La semaine dernière, un commandant américain en Irak a accusé les Gardiens de la révolution, le corps d’élite du régime iranien, d’entraîner des extrémistes chiites en Irak à attaquer les forces américaines et irakiennes. Washington accuse l’Iran d’avoir une attitude de double jeu à l’égard des États-Unis, évoquant les récentes discussions entre de hauts responsables iraniens et l’ambassadeur américain à Bagdad Ryan Crocker. « Les Iraniens disent publiquement chaque fois qu’ils rencontrent l’ambassadeur Crocker qu’ils veulent jouer un rôle constructif en Irak. Pourtant, selon nos commandants sur le terrain, nous constatons des flux croissants de projectiles explosifs très meurtriers. Cela ne joue pas un rôle très constructif en Irak. »

Le Los Angeles Times rapporte que le chef d’état-major interarmées américain devrait proposer au président George W. Bush de réduire le nombre de soldats américains en Irak l’année prochaine. L’idée derrière cette proposition est d’expliquer au président Bush que laisser plus de 100000 soldats en Irak en 2008 sur les 162000 actuellement sur place, mettrait l’armée sous tension. Téhéran doit très certainement lire et analyser les moindres dépêches en provenance de Washington.

Le Premier Ministre irakien, ali-Maliki, est placé entre le marteau et l’enclume. Il a besoin des Iraniens pour conclure des affaires lucratives et il ne peut envoyer paître les Américains qui occupent tout l’espace avec 160000 hommes en Irak, sans compter les mercenaires et autres à la solde de l’hyperpuissance. Deux théories s’affrontent et pourraient se résumer en ces termes : « Les occupants déclarent que s’ils se retirent maintenant, l’Irak sera détruit. Mais bien au contraire, si les occupants partent, tous les responsables irakiens feront tout leur possible pour résoudre les problèmes du peuple (irakien).  » Les États-Unis sont-ils devenus, au fil des années, le principal obstacle au recouvrement d’une sécurité durable en Irak ou, au contraire, leur présence suffit-elle à éviter davantage un désastre appréhendé ?

La faiblesse d’al-Maliki indispose d’autant les Américains qu’elle compromet le plan de remodelage régional qu’entend implanter Washington au Proche-Orient. Ses allées et venues entre Téhéran et Damas n’arrangent pas du tout les choses. Les mollahs comptent sur l’isolement de Washington dans la région en impliquant de plus en plus les Russes et les Chinois dans la région. Forte de sa puissance énergétique, Moscou n’hésite plus à se mettre en travers des projets américains.

Le sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai était la réponse souhaitée par Moscou à l’extension de l’Organisation du traité de l’Atlantique-Nord (OTAN) aux pays Baltes et à plusieurs États de l’Est européen. Pendant la réunion du « Groupe de Shanghai » à Bichkek, composé de la Chine, de la Russie, du Kazakhstan, du Kirghizistan, de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan, avec l’Inde, l’Iran, la Mongolie et le Pakistan comme observateurs, a profité de l’occasion pour promouvoir la candidature de l’Iran. Après l’Iran, faire adhérer l’Inde, le Pakistan et la Mongolie contribuerait à donner du corps à l’Organisation de coopération de Shanghai. Les présidents afghan Hamid Karzaï et turkmène Gourbangouly Berdymoukhamedov, ainsi que le secrétaire général adjoint de l’ONU, Lynn Pascoe, étaient également invités au sommet. L’offre de Moscou de joindre l’Iran dans les rangs de l’Organisation de coopération de Shanghai n’est pas gratuite : un tel rapprochement constituerait pour Téhéran « une bouée de sauvetage puisque, par ce biais, la capitale iranienne pourrait tisser des liens avec l’Asie, notamment la Chine, et être plus forte dans son bras de fer avec les États-Unis ».

Notons que dans le seul secteur aéronautique, Tupolev a l’ambition de vendre pour plus de 250 milliards d’appareils d’ici à 2025 afin de se hisser au niveau des géants du secteur que sont Boeing et Airbus. Tupolev vient de faire savoir qu’un accord avec l’Iran pour la fourniture et la production commune d’avions de ligne Tu-214 et Tu-334, était en bonne voie. Ce contrat est estimé à plusieurs centaines de millions de dollars.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le répète à qui veut l’entendre : « La Russie ne voit pas la menace émanant de l’Iran par laquelle les Américains expliquent la nécessité de déployer des éléments de leur défense antimissile (ABM) en Europe. » « Analysant non seulement la déclaration des dirigeants de l’Iran, mais aussi les informations assez précises dont nous disposons, nous ne voyons aucune menace de ce type avant très longtemps, même si l’Iran avait l’intention de détenir les missiles pour se protéger desquels on essaie de créer une troisième zone de défense antimissile », a soutenu le ministre russe.

Dans sa volonté de revoir le programme énergétique russe, Vladimir Poutine a procédé à la création du groupe Atomenergoprom. Le nouveau groupe verra le jour en janvier 2008. Il pourra exporter, selon Moscou, la technologie russe à l’étranger, vers des pays comme l’Iran, l’Inde, le Pakistan et la Chine. Atomenergoprom pourra également vendre des réacteurs à tous ceux qui respectent le traité de Non-Prolifération (TNP). La Russie en construit déjà deux en Chine, deux en Bulgarie, un en Iran et deux en Inde qui sont non signataires du TNP.

Le président chinois Hu Jintao, qui s’est par la suite entretenu avec son homologue russe, Vladimir Poutine, a profité de l’occasion pour inviter son homologue à accélérer les négociations, entre les deux pays, sur la construction de l’oléoduc et pour augmenter les investissements mutuels. Hu Jintao essaie donc de convaincre Vladimir Poutine de lui ouvrir plus généreusement ses immenses réserves de pétrole et de gaz. M. Hu a aussi rencontré les présidents du Tadjikistan, de l’Ouzbekistan, de la Mongolie, de l’Iran et de l’Afghanistan.

L’Inde est fortement tentée par le projet de gazoduc Iran-Pakistan-Inde (IPI), proposé par Téhéran. Mais Washington veille à ses intérêts. L’Iran-Libya Sanctions Act (ILSA) - au moyen duquel Washington punit toute entreprise qui investirait dans le pétrole ou le gaz de ces pays - restreint l’Inde de développer ce nouvel axe Iran-Lybie.

En conclusion, force est de comprendre que, à l’instar de Damas, Téhéran souhaite un retrait des forces américaines de l’Irak pour la sécurité et la stabilité de ce pays déchiré par la guerre. Téhéran n’est pas sans comprendre que jouer un rôle positif, pour retrouver la paix dans la région, dépend en grande partie de la stabilité en Irak et dans des zones aux alentours. Mahmoud Ahmadinejad et Nouri al-Maliki sont convenus tous deux que l’avenir de la région dépendait de la victoire des Irakiens. Une telle option est insupportable et rejetée d’emblée par les Américains. Le désaccord de George W. Bush qui en a fait part à al-Maliki est négligemment considéré par les acteurs régionaux - Iran, Irak et Syrie - comme en font foi les déclarations d’Ali Khamenei qui a réaffirmé au Premier Ministre Maliki que la présence des forces américaines est le plus grand obstacle pour la restauration de la sécurité en Irak.

Ceci termine cette longue, très longue analyse, qui se veut une revue des principaux événements qui ont marqué le Proche-Orient, au cours des derniers mois. Merci au lecteur de son assiduité, de sa patience et de sa compréhension. Merci à Agoravox.


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 29 août 2007 10:19

    Passionante troisième partie , cher Pierre

    si l’Iran a engrangé 51 milliards de revenus pétroliers sur un an , Debeulyou s’apprête à demander une rallonge budgétaire de 50 milliards $ s’ajoutant aux 460 milliards $provisionnés pour 2008 , les moyens ne sont pas les mêmes , mais ça sera de toute façon de l’argent jeté par les fenêtres , les troupes d’occupation US ne s’aventurant guère au delà de leurs bunkers pour limiter les pertes dans ce pays livré à la plus totale anarchie .Avec le recul , combien d’irakien regrettent Saddam aujourd’hui ? Le gouvernement fantoche se contente de se remplir les poches dans une corruption effrenée, mais ne contrôle absolument plus rien en Irak , en quoi est il encore un interlocuteur valable ? pas plus à mes yeux que la clique du pdt abbas s’opposant à la majorité électorale représentée démocratiquement par le Hamas en palestine .


    • IP115 29 août 2007 10:53

      Excellent article Pierre,

      « En conclusion, force est de comprendre que, à l’instar de Damas, Téhéran souhaite un retrait des forces américaines de l’Irak pour la sécurité et la stabilité de ce pays déchiré par la guerre. Téhéran n’est pas sans comprendre que jouer un rôle positif, pour retrouver la paix dans la région, dépend en grande partie de la stabilité en Irak et dans des zones aux alentours. »

      C’est clair que l’Iran attend avec impatience le départ des américains. L’Iran et la Syrie ont tout fait pour alimenter (dans tous les sens du terme) la guerre civile qui ne manquera pas d’éclater dès les américains partis. Il faut s’attendre à ce qu’ ali-Maliki appelle très vite son nouvel ami l’Iran à la rescousse, l’Iran aura alors son « Liban » ...


      • Philippe Vassé Philippe Vassé 29 août 2007 11:47

        A Pierre,

        Dût votre modestie en rougir- ceci est écrit avec humour-, je vous félicite pour ce troisième volet qui apporte des éléments internationaux de compréhension qui manquent cruellement, parfois, pour que les citoyens puissent avoir une vision claire des enjeux et des problématiques existantes.

        Vous avez mis en relief avec talent les jeux politiques et le retour de ce qu’on peut nommer, quoi que je n’aime pas trop le terme, le « multilatéralisme ».

        A lire les récents propos du Président français, qui semble enfin découvrir que le monde selon Bush est une chimère inexistante -hors de l’esprit de ce dernier-, je constate que les changements que la vie politique internationale connaît depuis quelques mois commencent à rentrer jusque dans les têtes des cellules de réflexion de l’Elysée.

        Peut-être ces fins analystes lisent-ils vos articles afin de se former au monde qui change si vite et d’en anticiper les évolutions...

        Vous apportez ici, Pierre, des informations étayées et une analyse pénétrante de la situation qui vont certainement vous valoir quelques incompréhensions inamicales chez les dogmatiques bornés qui sont encore persuadés que Bush est le seul maître du monde, après dieu éventuellement pour les plus croyants d’entre eux.

        Mais, sachez que vous lire est à la fois agréable et enrichissant.

        Bon courage pour vos prochains articles et le fil.

        Bien amicalement à vous,


      • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 30 août 2007 08:56

        @ Philippe

        Toujours trop tardivement, je viens une fois de plus vous remercier de vos bons mots. Amicalement.

        Pierre R.


      • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 29 août 2007 12:13

        @ Tous

        Merci de ces bons commentaires. Il faudra maintenant attendre la suite. Septembre sera tout aussi important pour Georges W. Bush (dépôt d’un rapport sur l’Irak par l’ambassadeur américain à Bagdad, Ryan Crocker, et le chef des forces de la coalition sur place, le général David Petraeus.) et pour al-Maliki (réunion du parlement irakien pour voter la « loi de réconciliation »).

        A suivre.

        Pierre R.


        • Le Panda Le Panda 29 août 2007 12:28

          Pierre bonjour,

          je reviendrais plus à fond dans la journée, sur ce troisiéme et dernier volet pour toi, pas pour tous. Je suis surpris de ta non réponse à mon intervention sur ta réaction(billet d’hier) d’hier à 23h15 GMT à clermon-ferrand. Je l’avais déjà parcouru sur ton site ce matin à 0h20. Tu restes égal à toi-même, mon analyse diverge juste un tant soit peu, non sur le fond mais la forme.

          Nous en reparlons d’accord ?

          Je pense que tu dois être débordé, merci d’en prendre connaissance, afin que le débat soit plein et entier dans la mesure evidemment où tu le souhaites.

          Bien à toi amicalement,

          Le Panda

          Patrick Juan.


          • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 29 août 2007 12:58

            Patrick

            Parfois, je dois avouer que j’aime bien lire les commentaires sans réagir à tout coup. Je veux éviter d’être... envahissant. Lire pour apprendre, quoi. Et non lire pour réagir ! smiley Il est encore tôt ici, à Montréal. Vous devez être indulgent avec un décalage horaire qui parfois complique les communications. Amicalement.

            Pierre R.


          • wangpi wangpi 29 août 2007 13:17

            Bravo pour cet article complet et documenté dont la qualité devrait inspirer nos journalistes locaux.

            l’élément le plus intéressant, à mon avis, qui ressort de votre enquête, est qu’effectivement se dessine une nouvelle carte du monde où les puissants ne sont pas forcément ceux qu’on croit. et que les fiefs qui se créent en irak (et ailleurs, afghanistan, soudan...), sous la coupe de seigneurs de la guerre et autres chefs de clans, échappent de plus en plus au « contrôle » des « grandes puissances ».

            et si, au fond, cette « balkanisation » du monde, pouvait être « souhaitée » par les états-unis (on « négocie » plus facilement avec une petite entité), elle se révèle in fine contre-productive pour eux en termes économiques...et profite bien plus à la chine et à la russie.

            l’axe paris-moscou-pekin devrait apparaître comme le seul salut politique et économique par nos dirigeants... s’il disposaient encore de la moindre capacité stratégique.


            • Avatar 29 août 2007 17:32

              Merci Pierre pour cette étude complète et très instructive.

              Beaucoup de travail et de sérieux au niveau de vos références.

              Bonne continuation.


            • moebius 29 août 2007 18:51

              merci a vous pour cette article complet. Quand à un axe Europe Asie, pardon Paris Moscou Pékin on peu sérieusement douter de la marge de manoeuvre d’une statégie Il semble que les enjeux avec l’implantation par le complexe militaro industriel de l’empire du bouclier anti missiles dépassent nos stict enjeux territoriaux pour se déplacer vers le controle de la totalité de l’espace. Dans une telle situation que peseront au sol la presence des armées, quel sera le devenir du bunker irakien ? quel rapport entretiendra ce fort Alamo avec l’implantation des bases anti missile en Europe. Seront nous encore capable en France d’adopter la pause Gaullienne sans verser définitivement dans le grotesque


              • moebius 29 août 2007 18:53

                mais quant est t’il de cette implantation au Canada...


              • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 29 août 2007 20:06

                @ Moebius

                Lorsque, en 2005, le premier ministre du Canada, de l’époque, Paul Martin, a annoncé son refus d’appuyer le bouclier antimissile américain, un sondage Decima montrait que 63 pour cent des Québécois appuyaient cette décision alors que 17 pour cent la réprouvaient. Au Canada, 55 pour cent approuvaient le rejet alors que 29 pour cent disaient l’inverse. En 2005, au moment où le débat avait cours au Canada sur la participation ou non au bouclier antimissile américain, Le Devoir notait, dans son édition du 18 mai 2005 que les Québécois étaient devenus non seulement plus critiques que les autres Canadiens à l’endroit des politiques intérieures et extérieures des États-Unis mais aussi les moins sympathiques à l’endroit du peuple américain.

                En juillet 2006, Stephen Harper a été reçu par le président américain à la Maison-Blanche. Interrogé par un journaliste sur une éventuelle participation canadienne au projet de bouclier antimissile américain, le président Bush a soutenu qu’il n’avait pas cherché à soulever la question. Il a dit comprendre qu’il s’agissait d’un sujet délicat pour l’opinion publique canadienne.

                En 2007, une majorité de Polonais ont montré qu’ils ne veulent pas non plus accueillir sur leur sol une base américaine. Selon les derniers sondages, la construction d’une base de missiles intercepteurs est désapprouvée par plus de la moitié de la population polonaise (56 pour cent).

                Pour le ministre autrichien de la Défense Norbert Darabos, dans une interview au journal « Die Presse », « la voie suivie par les Etats-Unis n’est pas la bonne. Cela n’a pas de sens d’installer un système antimissile en Europe, car cela ne fait que raviver de vieux débats inutiles sur la guerre froide ».

                Sur la question de la mission en Afghanistan, un récent grand sondage réalisé par la firme Angus Reid (publié dans le quotidien La Presse), montre que 60 pour cent des Allemands, des Italiens, des Français et des Britanniques estimeraient qu’elle a échoué. Seulement entre 12 pour cent et 18 pour cent de ces Européens concluent à un succès en Afghanistan. Les Canadiens seraient un peu plus optimistes. Près de la moitié juge que la mission a échoué dans son combat contre les groupes talibans. Moins d’une personne sur cinq croit qu’elle a été couronnée de succès. Ce sondage confirme le déclin de l’appui à la mission afghane en Europe et au Canada. Le sondage Angus Reid a été réalisé à la mi-août au Canada et à la fin juillet en Europe auprès d’un millier de répondants dans chacun des pays qui déploient les plus importants contingents militaires en sol afghan après les États-Unis.

                Pierre R.


                • moebius 29 août 2007 22:53

                  Merci Pierre pour avoir pris la peine de me répondre. Bonne continuation


                  • wangpi wangpi 30 août 2007 10:23

                    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=28416

                    un article qui devrait faire la fierté d’agoravox, et dont les commentaires sont tous élogieux, et qui a plus de 90% d’opinions positives... et qui traite d’un sujet brûlant...

                    bizarement, cet article dérange. écrit hier, présenté comme il se doit en première page, et relégué le lendemain dans le dossier "international’...

                    par contre, le torchon de demian ouest est remonté d’un cran sur cette même première page...

                    agoravox, ça pue définitivement.

                    je ne vous salue pas.


                    • tjouffli tjouffli 30 août 2007 10:51

                      Merci pour cet article extrêmement enrichissant. En espérant vous relire très bientôt.

                      Cordialement


                      • Parpaillot Parpaillot 30 août 2007 22:48

                        @Auteur :

                        Bravo pour cet excellent article très bien rédigé et documenté.

                        Au plaisir de vous relire bientôt !

                        Cordialement !


                        • jay 31 août 2007 17:27

                          Merci Pierre pour cette analyse en trois volets ; une des meilleures que j’ai pu lire, (je ne suis apparemment pas la seule à le penser), surtout sur un sujet qui déclenche souvent passions et polémiques.

                          deux choses me sautent aux yeux à la fin de ce troisième fil :

                          -la théorie du remodelage du moyen orient, de la balkanisation pour reprendre le terme de Wangpi, semble être de plus en plus admise, alors que l’hiver dernier elle ne trouvait encore que peu d’échos...

                          - la relation US/Iran ne peut rester en l’état, tout du moins pour les américains, au vue de la situation actuelle ; deux options : une tentative de dépeçage de l’iran, ce qui pose des problèmes militaires,(pas insurmontables mais réels), au niveau de l’action, une incertitude quand au résultat car l’Iran est un pays stable, beaucoup moins divisés ethniquement et religieusement que l’Irak, et un risque considérable dans les conséquences qui pourrait mettre définitivement à mal l’influence et les intérêts américains dans la région. deuxième option, profiter du changement d’administration pour redéfinir cette relation sur des bases plus normalisés (même si un républicain remporte l’élection, il y a eu suffisamment de républicains qui se sont démarqués de la politique de Bush pour que cela reste possible). mon « pari » est que la relation se normalisera. Mais j’avoue qu’il s’agit plus d’une intuition que d’une pensée sérieusement fondée.

                          Je serais heureuse de connaître votre opinion, si vous avez un peu de temps et si ma prose infiniment moins fluide que la votre ne vous a pas trop rebutée.

                          J’attends avec impatience de vous relire, sur ce sujet comme sur d’autres. Bien à vous, jay


                          • brieli67 7 septembre 2007 11:01

                            @ l’auteur

                            Comment intégrez-vous dans votre scénario et votre brillante analyse le sort récent de la Grèce ? Bombinettes sur l’Ambassade des Usa en début de l’Année. Cris d’orfraie et haros sur cette soit-disant extrême-Gauche filles et fils de bourgeois nantis -sic- toute une propagande simpliste et passéiste... Signé Furaw et CIA

                            Puis en cette canicule et embrasement des garrigues et des landes -à noter aucune aide spontanée de l’Europe ou d’un de ces Etats - ce Gouvernement grec de pacotille résultant de JO mal métabolisés surprend par la déclaration inopinée d’élections législatives anticipées... C’est un champ de batailles qui se prépare. Nul doute.

                            La Turquie cette fois si peu sollicitée aura les mains libres pourra règler les problèmes kurde voire arménien.

                            La France aux manettes de l’Europe le premier semestre de l’année prochaine lors des élections américaines. La tentation sera très grande pour notre nation belliqueuse de ne pas imposer une militarisation de l’Europe et de se comporter en généralissime. Et ce d’autant plus que Schaüble et la Merckel se sont appliqués à dessiner et définir les frontières de l’Europe.

                            Il transparait même que cette Union Méditerranéenne ne s’avère être qu’un alibi chapeau de plomb pour contenir les états et les états d’âme de l’Autre Continent.

                            Ca pue la poudre et non l’odeur de Sainteté. Y aurait il eu des Accords de « Yalta » - un partage du Monde - sans que nous en soyons informés ? Dans la hâte et non sans risques avec comme unique objectif maintenir coûte que coûte les Républicains au pouvoir.

                            Et par ricochets sceller ce sinistre Traité-Pacte ; cette constitution ultralibérale rejetée par la Hollande et le peuple français.

                            Bref les militaires sont catapultés sur le devant de la scène. Quels garde-fous nous restent-ils ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès