Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Bal tragique en 2008 : un mort, le Dieu marché ; un blessé grave, la (...)

Bal tragique en 2008 : un mort, le Dieu marché ; un blessé grave, la démocratie

Les événements de 2008 peuvent très bien s’inscrire dans un cours naturel des choses. Mais les choses ne sont jamais anodines et bien peu s’inquiétaient en 1938. Et puis, où en sommes-nous de ces choses du monde ? Bien évidemment, l’Histoire ne va pas se reproduire. Elle sera inédite. Paraît-il hasardeux de penser qu’un éclairage de l’opinion publique puisse infléchir cette Histoire dont les contours, les styles et les valeurs se sont dessinés avec un peu plus de netteté cette année 2008, riche en événements et signaux ? Laissons cette question, après tout, réfléchir, c’est mieux que rien !

Ce fameux libéralisme, tant vénéré depuis 1991, quand l’empire de l’économie planifiée s’effondra, tant sûr de lui, fort de ses audaces, se trouve mal en point en cette année 2008. Se conjuguent la crise des subprimes, et plus généralement la crise de l’endettement des ménages, additionnée à la dette de l’Etat, avec pour corser le tout l’augmentation du pétrole, phénomène déterminant aux States car l’essence étant peu taxée, les répercussions n’en sont que plus douloureuses, conduisant les industriels de l’automobile vers une chute et quelques autres phénomènes liés au domino de la récession. L’essentiel, c’est tout de même ce plan Paulson qui, en sauvant les institutions financières de la débâcle, envoie un signal fort aux partisans du libéralisme. Est-ce que la leçon sera analysée et entendue ? Pourtant, avec ce qui vient d’arriver, la position dite ultralibérale devient indéfendable, injustifiable. L’économie qui veut s’affranchir de la tutelle de l’Etat, eh bien elle ne fait que des bêtises et, après, elle pleure et en appelle aux autorités suprêmes centrales et aux acteurs de l’Etat.

Ces événements marquent donc la fin d’une croyance dans les capacités du marché à s’autoréguler. Bref, du pain béni comme on dit, pour les socio-démocrates adeptes de la régulation du marché. Cela dit, le marché continue de fonctionner et bien mal inspirés seraient ceux qui voudraient en revenir à l’économie d’Etat dont on a vu ce qu’elle a donné en Union soviétique. La mort du libéralisme est avant tout d’ordre symbolique. Ce n’est pas un 11-Septembre de la finance, mais plutôt un tremblement de Lisbonne. Rappelons cet épisode de l’Histoire, cette grande ville du Portugal détruite en 1755 par un séisme et Voltaire qui en fit ses choux gras pour liquider la croyance en un Dieu bienveillant participant à l’histoire des hommes. Adorno ironisa en affirmant que ce séisme permit à Voltaire d’être guéri de la théodicée de Leibniz. Revenons à notre économie qui, elle aussi, possède une sorte de théodicée avec un Dieu, le marché, et quelques penseurs, Walras le premier, adulé par Schumpeter et critiqué par Keynes. Mais ne soyons pas naïf, business is business et la croyance dans le Dieu marché ne va pas cesser, tout comme il en existe encore pour croire aux théodicées et à l’intervention de Dieu auprès des GI dans les guerres menées en Orient.

L’économie ne va jamais sans le politique. Le XXe siècle a vu s’affronter des systèmes, des empires, des idéologies. La démocratie a triomphé, ainsi pensait Fukuyama en 1991. La plupart des penseurs associent deux ressorts qui ne vont pas l’un sans l’autre. Démocratie et libéralisme. Beaucoup ont cru à l’avènement de la démocratie sur la planète, surtout après 1991. Mais en 2008, la pilule est amère. Observons d’abord la Chine et ses somptueux Jeux de Pékin, signe de son puissant développement, ayant permis de sortir des centaines de millions de Chinois de la pauvreté. La démocratie y est inexistante. La Russie, pays à forte croissance, est dans sa constitution une démocratie, mais, dans les faits, un régime assez surveillé.

La démocratie est avant tout un choix de la raison et non pas un impératif universel ou divin. Nous autres, Occidentaux, apprécions beaucoup la démocratie quand elle offre un bon niveau de vie et un libre choix pour vivre sa vie ; la liberté, c’est aussi une valeur appréciable, mais dont l’usage suppose une bonne information et dont le fonctionnement impose parfois du courage, ne serait-ce que pour combattre les tyrannies contemporaines et autres corruptions. Deux constats sur la démocratie. D’abord, elle n’est pas jugée comme une priorité dans bien des pays et l’imposer par la force ne fait que renforcer le camp anti-démocratique. Telle est la leçon à retenir des événements en Afghanistan. Par ailleurs, le semblant de démocratie apporté par les révolutions de couleur en Ukraine et en Géorgie s’avère une supercherie. L’opinion publique découvre que Saakachvili est un autocrate corrompu comme peut l’être son complice Iouchtchenko en Ukraine. Les Etats-Unis et les propagandistes ont abusé l’opinion publique européenne. Plus généralement, nombre de démocraties sont en crise à cause de manœuvres politiciennes et de corruption. Belgique, Afrique du Sud, Israël… avec des chefs de gouvernement démissionnaires ou alors contestés. Au Pakistan, la transition a eu lieu et l’évolution de ce pays est plus qu’inquiétante. En Italie, l’armée est utilisée pour des opérations de police. En Thaïlande, la situation témoigne d’une crise aiguë de la démocratie. L’APD, formation d’opposition, occupe le siège du gouvernement. Et les intellectuels sont en plein doute, questionnant les causes de cette crise. Est-ce le système thaïlandais qui est vicié, ou bien la démocratie élective dans un point mort ? (CI du 11/08/08). Là-bas, les intellectuels doutent de la démocratie, chez nous en Europe aussi, dans un contexte politique différent, mais avec de vrais intellectuels, comme Eco ou Rosanvallon. Ainsi va le monde, pas très bien, ni très mal.

La valse des puissants s’affiche au présent. Bref, 2009 sera une année à suivre de près, année de bien des dangers. Nous ne savons pas si les Républicains vont être reconduits dans leur mandat à la Maison-Blanche. Si c’est le cas, il faudra être inquiets et surveiller ce pays si soucieux de répandre la démocratie, mais qui envoie les gens non solvables dans la rue, emprisonne 1 % de sa population, fait usage de méthodes assez rudes avec une police pas forcément plus tendre que les flics de chez Poutine ou, en d’autres temps, ceux de Pinochet.


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

87 réactions à cet article    


  • Christoff_M Christoff_M 23 septembre 2008 10:51

     Qui séme la discorde récolte à la longue ce qu’il mérite...

    Des types se croyaient à l’abri dans leur système et leur vision figée du monde, ce système commence à basculer !!


    • polmeuris 23 septembre 2008 10:59

      Tous les jours, Dugué écrit un article pour prédire une catastrophe. Et il en arrive forcément. C’est ainsi qu’il se persuade qu’il en serait le prophète quand il n’est que l’oiseau noir qui rapplique près des charniers. Il devrait prédire des catastrophes aériennes parce qu’elles sont plus spectaculaires, et qu’il y en a plus. Mais on sent bien qu’il veut être une sorte de prophète grandiose. Il se trompe de journal. Mais on ne veut de lui nulle part ailleurs.

      Les imbéciles sont ceux qui trouvent un intérêt dans la lecture de son journal personnel, ses articles quoi.


      • Yvance77 23 septembre 2008 11:17

        D’un raté je cite :"Les imbéciles sont ceux qui trouvent un intérêt dans la lecture de son journal personnel, ses articles quoi."

        Il y a souvent bin plus imbécile encore, ceux qui frénétiquement attendent le moment venu, pour poster leurs biles fièvreuses ... unique moment ou ces couards ont l’impression d’exister.

        Dans la lâcheté, on ne produit que deux choses : des collabos et des crétins.

        A peluche


      • polmeuris 23 septembre 2008 11:24

        Merci à Yvance, qui nous fait part de la phénoménologie de sa pulsionnelle nécessité de répondre.

        On n’imaginait pas à quel point il avait conscience de son indigence, et avec des mots assez réalistes et brutaux envers lui-même.


      • polmeuris 23 septembre 2008 11:27

        On n’attend plus que Dugué et ses menaces de mort contre ses contradicteurs. Faut bien ça pour sauvegarder le pré carré des nostradamus de pacotille de la secte.


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 septembre 2008 11:28

        Quand il travaille son écriture, Polmeuris, alias Demian West, attaque frontalement le lecteur par une déstructuration raisonnée du langage habituel. Ce dérèglement expose une image un peu cubiste des choses ; les faits et les analyses et les sentiments, simultanément, sont livrés en phrases informelles qui laissent çà et là les constructions en apnée. Le vocabulaire est garni de néologismes et chargé de sens multiples : face à l’initiateur du Pacte écologique, Laurence Ferrari est comparée à un « jour de fête pour monsieur Hulot », métaphore doublée de l’image attendrissante et fantaisiste du personnage cinématographique parent de l’interviewé.


      • polmeuris 23 septembre 2008 11:35

        Mais qu’est-ce que tu racontes ? Si j’étais Damian West, Revelli m’aurait déjà interdit et fermé mon compte. Tu délires et tu fais une fixette sur un gars qui te cause problème. Qu’est-ce que tu veux que ça me foute et au lecteur ?

        Je critique tes conneries et tu ne sais pas comment me répondre, alors tu menaces de mort ou tu régresses vers ta fixette. C’est pas tout d’écrire tes articles délirants, il faut les défendre quand on dénonce les conneries que tu écris.

        Tu annonces tellement la fin de la démocratie que tu l’espères. C’est trop clair.


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 septembre 2008 11:41

          Allez, quelques efforts, Démian, travaille le style, fais nous du cubisme sémantique et de l’expressionnisme néo-conceptuel, tes commentaires sont insipides, fades.

          En passant, m’accuser d’avoir proféré des menaces de mort, sais-tu que c’est de la diffamation et là, ton compte risque bien d’être fermé, pour une raison légale. Tu n’es pas drôle et je m’en vais cesser de te nourrir, monsieur Troll Meuris, car je ne suis pas Morice


        • polmeuris 23 septembre 2008 11:49

          Le commentaire dans lequel vous avez menacé de mort a été effacé. Il était trop explicite.

          Faudra rectifier vos philosophies de ce qui est légal.


        • dom y loulou dom 23 septembre 2008 14:27

          et les remplisseurs insipides...


        • Gandalf Tzecoatl 23 septembre 2008 11:38

          Après la mise à mort de la lobotomie communiste, 2008 me semble la mise à mort de la lobotomie libérale.

          En idéologie comme dans le règne animal, le leadership, assis sur son pouvoir, ne remarque pas l’innovation à laquelle procède les soumis afin de prendre sa place.

          Il est cependant évident que le libéralisme et son parangon capitaliste ont bel et bien compris la nécessité de générer des loosers en son sein aux futures dents longues ou de les chercher ailleurs (chez les déshérités chinois, indiens, etc)afin de se régénérer, il n’empêche que cela n’est pas très discret, et n’honore pas cette idéologie.



          • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 23 septembre 2008 16:50

            Que vous ne soyez pas d’accord avec Friedman, libre à vous. Mais pourquoi cette grossiereté ?

            D’autre part, il semble que votre critique vienne de votre ignorance. La crise actuelle a les mêmes causes que la crise de 29, et la raison est celle qu’a expliqué
            Friedman qui lui a valu justement son prix Nobel :

            L’intervension abusive de l’Etat. En fabriquant trop de monnaie, la FED a émis un signal auprès des opérateurs privés, signifiant, endettez-vous, il n’y a aucun risque, nous créerons de la monnaie en cas de besoin. Résultat, des taux ridiculement bas, aucun controle sur la solvabilité des emprunteurs. Quand la bulle a éclatée, l’effet boule de neige à été beaucoup plus puissant que prévu par la FED, et comme le dollar est déjà fortement déprécié (pour les mêmes raisons), la catastrophe s’est répandue dans le monde entier.

            Quant à la critique du libéralisme par cet exemple, elle à fait long feu :
            Ou se trouve les pénurie actuellement : dans les produits manufacturés ? Non ! Dans les services ? Non.
            Il s’agit là de marchés libres. Donc auto-controlé.

            En revanche le pétrole (l’OPEP), l’agro-alimentaire (la PAC) et la planche à billet (la FED) sont sous le controle des états. Résultat : une pénurie au dépend des plus fragiles et des plus pauvres. Et une nouvelle preuve de
            Friedman a toujours raison.



          • Traroth Traroth 23 septembre 2008 18:17

            Vous affirmez que la crise actuelle est due à l’intervention de l’Etat. C’est tout simplement n’importe quoi ! La crise actuelle est due aux prêts inconsidérés consentis par les banques, qui jusqu’à preuve du contraire, sont des organismes privés, puis à la titrisation de ces créances, titres qui ont ensuite été négociés à tort et à travers dans le monde entier. Je ne vois pas où vous voyez une intervention de l’Etat là-dedans.
            De plus, vous parlez de la Fed. Je vous signale qu’il s’agit d’un organisme privé, cogéré par les banques.


          • Traroth Traroth 23 septembre 2008 18:19

            A ce propos, rafraichissez-moi la mémoire. Quel économiste préconise de faire gérer les banques centrales par des mains privées, déjà ? Un indice : on parle de lui dans le présent fil.
            L’éechec de cette politique est patent.


          • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 23 septembre 2008 18:27

            Il semble que vous fassiez une confusion, la FED n’est pas un organisme privé :
            Voyez plutot là

            fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_f%C3%A9d%C3%A9rale_des_%C3%89tats-Unis


          • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 23 septembre 2008 18:39

            [La crise actuelle est due aux prêts inconsidérés consentis par les banques, qui jusqu’à preuve du contraire, sont des organismes privés, puis à la titrisation de ces créances, titres qui ont ensuite été négociés à tort et à travers dans le monde entier. Je ne vois pas où vous voyez une intervention de l’Etat là-dedans.]

            Vous ne m’avez pas lu attentivement. C’est une banque centrale, la FED, en l’occurence, qui dé-responsabilise totalement le marché en faisant tourner la planche à billet dès qu’il y a un problème.

            Actuellement, certains financiers, protégé par l’état, engrange les bénéfices, et les citoyens payent les pertes.

            Un système libéral est d’abord fondé sur la "Responsabilité". Quand l’état se mèle de tout, il déresponsabilise. C’est exactement le reproche que faisait Friedman, repris récemment par l’économiste Jacques Garello :
            "[...]

            Un système financier ne peut fonctionner qu’avec des acteurs responsables. Banques, intermédiaires financiers, compagnies d’assurance, fonds de pension doivent assumer les conséquences de leur gestion. Malheureusement, cette obligation est noyée dans un contexte d’argent bon marché (easy money). En effet, les gestionnaires du crédit savent pouvoir compter sur le soutien de la banque centrale qui leur permettra de se procurer à bon compte les liquidités qui leur manquent parce qu’ils se sont mis en mauvaise posture.

            La banque centrale a le pouvoir de fabriquer ex nihilo autant de liquidités qu’elle désire. Elle peut sans doute s’imposer une auto-limitation. On en connaît le principe sous le nom de règle de Friedman : l’inventeur du monétarisme avait établi qu’une économie en croissance a un besoin de liquidités monétaires lui aussi croissant, mais à un taux constant, de la sorte il est dommageable pour l’économie de fabriquer plus ou moins de monnaie qu’il est nécessaire, et la banque centrale doit donc rejeter les politiques monétaires « discrétionnaires », c’est-à-dire inspirées par les fluctuations conjoncturelles inéluctables : il faut savoir garder le cap et ne pas se fier à la moindre variation d’indice, ou au moindre mouvement boursier, il faut résister aux pressions des gouvernements désireux d’arranger leurs finances publiques.

            Or, cette discipline a été abandonnée depuis fort longtemps. Milton FRIEDMAN n’a cessé de fustiger Alan GREENSPAN, champion des manipulations de taux d’intérêt et destructeur  du dollar.[...]"



          • Traroth Traroth 23 septembre 2008 18:52

            Non, vous, boyez plutôt http://en.wikipedia.org/wiki/Federal_Reserve_System
            La Fed est un organisme dont l’existence est régie par une loi, certes. Mais son conseil est composé de banquiers privés exclusivement, et le gouvernement n’a pas de contrôle sur son action.


          • Traroth Traroth 23 septembre 2008 18:54

            Ah, donc, ce que vous critiquez, en fait, c’est le plan actuel. Vous voudriez que le gouvernement laisse s’écrouler tout le système, par pur dogmatisme libéral. Les premières victimes seront à nouveau les salariés de ces banques, les petits épargnants et les futurs et inévitables chômeurs. Mais quelle bonne idée... smiley


          • Traroth Traroth 23 septembre 2008 18:58

            La crise actuelle a été engendrée par des décisions prises à un moment où les banquiers ne pouvaient pas savoir que le gouvernement allait intervenir. Si vous affirmez qu’ils s’en doutaient, et que donc, il faut laisser la civilisation s’écrouler pour prouver que le libéralisme fonctionne, c’est la preuve éclatante que, justement, il ne fonctionne pas ! L’idée de base d’un système économique valable, c’est justement qu’il permet à la société de perdurer, et aux citoyens de vivre bien ! D’après vous, c’est quoi le but, sinon ? Un système économique qui a besoin de la fin du monde pour prouver sa validité est, par définition, mauvais.


          • Marc Bruxman 23 septembre 2008 20:48

            La crise actuelle a été engendrée par des décisions prises à un moment où les banquiers ne pouvaient pas savoir que le gouvernement allait intervenir.

            Le gouvernement était déja intervenu via la FED. Organisme tellement indépendent que son chef est nominé par le chef de l’état américain. Bernanke par exemple est la à la demande de Bush. (http://en.wikipedia.org/wiki/Chairman_of_the_Federal_Reserve). Et le problème est la. Un taux d’intérêt légal à 1% comme ce fut le cas sous M. Greenspan ce n’est pas sérieux. 

            Après cette politique c’est la régle. Et cette régle s’impose aux banques privées qui doivent à partir d’elle maximiser leurs profits. Et la, la FED les as plaçé dans un environnement toxique. Un environnement ou l’argent est quasi-gratuit et ou la machine à prêts va nécéssairement s’emballer parce que :

            • Tous les gens solvables commencent par demander des prêts vu que c’est une bonne affaire.
            • Le prix de l’immobillier monte vu que plein de gens ont un financement et que le nombre de ventes n’a pas augmenté tant que cela. 
            • La bulle est amorcée, les gens se disent que c’est le moment d’acheter parce que ca monte vite en ce moment.
            • Les banques doivent faire le maximum de prêts pour que leurs résultats financier soit beau et présentable sur le moment. Et ils vont alors chercher à innover (les subprimes). Et dans le même temps, le particulier innove aussi. (Il y a beaucoup de gens qui semble t’ils ont fait des feuilles de paie avec photoshop aux etats-unis). 
            Enfin les financiers savaient depuis longtemps ce qui allait arriver. J’ai entendu parler pour la premiére fois d’une crise liée à l’endettement en 2003 et on m’a même dit à cette époque que Fanny et Freddy n’y résisterait pas. Beaucoup savaient que lorsque l’immobillier allaient se retourner et baisser, tous les démons de l’enfer seraient libérés. Ce que Europe2020 / LEAP a rendu public, beaucoup de travailleurs de la finance le savaient. 

            Mais :
            • L’employé a son bonus de fin d’année à toucher. Ils ferme sa geule et ramasse le fric se disant que c’est le patron qui paiera. 
            • Le patron est lui même salarié des actionnaires, il fait de même que ses salariés. Il n’a de toute façon pas le choix, prendre une position "inverse" à la tendence du marché c’est suicidaire. 
            • L’actionnaire se dit que le désastre va de toute façon être tellement gros que quelque chose va se passer. Et ce quelque chose dans le monde actuel, c’est l’état qui va faire zorro. Et ils espéraient surement pouvoir faire pression pour y perdre le moins possible. 
            Si vous affirmez qu’ils s’en doutaient, et que donc, il faut laisser la civilisation s’écrouler pour prouver que le libéralisme fonctionne, c’est la preuve éclatante que, justement, il ne fonctionne pas !

            On ne pouvait PAS laisser la civilisation s’écrouler car c’est bien de cela que l’on parle. En dernier recours il faut bien assurer la continuité du service. Imaginons que ce soit une grosse boite privée d’eau potable qui fasse faillite, il faudrait bien continuer à alimenter les gens en eau ! La le marché c’est pareil, c’est une infrastructure vitale et si on l’avait stoppé ca aurait été 1000 fois pire qu’une gréve SNCF. Cela n’empéche pas de flinguer tous ceux qui étaient actionnaires de ces institutions en faisant bien en sorte que leur coupon vale zéro. Car si eux ne sont pas punis, ils recommenceront. Pas besoin de prison ou quoi que ce soit. Les actions valent zero point. Et lorsque l’état aura pu redresser ces institutions, il les vendra et le produit de la vente remboursera il faut le souhaiter le coût de l’intervention. 

            Dans un tel système, on peut tout à fait avoir un état minimal mais qui a le droit d’intervenir en dernier recours pour assurer temporairement les services essentiels à la survie de la population. Les marchés financiers font partie de ces services essentiels. Le scandale n’est pas d’intervenir pour maintenir la continuité du service mais lorsque cette intervention n’a pas les conséquences d’une faillite pour les actionnaires. Ils ont mis une boite en faillite, ils doivent en payer le prix. 

            Et par ailleurs vu que la boite est en faillite virtuel, le parachute doré devrait mécaniquement être suspendu et considérée comme une créance qui ne sera payée qu’en dernier. (Une fois que tout le reste aura été remboursé soit jamais). Ca n’est malheureusement pas ce qui s’est passé. 

            Et effectivement le libéralisme a besoin de responsabilité pour vivre. Ce qui veut dire que si vous mettez une boite en faillite l’état ne vous renfloue pas et si il assure la continuité du service c’est uniquement pour ne pas mettre les citoyens dans la merde. Le fait que l’état soit responsable de la crise par sa mauvaise régulation ne doit pas atténuer cette partie de la responsabilité. De même l’état est la pour un role d’intérim. Dés que la situation est stabilisée, il retourne les entreprises au privé, en un ou plusieurs morceaux. 

            Et c’est à tous les niveaux. Il faut aussi apprendre aux gens à lire un contrat et à ne pas signer n’importe quoi. Parmis ceux qui ont signés des prêts subprimes, certains étaient pauvres d’autres étaient des spéculateurs qui achetaient des maisons pour les revendre 6 mois plus tard. Ces gens la on fait des profits que je ne leur plains pas. Il ne faut par contre pas leur éponger leur perte. Ils ont voulu spéculer ? En libéral je dis que grand bien leur en fasse. Maintenant si ils perdent du fric, ils connaissaient les risques, il n’y a pas lieu de les pleurer. 

            Et pour ceux qui ont signé le contrat sans le lire ? (ou le faire lire) ? Et bien peut être qu’aussi dur que ce soit, le mieux est de laisser les processus se dérouler jusqu’au bout. 

            Pour ce qui est des agences de notation ? Le problème est complexe. Mais il vient :
            • De l’abscence de responsabilité. Si ces agences avaient du rembourser leur client lorsqu’un triple A fesait défaut, elles auraient surement été plus prudente.
            • Le faible nombre d’agences. Quand il n’y a que trois ou quatre agences "sérieuses" vous avez compris que par le jeu des connexions, celles-ci deviennent liées au gouvernement par controle indirect. Le bigboss a envie de tout sauf de se prendre un coup de fil de la maison blanche demandant pourquoi il a déclassé une entitée sponsorisée par le gouvenrement comme Fannie et Freddy. Donc il déclassera ca en dernier recours. Si ces agences étaient plus nombreuses, l’avis individuel de chaque agence aurait moins d’importance et il serait possible d’avoir des agences plus strictes que d’autres. 
            • De la trop grande confiance des clients. et ca c’est un phénoméne général. Les gens sont devenus crédules et croient aux entreprises too big to fail, aux bateaux insubmersibles, au réseau qui ne plante jamais, etc, etc, ... Or en ingénierie on le sait, "shit happens !" comme disent les américains. Beaucoup trop de gens savaient ce qui était en train de se passer mais se réfugiaient derriére le triple A. 








          • Traroth Traroth 23 septembre 2008 23:40

            "On ne pouvait PAS laisser la civilisation s’écrouler car c’est bien de cela que l’on parle. En dernier recours il faut bien assurer la continuité du service. Imaginons que ce soit une grosse boite privée d’eau potable qui fasse faillite, il faudrait bien continuer à alimenter les gens en eau !" : Tout à fait exact. Vu la responsabilité que cela représente, il parait clair qu’on ne peut pas confier des tâches aussi vitales au secteur privé, qui fait une fois de plus la preuve de son incapacité à les assumer, sur la durée.


          • ZEN ZEN 23 septembre 2008 11:58

            Mais, Bernard, la démocratie américaine est un mythe savamment entretenu
            Ce n’est pas moi qui le dit, mais John R. Macarthur, le directeur du Haper’s Magazine


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 23 septembre 2008 17:35

              Scoop du jour , les Présidents ne tiendraient pas leurs promesses , mais ça ne s’ est jamais vu dans la vie d’ un hippopotame à hélice ....


            • Traroth Traroth 23 septembre 2008 18:28

              Haddock : Ah ben, si les autres ont menti, alors lui aussi, il a le droit.

              On n’est pas sorti de l’auberge : les victimes sont consentantes ! Enfin, une majorité, malheureusment... smiley


            • Traroth Traroth 23 septembre 2008 18:29

              @Haddock : J’ajouterais qu’il y a même une différence entre ne pas tenir ses promesses et se comporter comme un parfait connard, comme le fait Sarkozy depuis mai 2007.


            • philbrasov 23 septembre 2008 13:48

              Y a t’il plus de pauvres dans ce monde .....en 2008 qu’en 1950-1960 - 1970- 1980-1990-2000 ?

              si oui vous avez raison sinon vous avez laissé passé une occasion de vous taire.......

              montrez moi SVP la paupérisation de la planète ces 50 dernières années... ???

              la croissance mondiale , n’a JAMAIS ETE AUSSI FORTE.....
              vous n’avez que des discours de riches..... nantis, et surprotégés par un système que vous vomissez...
              bande de gosses de riches.





              • Traroth Traroth 23 septembre 2008 18:31

                "Y a t’il plus de pauvres dans ce monde .....en 2008 qu’en 1950-1960 - 1970- 1980-1990-2000 ?" : Mais parfaitement. C’est vrai au niveau mondial comme au niveau national. Mais pour vous les montrer, il faudrait un autre média qu’un site web.


              • Traroth Traroth 23 septembre 2008 19:17

                Cela dit, rien ne vous empêche de chercher un peu vous même. Ce n’est pas si dur, vous verrez ! smiley


              • philbrasov 23 septembre 2008 21:54

                france :
                niveau de vie de 70 a 2000
                http://www.statapprendre.education.fr/insee/revenus/dispo/niveauvie.htm

                évolution des revenu a $ constant USA 65-2000

                http://www.danielmartin.eu/Economie/Pauvrete-France-USA.htm#_Toc162946746


                et pour quelques pays y compris la chine

                http://www.senat.fr/rap/r06-189/r06-18943.html#toc319
                asie

                http://books.google.fr/books?id=-3VefXY94JIC&pg=PA460&lpg=PA460&dq=niveau+de+vie+asie&source=web&ots=DZQTOoMd3a&sig=wQkSA3rmQFlZ9GuXVOmT1wlHpi4&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=10&ct=result

                A part cela y a plus de pauvres dans le monde depuis 1970.

                Vous etes. foncièrement anti capitaliste, antiaméricain primaire, ne trouvant chez les autres ( USA entre autres ) la justification de l’echec de votre suffisance pseudo intellectuelle, à croire que vous etes encore d’un quelconque interet dans ce monde qui bouge sans VOUS les Français.
                Bossez au lieu de philosopher, sur le sexe US
                .Les américains , vous disent ..... nuts........


              • Traroth Traroth 23 septembre 2008 23:48

                Niveau de vie moyen ? Mais qu’est-ce que ça a à voir avec la pauvreté ? Je vous signale que si Bill Gates s’enrichit, toutes choses étant égales par ailleurs, ça augmente le niveau de vie moyen aux Etats-Unis. Ca fait une belle jambe au clodo du coin...
                Essayez plutôt de trouver la proportion de la population sous le seuil de pauvreté, ça, ça a au moins une vague signification.

                Quant à vos considérations ridicules à mon égard : vous ne savez rien de moi et je vous emmerde. smiley


              • Traroth Traroth 23 septembre 2008 23:51

                Et si vous avez quelque chose contre les Français, personne ne vous retient, hein. N’hésitez pas à faire profiter les lecteurs des forums du New-Orleans Picayune de votre vaste "culture" ! smiley


              • philbrasov 24 septembre 2008 10:14

                on constate que dès que on contredit un gauchiste, il devient VULGAIRE...
                C’est pas propre à vous, vous etes tous pareil, tellement imbus de vos certitudes.

                Dans le fond c’est vrai ce que vous dites...


                à Cuba, par exemple ; le niveau de pauvreté est le plus bas du monde....
                Ainsi qu’en Corée du Nord.....

                Il ne peut pas y avoir de pauvres, puisqu’il n’y a pas de riches.



                Le seuil de pauvreté, augmente tout naturellement avec l’augmentation de la richesse d’un pays.
                C’est tellement évident...


                gérer la pauvreté, c’est du ressort de l’abbé Pierre, certainement pas du ressort, de vos théories
                à la con qui ont toutes foiré dans ce monde...

                demandez à votre grand mère si elle vit pas mieux aujourd’hui qu’hier....



                Le grand problème c’est que nos chers socialos- gauchistes n’ont jamais crée de richesse. Ils n’ont su faire que partager d’abord ce qu’ils ont trouvé, après une prise de pouvoir en général sanglante et anti-démocratique , et ensuite géré la pénurie....
                dans mon pays.... on demandait : c’est OU la boulangerie ou il y a pas de pain, et on répondait , c’est à coté de la boucherie, ou il n’y a pas de viande....










              • Traroth Traroth 24 septembre 2008 10:54

                Persiste et signe ! Quand vous me dites "Vous etes. foncièrement anti capitaliste, antiaméricain primaire, ne trouvant chez les autres ( USA entre autres ) la justification de l’echec de votre suffisance pseudo intellectuelle, à croire que vous etes encore d’un quelconque interet dans ce monde qui bouge sans VOUS les Français.
                Bossez au lieu de philosopher, sur le sexe US
                .Les américains , vous disent ..... nuts........", vous ne me contredisez pas, vous m’attaquez personnellement, sans fondement et sans me connaitre. A ça, il n’y a qu’une seule réponse, puisque je n’ai aucune envie de vous raconter ma vie : je vous emmerde, je le répète. Et si vous n’êtes pas content, souvenez-vous que je ne vous dois rien, même pas une réponse !


              • Traroth Traroth 24 septembre 2008 12:12

                "Il ne peut pas y avoir de pauvres, puisqu’il n’y a pas de riches" : Vous êtes conscient que ce que vous dites n’a aucun sens (puisqu’on compare au regard des standards internationaux) et démontre à quel point vous êtes coupé de la réalité ? Le but d’un état n’est pas de permettre à quelques privilégiés de s’en mettre plein les fouilles, mais de permettre à sa population de vivre bien. Cuba a l’un des niveaux de pauvreté les plus bas du monde ? C’est sensationnel, ça ! Je ne vois pas comment vous pouvez prétendre que c’est une mauvaise chose ! Simplement parce qu’on ne permet pas à quelques-uns de s’enrichir aux dépends des autres ? Ca n’est pas un inconvénient, à mes yeux. Pas plus qu’aux yeux de 99% de la population mondiale qui ne fera jamais partie des "quelques-uns" et toujours des "autres", d’ailleurs !
                Juste une chose : les théoriciens libéraux prétendent qu’en permettant à quelques-uns de s’enrichir, on créé les conditions pour que tout le monde puisse vivre, par un espèce d’effet de billard à 50 bandes. C’est toute la justification morale de leurs théories. Pourtant quand on écoute les libéraux, ce n’est pas la peine de gratter longtemps pour que la logique de pillage transparaisse, exactement comme chez vous, qui trouvez scandaleux qu’il n’y ait pas de riches à Cuba !
                Le fait est que les libéraux n’en ont rien à foutre, des pauvres, c’est à dire 99% de la population mondiale. Le libéralisme, ce n’est rien d’autre que la théorisation de l’égoïsme !
                La logique de base du libéralisme, comme de toute forme de société de classes, est que quelques-uns veulent plus que leur part, en n’en faisant moins que leur part. Le reste n’est que littérature et théories fumeuses.


              • philbrasov 24 septembre 2008 19:35

                ""Il ne peut pas y avoir de pauvres, puisqu’il n’y a pas de riches" : Vous êtes conscient que ce que vous dites n’a aucun sens (puisqu’on compare au regard des standards internationaux) et démontre à quel point vous êtes coupé de la réalité ?"

                Quand cela vous arrange , on nous sort du chapeau des standards internationaux.
                outre le fait que c’est risible quand on lit celà de vous........ Alors je vais vous en donner des listes des 20 PAYS ENN TERME DE PPA... parité de pouvoir d’achat.... OK


                   Luxembourg 80 471 2005 2  République d’Irlande 44 087 2005 3  Norvège 43 574 2005 4  États-Unis 43 444 2005 5  Islande 40 277 2005 —  Hong Kong 38 127 2005 6  Suisse 37 369 2005 7  Danemark 36 549 2005 8  Autriche 36 031 2005 9  Canada 35 494 2005 10  Pays-Bas 35 078 2005 11  Royaume-Uni 35 051 2005 12  Finlande 34 819 2005 13  Belgique 34 478 2005 14  Suède 34 409 2005 15  Qatar 33 049 2005 16  Australie 32 938 2004 17  Singapour 32 867 2005 18  Japon 32 647 2005 19  Allemagne 31 095 2005 20  Italie 30 732 2005 Eh oui la France arrive seulement en 21 ème position excusez moi , probablement l’influence, socialo républico-marxiste des 40 dernières années....


                faudra que dans cette liste vous me citiez les pays qui ne sont pas "libéraux".......

                Si vous m’emmerdez, croyez moi les 20 premiers pays libéraux , vous emmerdent, non pas par pure injure envers vous ce serait vous faire trop d’honneur, mais par les résultats qu’ils affichent ... selon "vos standards interntionaux"......
                Quand aux pauvres, je vous les laisse, aux Emmaüs..... c’est leur métier......

                Moi le socialisme, je connais, j’ai donné....





              • philbrasov 24 septembre 2008 20:20
                 que cette crise est due aux vilain ultralibéralisme. http://www.objectifliberte.fr/2008/08/subprimes.html


                cette crise de "l’ultra libéralisme" est tout simplement grotesque....

                hereusement que certains pensent pendant que d’autres se gavent d’info du café du commerce de TF1 et de pif gadget réunis......

                EH OUI MEME LES USA SONT PRIS UNE FOIS DE PLUS EN FLAGRANT DELIT D’INTREVENTIONISME ETATIQUE.




              • Le péripate Le péripate 24 septembre 2008 20:55

                 Pour certains, il ne s’agit que d’un refus de savoir. Pour d’autres, c’est de la malhonneteté.


              • philbrasov 23 septembre 2008 14:38

                attitude de riches... attitude de nantis que vous êtes..

                évidément plus on est riche , plus on est égoiste......

                vous etes LAMENTABLE ... ABJECT vis à vis de milliards de gens voulant vivre comme vous et non pas régresser.....

                La décroissance....... pensez à ce que vous dites , à ce que vous allez dire à des millions d’américains du sud, des millions d’asiatiques, des millions d’africains...

                Vous etes MINABLE.... de suffisance..... le fascisme n’est pas mort il vit au travers de vos pensées nauséabondes........


              • Christoff_M Christoff_M 23 septembre 2008 14:49

                 l’évolution de la société moderne est un mythe savamment entretenu par des gens matérialistes !!

                renseignez vus depuis dix ans la moyenne des salaires baissnet meme en France !!

                et oui les bienfaits de la mondialisation vont dans les poches de ceux qui se font passer pour des démocrates alors qu’ils sont l’équivalent de la monarchie avant la révolution....


              • philbrasov 23 septembre 2008 16:19

                QUE NOUS AUSSI NOUS VOULONS NOTRE PART DU GATEAU.............

                QUEL BANDE D’EGOISTES..........

                QUE VOS SALAIRES BAISSENT EN FRANCE, MAIS C4EST TANT MIEUX ? CELA PERMET AUX NOTRE D’AUGMENTER DE METTRE LE TOUT A L’EGOUT, D’avoir l’eau courante, une TV en couleur par foyer, une voiture digne des votres, tout en etant modeste.

                de bénéficier de 10 jours de congés payés par mois etc etc...........

                Vous vous battez contre nous pays de L’Est ou pays d’asie,,,,,,,,,,,,,,, parce que vos petits privilèges de gosses de riches, comme tout bon riche vous ne voulez pour rien au monde les LACHER........

                mais rassurez vous on vous rattrapera, plus vite que vous ne l’immaginez...........
                car voyez vous le travail vous ne savez plus ce que c’est,,,,,,,,,,,,, et l’état providence vous donne TOUT,,,,,,,, NOUS RIEN........... Alors on se demmerde,,,,,,,,,,, et mon pays fait cette année 7.5% de croissance

                plus je vous lis plus vous me dégoutez,,,,,,,,,,,,,


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès